Sourire aux étoiles by Roxane-James
Summary:

Louis Weasley pensait vivre ses sept années à Poudlard sereinement, sans qu'aucun incident notable ne vienne boulverser sa scolarité de Serdaigle timide et rêveur.

 

Cependant, lorsqu'on mêle un Malefoy à un Weasley, on peut s'attendre à des étincelles ! 

 

 

Participation au concours de Catie  [HPFanfiction] Sept années à Poudlard (ou ailleurs...)

 

Image : Montage réalisé par moi sur FOTOR à partir des magnifiques fanarts de AlexCopeman sur Devianart

 

7 chapitres prévus


Categories: "19 ans plus tard", Tranches de vie, Autres couples (Slash) Characters: Louis Weasley, Scorpius Malefoy
Genres: Amitié, Missing Moments, Slash/Yaoi
Langue: Français
Warnings: Aucun
Challenges: Aucun
Series: Sept années à Poudlard (ou ailleurs...), Textes sur la Nouvelle Génération
Chapters: 7 Completed: Oui Word count: 10762 Read: 3909 Published: 06/07/2017 Updated: 20/07/2017
Story Notes:

Bonjour !

Voici ma participation  au concours de Catie, la formidable, la génialissime CATIE ;) 

Voici les contraintes, le pataquès, toussa toussa :

- Le but de ce concours va être de suivre un (ou plusieurs) personnage au cours de sept années consécutives de sa vie. Mais pas n'importe où. Comme le laisse entendre le titre, l'objectif sera d'écrire sur ce personnage durant ses sept années d'études, à Poudlard ou toute autre école de magie (Ilvermorny, Beauxbâtons, Durmstrang, une école de votre invention, c'est comme vous voulez, laissez parler votre imagination !).

Comment est-ce que ça va se passer ?

 

 Et les contraintes alors ?

Parce qu'un concours sans contraintes, ce n'est pas un vrai concours :

 

 

Bon, vous l'avez compris, Catie s'est bien amusée pour ce concours ! Et moi aussi ;) je vous propose donc de découvrir le formidable pairing LOUIS WEASLEY et SCORPIUS MALEFOY ! (Louis en PP :D) 
Merci de me lire !
Roxane-James

 

Chapitre 1 by Roxane-James
Author's Notes:

Texte 1

Thème : Amitié improbable

Contrainte de style : Une lettre de l'alphabet, que vous choisirez, ne doit pas être présente dans votre texte.

Contrainte estivale : Cinq phrases qui se suivent doivent commencer par les lettres formant le mot « Soleil », dans le même ordre (S-O-L-E-I-L)

Pour cette première année, j'ai choisi la contrainte estivale !

Je vous souhaite une bonne lecture et n'hésitez pas à lire les autres participations :)

Sauvage, l'été s'était enfuit au-delà des frontières du Royaume-Uni, abandonnant au ciel de septembre un soleil pâlot et des nuages laiteux. Obnubilé par sa prochaine rentrée à Poudlard, Louis Weasley n'avait même pas remarqué le temps pluvieux qui s'annonçait et avait oublié son imperméable dans sa petite chambre de la Chaumière aux Coquillages, ce que sa mère n'avait pas tardé à remarquer. La lourde valise qu'il traînait derrière lui paraissait peu imposante comparée à une Fleur Delacour exaspérée.  Ebranlé par les cris de sa mère, le jeune garçon arriva sur le quai 9 ¾ les yeux rougis et le teint pâle, avec la soudaine envie de disparaître six pieds sous terre pour échapper aux regards intrigués et curieux des personnes rassemblées autour du train. Implorant sa sœur du regard, qui semblait pressée de rejoindre ses amis postés non loin de la locomotive,  Louis se cacha derrière sa malle qui faisait trois fois sa taille et attendit que Dominique divertisse leur mère et l'empêche de hurler à tout-va en public. Louis fut heureux quand, étrangement, Dominique s'exécuta et embrassa leur mère sur les deux joues avant de se sauver, bagage en main, cheveux volant au vent. Louis sourit, remerciant intérieurement sa grande sœur de la diversion qu'elle avait offerte et reporta son attention sur Fleur Delacour, ses yeux bleus rivés sur ses chaussures en cuir.

-         Le train part dans dix minutes mon chéri, l'informa celle-ci d'une voix douce en le serrant dans ses bras. N'oublies pas de nous envoyer un hibou une fois que tu seras arrivé, papa et moi l'attendrons. Si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésite pas à aller demander de l'aide à ton Directeur de Maison ou à Neville.

-         Maman, marmonna Louis  en fronçant les sourcils, je ne peux pas l'appeler Neville à Poudlard ! C'est un professeur.

-         Et alors ?

-         Rien, répondit Louis en haussant les épaules, cela ne servait à rien d'argumenter quand elle était dans cet état.

-         Je te renverrai ton manteau par la poste demain, tu devrais le recevoir dans quelques jours, reprit Fleur en recoiffant les cheveux blonds cendré de son fils avec tendresse. Heureusement que tu as pensé à ranger ta cape dans ta valise hier !

Louis dodelina de la tête, ne sachant pas vraiment quoi répondre. Il écouta sans grande attention les dernières recommandations qu'elle lui prodiguait («  le Quidditch est interdit aux élèves de Première Année » ; «  couvre-toi bien » ; « n'aies pas peur pour la répartition, tout va bien se passer »...) et se jeta dans ses bras pour un dernier câlin avant de monter dans le train.

Victoire, son aînée de quatre ans, surgit de nulle part pour l'aider à hisser sa valise dans un filet de l'un des compartiments et ensemble, ils regardèrent la gare s'éloigner et le visage familier de leur mère s'effacer.

Louis passa le reste du trajet avec sa grande sœur et Teddy Weasley qui lui racontèrent diverses anecdotes de leur Première Année au château et ils arrivèrent enfin à Poudlard, sous une pluie torrentielle qui fit froncer le nez au garçon. Il détestait l'humidité.

Louis se dirigea vers le lac en compagnie des autres élèves de Première Année qui étaient menés par Hagrid, un ami de ses parents. Dans le flot des élèves, Louis repéra sa cousine Lily accompagnée d'Hugo et de Lucy. Il se fraya un chemin jusqu'à eux et ils embarquèrent ensemble dans un canot abîmé. Les quatre cousins regardèrent avec admiration se dessiner les contours de Poudlard dans la semi-obscurité. Ils arrivèrent trempés jusqu'aux os dans le hall d'entrée où on les fit patienter avant de les faire entrer dans la Grande Salle.

Louis ne put se résoudre à détacher ses yeux du plafond une fois qu'il pénétra dans l'immense réfectoire du château.  Le ciel magique annonçait une tumultueuse tempête. La directrice, le professeur MacGonagall, prononça un discours de bienvenue pour les nouveaux arrivants (qui n'en écoutèrent pas une miette, trop occupés à  détailler avec émerveillement le décor magique dans lequel ils passeraient sept années de leurs vies) et le Choixpeau Magique entonna un chant d'une voix croissante qui fit sursauter Louis. Dire que l'Oncle Harry lui avait affirmé qu'on lui ferait passer un test spécial pour déterminer sa maison... A la place un vieux chapeau organisait  la répartition.

Je suis peut-être vieux,

Mais avant que j'ne monte aux cieux,

Je dois vous répartir,

Ici vous réunir.

Quatre grandes maisons s'offrent à vous,

Lors d'un grand rendez-vous.

Celle que vous choisirez,

Vous y étudierez.

Godric Gryffondor,

Aime les jeunes au cœur d'or,

Alors venez nombreux,

Rejoindre les Courageux !

Helga Poufsouffle,

Sous ses airs joyeux camouffle,

Une grande bonté,

Et, pour le travail, une patience effrontée.

Rowena Serdaigle,

Aime les espiègles,

Ceux qui sont curieux,

Qui aiment le travail même lorsqu'il est laborieux.

Et enfin Salazar Serpentard,

Sous ses airs de rusé renard,

Choisit les plus futés,

Les plus déterminés !

Et c'est ainsi,

Mesdemoiselles, messieurs,

Que vous serez répartis,

Dans les quatre grandes maisons de vos aïeux.

Mettez-moi sur votre tête,

Il n'y a rien de plus bête,

Et je vous dirais qui vous êtes !

 

Louis observa d'un air circonspect le vieux bout de tissu chantant, se demandant intérieurement où il l'enverrait. Lily se tourna vers lui, excitée.

-         Papa,  maman et James ont été envoyés à Gryffondor et Al' à Serpentard. Tu me vois où, toi ?

-         Je ne sais pas, peut-être chez les courageux ou les blaireaux ? supposa Louis en souriant.

Lucy, Lily, Hugo et Louis discutèrent quelques instants en attendant qu'on les appelle. Lily fut la première des quatre cousins à aller s'assoir sur le tabouret en ignorant les regards des curieux qui avaient directement associé son nom à Harry Potter. Après quelques secondes de réflexion, le Choixpeau envoya Lily rejoindre James à la table des Gryffondor. Lucy fut la suivante et retrouva Albus à Serpentard puis Hugo prit place aux côtés de Lily et enfin, Louis s'assit sur le tabouret branlant, nerveux.

« Encore un Weasley ! Je vois... Du courage mais pas suffisamment pour que tu rejoignes Victoire à Gryffondor... Peut-être avec Dominique à Poufsouffle ? Non. Tu n'es pas assez sociable, tu aimes bien être tranquille. Tu es indépendant et travailleur mais pas ambitieux... Nous dirons donc... SERDAIGLE ! »

Louis se précipita les jambes tremblantes jusqu'à la table des Bleus et Bronze où sa cousine Molly l'attendait en applaudissant. Il se laissa tomber sur un banc à côté d'elle et dîna pour la première fois entre les murs de Poudlard, enchanté. Les mets succulents s'étendaient à perte de vue sur la table de bois précieux recouverte d'une nappe immense et immaculée. Louis, les yeux brillants se servit en pommes de terre en écoutant distraitement les conversations de ses camarades. A la fin du repas, il se sentait déjà chez lui, à sa place. Et cela le fit sourire.

*.*.*

Les dernières chutes de neige venaient de prendre fin lorsque Louis assista pour la première fois à un match de Quidditch. Il n'avait pas été à ceux opposant Serpentard à Gryffondor et Poufsouffle à Serpentard en raison des nombreux devoirs dont ses professeurs l'avaient accablé. Et aussi parce qu'il n'aimait pas particulièrement l'ambiance bruyante du stade en plein match et qu'il avait toujours pris grand soin de se tenir à l'écart de l'effervescence que produisait le sport des sorciers le plus réputé. Seulement, cette fois-ci, il n'avait pas pu y échapper. Fred et Roxanne Weasley, ses deux cousins les plus turbulents tous les deux répartis à Gryffondor, avaient insisté pour qu'il vienne les retrouver en haut des gradins lors de la rencontre Serdaigle-Serpentard. D'une part parce que Molly jouait (au poste de batteuse) et que ça lui ferait plaisir de le voir l'acclamer et d'autre part parce qu'ils étaient persuadés que Louis avait passé tout son week-end le nez fourré dans des bouquins poussiéreux.  Ce qui n'était pas totalement faux.

Louis était un excellent élève, studieux et calme. Il faisait honneur à la réputation de sa maison depuis son arrivée dans le château, ne lui ayant jamais fait perdre de points mais, au contraire, remplissant peu à peu le sablier de Serdaigle grâce aux bonnes réponses qu'il donnait en cours.  Ses professeurs le considéraient comme l'un des meilleurs élèves de sa promotion, ce qui le remplissait de fierté.

Le jeune sorcier escaladait les marches des gradins en soufflant, les joues rouges d'avoir couru. La ponctualité n'avait jamais été son fort. Lorsqu'il s'assit enfin tout en haut des tribunes décorées par des bannières bicolores, le coup d'envoi fut donné et Mrs Bibine souffla dans son sifflet, occasionnant des acclamations partout dans le stade. Le souaffle était mis en jeu, les cognards et le vif d'or aussi et la partie commençait.

Louis, un peu perdu dans toute cette agitation se mit à taper dans ses mains, en se calant sur le rythme des autres élèves. Au bout d'une dizaine de minutes, le Serdaigle se fit violemment écarter par des élèves assis à ses côtés qui luttaient avec acharnement, sans baguettes. Louis, tombé sur le sol avant qu'il n'ait eu le temps de comprendre ce qui s'était passé se retrouva mêlé dans la bataille, tentant de se protéger le visage des coups d'ongles et de poings que les deux adversaires lançaient à tort et à travers, sans prêter attention à lui. Les cris fusaient de plus en plus forts mais Louis ne put comprendre si ils étaient destinés aux acrobaties des joueurs ou à la bagarre qui se déroulait à quelques centimètres de lui.

-         Lâche-moi espèce de sale menteur ! hurlait un garçon aux cheveux d'un blond pâle presque blanc, ou je te ferais bouffer ta baguette par les trous de nez !

-         J'étais là en premier, imbécile ! vociférait l'autre en lui administrant une baffe sonore sur la joue.

-         BASTON ! BASTON ! criaient les élèves autour d'eux.

-         Mais arrêtez ! dit Louis en essayant de séparer les deux garçons, vous allez vous blesser.

Ceux-ci ne semblèrent pas l'entendre et Louis, mal à l'aise, décida de s'interposer.  Il se plaça entre eux et reçut un coup de poing dans la mâchoire qui le fit tomber sur le sol. Le regard embué par des larmes de douleur qui refusaient de couler, Louis distingua vaguement une voix masculine s'adresser à lui. Visiblement sa chute avait fait cesser les combats.

