Arcs temporels entremêlés et détails techniques by Miss Delavergne
Summary:

https://imagizer.imageshack.com/v2/640x480q90/923/GpmeEM.png

Bienvenue dans le passé... Une série improbable d'événements fait arriver Sirius Black, Hermione Granger, Ginny Weasley et Luna Lovegood en 1978. Le monde sorcier est en guerre totale. Regulus Black est prêt à prendre la Marque des Ténèbres. Les Maraudeurs et Lily Evans rejoignent l'Ordre du Phoenix.

Tous doivent négocier un monde de danger, de mort et de destruction. Peuvent-ils changer le destin de ceux qu'ils aiment ? Peuvent-ils se sauver eux-mêmes ?

BA :

"Ron l'a détruit quelques années plus tard. Sache que la façon dont il est arrivé jusqu'à Ron implique Kreattur, Mundungus Fletcher, Dolores Ombrage et Severus Rogue, donc un large éventail de tes personnes préférées."


Categories: Après Poudlard, Voyages temporels, Sirmione (Sirius/Hermione) Characters: Sirius Black
Genres: Tragédie/Drame
Langue: Français
Warnings: Lemon soft
Challenges: Aucun
Series: Aucun
Chapters: 25 Completed: Non Word count: 128640 Read: 6470 Published: 24/06/2020 Updated: 04/05/2021
Story Notes:

//TRADUCTION DEPUIS L'OEUVRE DE TABBYCAT//

1. Chapitre 1 : Une Technicité by Miss Delavergne

2. Chapitre 2 : Boîte Noire by Miss Delavergne

3. Chapitre 3 : Soupçons by Miss Delavergne

4. Chapitre 4 : Coïncidence by Miss Delavergne

5. Chapitre 5 : Sanctuaire by Miss Delavergne

6. Chapitre 6 : Théorique by Miss Delavergne

7. Chapitre 7 : Escalade by Miss Delavergne

8. Chapitre 8 : Pain rassis by Miss Delavergne

9. Chapitre 9 : Agir by Miss Delavergne

10. Chapitre 10 : La Marque des Ténèbres by Miss Delavergne

11. Chapitre 11 : Un charme de Silence by Miss Delavergne

12. Chapitre 12 : Retour à la maison. by Miss Delavergne

13. Chapitre 13 : Le recruteur by Miss Delavergne

14. Chapitre 14 : Anniversaire by Miss Delavergne

15. Chapitre 15 : Sang de bourbe by Miss Delavergne

16. Chapitre 16 : Les Nés-Moldus by Miss Delavergne

17. Chapitre 17 : Bibliothécaire adjoint by Miss Delavergne

18. Chapitre 18 : Benji. by Miss Delavergne

19. Chapitre 19 : Le Feu by Miss Delavergne

20. Chapitre 20 : Conséquences by Miss Delavergne

21. Chapitre 21 : Poussière by Miss Delavergne

22. Chapitre 22 : Erreurs by Miss Delavergne

23. Chapitre 23 : Être l'héritier by Miss Delavergne

24. Chapitre 24 : Coincé by Miss Delavergne

25. Chapitre 25 : Sous la Marque des Ténèbres by Miss Delavergne

Chapitre 1 : Une Technicité by Miss Delavergne
Author's Notes:

Bonjour,

Ça fait longtemps que je n'ai pas mis les pieds sur HPF. Je suis de retour avec un nouveau compte et une première traduction. Cette fic appartient à la très talentueuse Tabbycat et je suis très fière de vous la faire parvenir en français. L'originelle se trouve sur la plateforme Archive Of Our Own. J'espère que vous prendrez autant de plaisir que moi à la lecture. Les reviews seront traduites à l'auteur. C'est à elle que revient tous les honneurs. 

Sirius - juin 1996, à travers le voile.

Sirius Black se décolla du sol. C'était donc ça la mort.

Il était mort.

Intéressant.

Ses parents le tueraient. Eh bien, ils l'auraient fait, sauf si on part du principe qu'il est « déjà mort ». Un peu difficile de tuer quelqu'un qui a déjà un pied dans la tombe. Le dernier des Black, ou le dernier du nom, au moins, il était mort avant d'avoir réussi à produire un héritier. Sirius pouvait juste voir leurs visages laids et jugeants, tous tordus de colère face à ses échecs. Sa mère aurait crié à en perdre la voix, son père serait en colère mais resterait silencieux. Regulus quant à lui serait probablement juste déçu.

Oh, il savait qu'il était un héritier de merde au nom de la Noble et très Ancienne Maison des Black, mais cet échec serait un exemple exceptionnel d'audace. Il espérait que l'audace pourrait s'apparenter à un triton au gingembre.

Il espérait que la mort n'impliquerait pas d'avoir à revoir ses parents.

Sirius se leva et jeta un long et coulant regard autour de lui. La mort était vraiment un endroit étrange. Cela ressemblait beaucoup à la Grande Salle de Poudlard, si elle était plus propre et plus vide. Pas d'élèves. Ce qui la rendait beaucoup moins bruyante. Il reconnaissait définitivement la pièce, depuis les piliers autour des bords, les grandes fenêtres et les tables des différentes maisons jusqu'à l'estrade surélevée à l'avant avec la table des professeurs. C'était la Grande Salle, il en était certain.

Pas d'enseignants non plus. Maintenant, voici quelque chose qui était pour le mieux. La mort n'était pas si mal, après tout.

Son estomac grogna, Sirius pensa qu'il allait essayer de se procurer de la nourriture. Il avait été occupé, pour une fois, la veille de sa mort, à soigner un blessé, sinon illégalement puis définitivement illicite, l'hippogriffe qu'il gardait dans l'ancienne chambre de sa mère tout en discutant par alternance avec Remus de leur relation. Disons plutôt de l'absence de relation qu'ils entretenaient. Merde. J'espère que quelqu'un s'occupera de Remus. Et de Buck. Et surtout d'Harry.

Il se dirigea vers la table qui aurait pu être la table des Gryffondor, si cela avait été la Grande Salle de Poudlard, et il s'assit sur un banc. Il retrouva l'endroit où il s'était assis lors de sa première nuit à Poudlard, où James s'était assis à côté de lui. Cela semblait bien, d'une manière ou d'une autre. Confortable. Amical.

À la grande surprise de Sirius, quelques assiettes de nourriture apparurent devant lui. Pas un festin, mais un repas décent néanmoins. Côtelettes de porc, une assiette de riz cuit à la vapeur et ce qui ressemblait à des beignets à la banane. Il en mordit expérimentalement un. Certainement des beignets à la banane.

Les elfes de maison de la mort (ce que Sirius choisissait d'appeler ainsi - ceux qui lui avaient fourni cette nourriture -) n'étaient pas aussi bons cuisiniers que ceux de Poudlard, mais la nourriture était meilleure que tout ce que Kreattur lui avait jamais donné. Sirius était un cuisinier de merde. Il avait emménagé dans une petite maison à l'âge adulte, et dès sa première nuit, c'était la première fois de sa vie qu'il essayait de se préparer un repas. Cela avait été un désastre total, et James était venu l'aider.

Quand il eut fini son repas, Sirius tourna son attention vers l'étrange bruit qui lui parvint. Où diable était-ce ? Peut-être aurait-il dû privilégier cela avant de manger ? Remus l'aurait fait.

C'est à ce moment là que Sirius a réalisé qu'il était nu. Drôle. Il était mort habillé. Et les assiettes étaient disponibles dans la mort, alors pourquoi les vêtements ne devraient-ils pas l'être ? Peut-être qu'ils n'ont pas transcendé. Ce n'était pas le bon mot. L'était-ce ? Ils ne sont pas venus avec lui. À travers le voile. Apparemment, les vêtements ne pouvaient pas mourir.

Pourtant, il n'en avait pas réellement besoin. Il n'y avait pas exactement quelqu'un d'autre autour de lui. Et il était à l'aise dans son corps.

Il était en fait un peu moins à l'aise quand il réalisa qu'il y avait en fait quelqu'un d'autre autour de lui.

James putain de Potter.

"Bonjour," dit James.

« Salut ! Quinze ans, presque, et tu dis « bonjour » comme si c'était hier ? »

"Plutôt."

Sirius fit un câlin à James, et ne pouvait pas comprendre pourquoi son vieil ami se retirait.

"Mon pote, tu ne portes pas de vêtements."

"Ouais. Pardon. J'ai oublié que nous avions interdit les câlins nus. »

"Cela fait longtemps que nous avons eu cette discussion, n'est-ce pas ? Troisième année ?"

"Je le pense. Comment puis-je obtenir des vêtements ici ?"

Dès qu'il a pensé qu'il en avait voulu, un ensemble est apparu sur le banc où il avait mangé son repas. Sirius les retira, ne remarquant pas vraiment de quoi ils avaient l'air et serra James dans ses bras. Cette fois, l'autre homme a fait la même chose.

"Alors, comment vas-tu ? » demanda Sirius. « Comment est-ce la mort ? À quoi ça ressemble ? Puis-je regarder ce qui se passe là-bas ? Je veux m'assurer que Harry va bien. »

"Ce n'est pas aussi simple que cela", a déclaré James.

Sirius soupira. Ça ne l'a jamais été. Pas dans sa vie. Chaque fois qu'un événement s'est produit, il a généralement été retiré assez rapidement.

"Et maintenant ?" Il a demandé.

« Tu vois, tu n'es pas techniquement mort. »

"Je suis quoi ?"

"Pas techniquement mort."

"Je l'ai entendu, je ne le comprends toujours pas."

« La malédiction de Bellatrix ne t'a pas tuée. Cela t'a immobilisé et tu es tombé à travers le voile dans le département des Mystères. Tu n'es jamais mort. Tu es tombé dans la mort nuance. »

« Est-ce vraiment important ? »

« C'est ce que je te dis. C'est un fait. Sirius, tu n'as jamais écouté dans ta putain de vie et c'est clair que tu ne le fais pas là non plus. TU. N'ES. PAS. MORT. Tu es là par accident. Une technicité si tu préfères. »


« Qui t'a dit ça ? »

"Si je suis honnête, je n'en suis pas sûr", a déclaré James, se coiffant les cheveux dans un mouvement que Sirius avait vu tant de fois auparavant. L'action était la seule chose familière ici. "Je suis le messager."

"Le Messager ?"

« Quand tu meures, tu fais sortir quelqu'un pour te saluer. Quelqu'un de déjà mort, une personnalité que tu connaissais et respectais ou que tu admirais de ton vivant. J'ai vu mes parents. »

« Et je t'ai eu. Je ne t'ai jamais admiré. »

« Bien sûr que tu l'as fait. Moi, star de Quidditch, leader du groupe le plus célèbre de l'école, aimé des filles, excellent élève. »

"Non."

James sourit. « Je pense qu'ils se sont un peu foutu de ta gueule, si je suis honnête. Ils ne pouvaient pas utiliser tes parents, n'est-ce pas ? Si tu respectais quelqu'un, c'était McGonagall et Dumbledore et ils sont tous les deux fichtrement vivants. Remus aurait été mieux, mais aussi vivant, alors tu es coincé avec moi. »

« C'est un bon travail que Remus soit toujours en vie. Harry va avoir besoin de lui. »

"Il le fera." James enleva ses lunettes et les frotta, avant de regarder Sirius. Sirius pensa qu'il pouvait voir une petite larme dans l'œil de son vieil ami.

"J'ai essayé," dit Sirius.

"Tu as fait de ton mieux."

"J'ai été stupide. Je n'aurais pas dû courir après Peter et me faire prendre. J'aurais pu être là pour Harry."

« J'aurais cherché ce rat gluant si j'avais été à ta place. »

Ils se sont assis en silence pendant un moment. Sirius inspecta ses vêtements. C'étaient des vêtements moldus, le style exact qu'il portait à l'adolescence quand il essayait d'ennuyer ses parents. Le t-shirt représentait un cognard flamboyant, qu'il avait acheté presque en double exemplaire l'été après la quatrième année où le groupe s'était retrouvé parmi les jeunes sorciers et ils étaient allés à un concert avec James et Remus. Et Peter.

"Alors," dit-il. "Si je ne suis pas mort, que suis-je ?"

"Vivant", a déclaré James, comme s'il expliquait les bases à un jeune enfant.

"D'accord," dit Sirius. « Vas-tu me renvoyer alors ? »

"Ce n'est pas aussi simple que cela", a encore expliqué James. Sirius grogna. « Je ne peux pas. Quelque chose à voir avec l'atteinte à la réputation du Voile. Tu ne peux pas revenir à ta chronologie actuelle, car sinon tout le monde saurait que tomber à travers le voile ne te tue pas, et la mort serait submergée de gens qui essaient d'entrer ici pour le plaisir ou pour voir des êtres chers. »

La première pensée de Sirius fut que c'était une suggestion absurde. Quand il y réfléchit un peu plus, il réalisa que pour commencer, au moins la moitié des Gryffondor qu'il avait jamais connus l'auraient fait pour un défi, juste parce qu'ils le pouvaient. Certains types plus intelligents voudraient rechercher la mort. Il l'était déjà, supposa Sirius, étant donné qu'il avait traversé le voile.

Et aurait-il honnêtement voulu parler à James, s'il avait su qu'il le pouvait ? Bien sûr.

Il réalisa que James avait raison.

"Alors quoi ?" Il a demandé.

"C'est ton choix", a déclaré James. « Si tu le souhaites, tu es autorisé à mourir à ce stade et à continuer. Ou à devenir un fantôme, si tu préfères. Pourquoi quelqu'un voudrait ça, je ne sais pas ? Je ne suis pas censé te dire quelle direction choisir ou te la faire paraître meilleure ou pire. Ou tu peux choisir de vivre, mais tu ne peux pas revenir au point où tu es mort et je ne peux pas t'abandonner dans l'avenir. »

"Je peux aller dans le passé ?"

"Si tu veux."

"Et serai-je moi à mon âge, ou moi comme je l'étais alors ?"

"Toi, comme tu es maintenant. Merde. Quel âge as-tu ? Quel âge aurais-je maintenant ?"

"Trente-six."

"Sensationnel."

"Et je pourrais retourner n'importe où ?"

"Je n'ai reçu aucune restriction."

"Je ne comprends pas."

« Je t'ai tout expliqué par étapes. Deux fois, au moins. Je ne suis pas sûr de ce qui reste à ne pas comprendre. »

"Tout," dit Sirius. Le texte sur son t-shirt clignotait de différentes couleurs, tout comme l'original.

"Écoute," dit James. « Peut-être que tu devrais laisser du temps à ton minuscule cerveau et arrêter d'essayer de tout comprendre. Fais le choix. Je n'ai pas le droit de te dire quoi faire... mais je sais ce que je ferai. »

"Quoi ?" demanda Sirius. Il pensait qu'il savait déjà.

« Remonte le temps un peu et arrête Voldemort et ses mangemorts avant qu'ils ne puissent retrouver ma femme et mon fils. Me sauver serait un bonus évident. »

"Je peux changer le passé ?"

« Si tu retournes dans le passé, tu le changes. Tu ne te souviens pas du discours que nous avons eue de Dumbledore cette fois où nous avons essayé de faire un retourneur de temps pour que Remus n'ait pas à se faire mordre ? »

« Je le fais. J'ai été sauvé avec un retourneur de temps par ton fils et son amie Hermione, sur les ordres de Dumbledore. »

« Bon gars. Je savais qu'il avait assez de son père en lui. »

« Ta tête ne s'est pas dégonflée en étant mort, n'est-ce pas ? D'accord. Je choisis de rentrer. »

« Où iras-tu ? Quand tu choisiras, il faudra y aller. »

"Je ne veux plus te quitter, James."

« Je ne veux pas être coincé ici. Malheureusement, je suis mort correctement. Comme un homme, ou plutôt comme un putain de Moldu, puisque je n'avais même pas pris ma baguette jusqu'à la porte avec moi. Tu regrettes d'avoir poursuivi Queudever. Je le regrette. »

"Cela n'aurait pas fait de différence."

« C'est ce que j'essaie de me dire. Et je choisis de prendre cela comme de l'empathie, pas comme si j'étais un sorcier de merde. »

« Comment va Lily ? »

« Ce n'est pas vraiment comme ça ici. Je ne suis ici et maintenant que parce que tu as besoin de moi. Voilà comment ça fonctionne. Jusqu'à ce que nous soyons nécessaires, c'est comme si nous dormions. »

"Oh."

« Mieux vaut choisir son heure. On m'a dit que ce n'était pas une réunion d'école. Désolé, je ne peux pas avoir plus de temps avec toi, mec. Tu m'as manqué. Vous m'avez tous manqué, sauf ce putain de rat. »

"Tu m'as manqué aussi."

Pendant quelques instants, ils se sont assis à nouveau en silence. James, vêtu de robes grises, essuya à nouveau les verres de ses lunettes. Sirius regarda ses pieds. Il n'avait pas pris la peine de demander des chaussures. En aurait-il besoin ? Il ne voulait pas se réveiller dans son nouveau temps sans chaussures.

Alors qu'il pensait cela, une paire de bottes en cuir noir et des chaussettes à rayures légèrement jaune pâles apparurent. Il les tira, en silence.

"Jolies chaussettes", a déclaré James.

"Qu'est-ce qui se passe avec la Grande Salle ?" demanda Sirius.

"Je ne sais pas", a déclaré James en regardant autour de lui. « Tu choisis ton propre environnement, ici. Mes parents m'ont rencontré dans notre ancien salon tu sais celui dans lequel j'ai grandi.

Sirius y réfléchit.

"D'accord," dit-il finalement. "1978."

"Bonne chance", dit James, alors que la Grande Salle commençait à s'effondrer autour d'eux, les bords de la pièce devenant noirs. Les deux hommes s'étreignirent, se séparant avant que James ne commence lui aussi à disparaître. Sirius était de nouveau seul.

End Notes:

Qu'en pensez-vous ? :)

C'est intrigant, n'est-ce pas ?

Chapitre 2 : Boîte Noire by Miss Delavergne
Author's Notes:

Re,

L'intrigue commence vraiment à partir de ce chapitre. Je vous souhaite une bonne lecture.

Hermione - juin 2002 : sous-secrétaire junior au sein du cabinet du ministre, Ministère de la magie.

« Ron panique juste, » dit Ginny Weasley, étirant ses jambes sur la chaise la plus confortable du bureau d'Hermione. C'était une très belle chaise, un fauteuil moelleux recouvert de tissu violet. Hermione aimait s'y asseoir pour lire ses courriers. "Il est un peu insensible, oui, mais il n'essaierait pas de te blesser délibérément."

« Lavande Brown, » marmonna Hermione, assise derrière son bureau qui était rempli de parchemins, de livres et de plumes. Elle serra les dents à cette pensée.

« Allez, il avait quoi, seize ans ? Dix-sept ? Ron n'était pas très intelligent à dix-sept ans. »

« Tu peux le répéter. »

« Je suis prête à m'asseoir ici à t'écouter et à me plaindre de mon frère quand tu veux », a déclaré Ginny. « L'un d'eux, vraiment. Je suis même au point où je peux évoquer Fred avec bonheur. Mais je ne pense pas que Ron, ou l'un d'entre eux, essaierait d'être méchant juste pour te faire le haïr. »

« Je n'ai rien contre aucun de tes autres frères, » dit Hermione, évitant légèrement l'argument de Ginny. Elle aimait beaucoup Ginny, mais peut-être qu'elle n'était pas la meilleure personne à qui parler de sa relation. À certains égards, elle l'était, car elle appréciait toujours ses plaintes à propos de Ron. À d'autres égards... eh bien, les frères et sœurs finissent toujours par se protéger les uns les autres à la fin, n'est-ce pas ?

« Probablement parce que tu ne les connais pas aussi bien que tu connais Ron. Essentiellement, ils sont tous aussi mauvais les uns que les autres. »

« Même Bill ? »

« Bill a un sérieux problème avec ses affaires. Personne ne touche aux affaires de Bill, ou tu te retrouves ensorcelée pour le mois suivant. Et il est un peu branleur pour ce qui est d'en savoir plus que nous sur les trucs, parce qu'il est le plus âgé. Mais quand vous êtes tous adultes, qui est le type le plus ancien cesse de compter. »

« Je détestais être enfant unique quand j'étais plus jeune. »

« Je détestais être la plus jeune de sept enfants. »

« Est-ce que tout cela fait toujours partie de l'interview ? » demanda Luna Lovegood, depuis une chaise dans le coin de la pièce. Elle utilisait un classeur comme bureau, avec du parchemin partout, et une plume lilas flottait au-dessus d'elle.

« Non, Luna, désolée. Je ne veux pas vraiment étaler ma vie amoureuse dans Le Chicaneur. », a déclaré Hermione. « Ginny ne devrait même pas être là. »

« Tu m'as invitée, » rétorqua Ginny. « Ce n'est pas de ma faute si tu as réservé deux fois notre rattrapage en même temps que ton interview avec Luna. »

« C'est un portrait, en fait », a déclaré Luna. « En tant que nouvelle sous-secrétaire junior au sein du Ministère, Hermione est une figure très influente du gouvernement de l'après-guerre. Mes lecteurs veulent connaître ses positions sur les questions importantes du jour. »

Hermione avait hésité à accepter l'interview. Luna était sympa, mais en tant que journaliste, la production était variée. Hermione s'attendait surtout à des questions sur les créatures qui n'existaient pas. Elle avait été agréablement surprise. Luna lui avait posé des questions sur ses changements prioritaires à propos de la communauté magique, et vers quoi le Ministère comptait aller. Elle avait même gardé ses questions pour elle à propos des créatures magiques imaginaires et s'était concentrée sur celles qui existaient de façon vérifiable.

« Qu'est-ce que Ronald a fait ? » demanda Luna.

« Il a dit qu'il ne sait pas s'il est prêt à emménager avec Hermione. Je lui ai dit qu'il devrait s'en remettre et le faire. Hermione s'en est assez raisonnablement fâchée. »

« C'est la troisième putain de fois que nous avons cette dispute. », a déclaré Hermione.

« Il arrive un point où je vais penser qu'il n'est pas sérieux à notre sujet. »

« Il l'est, » lui assura Ginny. « Il est juste un idiot. »

« J'ai remarqué qu'il pouvait l'être, parfois, quand nous étions à l'école. », a déclaré Luna. « Mais il a bon cœur. »

« Un idiot de très haut niveau alors. », acquiesça Hermione.

« Eh bien, » dit Ginny. « Râler à propos de mon frère est bien beau, mais je dois y aller. J'ai promis de rencontrer maman une fois que j'en aurais fini ici. Quelque chose au sujet des faveurs de mariage. Je pense que ce n'est pas la bonne couleur. Elle a commandé du bleu. Ceux que nous avons reçu sont turquoise, dit-elle. »

« Est-ce que ça importe ? » demanda Hermione.

