S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

72e édition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 72e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 15 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 07/12/2017 21:07


Sélections du mois


Chers et chères membres d'HPF,

Les votes pour la sélection Echange de Noël du mois de décembre sont en cours. Vous pouvez découvrir les choix des lecteurs et voter jusqu'au 31 décembre pour les textes que vous avez aimés sur ce topic !

Pour commencer l'année 2018, nous vous proposons de revenir aux prémices de Poudlard et de la magie au Royaume-Uni avec le thème des Fondateurs du mois de janvier : n'hésitez pas à soumettre vos coups de coeur ici !

Félicitations aux textes sélectionnés sur le thème Minerva McGonagall : Princesse pour L'odeur des Magnolias,TheNightCircus avec deux fanfictions qui sont Tel qu'il était et As time goes by ainsi que Litchi pour Une erreur de jeunesse !



Vous pouvez toujours trouver l'ensemble des Sélections du Mois sur le site et proposer vos thèmes et idées sur les topics du forum.

Nous avons pris un peu de retard sur le nouveau système de vote mais il devrait être prêt pour lancement début 2018.
De L'équipe des Podiums le 04/12/2017 20:52


3e Edition des Nuits Insolites


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 3e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 2 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic. A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 26/11/2017 10:58


Concours officiel de Drabbles


Chers membres d'HPF,

En partenariat avec les Editions Jungle, l'équipe de communication vous propose un Concours de Drabbles à partir des planches de la bande dessinée « A Poudlard ».



Comment participer ? A partir des planches proposées par notre partenaire, vous devrez écrire un texte de 100 à 500 mots sur un des thèmes suivants : Intrus à l'école, Serpentard et Polynectar.

Vous trouverez les conditions de participation sur le blog ici : modalités du concours de drabbles. Aucune inscription n'est requise !

Le vainqueur remportera un exemplaire de l’album « A Poudlard » tome 2 pour Noël !
De L'équipe Communication le 25/11/2017 19:41


71e édition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 71e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 25 novembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 11/11/2017 11:24


Sélections du mois


Chers membres d'HPF,

Les votes pour la sélection Minerva McGonagall du mois de novembre sont en cours. Vous pouvez découvrir les choix des lecteurs et voter jusqu'au 30 novembre pour les textes que vous avez aimés sur ce topic !

Vous avez participé à un Echange de Noël ces 10 dernières années ? Ou avez adoré une fic écrite dans le cadre de cet échange ? Pour ses dix ans, les propositions sont donc ouvertes pour le thème Echange de Noël du mois de décembre : n'hésitez pas à soumettre vos coups de coeur ici !

Félicitations aux textes sélectionnés sur le thème Univers Alternatif : AngelStars et sa fic longue Une histoire de constellation ainsi que Laney avec Tu m'appartiens !



Vous pouvez toujours trouver l'ensemble des Sélections du Mois sur le site et proposer vos thèmes et idées sur les topics du forum.
De L'équipe des Podiums le 04/11/2017 21:57


Cornedrue par princesse

[128 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Pour ma participation au concours Métamorphosis de Ielenna, j'ai décidée de me pencher sur le personnage de James Potter et de sa transformation en Animagus.
L'histoire se déroule sur plusieurs années à Poudlard, avec un premier chapitre d'introduction lorsque James Potter à 5 ans.
Pour cette fiction, je voulais vraiment montrer l'évolution de son caractère et de sa formation pour devenir un animagus, j'espère que vous en comprendrez le sens et que, bien sûr, vous aurez autant de plaisir à lire ma fiction, de moins de 10 chapitres, autant que j'ai eu plaisir à l'écrire.
N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez et à cliquer sur la série, prévue à cet effet, afin de mieux saisir les termes de participation.
Note de chapitre:

En ce 12 juin 2015 je vous poste mon premier chapitre pour cette nouvelle fiction.
Cette histoire devrait compter 7 ou 8 chapitres, que je tenterais de mettre à jour tous les 4 ou 5 jours en fonction de mon emploi du temps.
Bonne lecture... (je frissonne déjà)
- Une histoire ! Une histoire ! répéta pour la énième fois James Potter en se glissant sous les épaisses couvertures de son lit.

