Où sont-ils ? by Ouranos361
Summary:

Harry est placé dans sa cellule et deux questions le taraudent sans cesse :

Comment avait-il pu en arriver là ?

Où étaient les autres ?

Venez découvrir la réponse à la deuxième question dans ce recueil de one-shot sur les survivants de la bataille de Poudlard.


Categories: Univers Alternatifs Characters: Famille Malefoy, Famille Weasley, Le Trio, Neville Londubat
Genres: Tragédie/Drame
Langue: Français
Warnings: Aucun
Challenges: Aucun
Series: Aucun
Chapters: 5 Completed: Non Word count: 3791 Read: 1464 Published: 28/10/2018 Updated: 03/08/2019
Story Notes:

Bon, vous le savez pour ceux qui ont lus quelques-unes de mes fics, j'aime bien les univers où Voldemort à gagné ^^

Je ne sais pas trop quel sera la fréquence de sortie des chapitres donc on verra bien :/

En tout cas, bonne lecture !

1. Prologue by Ouranos361

2. Neville Londubat by Ouranos361

3. Charlie Weasley by Ouranos361

4. Drago Malefoy by Ouranos361

5. Ron Weasley by Ouranos361

Prologue by Ouranos361
Author's Notes:

Premier one-shot : Harry !

J'espère que vous allez bien aimer cette fic sortie tout droit de mon imagination et donc ce premier chapitre.

Bonne lecture et on se revoit à la fin de ce chapitre. ^^

Harry se laissait traîner sur le sol de pierre, un bandeau autour des yeux.


Des larmes coulaient sur ses joues et un goût de sang envahissait sa bouche.


Il tentait de savoir où il était mais n’osait pas ouvrir les yeu, bien qu’il ne fut même pas sûr de le pouvoir.


Les seuls bruits qu’il entendait étaient ceux de son corps traînant sur le sol et les bruits de pas de celui qui le traînait.


Il tenta de bouger mais un coup de pied dans le ventre le plia en deux.


-Alors Potter, enfin réveillé ? entendit-il au-dessus de lui.


Deux rires moqueurs retentirent et il se reçut un nouveau coup de pied.


Harry ne prêta pas attention aux rires de ses deux geôliers et se laissa traîner sans bouger.


Soudain, les deux hommes cessèrent de marcher et lâchèrent Harry sur le sol.


Un bruit de clé en fer tournée dans une serrure retentit et Harry se fit soulever du sol et jeter sur un mur en pierre.


-Bienvenue dans ton nouveau château, princesse ! ricana quelqu’un suivi du bruit d’une porte en métal qu’on referme.


Harry attendit que les rires se furent éloignés et ouvrit les yeux lentement.


Il mit quelques minutes avant de s’habituer à l’obscurité et observa sa cellule.


Les murs étaient en béton et le sol en terre. Une couchette était posée dans le coin à droite et Harry remarqua qu’il s'agissait du seul objet présent.


Aucune fenêtre n’était présente et la seule lumière présente se glissait difficilement sous la porte en métal qui l’enfermait dans la cellule.


Comme pour le contredire, la lumière s’éteignit, plongeant Harry dans le noir.


Le brun prit serra ses genoux contre lui et ferma les yeux.


Comment avait-il pu en arriver là ?


Où étaient les autres ?


Seules ces deux questions lui importaient vraiment.

End Notes:

Voilà, voilà.

Prochain chapitre : vous verrez bien !

Si vous voulez que je parle d'un personnage, n'hésitez pas à me le faire savoir !

A la prochaine ! :)

Neville Londubat by Ouranos361
Author's Notes:

Chapitre un : Neville Londubat !

Bonne lecture, on se voit à la fin :)

Neville entra dans le petit bar et se dirigea vers le comptoire derrière lequel le patron lavait ses verres.


-Je suis venu pour le club d’échec, dit-il simplement en lui glissant un bout de papier.