« Pas la moindre idée, » soupira Ginny. « Je veux juste me marier. Je ne me soucie pas vraiment des faveurs de mariage. Mais le mariage de Bill et Fleur a été ruiné par les mangemorts, la famille d'Audrey a planifié le mariage de Percy, George et Angelina se sont enfuis, alors maman pense qu'elle n'a plus de chances pour le mariage parfait style Weasley. Jusqu'à ce que Ron te fasse une demande, bien sûr. »

« Grosse chance pour cela. »

« Ronald est une personne drôle. », a déclaré Luna. « Je pense qu'il prévoit quelque chose assez bientôt. »

« Vraiment ? » demanda Hermione. Elle n'en croyait rien. Il ne voulait même pas emménager avec elle, ce qui n'était guère le comportement d'un homme sur le point de faire sa demande. Bien qu'il ait dit de belles choses quand il s'excusait. Et qu'il ait apporté des fleurs.

Les actions étaient plus importantes que les mots, lui avait-elle dit, mais elle avait quand même mis les fleurs à l'honneur. Et puis elle a dit quelque chose d'assez grossier, mais aussi précis.

« Mais en plus, les faveurs de mariage donnent une telle malchance », a déclaré Luna, et a développé sur ce point en emballant son parchemin pour partir avec Ginny.

« Je vais le dire à maman, » dit Ginny, quand Luna eut fini. « Ça pourrait au moins la mettre en perspective. La liste des invités est ridicule. La moitié du monde sorcier semble penser qu'ils ont le droit de venir à cause de qui est Harry. Il y aura même le ministre de la Magie, parce que c'est Kingsley et que nous l'aimons bien qui qu'il soit, il voudra probablement une invitation. La directrice de Poudlard et ce qui semble être la moitié du personnel, y compris Hagrid et Graup, un géant pour l'amour de Dieu. Je n'ai rien contre les géants, mais saviez-vous quel cauchemar ils sont pour les plans de table ? Le démoniste en chef du Magenmagot. Mugwump suprême de la Confédération internationale des sorciers. Plus mon équipe de Quidditch, l'équipe d'Angleterre, quelques joueurs étrangers et le gardien des canons de Chudley en faveur de Ron. Oh,... »

Hermione sourit. « Et le cousin moldu de Harry ainsi que sa petite amie. Le filleul de Harry et sa grand-mère. Tous les autres membres de l'Ordre du Phénix. Chaque roux du Devon. »

« Les Weasley sont une famille plus grande que tu ne peux l'imaginer, » soupira Ginny.

« L'ensemble du bureau des aurors. Les chefs de la plupart des départements. Un couple de fantômes. »

« Nick-quasi-sans-tête a invité Harry à la fête de sa mort une fois, et cela nécessite apparemment une invitation à notre mariage », a déclaré Ginny. « Même maman n'était pas au courant de ce peu d'étiquette. »

« Presque tout le monde dans mon année ou la tienne à l'école, » continua Hermione.

« Y compris mes deux ex-petits amis », a déclaré Ginny avec une grimace. « Je sais que Harry et Dean jouent au Quidditch parfois, mais Michael Corner n'avait pas besoin d'être sur la liste. »

« Le mariage de l'année, cependant, » rit Hermione, s'amusant maintenant. « C'est ce que vous devez souffrir pour être le Couple du Siècle, ou c'est ainsi que Sorcière Hebdo vous a appelés. »

« Ce foutu magazine veut une exclusivité sur ma robe de mariée », grommela Ginny. « Luna, Le Chicaneur veut-il que les droits sur la robe de demoiselle d'honneur officielle soient révélés ? Excellent article, ça. »

« Je ne suis pas sûre que ce soit le genre de chose que papa aime couvrir », a déclaré Luna. « Je ferai mieux de lui retourner cet article, de toute façon. Nous allons le mettre sous presse demain, et il aime que tout soit organisé la veille. C'est un homme très organisé, mon papa. »

« Je vais vous raccompagner jusqu'à l'Atrium,» dit Hermione. « Je dois retourner quelques choses au Département des Mystères. »

« Ne leur fais pas confiance », a déclaré Luna. « Ils se reproduisent vites là-bas. »

« Tu ne peux pas reproduire le temps », a déclaré Ginny. « De toute façon, ils ne font plus d'expériences temporelles, n'est-ce pas Hermione ? Nous avons brisé leurs retourneurs de temps il y a des années. »

Hermione regarda la petite boîte noire. Pour une fois, Luna était plus proche de la vérité que Ginny. Elle la glissa dans sa poche et rassembla les parchemins qui l'accompagnaient. Pour être sûre, elle les glissa dans un porte-documents en carton. Il était préférable qu'ils restent à l'écart des yeux dans les couloirs du Ministère.

Ginny et Luna continuaient de se disputer à pros de la nature des voyages dans le temps sur la route vers les ascenseurs. Hermione appuya sur les boutons, considérant que les deux autres étaient bien trop distraites. C'était un véritable atout que personne ne connaissant ses projets en cours n'était dans l'ascenseur, juste un sorcier âgé de Magical Maintenance et un gars du Département de la coopération magique qui parlait couramment l'espagnol sa plume volante le suivant. Ils auraient probablement supposé qu'elle avait dit quelque chose à Luna et Ginny.

Bien que les voyages dans le temps aient été suffisamment spéculés dans les journaux récemment, cela pourrait être une coïncidence géante. Elle s'attendait à ce que Luna saute sur le sujet. Bien que le principal matériel de lecture de Luna soit toujours le magazine de son père et certains livres qu'Hermione n'aurait pas choisis dans sa propre bibliothèque, elle s'aventurait de temps en temps dans la presse grand public.

« Atrium », dit la voix froide de l'ascenseur.

« C'est ici que je vous laisse », dit Hermione, sortant avec eux pour leur dire au revoir. « Vous allez vous en sortir ? »

« Oh oui, » dit Luna, tandis que Ginny acquiesçait. Les trois sorcières s'étreignirent. Alors que Ginny s'éloignait, elle frappa dans le dossier d'Hermione et des feuilles de parchemin volèrent partout.

« Oh merde, je suis désolée, » dit Ginny, tendant la main pour les ramasser.

« Laisse-moi, s'il te plaît, c'est confidentiel, » dit Hermione. Luna s'était déjà penchée pour essayer d'aider, et dans sa précipitation pour cacher jusqu'au plus secret de ses papiers, Hermione avait frappé les deux autres.

La minuscule boîte noire est tombée de sa poche et le fermoir doré s'est ouvert. Ginny et Luna l'atteignirent toutes les deux.

« Non ! » Cria Hermione.

Sa main toucha la boîte juste au moment où les deux autres l'attrapaient. Elle sentit une secousse à l'arrière de son cou, et l'Atrium s'éloigna d'elles.

Chapitre 3 : Soupçons by Miss Delavergne
Author's Notes:

Re,

Ce que j'ai aimé dans cette fic et j'ai l'espoir que l'on en discutera dans les commentaires - c'est qu'il ne s'agit pas d'un voyage temporel basique où Hermione se retrouve propulsée à Poudlard durant la septième année des Maraudeurs. Vous en apprendrez davantage au cours des chapitres suivant mais le temps ne fonctionne pas de la même manière que dans le tome 3. 

J'ai trouvé que l'auteure avait particulièrement bien respecté les personnages de Rowling, elle se les était tellement bien appropriée que je suis tombée raide dingue de cette histoire.

Pour une fois que ce genre de fics mettait à l'honneur Ginny et Luna, vous verrez à quel point elles sont géniales ici. 

Dites-moi ce que vous en penserez, n'hésitez pas et surtout bonne lecture ! 

Sirius - juin 1978, Département des mystères, Ministère de la magie.

Eh bien, vous devriez probablement sortir de la Mort en y entrant, pensa Sirius en atterrissant sur le cul à côté du Voile. C'était logique. Et putain de merde ça fait moins de mal que de mourir, d'être en vie à nouveau. Cela n'aurait pas fait de mal qu'il soit sorti de là de façon un peu plus digne. Sortir avec grâce, peut-être.

Pourtant, personne autour pour voir, du moins c'est ce qu'il croyait. Il aurait probablement été arrêté à vue sinon.

Il se releva et s'examina attentivement. Aucun signe évident qu'il avait visité la mort en pénétrant par sa porte d'entrée. Bien. Il portait des vêtements. Très bien. C'étaient les mêmes que ceux qu'il avait portés lors de sa mort temporaire. Le t-shirt qui représentait un cognard flamboyant était au moins approprié pour une décennie, pensa-t-il, donc il y avait ça.

Intéressant, n'est-ce pas, que les vêtements soient sortis de la Mort avec toi, mais ne soient pas entrés avec toi ?

Pourtant, ce n'était pas le moment de réfléchir. Il serait préférable de sortir rapidement du Département des Mystères, avant qu'il ne soit mis à Azkaban pour introduction par effraction ou que les Langues-de-plomb aient décidé qu'il était une curiosité sur laquelle enquêter. Son père avait déjà invité un Langue-de-plomb pour le dîner, une fois. Sirius se méfiait d'eux.

Il a commencé à marcher dans la direction qu'il pensait être la sortie, bien que l'endroit où il avait l'intention d'aller une fois sorti du Département était un mystère.

Ha.

Il est venu à l'esprit de Sirius qu'il était libre, véritablement libre, pour la première fois depuis novembre 1981, la première fois. À cette époque, il n'était pas un fugitif. Cela lui donnait envie de quitter le ministère et de faire quelque chose de vraiment stupide, juste parce qu'il le pouvait, mais cela donnerait à Dumbledore et à Molly Weasley toutes les raisons dont ils avaient besoin pour être à nouveau en cage et de retour en 1996.

Pourquoi devaient-ils avoir raison ?

Patience, Black, pensa-t-il, avec la voix de Minerva McGonagall. Il aimait utiliser sa voix quand il se parlait à lui-même. Comme cela, il avait l'impression de se prendre plus au sérieux. Sirius avait une fois, un des nombreux jours passé à Azkaban, essayé de rationaliser avec lui-même pourquoi exactement il ressentait le besoin d'utiliser la voix de quelqu'un d'autre pour prendre sa propre pensée au sérieux. C'est soit l'effet des détraqueurs qui l'a fait échouer, soit qu'il n'a tout simplement pas pu répondre à la question.

Peut-être était-il tard, après la fermeture du ministère, car il n'avait vu personne (alors qu'il adoptait un pas plutôt lent et à travers plein de mauvais virages) et quitta le département. Il ferma la porte derrière lui avec un clic définitif, espérant ne jamais avoir à retrouver cet endroit.

Il avait besoin d'un plan. Il ferait son chemin hors du ministère, transplanerait au Chaudron Baveur, et essayerait de retirer de l'or de son compte à Gringotts. S'ils étaient encore ouverts. Il y avait un autre Sirius Black à cette époque avec un compte, et il devrait donc pouvoir accéder à leur or. Son or. C'était un coup de tête, mais s'il restait simple, il pourrait convaincre les gobelins de lui donner accès à son compte en banque. Il pourrait alors louer une chambre au Chaudron Baveur, sous un faux nom, et trouver un endroit plus permanent après avoir pris un repas. Il avait encore faim.

Alors qu'il montait le couloir apparemment sans fin du Département des Mystères aux ascenseurs, il pensa à sa conversation avec James. Cela avait été très insatisfaisant. Il avait passé, quoi, quatorze ans à penser à toutes les choses qu'il dirait à James s'il était capable de le revoir, et il n'en avait dite aucune. Surtout, il avait gémi d'être mort et n'avait pas compris ce que James disait.

À vrai dire, Sirius n'était toujours pas sûr de comprendre ce que James avait dit.

Mais c'était hors de propos.

Il aurait dû parler de Harry à James, pour commencer. S'il était mort et avait un fils vivant, il voudrait tout savoir sur lui et comment il allait. Sirius aurait dû dire à James quel grand garçon Harry était, et...

Merde. Sirius ne savait pas vraiment si Harry avait survécu à leur petite escapade au Département des Mystères. Il l'avait vu pour la dernière fois avec le garçon brun de Poudlard qui n'était pas Ron et Remus. Et puis il s'était distrait avec Bellatrix. Remus l'aurait bien vu, non ?

Eh bien, cela signifiait simplement que son travail ici pour tout régler était encore plus urgent.

Plus loin dans le couloir, il réalisa qu'il s'était trompé sur l'heure. Il était clairement encore l'heure d'être au travail car, lorsqu'il s'approchait des ascenseurs, le ministère était blindé. C'était bien. Les non-travailleurs étaient autorisés dans de nombreuses parties des bâtiments du ministère, et ce n'était pas nécessairement de notoriété publique. Tant qu'il n'était pas repéré hors des limites, il irait parfaitement bien.

Il choisit un ascenseur qui avait l'air pour la plupart rempli d'employés de rang inférieur du ministère et appuya sur le bouton de l'Atrium.

C'est en sortant de l'ascenseur qu'il a remarqué quelque chose d'étrange. La zone entourant l'ascenseur était pour la plupart remplie d'employés du ministère, vêtus de leurs uniformes du ministère de différentes couleurs, pour leurs affaires quotidiennes. Les murs étaient plâtrés d'affiches sensibilisant aux activités des mangemorts, et quelques-unes sur les maladies magiques courantes et un avis solitaire pour la ligue de Quidditch. Sirius se souvint des affiches sur les mangemorts. Elles étaient principalement conçues pour effrayer les sorcières et les sorciers pour qu'ils restent dans leurs maisons afin de les garder à l'écart, avait-il toujours pensé. C'était une étrange façon d'essayer de protéger les gens.

Ce n'était pas les ouvriers ou les affiches qui étaient bizarres. C'était le petit groupe de femmes regroupées près d'un ascenseur en face, plongées dans une conversation.

Aucune d'elles n'y travaillaient. L'une d'entre elles portait une robe couleur or scintillante et des fleurs dans ses cheveux, ce qui n'était pas un code vestimentaire du ministère qu'il reconnaissait. Une autre était vêtue à la moldu, mais pas de vêtements d'un style qu'il avait vu auparavant. Certainement pas le style de ses jeunes années. La troisième aurait peut-être pu passer pour une employée du ministère, avec un tailleur short d'un pourpre profond, mais elle n'était pas en uniforme. Uniforme pour tous, à l'exception des niveaux les plus élevés, le ministre, son personnel et les chefs de département qui n'ont été abolis qu'en 1983 sous Bagnold. Et elle était trop jeune pour être l'une de ces personnes. Au début de la vingtaine, aurait-il dit, pour la plupart d'entre elles.

Et elles n'avaient tout simplement pas l'air censées être ici.

Des visiteuses temporelles. Ce qu'elles doivent être.

Pourtant, ce n'était pas parce qu'il cachait quelque chose que quelqu'un d'autre le faisait également.

L'a-t'il fait ? L'ont-elles fait aussi ?

Elles avaient l'air suspectes. Maugrey Fol-Oeil lui avait bien appris, eh bien, c'était il y a dix-sept ans mais aussi il y a un an, maintenant que c'était déroutant, de rechercher les suspects et d'y jeter un œil. Et bien, c'était leurs cris qui paraissaient suspects.

Invité dans ses pensées, Sirius se souvint du temps où James avait pensé qu'un groupe d'hommes agissait de façon suspecte près d'une base connue de mangemorts, et tenta de les infiltrer. C'étaient des moldus, et il avait fini par se faire tabasser par eux.

Eh bien, ces femmes étaient peu susceptibles de le battre, et il pourrait utiliser sa baguette pour se défendre.

Attendez, avait-il une baguette ?

Il vérifia la poche de son jean et trouva sa baguette. Le soulagement l'envahit et il sentit le picotement familier tandis que sa main effleurait le bois poli.

Techniquement, ce n'était pas sa baguette, pas celle qu'il avait choisie à onze ans. C'était celle que Remus avait acquise pour lui, et qui n'avait jamais fonctionné aussi bien que sa vraie baguette. Cela fonctionnait beaucoup mieux que celle qu'il avait volé immédiatement après Azkaban, donc il s'en tenait à ça. Peut-être qu'il pourrait rendre visite à Ollivander et obtenir quelque chose qui fonctionnerait correctement.

Après avoir découvert ce que faisaient ces femmes bien entendu. Un puzzle permettrait à son cerveau de bien fonctionner. Il y avait un léger flou dans son cerveau, après son emprisonnement, son auto-emprisonnement et sa mort.

Pas étonnant, vraiment.

Les femmes se disputaient clairement et semblaient ne pas vouloir être entendues par quelqu'un d'autre. Il se rapprocha d'elles.

"Qu'est-ce que c'était ?"

"Je ne peux pas vous le dire, c'est confidentiel", a déclaré la jeune femme aux cheveux blonds foncés dans son tailleur cramoisie fantasque. Depuis quand les tailleurs sorciers comprenaient des shorts ?

"Tu peux si quelque chose nous est arrivées à cause de cela !" dit la jeune femme vêtue à la moldu, passant ses longs cheveux roux sur son épaule. "Je suis sûre que c'est une exception autorisée !"

"Ce n'est pas le cas", a déclaré la jeune femme en tailleur.

"Je pense que nous ne sommes peut-être pas au même endroit où nous avons commencé à parler, dans le même temps je veux dire, même si nous semblons être là où nous sommes dans l'espace physique", a déclaré la jeune femme aux cheveux blonds comme les blés en robe chatoyante. Elle était la seule du groupe à regarder autour d'elle, en particulier les affiches accrochées aux murs. "Il y a des affiches de mangemorts dans ce ministère. Et les portes d'ascenseur sont différentes. Ainsi que les uniformes. Je me demande si le ministère organise une journée historique."

Elle était la seule dont il pouvait voir le visage, et elle semblait vaguement familière à Sirius. Il y avait quelque chose sur son visage doux avec des yeux globuleux étrangement pâles, qu'il avait déjà vu quelque part. Récemment. Il secoua la tête.

Fol-Oeil l'avait averti que de vouloir voir la familiarité dans un environnement stressant et inconnu n'était pas bon. Il avait déjà vécu cela auparavant. Cela l'avait presque tué deux fois, mais il avait appris maintenant.

Sirius voulait toujours garder un œil sur les trois femmes. Il ramassa La Gazette du Sorcier que quelqu'un avait abandonné par terre et se dirigea vers un banc près d'elles. Il s'assit, s'installa fermement derrière son papier et écouta. Une technique de surveillance étonnamment efficace pour une technique qui était si simple.

« Je te le dis, tu as le droit d'enfreindre les règles de temps en temps ! Il y a quelque chose qui ne va pas et j'ai besoin de savoir ce que c'est ! » disait la rousse, les mains s'agitant en parlant.

La fille blonde avait quitté le groupe et évaluait attentivement l'une des affiches. Fait intéressant, elle avait choisi celle sur la Ligue de Quidditch. Elle en ramassa le coin avec sa baguette, inspectant presque le parchemin sur lequel elle était imprimée. Elle avait des manières intéressantes, mais elle n'était certainement pas une menace.

Sirius ne pensait pas vraiment qu'aucune d'entre elles n'était une menace. Mais c'était intéressant, et il n'avait rien de mieux à faire.

"Hermione, putain de merde !"

Hermione. C'était le prénom de la meilleure amie de Harry. Elle avait aussi des cheveux blonds foncés et ondulés, bien que l'Hermione qu'il avait connue avait des cheveux beaucoup plus touffus et qu'elle n'avait jamais porté de tailleur comme celui-ci. Ce n'était pas un nom que vous entendiez souvent, mais c'était presque certainement une coïncidence.

Alors qu'il pensait à cela, trois choses se produisirent qui rendirent Sirius presque certain que ce n'était pas en fait une coïncidence.

Tout d'abord, la fille aux cheveux roux était appelée Ginny. Ginny était la sœur cadette de Ron Weasley et une amie d'Hermione dans sa chronologie. Une autre Ginny et une autre Hermione ensemble, quand les prénoms n'étaient pas communs ? Et cette Ginny avait aussi des cheveux de la nuance de roux exacte que Ginny Weasley avait à l'époque.

Deuxièmement, cette Hermione siffla au sujet du Département des Mystères et de leur expérimentation avec le temps.

Et troisièmement, la fille blonde comme les blés est retournée voir ses amies et a annoncé haut et fort que l'année où elles se trouvaient était 1978, ce qui a provoqué des réactions choquées chez les deux autres jeunes femmes.

C'était soit une sacrée coïncidence, soit elles voyageaient également dans le temps.

Il ne pleut jamais, mais il pleut averse. Une expression moldue, qu'il avait emprunté à la mère de Remus, avec « maintenant, dans une minute ». Sirius l'aimait. Il s'avérait, maintenant, qu'elle fonctionnait assez bien ici.

Par les sept enfers, c'était une autre chose qui fonctionnait ici.

"Hermione, c'est quoi ce bordel ?" dit Ginny, murmurant de plus en plus en colère et Sirius ne l'avait encore jamais entendue jurer ainsi. Il jeta un coup d'œil par-dessus son journal papier et tourna une page de manière à donner l'impression de façon plus convaincante qu'il le lisait. "Un voyage dans le temps ?"

"Je vous ai dit que c'était confidentiel !" dit Hermione, ironique. « Je ne pense pas que je devrais vous dire cela, mais le Département des Mystères a expérimenté la création de nouveaux retourneurs de temps et ils m'ont demandée d'y jeter un coup d'œil ! J'ai lu toutes les recherches qu'ils m'ont transmises, et ils ont fourni un échantillon de leur situation avec la partie pratique de la recherche, et j'allais la retourner. Et le tout est si instable que j'allais suggérer à Kingsley d'arrêter la recherche pratique jusqu'à ce que l'arithmancie et les autres éléments théoriques soient plus convaincants ensemble. Il a dû nous amener ici quand il a été frappé. »

Kingsley. Le Kingsley de 1996, et probablement le même, était un auror. Qui était-il maintenant s'il jouait avec le temps ?

"C'est tout ce que je voulais savoir en premier", déclara Ginny, se dégonflant visiblement légèrement. "Je voulais savoir à quoi je faisais face. Merde. Pouvons-nous revenir en arrière ?"

"Je ne sais pas," dit Hermione. Ses yeux se tournèrent vers la petite boîte noire qu'elle tenait entre ses mains. « Je ne sais pas comment cela fonctionne. Ce n'est pas encore censé être opérationnel. »

"Pourquoi a-t'il choisi de nous emmener ici ?" demanda Ginny en regardant autour.

"Je pense que tu veux dire, pourquoi a-t-il choisi cette date à ce moment précis ?" demanda la fille blonde comme les blés, qui avait enlevé une des fleurs de ses cheveux et enlevait doucement les pétales. Ils ont formé comme une flaque d'eau nette autour de son pied gauche. « Nous sommes toujours au ministère, qui doit être au même endroit géographique. Mais nous avons traversé le temps. »

Ginny semblait l'ignorer.

« Nous pouvons résoudre ce problème », déclara Hermione. « J'ai au moins la plupart des documents sur la façon dont cela a été créé. Si nous pouvons trouver un endroit privé, je pourrais peut-être trouver comment le réorganiser. »

« Et puis nous devons juste trouver comment l'utiliser. Essayer et faire des erreurs avec les voyages dans le temps, je suis sûre que ça se passera à merveille », ajouta Ginny. « Putain de bordel, Hermione. La prochaine fois, mets-le dans une boîte protectrice ou quelque chose. Je vais manquer mon rendez-vous avec maman. Elle va être livide. Les faveurs de mariage peuvent ne jamais être bonnes. Merde. Et si je manque le mariage ? Et la Coupe ? Ce sont mes débuts en Coupe du monde dans deux semaines Hermione ! »

"La beauté du voyage dans le temps est que vous pouvez revenir à tout moment", déclara la blonde ornée d'une couronne de fleurs. "Nous ne pouvons pas manquer un événement auquel nous pouvons voyager juste avant."