Le petit garçon de 5 ans regarda sa mère avec complicité, en arborant une petite moue sur sa bouche en forme de cœur. Celle-ci se rapprocha de lui et après avoir éteint la grande lumière, elle s’installa confortablement sur le lit de son fils.
Elle lui sourit avec toute l’affection qu’une mère pouvait faire preuve à l’égard de son fils unique et lui caressa délicatement les épaisses boucles brunes qui tombaient devant ses grands yeux chocolat.

- Laquelle aimerais-tu pour ce soir ? demanda Mme Potter.
- Euh… Attends, je réfléchis, répondit le petit garçon en fronçant les sourcils.

Charlotte Potter émit un léger rire et remonta les couvertures jusqu’au petit menton de son fils afin de bien le border, bien qu’elle savait pertinemment que lorsqu’elle viendrait le lever le lendemain, la moitié de la couette se retrouverait par terre, et James complètement à l’envers dans ce lit deux fois trop grand pour lui.
Elle tendit la main pour allumer la petite veilleuse sur la table de chevet, projetant sur le plafond un ciel étoilé somptueux, digne de celui de la Grande Salle à Poudlard, quand elle y était scolarisée. Mme Potter sourit à ce souvenir. C’était il y a une vingtaine d’années, et l’école n’avait vraiment jamais quitté son cœur…

- Alors mon chéri, tu as trouvé ? lui demanda-t-elle en croisant les jambes pour mieux s’installer.
- Le cerf ensorcelé ! s’exclama James en se mettant sur le côté face à sa mère.
- Encore ?! Mais tu la connais pas cœur, rappela Mme Potter en arquant un sourcil.
- Mais c’est ma préférée ! Maman, s’il te plait…

La jeune femme passa sa main dans ses longs cheveux châtains avant de poser son menton contre sa paume. Elle planta ses grands yeux de biche dans ceux de son fils et lui sourit.

- Et si c’est toi qui me la racontais pour une fois ? proposa-t-elle.
- Mais je ne sais pas faire les voix, grimaça James en fronçant son petit nez retroussé.
- D’accord mon chéri. Allez, installe-toi correctement !

James ne se le fit pas répéter une seconde fois, et après avoir crier un petit « trop bien », il attrapa son ours en peluche qu’il coinça sous son bras, et posa sa petite tête d’ange sur son oreiller. Il attrapa une mèche des cheveux de sa mère qu’il entortilla autour de son indexe, obligeant sa mère à se pencher un peu plus vers lui.
Le petit garçon aimait bien toutouiller ses cheveux pour s’endormir. L’odeur de lavande qui s’en dégageait avait le pouvoir de le détendre, lui qui était considéré comme un enfant hyperactif, ce qui avait le don d’agacer ses parents.
Pour Mr et Mme Potter, leur fils était juste un petit garçon bien vivant qui aimait rire et s’amuser, à l’inverse des enfants de son âge qui se retrouvaient brider par leurs parents.

- Ca commence comment déjà ? plaisanta Mme Potter en lissant sa jupe bleue marine avant d’adresser un sourire en coin à son fils.
- Avech la princheche, lui rappela James, l’oreille de sa peluche dans la bouche.
- On ne parle pas la bouche pleine, jeune homme !
- Avec la princesse, répéta-t-il en souriant, dévoilant ses petites dents de lait.
- C’est quoi son prénom ?
- Aurore! Maman, concentre toi, râla-t-il en fronçant les sourcils.

Mme Potter émit un petit rire puis se ressaisit devant l’air menaçant de son fils. Semblable trait pour trait à son père, remarqua-t-elle en regardant son petit nez et ses petites pommettes.

