S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

80e Edition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 80e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 18 août à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 13/08/2018 19:43


Délais de validation


Bonjour à toutes et tous !

Une bonne partie de notre équipe étant en vacances, nous tenions à vous informer que les délais de validation des chapitres qui nous sont soumis sont susceptibles d'être plus longs.
Merci de votre compréhension !
Bel été ! Profitez-bien !
De L'équipe de modération HPF le 09/08/2018 14:04


Précautions estivales, valables pour le restant de l'année !


Surnommées les Schtroumpfettes ou les Bleues, nous sommes les petites mains qui s'activent quotidiennement en coulisses pour lire et valider (ou invalider si votre chapitre ne respecte pas un des points du règlement) vos fanfictions dans les plus brefs délais.



Nous nous réjouissons de voir fleurir de nouveaux chapitres chaque jour, cependant nous avons pu remarquer que quelques auteurs nous envoyaient plusieurs chapitres à la suite et nous tenons à rappeler que nous prenons sur notre temps libre pour lire chacun des chapitres postés avant validation. Il serait donc plus agréable, si vous voulez nous éviter les coups de soleil, de ne pas poster plus de deux chapitres à la fois. Nous en profitons également pour rappeler que les chapitres de moins de 500 mots hors drabbles ne sont pas acceptés.



Nous ajoutons, pour les auteurs/autrices dont le chapitre serait invalidé, qu'il ne faut pas retirer la mention [en attente de...] afin de ne pas ralentir le travail de la modération. Cependant, vous pouvez le modifier en [corrigé] si vous avez apporté les corrections demandées. Un mail vous expliquant les raisons de cette invalidation sera envoyé à l'adresse courriel renseignée dans votre profil (merci de la mettre à jour).



Si vous avez la moindre question, vous pouvez nous contacter à cette adresse mail : hpf.moderation@gmail.com



Nous comptons sur votre coopération pour assurer la survie des Schtroumpfettes et nous vous souhaitons à tous un très bel été de lecture et d'écriture !



L'équipe des Schtroumpfettes
De Les Schtroumpfettes de compèt' le 19/07/2018 20:09


79e Edition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 79e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 28 Juillet à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 08/07/2018 15:32


78e édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 78e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 16 Juin à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 11/06/2018 12:57


Assemblée Générale 2018


Chers membres d'HPF,

L'Assemblée Générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé, dont dépend le Harry Potter Fanfiction, est ouverte depuis ce soir 18h, et se terminera le dimanche 10 juin 22h. Les discussions et votes se font ici. Vous êtes évidemment les bienvenus, même sans être inscrit sur le forum !

A bientôt sur un de nos sites, ou lors de cette AG !
De Le Conseil d'Administration le 08/06/2018 20:20


La maison de la sorcière par Ellie

[12 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
— Bonbon ! Bonbon !

Les cris désespérés d’Eloïse se perdaient dans le vent et les flocons de neige de la tempête qui faisait rage. La petite fille avait perdu son chien ce matin-là et le cherchait depuis qu’elle s’était levée. La tempête était arrivée sournoisement, sans signe annonciateur, et maintenant qu’elle soufflait de toutes ses forces sur le petit village, Eloïse ne pouvait pas voir à cinquante centimètres devant elle et ne savait pas où elle se trouvait.

La fillette avançait de peine et de misère dans une petite rue envahie de neige, les yeux baissés contre le vent, mais elle continuait de crier le nom de son chien. Son papa lui avait dit que les chiens avaient une bonne ouïe, peut-être que Bonbon l’entendrait.

La nuit commençait à tomber et Eloïse ne savait toujours pas où elle se trouvait. Elle commençait à avoir un peu peur. Ses parents ne savaient pas où elle était, et elle ne trouvait pas Bonbon. Elle voulait retourner chez elle, mais tout autour d’elle n’était qu’un mur blanc. Elle ne savait même pas dans quelle direction elle devait aller pour retrouver sa maison.

La lèvre inférieure d’Eloïse se mit à trembler, mais avant que les larmes ne puissent se mettre à couler, elle aperçut un objet de couleur rouge et verte. C’était la seule couleur dans ce monde blanc qui l’entourait, alors elle se dirigea vers la tache. Quand elle fut assez près, elle put constater qu’il s’agissait d’une boucle de ruban accrochée au haut de la porte d’une petite maison. Une lumière accueillante filtrait par une fenêtre, qu’elle apercevait à sa droite, alors elle tendit une main gantée vers la poignée et la tourna.

— Bonjour ? appela-t-elle d’une voix gênée en entrant dans la maison.

Personne ne lui répondit, alors elle ferma la porte derrière elle pour enfermer la tempête à l’extérieur. Aussitôt, le bruit du vent s’atténua et la petite maison lui sembla plus chaleureuse. Un feu joyeux brûlait dans l’âtre et sur la table était posée une assiette de biscuits dont l’odeur venait lui titiller les narines. Elle enleva ses bottes – sa maman lui faisait toujours enlever ses bottes mouillées en entrant dans la maison – et trottina vers la table. Elle se hissa sur une des chaises et prit un des biscuits entre ses petites mains. Sans hésiter, elle mordit dedans à pleines dents, étonnée par sa chaleur. Les biscuits étaient encore chauds, la personne qui les avait fait cuire ne devait pas être loin. Elle jeta un coup d’œil autour d’elle, mais ne vit rien qui pourrait laisser deviner que quelqu’un d’autre se trouvait dans la maison.