"Nous ne pouvions pas le contrôler pour arriver ici", fit remarquer Ginny.

"Chut !" chuchota Hermione. "Les gens pourraient nous entendre ! Nous ne pouvons pas être découvertes !"

"Pourquoi pas ?" demanda Ginny. « Quelqu'un ici pourrait nous aider ! Ou nous pourrions voler et réquisitionner dans le Département des Mystères l'un des retourneurs de temps, ils seront toujours là en 1978, n'est-ce pas ? Quand ont-ils été inventés ? Retournez chez nous, le remplacer, et le tour est joué. »

"Tu ne peux pas," siffla Hermione. Sirius tourna une autre page du journal. Les articles de presse étaient tous déprimants. En effet, à l'instar de la mort, la guerre, la destruction et la politique. Il vit la mention du nom de Lucius Malfoy, ce qui n'était jamais bon signe.

"Si nous changeons quoi que ce soit, nous pourrions changer la façon dont les choses se déroulent à notre époque, sérieusement ! Nous pourrions empêcher les gens que nous connaissons de naître, ou influencer ce qu'ils font, ou presque n'importe quoi ! Tuer des gens !"

"Ce n'est pas tuer s'ils n'étaient jamais là en premier lieu, pas philosophiquement parlant", déclara l'autre blonde, "bien que tu aies raison, ce n'est pas le résultat que nous souhaiterions dans la plupart des cas."

"Si je disais cela, ce serait menaçant", dit Ginny. « Tu le dis, et ça va. Hermione, Harry a dit que lorsque toi et lui aviez remonté le temps pour sauver Sirius, tout s'est passé parce que vous l'aviez déjà fait. » Les oreilles de Sirius se dressèrent à la mention de son propre nom. Ginny avait poussé ses mains dans les poches de son jean et regardait Hermione avec un regard provocant sur son visage.

« C'était une interprétation simpliste d'un scénario ! Harry ne comprend pas la théorie du temps, et pourquoi le ferait-il ? C'est beaucoup plus compliqué que ça, oh, je ne peux pas tout expliquer ici ! Nous devons sortir du ministère, rapidement, nous avons déjà l'air assez déplacées ! »

"Très bien," dit Ginny en croisant les bras. « Mais si tu ne me ramènes pas à temps pour la Coupe et le mariage, je t'en tiendrai personnellement pour responsable. Et je dirai à maman que c'était de ta faute. »

"Le temps est une complexité à plusieurs niveaux", ajouta la blonde aux cheveux comme les blés.

Sirius ne savait pas si c'était censé avoir un sens. Cela ne l'a certainement pas aidé.

Il attendit que les trois jeunes femmes arrivent à la sortie de l'ascenseur et sortent dans l'atrium principal, avant de replier son journal et de les suivre. Il pensait à se transformer en chien, mais il était probable que Patmol serait chassé du ministère plus rapidement que Sirius Black. Et sa conscience spatiale était une merde de chien.

Elles marchaient vers l'une des sorties, Hermione et Ginny rapprochées et la fille blonde comme les blés légèrement plus loin. Elle regardait fixement les employés du ministère et l'immense salle, tandis que les deux autres continuaient leur conversation en chuchotements laconiques.

C'était une pièce impressionnante, si vous ne l'aviez jamais vue auparavant. Sirius l'avait déjà vue et c'était un peu dépassé maintenant. Il y avait une dizaine d'hommes de taille, courbée en haut et lambrissée d'énormes tuiles noires qui reflétaient la lumière. La fontaine était offensante, mais tout le marbre brillant était encore assez séduisant. Et tous les sorciers. Tant de sorciers, la plupart portant des uniformes mais certains portant des tenues assez accrocheuses.

Le petit groupe s'était arrêté à un point de cheminette. Sirius s'approcha du suivant et fit mine de consulter sa montre. Il n'avait pas de montre. Pas depuis qu'il avait été condamné à Azkaban, et celle que les parents de James lui avaient donnée pour son dix-septième anniversaire avait été renvoyée lors de son emprisonnement. Il écouta à la place.

"Nous pourrions aller au Terrier", déclara Ginny. « Maman et papa garderaient le secret. »

"Ils ne peuvent pas savoir !" dit Hermione. "Une chose peut tout changer !"

"Alors tu penses," demanda Ginny. « Au Chaudron Baveur, sous de faux noms ? J'ai des pièces dans ma poche, assez pour au moins deux nuits. »

"D'accord," répondit Hermione. Elle jeta une poignée de poudre de cheminette dans les flammes. "Le Chaudron Baveur !" Dans une rafale de flammes vertes, elle était partie. Ses compagnes l'ont suivie.

Encore une fois, Sirius n'avait rien de mieux à faire que de rester avec ses compagnes de voyage dans le temps. Il avait prévu d'aller lui-même au Chaudron Baveur, de toute façon. Il s'accorda une minute, ou aussi près qu'il le pouvait sans montre, et suivit.

Il est arrivé à un Chaudron Baveur qui ressemblait à ce qu'il avait jamais été. Sirius avait toujours eu l'impression que ce bar, avec la Tête de Sangliers à Pré-au-Lard, n'avait pas beaucoup changé. C'était comme ça, et c'était tout. Tom était le barman, et avait toujours été le barman, et serait probablement toujours le barman. Les barmaids ont changé, plus fréquemment que le menu.

Les trois jeunes femmes étaient au bar, probablement en train de négocier une chambre pour la nuit. Il se glissa à l'autre bout du fil, bien qu'à portée d'écoute, et commanda une pinte d'hydromel chaude à la serveuse. Heureusement qu'il y avait des pièces dans sa poche. C'était presque comme si la mort lui avait fourni les choses dont il aurait besoin.

Il se hissa sur un tabouret de bar en cuir rouge. Il était moins usé que la dernière fois qu'il avait séjourné ici.

Le bar était très calme, la guerre gardant probablement les gens chez eux. Les seuls autres comprenaient des couples ou des sorciers célibataires, pas de sorcières, certains avec de petits achats qu'ils avaient dû effectuer sur le Chemin de Traverse. Sirius se souvenait de cette période. Très peu de gens ont quitté la maison seuls, et encore moins sans raison. Beaucoup de gens ici avaient l'air incroyablement douteux.

« Notre hôtel est presque vide, vous pouvez avoir autant de chambres que vous le souhaitez, mes petites femmes » disait le barman Tom à Hermione et ses amies. « En prendrez-vous une grande ou trois plus petites ? Je vais vous facturer de la même façon, pas comme si j'abandonnais les autres ce soir dans ce climat. »

"Une grande, s'il vous plait," dit Hermione, regardant ses amies pour confirmation. Ginny hocha la tête, tandis que la blonde aux cheveux comme les blés regardait Sirius depuis le bar. Il détourna les yeux, dans sa pinte. Il doutait qu'elle soupçonna quoi que ce soit. Les hommes regardaient les femmes dans les bars tout le temps, et elle n'était pas sans attraits.

« Deux faucilles », a déclaré Tom aux jeunes femmes.

"Pour deux nuits, s'il vous plaît," ajouta Hermione, poussée par Ginny. "Et trois repas, tout ce que vous avez, et trois bières au beurre."

"Sept faucilles, deux bronzes", a déclaré Tom, en rangeant la monnaie sur une tasse près de la caisse. "Je prendrai vos repas et vos boissons pour dix-huit heures trente." Il se déplaça dans le dos avec son bloc-notes, criant à quelqu'un d'autre plus loin.

"Qu'est-ce qu'on fait maintenant ?" Demanda Ginny.

"Nous obtenons de la nourriture, c'est un bon point de départ", déclara Hermione, "et puis..."

"Je pense que nous devons demander à cet homme là-bas pourquoi il nous a suivies depuis le ministère," dit la jeune femme blonde comme les blés, pointant directement son doigt vers Sirius.

Merde. Il aurait dû récupérer son journal.

Chapitre 4 : Coïncidence by Miss Delavergne
Author's Notes:

Voici la confrontation que vous attendiez tous...

Surtout n'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé et sur-ce bonne lecture !

<3

Hermione - juin 1978, le Chaudron Baveur, Londres.

"Luna !"

"Quoi ? Il nous regarde depuis pas mal de temps. Vous ne l'aviez pas remarqué ? Il ne lisait manifestement pas la Gazette et faisait seulement semblant de le faire au ministère. Je pensais que tu l'aurais déjà remarqué."

"Nous ne pouvons pas lui parler ! Nous affecterions la chronologie !"

"À moins que nous devions toujours être ici, dans le passé, et que notre avenir est toujours tel qu'il est, et que nous sommes censées lui parler parce que c'est ce que nous avons fait à cette époque où nous étions ici auparavant", a déclaré Ginny. "Si tu as compris ça. Je ne sais pas si je l'ai fait. Le temps est déroutant." Elle s'arrêta. « Je veux juste rentrer à la maison », a-t-elle dit, d'une voix légèrement étranglée.

Hermione voulait répliquer à Ginny que bien sûr elles ne l'avaient pas déjà fait. Elles n'étaient pas censées être là ! Puis, elle a réalisé qu'elle ne pouvait pas exclure cela.

Ce n'était pas ainsi qu'elle avait imaginé le reste de cet après-midi. Elle allait déposer la boîte à ce moment là, en toute sécurité, et aurait écrit une bonne partie de son rapport à ce sujet pour Kingsley. Si elle avait de la chance, elle aurait alors pu commencer le projet de loi sur les loups-garous, avant de participer à la réunion avec l'ambassadeur de Russie à 18 heures.

Au lieu de cela, elle était dans un bar en 1978, essayant d'éviter de créer une catastrophe temporelle.

Elle voulait juste rentrer chez elle aussi.

Pas pour la première fois, Hermione Granger pensa que sa vie aurait probablement été beaucoup plus simple si elle était restée dans le monde moldu.

"D'accord," dit-elle à Luna. « Ginny veut lui parler. Je ne pense pas que nous devrions. Qu'est-ce que tu en penses ?" Luna buvait une gorgée de sa Bièraubeurre, qui venait d'arriver.

"Je ne suis pas sûre que ce que je pense soit important", a déclaré Luna. "Je pense qu'il peut prendre la décision pour nous, ce qui est tout autant son droit que le nôtre."

Il était assis sur le tabouret du bar juste à côté du sien. Bon sang, quand était-il arrivé si près d'elle ? Pourquoi ne l'avait-elle pas remarqué ?

En regardant directement l'homme pour la première fois, elle réalisa que ce n'était autre que Sirius Black.

Eh bien, Hermione savait qu'il existait en 1978, bien sûr. Elle n'avait pas pensé qu'il serait là. Quelles que soient ses chances, elles n'étaient pas élevées.

Mais c'était bien lui. Sirius ne les connaissait pas encore. Il les ignorerait probablement. Ou, peut-être, à partir des histoires qu'on lui a racontées sur sa jeunesse, essayerait de flirter avec elles.

Et si leur interaction avec lui changeait quelque chose ? Et si l'ignorer changeait quelque chose ?

"Ginny, tu le reconnais ?" demanda Hermione à voix basse.

"C'est Sirius," répondit-elle. "N'est-ce pas ?" Eh bien, cela excluait qu'Hermione hallucinait tout simplement.

À moins qu'elle n'hallucine la réponse de Ginny. Aujourd'hui, elle n'écarterait pas grand-chose.

"Il y a une très grande infestation de Nargles", a déclaré Luna.

Eh bien, Hermione pourrait exclure cela.

Et s'il était un mangemort déguisé ? Elle chercha sa baguette, cachée dans la poche de son short. Non, c'était stupide. Aucun mangemort en 1978 ne saurait s'il devait attaquer, car elle n'existait pas, et il ne saurait certainement pas se faire passer pour Sirius parce qu'il n'y avait pas encore de liens entre eux.

Elle tenait sa baguette, au cas où. Luna pensait qu'il les poursuivait depuis le Ministère. Cela avait presque certainement été une coïncidence, mais elle ne prenait pas de risques.

Un autre membre de la famille Black, peut-être ? Ils pourraient presque tous être morts d'ici 2002, mais il y en aurait eu, il y en a eu, un bon nombre ici.

Avant qu'Hermione ne puisse proposer un plan, l'homme qui était presque certainement Sirius parla.

"Bonjour Hermione."

Hermione faillit tomber de son tabouret de bar et, en se redressant, déposa une grande quantité de sa Bièraubeurre sur elle-même.

"Comment savez-vous qui je suis ?" siffla-t-elle, essayant de garder sa voix basse mais aussi d'y injecter une certaine quantité de « n'ose pas jouer avec moi ».

"Eh bien, tu sais qui je suis, bien sûr ?"

"Qu'est-ce que ça a à voir avec quoi que ce soit ?" murmura-t-elle.

"Tout," dit Sirius. « Et c'est Ginny Weasley là-bas. Et j'ai peur de ne pas savoir qui tu es », a-t-il dit à Luna. "Sirius Black, ravi de te rencontrer."

"Luna Lovegood," dit Luna, tendant sa main que Sirius serra joyeusement. "J'ai toujours été une fan des Hobgoblins."

"Hobgoblins ?" demanda Sirius, l'air perplexe. Hermione réprima un sourire. Même si elle semblait être sur le pied arrière avec cette version de Sirius Black, au moins Luna a pu lui donner un mauvais pied.

Toute l'interaction semblait partir du mauvais pied. Elle n'avait aucune idée de comment il savait qui elle était, qui était Ginny, et ce qu'elles avaient fait de si mauvais qu'elles pouvaient déjà être découvertes. Il flirtait pratiquement avec toutes.

Elle aurait probablement dû s'y attendre. Chaque histoire que Remus ou Sirius lui-même lui avait même racontée au sujet du jeune Sirius avait décrit un homme agaçant, trop confiant et irrévérencieux qui aimait flirter avec les femmes et liquider les gens. C'était exactement cet homme.

Elle s'est maudite d'être aussi stupide. Peut-être qu'elle aurait dû faire comme Ron qui l'avait encouragé à devenir auror, ou au moins faire autre chose de plus pratique. Quelques années de travail de bureau, et elle était déjà trop douce et incapable de faire face à une véritable crise. Elle aurait pu utiliser Ron en ce moment. Ou Harry.

Harry. Ron serait juste profondément irritant à ce stade, et elle se souvenait très bien lui avoir dit qu'elle n'allait pas lui parler jusqu'à ce qu'il se décide une bonne fois pour toutes à propos de leur relation.

Luna expliquait à Sirius qu'il était le chanteur principal des Hobgoblins. Sirius avait l'air déconcerté.

Oh, bon sang.

« Sirius ? Si tu sais qui nous sommes, dis-moi où nous nous sommes rencontrés pour la première fois. »

"Dans l'ordre chronologique, en terme de plus grande chronologie du monde sorcier, maintenant."

« Tu m'as entendue parler à mes amies et tu as pensé à essayer de flirter avec moi en connaissant nos noms. »

"Si je flirte avec quelqu'un, chaton, c'est la blonde. Luna, n'est-ce pas ?"

C'est à ce moment là que leur nourriture est arrivée. Un plat de viande et deux légumes standard, avec une purée de pommes de terre et une sauce assez mince. Le tout présenté sur une assiette en faïence brune avec ce qui ressemblait à une très petite attention de la part de celui qui faisait ces repas. C'était bon.

Elle se sentait mieux de toute façon. Sirius les avait clairement écoutées et avait tiré son nom de cela. Elle ne se souvenait pas que son nom avait été utilisé dans la conversation, et elles avaient définitivement utilisé de faux noms lorsqu'elles avaient signé le livre pour les clés de leur chambre. Elle avait choisi Jean Henderson, son deuxième prénom et le nom de jeune fille de sa mère.

Et il correspondait absolument à la personnalité du Sirius à cette époque, un truc comme ça.

D'ailleurs, comment aurait-il pu être le Sirius de la leur ? Il était mort, et avant cela, il avait été coincé au 12 Grimmauld Place avec des membres de l'Ordre entrant et sortant à leur guise. Il y avait bien eu une période entre le moment où ils l'avaient rencontré, dans la cabane hurlante, et le moment où il était allé à Grimmauld Place, où il était moins pris en compte, mais à quel point était-il probable qu'il aurait voyagé dans le temps ?

Chaque fois que Hermione avait lu une histoire de voyage temporel, et quand elle avait eu le retourneur de temps, elle en avait lu pas mal, il n'y avait qu'un seul voyageur dans le temps. Il n'y a jamais eu une collision de deux périodes différentes. Les chances étaient minuscules.

Son père avait souvent dit qu'il était plus probable qu'il s'agisse d'un complot que d'un complot. Certes, c'était quand il s'agissait de son frère, qui supposait que le gouvernement était là pour le récupérer et qui prenait chaque nouvelle pour preuve, mais cela avait du sens pour Hermione.

Pour être sûre, elle voulait monter dans leur chambre après avoir mangé.

Sirius était toujours assis là, en discussion avec Ginny maintenant. Luna mangeait lentement, une carotte pointée sur sa fourchette à mi-chemin de sa bouche alors qu'elle regardait deux sorciers d'aspect très inhabituel se disputer sur quelque chose qui semblait distinctement illégal. Sirius et Ginny parlaient du temps. C'était assez inoffensif.

Hermione se souvint soudain de quelque chose. Luna avait dit qu'il les avait suivis depuis le ministère.

"Sirius ?"

"Oui ?"

«Travailles-tu au Ministère de la Magie ? Je pensais t'avoir vu cet après-midi ? J'étais là pour... »

"Un entretien d'embauche," termina Ginny, alors qu'Hermione pataugeait légèrement.

"Quel département ?"

« Coopération magique internationale », a déclaré Hermione, en pensant à celui avec lequel Sirius Black était le moins susceptible d'avoir des relations.

"Bonne chance", a-t-il dit.

"Tu n'as pas répondu à la question," fit remarquer Ginny.

« Non, je n'y travaille pas. J'enregistrais un croup », a-t-il expliqué en douceur. Trop doucement, peut-être.

"Où est le croup ?" demanda Ginny, un sourcil levé.

"Oh, je l'ai envoyé chez moi," dit Sirius. «J'ai un comparse qui les élève, alors il l'a pris pour moi. Sept, il en avait dans une portée. Le bruit est autre chose. Et il aura un autre chiot dès la semaine prochaine, donc je lui en enlève un de ses mains, vraiment. »

"Oh."

Tout était parfaitement plausible. Et Hermione avait toujours ses doutes. Il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond.

"Comment se fait-il que tu sois là ?"

"Envie d'un verre." Il a indiqué sa pinte, qui était presque terminée. "Puis-je vous en acheter un autre mesdames ?"

"Bien sûr," dit Ginny. «Je vais prendre un Gillywater. Hermione aime tout ce qui est fruité. Luna... donne-lui une Bièraubeurre. »

Pendant que Sirius essayait d'attirer l'attention de la serveuse, Hermione regarda Ginny.

"Que fais-tu ?"

"J'essaie d'être amicale ! Et d'obtenir une boisson gratuite ! Écoute, à notre époque, je suis fiancée à la personne la plus célèbre de la Grande-Bretagne sorcière, et je le suis à peu près depuis la sortie de l'école. Je ne me suis jamais fait offrir de boissons par un homme auparavant !"

"Est-ce une sorte de crise avant le mariage ?"

« Putain, non ! J'adore Harry, et je t'ai déjà menacée si tu ne me ramènes pas à temps pour le mariage. Mais je voulais juste voir ce que c'était de flirter dans un bar. »

"Alors tu as choisi le parrain de ton fiancé."

« Nous n'avons pas beaucoup d'or avec nous. Si tu veux pouvoir déjeuner, c'est cette boisson ou rien. »

"Ginny est une femme libre, aux yeux de la loi", a déclaré Luna, et elle est retournée voir son peuple.

Hermione soupira. De toutes les personnes avec lesquelles elle aurait pu remonter le temps, elle n'aurait pas choisi Luna. Et Ginny... eh bien, Hermione avait appris il y a longtemps que les personnes que vous aimiez le plus n'étaient pas toujours les mêmes que celles qui seraient les plus utiles et les plus faciles à gérer dans une situation stressante.

Elle voulait passer le reste de sa vie avec Ronald Weasley, mais elle ne le choisissait pas toujours en cas d'urgence.

Tout cela devenait de plus en plus un gâchis à chaque seconde qui passait.

Sirius était de retour, avec une brassée de boissons.

"Tchin," dit-il, les distribuant et tintant son verre avec Hermione.

"Tchin", dit Hermione avec moins d'enthousiasme.

Alors qu'elle buvait une gorgée de son verre, elle a remarqué ce qui n'allait pas dans tout cela.

Sirius Black aurait dû avoir dix-huit ou dix-neuf ans en 1978. Elle a réalisé à sa honte qu'elle n'avait jamais demandé quand était l'anniversaire de Sirius. Mais peu importe. Ce Sirius était clairement plus âgé que ça. Il avait au moins trente ans, ce qui voulait dire qu'il était un Sirius post-Azkaban. Il avait au moins trente-trois ou trente-quatre ans. Trente cinq ?

"Tu es allé à Poudlard ?" elle lui a demandé. "Je ne me souviens pas de toi."

"Tout le monde se souvient de moi", a déclaré Sirius.

Il évitait de répondre à nouveau à la question.

Elle se pencha et lui chuchota à l'oreille. Elle avait soudainement envie de résoudre la situation une bonne fois pour toutes, ce qu'elle jugeait peut-être imprudent.

"Le vrai Sirius Black a dix-huit ans et devrait être à l'école. Qui êtes-vous ou dois-je contacter le directeur ?"

"Putain," dit le faux Sirius Black, ou le Sirius Black qui a voyagé dans le temps, ou celui sortant de l'école, Sirius Black, ou peut-être l'oncle renégat de Sirius Black, ou qui que ce soit. Il avait en fait un oncle qui avait été renié, n'est-ce pas ? Il aurait pu être aussi irritant et odieux que celui-ci. "Où veux-tu en venir d'après toi ?"

"Et si tu me disais exactement qui tu es, comment tu me connais et ce que tu veux de moi ?" dit-elle, essayant de paraître aussi arrogante qu'il l'avait été plus tôt dans la conversation alors qu'elle cachait le léger tremblement dans ses mains. "Je pense que tu ferais mieux de venir dans ma chambre."

"Je pensais que tu ne demanderais jamais," dit-il, son sourire toujours aussi confiant. Il serra aussi sa main, remarqua-t-elle, alors qu'il prenait sa pinte. Elle fit signe à Ginny et Luna de les suivre.

La suite huit avait été préparée pour elles, et les quatre y marchèrent en silence. Hermione tourna la clé dans la serrure, mettant sa main dans la poche de son blazer pendant qu'elle le faisait. La petite boîte noire était toujours là, et toujours bien fermée. Elle avait suivi les conseils de Ginny et utilisé plusieurs sorts de verrouillages puissants pour la garder fermée cette fois-ci.

