S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

71e édition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 71e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 25 novembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 11/11/2017 11:24


Sélections du mois


Chers membres d'HPF,

Les votes pour la sélection Minerva McGonagall du mois de novembre sont en cours. Vous pouvez découvrir les choix des lecteurs et voter jusqu'au 30 novembre pour les textes que vous avez aimés sur ce topic !

Vous avez participé à un Echange de Noël ces 10 dernières années ? Ou avez adoré une fic écrite dans le cadre de cet échange ? Pour ses dix ans, les propositions sont donc ouvertes pour le thème Echange de Noël du mois de décembre : n'hésitez pas à soumettre vos coups de coeur ici !

Félicitations aux textes sélectionnés sur le thème Univers Alternatif : AngelStars et sa fic longue Une histoire de constellation ainsi que Laney avec Tu m'appartiens !



Vous pouvez toujours trouver l'ensemble des Sélections du Mois sur le site et proposer vos thèmes et idées sur les topics du forum.
De L'équipe des Podiums le 04/11/2017 21:57


Mise à Jour de la FAQ


Chers membres d'HPF,

C'était en projet depuis longtemps, et vous l'avez peut-être même remarqué si vous consultez régulièrement cette page : nous avons mis à jour la Foire aux Questions ! Destinée aux lecteurs, aux membres, et aux auteurs de HPF, elle répond à vos questions sur les délais de validation des fanfictions, sur les mentions qui peuvent apparaître dans les titres de vos histoires, sur les moyens de contacter les auteurs, ou encore sur l'hébergement des images. Elle est à lire en complément du règlement, et répond à un certain nombre de questions que l'on reçoit régulièrement par mail.

Bonne lecture !

De L'équipe des Modératrices le 28/10/2017 20:12


70e édition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 70e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 21 octobre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 11/10/2017 13:11


Sélections du mois


Chers membres d'HPF,

Les votes pour la sélection Univers Alternatif du mois d'octobre sont en cours. Vous pouvez découvrir les choix des lecteurs et voter jusqu'au 31 octobre pour les textes que vous avez aimés sur ce topic !

Vous avez admiré le courage de Minerva McGonagall tout au long de la saga ? Vous adorez sa technique de défense dans le 7e tome ? Ou la trouvez-vous trop sévère ? Les propositions sont donc bien ouvertes pour le thème Minerva McGonagall du mois de novembre : n'hésitez pas à soumettre vos coups de coeur ici !

Félicitations aux textes sélectionnés sur le thème Maraudeurs : Princesse se sélectionne avec Cornedrue ainsi que Jukava, pour son texte Just dashes accross the heart !



Nous sommes toujours en pleine réflexion pour un système de vote et de proposition qui ne nécessite pas l'inscription sur le forum, n'hésitez pas à nous suggérer vos idées !

Vous pouvez toujours trouver l'ensemble des Sélections du Mois sur le site et proposer vos thèmes et idées sur les topics du forum.
De L'équipe des Podiums le 01/10/2017 20:35


2ème Edition des Nuits Insolites


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 2e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 7 octobre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic. A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 27/09/2017 21:47


A travers moi par Helvella

[4 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

J'ai été agréablement surprise, en participant au concours "Autour de Poufsouffle", de gagner la première place. J'espère que vous apprécierez autant que le jury, alors bonne lecture !

Concours Poufsouffle : un OS incluant une description détaillée de la salle commune des poufsouffles
Javais une thorie selon laquelle certaines personnes sont invisibles. Invisibles aux yeux du monde. Camoufles derrire le paysage anodin de leur entourage, restant dans lombre telle une vieille plante fane dont tout le monde aurait oubli lexistence.
Je me considrais comme faisant partie des leurs, comme en ce moment, transparente et fige au milieu de la foule dlves qui sortaient de cours. Emplie non pas dun sentiment de solitude, mais de calme, une faon de vivre dont les rgles demandaient de se faire juste oublier pour un moment ou pour lternit.
Je ne restais pas l, plante au milieu du couloir attendant dtre pitine ou bouscule et quittais cette douce torpeur de tranquillit installe quand le corps sarrte comme mis en veille, rechargeant les batteries.