- Il était une fois, dans un lointain pays, par delà les montagnes enchantées et tout près de la mer aussi bleue-que-le-ciel, vivait une princesse. C’était une très belle princesse, avec de très longs cheveux bouclés, et de grands yeux verts. Elle vivait dans un somptueux château en or, où chaque fenêtre était encadrée par des fleurs des champs que les petits elfes de maison ramenaient de la cueillette…

Les mots, doux et sensibles, s’échappaient de ses fines lèvres pour venir se loger directement aux creux des oreilles de son fils, non sans laisser, avant, sa voix s’échouer doucement contre les murs de la chambre, comme l’écume de la mer, les soirs chauds d’été.
James sourit en écoutant la voix mélodieuse de sa mère et se mit à imaginer dans sa tête tous les détails de l’histoire.

- Le château surplombait une immense forêt aussi profonde qu’obscure. Aussi noire que la nuit, et aussi dangereuse et tranchante que la lame d’une épée…
- La forêt maléfique, souffla James.
- Exactement…

« Ou la forêt interdite » pensa-t-elle en se remémorant les alentours de Poudlard en esquissant un sourire. Preuve que cet endroit ne l’avait jamais quitté, c’est qu’elle s’en servait pour étoffer les histoires inventées de toute pièce pour son fils.

- Bien avant la naissance de la princesse Aurore, c’était une magnifique forêt, peuplée de fées, de licornes et de nymphes des bois. Toutes les espèces vivaient en harmonie, se nourrissant des fruits sauvages qui poussaient sur les arbres hauts et ronds, et en s’abreuvant à la rivière, dont l’eau, disait-on, était aussi claire que du cristal et aussi onctueuse que le miel. Cette rivière pouvait aussi soigner n’importe quelle blessure du moment qu’un cœur pur et dénué de toute ambition cruelle venait y tremper ses lèvres…
- Et le méchant roi ? demanda aussitôt James en retirant l’oreille de l’ours de sa bouche.
- Deux minutes papillon, lui dit-elle en caressant de nouveau ses boucles brunes avant de poursuivre son histoire. De l’autre côté de cette forêt, vivait un roi cruel et méchant qui n’aimait qu’une seule chose : faire la guerre à tout le pays… Un jour qu’il était parti à la chasse avec ses meilleurs soldats…
- Dans la forêt maléfique ? coupa le petit garçon.
- Oui… A l’époque où elle était encore magnifique.

James connaissait tellement bien cette histoire qu’il aurait pu la lui raconter à l’envers, avec une exactitude impressionnante. Mme Potter s’était vite rendu compte que les contes de Beedle le Barde n’étaient plus suffisants pour calmer l’imagination dévorante de son fils, alors elle avait dû elle-même créer ses propres contes pour les soirs où il était si énervé qu’il n’arrivait pas à trouver le sommeil.
Pourtant de tous les contes inventés, celui-ci était son préféré…

- Un jour qu’il était parti à la chasse, reprit Charlotte Potter. Le méchant roi rencontra un cerf, aussi haut que large et dont les bois pouvaient rivaliser avec certaines branches des grands chênes. C’était, sans doute, l’animal le plus beau et le plus terrifiant que le roi n’avait jamais vu, et aveuglé par son envie de tuer, le roi cria à ses troupes « Abattons-le ! Je veux sa tête au dessus de mon lit », mima Mme Potter en prenant une grosse voix basse pour imiter celle du roi.
- Oh le pauvre…
- Oui le pauvre cerf… Mais ce cerf était en réalité très malin… Il s’élança à travers la forêt, et courut plus vite que l’éclair car il était aussi léger que le vent. Le roi et ses soldats furent vite laissés à la traîne par le puissant cerf, ne pouvant entendre que ses sabots claquer nerveusement contre le sol. Le roi en perdit la raison car il avait l’impression que le cerf était partout à la fois, le narguant, lui et ses hommes.
- Il traqua le cerf…
- … Jusqu’à l’aube !
- Et après ? s’impatienta James en ouvrant grands les yeux.