-         Heu... Weasley c'est ça ? Tu vas bien ? Merlin, je suis vraiment désolé, je ne t'avais pas vu !

Scorpius Malefoy, les yeux charbonneux, le teint pâle et le menton pointu se tenait au-dessus de lui et affichait une expression inquiète. Louis plissa les yeux tandis que son regard passait du visage du blond à son écharpe Vert-Argent.  Malefoy avait un an de plus que lui et était à Serpentard, alors que diable faisait-il ici, perché dans la tribune des Serdaigle en plein match qui opposait leurs deux maisons ?

-         Weasley ? demanda un autre élève qui s'appelait Vince Goyle selon les souvenirs de Louis.

-         Je vais très bien, merci, grimaça le Serdaigle en se redressant difficilement.

Il remarqua alors qu'une dizaine d'élèves le fixait avec des yeux ronds et qu'ils portaient tous la couleur de Serpentard. Merlin, c'était donc lui l'idiot qui s'était trompé de gradins ! Voilà pourquoi il ne trouvait ni Roxanne ni Fred tout en haut des marches !

-         Tu es sûr ? T'as vraiment pas l'air d'aller au mieux, répliqua Malefoy en le dévisageant avec insistance.

-         Oui, oui. Je vais juste passer faire un petit tour à l'infirmerie, soupira Louis en se remettant debout maladroitement. De toute manière, il faut que je sorte d'ici, je ne suis pas dans la bonne tribune.

Cette réflexion causa de bruyants éclats de rire de part et d'autre de lui et l'euphorie générale réussit à lui greffer un sourire.

-         Je vais t'accompagner chez Mrs Pomfresh, ce sera plus sûr, décida Malefoy  en le prenant fermement par le bras d'un geste qui ne témoignait d'aucun refus.

-         Non, ça ira, merci, tenta Louis d'une voix chancelante.

Scorpius ne le laissa pas discuter et entraîna Louis d'un pas décidé en bavardant gaiement. Louis, quant à lui, avait du mal à suivre le rythme. Lorsque les deux garçons arrivèrent dans l'antre de Mrs Pomphresh, celle-ci fit asseoir le jeune Weasley en affectant d'être en colère.

-         C'est tout de même stupide toutes ces histoires de Quidditch ! se plaignait-elle à voix haute en appliquant un baume sur la mâchoire bleuie du jeune garçon. J'ai toujours dit que c'était un sport dangereux !

-         Mais je ne faisais pas du Quidditch, tenta vainement Louis bien qu'approuvant intérieurement l'infirmière. J'étais seulement assis dans les tribunes lorsque... Je me suis pris un banc dans la figure !

Louis échangea un regard avec Scorpius qui esquissa un sourire amusé.

-         Ne dis pas de bêtises, c'est de ma faute si tu es dans cet état ! dit-il en baissant la tête comme un enfant pris en faute.

-         En voilà une idée, frapper ses amis de la sorte ! s'exclama Mrs Pomphresh en ouvrant des yeux ronds.

-         Mais nous ne sommes... commença Louis, de plus en plus perdu.

-         C'est vrai, c'est stupide, le coupa Scorpius en lui adressant un clin d'œil. Je suis désolé Wea... Louis !

-         Ce n'est rien, répondit le garçon en souriant à son tour face à la tournure que prenait la situation.

-         Bon, vous avez de la chance Mr Weasley, vous avez de nouveau une mâchoire en parfait état. Mais que je ne vous revoie plus de sitôt ! s'exclama la vieille sorcière en levant les yeux au ciel. Allez, ouste !

Les deux garçons sortirent de l'infirmerie en silence et marchèrent jusqu'au stade, les yeux fixés sur leurs chaussures. Arrivés au niveau des gradins de Serpentard, Louis sourit, croisa le regard pétillant de malice de Scorpius Malefoy et tous deux éclatèrent de rire en ignorant les expressions perplexes des autres élèves.

-         C'était un plaisir de faire ta connaissance, Weasley, déclara Scorpius en lui serrant affectueusement la main.

-          Moi de même, répliqua le Serdaigle en rougissant.

 

Ce n'était pas tous les jours qu'une amitié se liait par un coup de poing mais au final, Louis ne regrettait pas d'être venu assister à un match de Quidditch !

End Notes:

Merci d'avoir lu !

Qu'en avez-vous pensé ?

Le premier chapitre fait 2389 mots au compteur WORD

Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=35353