Le barman rangea le bout de papier dans sa poche avec hâte et jeta un coup d’oeil dans le bar avant de faire signe à Neville de le suivre.


Ce dernier prit sa suite et ils descendirent des escaliers qui semblaient n’avoir étés lavés que l’an dernier.


Le barman s’arrêta devant une porte en bois et sortit un trousseau de clés de sa poche. La porte s’ouvrit sans un bruit et Neville entra à la suite du patron du bar.


-Personne d’autre n’est arrivé ? demanda-t-il à ce dernier.


Le barman hocha la tête négativement. et sortit de la pièce en laissant la porte ouverte.


Neville jeta un coup d’oeil à la pièce. Des bouteilles de vin vides trainaient dans un coin et semblaient y avoir étés balayés pour accueillir une table ronde et quelques chaises.


Le brun s’assit à une chaise et attendit.


Plus d’une demi heure passa sans que rien ni personne n’entre dans la pièce et Néville fouilla dans sa poche à la recherche du paquet de cigarettes qu’il conservait pour se changer les idées.


Sa main toucha un galion qu’il conservait précieusement.


Il le sortit distraitement et le fit tourner entre ses doigts. L’époque de l’AD lui semblait bien loin et il se demanda quels membres viendraient ce soir, si quelqu’un venait.


C’était grâce à la pièce qu’il était ici aujourd’hui, depuis qu’une date et une heure étaient apparues dessus, quelques jours avant, Néville n’avait put s’empêcher de penser à ce soir où il reverrait sûrement des anciens camarades, des anciens amis.


Mais pour l’instant, personne n’était venu.


Néville rangea le faux galion dans sa poche avec un soupire. Il pensait que au moins Harry viendrait, c’était lui qui possédait la pièce qui contrôlait toutes les autres.


Néville pâlit soudainement en se souvenant à la lettre que lui avait envoyé Hannah récemment.


La femme qu’il aimait était restée aux Royaumes-Unis, étant de Sang-Mêlée et pas très proche de Harry, elle n’y risquait rien et Néville n’avait pas voulu l’emmener avec lui dans sa fuite des Mangemorts.


Toujours était-il que Hannah et lui correspondaient toujours par hibou et un élément lui revint en mémoire.


Hannah n’avait-elle pas laissé entendre que Harry était poursuivi de très près par les fidèles de Voldemort ? Si près qu’il avait déjà failli se faire capturer et que le jour de son arrestation était proche d’après l’ancienne Poufsouffle.


Maintenant qu’il y pensait, cela faisait plus de deux mois qu’il n’avait aucune nouvelle de la Grande-Bretagne ! Harry s’était peut-être fait attraper et ce rendez-vous n’était qu’un piège !


Néville se leva brusquement et sortit avec précipitation de la pièce. Il monta les marches sales rapidement et fit éruption dans le bar.


Personne n’y était présent et Néville se précipita vers la porte.


Mais alors qu’il agrippait la poignée de celle-ci, elle s’ouvrit, le frappant au visage et le faisant tomber à terre.


-Tiens, tiens, Crabbe, regarde ce que je viens de trouver à la place du paillasson, ricana une voix.


Néville tenta de se redresser en s'agrippant au comptoir de sa main droite, l’autre main tenant son nez qui le faisait souffrir.


Un coup de pied au ventre le fit retomber à terre.


L’ancien Gryffondor tenta de se traîner hors de portée de ses adversaires mais un pied se posa sur son dos, le clouant au sol.


-Tututut ! Où crois-tu aller ?


Néville sortit sa baguette avec rapidité et la pointa sur son agresseur.


Théodore Nott éclata d’un grand rire.


-Que crois-tu faire ? demanda-t-il sans cesser de rire. Tu n’arrives même pas à tenir debout !


-Abada Kedabra ! répondit simplement Néville.


Un rayon de lumière verte toucha Nott au torse et son corps tomba au sol dans un bruit sourd.


