Noir Zénith, ou la Damnation Eternelle: by Sleilo
Summary: J'ai 37 ans et ce soir je vais devoir tué l'homme que je considère comme mon mentor. Et cela au non de cette guerre qui m'a déjà volé mon adolescence,la femme que j'aimais et ma liberté. Maintenant elle m'arrache même ma dignité... J'ai 37 ans et je nomme Severus Snape.



Fanart de cris_art

Categories: Biographies, Severus Rogue Characters: Severus Rogue
Genres: Tragédie/Drame
Langue: Français
Warnings: Aucun
Challenges: Aucun
Series: Les Ténèbres ne peuvent exister sans la Lumière
Chapters: 1 Completed: Oui Word count: 1346 Read: 1054 Published: 21/12/2008 Updated: 22/12/2008
Noir Zénith, ou la Damnation Eternelle: by Sleilo
Author's Notes:
Présence d'un meurtre commis par Avada Kedavra et de scènes de tortures non explicites.
SsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsS ~&&&&&&&&&&~ SsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsS

Série: Les Ténèbres ne peuvent exister sans la Lumière.

SsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsS ~&&&&&&&&&&~ SsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsS


Noir Zénith, ou la Damnation Eternelle:


!~ ~ $ $ $ ~ ~!



Je courrais dans les couloirs de Poudelard bousculant sans ménagement tous ceux qui se trouvaient sur mon passage. C’était le soir, ce soir, en haut de la tour d’Astronomie, tout serait dit et je devais arriver à temps. Mon cœur battait à tout rompre et j’avais la gorge serrée. Un point de côté atroce me broyait la poitrine, mais ignorant la douleur, j’accélérais encore, montant quatre à quatre les escaliers menant à la tour.
Je finis par déboucher à l’air libre pour voir Dumbledor faisant face à Drago. Le gamin avait baissé sa baquette. Le soulagement me submergea mais rapidement l’horreur de la situation ma frappa: je ne pouvais plus reculer.

M’avançant avec un rictus triomphant aux lèvres, je repoussais rudement Drago, prenant sa place face à mon mentor, mon père spirituel. Je savais que mon expression exprimait la haine et le dégoût, que mon bras ne tremblait pas… Mais intérieurement, j’étais terrorisé et mon estomac semblait vouloir s’échapper de mon corps, alors qu’un étau glacé enserrait mon cœur. Tout mon être se rebellait contre cette situation, contre ce qui allait suivre. J’étais dans un état second, comme figé par l’horreur.
Dumbledor commença à parler mais ses mots ne m’atteignaient pas, ils glissaient sur moi, inutiles et vains. Et je me contentais de le fixer, plongeant mes orbes noires dans ses yeux couleur ciel d’été. Son regard exprimait un intense tristesse, des regrets, de l’amour et un pardon sans condition.
Je faillis détourner les yeux et tomber à genoux, comme le chien que j’étais. Mais je tins bon, me rappelant notre discussion:

**  « _ Promets moi de m’obéir Severus, promets moi de la faire. Voldemort doit être certain de ta fidélité »**

Je me rappelais encore mes protestations désespérées, ma promesse de trouver une solution… Mais lui avait seulement secoué lentement la tête et m’avait dit qu’il allait mourir. Qu’il voulait que sa mort soit utile, que je devais vivre pour protéger Harry.
Je me revoyais encore tomber à genoux à ses pieds et le supplier misérablement de ne pas me demander de faire cela. C’était inutile, il m’avait arraché une promesse… Celle de le tuer.

Ce soir, il allait me demander de la tenir, cela me brisait le cœur et m’horrifiait. Il me parla de nouveau, d’une voix tellement chargée d’émotions, qu’il était impossible de toutes les identifier:

« _ Severus, je t’en prie, s’il te plais… »

Sept mots… Sept malheureux mots qui m’ont poussés à agir, à tenir parole. Envahit par terrible envie de pleurer et par un sentiment de dégoût intense, je levais ma baguette et prononçais:

«_  Avada Kadavra. »

Tétanisé, je vis l’éclair vert jaillir et le frapper en pleine poitrine, faisant chuter, par-dessus les créneaux, le corps du seul homme à qui j’avais donné ma confiance.
Les larmes se pressaient sous mes paupières et mes jambes menaçaient de me lâcher, mais je devais tenir. Maintenant je n’avais plus le choix, je devais aller de l’avant pour Harry, pour Lily et pour Albus.
**Albus…**Songeais-je avec désespoir. **Je suis désolé mon ami, je…**
Je ne pu poursuivre mes pensées, il me fallait désormais fuir. Ce que je fis sans tarder, repoussant rageusement les derniers événement dans un coin de mon esprit, pour ne pas laisser la honte, la culpabilité et les remords m’écraser.
Je débouchais dans les couloirs de l’école, où une bataille entre élèves et mangemorts faisait rage. Sans même ralentir, je stupéfiais discrètement le plus possible de mes « collègues » masqués, aidant au mieux les étudiants sans me faire remarquer.