Après avoir mangé pas moins de cinq biscuits, Eloïse s’installa dans le haut fauteuil moelleux devant l’âtre, soupirant à la chaleur du feu qui finit de lui dégeler les orteils. Elle remonta les genoux, posa la tête contre le dossier et ferma les yeux. Toutes ses inquiétudes s’étaient envolées. Quelqu’un qui faisait d’aussi bons biscuits ne pouvait pas être méchant, donc elle pouvait bien rester dormir ici. De toute manière, dans la tempête, elle ne pouvait pas rentrer chez elle. Et Bonbon… c’était un chien intelligent, il était sûrement déjà rentré à la maison.

Les paupières d’Eloïse se firent lourdes et elle s’endormit, roulée en boule dans le fauteuil, enrobée de la chaleur d’un feu qui ne mourait pas.

--------------------


Quelques heures plus tard, un grattement se fit entendre à la porte. Eloïse, toujours profondément endormie devant l’âtre, n’entendit rien. Ni les grattements à la porte, ni les couinements qui les accompagnaient, ni la porte de la cuisine qui s’ouvrit dans un grincement.

Une jeune femme aux cheveux noirs sortit de la cuisine et se dirigea vers la porte d’entrée, lançant un bref regard doux en direction de la fillette endormie dans son salon. Elle sortit un bâton de bois de sa poche et le pointa vers la poignée de la porte.

— Alohomora, murmura-t-elle.

Avec un « clic », la porte d’entrée s’entrouvrit et un petit chien la poussa avec son museau, se frayant un chemin dans l’entrée. La femme referma tout de suite la porte contre le vent et les flocons qui menaçaient de s’engouffrer dans sa maison chaleureuse. Elle se tourna alors vers le petit chien qui se secouait violemment, tentant visiblement de sécher son poil lourd de neige et de glace. Elle s’accroupit et dirigea sa baguette vers lui, lançant quelques sortilèges. À peine trente secondes plus tard, le chien avait retrouvé sa couleur blanche, son poil touffu lui donnant l’air d’un nuage. Elle lui gratta un moment entre les deux oreilles et il la remercia d’un jappement.

À ce son, Eloïse bougea dans son sommeil, attirant l’attention du chien, qui traversa le salon à la course. Il sauta sur le fauteuil et se roula en boule contre la fillette, s’endormant promptement lui aussi. Eloïse glissa sa main dans le poil épais du chien, et un sourire naquit sur son visage endormi.

La jeune femme sourit en contemplant la scène. Jetant un coup d’œil par la fenêtre, elle vit que la tempête était en train de se calmer et que le soleil s’apprêtait à se lever. Avec un dernier regard, elle s’assura que la fillette et son chien étaient confortables et se dirigea vers la porte d’où elle était apparue. En passant à côté de la table, elle donna un coup de baguette qui remplit l’assiette de biscuits. Puis elle traversa la porte et disparut.

--------------------


Le lendemain matin, quand Eloïse se réveilla, elle mit quelques secondes à se souvenir où elle était. Puis, elle vit le feu, sentit les biscuits, et tout lui revint. Elle se redressa, se disant que ses parents devaient être inquiets et qu’elle devrait rentrer chez elle, et sentit un corps chaud bouger contre ses jambes. Elle baissa les yeux et son visage se fendit d’un sourire.

— Bonbon ! s’exclama-t-elle. Tu m’as retrouvée !

Elle entoura le cou de son chien de ses bras menus et lui donna un gros câlin, riant quand il aboya joyeusement.

Oubliant pour quelques instants le fait qu’elle était toujours perdue, elle se servit encore quelques biscuits, ne se demandant même pas par quel miracle ils étaient toujours chauds, en donnant un à Bonbon sous la table.

Quand le soleil fut haut dans le ciel, elle se rendit à la fenêtre. Une chance, elle voyait le grand sapin du square du village, tout décoré à l’occasion de Noël. Le Père Noël était peut-être déjà passé ! Elle courut dans l’entrée et enfila ses bottes, ouvrant la porte pour sortir dans la neige fraîche. Ni Eloïse ni Bonbon de remarquèrent la jeune sorcière de la nuit précédente dans l’embrasure de la porte de la cuisine, qui les regardait partir avec un sourire.

--------------------


Ron souleva la petite Rose sur son épaule pour qu’elle accroche une boucle verte et rouge au chambranle de leur porte d’entrée.

— Maintenant, tous les sorciers accrochent une boucle à leur porte la veille de Noël, expliqua Ron en terminant son histoire.
— Pourquoi ? demanda Rose.
— Pour attirer la bonne fortune de la gentille sorcière qui a aidé Eloïse et Bonbon.
— Nous aussi on est des gentils sorciers alors ?

Ron sourit à la question de sa fille, jetant un regard tendre à travers la fenêtre, où il apercevait Hermione et Hugo en train de décorer le sapin.

— Les plus gentils du monde.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.