Néville se tourna vers Crabbe mais ce dernier esquiva habilement le sort qu’il lui lança en se cachant derrière une table.


Néville eut un léger sourire en voyant l’erreure de son adversaire et lança un sort sur la table.


Cette dernière vola en morceaux qui atterrirent dans les yeux de Crabbe.


L’ancien Gryffondor se releva difficilement et acheva le Mangemort d’un sort.


Néville lâcha le comptoire et se dirigea en titubant vers la porte qu’il ouvrit.


-C’est la dernière fois que je ferais une erreure aussi stupide se dit-il à lui-même en sortant. T’as failli te faire avoire comme un bleu mon pauv…


Néville tomba au sol sans finir sa phrase.


-Joli coup, Dolohov. Joli coup, ricana Avery en s’allumant une cigarette en se tournant vers son collègue qui rangeait sa baguette. Allez, Londubat est mort, on s’arrache.

End Notes:

J'ai hésité très longtemps avant de tuer Neville mais j'ai décidé de faire avec.

Je ne sais absolument pas qui sera dans le prochain chapitre, mais j'éspère que vous avez aimés celui-là.

Je vous dis à la prochaine fois !

 

Charlie Weasley by Ouranos361
Author's Notes:

Troisième chapitre centré sur le personnage de Charlie Weasley.

J'espère que vous allez apprécier ! :)

Charlie courait comme il n’avait jamais couru avant.


Derrière lui, les éclats de voix de ses assaillants le suivaient à travers les branchages.


Des feuilles mortes jonchaient le sol rocheux et manquaient de faire glisser le roux à tout moment.


Charlie respirait difficilement et tenait ses points de côtés causés par le terrain montagneux dans lequel il était.


Il se cachait dans cette forêt grecque depuis deux jours, échappant constamment aux Chasseurs qui le poursuivaient  depuis la fin de la guerre.


Charlie arpentait l’Europe en direction de la Turquie où il espérait traverser le Bosphore, le fleuve séparant la face Européenne et la face Asiatique d’Istanbul, pour trouver refuge en Asie, loin du règne de Voldemort. Le mage noir avait en effet finit par faire tomber l’Europe mais se voyait toujours repoussé par la Russie et l’Est de la Turquie.


Charlie aurait pu aller directement en Russie mais avait dû faire un détour par la Roumanie pour récupérer des affaires qui lui tenaient à coeur.


-On gagne du terrain !


Charlie lança un sort au-dessus de son épaule en direction de la voix, arrachant un cri à l’un de ses assaillants.


Les arbres commencèrent à s’espacer les uns des autres et Charlie arriva dans une clairière.


L’ancien dresseur de dragons s'arrêta devant la formation rocheuse présente face à lui.


Les rochers, qui devaient faire sept mètres de haut, étaient recouverts de mousse et formaient une grotte qui semblait s’enfoncer dans le sol.


Charlie eu quelques secondes de réflexion, hésitant à s’engouffrer dans la semi-caverne, mais il n’y mit pas un pied. Il ne savait pas si cette grotte mènerait à une quelconque sortie et il serait trop facile à ses assaillants de créer un éboulement pour l’y coincer à jamais ou le tuer.


Charlie eut soudain une idée.


Le roux se précipita vers un arbre tout proche et y grimpa le plus rapidement possible.


Des bruits de pas se firent entendre dans la clairière mais Charlie, bien camouflé dans son arbre, ne pouvait rien voir à cause des feuilles.


-Il est sûrement entré dans la grotte, dit quelqu’un.


-Alors créons un éboulement, proposa une autre voix.


-Hors de question ! Le seigneur des ténèbres le veut vivant car il fait parti des Weasley.


-Pff, les Weasley ont eux plus de chiards qu’un nid de fées, on peut bien en tuer un ou deux, il en restera toujours à pendre pour l’exemple.


Charlie se retint de les attaquer sous le coup de la colère.