Je finis par réussir à sortir dans le par cet alors que je me rapprochais de la forêt interdite, je fus intercepté par Potter et sa bande. Il attaque immédiatement ma crachant mes quatre vérités, au visage:

« _ Assassin!! Traître!! Comment avez-vous pu?! Cet homme vous faisait confiance! Il avait foi en vous, envers et contre tous!! En réalité je vais dire Snape vous n’êtes qu’un lâche, lâche frappant ses amis dans le dos!! »

Ces mots me blessaient atrocement, ils me labouraient le cœur et me déchiraient l’âme. Ils sonnaient tellement juste que je ne pu les contredire. Jusqu’à ce qu’il me traite de lâche. Mon sang ne fit qu’un tour. Oui j’étais un traitre, un monstre, un assassin, mais jamais… Oh grand jamais, je n’avais fait preuve de lâcheté. J’avais tout sacrifié pour lui, pour le protéger. J’avais pris tous les risques, j’avais même tué Albus… J’étais ivre de rage, de colère, de douleur et de tristesse; alors j’explosais:

« _ Je ne suis pas un lâche, Potter!!! » Hurlais-je en enchaînant les sortilèges et en laissant les trois gamins hors combat, mais vivants.

Ecrasé par le chagrin et la culpabilité, je repris ma fuite. Après avoir retrouvé Drago, je transplanais avec lui auprès du Seigneur des Ténèbres.
Refouler mes sentiments était de plus en plus difficile, mais il fallait tenir. Je ne pouvais pas échouer maintenant, pas après tout ce qui c’était passé. Alors une fois encore, je refoulais mes sentiments et raffermissais mon esprit à la flamme de la haine que j’éprouvais pour mon Maître. Le visage rigoureusement impassible, je me présentais devant lui. Il commença par punir Drago, puis il le confia « aux bons soins » de Bellatrix. Pauvre gosse malgré tout il ne méritait pas ça…
Alors qu’il partait je lui adressais un regard de soutien. Puis mon tour arriva.

« _ Sssseverussss pourquoi as-tu tué Dumbledor à la plasssse de Drago? 
_ Narcissia Malfoy m’avait poussé à passer un serment inviolable, Maître. » Répondis-je humblement, luttant toujours contre mes émotions et ne pouvant réprimer un léger tremblement. Je ne pourrais plus tenir très longtemps, mes nerfs allaient lâcher…

« _ Bien Sssseverussss, tu n’as pas resssspecté mes ordres. Tu dois être punis! »

Une séance de tortures à coup de doloris et d’autres charmants sortilèges commença. Je lui en fus presque reconnaissant, la douleur était telle qu’elle occultait tout et noyait mes sentiments dans une mer de souffrance. Je me rappelle vaguement mettre effondré, sur le sol, en hurlant, le corps secoué par de violentes convulsions.
Puis le Maître se lassa et je me remis péniblement à genoux, essuyant les sang coulant de mes lèvres. L’interrogatoire repris:

« _ Pourquoi as-tu laissssser Potter ssss’échapper, Sssseverussss? »

J’inspirai à fond et parlai d’une voix ferme, mais un peu rauque à cause de mes hurlements:

« _ Vous nous aviez ordonné de vous laisser ce sale gosse, Maître. Et il y avait cet hybride répugnant pour le protéger…. 
_ Ssssilensssse, Sssseverussss!! Je te croyais plus intelligent. Endolorissss! »

La douleur revint et la suite des événements se perdit dans un enchaînement de tortures diverses et variées que j’accueillis comme l’expiation pour le meurtre de mon mentor….

J’avais 36 ans et je venais de tuer le seul homme qui m’avait tendu la main, sur son ordre. J’étais un misérable, pas même un homme et je méritais mille fois la mort, mais je devais vivre pour que Potter gagne. Je devais mener ce gosse comme un agneau à l’abattoir. Décidément rien ne me sera épargné, puisse la mort m’emporter avec Harry!

!~ ~ $ $ $ ~ ~!


SsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsS ~&&&&&&&&&&~ SsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsS
End Notes:
^^ Pour changer j'aimerai savoir si ça vous a plu ou pas^^
Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=12638