Je me dirigeais vers les cuisines dun pas tranquille et nonchalant, puis marrtais devant un imposant tableau. La nature morte qui barrait lentre de ma salle commune refltait trangement mon tat desprit. Une table ronde couverte dun napperon blanc et parseme de fruits dautomne, ainsi que de nombreuses fleurs des champs diversement parpilles autour dun vase en terre cuite surmont dun plus vaste bouquet. On pouvait facilement simaginer humer ce parfum sucr et bois, des saveurs uniques de fort et de nature. Les couleurs or et jaune des ptales et des pommes, allies au fond noir dune extrme mlancolie, reprsentait parfaitement les couleurs de ma maison.
Cela faisait trois ans que jtais Poudlard. Cependant une bouffe de bien-tre menveloppait chaque fois que je pntrais dans cette salle. Je regardais avec motion le blason de Poufsouffle dessin dans le tapis moelleux de notre petite entre circulaire. Une pice faite de chaude boiserie et recouverte de moiti dune draperie jaune fonc, formant des vagues rgulires do schappait symtriquement de gros chandeliers dtain trois branches.
Je continuais davancer, le pan de drap noir magique me librant le passage, jentrais alors dans une plus vaste salle ovale et dbusquant un coin sombre et douillet, je me replongeais avec soulagement dans ma bulle de quitude et de tranquillit.



Jaimais observer le monde qui mentourait. Mes cinq sens en libert, laffut du moindre dtail qui chappe tant de personnes presses. Des gens aveugles la relle beaut de lexistence. Grce ma quitude et mon dtachement temporaire la ralit, javais limpression que tout mapparaissait diffremment des autres. Jattendais avec un empressement particulier le coucher du soleil. Cet instant o la lumire dcline et transforme le paysage ordinaire en un monde frique et mystrieux. Un endroit en constante mtamorphose. Mon regard se posa sur le sol, l ou les vitraux jaunes et transparents renvoyaient un flamboyant puzzle de couleurs chaudes et clairaient la moindre particule de poussire, tel un nuage dtincelles magiques avant lapparition dun ange.
Celui qui fit irruption ce moment l tait loin de la dfinition que je men donnais, car mme si le moine gras tait un fantme dune grande patience et dune justice imparable, il navait pas la chevelure blonde et les ailes argentes que mon esprit avait une seconde plus tt imagines.
Il flotta quelques minutes au mme endroit, les rayons de lumire traversant son corps flasque et glacial, ne renvoyant plus quun mlange de gris et de bleu comme un ciel obscurci par lorage imminent. Puis il sleva plus haut, laissant de nouveau la chaleur envahir la pice. Il avait son regard habituel, emprunt de fiert et de nostalgie. Sa bouche esquissant un sourire satisfait qui lui donnait un air paternel bien-heureux et tout dans son apparence le confirmait. En passant du triple menton recouvrant le col de sa tunique, son ventre prominent comprim par une grosse corde simple servant de ceinture. Il ne faisait aucun doute quant son appartenance cette maison.

Mon attention fut dtourne par larrive de septimes annes assez bruyants. Ils sinstallrent sur un des grands canaps en cuir marron, sparpillant en groupe de connaissances. Certains taient dj assis sur le grand tapis mches noires face la chemine ouverte. Le temps assez sec ne permettait pas encore de lutiliser et le vent qui sengouffrait dans ce tunnel de suie, remplissait lair dune fragrance de cendre froide tout fait agrable. Elle tait faite de grosses pierres comme celles qui formaient les fondations du chteau et si grande quon aurait pu y faire rtir deux cochons. Au centre de la bordure qui entourait la hotte, tait grav dans la pierre le blason de Poufsouffle.



Lquipe de quiddich stait rassembl prs du coin o je me trouvais, afin de discuter stratgie tranquillement. Affals dans des fauteuils, installs sur les accoudoirs des banquettes, en quilibre sur des poufs, ou simplement assis mme le sol, ils conversaient patiemment, leurs voix slevant en chuchotement serein et apaisant. Je fermais les yeux un moment absorbant cette atmosphre chaleureuse et rconfortante. Jappuyais ma tte contre le dossier et les paupires entrouvertes, jobservais les poutres qui soutenaient le plafond de pierres. Un hippogriffe en papier passa au dessus de ma tte et alla frler de ses ailes phmres ce bois rugueux et sombre, suspendu l, ltat brut. Il slaloma entre les chandelles des deux gros lustres, vitant les flammes incandescentes et la cire brulante et redescendit tranquillement planant de-ci de-l, caressant les tentures jaunes des murs et atterrit avec agilit sur les genoux dEmma Malone. Certainement une lettre anonyme qumandant un rendez-vous avec la jeune fille.