-Qu’est-ce qui nous dit qu’il est dans la grotte ? demanda une voix plus grave que les autres. Il s’est peut-être enfui dans la forêt ou caché dans un arbre.


-Peut-être…


-J’ai une idée ! Enfumons la caverne, il sera bien obligé de sortir.


-Je suis d’accord, acquiesça la voix grave.


-Ok.


-Fuminitus, dit l’un d’entre eux.


Charlie sentit une forte odeure de brûlé.


-Je vois quelque-chose bouger ! s’exclama l’homme à la voix grave. Baguettes prêtes !


Aucun bruit ne se fit pendant quelques secondes quand soudain.


-Feu !


Des bruits de sorts retentirent dans toute la forêt et Charlie vit des flashs de lumière passer entre les feuilles de son arbre.


-C’est bon, il a eu son compte, dit l’homme à la voix grâve, faisant cesser les sortilèges.


-Je vais chercher le corps, dit un autre homme.


Charlie entendit des pas sur l’herbe qui disparurent quand l’homme entra dans la caverne, du moins Charlie le présuma.


-Alors ? demanda l’homme à la voix grâve.


-Ce n’est pas lui ! s’exclama l’homme dans la caverne. C’est… C’est un bébé chi…


L’homme se tut soudain et Charlie ne put s’empêcher de bouger quelques branches pour avoir un visuel sur l’entrée de la grotte.


Des bruits de pas précipités retentirent de la caverne en même temps que des cris.


-Barrez-vous ! Barrez-vous ! C’est une putain de…


Un bruit de déchirure retentit en même temps qu’un cri humain.


-Oh merde, souffla l’un des Chasseurs.


Charlie n’eut que le temps de voir une ombre sortir de la caverne et lâcha la branche qui lui donnait un visuel sur la clairière.


Des bruits de sorts retentirent suivis de cris.


Un combat se déroulait dans la clairière, un combat dont Charlie ne voyait pas une scène.


-Tu m’auras pas saloperie ! cracha l’homme à la voix grâve. Je vais te crever !


Un cri inhumain retentit dans toute la forêt, glassant Charlie jusqu’au sang sans qu’il sache de quel monstre il puisse surgire.


Un bruit de craquements d’os retentit, suivi d’un corps qui tombe sur le sol.


Charlie retint son souffle mais plus aucun bruit ne se fit entendre.


Le roux attendit sur sa branche durant ce qui lui sembla une éternité, guettant le moindre bruit.


Le soleil laissa place à la nuit et Charlie se décida enfin à descendre de son arbre.


Il descendit le tronc, baguette entre les dents, en essayant de faire le moins de bruit possible. Il se laissa gracieusement tomber sur les pieds au pied de l’arbre et se tourna vers la clairière.


Des membres humains jonchaient le sol et du sang teintait l’herbe de rouge.


Charlie eut une minute de silence face aux restes du carnage puis se décida enfin à partir.


Il tourna le dos à la formation de rochers mousseux et s'apprêtait à partir quand un grognement l’immobilisa.


Charlie se retourna le plus lentement possible vers l’origine du bruit et sentit son sang se glacer en le voyant.


Sur les rochers, fièrement dressée sur ses pattes de chèvre et sa queue de dragon fouettant l’air, une chimère le regardait d’un air affamé en se passant la langue sur les lèvres.


Charlie dégluti et prit sa baguette dans la main.


-Tu les a eu, viens m’avoir moi maintenant ! lui cria-t-il en ouvrant les bras.


La chimère eut quelque-chose qui pouvait passer pour un sourire et sauta en direction de l’ancien dresseur de dragon, gueule ouverte.

End Notes:

Alors, qu'est-ce que vous en avez pensé ?

Mettez une review si ça vous dit, je vous dit à plus tard pour le prochain chapitre.