La chambre était assez grande, même si le troisième lit n'était manifestement pas là. Il était coincé dans un angle par rapport aux autres, ce qui rendit le chemin à travers la pièce vers la salle de bain pas si simple. C'était simple et propre, avec un tapis à motifs vraiment horrible, et cela leur suffisait parfaitement bien.

Hermione posa sa boisson sur le meuble de chevet du lit le plus proche et s'assit sur le bord. Sur le lit d'à côté, Ginny fit de même. Luna se plaça au sol sous la fenêtre.

Sirius resta debout près de la porte, les bras croisés et appuyés contre un morceau de mur nu. Ses cheveux noirs pendaient juste devant ses oreilles, ayant grandement besoin d'un lavage. Une botte était par terre, l'autre contre le mur.

"Alors," dit-il.

Hermione pointa sa baguette sur lui. Derrière elle, Ginny soupira.

"Dites-moi où vous m'avez rencontrée pour la première fois, ou je suppose que vous êtes un mangemort", a-t-elle dit.

"Dans la Cabane Hurlante, à Poudlard," dit Sirius de façon égale. "Harry a menacé de me tuer. Tu as accusé Remus d'être un loup-garou, ce qui était vrai bien sûr. Ensuite, Harry et toi m'avez sauvé avec un hippogriffe et un retourneur de temps."

Hermione baissa sa baguette.
"Bien sûr," continua Sirius, "un bon imposteur saurait où nous nous sommes rencontrés."

« Qu'est-ce que tu as dit à Remus et moi dans le salon de Grimmauld Place, la nuit où Harry a été attaqué par des détraqueurs et a lancé un patronus pour protéger son cousin à Privet Drive ? »

« Dumbledore aurait dû me faire confiance avec Harry. J'aurais mieux fait que ces moldus. »

"C'est le vrai Sirius," dit Hermione.

« Mais es-tu la vraie Hermione ? Qu'as-tu dit à ma mère, la première fois que tu as croisé son portrait ? »

"Qu'elle était une vieille chienne aigrie."

"Pas mal là-bas," marmonna Ginny. "Cela explique beaucoup de choses sur la famille Black, ce portrait."

"Ma mère est vivante en 78", a déclaré Sirius. "Oubliez d'avoir peur de savoir si je suis un mangemort déguisé, et contentez-vous d'avoir peur d'elle."

"Je vais te faire passer un marché," dit Hermione, avec autant de confiance qu'elle le pouvait. "Tu nous dis la vérité, nous te la dirons."

"Qu'est-il arrivé à, nous ne pouvons dire à personne que nous sommes ici ?" interrompit Ginny.

"Étant donné qu'il ne devrait pas l'être non plus, je pense que nous sommes en sécurité." dit Hermione.

"Très bien," dit Sirius. "Toi en premier."

"Non, toi," dit Ginny. « Rattrape-moi où Hermione et toi vous êtes arrêtés, au moins. J'en ai marre d'être le dernière à savoir quoi que ce soit, comme d'habitude. »

"Les signes sont toujours autour de vous quant à la vérité, si vous êtes prêt à essayer de la voir", a déclaré Luna. Ginny l'ignora.

"Très bien," dit à nouveau Sirius. "Par quoi dois-je commencer ?"

"Le début ça fonctionne."

« Je suis né le 3 novembre 1959, d'Orion et Walburga Black. Je suis le troisième du nom dans la famille, nommé d'après... »

« Le début de la partie où tu t'es retrouvé ici, » dit Hermione. Elle ne se souvenait pas si la version de Sirius Black qu'elle avait connue par le passé avait été aussi évitante et obstinée, mais elle n'allait pas rester assise indéfiniment en attendant qu'il crache une réponse. "Tu n'es pas le Sirius Black de 1978, tu es au moins celui de l'été 1995."

« 1996. J'étais dans la mort. Vous trois étiez là, n'est-ce pas ? Harry vous a conduit au Département des Mystères, et vous vous êtes bien battues contre les mangemorts, et l'Ordre est venu vous aider. Je n'aimais pas rester derrière, bien que Dumbledore à proprement parler m'ait toujours assigné à résidence. Vous trois avez été blessées au moment de mon arrivée, donc je ne pense pas que vous ayez vu le combat, mais ma chère cousine Bellatrix était désespérée de m'atteindre à l'aide d'un maléfice. Elle a réussi. J'ai traversé le voile, un portail historique et secret de la mort. »

Hermione acquiesça. Elles savaient que tout cela s'était produit. C'était vérifiable, vu le nombre de témoins oculaires.

"Harry nous a dit beaucoup de choses", a déclaré Ginny.

"Harry a survécu ce jour-là ?"

"Tu ne sais pas ?" demanda Hermione.

"J'étais dans la mort. Je ne sais rien après cela. Harry est-il vivant ?"

"Nous ne pouvons pas te dire ce qui se passera dans l'avenir."

"Elle vient de le faire !" Sirius désigna Ginny, qui haussa les épaules.

"Quel mal est-ce ?" elle a demandé.

Hermione voulait expliquer exactement quel mal pouvait à nouveau être causé par Ginny. Eh bien, elle ne l'a pas fait. Nécessaire, était une meilleure façon de le dire. À l'heure actuelle, cependant, il y avait un problème plus flagrant.

"Tu as dit, "dans la mort", pas "mort"," dit-elle à Sirius. "Et tu es là, après ça."

Ginny fronça les sourcils. Luna leva les yeux de son verre.

"Tu es brillante," dit Sirius. "La plus brillante sorcière de son âge, t'ai-je dit un jour. Te souviens-tu ? Bref. J'étais dans la mort. Je ne suis pas mort."

"Ce n'est pas possible", a déclaré Luna, catégoriquement.

"Je t'assure que si," dit Sirius. « Qu'est-ce que James a dit ? Je ne suis pas techniquement mort. Je suis tombé dans la mort et en tant que tel, j'ai été expulsé et envoyé ici. »

"James ? Ici ? Tu n'es pas mort il y a dix-huit ans. Pourquoi es-tu ici ?" Demanda Hermione.

"Nous aurions dû commencer par notre histoire", a déclaré Ginny. "Au moins, la nôtre est logique."

« Apparemment, on ne peut pas retourner à l'endroit où on est tombés dans la mort, afin de maintenir l'intégrité du voile intacte. Sinon, les gens tomberaient exprès dedans pour oser ou parler à une famille perdue depuis longtemps. »

Hermione renifla. Personne ne serait aussi stupide. Le seraient-ils ?

Ils voudraient. Fred et George le feraient pour un défi. Harry voudrait parler à ses parents. Les Langues-de-plomb voudraient approfondir la recherche sur la Mort.

"D'accord," dit-elle. "Mais pourquoi ici ?"

"Pas autorisé dans le futur", a déclaré Sirius. "Maintenant à votre tour. Je pense que c'est juste maintenant que je comprenne comment vous êtes arrivées ici et pourquoi." Il la regarda et Hermione savait qu'il ne servait à rien de discuter avec lui.

Elle ne voulait pas. Il y avait beaucoup plus dans son histoire qu'il ne le disait, ce qui était évident pour toutes les trois. Ginny avait raison. Rien de tout cela n'avait de sens, et il cachait quelque chose. Vous ne pouviez pas simplement revenir d'entre les morts, et voyager dans le temps en faisait partie. Luna avait également raison. Ce n'était pas possible.

Elle avait pourtant promis de raconter son histoire, et elle le ferait.

« À l'époque d'où nous venions, » commença-t-elle prudemment, « après ta mort, ou quoi que ce soit, j'ai travaillé au Ministère de la Magie. Disons qu'à l'avenir je vais y travailler. J'avais un article du Département des Mystères sur moi pour faire des recherches pour le Ministre de la magie. Luna et Ginny étaient avec moi, et il s'est ouvert dans l'atrium du ministère. Nous l'avons touché et avons été ramenées ici. »

Son histoire comportait presque autant de lacunes que la sienne.

"Et en quelle année était-ce ?" demanda Sirius.

"2002," répondit Ginny, avant qu'Hermione ne puisse l'empêcher. Hermione lança un regard à Ginny, qui était censé dire « arrête de parler, nous lui donnons trop d'informations », mais à en juger par le haussement des sourcils de Ginny en réponse, ce ne fut pas le cas.

"Harry ? Remus?" Demanda Sirius. Pour la première fois dans la conversation, il avait l'air vraiment animé. Il avait cessé de s'appuyer contre le mur et avait fait quelques pas en avant vers Hermione.

"Je ne peux pas te le dire", dit-elle avec prudence.

« Putain par les 7 enfers, tu vas me laisser dans l'ignorance... », dit-il, et il jeta son verre de pinte au sol.

« Je suis désolée », a-t-elle dit.

"Par Merlin, tu devrais l'être", répondit-il, se laissant tomber contre le mur. Il glissa sur le sol et mit sa tête entre ses mains. "Tu suis juste les règles, sans te soucier de ce que je ressens."

"Ça me tient à cœur !" elle a dit.

"Hermione, pourquoi ne pouvons-nous pas lui dire ?" Demanda Ginny. "Regarde-le. Il est juste cruellement inutile de retenir des informations ! Que peut-il faire ? "

"Il pourrait essayer de changer ce qui leur arrive !"

"Alors ils sont tous les deux morts," marmonna Sirius.

"Non ! Merde !" dit Hermione. Cela ne se passait pas comme elle l'avait prévu. Elle aurait dû laisser Sirius au bar. Elles n'avaient pas fait attention, et maintenant tout allait changer.

"L'un d'eux est mort," dit Sirius en levant les yeux vers elle. "Lequel ?"

"Remus," dit Ginny fermement. "Et Hermione, je m'en fiche. Il ne va rien faire, n'est-ce pas Sirius ?"

"Remus est mort," dit Sirius, avec peu d'émotion dans la voix. "Remus est mort."

"La mort ne veut plus rien dire", a déclaré Luna. « Avec toi, ici, et nous, ici. Comment savons-nous que nous ne sommes pas tous morts ? »

Luna avait raison. Hermione repoussa cette pensée à l'arrière de son cerveau. Elle était presque certaine qu'elle était vivante et, pour le moment, elle n'avait pas le temps de se retrouver coincée sur des questions sur sa mort ou sa vie. Si c'était la vie, elle devait tout remettre sur les rails. Si c'était la mort, eh bien, elle pourrait s'en occuper plus tard.

"Nous ne le sommes pas," dit Sirius. "Putain d'enfer, Remus. J'ai adoré cet homme."

"Il est mort courageusement", a déclaré Ginny. "Avec..."

"Tais-toi !" Cria Hermione. "Tout va si mal !"

"Tu me le dis à moi," dit Ginny. "Miss, je n'ai pas pensé à verrouiller une boîte dangereuse."

"Nous pourrions tous être morts", a encore expliqué Luna.

"Putain de bordel de merde," dit Sirius. "Mon dernier meilleur ami est décédé."

Ils sont tombés dans le silence. Hermione termina la dernière gorgée de son verre. C'était beaucoup trop sucré.

Ginny se rallongea sur le lit, les pieds vers l'oreiller, et donna un coup de pied à la tête de lit. Luna regarda le plafond. Sirius avait la tête en arrière dans ses mains et faisait des bruits étouffés.

Hermione ne savait pas comment résoudre ce problème, ni même par où commencer. Réparez la boîte, supposait-elle.

Déterminez quoi faire avec Sirius. Elle savait qu'il y avait plus à son histoire. Pourquoi était-il ici maintenant, et pas une autre fois ?

Pourquoi étaient-ils ici maintenant ? Coïncidence ?

Elle aurait besoin de régler tout cela, d'une manière ou d'une autre, et de ramener Ginny pour son mariage, sans influencer quoi que ce soit et changer l'avenir.

Si tout allait mal, il y avait une possibilité lointaine qu'il n'y aurait pas de mariage.

Elle voulait Ron. Il ne saurait pas non plus quoi faire, mais il lui ferait un câlin. Elle en avait besoin.

Si tout allait vraiment mal, il n'y aurait plus de Ron.

End Notes:

Pensez-vous qu'il s'agisse d'une coïncidence ? J'avoue que c'est assez novateur et que ça m'avait littéralement captivée lors de ma première lecture. J'espère que vous avez pris autant de plaisirs que moi.

Bisous de moi !

Chapitre 5 : Sanctuaire by Miss Delavergne

Sirius, juin 1978, le Chaudron Baveur, Londres.


Remus était mort.

Ce n'était presque pas une surprise. Du moins, Sirius pouvait comprendre que c'était possible. L'homme avait passé les six derniers mois avant que Sirius ne traverse le Voile à essayer de se suicider. Il s'était un peu arrangé quand Sirius lui avait parlé, mais Sirius était certain que les tendances auto-destructrices de Remus seraient revenues une fois Sirius parti.

Il n'était pas arrogant. Loin de là. Plus vraiment. Remus s'est effondré à la moindre occasion. Laquelle de ses nombreuses méthodes d'auto-destruction c'était, Sirius ne voulait pas deviner. L'homme en avait beaucoup. Ainsi, l'une d'elles l'avait tuées, ou plus probablement un mangemort.

Mais par les sept enfers, Remus était mort. Serait mort. N'avait pas survécu.

Remus était censé vivre une longue vie heureuse, enfin comprendre qu'il devrait au moins essayer d'avoir une relation avec Tonks, et d'apprendre qu'il n'était pas le monstre dangereux qu'il s'était toujours cru être.

Sirius a admis qu'il était très improbable que cela ne se soit jamais produit.

Remus aurait probablement passé encore quelques décennies à se morfondre dans le Yorkshire, à boire et à se mettre dans des situations dangereuses. C'était essentiellement ce qu'il avait passé plus de dix ans à faire entre les deux guerres. Sirius avait toujours eu une image mentale de Remus debout là-haut sur une lande, battu par le vent et la pluie dans une cape nue, brune ou grise, sentant le Whisky-pur-feu, tout en composant des poèmes larmoyants dans son esprit. Le pire, c'est que ce n'était probablement pas trop loin de la vérité de cette décennie.

De plus, pensa Sirius, l'important n'est pas que Remus soit mort. Il pourrait changer cela. Le fait était qu'Hermione Granger était une connasse absolue et qu'il devrait se débarrasser d'elle dès que possible. De préférence sans l'avertir de ce qu'il faisait. Elle était déjà suffisamment une putain de névrosée à l'idée de changer le futur ; qu'il doutait beaucoup qu'elle serait le moins du monde intéressée pour l'aider à comploter.

Bordel de merde, il allait pleurer à propos de Remus.

L'homme méritait bien plus que ce qu'il avait eu.

Reprends-toi, se dit-il de sa meilleure imitation de McGonagall.

Hermione et Ginny avaient déménagé dans la petite salle de bain. Il pouvait les entendre là-dedans, se disputer, mais pas exactement ce qu'elles disaient. Il était cependant sûr d'avoir entendu son nom au moins une fois ou deux. Sirius envisageait de se transformer. Son audition était tellement meilleure en tant que chien.

"Sirius ?"

La blonde aux cheveux comme les blés, qui s'appelait probablement Luna, lui parlait.

"Oui ?"

"Remus Lupin était-il un très bon ami à toi ?"

"Le meilleur."

"Mes condoléances. Je sais que c'est douloureux. Il est mort très courageusement, si c'est une consolation. C'était un homme très courageux. Je ne l'ai jamais appelé un ami, mais j'aurais aimé l'avoir fait."

"Merci, Luna." La voix de Sirius semblait s'étouffer un peu. Il essuya les larmes sur sa joue avec le dos de sa main. "Il était en effet un homme très courageux."

"Il a reçu l'Ordre de Merlin. Première classe."

"Pas moins qu'il ne le méritait." Sirius pouvait à peine sortir les mots.

" Veux-tu un câlin ?"

"Non, je suis, je vais..."

"Tu ne vas pas bien," dit-elle, et elle enroula ses bras autour de lui.
Le câlin était chaud et semblait endiguer le flot de larmes.

"Je ne pense pas que tu sois mort," dit-elle. Il y avait une petite tache humide qui se forma sur son épaule, celle où se trouvait le visage de Sirius.

"Dans la mort," corrigea Sirius, bien que la sémantique ne lui parût pas si importante. Remus n'allait pas avoir la deuxième chance qu'il avait lui. Combien de personnes l'ont fait ?

Il allait devoir compter.

"Les mots comptent", a déclaré Luna. « Mais dans ce cas, je pense que c'est probablement une expérience de mort imminente. Ma mère est décédée. Les gens ne peuvent pas revenir d'entre les morts. »

"Je n'étais pas mort," dit Sirius.

« Je ne me soucie pas de ta période de probation ! C'EST LA COUPE DU MONDE DONT NOUS PARLONS ! »

"Je pense que Ginny est un peu en colère", a déclaré Luna, tournant son attention vers la porte de la salle de bain.

Cette fille était le maître de l'énoncé de l'évidence. Sirius aurait pu trouver cela par lui-même, et beaucoup, beaucoup de gens lui avaient dit qu'il manquait de profondeur émotionnelle.

Il pleurait de vraies larmes sur la mort - de quelqu'un - qui ne s'était pas encore produite. Comment pouvait-on juger l'état de sa profondeur émotionnelle, hein ?

"ET MON MARIAGE PUTAIN ! Maman va me tuer !"

"Je pense que tu peux trouver sans soucis de qui elle est la fille," dit Sirius. Luna rit.

"J'avais l'habitude d'aller chez Ginny pour jouer parfois quand j'étais enfant", a expliqué Luna. « Nous vivions près du même village. Mme Weasley m'a souvent fait rire. »

Ce n'était pas la réaction attendue que Sirius ait jamais eue contre l'une des fameuses diatribes de Molly.

"HARRY VA PANIQUER ! SA FUTURE ÉPOUSE A DISPARU !"

Alors Ginny épousait Harry. Il aimait ça.

Quelqu'un a eu une fin heureuse au moins. Il devrait s'assurer que cela ne changerait pas pour lui.

Il y eut un claquement de la porte de la salle de bain alors qu'elle s'ouvrait et heurtait le mur, et Ginny Weasley la traversa et se jeta sur le lit le plus proche.

"Par les sept enfers, putain de merde !" cria-t-elle au plafond.

"Je suis désolée !" cria Hermione depuis la salle de bain, alors que la porte se refermait et étouffait ses cris.

Puis on a frappé à la porte de la chambre. Sirius, qui serrait toujours Luna dans ses bras, il avait oublié ça, s'éloigna et alla ouvrir. Il avait vraiment une grosse tache humide sur son épaule.

"Pouvez-vous s'il vous plaît baisser d'un ton ?!" dit en rageant un sorcier en colère portant une longue chemise de nuit à rayures lilas avec un bonnet assorti. Le bonnet avait même un gland violet. "Certains d'entre nous essayent de se reposer !"

"C'est ..." Sirius consulta sa montre. "Il est à peine 19 heures."

"Taisez-vous !" cria le sorcier et il s'éloigna.

"Nous devons ressembler à un groupe intéressant", a observé Luna depuis le sol.

Un mec taché de larmes en noir de la tête aux pieds, une fille aux cheveux fleuris et à la robe dorée, une autre fille allongée sur le lit donnant un nouveau coup de pied à la tête de lit et la dernière sanglotant dans la salle de bain. Ouais, encore une fois, Luna a déclaré l'évidence absolue.

Sirius se demanda si c'était quelque chose qu'elle faisait toujours.

Luna, c'était pas Hermione ou Ginny.

"Je vais voir si Hermione va bien," dit Luna, et elle s'envola vers la salle de bain. Sirius ferma la porte et marcha sur les restes de son verre d'hydromel. À contrecœur, il a commencé à charmer les morceaux de verre du tapis.

En regardant de plus près le tapis, ce qu'il ne tenait pas à faire mais qu'il devait tout de même faire pour vérifier la présence de petits morceaux de verre, il se rendit compte que c'était la même pièce dans laquelle il était resté une fois avec Peter, Remus et James. Il avait vomi sur ce même tapis.

Ce n'était pas un bon souvenir.

"Hé, Sirius."

Ginny était assise en tailleur sur le lit, maintenant, et le bruit rythmique de ses coups de pied s'était arrêté.

"Oui ?"

"Que fais-tu ici ?"

"Je recueille du verre sur le tapis."

"Pas ici et maintenant. En 1978. "

"Ma supposition est aussi bonne que la tienne."

"D'accord. Hermione pense... oh, ça n'a pas d'importance. Je pense que je devrais dormir après tout ça et j'espère que le lendemain matin quand je me réveillerai, tout sera redevenu à la normale. Les faveurs de mariage seront de nouveau bleues ou quoi qu'elles soient censées être en premier lieu, et maman ne sera énervée qu'à l'idée que j'ai trop dormi suite à l'essayage de robes des demoiselles d'honneur."

"La planification d'un mariage peut facilement provoquer des cauchemars." Commença Sirius, puis il ajouta : "Que voulez-vous savoir ?"

"Crois-moi. Si ce n'est pas un cauchemar, nous n'aurons peut-être pas beaucoup de choix."

Il y eut un silence. Sirius pensait qu'il avait ramassé tous les morceaux de verre maintenant. Il n'y avait pas de poubelle dans la pièce. Elle se trouvait probablement dans la salle de bain, et il ne pouvait pas y aller. Non, il n'irait pas là-bas.

"Ginny, je descends au bar pour trouver une poubelle."

"Je viendrai avec toi."

Ils descendirent les escaliers en silence, Sirius tenant sa branche de verre brisée. Il s'était légèrement coupé et du sang coulait sur son poignet.

"Désolé, j'en ai cassé un," dit Sirius, en atteignant le bar.

"C'est le cinquième ce soir," grommela Tom. "Je vais commencer à vous les faire payer."

"Un whisky-pur-feu, s'il vous plaît," dit Sirius, qui avait déjà entendu le barman le dire auparavant. "Ginny ?"

"De même."

Ils ont bu leurs verres, aucun d'eux n'a dit un mot.

"Écoute," dit Ginny, après une demi-heure. "Hermione va me tuer si je te laisse partir. Peux-tu rester avec nous ce soir ?"

"D'accord," dit Sirius, car il n'avait nulle part où aller.

"Et, jusqu'au petit matin, je vais continuer de prétendre que c'est un cauchemar", a-t-elle déclaré.

"J'ai passé près de douze ans à essayer celui-là," dit Sirius.

 



*** Quelques heures plus tard ***



Le soleil se leva à travers les rideaux plutôt fins, et Sirius également. Il avait dormi par terre, insistant sur le fait que les filles avaient chacune un lit. Hermione n'était pas sortie de la salle de bain jusqu'à ce que tout le monde soit couché et Ginny déjà endormie.

Il jeta la couverture à crochet qu'il avait utilisé comme couverture et erra dans la salle de bain pour se soulager.

"Les Gryffondor sont braves, ils sont forts et ne changent jamais", marmonna-t-il, "en cas de besoin, vous auriez du mal à trouver quelqu'un de plus courageux."

Ce n'était pas la meilleure rime que le choixpeau ait inventé, mais c'était la première que Sirius avait entendu, et elle était restée s'imprimant en lui.

Il avait besoin d'un plan.

Détestant qu'il devrait les quitter, d'une certaine manière, Sirius avait probablement besoin qu'on lui remette les idées en place. Hermione n'allait pas approuver, Luna semblait penser qu'ils étaient tous morts, et Ginny était probablement très utile mais beaucoup trop en colère en ce moment. À peine son équipe de rêve.

Il aurait choisi Remus, James et Tonks, s'il avait eu le choix.

Cependant, il était seul.

Eh bien, d'abord, il devrait se rendre à Gringotts. Il s'assit au bord de la baignoire. Il pensait que retirer de l'argent ne serait pas un problème. Ensuite, il faudrait trouver un endroit où rester. Il pourrait peut-être retourner dans son ancien logement, pendant quelques semaines jusqu'à ce que les cours de Poudlard ne cessent et que le Sirius de 1978 n'arrive. Cela lui ferait gagner du temps pour trouver un endroit plus stable.

Ce serait un sacré désordre, et le Sirius de 1978 était le pire ménager possible, donc il ne serait pas détecté.

Aussi, il lui fallait changer de vêtements. Il puait, et prendre un bain serait inutile jusqu'à ce qu'il ait des vêtements frais à se mettre après.

Il y eut un martèlement sur la porte.

"Ceux qui sont là-dedans doivent sortir maintenant !"

"Petit déjeuner ?" demanda-t-il à la chambre, alors qu'il était précipité hors de la salle de bain par Ginny.

"Luna est toujours endormie," dit Hermione, assise sur le lit où elle avait dormi avec des morceaux de parchemin éparpillés autour d'elle. "J'en voudrais bien un."

"J'en ferai monter quelques-uns," dit Sirius, qui se dirigea vers le bar en disparaissant.

Ensuite, il remonta dans la chambre, le petit déjeuner avait été livré et il était enfin prêt à prendre congé.

« Eh bien, je m'en vais », a-t-il dit. "J'ai payé le petit déjeuner."

"Ah, il pense qu'il va s'en tirer avec ça," dit Ginny, mâchant le dernier de ses toasts. "C'est adorable."

"Au revoir," dit Sirius, l'ignorant. "Bonne chance pour revenir à votre époque."

Il se tourna pour partir, mais ensuite son bras fut entremêlé à celui d'Hermione avant que sa main ne puisse atteindre le métal frais de la poignée de porte.

"Non."

"D'accord, qu'est-ce qui ne va pas ?"

"Tu ne peux pas y aller."

"Prouve-le. Change ma volonté."

« Nous ne savons rien de cette période, à part quelques bribes sur la guerre. Nous n'avons nulle part où aller et pas d'argent. Peux-tu au moins nous indiquer la bonne direction ? »

Ce n'était pas ce à quoi il s'attendait.

"Je vais à Gringotts", a-t-il dit, lentement, pour se trouver du temps. « Vous pouvez venir, si vous le voulez, mais ce ne sera pas excitant. J'ai un endroit où nous pouvons rester pendant environ deux semaines. »

"Je te remercie !" dit-elle en le serrant dans ses bras.

Il se démêla de ses bras.

« Préparez-vous à partir. Je veux y arriver avant que la banque ne soit trop occupée au cas où quelqu'un me reconnaîtrait et penserait que je ne devrais pas être là. Sirius Black est censé être assis à ses ASPIC. »


Ce n'est que quelques minutes après l'heure d'ouverture qu'ils sont arrivés à Gringotts. Sirius entra, aussi confiant que possible, les autres traînant dans son sillage. Ils avaient eu une longue discussion sur les déguisements, alors qu'il se penchait par la fenêtre et cherchait des gens qu'il reconnaissait entrer dans la ruelle, mais personne ne saurait qui ils étaient ici. Ils comptaient sur leur aspect ordinaire, ce que Luna n'avait certainement pas.

"Sirius Black, ici pour accéder à mon coffre-fort," dit-il, au gobelin installé à son bureau.

"Identification", dit le gobelin en le regardant avec dégoût.

"La chambre forte va me reconnaître," dit Sirius, avec chaque parcelle d'arrogance désinvolte de Sang Pur qu'il possédait. "Je vais aussi avoir besoin de sacs d'argent."

"En effet", a déclaré le gobelin, et en a appelé un autre pour l'emmener à travers les couloirs souterrains. Il a fait signe aux autres de l'attendre.

Émergeant à nouveau sous le soleil, il tendit à Hermione le plus petit des trois sacs d'argent qui se trouvait dans la poche de son jean.

« Ici », a-t-il dit. "J'imagine que vous voudrez des vêtements." Ils portaient tous les mêmes vêtements qu'ils avaient portés hier et ils avaient dormi avec. Il pensait qu'elles trouveraient cela utile.

"Où pouvons-nous aller ?" demanda Ginny. « Je ne sais pas où se trouve quoi que ce soit sur ce Chemin de Traverse, à l'exception du magasin de Madame Malkins, que nous avons passé. »

"Tu ne connais pas Dendling, j'imagine ?" demanda Sirius. "Par ici."

À quelques pas de Gringotts, Sirius poussa la porte rose à côté d'une vitrine légèrement délabrée. Les fenêtres étaient parsemées d'engins moldus, y compris une machine à laver qui n'était branchée à rien et une voiture abîmées pour enfants.

"Le meilleur fournisseur de vêtements et de curiosités moldus dans le monde sorcier," dit Sirius, les introduisant. "C'est mieux qu'il n'y paraît. Vous pouvez acheter toutes sortes de choses ici, j'y allais souvent pour agacer mes parents. Le propriétaire et ton père se seraient entendus, » dit-il à l'adresse de Ginny.

"Pourquoi ne suis-je jamais venue ici ?" demanda Ginny, regardant avec étonnement le magasin. Un côté de la boutique était dédié à une grande variété d'articles moldus, dont la plupart avaient l'air d'occasion. L'autre était pour les vêtements qui, heureusement, avaient l'air neufs. Il y avait une petite zone à l'arrière pour les livres et les magazines, la plupart des classiques, des romances, et une section sur la fantaisie et les représentations moldues de la magie.

Luna examinait un éplucheur de légumes avec beaucoup d'intérêt.

"Que penses-tu que Voldemort en ait pensé et des gens qui la dirigeaient ?" Demanda Sirius, s'assurant que personne n'était là pour entendre ça.

"Oh," dit-elle. "Ouais." Elle s'éloigna pour regarder les livres.

Hermione était déjà dans les tringles à vêtements quand Sirius se dirigea vers elle. Il avait besoin de t-shirts et de pantalons. Ah oui et des chaussettes. Ça fera l'affaire. Il saisit des chaussettes et quelques pantalons presque au hasard, prenant un peu plus de temps pour les hauts pour en trouver de la bonne taille. Il devait prendre une décision quand il s'agissait de t-shirts.

« C'était une bonne idée », a déclaré Hermione. "Je te remercie."

"Pas de problèmes", a-t-il dit. "Qu'est-ce que tu en penses ?" Il leva un costume trois pièces, coupé dans une sorte de tissu argenté brillant, pour son inspection.

« Je ne le porterai pas », a-t-elle dit.

"Ah, pourquoi pas ?" demanda-t-il, mais il le remit quand même sur les rails.

« Tout cela est très... », a-t-elle dit en le regardant dans la section des femmes.

"Daté ? 1970 ? Tu es dans les années 70, chaton", a-t-il dit. "Regarde." Il a fouillé à travers les étales et a trouvé un haut qui n'était pas trop offensant aux yeux d'une fille qui n'était pas de cette époque. "Essaye ça." Il était doré et brillant, mais au moins il avait une forme qu'elle pouvait reconnaître.

"Vraiment ?" demanda-t-elle, le tenant pour elle.

« Tous les Moldus en portent. Sinon, c'est ça », a-t-il dit en lui montrant un bandeau court de couleur bleu scintillante et un mince morceau de tissu rose extensible.

"Je ne porte pas de boobs tube !" cria-t-elle, ce qui fit presque tomber le livre que lisait Ginny.

"C'est ça ?" Songea Sirius, poussant un peu plus le tissu rose. "Je pensais que c'était une ceinture."

"Ma maman en avait un," dit Hermione. "J'ai vu les photos. Veille à le remettre."

Ils ont payé leurs achats, y compris ceux de Ginny, et sont repartis dans les rues du Chemin de Traverse. Luna avait décidé qu'elle se sentirait plus à l'aise dans des robes de sorcière, alors ils s'arrêtèrent pour celles-ci et pour trouver des pyjamas, qui n'étaient pas en stock chez Dendling. Hermione a révélé qu'elle n'avait jamais acheté de pyjama dans le monde des sorciers auparavant.

On ne peut éloigner les nés-moldu des moldus, pensa Sirius, ils gardent des attitudes ancrées qu'on ne peut leur retirer complètement.

"D'accord," dit Sirius, de retour près de la Cheminette au sein du Chaudron Baveur. C'était en début d'après-midi, et tout le monde avait enfin ce qu'il fallait pour se dissimuler durant quelques semaines. Voyager en groupe a pris une éternité. "Vous devez dire The Crossing, de façon agréable et clair parce que The Dossing est quelque part de complètement différent et pas du tout agréable."

"The Crossing", répéta Hermione, et elle entra d'abord dans la cheminée.

Sirius se demanda s'il devait peut-être y aller en premier.

Il arriva après Hermione, Ginny et Luna se pointèrent ensuite en soulevant le tapis, entouré par le désordre de Sirius, du haut de ses dix-huit ans. Il y avait à peine assez d'espace au sol pour que Sirius puisse se tenir debout, s'il était honnête, et il devrait probablement déplacer des choses si quelqu'un voulait pouvoir aller aux toilettes.

"Bienvenue chez moi", a-t-il dit en faisant un geste du bras. "Laisse-moi juste ranger un peu."

Il agita sa baguette jusqu'à ce qu'une partie du désordre remonte sur les murs ou dans des placards ouverts.

"Quelqu'un t'a-t'il attaqué ?" demanda Ginny, stupéfaite.

"C'est triste à dire, mais tout cela est entièrement de ma faute," dit Sirius. "Berk, c'était vraiment n'importe quoi..."

"Je ne sais même pas où est ta cuisine, dans tout ça," dit Hermione en secouant la tête.

"Ne t'inquiète pas," dit Sirius. "J'ai un système. Théière Accio !"

"C'est comme ça que tu trouves tout ?" demanda Ginny.

"Oui," dit Sirius. Il n'était pas sûr de savoir pourquoi cela était demandé avec un ton aussi critique. Il était allé au Terrier, plusieurs fois. Il avait regardé Molly Weasley trouver les choses de la même manière.

Il disparut par la porte de la cuisine et pensa qu'il pouvait entendre des marmonnements à son sujet alors que la porte se refermait derrière lui. Eh bien, laissez-les se plaindre de ses normes d'entretien ménager. Elles se lasseraient de lui bien assez tôt.

« Du thé », dit-il, rentrant dans la pièce avec un plateau de thé en lévitation devant lui. "Biscuit ? J'ai probablement acheté ces derniers autour de la période de Noël en 77, si cela affecte la réponse de quelqu'un."

Luna et Ginny en ont pris un. Hermione non.

Sirius bannit les pires objets du canapé dans ce qu'il aimait appeler la casse, qui était le grenier, et indiqua à tout le monde de s'asseoir. Il prit le fauteuil, couvert de rouge avec des garnitures dorées. Un coffre d'école a servi de table basse.

"Sirius," dit Ginny. "Le coffre inscrit Peter Pettigrow là-dessus."

"Ouais, je lui ai emprunté ça lors de ma sixième année à Poudlard," dit Sirius, reculant et posant ses pieds sur le tronc. « Mon frère et certains de ses camarades ont détruit le mien, car il y avait l'écusson de la famille Black dessus et ils ont dit que je ne le méritais pas. J'ai emprunté celui de rechange de Peter. Et j'étais trop désorganisé pour le rendre. »

"Je ne te vois pas comme quelqu'un de désorganisé," dit Ginny avec un sourire. Elle replia ses jambes sous elle sur le canapé et s'appuya sur le bras légèrement taché. "Belle bannière."

"La fierté de la maison," dit Sirius. Tout cela avait semblé très important quand il avait emménagé ici à l'âge de dix-sept ans.

"J'aime ça", a déclaré Luna. "Est-ce toi ?" Elle tenait une photo d'un Sirius adolescent agitant une bannière Gryffondor entouré de deux autres.

Sirius est allé la regarder.

"Ouais," dit-il, et il enleva soigneusement la photo du cadre. "C'est moi, tenant une extrémité. Nous acclamions James pour son premier match en tant que capitaine de l'équipe de Quidditch. Je ne me souviens pas de qui l'a prise. Et il y a Remus, regarde." Il pointa l'homme au milieu, avec de courts cheveux bruns et un regard légèrement étiré.

Avant de dire autre chose, il a soigneusement arraché le troisième jeune homme de la photo et l'a jeté dans la cheminée. Cela aurait eu un effet plus dramatique si le feu ne s'était pas déjà éteint, pensa-t-il.

"Incendio !" grommela-t-il, et la partie arrachée de l'image prit feu.

Sirius replaçait le reste de la photo dans son cadre lorsque Luna parla.

"Qui était-il ?"

« Peter putain de Pettigrow. Si tu ne sais pas ce qu'il a fait, je te suggère de demander à Hermione. Je vais chercher de la nourriture, pour voir si nous pouvons manger plus tard. »

Il entra dans la cuisine, encore une fois sans écouter la conversation qu'il avait laissé derrière lui.

Sirius avait exprimé son regret, en parlant à James, d'avoir chassé Peter et de ne pas être resté avec Harry cette nuit d'Halloween. C'était un peu faux. Ce n'était pas tant la poursuite qu'il regrettait que le fait d'avoir été attrapé. L'idée était d'attraper Peter et de revenir pour Harry, pas un détour de près de douze ans à Azkaban.

Il aurait dû le tuer dans la Cabane Hurlante, mais il avait écouté Harry, ce qui s'était avéré être une erreur. Pas que Harry l'ait su. Remus avait aussi voulu le tuer, et Remus n'était pas un tueur.

Bon, d'accord, Remus avait tué quelqu'un cette fois-là, mais deux guerres et une seule personne morte entre vos mains était un assez bon bilan si vous essayez de ne pas tuer. Bien qu'il ait passé tant de temps à se lamenter à ce sujet, on pourrait penser que ça en a fait beaucoup plus qu'un.

Cependant, Remus était mort. Le problème n'était pas de savoir si vous vouliez tuer, mais que l'autre partie était tout à fait disposée à le faire. Même qu'elle appréciait ça. Surtout dans le cas des traîtres à leur sang et des sang-mêlés.

Il aurait dû mettre un terme à la vie de Peter. Le détruire.

Il n'avait pas demandé ce qu'il était advenu de Peter à l'avenir. Il espérait qu'il était mort, ou tout au moins en train de pourrir à Azkaban avec une garde d'honneur d'au moins huit détraqueurs. Il devrait demander à Ginny ou Luna. Hermione ne voulait rien dire.

La seule chose qui l'empêchait de chasser Peter maintenant était qu'il était en sécurité à Poudlard. James, au moins le vieux James, et Remus diraient qu'il n'était pas éthique de tuer quelqu'un avant qu'il n'ait au moins rejoint les mangemorts. Sirius le ferait s'il en avait besoin.

Et, en plus, il avait déjà essayé de chasser Peter aveuglément, et ça n'avait pas marché. Peter était un expert pour ne pas se faire prendre, ce que Sirius avait autrefois pensé être incroyablement utile lorsqu'il agaçait les Serpentard.

Il allait devoir le planifier, soigneusement cette fois-ci.

"Sirius ?"

Hermione se tenait dans l'embrasure de la porte, ses escarpins roses déjà légèrement sales à cause de l'état de ses tapis. Elle le regardait droit dans les yeux, comme pour l'apprécier. Il arrêta sa recherche dans l'armoire, avec plusieurs boîtes de nourriture en conserve dans sa main gauche et un sac de pommes de terre dont les feuilles avaient poussées dans sa droite.

"Je voulais juste dire, merci de nous avoir permis de rester ici."

"Ce n'est pas un problème", a-t-il déclaré. "Vous ne voulez pas être ici, et cela vous donne un espace sûr pour trouver comment revenir là où vous êtes censées être."

S'il les aidait, elles partiraient plus vite, et il pourrait faire ce pourquoi il était là sans interruption.

Il y eut un bruit incroyablement fort, qui fit trembler les murs peints en brun pâle de la maison et une casserole tomba d'un crochet avec un crash. Luna et Ginny ont couru dans la cuisine.

"Qu'est-ce que c'était que ça ?" cria Ginny.

"Le train," dit Sirius. « J'avais oublié de vous avertir pourquoi cette maison s'appelait The Crossing. » Il ouvrit les rideaux de cuisine orange légèrement collants pour révéler un train moldu qui passait, et plusieurs camions qui attendaient à un passage à niveau. "Ça arrive au moins une fois par heure. Vous vous y habituerez."

"Les trains magiques sont beaucoup plus silencieux", a déclaré Ginny.

"C'est aussi sur la ligne de Poudlard," dit Sirius. « Les moldus ne peuvent pas le voir, et deviennent simplement frustrés lorsque le passage à niveau semble se fermer sans raison. La maison appartenait à un moldu appelé le Signalman. Je ne sais pas ce qu'il a fait, ni pourquoi il ne vit plus ici. »

« Les signaleurs avaient l'habitude d'ouvrir les passages à niveau avant qu'on ne mécanise les portes », a expliqué Hermione. "Ils le font à l'aide de l'électricité."

"Les moldus sont bizarres. Un homme pour ouvrir les portes ?" dit Ginny.

"Les moldus ne sont pas si différents de nous", a déclaré Luna. "Nous allons tous mourir."

C'était vrai, supposait Sirius, bien que ce soit un peu sombre de penser à ça maintenant. Cependant, s'il le voulait, quelques personnes mourraient un peu plus tard, et beaucoup plus tôt que prévu. Il regarda la photo de Remus et James, avec Peter arraché, à présent qu'elle se trouvait à côté de l'évier sur une pile d'assiettes.

Il les trierait pour eux.

Il le devait.

Chapitre 6 : Théorique by Miss Delavergne

Hermione, juillet 1978, The Crossing, Lincolnshire.


Il y avait quelque chose d'incroyablement suspect chez Sirius Black.

Ce n'était pas seulement parce que son histoire était pleine de trous, ce qui était évidement le cas, et Hermione était sûre qu'il ne leur en disait pas la moitié. Il y avait autre chose.

Pour commencer, il avait été presque toujours désagréable et amical à tour de rôle, ici bizarrement il prêt à discuter avec l'une d'elles et à donner des conseils. Quand elle l'avait connu auparavant, à Grimmauld Place, il l'avait surtout esquivé l'air morose. Les seules fois où il se montrait désagréable ici, c'était quand il regardait la photo que Luna lui avait montrée lors de leur première nuit à The Crossing.

Il a emporté la photo partout avec lui. Elle l'avait trouvée une fois dans la salle de bain, légèrement embuée de condensation, et l'avait repérée sur la surface de travail dans la cuisine pendant qu'il cuisinait. Hermione comprit. Elle ne pouvait qu'imaginer comment elle se serait sentie en perdant Harry ou Ron, et il avait perdu ses trois meilleurs amis de diverses manières.

Elle passa beaucoup de temps à l'observer, essayant de comprendre comment ce Sirius s'accordait avec le Sirius qu'elle avait connu une fois à Grimmauld Place et celui dont Remus avait parlé par la suite - de leur période en tant qu'élèves à Poudlard. Et le Sirius dans la Cabane Hurlante, celui qui avait essayé de tuer Peter, désorienté et fou de colère.

Elle ne savait pas lequel était le vrai Sirius Black, ou si aucun d'entre eux ne l'était.

Il était tout à fait possible qu'il ne le sache pas non plus.

Le temps passé à l'intérieur de l'appartement de Sirius s'était écoulé rapidement. Les jours défilaient et se ressemblaient tous, une routine s'était installée pour chacun. L'appartement était composé de trois chambres, les deux chambres d'amis étant bien plus propres que celle de Sirius. Hermione s'était installée dans l'une d'elles, celle qui avait été revendiquée par James d'après les dires de Sirius ; une pièce épurée contenant un lit double et une commode remplie de vêtements d'adolescent abandonnés. Ginny et Luna partageaient l'autre, qui avait deux lits simples jumeaux et plusieurs composants d'une moto.

Les quatre nouveaux colocataires ont pris leurs repas ensemble, mais autrement, ils ont fait leur propre vie. Luna occupait son temps libre à la lecture des divers et variés ouvrages que Sirius gardait à la maison, qui comprenait tout, des manuels d'entretien de motos moldues, aux textes avancés sur la métamorphose et la défense contre les forces du mal, à une collection de livres sur l'histoire du monde magique qui étaient bien plus intéressants que tout ce qu'on leur avait enseigné en cours d'histoire de la magie à l'école. Hermione était étonnée du choix éclectique de livres que Sirius possédait, elle ne s'attendait pas à ce qu'il fut un grand lecteur dans ses jeunes années. Ginny était souvent dans le jardin juxtaposé. Sirius alternait ses occupations entre jouer avec sa moto, qui était gardée sous un appentis à côté de l'immeuble, et se cacher près d'Hermione.

D'ailleurs, cet après-midi là près de deux semaines après leur arrivée dans le passé il continuait à l'observer. Elle était assise à sa table à manger, des parchemins du Ministère ensevelissaient la boîte noire et les feuilles sur les derniers développements de la théorie du temps se répandaient autour d'elle comme d'habitude. Il était sur le canapé, derrière elle, feuilletant l'un de ses manuels de moto. Il avait une plume à la main et griffonnait des notes en marge. Hermione détestait ça.

Les parties faciles de ses recherches avaient été retranscrites. Elle avait passé en revue tous les documents, ce qui n'était pas vraiment nécessaire car elle s'était toujours souvenue de presque tout d'après ses lectures lorsqu'elle faisait son travail. Elle avait pris des notes détaillées sur le fonctionnement de la boîte quand elles l'avaient utilisées et cela l'avait renvoyée à son expérience avec un retourneur de temps durant sa troisième année.

Elle avait ensuite écrit tout ce qu'elle savait sur le temps, y compris les théories moldues, juste au cas où, et tout ce dont elle se souviendrait jamais de quelqu'un théorisant sérieusement à ce sujet, et avait noté celles qu'elle avait vues confirmées comme factuelles et celles qui nécessitaient des recherches supplémentaires.

Et maintenant, elle était coincée.

Elle avait besoin de plus de faits, ce qui signifiait qu'elle avait besoin de quelques livres ou d'ouvrir à nouveau la boîte.

"Sirius ?" elle a demandé.

Le grattage de la plume derrière elle s'arrêta. "Oui ?"

"Y a-t-il une bibliothèque sorcière à laquelle nous pourrions accéder ?"

"Harry m'a dit que tu étais un peu obsédée par les bibliothèques."

"Je ne le suis pas ! J'ai juste besoin de vérifier quelques trucs, et bien, j'ai toujours eu accès à celle de Poudlard ou à celle du personnel du Ministère et je ne peux plus y entrer maintenant."

"Il y a la Grande Bibliothèque Sorcière Britannique."

"Comment n'ai-je jamais su cela auparavant ?"

"Ta connaissance du monde sorcier vient principalement de Ron Weasley et de certains membres de l'Ordre, n'est-ce pas ?" Demanda Sirius. Elle acquiesça. "Combien d'entre eux as-tu déjà vu lire un livre, qui n'était pas ton professeur à l'époque ?"

Elle y a pensé. "Remus Lupin, Albus Dumbledore et Molly Weasley."

"Exactement. Tu as été principalement exposée à des gens qui ne valorisent pas exactement les livres. Remus l'aurait su, il dit qu'il y a travaillé pendant un certain temps au début de la première guerre, mais elle n'est pas particulièrement utilisée comme source de lecture. Généralement, elle fonctionne comme une sorte de réserve. Il y a un double de chaque livre jamais publié quelque part, bien que certains d'entre eux aient été enfermés pour le bien du monde sorcier."

« Je pense que ce sont peut-être ceux dont nous avons besoin », a déclaré Hermione. « Le Ministère est incroyablement secret à propos des voyages dans le temps. »

« Le Ministère a une très faible opinion de la population sorcière en général, je trouve. Il va de soi qu'ils cacheraient des informations sur les voyages dans le temps. »

"C'est pour leur sécurité."

"Vraiment ? Harry, Ron et toi avez vu de quoi le Ministère était capable, l'année avant que je ne tombe à travers le voile. Ce qu'ils ont fait à Harry, mettant Ombrage à Poudlard, tous les trucs anti-loup-garou, attaquant Dumbledore, et tu dis ça ?" Il posa la plume, délibérément avec soin, et abaissa le livre.

"Je ne lui fais pas confiance autant que je peux m'en passer."

"Pourquoi leur fais-tu davantage confiance alors ?"

"Le temps est dangereux, Sirius." Son siège à la table donnait sur le jardin, et elle détourna les yeux de Sirius vers Ginny allongée sur l'herbe. Elle était entrain d'ouvrir et de fermer de charmantes fleurs autour d'elle. À travers la pelouse indisciplinée, Luna était assise sur un banc branlant, le nez dans un manuel.

"Mais cela peut aussi être une force pour le camp du bien. Le voyage dans le temps est ce qui m'a amené à survivre assez longtemps pour tomber à travers le voile, au lieu de me retrouver dans les geôles d'Azkaban à l'état de légume sans mon âme décharnée. Eh bien, toi et Harry m'avez sauvé."

« Et c'est toute la problématique ! Si le Ministère avait eu le retourneur de temps entre les mains, qui sait ce qui se serait passé. Il aurait fait en sorte de nous empêcher de te rejoindre et il aurait aussi attrapé Remus ! Que feraient les mangemorts avec l'accès à un retourneur de temps ? »

« Mais ils ne l'ont pas fait. Tu dois utiliser les armes que tu as, Hermione. »

Elle se retourna vers Sirius.

"Où est la limite ?"

C'était une question qu'elle s'était posée tant de fois. Harry avait tué Voldemort, et elle ne le considérait pas comme un tueur, pas vraiment, car il s'était battu pour le désarmer plutôt que pour tuer. Certains des autres membres de l'Ordre qu'elle avait respectés avaient tué. Elle avait ressenti du dégoût chaque fois qu'elle avait entendu parler d'un mangemort qui avait été tué.

L'intention importait, mais il devait encore y avoir une ligne.

Dumbledore avait cru au plus grand bien, comme quoi certaines souffrances étaient nécessaires pour que le camp du bien finisse par l'emporter. Elle était sûre que beaucoup de mangemorts rationalisaient de la même manière.

Quelles actions étaient morales, si vous les avez faites pour une cause juste à laquelle vous croyez ?

Sirius réfléchissait aussi à la question. Il avait atteint son gobelet d'eau à ses côtés et la regardait alors qu'il buvait lentement.

« Quelque part où cela devient prémédité et réalisé pour faire le mal, je suppose », a-t-il dit, et elle pouvait dire qu'il y répondait pour plus qu'un simple voyage dans le temps. "Dis-moi, tu as dit une fois que le voyage dans le temps n'est pas toujours aussi simpliste que :"je l'ai déjà fait, donc je dois le refaire", c'est ainsi que j'ai toujours compris le problème."

"Ça l'est et ça ne l'est pas," dit Hermione. « Dans certains cas, ce sera vrai. Dans d'autres, ce ne sera pas le cas. Et je ne sais pas comment dire lequel est lequel. »

Elle n'avait pas vraiment l'habitude d'échouer. Elle s'était améliorée, l'année de la chasse aux horcruxes en particulier, et en temps de guerre en général, quand tant de choses étaient hors de son contrôle. Mais des problèmes théoriques ? Elle n'avait presque aucun point de référence pour avoir échoué à cela.

Hermione n'était pas entrée en contact avec un épouvantard depuis sa troisième année à Poudlard, et elle soupçonnait que sa peur avait considérablement changé. Bien que cette peur précoce se cachait toujours en arrière-plan, elle la ressentait de plus en plus maintenant que le danger physique de la guerre était passé.

« Eh bien, nous devons d'abord choisir une prémisse et y travailler pleinement, puis nous pouvons soit supposer que c'est vrai pour cette situation, soit la rejeter et passer à la suivante. Bien sûr, d'après ce que tu dis, il peut bien y avoir plus d'une vérité, d'autant plus qu'il y a essentiellement deux sortes de voyageurs temporels qui sont venus par des moyens différents et peuvent bien entendu avoir des effets différents sur la chronologie », a déclaré Sirius. "Bien que je n'aie jamais étudié la théorie du temps, même légèrement, je pourrais être utile."

"Merci," dit-elle. Le fait qu'il y avait deux catégories de voyageurs qui étaient arrivés ensemble lui était venu à l'esprit, et elle n'avait pas encore trouvé un équilibre pour cela. Elle savait que Sirius était raisonnablement intelligent, d'après les choses qu'elle savait qu'il avait faites comme devenir animagus alors qu'il était encore à l'école, mais elle ne s'était pas attendue à ce qu'il semble apprécier un problème théorique.

Il était toujours possible qu'elle l'ait sous-estimé.

Elle avait supposé qu'il voulait se débarrasser d'elles, afin qu'il puisse changer le passé. Son histoire... eh bien, elle avait pensé que c'était probablement vrai, parce que c'était trop bizarre pour que ce ne soit pas le cas, et il n'y avait aucune raison logique pour lui de mentir sur la façon dont il était venu ici. Elle avait en partie posé des questions sur la bibliothèque car elle voulait chercher des livres sur les théories sur la mort, afin qu'elle puisse vérifier d'autres histoires du même type.

C'était la principale raison pour laquelle elle pensait qu'elle se souvenait de l'histoire de Harry, quand il était mort brièvement dans la Forêt Interdite.

"C'était bizarre," avait dit Harry, assis à la table de Gryffondor dans la Grande Salle un jour ou deux après la bataille finale. Ils étaient assis entourés de décombres du combat, qu'ils avaient progressivement restauré, mais ils avaient parfois besoin de manger.

« J'étais mort, et Dumbledore était là. À la gare de Kings Cross. Il m'a dit toutes sortes de choses, c'est un peu flou, je veux les mettre dans une Pensive et les revoir si je ne m'en souviens plus. Il m'a dit que c'était dans ma tête, mais que c'était réel. Il a dit que je pouvais rester ou que je pouvais revenir. »

Ron posa son sandwich. "Tellement bizarre, mon pote."

"Je suis contente que tu aies choisi de revenir", a déclaré Ginny.

« Je ne pense pas avoir sérieusement envisagé autre chose. Pas vraiment », a déclaré Harry.

Harry n'avait aucune raison de mentir, et Sirius non plus. Ce qui signifiait qu'ils n'étaient probablement pas morts, car aucun des deux n'était du genre à créer leurs propres réalités.

Pourquoi Sirius aurait-il choisi de revenir, et était-ce lui qui avait choisi maintenant ?

Il y avait une raison très évidente ; qu'il essayait de changer quelque chose.

Il a dit qu'il n'avait jamais étudié la théorie du temps.

Il ne pouvait sûrement pas penser que changer le passé était une bonne idée ? Si ?

Il n'avait pas dit qu'il allait le faire. À aucun moment il n'avait fait quoi que ce soit d'explicite qui aurait permis à Hermione de supposer qu'il voulait changer le passé. Sauf le fait d'être ici en premier lieu.

La question était de savoir si elle lui faisait confiance, et un petit bruit insignifiant à l'arrière de sa tête suggérait qu'elle ne devrait pas.

"Le problème le plus urgent, cependant", a-t-il dit, interrompant son processus de réflexion, "est que Sirius, celui âgé de dix-huit ans, rentre ici dans quelques jours, et je ne me souviens pas que je sois ici quand je suis arrivé, ce qui signifie presque certainement que cela ne s'est pas produit. » À son regard, il a ajouté: « J'étais un peu, disons sous l'influence. »

« Nous ferions mieux de partir », a-t-elle déclaré. "Sais-tu où nous pouvons aller ?"

"Malheureusement, non," dit Sirius. "J'y ai réfléchi et la meilleure idée que j'ai est de retirer un peu plus d'argent de mon compte chez Gringotts et d'acquérir un bien quelque part. Soit ça, soit le camping."

"Pas de camping," frissonna Hermione. "Nous devrions demander à Luna et Ginny."

"Je l'ai déjà fait," dit Sirius. "Aucune d'entre elles n'a rien qui pourrait fonctionner."

"C'est possible," dit Hermione, très lentement, alors qu'elle réfléchissait à l'idée aussi vite qu'elle parlait, "Que j'ai peut-être quelque part où aller. Ma grand-mère est décédée avant ma naissance, mais après le mariage de mes parents en 1977. Mes parents ont gardé sa maison vide jusqu'à mes sept ans environ, lorsque nous l'avons nettoyée pour l'utiliser comme maison de vacances. Si nous faisions attention, nous pourrions peut-être y rester."

"Où est-ce ?" demanda Sirius, l'air intéressé.

"C'est dans une ville balnéaire moldue. Saltburn-by-Sea, dans le nord du Yorkshire ?"

"Je n'en ai jamais entendu parler," dit Sirius. "Ça vaut le coup. Je peux toujours espérer que les mangemorts ne l'ont pas fait non plus."


Ils ont transplané dans la petite ville balnéaire dont parlait Hermione quelques heures plus tard. Hermione pensait qu'elle se souviendrait de la maison quand elle l'aurait vue, alors ils ont marché dans les rues de la zone générale pendant un moment jusqu'à ce qu'elle s'enferme dans une petite maison au milieu d'une terrasse avec un extérieur en brique et des fenêtres peintes en bleu.

"Alohomora," murmura-t-elle, pointant sa baguette sur la serrure.

À l'intérieur, c'était exactement comme elle s'en souvenait avant que ses parents ne la vendent avant qu'ils ne partent en Australie. C'était daté. La décoration était très proche des années 40, avec quelques mises à jour mineures au fil des ans, comme la télévision dans le coin de la pièce. Ses parents n'avaient pas vraiment eu le temps de la retaper. Luna regardait cela avec beaucoup d'intérêt. Hermione contourna les canapés fleuris et passa devant la table à manger en bois sombre et se laissa entrer par la porte de la cuisine. De là, elle pouvait voir par les fenêtres du jardin, où elle avait joué enfant avec ses parents. À côté de l'évier, une seule tasse se tenait à l'envers sur l'égouttoir, preuve d'une dernière tasse de thé.

À l'étage, elle le savait, il y avait deux chambres et une salle de bain de taille raisonnable. Il y avait aussi des toilettes extérieures dans le jardin, car elle se souvenait que son père les avaient détruites et que cela n'était pas encore arrivé. Elles avaient été remplies d'araignées.

Ron aurait détesté ça.

Elle se pencha sur la surface de travail et regarda le hangar qui abritait les toilettes extérieures. Ron revenait à ses pensées plus souvent qu'auparavant maintenant qu'elles étaient dans le passé depuis un moment. Pour commencer, c'était presque comme s'il restait au Terrier, et elle ailleurs, et il ne faudrait pas longtemps avant qu'ils soient réunis.

Maintenant, elle se sentait plus loin de lui chaque jour qui passait.

Son visage couvert de taches de rousseur nageait dans son esprit lorsqu'elle parlait à Ginny, sa sœur formant un lien par les pensées. Mais c'était là quand elle a pensé à quelque chose qui les liait ensemble ; à Poudlard, la mention de Sirius du camping, l'idée de se heurter à un mangemort, les cicatrices sur son corps quand elle a mis sa magie sur eux ce matin-là pour les déguiser.

Et dans ses rêves.

Il lui était devenu difficile de comprendre à quel point elle avait été en colère contre lui le jour où elles avaient quitté l'avenir. Quand elle a creusé, la colère est revenue. Il avait été un âne. Mais c'était une façon affreuse de se séparer de quelqu'un, et si elle ne pouvait pas revenir ?

"Ça va bien ?" demanda Ginny.

"Je pense juste à Ron," dit-elle. "Il y a des araignées dans les toilettes extérieures, et ..."

"Mon frère est une mauviette," termina Ginny. « Tu sais, même après tout ce qu'il a fait, bordel il a fait face aux mangemorts et a détruit des horcruxes, et pourtant il a toujours peur d'elles ? Maman avait trouvé un épouvantard dans le grenier de la maison lorsque j'ai plus ou moins emménagé avec Harry, et Ron m'a proposé de m'aider à le gérer. » Elle s'arrêta. "Il m'a fait promettre de ne le dire à personne."

"Tu l'as déjà dit à Harry ?"

"Oui. Et George. Et ce journaliste de La Gazette du Sorcier. "

"Il va t'en vouloir pour ça."

"Je sais. Si nous revenons."

"Nous allons revenir."

Ginny avait l'air vaincue, ce qu'Hermione n'avait jamais vu auparavant. Ginny avait souvent été celle qui faisait bouger les choses, empêchait tout le monde de s'effondrer, surtout après la guerre. Ce n'était pas quelqu'un qui a abandonné.

"Je pense constamment à Harry," dit Ginny. "Demain, dans vingt-quatre ans, nous devrions nous marier."

"Cela ne signifie pas que nous ne pourrons toujours pas revenir dans le présent."

« Alors si tu continues à le dire. Et pas que je ne te crois pas. Je viens... »

"C'est difficile, n'est-ce pas, d'imaginer revenir."

"Ouais. Je pense beaucoup à maman aussi. Elle a à peine surmonté la perte de Fred. Comme les idiots que nous sommes, nous nous blâmons tous pour sa mort, alors que rationnellement ce n'était la faute d'aucun de nous, mais elle a été de loin celle qui s'est blâmée le plus. Elle disait que son seul travail dans la vie a été de nous garder en sécurité, et qu'elle a échoué. Et si nous ne revenons pas et que je suis partie pour toujours ? »

"Nous reviendrons."

"Si nous ne le faisons pas ?"

"Ta maman y survivra. Elle est assez forte."

"Ouais."

"Ginny, je ne voulais pas dire ça."

"Je sais. Je ne veux pas y penser. Mais peut-être que nous devons nous autoriser à y penser non à y croire de temps en temps. Pas tout le temps, évidemment. Pourtant il faut penser de façon positive, n'est-ce pas ? Nous reviendrons, à maman et Harry et Ron et même au reste de ces idiots. George. Teddy. Le père de Luna. Teddy n'est pas un idiot, ce n'était pas juste."

Sirius insista pour dormir sur le canapé dans un autre accès de galanterie, et donc Hermione se retrouva de nouveau seule dans une pièce. Elle prit la plus petite, qui contenait un lit double, laissant à Luna et Ginny la plus grande chambre. Aucune d'entre elles n'a pu trouver une quatrième couette, donc Sirius a été amené à chercher une variété de couvertures faites à la main pour se couvrir. Alors qu'ils se couchaient lors de leur première nuit à Saltburn, Hermione était sûre de l'avoir vu retirer la photo de James et Remus de sa poche et la glisser à côté de lui sur le canapé.

« Bonne nuit », dit-elle en se tournant pour monter les escaliers raides en bois.

« Bonne nuit, Hermione », entendit-elle en réponse.

Elle voulait toujours désespérément aller à la bibliothèque, et Sirius accepta de l'emmener dans quelques jours. Il a dit qu'il avait quelque chose à faire en premier. Ginny voulait rester derrière, marmonnant quelque chose à propos de la propreté de la maison, mais Luna a décidé de venir avec eux quand ils sont finalement partis pour la bibliothèque. Les trois d'entre eux transplanèrent vers leur destination, un défilé de shopping local dans un quartier obscur de Londres. Il y avait eu des jours meilleurs, avec une friterie, une laverie et une épicerie occupant trois des unités et les deux autres étaient vides.

Sirius se dirigea vers l'unité vide à côté de la laverie, qui était peinte de peinture rouge écaillée. "Nous sommes ici pour les livres", a-t-il déclaré.

Rien ne s'est passé.

"Es-tu sûr que c'est vraiment là ?" demanda Hermione.

"Nous sommes au bon endroit," dit Sirius en se grattant le nez. "Attends"

Il tapota la porte avec sa baguette et répéta les mots. La porte s'ouvrit, révélant une immense pièce remplie de livres.

"Noms et raison de votre présence en ce lieu ?" demanda une joyeuse sorcière assise derrière un bureau à gauche de l'entrée. Elle posa sa baguette, qui avait lancé un sort en direction de charmants livres pour les retourner dans leurs étagères.

"Euh, Jean Henderson", dit-elle, donnant le premier faux nom qui lui est venu à l'esprit. "Ici pour parcourir les différentes étales, ça marche ?"

"Allez-y," dit la sorcière. "Avez-vous des préférences ? La fiction est là-bas, les faits réels et documentations historiques par-là et organisés par sujet. Les magazines et autres périodiques sont à l'arrière, près des biographies. Coin lecture au centre, toilettes à droite."

« C'est incroyable », a déclaré Hermione en regardant les livres.

"Eh bien, je suis toujours convaincu que tout ce pour quoi tu es ici sera enfermé en toute sécurité," dit Sirius. Il enfonça ses mains dans les poches de son jean pendant qu'il parlait.

Luna s'était déjà éloignée dans les couloirs de la fiction, laissant Hermione et Sirius partir à la recherche de la section sur la théorie du temps. Il ne leur a pas fallu longtemps pour la trouver, niché entre ' Spiritisme et Spectres' et 'Métamorphose'.

"Je serai là," dit Sirius, prenant un fauteuil au bout de la rangée, et tirant le parchemin et la plume de sa poche.

Hermione voulait désespérément demander ce qu'il écrivait, mais son travail ici était plus urgent. Au lieu de cela, elle a commencé à scanner les titres dans la section assez petite, à la recherche de ceux qu'elle n'avait pas lus.

Elle en a trouvé quelques-uns, dont un intitulé Boucles ou Lignes Temporelles ? Une analyse des impacts des voyages dans le temps sur les chronologies futures et un autre sur les débuts du retourneur de temps. Les empilant dans ses bras, elle partit à la recherche de Sirius. Elle voulait aller à la section sur la mort sans qu'il ne le remarque.

Il avait laissé le fauteuil dans lequel il était assis.

C'était une chance pour elle d'aller dans une autre section sans surveillance, mais si ses soupçons à son sujet étaient corrects, cela pourrait être une mauvaise chose.

Elle irait rapidement à la section sur la Mort, puis chercherait Sirius. Combien de dégâts pourrait-il faire dans une bibliothèque publique ?

Il venait très probablement d'aller voir Luna.

Hermione avait sélectionné quelques livres de la section sur la Mort quand elle avait entendu des voix de l'autre côté des étagères. L'une des voix était familière, mais ce n'était ni celle de Luna ni celle de Sirius.

En y regardant de plus près, l'un d'eux ressemblait énormément à Remus Lupin.

C'était incroyablement grossier, mais elle a écouté. Retirer quelques livres de plus lui a permis de jeter un coup d'œil à travers les étagères.

"Continue, Lunard," dit la voix du jeune homme debout à côté d'un jeune Remus Lupin.

"Et s'ils me rejettent aussi ?" Cette version plus jeune de Remus était en train de cueillir les manches de son pull ample et légèrement usé, une habitude qu'il avait gardée dans son avenir. Il avait l'air en meilleure santé que lorsqu'elle l'avait rencontré dans le Poudlard Express, sans cheveux gris, moins de cicatrices et plus de poids sur son corps. Son cadre grand et large avait toujours semblé légèrement hors de proportion pour le loup-garou, mais dans cette réalité, il avait juste l'air puissant.

"Ils ne te connaissent pas. Cela signifierait probablement qu'ils n'ont pas d'emploi à pourvoir. Ce n'est pas personnel." L'autre jeune homme avait les cheveux foncés et en bataille. Des cheveux comme ceux d'Harry. C'était James Potter, sans aucun doute. L'estomac d'Hermione se retourna. Elle regardait directement le père d'Harry, et c'était tellement dangereux.

James et Remus continuèrent de se disputer, culminant lorsque James attrapa le morceau de parchemin que Remus tenait dans sa main et se dirigea vers la sorcière de la réception. Hermione allait s'éloigner au fur et à mesure et replaça les livres, mais elle s'arrêta net.

Il y avait des yeux regardant à travers les étagères de l'autre côté du duo.

Des yeux gris.

Sirius savait que Remus et James seraient ici, et il les regardait.

Lorsqu'elle fut sûre que James et Remus étaient hors de vue, Hermione se précipita entre les rangées d'étagères pour trouver Sirius. Entrant en contact avec lui avec une certaine force, comme il était plus loin vers la fin de la ligne d'étagères qu'elle ne l'avait imaginé, elle le saisit par le bras et commença à le ramener dans la bibliothèque. Une fois bien cachée dans la section Divination, où personne ne serait assez stupide pour venir les déranger, elle le plaqua contre les livres avec sa baguette. Les titres qu'elle tenait sous son bras tombèrent sur le sol.

"Qu'est-ce que tu fous en train d'espionner James et Remus ?" siffla-t-elle aussi doucement qu'elle le pouvait.

"Comme toi, j'imagine," dit-il, gardant un contact visuel avec elle et évitant de regarder sa baguette.

"Tu t'attends vraiment à ce que je te crois ?"

"Je le fais."

"Tu essayes de changer les choses !"

« Si je faisais cela, tu ne penses pas que je serais allé leur parler ? Hé, James, n'écoute pas Sirius dans quelques années et ne donne pas autant de coups de pied à Peter que tu le peux. Remus, quand tu iras en mission pour le compte de l'Ordre au Manoir Malfoy dans un an ou deux, tu ne laisseras pas Marlène seule ? »

Elle baissa sa baguette.

"Je ne sais pas si je dois te faire confiance."

"Je t'aide, Hermione. Si tu ne veux pas me faire confiance, je ne peux rien faire pour toi, mais s'il te plaît ne pense pas que je suis stupide."

"Je viens de voir quelque chose d'assez intéressant", fit la voix de Luna Lovegood, arrondissant le bout des étagères avec une brassée de romans sorciers. "Je pense que c'était notre ancien professeur Lupin, là-bas, avec le père d'Harry."

"Nous les avons vu", dit Hermione d'un ton laconique. Et elle était certaine que Sirius savait qu'ils étaient là, même s'il n'allait pas l'admettre.

"Je pensais que tu aurais pu," dit Luna, ses yeux passant d'Hermione à Sirius. « Ils sont partis maintenant. C'est une drôle de coïncidence qu'ils étaient là en même temps que nous, n'est-ce pas ? Hermione, tu as laissé tomber tes livres. »

La coïncidence n'était que peu probable en effet, même Luna l'avait décelé, elle n'était pas folle pensa Hermione, alors qu'elle ramassait ses livres. Le dernier avait été ramassé par Sirius, dont la main effleura doucement la sienne alors qu'elle allait le lui prendre.

« Fais-moi confiance », a-t-il dit en renonçant à son emprise.

End Notes:

Dîtes-moi ce que vous en avez pensé ? Que pensez-vous du comportement de Sirius dans les deux derniers chapitres ? 

J'ai hâte d'avoir votre réaction !

Bisous de moi :)

 

Ps : je publierai trois nouveaux chapitres demain.

Chapitre 7 : Escalade by Miss Delavergne
Author's Notes:

Hey :),

Je dédie ce chapitre à Cara2302 pour m'avoir encouragée, grâce à toi j'ai vraiment le sentiment que j'ai bien fait de vous traduire cette pépite.

ATTENTION, CE CHAPITRE CONTIENT UNE SCÈNE DESCRIPTIVE DE MALTRAITANCE INFANTILE ET DE TORTURE.

Si jamais ceci vous heurte, vous êtes prévenus.

<3

Sirius, août 1978, Saltburn.


Ginny et Luna jouaient à la Bataille Explosive quand Sirius entra dans le salon un soir d'août, un petit tas de cartes posé sur la table basse carrelée devant elles. La porte se referma derrière lui alors qu'il se jetait sur le canapé et commençait à retirer ses bottes.

"Oh, salut Sirius! ," dit Ginny avec un regard sur son visage qui suggéra que quelque chose n'allait vraiment pas. Il a cessé d'essayer d'enlever ses bottes.

"Je me cacherai, si j'étais toi", dit Luna, jetant une carte sur la pile. "Ou si tu ne veux pas faire ça, je te recommanderai de lancer un charme de bouclier très puissant."

Sirius était sur le point de demander pourquoi quand il reçut une réponse à sa question de lui-même. L'autre porte du salon s'ouvrit et Hermione la traversa, ses yeux lui lancèrent des éclairs et ses cheveux sauvages se dressèrent derrière elle sur son passage. Elle lui lança un sort avant qu'il ne puisse sortir sa baguette, et il tomba sur le sol.

« Petrificus Totalus ! » Cria-t-elle, et le corps de Sirius se raidit. Il s'est agenouillé.

"Est-ce vraiment nécessaire ?" demanda Ginny, ses sourcils s'élevant. "Il ne t'a pas attaqué ou quoi que ce soit que je sache."

"Je sais ce qu'il fait !" cria-t-elle en agitant un cahier très familier en l'air. Les sourcils de Luna s'enfoncèrent dans sa frange. Ginny soupira.

"Allez, Luna," dit-elle. « Je ne veux plus écouter Hermione crier après Sirius. Allons faire les courses. C'est ce que nous retardions de toute façon. »

"Pour être juste envers Hermione, elle ne lui a pas crié dessus pendant au moins trois semaines, et parfois il le mérite," dit Luna, mais elle suivit quand même Ginny.

"Tu as fait une liste de tous les mangemorts, et tu as inscrit qui ils ont tué durant la première guerre à côté de ces derniers ! Et tu as même foutu les dates! Et et..."

Il était peut-être prévisible qu'elle aurait parcouru ses affaires. Il aurait dû y penser.

Cela prouvait qu'elle se méfiait de lui, ce qu'il pensait qu'elle faisait.

"Qu'est-ce que tu vas faire avec ça ? Qu'est-ce que tu planifies, Sirius Black ?"

Même s'il voulait répondre, il ne pouvait pas, car elle lui avait fermé la bouche à l'aide d'un sortilège. Il était réduit au silence jusqu'à ce qu'elle ne le relâche. Ou, jusqu'à ce qu'elle ait fini de crier et ne s'éloigne, et que Ginny rentre à la maison pour lancer le contre-sort. Même s'il y réfléchissait longuement, il ne pouvait pas décider si Luna le sauverait ou non.

Ce n'était pas un problème de toute façon. Il pouvait justifier ses actions, et si Hermione criait avant qu'il ne puisse expliquer tout cela, il serait plus facile de saisir les bons mots et de l'attendrir.

"Tu essayes de changer l'avenir, n'est-ce pas ? Je pensais que tu m'avais comprise ! J'espérais que tu le comprendrais ! Tu ne le fais pas, n'est-ce pas ?"

Étonnamment, elle se laissa tomber dans le fauteuil que Luna avait quitté et se mit à pleurer, sa baguette tombant sur le côté.

Sirius était toujours par terre, incapable de bouger ou de parler. Ce qui pouvait-être positif au final, car il n'était pas sûr de ce qu'il ferait ou dirait de toute façon à ce stade. Il pourrait bien aggraver les choses, et elle ne semblait plus vouloir lui lancer un sort.

"Pourquoi personne ne comprend les conséquences que cela pourrait provoquer ?" elle sanglotait.

Il pensait que c'était injuste. Il l'avait comprise. Le fait était qu'il comprenait les conséquences s'il pouvait changer le passé. Il pourrait le faire mieux, avec les connaissances qu'il avait, et si elle lui en disait plus, il pourrait en faire encore plus. Mais elle ne le ferait pas, alors elle condamnait vraiment ce putain de monde toute seule.
Elle marmonna le contre-sort et Sirius se releva.

"Pourquoi, Sirius ?" elle a demandé. Elle était maintenant sur ses genoux dans le fauteuil, perchée sur le bord et le regardant de près. Des larmes étaient toujours sur son visage, mais elle avait cessé d'en produire de nouvelles.

"Parce que je vais arranger les choses."

"Que veux-tu faire de bien ?"

"Sauver James et Lily. Remus. Marlène. Caradoc. Gideon et Fabian. Harry pourrait avoir une famille. La femme de Benji Fenwick était enceinte. Les enfants d'Edgar Bones pourraient aller à Poudlard et avoir une vie."

"Tu ne peux pas." Le ton plat de sa voix le mettait en colère. Comment osait-elle le dire comme ça ? Savait-elle même à quel point ça lui faisait du mal ?

"Ok. Harry a survécu. Je t'ai entendu parler de Ron Weasley, il a survécu. Tu as toujours ton meilleur ami et ton petit ami, et qu'est-ce que je reçois en retour ? Des amis morts, Hermione, près de douze années passées à Azkaban, et pas de putain d'avenir."

"Tu ne sais rien !"

"C'est ça, qu'est-ce que je ne sais pas ?" il se renfrogna. Elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'était la perte, cette jeune fille avait traversé la guerre et ça l'avait à peine touchée. Elle n'en avait aucune idée.

Il avait très envie de la jeter dans une pensive et de lui montrer chaque mort qu'il avait vue, chaque famille qu'il avait vue déchirée, les funérailles, le fait d'attendre assis sans pouvoir rien faire et d'entendre les nouvelles, le putain de vide horrible qu'il avait ressenti assis dans les geôles d'Azkaban sans rien, puis de parvenir à s'échapper mais qu'il n'y ait toujours rien, aucun avenir en perspective. Remus était bien là, mais essayait de se suicider, Harry s'éloignait de lui en retournant chaque année à Poudlard. Juste Sirius, Kreattur et Buck, seuls, dans cette maison infâme.

« Putain mais tu ne sais pas, tu n'as pas la moindre idée de toutes les merdes que j'ai dû endurées espèce de salaud égoïste ! Juste parce que tu ne sais pas qui j'ai perdu ! Les putains de moldus ne t'importent pas j'imagine ? Oui, c'est ce que tout le monde ressentait t'inquiète. J'ai dû sauver mes parents moi-même et je les ai quand même perdus. C'est comme s'ils étaient morts, je me suis baisée moi-même, Sirius ! Je les ai oubliétés et ils ne me reconnaissent pas maintenant. Ce ne sont plus mes parents et je ne peux pas les récupérer ! »

Il s'éloigna d'elle alors qu'elle bondissait sur ses pieds en avant, brandissant sa baguette.

"Fred Weasley, ça veut dire quelque chose pour toi ? Je me souciais aussi de Remus. Et de Tonks. Putain même de Lavande, j'ai partagé une chambre avec elle pendant six ans, même si elle avait couché avec Ron et que je la détestais un peu pour ça. Tu ne sais même pas qui il y a eut d'autre, parce que tu n'étais pas là, et tu ne pensais pas qu'il pouvait y avoir des gens ? Coincé dans ton putain de monde égoïste !"

Elle agitait toujours sa baguette, des étincelles rouges et oranges volant à ses extrémités. Elle ne semblait pas disposée à le maudire, même si elle avait l'air proche. Au lieu de cela, elle le poussa fermement dans le canapé derrière lui, et le regarda avec mépris dans les yeux.

"Ne présume jamais que tu es le seul à avoir perdu quelque chose", dit-elle froidement et elle sortit en courant de la salle à manger. Il entendit la porte arrière s'ouvrir et se refermer.

Sirius gisait là où il avait été jeté. Il aurait dû penser aux pertes des autres, mais peut-être aurait-elle dû dire quelque chose aussi. Ce n'était pas exactement de sa faute si elle lui avait seulement parlé de Remus. Elle avait été tellement occupée à garder ses connaissances de l'avenir pour elle qu'elle n'avait pas pensé à l'impact que cela pourrait avoir sur les autres. Et même le toucher.

Donc Tonks était morte dans le futur elle aussi. Elle lui avait balancé ça pour lui faire du mal.

L'avait-elle fait sciemment ?

C'est peut-être ce qu'elle voulait dire par égoïste.

Ça lui avait fait du mal.

Elle a dit qu'elle se souciait aussi de Remus. Elle souffrait également de la mort de Remus.

Pas autant que lui, il était prêt à deviner. Remus était le meilleur ami qu'il avait eu.

Cela importait-il ?

Ça ferait encore mal. Il n'avait pas eu les mêmes émotions à l'égard de Caradoc, ou de Marlène, ou de Benji, à l'instar de la douleur sourde qu'il avait ressenti à la mort de James et Lily puis en apprenant pour Remus, mais leur mort avait toujours fait mal.

Elle marquait peut-être un point.

Il devrait s'excuser.

Il resta allongé sur le canapé pendant deux heures avant de savoir ce qu'il allait dire.

Elle était assise dans l'arbre au bout du jardin, perchée sur une large branche à mi-hauteur. Un pied pendait, l'autre reposait sur une branche inférieure et ses mains s'emmêlaient parmi les feuilles. Peut-être délibérément, elle regardait loin de la maison, regardant par-dessus les toits vers la mer.

"Hermione ?" appela-t-il, traversant l'herbe.

Elle bougea légèrement au son de sa voix, mais ne se retourna ni ne regarda vers lui. Ses cheveux pendaient dans son dos en une tresse épaisse, et elle portait le haut en or brillant qu'ils avaient acheté le premier matin de leur séjour dans le passé. La couleur lui convenait parfaitement au teint et sa peau brillait au clair de lune.

"Hermione ?" il a encore essayé. Cette fois, il n'y a pas eu de mouvements.

Sirius s'arrêta au bas de l'arbre. Il allait dire les mots qu'il avait passé deux heures à trouver et à mémoriser, qu'elle le reconnaisse ou non, et au moins il le lui aurait dit.

"Je suis désolé", a-t-il dit. "Je suis désolé de t'avoir menti."

Il l'imaginait peut-être, mais il pensait avoir entendu un soupir de colère au-dessus de lui. Il continua de parler, se concentrant sur la plante nue de ses pieds car il ne pouvait pas voir son visage.

"Je veux juste... Écoute, je ne sais pas vraiment comment exprimer tout ce que je veux te dire, car cela fait très longtemps que je ne l'ai pas fait. Mes amis, Hermione, ils étaient ma famille. Ils étaient tout ce que j'avais quand je n'avais rien. Ils m'ont montrés un monde où je pourrais être celui que j'ai choisi d'être, pas la personne que j'aurais dû être et que ma famille désirait. Ils étaient là quand cette famille a fait les pires choses possibles, et ils sont venus me chercher après. Je ne sais pas qui je serais sans eux pour me définir."

« Je ne sais pas comment survivre dans un monde où ils n'existent plus. Tu as dit que j'étais égoïste. Je le suis. Je veux qu'ils vivent pour des raisons égoïstes. Mais je veux surtout qu'ils aient une vie meilleure. James aurait vraiment pu, il avait tout pour lui. Remus le méritait aussi. Je... je ne sais pas si je le fais. Je ne sais pas si tu as raison et je devrais l'accepter. »

Il s'assit au pied de l'arbre, contre le tronc et passa ses mains dans l'herbe. Elle était mouillée et il pouvait sentir l'humidité s'infiltrer dans son jean.

Sa voix descendit de l'arbre, crépitant légèrement alors qu'elle parlait.

« J'ai toujours essayé de savoir qui tu es. Quel genre de personnes tu es. Lequel des nombreux Sirius Black est le vrai. »

"Fais-le-moi savoir quand tu le découvriras, d'accord ?"

Elle rit, mais ce n'était pas un ton moqueur. C'était doux et agréable, comme si elle le comprenait.

"Je le ferai."

"Puis-je monter ?"

"Je ne sais pas. Peux-tu ?"

"Je ne veux pas m'immiscer." Elle a pris cet espace d'assaut pour s'éloigner de lui, et il la suivait ici. Cela avait été une si mauvaise idée.

Elle rit encore. "Non, je veux dire, peux-tu grimper à un arbre ?"

"Je n'ai jamais essayé", a-t-il répondu.

Sirius se leva du sol et attrapa une branche basse à proximité, essayant de se balancer vers le haut avec sa force limitée du haut de son corps. Il a essayé de cette façon plusieurs fois avant que son emprise ne lui fasse défaut et il a atterri sur l'herbe.

"Merde."

« Utilise tes jambes », a-t-elle dit. « Contre le tronc. Avec ses pieds, c'est plus facile. »

Il lança ses bottes dans l'herbe et essaya, il parvint presque à remonter le tronc suspendu à la branche basse. Avec un énorme effort et quelques grognements, il a réussi à se hisser dans l'arbre. Elle était un peu plus haute que lui. Il était capable de se mettre à son niveau avec un peu plus de grâce qu'il ne l'avait montré en entrant dans l'arbre en premier lieu.

Cueillant une branche, il s'organisa de la manière la plus confortable qu'il put trouver. Ce n'était pas particulièrement confortable et il ne se sentait pas très en sécurité.

"Bonjour," dit-il.

« Regarde la mer », a-t-elle répondu.

Il n'avait pas apprécié l'attrait d'être en haut de l'arbre jusqu'à ce moment-là. La mer était clairement visible d'ici, et la montée et la chute des vagues étaient presque hypnotiques. Il y avait un doux reflet du clair de lune sur l'eau, les faisant briller alors qu'elles traversaient la côte et revenaient à un rythme prévisible. Un navire était visible à l'horizon, si vous regardiez au-delà de la jetée, et des étoiles brillaient dans le ciel.

C'était beau.

Il regarda Hermione, qui avait aussi regardé les vagues.

« J'avais l'habitude de grimper aux arbres tout le temps, quand j'étais enfant », a-t-elle déclaré, toujours en regardant la mer. "Il y avait ces enfants, dans ma classe, qui m'ont intimidés. Utilise-t'on ce mot dans le monde sorcier ?" Sirius acquiesça. « Ils me chassaient du parc s'ils me voyaient, alors je grimpais à un arbre où ils ne pouvaient pas me rejoindre. »

"Pourquoi ?" Il a demandé. "Pourquoi t'ont-ils intimidé ?"

« Je pense qu'ils savaient que j'étais différente. J'ai supposé que c'était parce que j'étais toujours dans mes livres et que j'étais trop désireuse de répondre aux questions en classe. Un peu comme l'animal de compagnie d'un professeur, même. Mais c'était peut-être plus que cela. Certains d'entre eux étaient aussi intelligents. Je pense maintenant qu'ils pouvaient sentir la magie et avaient peur. »

"Cela ne signifie pas qu'ils auraient dû t'intimider."

« Non, ce n'est pas le cas. Mais quand les gens ont peur, je pense qu'ils font des choses qu'ils n'auraient pas faites autrement. N'est-ce pas ce qu'a fait Voldemort ? Il a manipulé les peurs des gens pour leur faire faire ce qu'il voulait, ou du moins pour ne pas qu'ils agissent contre lui. »

"Regulus."

"Ton frère ?" Elle le regarda dans les yeux pour la première fois depuis qu'il était sorti.

« Il avait peur de mes parents. Il... il n'était pas mauvais. Pas vraiment. Il a pris peur, tu sais, et a essayé de quitter les mangemorts. Essayer. J'ai oublié quand exactement cela s'est produit. Mais il les a quand même rejoint, et il a certainement tué et torturé des personnes, parce qu'il avait peur de nos parents et il avait peur des autres mangemorts. Peur de Voldemort. Nous étions tous effrayés, mais Regulus était là, tu sais, physiquement proche de l'homme. »

Penser à Regulus lui faisait mal. Il voulait aussi sauver Regulus, mais Regulus avait fait ses propres choix et cela n'allait pas être possible.

"Il était très courageux, ton frère."

« Sais-tu quelque chose sur lui aussi ? Non attends. Ne me dis rien. Je ne pense pas que je veuille savoir ce qu'a fait cet idiot. »

"Je le ferai si tu veux."

Cela surprit Sirius. Elle avait toujours repoussé son désir d'en savoir plus sur l'avenir selon lui, car elle pensait que cela le ferait courir la tête la première afin d'essayer d'arrêter les choses. Et elle était là, lui offrant des informations sur son frère.

Pensait-elle qu'il avait changé et qu'il se contenterait de laisser le monde fonctionner comme avant ? Parce que ce n'était pas le cas. Il était toujours aussi déterminé, il prévoyait juste de changer son approche.

C'était peut-être elle qui changeait.

"D'accord."

Il n'était toujours pas sûr de vouloir entendre ça. Mais les informations devraient lui fournir des pistes, c'était une bonne chose.

« Regulus a volé quelque chose à Voldemort. Je ne sais pas ce qui l'a provoqué, sauf qu'il avait eu une sorte d'interaction avec Lucius Malfoy au moment où il l'a fait et que Regulus avait fait irruption depuis le Manoir Malfoy. La chose qu'il avait volée... ça aidait à garder Voldemort en vie, essentiellement. Il l'a découverte quand il a recommandé Kreattur à Voldemort, a dit à Kreattur de revenir, et Kreattur lui a dit ce que c'était. Il est allé là-bas, il a pris l'article et il est mort en le faisant. C'est Kreattur qui nous a raconté cette histoire. »

"Bordel de merde, Regulus. Qu'est-il arrivé à l'article ?"

"Ron l'a détruit quelques années plus tard. Sache que la façon dont il est arrivé jusqu'à Ron implique Kreattur, Mundungus Fletcher, Dolores Ombrage et Severus Rogue, donc un large éventail de tes personnes préférées."

Il en rit, un petit rire qui le surprit quand il sortit de sa bouche.

"Dung n'était pas si mauvais, tant que tu ne comptais pas sur lui."

"Il a volé des tas de choses précieuses dans ta maison juste après ta mort."

"Cela ne me surprend pas," dit Sirius. "Je parie que je n'en voulais pas de toute façon."

"Probablement pas. Harry s'est toutefois mis en colère contre lui en lui reprochant de mépriser ta mémoire."

Sirius rit. Il pouvait imaginer Harry faire ça. C'était un bon garçon. Serait plutôt. Son retour dans le passé n'aidait pas, il était difficile de savoir ce qui convenait ou pas, cela le confondait dans le meilleur des cas.

"Mon petit frère s'est avéré être un héros", a-t-il dit, après quelques instants de silence. Il savait que Regulus avait essayé de partir. Il avait toujours supposé que cela avait été découvert et qu'un mangemort l'avait tué sur les ordres de Voldemort. Non pas qu'il soit mort en faisant une chose courageuse et noble, une chose très Gryffondor. Il se demanda si les mangemorts avaient jamais su ce qui était arrivé à Regulus. Ses parents savaient qu'il était mort ; il avait supposé qu'ils avaient été informés par les mangemorts mais c'était certainement Kreattur.

L'article, cependant.

Quelque chose qui a gardé Voldemort en vie.

Il a fouillé dans les parties les plus sombres de son cerveau, les parties où il a gardé des souvenirs de sa vie avec ses parents.

Horcruxes.

"C'était un horcruxe ?" il lui a demandé.

"Comment en sais-tu autant à ce sujet ?"

"Il y avait beaucoup de sorciers sombres dans ma famille," dit Sirius. « Et ceux-ci n'étaient pas très bons pour éloigner les enfants de ce qui n'était pas approprié pour eux. »

"Mais pas Regulus", dit-elle.

"Non, Regulus n'était pas un sorcier sombre. Juste quelqu'un de très effrayé."

Elle sourit, un sourire doux et triste. "C'était un horcruxe."

"Ce bâtard. Je suis content que mon frère l'ait volé."

"Même s'il devait mourir ?"

Sirius n'était pas sûr. Il était un mangemort, et sa croyance avait toujours été que les mangemorts méritaient ce qu'il leur arrivait. Mais ce n'était pas le cas, pas vraiment. Il avait été marqué par peur et il avait essayé de se racheter.

"Regulus ne méritait pas de mourir."

« Personne ne le mérite », a-t-elle déclaré.

« Vraiment ? Et Voldemort ? Bellatrix ? Dolohov ? " Demanda Sirius. "Des tas de vrais méchants, qui ne le faisaient pas par peur mais parce qu'ils le voulaient."

"D'accord, pour ces trois-là," dit Hermione, frottant les cicatrices fortement déguisées sur son bras et pensant à Remus et aux cicatrices le long de sa poitrine. "Et j'ajouterai Ombrage."

"Mangemort ?" demanda Sirius.

« Le monde ne se divise pas entre braves gens et mangemorts », a-t-elle déclaré.

Il se souvenait de cette ligne. "Je n'ai pas dit ça à Harry ?"

"Tu l'as fait."

« Eh bien, je dois avoir raison si je le dis », a-t-il déclaré. Il étendit ses jambes, qui devenaient des crampes en se tenant dans l'arbre. Il n'avait toujours pas l'impression de pouvoir se détendre ici. Hermione le fit, d'ailleurs ses mains étaient maintenant posées entre les branches plutôt qu'accrocher fermement laissant de petites jointures blanches comme sur les siennes. "Et d'ailleurs, mes parents n'ont jamais pris la marque."

"Tes parents ?"

"De mauvaises personnes, pas des mangemorts."

"Oh." Elle attendait qu'il continue.

« Après avoir été réparti à Gryffondor, je souhaitais que Regulus le soit aussi. Je pensais que nous pourrions tous les deux leur échapper. Mais il n'en fut pas ainsi, et il ne le pouvait tout simplement pas. Ils ont gardé la vis beaucoup plus serrée, après que j'ai commencé à me rebeller. Cela m'a rendu plus rebelle. Cela le fit se cacher d'eux, mais cela ne fit pas changer ses pensées. Cela n'a pas changé nos pensées. »

Il ne savait pas où il allait avec ça. Parler de ses parents ne s'était jamais bien terminé pour lui, et il était de loin préférable que ces pensées là restent à leur place, repoussées dans les parties les plus éloignées de son cerveau. Sirius savait à quoi aboutirait de parler de ses parents, et ce n'était pas le moment pour tout ça.

Sa bouche avait d'autres idées et continuait à parler malgré lui.

« Ils ont commencé par être tout à fait normaux. Tu sais, une manipulation en douce comme celle que j'ai vue faire par d'autres parents. Puis ça s'est empiré. Je suis allé à Gryffondor, et ils s'en sont pris physiquement à moi ce Noël-là. J'étais fou de penser que Regulus irait un jour à Gryffondor après ça. Ils l'ont fait regarder. Ils connaissaient toutes sortes de sortilèges de magie noire, Hermione, et ils n'avaient pas peur de les utiliser, même sur moi. »

Elle était immobile et silencieuse, le profil de son visage le plus proche de lui était illuminé par la lune. Elle écoutait et le laissait diriger.

« Je n'ai rien dit à personne pendant des années. Comment peux-tu dire à quelqu'un que tes propres parents te maudissent, t'affament, essaient de te faire faire des choses horribles sous la menace de la douleur ? »

Elle le regardait toujours parler. Il baissa les yeux sur l'herbe. Il était content qu'elle ne réagisse pas. C'était plus facile que si elle avait eu l'air horrifié.

« Je... je voulais tellement qu'ils s'arrêtent que j'ai fait une des choses qu'ils m'ont demandé une fois. J'ai maudit un moldu. Mon père avait sa baguette braquée sur moi, et ma mère se tenait derrière. Ils m'ont emmenés sur la place et m'ont fait choisir un moldu à maudire. Ils ont regardé mon visage pendant que je le faisais, et quand j'ai essayé de m'arrêter avant de penser que je devrais, il a soufflé dans mon dos. Je... j'ai fini le travail bien malgré moi et ensuite ils m'ont laissés courir dans la maison. »

Il y avait bien plus d'un millier de brins d'herbe sur la pelouse. Peut-être un million. Peut-être pourrait-il les compter au lieu de raconter cette histoire. Ses chaussures étaient sur l'herbe. L'une d'elles était de son côté. Combien de brins d'herbe étaient en dessous.

« C'était l'été de l'année de mes treize ans. À la fin de ma deuxième année. J'ai ressenti les pires émotions que j'ai jamais ressenti dans ma vie, je l'ai revécu constamment quand j'étais à Azkaban. J'aurais dû refuser. J'aurais dû les maudire. Je ne l'ai plus jamais refait, Hermione, tu dois me croire ! »

"Je te crois. Tu n'es pas un homme mauvais, Sirius."

"J'ai fait de mauvaises choses. Je ne crois pas que je ne les referai plus. Pas à un moldu, bien sûr. À quelqu'un d'autre. Quelqu'un qui le mérite vraiment."

"Les bonnes personnes font de mauvaises choses. Une mauvaise personne n'aurait pas ce niveau de remords. Voldemort n'avait plus d'âme, même quand il en avait le plus besoin. Bellatrix non plus. C'est pourquoi ils ne seront pas pardonnés."

"Je ne peux pas me pardonner."

« Peut-être que tu le feras, avec le temps. Tu ne l'as pas fait par choix. »

"Mais je l'ai fait pour les mêmes raisons pour lesquelles Regulus a rejoint les mangemorts, et je ne peux pas lui pardonner."

Il enleva ses mains de la branche qu'il tenait et commença à retrousser son t-shirt dans son dos.

"C'est la cicatrice", a-t-il dit en désignant un endroit qu'il ne pouvait pas voir mais qu'il connaissait bien dans le bas de son dos. Il savait que c'était une cicatrice ronde, peut-être d'un pouce de large, avec un bord inégal et une partie légèrement surélevée sur le côté gauche.

"Sirius," dit Hermione en se penchant en avant. "Il y en a tellement."

« Mes parents étaient de mauvaises personnes. Les Black le sont généralement. »

Elle toucha la marque de brûlure du jour où il avait torturé le moldu. Ses doigts heurtèrent la partie surélevée et tourbillonnèrent sur les bords en un doux cercle qui parlait de pardon. Il se détendit, juste un tout petit peu. Il se souvenait pourquoi il avait été si tendu. Ce n'était pas le sujet dont ils parlaient. C'est parce qu'il se trouvait dans un putain d'arbre.

"Tu ne l'es pas."

"J'ai blessé un moldu, un moldu innocent."

"Tu n'avais même pas treize ans."

"Assez vieux pour mieux savoir."

"Tu étais un enfant." Ses doigts traçaient maintenant des lignes entre toutes les cicatrices, glissant de long en large."Dis-moi, honnêtement, que tu penses que nous devrions tenir tout autre enfant de quasiment treize ans, maltraité et effrayé, responsable de ses actes, si leurs parents les y obligeaient ?"

Il était silencieux. Il ne pouvait pas dire ça. Ils n'étaient pas responsables.

« Alors pourquoi es-tu si spécial que nous devrions ? Ils te torturaient autant que tout ce que tu as fait ce jour-là, Sirius. »

Elle retira ses mains de son dos et roula le t-shirt vers le bas. Son dos était froid maintenant, et il y avait une petite partie de Sirius qui voulait lui demander de continuer. Il n'avait pas besoin de sa pitié, cependant.

Il a peut-être merdé, mal agis, il y a toutes ces années, mais il pourrait arranger les choses.

Peut-être pas pour ce moldu, il n'avait pas un indice pour retrouver cet homme. Mais il pouvait pour les autres arranger les choses, grâce à ses actions, ou à son absence d'actions, lui qui avait mal fait.

"Tu n'as jamais répondu à ma question."

Gracieusement, elle manœuvra à travers l'arbre pour s'asseoir sur la même branche que lui et passa son bras autour de son dos.

« Je ne suis pas spécial. C'est le but. J'ai fait des choses terribles et je n'ai pas pu sauver mes amis. »

"Nous avons tous eu quelqu'un que nous n'avons pas pu sauver", a déclaré Hermione. Elle pensait à quelqu'un peut-être pas un en particulier. Sirius pouvait de nouveau voir ses yeux dériver vers la mer, et il y avait un air de souvenirs dans ses yeux. Il voulait demander qui elle n'avait pas sauvé, mais elle ne le lui aurait pas dit. La seule information volontaire qu'elle avait donné concernait Regulus, et c'était probablement calculé.

Elle avait parié qu'il ne voudrait pas changer la mort de son frère. Peut-être que Harry n'aurait pas survécu sans ça. Peut-être qu'elle ne l'aurait pas fait non plus.

Outre. Il lui gardait des secrets. Elle avait droit d'avoir les siens.

"Je suis désolé pour tes parents", a-t-il dit.

« Ça va », a-t-elle dit. « Ça fait mal, mais tu sais comment c'est. Nous pouvons être forts, parce que nous devons l'être, lorsque nous perdons de la famille. »

« Je sais », a-t-il dit. "James et Remus étaient de la famille. Ainsi que Regulus."

"Je suis désolée, nous ne pouvons pas les aider."

"Ouais. Je sais." Il fit une pause avant de poursuivre : « Est-ce mal que je ne puisse toujours pas lui pardonner ? À Regulus, je veux dire. Je veux l'aider, mais je ne peux pas pardonner ce qu'il a fait. »

« Je ne pense pas. Je... j'ai mis beaucoup de temps à pardonner à certaines personnes. »

" Tu ne me diras pas qui."

"Non."

Bien plus tard, vers minuit, Sirius rentra du jardin. Hermione l'avait précédé et était probablement au lit maintenant, mais il avait voulu avoir le temps supplémentaire de réfléchir. Elle avait eu raison à propos du fait que la montée et la chute de la mer étaient calmantes.

"Bonsoir, Sirius," vint une voix éthérée de l'ombre dans la cuisine. Luna, assise à la petite table de la cuisine semblait écraser et mangeait un bol de soupe. "Tu as l'air d'avoir beaucoup de choses à l'esprit."

"Juste des trucs."

« Oh oui, je comprends. C'est assez difficile, n'est-ce pas, de trier ses pensées. Je me bats avec ça moi-même. »

Sirius se dirigea vers l'évier et se versa un verre d'eau. Il ne s'était jamais tout à fait fait au cristal moldu. Si fragile. Il avait laissé tomber l'un des verres lors de leur premier jour ici et il s'était écrasé partout, se divisant en minuscules fragments au contact du sol carrelé de la cuisine. Au moins, ils avaient pu nettoyer avec des méthodes sorcières.

"Ça va ?" dit-il à Luna.

"Parfois, j'ai l'impression qu'il y a un joncheruine dans mon cerveau."

Sirius n'avait aucune idée de ce que c'était.

« J'ai raconté tout cela, tu sais. Je ne sais toujours pas exactement où nous en sommes, mais c'est une expérience intéressante en psychologie. Papa pourrait imprimer une partie de l'histoire, à notre retour. »

"Luna ?" dit Sirius. "Sais-tu pourquoi Hermione est si réticente à ce que quelque chose change, dans le futur ?"

"Il est difficile de percevoir ce que tu ne sais pas être vrai, sans aucune preuve", a déclaré Luna. « Et Hermione a toujours eu un esprit plutôt fermé, si tu me le demandes. Elle trouve qu'il est presque impossible d'établir un lien entre une idée et les réalités possibles. »

"Ouais." Sirius n'était pas entièrement sûr d'avoir compris.

"Et la peur", a déclaré Luna. « Elle a peur de perdre Harry et Ronald. Je ne sais pas si elle le sait elle-même, mais elle le fait. » Elle fit une pause, griffonnant quelque chose sur le parchemin à côté d'elle. "Bien sûr, nous pouvons tous être morts de toute façon."

« Merci Luna. Je vais essayer de dormir. »

"Bonne nuit, Sirius."

Il arrangea ses couvertures autour de lui sur le canapé, essayant de s'y envelopper sans qu'aucune partie de son corps n'en ressorte. Il a compris ce que c'était de ne pas vouloir perdre des gens. C'est pourquoi il était ici, après tout, mais il souhaitait juste qu'elle soit tout de même un peu plus honnête avec lui au sujet de ses motivations.

End Notes:

Qu'en pensez-vous ?

 

Sirius a vraiment eu une vie horrible :(. Cette histoire devrait être canon haha.

 

Bon, pour vous faire plaisir je vous propose des chocogrenouilles en échange de reviews si ça vous dit bien sûr ;).

 

Bisous de moi !

Chapitre 8 : Pain rassis by Miss Delavergne
Author's Notes:

Re,

Les sempiternelles jérémiades d'Hermione nous dirigent doucement vers un peu d'action en fin de chapitre. Préparez-vous!

En espérant que vous passerez un bon moment,

Bonne lecture :)

Hermione, août 1978, Saltburn.


Suite à la nuit où elle n'avait pas pu s'empêcher de lui crier dessus et à leur cœur à cœur dans l'arbre qui avait suivi, Hermione n'avait plus vu Sirius pendant plusieurs jours. Si elle n'avait pas su mieux, elle aurait pensé qu'il n'avait pas remis les pieds à la maison, mais Ginny et Luna lui ont assurées à tour de rôle qu'elles l'avaient vu et lui avaient parlé.

Le dernier rapport de Luna au sujet de sa conversation avec Sirius n'avait pas vraiment de sens, mais cela ne signifiait pas que cela ne s'était pas produit.

Et de toute façon, si Hermione était vraiment honnête avec elle-même, elle ne savait pas ce qu'elle lui dirait si elle le voyait.

"Oh salut Sirius, je suis désolée que ton frère soit un mangemort et que tes parents furent vraiment horribles avec toi. Je regrette que tes amis soient tous morts, mais tu ne peux toujours rien y faire et j'ai l'intention de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour t'arrêter."

Techniquement, ça pourrait passer. Ouais, ça irait bien.

Sa tentative de se calmer et de réfléchir puis de le confronter à propos de ses plans ne s'était pas déroulée exactement comme elle l'avait espéré. Elle avait crié, lui avait lancé un sort, pleuré, puis s'était enfuie. Ensuite, ils avaient parlé de la maltraitance infantile, de l'intimidation et du pouvoir de la peur dans un arbre, et elle l'avait laissé partir sans parvenir à formuler ses pensées.

Bien sûr qu'elle se sentait désolée pour lui, il ne pouvait en être autrement.

Parce que c'était de la violence faite à un enfant, ce qu'ils lui avaient fait. D'une manière différente, Harry avait vécu la même chose entre les mains de sa tante et de son oncle, alors elle connaissait les signes. De plus, il n'y avait eu aucune aide pour Sirius, parce que le monde sorcier ne prenait pas ce genre d'affaires au sérieux. Elle avait élevé la voix, une fois, pour voir si elle pouvait aider Harry, et il n'y avait rien à faire. Elle aurait mieux fait de le signaler aux autorités moldues.

Ce fut le premier moment où elle détesta le monde des sorciers, pour avoir laissé tomber son meilleur ami.

La haine était venue et avait disparu au fil des ans, dirigée contre le Ministère pour son incompétence et l'intimidation pure et simple qu'avait subi Harry, et plus tard contre Dumbledore pour ce qu'il leur avait fait subir à son tour. Ça avait peut-être été justifié, mais ce n'était toujours pas juste qu'ils aient été contraints de vivre tout ce qu'ils avaient vécu. Ce par quoi Harry était passé pour la survie du monde des sorciers. Elle et Ron n'avaient pas tout à fait vécu la même chose et avaient été un peu épargnés, eh bien, d'une certaine manière même si parfois des choses moins idéales leur étaient arrivés de par leur propre faute.

Hermione frissonna légèrement au souvenir du moment où elle s'était partiellement transformée en chat.

Ce n'était la faute de personne d'autre que la sienne, mais ce n'était pas vraiment juste non plus.

Jusqu'à présent, rien dans sa vie n'avait été particulièrement juste, et encore moins maintenant.

Hermione ferma brusquement le livre qu'elle lisait sur la table basse, sa concentration ayant disparu. Elle n'était pas parvenue à mémoriser la moindre chose à la lecture de cette dernière page. Ce livre s'est pourtant révélé utile jusqu'à présent et elle voulait s'assurer de bien le comprendre.

"Je vais me promener," dit-elle à Ginny.

Son amie était sur le sol du salon en train de faire des pompes. Elle avait commencé à marmonner récemment sur le fait de mendier pour l'achat d'un balai. Le vol avait aussi été évoqué comme solution.

"Je vais venir avec toi," répondit Ginny. "J'ai presque fini avec ça."

Elles marchèrent de long en large jusqu'au bord de mer, se frayant un chemin sur les marches des falaises au bord de la plage. Hermione les conduisit sur la jetée, et Ginny la suivit. Elles se sont arrêtées pour acheter un sac de croustilles et les ont mangés sur un banc à l'extrémité de la jetée, entourées de vacanciers et de vagues déferlantes.

"Tu sais par où commencer ? As-tu trouvé une piste ?" demanda Ginny, en attachant ses cheveux en arrière pour les empêcher de fouetter son visage au souffle du vent. Elle regarda autour d'elle et jeta le charme du Muffilato autour d'Hermione et elle, pour empêcher leur conversation de perturber les moldus à proximité. Il était peu probable qu'aucun d'entre eux ne comprendrait un traitre mot de ce qui serait dit entre les deux sorcières, pensa Hermione, mais il fallait faire attention aux violations du Statut du secret.

Il serait vraiment ennuyeux que le Ministère ne les découvre tous les quatre. Elles étaient soit des sorcières sur lesquelles il n'existait aucun document, et donc probablement de potentiels mangemorts infiltrés et encore ce n'était pas le cas de Sirius qui existait déjà en version plus jeune, soit ils devraient reconnaître qu'ils avaient voyagé dans le temps, auquel cas ils se retrouveraient probablement à Saint Mangouste pour folie.

Il y avait eu plusieurs exemples de ce qui s'était passé pour les voyageurs temporels et dont elle se souvenait. L'un d'entre eux était resté coincé dans une autre époque pour le reste de sa vie, affirmant constamment qu'il venait du futur. La plupart des autres ne sont pas retournés aussi loin et ont finalement pu retrouver leur propre calendrier ou ont été renvoyés.

Une partie d'elle avait envisagé d'en parler à Dumbledore, il était probablement la seule personne capable de croire qu'elle disait la vérité. Mais cela semblait être un moyen infaillible de changer ce qui s'était passé.

"En quelque sorte," dit Hermione.

« J'ai compris ce qu'il s'est passé, je pense. Alors que Sirius voyageait dans le temps, en quelque sorte, la boîte a dû capter ses vibrations. C'est pourquoi elle a choisi la date où nous avons atterri ; elle suivait juste la piste dont Sirius s'était déjà servi pour venir ici. Quant à savoir pourquoi elle a pu nous faire voyager dans le temps sans qu'on ne l'actionne, eh bien il est probable qu'il s'agisse simplement d'un dysfonctionnement. À moins que quelqu'un du Département des Mystères n'ait planifié ceci, ce qui est peu probable en vérité. »

"En effet," dit Ginny.

Elle fouilla dans son sac de croustilles, cherchant les petits croustillants.

"Il nous arrive peu de choses en ce moment. Et à toi encore moins."

"Je pensais que... Non laisse tomber, c'est tout simplement trop farfelu. N'est-ce pas ?

"Un peu. Je veux dire, les Langues-de-plomb savaient-ils même qui allait faire des essais sur cette boîte ?"

"Non. Eh bien, ils ne savaient pas que ça allait être moi. Elle a initialement atterri sur le bureau du sous-secrétaire principal, avant que je ne sois nommée à mon poste. Cela ne m'a été transmis qu'une fois qu'ils ont réalisé que j'avais plus d'expérience sur le sujet, et c'était trois semaines après mon arrivée au niveau un."

"Donc, la cible aurait pu être quelqu'un d'autre."

« Je pense que c'était un accident, Ginny. Je ne vois tout simplement pas pourquoi ils le feraient. »

"D'accord. Tu en sais plus que moi, de toute façon." Elle a laissé tomber une croustille qu'elle avait dans sa main, ce qui a amené un troupeau de mouettes à tourner en rond autour d'elles. Hermione s'éloigna, tandis que Ginny donnait un coup de pied suffisamment loin pour faire fuir les mouettes qui les avaient encerclées.

« J'ai fait des progrès pour nous ramener à notre époque », a poursuivi Hermione. « J'ai trouvé la plupart des étapes pour créer un retourneur de temps ordinaire, et il y a une théorie intéressante que j'ai copié d'un des livres de la bibliothèque que j'ai visité, sur les sauts dans le temps. Avec le retourneur de temps que j'utilisais auparavant, j'ai dû attendre à chaque fois pour retourner sur la ligne temporelle originelle. Celui-ci, avec quelques modifications, nous permettra en théorie il me semble de rejoindre notre époque. »

"Tu t'es bien rattrapée." Admit Ginny.

« Oui, j'étais deux doigt d'échouer, mais j'ai suivi deux cours différents. C'est ainsi que j'ai fait les choses. »

"Alors ça veut dire qu'il y a potentiellement une autre version de moi à la maison, heureuse et mariée ?"

"Je ne sais pas."

C'était la vérité. La boite n'était pas un retourneur de temps à la base, et cela ne fonctionnait pas nécessairement de la même manière. La somme totale de ce qu'elle savait être certain à propos de cet appareil qui les avait fait voyager dans le temps était en fait capable de tenir sur seulement deux pieds de parchemin, sans même qu'elle n'utilise sa plus petite écriture.

« Eh bien, soit. Je ne veux pas qu'une autre Ginny épouse mon futur mari. Et je ne veux pas être déjà mariée quand je serai de retour. »

Hermione sourit. « Je ne veux pas qu'une autre Hermione se remette avec Ron, » dit-elle.

"Non, tu préfères pousser tes propres beuglantes," sourit Ginny. Elle a vidé le reste de ses croustilles dans sa main.

"Sirius m'aidait," dit Hermione, dans un brusque changement de sujet. Le vent se levait et la plupart des moldus quittaient la jetée. Le nom de Sirius susciterait probablement autant de confusions dans une petite ville balnéaire assez conservatrice du North Yorkshire que n'importe quoi à propos d'un retourneur de temps.

"Je connais ta théorie selon laquelle il est en train de préparer quelque chose de mal," dit Ginny. "Je ne sais pas. Je pense qu'il a probablement eu aussi peu de choix que nous dans tout cela."

"N'est-ce pas juste un peu suspect ? Cette liste de tous les mangemorts et qui ils ont tué ?"

"Comment sais-tu qu'il ne s'est pas contenté de garder cette liste près de lui pour éviter d'avoir à revivre tout cela ? Tu ne ferais pas exactement la même chose, si tu l'avais vécu une fois ? Je sais qu'il a été un peu imprudent dans son passé, mais s'il nous dit qu'il a appris de cela, ce qu'il a fait, plusieurs fois, alors pourquoi penses-tu qu'il va soudainement se précipiter et faire quelque chose de stupide ?"

"Je ne sais pas."

« Il t'a demandé de lui faire confiance, Hermione. Donne-lui une chance. Ou sinon, tu devrais en discuter avec lui plutôt que de lui jeter un sort et d'aller te cacher dans un arbre. »

"Ouais."

"Tu n'es pas convaincue."

« Bien sûr que non. Il a traversé beaucoup de choses, Ginny. S'il veut un peu de bonheur, je peux voir pourquoi, mais je ne pense pas que cela fonctionnera comme il le souhaite. »

"C'est peut-être ce que tu dois lui dire, alors", dit Ginny, l'air légèrement amusé.

"Je ne pense pas qu'il va m'écouter." Il n'avait certainement pas été très intéressé par tout ce qu'elle avait pu lui dire jusqu'à présent.

« Tu émets principalement des avertissements cryptiques. Ça ne lui parle pas. Je sais que cela fonctionnait avec Ron et Harry, et ils faisaient généralement ce que tu disais et attendaient patiemment que tu expliques. Mais, sans aucune offense pour mon frère ou mon fiancé, Sirius est bien plus intelligent qu'eux. »

"D'accord. Je lui parlerai s'il veut bien m'écouter. »

"Pas de sortilèges."

"Pas de sortilèges," acquiesça Hermione. Elle ne pensait pas nécessairement que cela fonctionnerait. Si elle avait voulu être un peu injuste, elle aurait accusé Sirius de manipulation émotionnelle la dernière fois qu'elle avait essayé de lui parler de leur situation. