Les découvertes de Cho Chang by dobbymcl
Summary: Quand Cho Chang rencontre Ginny Weasley dans un train moldu, elles évoquent le passé.
Categories: Après Poudlard Characters: Autre personnage, Ginny Weasley
Genres: Aucun
Langue: Français
Warnings: Aucun
Challenges: Aucun
Series: Incroyablement photo-Ginny-que
Chapters: 1 Completed: Oui Word count: 1262 Read: 1252 Published: 17/08/2013 Updated: 17/08/2013
Story Notes:
OS pour le projet Photo-Ginnyque du fan club de Ginny.
Chapitre 1 by dobbymcl
Author's Notes:
Deuxième OS écrit pour le projet photo-Ginnyque. Le second personnage qui m'a été arribué par tirage au sort est Cho Chang et j'ai vraiment eu du mal à l'écrire. Voilà pourquoi, comme vous le verrez, je me retrouve avec un POV "en flash back."
Ginny Wesley était assise en face de Cho Chang. Cette dernière, quand elle était montée dans l’habituel train moldu, qu’elle prenait pour aller voir son fiancé, ne s’était pas attendue à y rencontrer une ancienne élève de Poudlard. Surtout pas Ginny Weasley, parce qu’avec sa carrière de joueuse de quidditch, pourquoi aurai-elle du temps à perdre dans un train moldu ?

Ginny avait toujours ses mêmes cheveux roux flamboyants et ses yeux marrons où présentement il y avait une lueur de surprise.
« _ Cho ! C’est toi ?
_ Oui, c’est moi. Avoues que tu ne t’attendais pas à me trouver là. »

Ginny ne répondit rien. Les deux sorcières s’observèrent en silence, puis pour rompre ce malaise entre elles, Ginny reprit la parole. « _ Je vais me marier.
_ Je sais. Il me semble l’avoir lu dans les journaux. Moi aussi, je vais me marier mais je ne suis pas une célèbre joueuse de quidditch et mon fiancé est un moldu.
_ Tu aurais pu être joueuse de qidditch. »

Cho ne répondit pas, étonnée d’entendre Ginny Weasley lui faire un compliment. A Poudlard, Ginny était déjà une des meilleures joueuses de l’école. Cho sourit : « Tu te souviens quand tu as attrapé le vif d’or sous mon nez. Je n’étais pas très contente, conclut Cho, en riant.
_ Je me souviens, et Ginny éclata de rire à son tour. »

Après un nouveau silence, parce que les deux jeunes femmes étaient plongées dans leurs souvenirs, Cho relança la conversation : « _ Je n’ai pas choisi le quidditch parce que je voulais soigner des gens après la guerre. Il y a eu tant de blessés et de morts, je voulais réconforter les autres.
_ Et tu as réussi ?
_ J’ai d’abord voulu devenir Médicomage mais je ne supportais quand les médecins ne parvenaient pas à guérir les patients. J’ai préféré alors soigner les gens en les écoutant. Je suis Psychomage depuis quelques mois.
_ C’est un beau métier. Il faut des gens qui écoutent les autres. »

Cho ne répondit pas de suite comme si elle réfléchissait à sa réponse. « _ Si je n’avais pas rencontré un bon Psychomage après la mort de Cédric, je n’aurais sûrement pas choisi ce métier.
_ Je n’ai pas vu de Psychomage après la mort de Fred mais pour la première fois de ma vie je me suis vraiment autorisée à pleurer. Avant, je ne pleurais pas.
_ Je sais.
_ Pardon ? S’xclama Ginny étonnée que Cho puisse connaître quelque chose de si intime sur elle.
_ J’ai entendu Harry le dire à Hermione Granger au détour d’un couloir : « Ginny ne pleure jamais. » J’ai été jalouse parce que moi je pleurais trop quand j’étais avec Harry. »

Ginny ne répondit pas de suite. Elle regardait Cho avec compassion, ce qui n’étonna pas l’ancienne Serdaigle « _ Il y a toujours eu de la gentillesse en toi, Ginny. Tu n’hésitais pas à parler à ceux qui étaient différents, décalés des autres comme Luna Loveggod ou Neville Londubat.
_Pourquoi tu me dis ça.
_ Parce que je pensais à toi telle que tu étais en cinquième année. Quand tu es sortie avec Harry, j’étais jalouse alors je t’ai observée pour savoir si Harry était heureux avec toi. »