Drago Malefoy by Ouranos361
Author's Notes:

Je me suis dit qu'il était temps de se concentrer sur un autre personnage que ceux du camp de l'Ordre DU Phénix alors j'ai fait Drago Malefoy.

J'espère que vous aimerez :)

Drago se laissa tomber dans le canapé en cuir.

Une migraine monstre le faisait souffrir depuis le début de la journée, à moins qu’elle ne soit là depuis plus longtemps encore.

Les cernes sous ses yeux accusaient la fatigue qu’il accumulait depuis des mois.

A vrai dire, il lui était impossible de dormire depuis la fin de la guerre. Il prenait régulièrement des potions anti-fatigue qui le plongeaient dans un état de manque dès lors qu’il oubliait d’en prendre deux fois par jour.

Cela faisait bientôt onze mois que Voldemort avait gagné la guerre et régnait avec contentement sur le monde des sorciers européens, bientôt américains, sans que le monde ne bouge le petit doigt.

Bien entendu, l’Asie ne le laissait pas agir dans son continent, de même que pour l’Afrique, mais elle ne faisait rien non plus pour qu’il cesse son règne de terreur.

Drago soupira et donna un coup de baguette dans les airs.

Une bouteille de Whisky Pur Feu quitta sa place, sur un meuble en bois, pour aller se réfugier dans les mains de l’héritier Malefoy.

Ce dernier la débouchonna puis en but une généreuse - trop - généreuse gorgée qui lui brûla la bouche.

Drago accepta la douleure avec une grimace et se resservit sans demander son reste.

Après tout, il lui fallait bien ça.

Seul l’alcool lui permettait d’oublier son métier ignoble, sa famille d’extrémistes arriérés et sa vie de merde.

Drago eut un rire cynique en pensant ces mots.

Sûrement un des effets secondaires de son emploi.

Depuis qu’il était entré au ministère, Drago était chargé du classement des dossiers des sorciers. Un métier que Voldemort lui avait “offert” en remerciement de ses services.

 

Bien sûr, il n’était pas dupe. Le “Seigneur Des Ténèbres” lui avait donné ce boulot dans le seul but de le punir.

Drago avait eut des doutes, des remords, après la bataille de Poudlard, et Voldemort le savait.

Ce métier lui rappelait chaques jours à quel camp il appartenait, surtout lorsqu’il devait tamponner le fichier d’un de ses anciens camarades de Poudlard d’un encadré rouge qui disait “ Recherché ”, ou pire encore, “ Exécuté ”.

Un goût amer lui vint en bouche lorsqu’il se remémora le nom de Mandy Brocklehurst, une Serdaigle de son année avec qui il avait fait son devoir de métamorphose en duo lors de sa quatrième année. A l’époque, il l’avait traité comme les autres, c’est-à-dire mal, mais aujourd’hui, où il avait dû tamponner officiellement sa mort, il se sentait mal. Mal pour elle, pour lui, et pour tous ceux qui la connaissaient.

Drago avala la fin de sa bouteille, cul-sec, et la jeta sur le mur en face de lui.

Des morceaux de verre volèrent et Drago se prit la tête entre les mains.

Il resta ainsi durant quelques minutes avant que la porte du salon ne s’ouvre.

-Monsieur, je suis désolé de vous déranger, mais votre femme vous demande, dit une petite voix.

Drago se tourna vers son elfe de maison.

-Dis-lui d’attendre, ordonna-t-il.

L’elfe de maison acquiesça d’un mouvement de tête et se retira en refermant la porte derrière lui.

Drago remit sa tête entre ses mains.

Sa femme.

Il avait presque oublié qu’il était marié.

A vrai dire, il voulait oublier ce détail.

A peine deux semaines après la bataille de Poudlard, ses parents l’avaient mariés à une sang-pure sans caractère, Astoria Greengrass.

Sa femme avait deux ans de moins que lui, elle venait à peine de fêter son seizième anniversaire, et elle était déjà enceinte.

Drago failli vomir sur le tapis mais se retint.