Loin de ces futilits sociales communes la population normale dont je ne faisais pas partie, je quittais mon sige moelleux et chaud et me retirais dans mon antre. Mes pas me dirigrent automatiquement vers le fond de la pice et je les laissais me guider silencieusement en direction de la grande statue reprsentant la coupe dHelga Poufsouffle. Positionne dans une arcade murale, son marbre blanc se dtachait trs nettement des autres pierres et jen caressais les contours froids avec une certaine vnration. A gauche et droite de la statue, deux escaliers en colimaon senfonaient dans les entrailles de la terre. Un pour le dortoir des garons et lautre pour les filles. Je descendais avec prcaution, ma maladresse nayant aucune limite, je ne voulais pas me rompre le cou avant davoir fini mes tudes Poudlard. Javais le sentiment dtre dans un terrier et tel le blaireau symbolique, maventurant dans des galeries sans fin, la recherche dun nid douillet, loin du vacarme et de la violence du monde extrieur. Aucun son ne transperait les murs pais et mme le bruit de mes pas tait camoufl par la moquette noire.
Enfin je me sentais chez moi, dans cet environnement calfeutr et sombre. Je dbouchais avec plaisir dans un couloir faiblement clair. Il stendait de ma gauche ma droite de grandes portes en chne rondes et les surplombant, une mezzanine tel un petit balcon do on apercevait le haut de cinq autres portes circulaires. Javais limpression de me trouver dans une grotte souterraine dissimulant aux yeux du monde une dizaine dhabitations dhobbits grincheux et solitaires. En effet, venant dune famille de moldu, javais du voir et revoir un nombre incalculable de fois le Seigneur des anneaux ralis par Peter Jackson et les petits terriers des Hobbits avec leurs adorables portes rondes me rappelaient ce dortoir que jaimais tant. Jimaginais alors Tolkien en ex-Poufsouffle, inspir par ce tnbreux tunnel dbouchant sur de magnifiques portes lustres et rondes qui nous donnent limpression de stre mtamorphos en quelques rongeurs magiques et intelligents.
Je gravis lescalier en bois qui menait au deuxime tage de chambres et avant dentrer dans la mienne, japerus du balcon, des premires annes dboulant gaiement dans le couloir. Je refermais soigneusement le lourd battant faisant taire ainsi leurs rires joyeux.



Je lanais mon sac qui atterrit maladroitement contre mon lit baldaquin et massis sur la banquette prs de la porte de la salle de bain, coinant un coussin jaune sous mon menton et un noir derrire mon dos. Confortablement installe, je repensais la journe charge que nous venions davoir et la pile de devoir qui mattendait. Je savais que le parchemin rendre en divination sur notre troisime il potentiel ne serait pas une difficult, mais celui de potion ne menchantait gure. Cette matire mavait toujours rebute et japprciais moyennement le comportement du professeur Slughorn envers ses lves. Un tintement me fit tourner la tte vers le lit dune de mes camarades et jobservais amuse son petit chat stirer paresseusement sur ldredon de plume. Il avait des rayures jaunes et noires depuis le dernier match de quiddich qui opposait notre maison celle des Serdaigles, mais cela le drangeait moins que la nouvelle lubie de sa maitresse. Elle lui avait pass une petite clochette dore autour du cou et il navait pas lair de supporter qu chacun de ses mouvements cette chose brillante mette un son passablement irritant, en tout cas pour lui.
Il sauta aisment sur le petit tapis noir au pied du lit et se dirigea jusqu la porte, ses coussinets masquant le bruit de ses pas sur le parquet de notre chambre. Dans un miaulement significatif et dautres tintements de cloche, il gratta le bois fonc avec empressement. Je me levais fascine par cette communication animale, mais avant que jatteigne la poigne, la porte souvrit en grand, me plaquant contre le mur de pierre et je vis dbouler dans cet espace intime mes trois amies de chambre.



Elles ne me remarqurent pas et se regrouprent autour dun des lits pour discuter avec excitation. Les rideaux jaunes des baldaquins ondulant lgrement sous le courant dair provoqu par leur entre prcipite. La porte se referma en douceur et je remarquais que lanimal avait disparu, fuyant srement tout ce remue mnage. Jeus une envie soudaine de limiter, mais o pourrai-je aller ? Je restais plante l sans bouger, regardant la nuit noire sinstaller progressivement travers les vitraux de lil de buf, coutant la conversation agite des jeunes filles, le froissement de la couette blanche sous leurs gestes nergiques, ainsi que le bruit feutr dun oreiller tombant par terre et sentant lodeur de la literie propre accompagne par celle plus forte du cuir et du bois. Puis aussi vite quelles taient apparues, elles ressortirent du dortoir srement en direction de la grande salle pour dner.


Javais une thorie selon laquelle certaines personnes sont invisibles. Invisibles aux yeux du monde. Je mappelle Ira Clemens et je fais partie des leurs. Je ne vis que pour moi-mme et pour les autres cest comme-ci je nexistais pas. Je venais de me jeter dans le trou que moi seule avait creus et je restais l sans bouger, attendant esprant peut-tre que quelquun vienne me sauver.
Note de fin de chapitre :

Je remercie le jury pour leurs notes et leurs critiques et j'incite tout le monde à participer au prochain concours organisé "les maraudeurs". ByeBye !!
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.