Des Nuits en folies by AlwaysLS
Summary:

Un anniversaire, ça se fête dignement...

Recueil des textes écrits pour la Nuit Cent-sationnelle, la centième nuit des fanfictions!

 


Categories: Romance (Het), Durant Poudlard, Fêtes / Célébrations Characters: Albus Dumbledore, Hermione Granger, Les Maraudeurs
Genres: Amitié, Guerre, Missing Moments
Langue: Français
Warnings: Lime
Challenges: Aucun
Series: Les Nuits d'HPF, Les noctambules
Chapters: 7 Completed: Oui Word count: 2091 Read: 1990 Published: 17/05/2020 Updated: 26/04/2022

1. I by AlwaysLS

2. II by AlwaysLS

3. III by AlwaysLS

4. IV by AlwaysLS

5. V by AlwaysLS

6. VI by AlwaysLS

7. VII by AlwaysLS

I by AlwaysLS
Author's Notes:

Thème:


"On croit que les rêves, c'est fait pour se réaliser. C'est ça le problème des rêves: c'est que c'est fait pour être rêvé", Coluche.

Remus sortit de la Bibliothèque seul. Il voulait faire une pose dans ses révisions. Il avait besoin de respirer un peu, de s'aérer. Il commençait à peine à avancer dans le couloir quand il la vit. Il soupira. Il n'avait pas besoin de ça. Vraiment pas.

Et pourtant, elle était là, juste avant les escaliers. Impossible qu'ils ne se croisent pas. Remus se sentait comme traqué, comme un vif d'or. Il fallait dire qu'elle était douée pour ça puisque c'était l'attrapeuse de Gryffondor. Emma Hurd l'attendait, les pieds ancrés dans le sol, poings sur les hanches.

-          Il faut qu'on parle.

-          Maintenant ? demanda Remus, ennuyé.

-          Pour une fois que tu es sans tes amis. Oui. Maintenant.

Il la regarda et elle n'avait pas l'air de plaisanter. Le Préfet comprit qu'il n'avait pas le choix. Il s'adossa alors contre le mur et fit un signe de tête pour lui dire qu'elle pouvait commencer.

-          J'ai réfléchi. Et je ne veux plus attendre. je veux être avec toi.

A ces mots, le visage de Remus se ferma et se crispa. Il avait l'impression que cette scène se répétait inlassablement, et trop souvent à son goût.

-          On en a déjà parlé Emma. Je ne peux pas être avec toi.

-          Tu ne peux pas ou tu ne veux pas ?

Remus leva les yeux au ciel. Ils y étaient. Elle connaissait la réponse mais elle continuait à le persécuter. Il articula finalement dans un souffle qu'il ne pouvait pas.

-          Alors, tu en as envie, reprit Emma qui ne décolérait pas et qui tapait du pied de colère. Pourquoi tu ne peux pas ? Evidemment que tu peux ! Toi et moi, on sait très bien ce que tu ressens, Remus.

Elle s'approchait de plus en plus de Remus. Il la fixait dans les yeux jusqu'à ce que son regard ne dérive sur ses lèvres fines qui laissaient entrevoir ses dents blanches. Il tressaillit quand elle posa ses mains sur ses épaules. Il ferma les yeux pour tenter de soustraire à ce qui se produisait. En vain. Il avait chaud. Il appréciait son contact.

                De ses lèvres, Emma effleura la bouche de Remus, elle remonta le long de sa mâchoire pour finir vers son oreille. A présent plus rien ne les séparait. Et Remus aurait voulu que tout cela dure indéfiniment.

-          On en a envie tous les deux, lui chuchota-t-elle. Tu en rêves comme j'en rêve.

Tout aurait dû être plus facile pour Remus. Rien n'aurait dû l'arrêter et l'empêcher d'embrasser Emma. Mais ce n'était pas le cas. Il s'extirpa de sa léthargie et la repoussa du plat de ses mains plus loin.

-          On croit que les rêves, c'est fait pour se réaliser. C'est ça le problème des rêves : c'est que c'est fait pour être rêvé.

Presque immédiatement, il regretta ces paroles. Il l'avait blessé. Il lui faisait du mal. Une lueur de douleur passa dans les yeux clairs d'Emma.

-          Arrête de dire n'importe quoi Lupin ! Arrête avec ces phrases philosophiques à deux Mornilles ! Tu es ridicule ! Arrête ! Arrête de m'ignorer et de me rejeter après tout ce qui s'est passé !

Sa voix était montée dans les aigus alors qu'elle s'était affalée sur le sol froid, contre le mur opposé.

-          Ne me dis pas que ce qu'il s'est passé après le match de Quidditch, pendant la dernière sortie à Préaulard ou au bord du Lac, c'était faux !

Soudainement, elle se releva, le menton haut. Emma ôta à l'aide de sa manche les traces de larmes sur son visage.

-          Je crois qu'on s'est tout dit, Lupin. Je t'aime. Je t'aime mais je ne te courrais pas après.

Elle tourna les talons, laissant Remus seul dans le couloir désert. Lui qui rêvait simplement de s'alléger les idées entre deux révisions ! Il soupira.

 

 

II by AlwaysLS
Author's Notes:

Thème de 22h:

 

Chanson Herr Mannelig, Garmarna

(https://www.youtube.com/watch?v=7emu8i2mF6I)

 

 

 

Texte sous forme de drabble. 100 mots pour fêter le 100e anniversaire des Nuits!

 

Le Directeur avait pris l'habitude de balader seul le soir dans le château. Alors qu'il marchait dans un couloir du quatrième étage, il entendit des voix mélodieuses provenant d'une des salles. C'était jour de chorale se rappela-t-il.

La musique lui rappelait quelque chose. C'était une comptine, puisée d'une légende médiévale. Les souvenirs se bousculèrent dans son esprit. Il connaissait bien cette chanson pour l'avoir entendue et fredonnée plus de cent fois. C'était sa préférée. Celle qu'on lui chantait pour qu'elle s'endorme. Le vieil homme essuya les larmes qui perlaient des ses yeux bleu. Cette chanson enfantine, c'était la favorite d'Ariana. 

 

III by AlwaysLS
Author's Notes:

Thème:

 

chanson First Dance, KC Katalbas

(https://www.youtube.com/watch?v=OaiiYbVLgpU)

Les paroles ont été traduites en italique dans le texte.

+

citation "Si vous souhaitez une fin heureuse, cela dépend du moment où vous arrêtez votre histoire" (Orson Welles)

 

 

 

1,2,3, 1,2,3, ne me quitte pas des yeux

C'est moi qui guide, tu fais un pas

Et danse avec moi tranquillement

Nous n'avons pas besoin de mots pour dire quoi que ce soit de nouveau

 

-          Je t'attendais.

Sa voix était paisible, posée. Comme s'il savait ce qu'il allait se produire. Il darda ses yeux gris dans les siens. Albus était comme hypnotisé.

-          Je savais que tu viendrais mon cher ami.

Albus serra les dents. Ces quelques mots tendres qu'il avait tant appréciés autrefois lui faisaient à présent l'effet d'un coup de poignard à la lame effilé. Il leva sa baguette, en essayant de calmer ses tremblements. Gellert sourit. Il ouvrit les mains comme pour accueillir un vieil ami. Après tout, c'est ce qu'ils étaient l'un pour l'autre.

Une fraction de seconde plus tard, le duel commença. Les éclairs lumineux et multicolores ricochaient de part et d'autre des deux jeunes sorciers.

 

1,2,3, 1,2,3, ne réfléchis pas trop

Tombes dans mes bras, nous ne serons pas blessés

Oh mon frère, oh mon seigneur

Je ne suis pas prêt(e), je ne suis pas sûr(e)

 

Albus hésitait encore et Gellert le sentit. Il en profita. Il s'acharna à lui lancer les maléfices les plus sombres tandis que ce dernier ne faisait que de se défendre. Il ne pouvait pas se résoudre à le blesser. Ils avaient vécu tant de choses ensemble. Ils avaient forgé une connexion très forte, plus qu'Albus ne l'aurait jamais espéré. Ils avaient eu de grands projets ensemble. Ils avaient été amis. Ils avaient été amants.

En réalité, au fond de lui, Albus espérait encore pouvoir ramener Gellert à la raison. Lui faire abandonner ses noirs projets. Un raie de lumière verte le frôla. Et Albus comprit.

 

1,2,3, 1,2,3, Tous mes souvenirs

Commencent à se heurter, ce n'est plus la peine de cacher

Ce quelque chose qui a toujours été

Les cartes dans mon esprits deviennent les cartes dans tes yeux

 

Il comprit qu'il ne pouvait plus rien pour lui. Tout était allé de travers quand ils s'étaient disputés. Et qu'Ariana en avait subi les amères et douloureuses conséquences. Merlin, qu'ils s'étaient aimés ! Gellert n'avait exprimé aucun remord sincère. Et ce qui avait marqué le jeune sorcier endeuillé. Lui qui s'était fait un devoir de protéger sa petite sœur ! Il avait lamentablement échoué. Et son ami, son meilleur ami, n'avait montré le moindre signe de compassion.

 

1,2,3, 1,2,3, ne me quitte pas des yeux

C'est moi qui guide, tu me coupe le souffle

Oh mon amour, accroche-toi bien

Je serais meilleur, je me battrai

Pour toi

 

Le jeune homme qu'il avait tant aimé avait disparu. Avait-il seulement existé ? Albus ne savait pas. Albus ne savait plus.

Il repoussa avec dextérité un maléfice. Il fallait qu'il fasse front. Il devait se battre. Il devait gagner. Alors, Albus n'hésita plus. Les sortilèges pleuvaient en pluie.

Soudain, tout s'arrêta. Le calme après la tempête. Albus Dumbledore pointait sa baguette sur la tempe de Gellert Grindelwald. Les larmes se mêlaient au sang.

-          POURQUOI ? hurla Albus. POURQUOI ? 

 

IV by AlwaysLS
Author's Notes:

Thème:

 

culpabilité

 

 

 

Texte sous forme de drabble. 100 mots pour fêter le 100e anniversaire des Nuits

 

Remus la regarda s'éloigner. Et il regretta instantanément. Il sentit la culpabilité l'envahir. Remords ou regrets ? Il fallait rapidement faire un choix.

Il se lança à sa poursuite.

-          Emma ! Emma ! Hé ! Emma ! Attends !

Elle arrêta de marcher, se tourna vers lui bras croisés. Il déglutit. Son cœur battait à cent à l'heure.

-          Tu as raison. Je suis ridicule. Mais je t'aime. Et qu'importe ce qui arrivera. Je veux être avec toi. Ce ne sera pas facile tous les jours. Je t'aime.

-          Il était temps, souffla-t-elle dans un sourire.

Remords ou regrets ? Il avait choisi. Enfin.

 

V by AlwaysLS
Author's Notes:

Thème:


 


Culpabilité


 


Texte sous forme de drabbles

-          Qu'est-ce qu'il y a, Harry ?

Hermione fixait avec attention son meilleur ami. Ce dernier soupira de lassitude et attrapa la bouteille de Whisky-Pur-Feu, déjà bien entamée. Il but plusieurs longues gorgées avant d'esquisser la volonté de répondre.

-          C'est juste que je me sens un peu coupable.

La sorcière se redressa aussi vite qu'elle le put, compte tenu de tout l'alcool qu'elle avait consommé. Elle fronça les sourcils.

-          Qu'est ce que tu veux dire par là ?

Le Survivant haussa les épaules. Le silence s'installa. Hermione pensait qu'elle n'aurait pas réponse. Elle n'était pas étonnée par cet aveu. En fait, cela faisait longtemps qu'elle attendait qu'il le prononce. La guerre les avait tous marqué. Ce n'était pas chose aisée que de reprendre une vie normale et d'admettre que certains visages familiers et aimés n'étaient plus. Harry avait tendance à se prendre pour un preux chevalier, qui défend la veuve et l'orphelin. Elle s'allongea sur le tapis de sa chambre, près d'Harry. Joue contre joue. Ses cheveux noirs chatouiller ses narines et ses yeux. Elle basculait doucement dans le sommeil quand la voix rauque du sorcier résonna dans la petite pièce.

-          Je me sens coupable pour tout le monde. Pour Dobby. Pour Maugrey. Pour Cédric. Pour Sirius. Pour Fred. Pour Remus. Enfin pour tout le monde quoi. Si je n'avais pas agi comme je l'ai fait, rien de tout ça ne serait arrivé. Rien, Hermione.

-          Que je sache, tu ne les as pas tués.

-          Heureusement que tu es la sorcière la plus douée de sa génération, grinça Harry. Tu sais ce que je veux dire Hermione. Tous sont morts à cause de moi. Les gens ont souffert à cause de moi. Les Weasley, toi. Je suis sûr que j'aurai pu te sauver au Manoir Malefoy.

-          Arrête de penser que tu es le centre du monde Harry, l'interrompit Hermione sèchement. Tous, on a fait des choix. On a choisi de se battre avec et pour toi. On a choisi et on en a accepté les conséquences. Ce qui est fait est fait. Et tu ne vas remonter le temps.

Harry se redressa brusquement. Il se mit à quatre pattes, de façon à regarder Hermione dans les yeux.

-          Hermione, qu'est-ce que tu as fait de ton Retourneur de Temps de ta troisième année ?

Cette dernière éclata de rire. Puis, avisant le regard grave de son meilleur ami, elle demanda :

-          Tu es vraiment sérieux, Harry ?

 

VI by AlwaysLS
Author's Notes:

Thème:

 

image 

 

Texte sous forme de drabble. 100 mots pour fêter le 100e anniversaire des Nuits!

 

«  Une insupportable Miss-Je-Sais-Tout. »

« Rat de bibliothèque. »

« Miss J'ai-toujours-une-question. »

 

La dernière fois qu'elle en avait parlé autour d'elle, on lui avait répondu que c'était tout de même un peu vrai.

Toujours première de la classe.

Toujours la main levée.

Toujours la première dans tous les domaines.

Toujours sérieuse.

Toujours plongée dans des livres.

Et pourtant...

Pourtant jamais à sa place.

Pourtant, trop sorcière pour rester vivre avec ses parents.

Et trop moldue pour être acceptée au sein de la société sorcière.

Les livres seraient peut-être sa seule et unique issue. Les livres étaient la clef.

 

 

VII by AlwaysLS
Author's Notes:

Thèmes:


Extravagant


 


"Pour un père, il n'est rien de plus doux qu'une fille", Euripide

 

-        Papa ! Papa !

Le sorcier releva vivement la tête. Il était arrivé quelque chose. Quelque chose de grave. Son instinct paternel l'animait. Il posa la liasse de parchemin qu'il avait en main, saisit sa baguette magique et se précipita sur sa petite fille dont les longs cheveux blonds volaient dans le vent.

Depuis que sa femme était partie, il devait veiller seul sur l'enfant. C'était une lourde responsabilité. C'était une enfant touche à tout, créative, extravagante, extrêmement attentive au monde qui l'entourait et donc très curieuse. C'était un trait de caractère qui lui rappelait sa mère. Mais cette dernière avait été trop curieuse et s'était mise à plusieurs reprises en danger, jusqu'à ce que cela lui soit fatale.

Le père célibataire avait rejoint sa petite fille qui était accroupie au milieu du champ. La pression redescendit d'un coup en voyant la scène délicate qui se jouait devant lui. Il s'agenouilla à côté d'elle.

-        Regarde papa ! s'écria la bambine, émerveillée.

Cette dernière, au creux de ses mains, avait recueilli un petit papillon blanc. Ce n'était pas une espèce rare ou magnifique, simplement un papillon blanc. Xénophilius sourit de l'émerveillement et de l'insouciance tranquille qui émanaient de sa petite fille chérie. Il l'admirait même. La vie, pensa-t-il à ce moment précis, était douce. Et il croisa les doigts et les orteils pour qu'elle continue de l'être pour le restant de sa vie. 

 

Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=37467