Harry Potter et la Menace Moldue by Ginny78
Summary: Harry Potter et la Menace Moldue
SPOILER TOME 7 !

Cette fic a lieu 19 ans après la chute de Voldemort. Alors que nos trois héros mènent une vie calme et paisible, voilà qu'une menace des plus surprenantes apparait à l'horizon: les moldus passent à l'attaque.
Le trio va donc devoir reprendre du service afin de faire face à ces ennemis inatendus.

* Qui a dit qu'ils étaient trop vieux pour ce genre de choses ? Que celui qui a dit ça se désigne tout de suite ! Aheum, excusez-moi je vous laisse continuer ... *

Note Modération : Ne sélectionne pas tous les personnages de ta fanfiction, le maximum est de 4.
Categories: Après Poudlard, "19 ans plus tard", Hinny (Harry/Ginny) Characters: Aucun
Genres: Aventure/Action, Comédie/Humour
Langue: Aucun
Warnings: Aucun
Challenges: Aucun
Series: Aucun
Chapters: 16 Completed: Non Word count: 32813 Read: 17305 Published: 12/01/2008 Updated: 12/05/2008
Chapitre 1: 19 ans plus tard by Ginny78
Author's Notes:
Bienvenue sur ma toute première fic j'espères qu'elle vous plaira ! ^^
Il était là, regardant le train quitter le quai.

Il y a jour pour jour 25 ans, il était à l'intérieur, âgé de 11 ans et enthousiaste à l'idée d'apprendre la magie.

Comme il regrettait ce temps ... C'était l'époque ou ses soucis n'avait jamais commencés ... Du moins il n'avait pas encore conscience de leur existence. Sirius était encore vie bien qu'il ne le connaissait pas encore ainsi que les nombreux êtres chers qu'il avait perdus au cours de ces 7 années. Il se remit à penser à tous ces évènements tragiques qui lui étaient arrivés durant son adolescence, si bien qu'il ne vit ni le train partir ni les nombreux parents qui étaient venus accompagner leurs enfants.


Quelques parents avant de partir ne purent s'empêcher de regarder le célèbre Harry Potter avec curiosité, car c'était bien lui, l'Elu qui était debout là, sur ce quai. La vapeur s'était déjà dissipée depuis presque 1h et la voie 9 3/4 s'était vidée de son habituel brouhaha de début d'année, pourtant il était encore là, perdu dans ses pensées.
Soudain, il sortit sa baguette, quelqu'un l'espionnait !

Mais il l'abaissa bien vite, ce n'était que Ted.


- Harry ! S'écria Ginny, Tu lui as fait peur !

- Ce n'est rien, répondit Ted, l'air soucieux. Mais ... Harry, est-ce que je pourrais te parler ... En privé. Dit-il en se tournant vers Ginny.

- D'accord, je m'en vais, s'offusqua Ginny .

- Oui ? lui demanda Harry.

- J'ai eu une vision ... Un danger menace le monde des sorciers ... Je ne peux pas t'en dire plus. Mais ne t'inquiète pas, ce n'est pas un retour de Voldemort, ni de ses mangemorts.

- Depuis quand as-tu des visions ? interrogea-t-il à moitié amusé à moitié surpris.

- Depuis quelque temps, et franchement , je n'aime pas ça.

- Et que prédis ta vision ?

- Je ne peux pas te le dire, tout ce que je sais, c'est qu'il faut protéger absolument protéger le chaudron baveur des moldus.


Soudain tout s'effaça et Harry se réveilla en sursaut dans son lit. Il regarda autour de lui, s'attendant à voir apparaître Ted, ou à entendre le sifflement du Poudlard Express, mais seule la respiration de Ginny brisait régulièrement le silence qui régnait dans la chambre. Tout ceci n'était donc qu'un rêve ? De nombreuses questions se succédaient dans son esprit, il n'avait plus fait ce genre de rêves depuis bien longtemps ... Depuis 19 ans.

