S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Reviews pour Des yeux de condamné

Laissée par : Sectumsempra le 18/09/2016 11:39 pour le chapitre Des yeux de condamné

A chaque fois que je te lis, je me délecte de ce style d'une douceur et d'une fluidité incroyable, et de temps en temps, je note des détails qui me font comprendre pourquoi c'est bien. Ici j'ai remarqué le soin porté (ou pas, peut-être que ça te vient naturellement sans avoir à le travailler) à la ponctuation. Tu en fais un usage intéressant, t'en servant pour rythmer le texte, mettre en valeur un mot, donner un ton particulier au personnage, c'est bien fait.

Le point de vue extérieur pour cette histoire est parfaitement approprié, c'est original en plus, j'avais jamais rien lu sur lui.

Et cette relation, je suis vraiment heureux de la retrouver! Les relations familiales sont d'un compliqué sans nom, c'est la famille, de base on se sent obligé de les aimer, d'être d'accord avec eux, on les prend pour modèle, il est normal qu'un petit Sirius Black n'échappe pas à la règle.

Vraiment un très bon texte, bravo!



Réponse de l'auteur:

Pfiou, encore une perle de review. A force je ne vais plus pouvoir me promener sans rougir ! Plus sérieusement, je te remercie chaleureusement pour cette espèce de bombe. Je suis presque choquée d'entendre parler de douceur, en tout cas ça me touche. La fluidité, j'essaie de la maintenir, c'est pas toujours facile, mais les efforts paient apparemment... Merci <3
Pour la ponctuation, je tente effectivement de m'amuser avec. C'est difficile de trouver une identité en tant qu'auteur, personnellement je me débrouille mal avec les détails, les descriptions, donc j'essaie de me concentrer sur la forme, la poncutation. Et je suis plus que jouasse que tu le soulignes et que tu apprécies ça, vraiment, et je te dis un immense et énième merci.
Pour tout le reste merci aussi. Si seulement je pouvais m'exprimer mieux dans mes ràr, j'ai l'impression d'être une gourde à chaque fois. Mais chacun de tes mots me touche, m'encourage et me donne envie de continuer, de mieux faire.
Chacune de tes reviews a été précieuse à mes yeux.
Merci encore !


Laissée par : Chouette le 01/06/2016 16:09 pour le chapitre Des yeux de condamné

Fleur, merci.

Je n'ai rien écrit dans l'univers HP depuis longtemps, et j'ai l'impression de ne pas m'être plongée dans une fic depuis mille ans.

Puis j'ai eu une pulsion, tout à l'heure, j'ai voulu lire des textes de toi, Fleur. J'aurai du revenir ici plus tôt.

Parce que ton texte, là, c'est un petit bijou. J'ai les joues inondées de larmes silencieuses tant j'ai été émue. J'avais pas oublié, Fleur, tes mots et leur douceur, mais il faut croire que mes yeux et ma tête ne se souvenaient pas assez fort de leur saveur. Ta plume m'a percutée en plein coeur, et j'en tremble encore.

J'aime beaucoup Sirius et Walburga. Je les aime encore plus, quand ils sont de toi.

J'ai pas les mots, j'ai pas les mots pour te dire à quel point ton texte m'a retourné la tête, le coeur et l'estomac. J'ai mal, je crois que je vais encore pleurer un peu, mais tu vois, je ne peux pas m'empêcher de le relire une fois, ce petit OS.

Je sais pas, il y a quelque chose qui me troue l'âme, alors que ton texte se finit sur une note d'espoir.

Je suis incompréhensible et incapable de m'exprimer correctement.

Mais je te remercie, je te remercie tellement pour cet écrit fabuleux.

Merci d'écrire des textes pareils,

Chouette.



Réponse de l'auteur:

Je ne sais pas si tu te rends compte, si tu réalises, que c'est ta review qui est bouleversante. Tout comme toi, j'avais laissé tomber la fanfiction, je n'en écrivais plus, je n'en lisais plus, ça ne m'intéressait plus. Et je sais que ça date du 13 novembre. Mais ta magnifique review m'a rappelé à ce texte et à mon amour pour Sirius, Walburga, et les Black. Tu m'as donné envie de recommencer. Alors, merci à toi. Et tes mots aussi, ton émotion, tu ne peux pas savoir comme elle me touche. C'est elle qui m'a mis les larmes aux yeux, à mon tour, tellement c'était fort, et on devait être émue ensemble car je l'ai lue 5 minutes après que tu l'aies postée (désolée de répondre si tard. Il faut aussi le temps de se remettre !). Je ne sais pas comment te remercier, Chouette, pour tout ce que tu as pu faire pour moi. J'ai le sentiment triste que si ce texte t'a autant touchée, c'est qu'il t'a ramené à des souvenirs, ce sont toujours les textes qui nous ramènent à des souvenirs qui ont un tel effet sur nous. Du coup, en le relisant, j'ai été moi aussi touchée, mais par toi, car j'ai essayé de savoir ce qui avait pu particulièrement te mettre dans un état pareil. Je te remercie d'être venue vers moi, en tout cas, de m'avoir rendu ce goût pour les Black, et je te remercie pour tes mots qui me tourmentent encore. Je ne sais pas quoi dire de plus, je veux simplement te remercier, et t'envoyer beaucoup de réconfort, parce que je n'aime pas savoir que tu trembles, même si ça veut dire que j'ai su te procurer des émotions, ça me rend triste un peu. J'espère que tu vas bien. Je t'embrasse.


Laissée par : Asumi le 17/04/2016 18:29 pour le chapitre Des yeux de condamné

Tres joliment écrit et je trouve, dépeignant parfaitement l état d esprit de notre jeune Black préfère ! 



Réponse de l'auteur:

Merci Asumi, ton commentaire me touche beaucoup :)


Laissée par : SainteSevera le 26/12/2015 21:24 pour le chapitre Des yeux de condamné

Jesus, je crois que je vais dévorer TOUT. Si jolie plume, tendres formules, et habile analyse! C'est super!



Réponse de l'auteur:

Wow, tes reviews me vont droit au cœur SainteSevera, je ne sais pas quoi dire... Merci énormément ! 


Laissée par : Labige le 16/11/2015 00:38 pour le chapitre Des yeux de condamné

Tu choisis un début qui est à double tranchant : l’enthousiasme de Sirius, que j’imagine très bien ce petit gars courir partout, sauter et crier sa joie parce qu’il déborde d’énergie et que zut, c’est son anniversaire !

Et en face, la froideur. Le ton tranchant qui veut dire « j’en ai raf », alors que c’est la mère, et qu’elle pourrait être fière… Mais il y a ce contrôle des émotions et cette extravagance chez l’enfant qui doit dépasser son entendement. Je trouve du coup qu’en quelques lignes tu poses le contexte et il est bien froid….

Et le paragraphe suivant, tu bascules de point de vue et c’est frappant. Ne serait-ce que commencer par « Madame Black », ce ton froid et distant alors qu’ils sont frères et soeurs ! Et là tu nous présentes finalement le poison qu’est Walburga. « Vous êtes cette molécule humaine, proche du mercure et de l’arsenic, dont personne n’aurait trouvé l’antidote. » c’est tellement vrai ! tellement ce qu’on peut penser de personnes qui détruisent les autres par des réflexions, des mots, des attitudes, des regards ou le ridicule qu’elles imposent. Puis tu parles tellement bien de cette volonté de leur faire du mal comme ces personnes le font, avec le même détachement, la même sérénité. Alors qu’en vrai, toute personne un tant soit peu normale ressent les émotions et ne peut pas.

Et là encore tu nous surprends en mettant l’enfance de Alphard en parallèle avec ce que tu dis de Sirius : tous deux ont voulu l’attention de cette femme parfaite, de cette femme reine, et tout ce qu’ils en tirent, c’est de la douleur, de la peine et la perte de confiance en soi. En tout cas, c’est ainsi que je vois ce que tu dis. Elle est comme une lumière vers laquelle les insectes sont attirés et ne peuvent s’empêcher de toucher, d’essayer et de s’y brûler.

Je n’aime pas trop que tu dises « sort de la grotte » car ça casse finalement l’image parfaite, l’image lisse et si repoussante de ce couple. Tu le réduis à une animalité qui ne va pas avec l’impérialisme, la supériorité qu’ils ont. Et pourtant, dans la même phrase, tu nous signales qu’ils ne partagent plus le même lit puisque Orion passe son temps dans son bureau. Ce qui l’en fait sortir ? Le gamin qui crie. Le gamin qui l’importune, qui importune ses parents qui du coup, le repoussent comme ce vulgaire insecte insignifiant. D’un côté j’imagine parfaitement ce tableau de famille et… de l’autre je me demande pourquoi. Pourquoi alors que sur les épaules de ce petit garçon repose la famille Black et leur lignée ? Parce que Sirius n’a pas le comportement et la retenue qu’il devrait avoir ? Parce qu’il n’est pas la parfaite petite représentation qu’elle voulait avoir ? L’explication manque ici pour comprendre ce qui peut justifier ce détachement des parents. A la limite, j’aurais parfaitement compris qu’elle le reprenne et lui demande d’arrêter. Mais tu ne donnes que le mur de l’indifférence, le rejet… et je ne comprends pas tout à fait pourquoi, ce qui suscite par contre beaucoup de questions.


Tu passes ensuite à la relation entre Sirius et cet oncle qu’il ne connait pas beaucoup, cet oncle qui vient du côté de sa mère et qui ne peut que lui ressembler. Tu tombes peut-être dans la facilité du masque, de l’oeil sévère, au lieu de le présenter comme un contraste avec sa soeur (ce qui aurait été une autre facilité, je te le conçois). On a presque l’impression que c’est leur première rencontre… et je ne comprends pas pourquoi cet oncle, cet Alphard ne montre pas plus tôt et plus franchement à Sirius qu’il le veut heureux. De peur d’être rejeté par sa sœur ? Qu’elle lui interdise l’accès à ses enfants ?

Et puis par une simple phrase tu tisses un lien entre ces deux hommes, cet anniversaire… La joie de Sirius de trouver autre chose que ses parents, que le mur sur lequel il tape et qui ne s’effondre pas. Tu m’étonnes qu’il ait des doutes Sirius… j’ai envie de le prendre dans mes bras depuis le début de ton texte parce que ses parents… ce monde d’apparences, ce monde froid dans lequel il doit grandir… Je suis triste pour lui. Triste parce que le problème est que ce genre de familles existe.

« Je n’avais jamais su aimer ou être aimé » à la fois je trouve cette phrase très forte, parce qu’on comprend en peu de mots le lien finalement qu’ouvre Alphard mais d’un autre… d’un autre tu ne décris que l’étincelle chez Sirius, et l’ouverture un peu. Et tout ça si vite. J’aurais bien aimé que ce soit plus développé, plus abouti, qu’on voit vraiment des changements. Après c’est difficile parce que Sirius a quatre ans et que tu ne décris qu’un anniversaire. Mais j’aimerais un jour lire de toi cette relation, comment elle éclot (comme une Fleur ! :hibiscus : ) et ce qu’ils s’apportent. Tu nous beaucoup et à la fois si peu que c’en est frustrant !

 

Et cette parenthèse se ferme aussitôt avec le retour au père, à la mère qui reprennent leur rôle, peu perturbés par la joie de leur fils qu’ils ignorent. Puis le rôle, le dicton, le par cœur, la récompense pour être le parfait perroquet… La récompense qu’il attend, qu’il attendait et qu’il attendra toujours car elle contente le petit enfant qu’il est qui recherche l’affection maternelle… Une relation de manipulation flagrante qui détermine cette supériorité maternelle.

Après… tu décris Walburga comme désemparée, mais pourquoi ? Fatalité seulement ? Est-ce que cela peut expliquer l’indifférence ? Le rejet ? Et tu poses tant de questions avec ce parallélisme avec leur propre mère qu’on ne connait pas… Veut-elle s’affirmer comme ça ? Veut-elle ne pas être une mère faible pour tenir tête et être forte face à son mari ? Est-ce qu’être mère est finalement une faiblesse ? Alors oui Alphard la hait pour ce qu’elle fait et pourtant, il se pose tant de questions sur ses motivations, sur ce qui a pu détruire ce coeur – s’il y en a eu un …

Et jusqu’au bout finalement Walburga emmène Sirius dans la mascarade puisqu’il y a une cérémonie pour les cadeaux, comme le cérémoniel de la citation des black, alors que la joie spontanée, la joie que ce soit l’anniversaire est, elle, refusée.

« — Maître Sirius, préparez-vous pour la cérémonie. » Juste cette phrase, par l’elfe, montre tellement tout ce processus, tous les protocoles qu’il faut suivre et qui ronge en fait la vie dans cette famille. Et si Sirius est tellement brigué c’est aussi parce qu’il est l’aîné et qu’il représente l’honneur de la famille, le modèle à suivre, la perfection qu’ils veulent donner, non ? Mais il ne se fait pas réprimander… après, oui, l’indifférence suffit à le détruire de l’intérieur comme tu le dis, à mettre des doutes et tout le reste.

Aaaah, je suis trop triste pour Alphard aussi… parce que sa présence ne rerpésente rien pour le petit Sirius à côté de l’attention de ses parents qu’il a réussi à grappiller. Et les mots qu’il lui répond face à  sa tendresse et son attention : une manière de dire qu’il n’est pas comme cet oncle, qu’il suit ses parents ? C’est presque une valse de l’intérêt qui passe de l’un à l’autre, qui repart et revient, à pas réguliers, avec les parents qui sont indifférents ou manipulateurs. Et puis Regulus sous le lit : Sirius fait-il déjà dans l’apparence ? Fait-il cela pour montrer qu’il est grand alors que le petit frère est encore derrière ? Fait-il cela pour enfant être quelque chose aux yeux de ses parents ?

« Vous seriez toujours deux. » Gniiiii mon petit coeur se serre parce que non, ils ne sont pas deux… ils ne sont pas deux car Sirius a secoué l’indifférence et les masques, parce que Sirius a décidé qu’il ne rentrait plus dans ce carcan de jeux de rôle et qu’il a laissé son frère derrière lui. Son frère qui a aussi donné sa vie contre Voldemort, qui a su plus avant tout le monde mais qui n’a jamais pu revendiquer ce « bon » côté. Gniiii c’est trop triste. Tout ça dans ces petits mots…

 

Les deux derniers paragraphes… Cette avancée dans le temps, ce regard en arrière et ce mensonge proféré par Sirius. Tout ton texte dément ces paroles, tout ton texte crie qu’il faisait tout pour avoir ce geste d’affection… Jusqu’au trop plein et le départ. En quelque sorte Fleur tu justifies le départ de Sirius pour qu’il se trouve une raison à l’attitude de ses parents. C’est horrible. Horrible, vraiment. Et il laisse oui derrière lui ce frère, Regulus, qui se retrouve avec le plomb sur les épaules et l’indifférence, la haine contre le frère, de ses parents.

Comme je te l’ai dit, je trouve ça poignant qu’il aurait pu prendre exemple sur le petit frère, inverser les rôles parce que l’un accepte la situation et l’autre, depuis le début de ton texte, a cette vie, ce décalage qui est insupportable.

Et tu finis sur un regard… le même regard qui file ton texte, celui doux de Alphard, celui bienveillant qui veut sauver ce Sirius. Je pense même qu’il y a de la gratitude pour avoir été choisi comme protecteur par Sirius.

 

 

Donc je disais que j’aimerais tellement lire plus de tes mots sur cette relation, sur la période ou Sirius change et où Alphard change. Leur complicité peut-être ? leurs discussions ? Finalement tu évoques déjà tout ça mais… mais le regard ne suffit qu’à attiser ma curiosité. Chapeau en tout cas, tu as dans ta tête des relations chez les Black qui sont complexes mais belles. Belles parce qu’elles sont humaines dans leur indifférence, dans leur supériorité, dans leur hiérarchie, ou dans leur amour.


Laissée par : Ellie le 07/11/2015 17:30 pour le chapitre Des yeux de condamné
J'ai vraiment beaucoup aimé les deux derniers paragraphes, Alphard qui voit à travers tout ce que se raconte Sirius sur sa mère, pour se faire croire qu'il se fiche d'elle. C'est drôle, comme Eanna les a mis en ordre chronologique, les trois textes que j'ai lus portent plus sur Walburga que sur Sirius (et par hasard le drabble que j'ai publié ce matin est aussi sur elle !), et en fait elle est déplaisat mais vous réussissez toutes quand même à la rendre intéressante, c'est cool !

J'ai trouvé super mignon aussi Regulus sous le lit ^^

J'ai un peu moins adhéré au début, je trouvais les scènes un peu courtes et détachées, j'arrivais pas vraiment à entrer dedans.

Happy BlackDay à toi aussi ^^

Réponse de l'auteur:

Hehe, merci Ellie, je suis franchement contente que tu aies aimé les deux derniers paragraphes, surtout que je connais ta sincérité dans les reviews, donc ça me fait grave plaisir o/
Ah, cette bonne Walburga ! Il fallait encore qu'elle vole la vedette à son fils, quelle cruauté ;_; J't'avoue que c'est fun d'écrire sur elle, elle est super fascinante en fait, vraiment.
Pour le début, c'était fait exprès, du coup, d'avoir des scènes détachées comme ça, pour insister sur le détachement des parents justement. Mais je comprends que tu n'aies pas forcément adhéré. 
Boon, j'ai pas été très bien ces deux dernières semaines donc j'ai lâché les reviews pour le projet alors que j'étais à fond mais je vais revenir en force (Siriuuus <3) et reprendre ton recueil de drabble le plus vite possible (j'espère) :D
Merci encore pour cette gentille review !
PS : J'ai vu que tu avais publié ton Sirius/James, je n'ai pas lu encore mais ça ne saurait tarder parce que... tmtc, Sirius et James quoi, je valide o///


Laissée par : Eanna le 07/11/2015 13:36 pour le chapitre Des yeux de condamné
J'ai vraiment adoré ton texte, Fleur :) Ta vision de Sirius à travers Alphard est très intéressante, et très touchante, et puis ton Alphard est lui-même super dans son attachement à Sirius, on a l'impression qu'il est le seul à l'aimer vraiment, à le considérer comme un enfant, à lui parler comme à un enfant alors que ses parents veulent déjà qu'il se comporte comme un adulte et soit fort, mature, beaucoup trop pour son âge.
Bon, avec la quantité d'anniversaire tristes qu'il a eus selon les textes écrits pour le projet, c'est à se demander comment Sirius a atteint ses 36 ans sans d'avadakedavriser avant, mais bon :mg:
J'aime vraiment beaucoup ton style, la façon dont tu écris, c'est très agréable à lire, très lyrique, tu dis des choses très justes, comme lorsque tu parles de la façon dont un enfant perçois le compliment "tu es beau", bref j'ai vraiment beaucoup aimé ton texte, j'ai passé un très bon moment à le lire ! Tu as parfaitement rendu justice à ce personnage que tu aimes tant ;)

Réponse de l'auteur:

Oooh, merci beaucoup Eanna, je suis trop contente que tu aies adoré ce texte ! J'avais peur que tu le trouves trop mélo :mg: Ta review m'a vraiment fait plaisir :D
Je trouve que tu as très bien perçu ce que je voulais dire et ça me fait d'autant plus plaisir <3 Sur Alphard qui le voit enfant, les autres, qui le veulent adulte. 
Mouhahahaha, en même temps, tu avoueras qu'écrire un anniversaire banal n'était pas très passionnant :mg: Puis j'imagine qu'à l'époque des Maraudeurs, c'était cool o/ D'ailleurs, faut vraiment que je lise ton texte, j'étais tellement motivée pour tout lire et reviewer (pour une fois !) mais avec mes ennuis de santé et ces derniers jours, j'avais plus du tout la tête à ça. Ça viendra, quand même, parce que Siriiiiius :keur:
Haaan, tu aimes mon style, c'est trop cool *_* Merci encore pour tous tes compliments et le dernier qui ne pouvait me faire plus plaisir : rendre justice à ce personnage que j'aime tant (haha).
Merciiiii et plein de bisous
Fleur


Laissée par : The Night Circus le 05/11/2015 18:19 pour le chapitre Des yeux de condamné

Fleur <3 <3 <3 

 

Désolée, je ne vais pas pouvoir faire une review très longue parce que je n'arrive pas à rester longtemps dans la même position, mais haaan cette histoire !!! 

J'adore le fait que tu aies adopté le pov de l'oncle de Sirius, et que tu dresses le portrait de leur histoire à tout les deux, ou du moins d'un pan de leur histoire à tous les deux. C'est vraiment ce que j'ai préféré dans ton texte. 

Et bien sûr, y'a toujours la toxicité de Walburga qui est omni présente et d'ailleurs cette phrase : Tu as choisi d’engendrer la souffrance pour qu’il y ait une raison, au moins, de te sentir mal-aimé.  

Je l'adore o_o

Bref, un superbe texte, mais venant de toi je n'en attendais pas moins vu le sujet ;) 



Réponse de l'auteur:

Ta review n'est peut-être pas très longue, TNC, mais elle en vaut au moins mille longues ! J'ai été très touchée par ton message et tous ces petits cœurs, au début, qui ont tant signifié pour moi. Puis, voilà, ton avis compte à mes yeux, donc tes compliments ont davantage d'impact. Je suis juste ravie que tu aies tant aimé la relation entre Alphard et Sirius, ça me donne presque envie de réécrire sur eux, un jour :D Ravie aussi que tu relèves une phrase aussi spontanément. Fin voilà, franchement, tout cela me touche et j'ai l'impression de dire des banalités sans nom quand ta review a été si bénéfique. 
Merci du fond du cœur pour tes compliments et ton avis, je suis comblée !
Je t'embrasse
Fleur


Laissée par : LilyBlack38 le 04/11/2015 15:01 pour le chapitre Des yeux de condamné
OMFG ! Cet OS est tellement beau Fleur ! J'aime tellement toujours ta plume ! C'est ouf quoi, la lourdeur de ce texte, cette impression d'oppression permanente, dans le discours de l'oncle Alphard... Mince alors, j'en suis toute chamboulée ! Vraiment bravo à toi ! Et cette phrase de fin... Je te regarde, ému, et j’espère ne plus les revoir désormais. Tes yeux de condamné.

C'est tellement fort, ce rappel au titre, ce rappel aux yeux du petit Sirius de quatre ans... Gosh, Fleur, j'aime ton OS !

La bise à toi !

Happy BlackDay !


Réponse de l'auteur:

Wow, merci pour cette jolie review et ton enthousiasme, Cass ! Je suis tellement contente que tu aies aimé à ce point, et flattée des mots que tu emploies pour en parler. Vraiment, merci merci merci, tu ne sais pas à quel point ça me touche ;___; J'ai l'impression de ne pas mériter cet élan de compliments.
Je t'embrasse fort,
Fleur


Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.