Sa mère s’arrêta un instant avant de scruter son fils du regard. Les histoires étaient faites pour endormir les enfants, et pas pour les exciter… Elle soupira et reprit le cours du conte, cédant une fois de plus aux caprices incessants de son fils.
Du haut de ses 5 ans, le petit Potter savait déjà parfaitement mener son petit monde du bout de sa baguette, quoique encore inexistante…

- Après, le roi et ses hommes étaient épuisés et les chevaux ne pouvaient plus avancer. Ils étaient en train de rebrousser chemin jusqu’à leur château quand le grand cerf surgit de nulle part et se mit en travers de leur chemin. Le roi beugla de nouveau « tuez-le ! tuez-le », et le général de son armée décocha une flèche, visa le cerf et le loupa de quelques centimètres.
- Ouf…
- Mais le roi était le meilleur des archers, et à son tour il décocha une flèche et s’apprêta à viser le cœur du cerf. Celui-ci était encerclé par les soldats, incapable de bouger. Le roi allait tirer sa flèche quand une vieille dame apparut subitement devant lui, le suppliant de ne pas tuer ce cerf car il était le roi de la forêt, le cœur de la magie…
- Le cœur de la magie ? répéta James, les yeux brillants.
- Oui… La vieille dame, affublée de guenilles, supplia le roi de ne pas tuer cet animal, lui expliquant alors que sans roi, la forêt allait dépérir et que tout ne serait plus que poussière, ténèbres et obscurité. Mais le roi n’écouta pas les propos de la vieille dame. Il la poussa de son pied, et au moment où elle tomba à la renverse il…
- Tira sur le cerf…, poursuivit-il en mettant sa main sur sa bouche, horrifié à cette idée.
- … en plein cœur !

Mme Potter entendit le vent venir taper contre les carreaux de la fenêtre et elle se leva pour fermer les volets et tirer sur les épais rideaux rouges en velours.
Elle revint s’asseoir près de son fils et baissa la luminosité de la veilleuse.

- Le cerf mourut au moment où la flèche transperça son cœur, reprit-elle.
- Et la forêt aussi ! Plus d’arbres, plus d’eau, plus de fées…
- Plus rien… Toute la verdure était devenue poussière, et la lumière disparut engloutissant la forêt dans l’obscurité la plus totale. Les petits animaux disparurent pour laisser place aux gros serpents dont le plus gros de tous s’autoproclama le roi de la forêt…
- Berk… Moi j’aime pas les serpents ! C’est tout gluant et tout froid, se plaignit James en faisant une grimace qui fit rire sa mère.
- Moi non plus je ne les aime pas !
- Ensuite ?
- Comme le mal et le bien font partie d’une entité unique, comme l’amour et la haine, le jour et la nuit, la lune et le soleil… Il devait forcément avoir un pendant bienveillant au nouveau roi de la forêt.
- Pour combattre le serpent !
- Exactement, mais comme la forêt était devenue maléfique, faisant déserter toute la pureté, les prétendants étaient introuvables… Alors la vieille dame reprit sa forme initiale. C’était une sorcière. Une très grande sorcière, puissante et juste, et elle dicta une malédiction au roi, elle lui dit « Toi qui nous a fait perdre notre roi, et a fait prospérer le mal dans notre lieu bien aimé, j’en implore les plus grands pour qu’il te prenne à ton tour la chose que tu chéris le plus… jusqu’à ce que justice soit rendue », acheva Mme Potter en mimant une petite voix aigrie et rêche, qui fit beaucoup rire son fils.

James avait reposé sa tête sur son oreiller et jouait de nouveau avec les mèches de cheveux de sa mère qui venait s’entortiller autour de tous ses doigts à présent.