Mais avant qu'il n'ait pu essayer de répondre aux questions qu'ils se posait, Ginny commença à remuer dans son lit et après quelques instants, elle ouvrit les yeux. Elle observa Harry avec inquiétude, mais celui-ci s'empressa de redonner des traits sereins à son visage. Il ne voulait pas l'inquiéter pour rien, ce n'était sans doute qu'un rêve, rien de plus ! Il répondit à sa question muette par un sourire qu'il tenta de faire le plus apaisant possible et la jeune femme n'insista pas davantage. Elle se leva pour aller préparer le petit-déjeuner et laissa son mari seul à remuer de sombres pensées. La maison était bien tranquille ce jour-là, sans doute parce qu'ils avaient déposé Lily chez Ron et Hermione le jour précédent. Les enfants s'entendaient en effet très bien et il arrivait régulièrement qu'ils restent à dormir dans l'une des deux maisons.
Pour se rassurer, Harry décida qu'il irait rendre une petite visite à Ted, afin d'être sur que tout ceci n'était bien qu'un rêve. En attendant, il se dit qu'il valait mieux qu'il se dépêche de descendre avant que Ginny ne vienne le chercher !


Après un copieux petit-déjeuner, Harry se prépara pour aller au travail. En tant que directeur du bureau des aurors, il avait put relier sa maison au réseau de cheminées du ministère. Il vérifia qu'il n'avait rien oublié et se plaça devant la cheminée. Il fit un signe à Ginny qui s'apprêtait elle aussi à quitter la maison et jeta une poudre verte étincelante dans l'âtre. Aussitôt des flammes surgirent de la cheminée et Harry entra dans celle-ci. Si un moldu avait regardé par l'une des fenêtres du 12 Square Grimmaurd, il aurait eut la surprise de voir un jeune homme debout dans une cheminée en flammes, puis de voir ce même jeune homme commencer à tourner sur lui-même puis finalement disparaître. Mais bien evidemment, aucun moldu ne regarda par cette fenêtre et aucun moldu n'aurait put regarder par cette fenêtre de toute manière car le 12 Square Grimmaurd était protégé par de très puissants sortilèges. Harry avait hérité de cette maison de son parrain, et Ginny et lui avaient décidé après quelques rénovations d'y habiter. Mais l'ancienne maison de la famille Black avait bien changé depuis qu'elle était habitée par les Potter. L'édifice avait perdu son aspect lugubre et miteux pour laisser place à une charmante maison. Les têtes réduites des anciens elfes de maison de la famille Black avaient été retirées de leur emplacement ainsi que le porte-parapluie en forme de jambe de Troll que Tonks ne cessait de heurter. Mais certains éléments étaient restés comme la photo des quatre maraudeurs dans l'ancienne chambre de Sirius. Et après hésitation, Harry avait fini par retirer les photos des moldues en bikini (en réalité Ginny lui avait un peu ... Forcé la main). Kreattur lui était toujours fidèle au poste, et malgré les nouvelles lois instaurées par Hermione au sujet des elfes de maison, il avait tenu à continuer à vivre dans la maison de ses maitres.

Lorsqu'il arriva au ministère de la magie, Harry fut salué par de nombreux membres du ministère dont il ne connaissait parfois pas le nom. Il traversa rapidement l'atrium et attendit devant l'ascenceur qu'il connaissait si bien. Il se souvenait encore de la première fois où il y était entré avec Mr Weasley, le jour où il devait passer devant le Magenmagot, puis lorsque Hermione, Ron, Ginny, Luna,Neville et lui étaient venus au ministère pour sauver Sirius d'un danger qu'il ne courait pas. A cette pensée, le coeur d'Harry se serra, il était responsable de sa mort, et malgré les années, à chaque fois qu'il y repensait, il sentait encore le poids du remord. Alors qu'il repensait au jour où il était entré dans cette ascenceur avant d'être nommé Chef du bureau des aurors, il entendit un bref toussotement et se rendit compte que l'ascenceur était arrivé. Il leva la tête et aperçut Ron Weasley qui lui souriait.

- Tu comptes rentrer un jour ou bien ? lui demanda celui-ci.
- Oh tu sais, je crois que je vais rentrer. répondit-il sur un ton sarcastique.

Il serra la main de son ami et entra dans l'ascenceur. Des avions en papier étaient suspendus dans les airs, contenant des messages que s'envoyaient les membres des différents départements.
Harry observa Ron quelques instants, il n'avait pas beaucoup changé en 19 ans, à pars qu'il avait encore beaucoup grandi. Harry et Ron travaillaient ensemble au département des aurors, bien que Ron avait travaillé quelques temps avec George, dans son magasin de farces et attrapes. Il ne s'était jamais vraiment remis de la mort de Fred et Ron avait estimé qu'il valait mieux qu'il rester avec lui quelques temps.
L'ascenceur s'arrêta et l'habituelle voix féminine annonça: '6e étage: Département des transports magiques, Régie autonome des transports par cheminée, Service de régulation des balais, Office des Portoloins , Centre d'essai de transplanage.' Deux personnes entrèrent dans l'ascenseur en saluant Ron et Harry.

- J'ai laissé les enfants chez maman ce matin, elle était enchantée de les avoir. Au fait, elle m'a dit de te faire savoir que tu ne nourissais pas assez Lily. dit Ron amusé.
- Ah, il faudra que j'en parle à Ginny. Au fait, j'aimerais te parler de quelque chose ...

Mais il fut interrompu par l'arrêt de l'ascenceur et la voix leur annonçant: '5e étage: Département de la coopération magique internationale, Organisation internationale du commerce magique, Bureau international des lois magiques, Confédération internationale des sorciers, section britannique.'

Les trois sorciers qui étaient entrés quelques instants avant sortirent pour laisser place à un jeune homme au visage fin et pâle. Ses yeux gris se posèrent sur Harry puis sur Ron.

- Bonjour Drago. dit Harry en lui serrant la main et Ron fit de même.
- Bonjour.

Leurs relations depuis l'époque de Poudlard s'étaient un peu améliorées, mais Ron avait toujours un peu de mal à se faire à l'idée que Drago Malefoy n'était pas seulement une petite fouine sauteuse. Un silence pesant s'installa jusqu'à ce qu'ils atteignent l'étage suivant et que Drago sorte. Pendant un instant, Harry crut que Ron allait dire quelque chose, mais apparemment il se retint.
Enfin, ils arrivèrent au deuxième étage et sortirent de l'ascenseur. 'Département de la justice magique, Service des usages abusifs de la magie, Quartier général des Aurors, Services administratifs du Magenmagot' leur annonça la voix tandis qu'ils s'éloignaient.

Depuis la disparition de Voldemort, les mangemorts avaient pour la plupart tous été envoyés à Azkaban, sauf les Malefoy qui avaient été épargnés puisque Narcissa avait sauvé la vie d'Harry. Le métier d'auror était donc un métier qui plaisait particulièrement à Ron qui avait toujours un oreiller sous son bureau, au cas où il aurait envie de faire un somme après le déjeuner. Mais tout ceci n'était pas au goût d'Hermione qui considérait que les jeunes hommes n'avaient pas été désignés comme aurors pour se reposer toute la journée. Ron devait donc en rentrant s'occuper de la plupart des tâches ménagères pour rattraper le travail qu'il ne faisait pas au ministère (selon Hermione). 'Elle me prend pour un elfe de maison !' ne cessait-il de s'indigner mais pour toute réponse, Harry le gratifiait d'un sourire de vainqueur qui signifiait que lui n'avait pas à éplucher des pommes de terre en rentrant chez lui.
N'ayant rien à faire d'autre que d'attendre que les forces du mal se manifestent (ce qui était rarement arrivé durant ces 19 années) Harry songeait à raconter son rêve à Ron mais celui-ci était très occupé à essayer de rendre son oreiller plus moelleux. Tout à coup, la porte du bureau s'ouvrit à la volée.

- RONALD BILIUS WEASLEY !

Ron fut pris au dépourvu par le cri d'Hermione et tomba brutalement de sa chaise. Il essaya de camoufler discrètement son oreiller sous le bureau d'Harry, mais il était trop tard. Il jeta un regard désespéré à celui-ci qui à l'arrivée d'Hermione avait précipitamment prit une brochure concernant la meilleure façon se protéger des inferis et faisait semblant de la lire avec intérêt.

- Harry, tu la tiens à l'envers, dit-elle à l'attention du jeune homme.
- Hein ? Ah oui ! C'est ... Une technique que Luna m'a apprise, elle dit que si on lit cette brochure à l'envers, on ...
- Ne te fatigues pas pour rien.

Ron avait profité de ce laps de temps pour cacher l'oreiller sous une vielle table sur laquelle était entreposée d'anciens scrutoscopes quand celle-ci s'écroula sous le poids du gros oreiller que Ron avait rembourré avec des plumes.
Conscient qu'il avait été démasqué, il prit l'attitude d'un enfant qu'on prend sur le fait et n'osa pas regarder sa femme.
Hermione regarda Harry puis Ron et poussa un long soupir.

- Vous êtes incorrigibles.

Ron qui crut pendant un instant que l'affaire était réglée s'apprêtait à se relever quand il croisa soudain le regard accusateur d'Hermione.

- On règlera ça à la maison. dit-elle sur un ton qui n'admettait pas de répliques. Quoi qu'il en soit, je n'étais pas venue pour ça.
Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=10182