Un silence de plus passa entre les deux jeunes femmes. Ginny savait que Cho ne la jugeait pas, elle évoquait le passé mais Ginny avait un peu peur. Et si Cho lui disait qu’elle n’avait pas de caractère, qu’elle ne s’intéressait à Harry que parce qu’il était célèbre ? Si Cho ne voyait en elle qu’une arriviste désirant toujours plus de gloire ? Elle se décida enfin à savoir ce que Cho pensait d’elle : « _ Tu as découvert quoi après toutes tes observations ?
_ J’ai découvert une jeune fille généreuse qui parlait à Luna Lovegood quand la moitié des Serdaigle se moquait d’elle.
_ Tu te moquais d’elle, toi ?
_ Non mais quand je le pouvais, j’évitais de lui adresser la parole. Toi, tu n’étais pas de sa maison et tu lui parlais naturellement parce que tu n’as pas de préjugés. Certes si on se moquait de toi, tu te défendais avec tes sorts de Chauve-Furies mais tu n’insultais pas les autres inutilement.
_ Parce que je n’aimais pas perdre mon temps avec tous les crétins de Serpentard qui ne cessaient de me rappeler que j’étais une traitre-à-mon-sang.
_ Je sais. Les Serpentard qui s’en prenaient à toi, jamais tu ne disais un mot contre eux. Par contre, tu avais souvent le dessus sur eux sans avoir besoin de personne pour te défendre.
_ Evidemment. Quand tu as six frères qui cherchent à te surprotéger tu finis par trouver cela agaçant et tu leur montres que tu n’as pas besoin d’eux pour te défendre. »

Cho ne reprit pas immédiatement la parole. Elle réfléchissait à ce qu’elle avait découvert sur cette Ginny de quinze ans qui faisait sourire Harry alors qu’elle n’avait pas réussi.

« _ J’ai découvert une Ginny qui était généreuse, qui se défendait seule, courageuse parce que pendant les matchs de quidditch, tu faisais des figures dangereuses pour mettre le Souaffle dans les buts. Tu avais de l’humour aussi même si tes farces n’étaient pas aussi inventives que celles de tes frères.
_ Personne ne pouvait égaler les jumeaux en matière de farce.
_ C’est vrai mais tu ne te débrouillais pas trop mal. Et puis, tu étais simple, franche. Tu disais ce que tu pensais, si tu allais bien, si tu allais mal. Tu le disais avec humour mais tu ne dissimulais pas tes faiblesses.
_ Hum, tu es sure que tu n’en rajoutes pas un peu là, Cho ?
_ Non. Je t’ai beaucoup observée et j’ai découvert qu’Harry était heureux, il était un adolescent normal avec toi. Il ne parlait pas de Voldemort et autres Mangemorts. Il profitait de la vie avec toi alors qu’entre nous il y avait l’ombre de ce qui s’était passé dans ce cimetière.
_ Vous n’en avez jamais parlé ?
_ Non. C’était trop tôt. Je pleurais dès que je pensais à Cédric J’espérais qu’Harry me parle et il l’a fait dans le Chicaneur. C’était courageux mais partagé avec tout le monde, trop d’inconnus. »

Les deux jeunes femmes ne parlèrent plus jusqu’à l’arrivée du train en gare. Juste avant de descendre, Ginny se tourna vers Cho : « Cette fille de quinze ans, elle a grandi mais il y a des fois où elle doute toujours. Est-ce que tu crois qu’elle fait bien de se marier ?
_ S’il y a toujours des étoiles dans les yeux de Harry quand il te regarde alors n’hésites pas Ginny Weasley. »
End Notes:
Je ne sais vraiment pas quoi penser de ce texte, j'ai improvisé totalement pour le métier de Cho. Je ne sais pas si c'est crédible ni si mon POV sur Ginny est bien mais si vous l'aimez un peu plus à la fin qu'au début alors Dobby is happy !
Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=29276