Astoria Greengrass allait lui donner un fils, un héritier, du haut de ses seize ans. Cela le dégoûtait.

Cinq mois après leur mariage, les parents de Drago et de Astoria s’étaient déjà mis d’accords pour que les deux jeunes mariés fassent un enfant et Drago n’avait pu qu’accepter sous peine de perdre le soutien financier de ses parents.

Astoria, elle, n’avait pas dit un mot. Elle avait suivit les ordres de ses parents à la lettre et suivait maintenant les ordres de son mari comme on le lui avait appris.

Drago eut un nouveau soubresaut et déversa le contenu de son estomac sur le tapis ottoman qu’il avait reçu pour son anniversaire de mariage.

Il resta sans bouger pendant quelques instants, essayant de penser malgré son mal de tête et l’odeur de vomi qui empestait dans la pièce.

Drago se leva soudainement, résigné.

-Manite, appela-t-il.

L’elfe-de-maison qui l’avait dérangé quelques minutes avant apparut soudain en transplanant.

-Monsieur me demande ?

-Apportes-moi le whisky le plus ancien que nous ayons, dit-il. Puis quitte la maison avec Astoria.

Manite eut un froncement de sourcils mais obéit, et un bouteille de Whisky Du Phénix apparut devant eux.

Drago s’en empara.

-Maintenant, transplane avec Astoria chez les Greengrass et ne revenez pas avant demain matin.

L’elfe fronça les sourcils de plus belle mais disparut dans un Crac sonore.

Drago nettoya la flaque de vomi d’un coup de baguette et se rassit.

Son mal de crâne avait disparu et il semblait enfin savoir quoi faire.

Il ouvrit la bouteille et en bût trois gorgées qui lui brûlèrent la gorge.

L’héritier Malefoy leva sa baguette et jeta un sort.

Aussitôt, les murs du salon s’enflammèrent et Drago s’abreuva à nouveau du contenu de la bouteille.

Autour de lui, la pièce brûlait dans un chaos digne des enfers.

Drago finit la bouteille et la lâcha au sol.

Un poutre enflammée tomba à côté de lui mais il ne bougea pas.

Un sourire apparut enfin sur son visage, son dernier vrai sourire, et la maison s’écroula sur elle-même, dans une explosion de braises crépitantes.

End Notes:

Eh bien oui, la plus-part des personnages que je traite meurent, mais c'est une fic tragique, donc vous allez devoir faire avec ! ;)

Ron Weasley by Ouranos361
Author's Notes:

Coucou !

De retour avec un nouveau chapitre après un trèèèèèèèès long moment d'abscence ( désolé :w )

Aujourd'hui ( ou ce soir, ça dépend de l'heure à laquelle vous lisez ça ;P ) Ronald Weasley !

J'éspère que vous allez aimer ! :D

Ron marchait, capuche baissée sur sa tête. Il rasait les murs dans l’espoir que personne ne remarque sa tête, récemment placardée un peu partout dans la ville portuaire de Galway.

En effet, le jeune homme avait réussi à aller en Irlande par ses propres moyens où il avait rejoint une planque de l’Ordre du Phénix.

Il avait réussi à contacter un lointain cousin à lui, Antonin Ferpes, qui lui avait obtenu un passage en Islande par bateau. Le départ était ce soir et avait lieu au Seashore Caravan Park de Galway.

Un chat sortant d’une poubelle fit soudain sursauter Ron, mais il reprit bien vite sa route en serrant la baguette présente dans sa poche.

Il eut une pensée pour Hermione.

Sa petite-amie avait décidée de partir en Australie, seule, retrouver ses parents pour les amener avec elle en Islande, où elle retrouverait Ron.

Le roux sourit en repensant à leur dernière conversation. Ils s’étaient promis de se retrouver à Reykjavik, la capitale du pays, pour s’installer définitivement.