- Alors les magiciens lui prirent son fils, continua James.
- … et ils le transformèrent en un grand cerf, presque identique à celui que son père avait tué. A la différence que ces bois étaient encore plus imposants, et que ses yeux étaient chocolats, et non noirs.
- Comme les miens ! souligna James en mettant ses doigts contre ses yeux.
- Et comme les miens, montra-t-elle avant de reprendre son histoire. Le roi, fou de colère, ne put empêcher la transformation de son fils en cerf et fût obligé de le voir fuir dans la forêt maléfique car tous les hommes voulaient le tuer pour accrocher sa tête dans leur maison…

Le petit garçon se redressa et s’assit sur son lit pour mieux écouter l’histoire mais sa mère l’obligea à se rallonger sous les couvertures.

- Sinon j’arrête, le menaça-t-elle en caressant son petit nez.
- Non ! gémit James.
- Alors reste tranquille, acheva-t-elle avant de poursuivre. Le roi, fou de colère et de tristesse, fit venir les plus grands savants de son pays et des pays voisins. Mais personne ne put lui indiquer comment sauver son fils… jusqu’à l’arrivée de Maymar, le savant le plus fou mais le plus sage du royaume. Il portait une longue barbe argenté et de toutes petites lunettes en forme de demi-lune. Le savant s’avança vers le roi et lui expliqua que seul un cœur pur pouvait sauver son fils de cette terrible malédiction. Ce cœur pur devait l’aimer pour ce qu’il était vraiment et lui faire boire l’eau de la rivière…
- … gardée par les serpents !
- Pas facile d’accès… Mais le roi ne désespéra pas et il fit confiance au vieux savant. Alors il attendit… patiemment qu’une jeune fille vienne délivrer son fils de l’emprise du corps de cerf dans lequel il s’était retrouvé coincé à cause de son père…
- C’est la princesse Aurore ! s’exclama James en souriant béatement.
- Tu devrais me raconter l’histoire, tu sais…
- Maman !

Elle soupira et reprit son histoire.

- Bien des années après, dans le royaume d’à côté, vivait la princesse Aurore qui venait d’avoir 16 ans. Elle était extrêmement belle et certains disaient même qu’elle descendait directement des dieux, tellement sa beauté faisait pâlir les étoiles les plus brillante. Mais loin de n’être que belle, la princesse était aussi très intelligente et d’une bienveillance frôlant la naïveté. Son père était fier d’elle, et l’aimait plus que tout… Elle faisait prospérer son pays, adorait les oiseaux et aidait les gens dans le besoin sans jamais rien attendre en retour. Ses cheveux avaient la couleur du soleil ce qui apporta le réconfort et la chaleur dans le cœur des plus malades…
- Mais sa belle-mère ne l’aimait pas ! poursuivit James dont les yeux commençaient à diminuer de taille.
- Elle était jalouse de sa beauté et de sa gentillesse, alors pour se venger de la princesse elle l’envoya dans la forêt maléfique pour aller chercher « la fleur du soleil » afin de guérir des enfants très malades. La princesse, aussi courageuse qu’une lionne, ne se douta pas un seul instant du piège dans lequel elle allait tomber. N’écoutant que sa bonté, elle enfourcha son cheval, couleur baie, et partit en direction de la forêt maléfique, sans même un regard en arrière…
- Elle est partie toute seule, hein maman ? demanda James en baillant.
- Mets ta main devant ta bouche, lui dit-elle en prenant sa petite main pour lui coller au visage. Seule sans aucune escorte pour la protéger du mal de la forêt… En apprenant cela, son père, le roi, devint fou d’inquiétude…
- Il chassa la méchante…
- Il chassa hors de son royaume sa nouvelle femme qui avait envoyé sa fille bien aimée vers une mort certaine… Mais c’est ce qu’il croyait… En réalité la princesse Aurore, arrivée devant la densité obscure du feuillage, descendit de son cheval et préféra poursuivre à pied. Les êtres maléfiques comme les elfes noirs savaient que la princesse allait arriver… Alors ils s’amusèrent à effrayer la pauvre princesse jusqu’à la faire avancer au cœur de la forêt là où les forces obscures étaient au sommet de leur puissance…

James bailla une seconde fois et se laissa bercer par la voix de sa mère qui n’était devenue qu’un chuchotement léger. Elle entendit la porte de la chambre grincer doucement et se retourna pour voir qui venait de rentrer.
Charlotte Potter rencontra les yeux bleus de son mari et son petit sourire de reproche qui commençait à se dessiner sur sa bouche. Il venait de rentrer du travail et il n’était pas surpris de voir sa femme, encore au chevet de leur fils à une heure aussi tardive alors que le petit était déjà censé dormir depuis une bonne heure.
Elle mit son indexe sur sa bouche, intimant l’ordre à son mari de ne pas faire de bruit.
Henry Potter déboutonna les premiers boutons de sa veste et se laissa glisser doucement sur le vieux fauteuil bordeaux, près de la porte de la chambre, afin de pouvoir observer les deux amours de sa vie…

- Continue, maman, chuchota James, les yeux fermés.
- La princesse Aurore se retrouva vite devant deux chemins : le premier était jonché de ronces avec des rosiers qui lui barraient la route et elle pouvait même apercevoir au loin des épais nuages qui ne présageaient rien de bon ; le second était un petit chemin entièrement pavé, propre et entouré de marguerites, sous lequel coulait un ruisseaux d’eau… La princesse décida d’emprunter le second chemin…
- Mais le cerf jaillit devant elle pour l’en empêcher, poursuivit James dont les paupières devenaient de plus en plus lourde.
- Il la protégea de la fourberie du mal qui avait fait exprès de rendre ce chemin attrayant pour mieux l’attirer dans son piège. La princesse sursauta quand elle aperçut le beau cerf aux bois si imposants qu’elle se sentit obligée de s’incliner devant ce qu’elle considérait comme le plus magnifique des animaux… Le cerf, subjugué par sa beauté, s’approcha doucement d’elle et vint poser son museau contre sa paume de main… A cette simple caresse la princesse frissonna et comprit que ce n’était pas qu’un simple cerf !

Charlotte Potter coupa son récit lorsqu’elle entendit la respiration lente et régulière de son fils. Elle le borda une dernière fois afin qu’il n’attrape pas froid en cette nuit d’hiver agitée et se leva doucement de son lit, mais il ouvrit subitement les yeux, implorant sa mère de finir l’histoire.
Elle jeta un rapide coup d’œil à son mari qui secouait la tête pour lui dire qu’il ne fallait pas qu’elle cède, mais elle préféra l’ignorer et se réinstalla au chevet de son fils.

- En rentrant chez elle pour raconter ce qui s’était passé à son père, elle croisa le vieux savant du royaume d’à côté qui lui expliqua la vérité sur le cerf… Il lui dit qu’en réalité c’était un beau prince qui n’attendait que d’être délivré du malheur dont il était enclavé…
- Hum, marmonna James pour faire signe à sa mère de continuer alors qu’il s’enfonçait de nouveau dans un sommeil profond.
- Alors la princesse Aurore retourna dans la forêt et passa de longues heures en compagnie du cerf afin de l’appréhender… sans savoir qu’elle se faisait elle-même appréhender. Lorsqu’elle comprit qu’elle ne pouvait plus se séparer du cerf, elle partit à l’aventure au cœur de la forêt pour aller récupérer l’eau magique de la rivière. Elle coupa la tête des serpents qui devaient monter la garde, et plongea une coupe en or dans la rivière avant de faire boire cette précieuse eau au cerf…
- Hum…
- Le cerf se métamorphosa alors, devant les grands yeux verts de la princesse, en un magnifique jeune homme aussi grand que musclé, au visage d’ange avec ses boucles brunes, et dont les grands yeux chocolat n’étaient remplis que d’admiration et d’amour pour la belle princesse qui l’avait sauvé… Alors il la prit dans ses bras et il l’embrassa passionnément avant de la ramener chez elle, dans le château doré… Il demanda sa main à son père, et il l’épousa le jour même…

Cette fois-ci James Potter dormait réellement, son ours en peluche coincé sous son bras, ses petits poings serrés le long de son corps. Charlotte Potter lui détendit les poignets et l’embrassa tendrement sur le front avant de baisser la luminosité de la veilleuse au plus bas, projetant alors la chambre dans une douce obscurité. Elle caressa encore quelques instants les cheveux de son fils et finit par se lever pour sortir de sa chambre.
Elle retrouva son mari à l’extérieur, adossé au mur en face d’elle. Il l’attendait, le visage sévère.

- Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants, acheva-t-il en esquissant un sourire, faisant ainsi tomber le masque de l’impassibilité qui impressionnait tant le reste de la communauté sorcière.
- Il s’est endormi avant la fin, plaisanta Charlotte Potter en s’approchant tranquillement de son mari.
- Vous ne devriez pas lui raconter autant d’histoire, Charlotte, lui dit-il. Notre fils va finir par se perdre dans toutes ces histoires. Il serait capable de se prendre lui même pour le cerf ensorcelé…
- Oh Henry, je vous en prie. Il est encore si petit… et j’aime tellement lui raconter une histoire avant qu’il ne s’endorme, expliqua-t-elle en posant ses mains sur les avant-bras de son époux. Il est bon pour un enfant de rêver, vous savez…
- Et que va-t-il se passer quand il aura dix ans de plus ? Il serait capable de chercher la princesse Aurore partout, ajouta-t-il en fronçant les sourcils après avoir attiré sa femme contre lui.

Charlotte sourit timidement et commença à défaire le nœud de cravate de son mari. Ce dernier se laissa faire, non sans baisser le regard sur les grands yeux de biche de sa femme.

- Vous exagérez, Henry. James sait très bien que ce n’est qu’une histoire…
- Ah vous trouvez ? Et quand il ira à Poudlard et qu’il aura l’impression d’être dans le décor de son conte favori… Vous et moi, nous aurons l’air très fin, ma chère !
- Oh mais j’en connais un qui est grognon ce soir ! plaisanta-t-elle en arquant un sourcil.
- Charlotte… ne me poussez pas à bout ce soir, s’il vous plait, déclara-t-il avant d’embrasser sa femme.

Elle se laissa faire car de toute façon elle savait que son mari obtenait toujours ce qu’il voulait. Il était de nature très autoritaire et charismatique et c’était le trait de caractère qui l’avait attirée dès le début lorsqu’elle l’avait rencontré pour la première, alors qu’elle n’avait que seize ans.

- Vous avez passé une affreuse journée, n’est-ce-pas ? s’inquiéta-t-elle en caressant les boucles brunes de son mari, si semblable à celles de leurs fils.
- Un bon verre de Whisky et un autre baiser arriveraient vite à me la faire oublier, rassura Henry Potter en souriant doucement.

Sa femme comprit la subtilité de son message et après avoir déposé un autre baiser sur ses lèvres, elle descendit dans le petit salon du premier étage pour aller lui servir un verre.
Henry Potter regarda sa femme descendre les marches comme si elle n’était que volupté et douceur, et ouvrit délicatement la porte de la chambre de son fils.

Le petit Potter dormait paisiblement, et son père pouvait voir ses yeux bouger à toute allure sous ses paupières. Il sourit en imaginant le rêve de son fils. Il était certain qu’il se prenait pour le cerf ensorcelé, courant partout dans la forêt à la recherche de la belle princesse Aurore…
Note de fin de chapitre :

Le conte Le cerf ensorcelé est inventé de toutes pièces par mes soins mais je n'ai pas pu m'empêcher d'y glisser de petits rappels de certain Disney que j'affectionne comme La belle et la bête, Blanche-Neige ou encore Raiponce. : )
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.