Ils achèteraient une jolie maison dans le Suðurland, l’une des plus belle région d’Islande, et ils oublieraient définitivement les horreures qu’ils avaient vécus. Qui sait, peut-être auraient-ils des enfants, et le chien que Hermione voulait tant ?

Ron avait conscience que tout cela relevait plus du feuilleton TL que de la vraie vie - du moins, c’était ce que Hermione avait dit - mais il ne pouvait s’empêcher d’y croire, du plus profond de son être.

Bien entendu, pour ça, il fallait qu’il arrive en Islande. Mais il sentait que le pays accueillerait bientôt un nouvel habitant en son sein.

Une fois là-bas, il ne lui resterait plus qu’à attendre Hermione.

Si elle survivait.

Ron chassa cette pensée de son esprit. Elle allait y arriver ! Elle n’était pas la sorcière la plus intelligente de sa génération pour rien ! Si le roux devait miser sur la survie de quelqu’un, il parierait sur celle de son amie avant la sienne.

Ron tourna à droite et arriva sur une longue allée longée par des caravanes menant droit à la côte.

Deux silhouette à cinquante mètres semblaient attendre quelqu’un et il se dirigea vers elles.

Il reconnut le visage de son cousin à la lueure d’une cigarette allumée.

-T’es en retard ! s’exclama Antonin à voix basse en jetant des regards autour de lui.

-Désolé, j’étais loin, expliqua Ron avant de se tourner vers la deuxième personne. C’est vous le passeur ?

Ce dernier hocha sa tête encapuchonnée avant de tirer sur sa cigarette, émettant une lueure rouge au milieu de l’obscurité de la nuit.

Le roux remarqua que son cousin jetait des coups d’oeil inquiets en direction d’une caravane blanche à leur droite.

-Ca va ? demanda-t-il en fronçant les sourcils.

-Hein ? sursauta son cousin. Ouais, ouais… Tout va bien.

Ron se tourna vers le passeur.

-Combien vous voulez déjà ? demanda-t-il en sortant sa bourse. Trente gallions ?

L’homme hocha la tête et tendit la main.

-Nous sommes d’accords que vous ne raconterez rien à personne, n’est-ce pas ? rappela le roux.

L’homme hocha la tête de plus belle et tendit la main à nouveau.

Ron lui donna la bourse en le gratifiant d’un coup d’oeil soupçonneux.

L’homme rangea la bourse dans sa poche et claqua des doigts.

Des silhouettes apparurent soudain dans des Crac sonores.

Ron sortit sa baguette mais un jet de lumière la fit voler dans les airs.

-C’est quoi ce délire ?! s’exclama-t-il en se tournant vers son cousin.

Il sentit quelqu’un l’attraper et le mettre sur les genoux.

-Bien joué, Ferpes, dit le passeur en lui jetant la bourse que Ron venait de lui donner. T’as bien fait ton travail.

-Espèce de sombre fils de pute ! cria Ron. C’est comme ça que tu traites ta famille ?

-Désolé, cousin, mais soyons raisonnables, dit Antonin avec un sourire mauvais. On s’est vus que deux fois, à quoi est-ce que tu t’attendais ?

Le roux lui cracha dessus.

-Assez causé, dit le passeur en retirant sa capuche. Le Seigneur des Ténèbres te dis au revoir.

-Avery ! le reconnu Ron. J’espère que tu crèveras en enfer !

Le Mangemort lui fit un sourire mauvais.

-Dans ce cas, on se revoit là-bas, dit-il d’une voix calme en tirant une dernière fois sur sa cigarette, avant de la jeter par terre et de l’écraser de sa botte en cuir. A plus, Weasley.

Un éclair de lumière verte illumina la nuit noir, mais personne ne le remarqua.

Personne n’entendit non plus les Crac sonores qui suivirent la disparition des dix Mangemorts, laissant derrière eux un corps sans vie.

End Notes:

Alors ? Qu'en pensez-vous ?

Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=36487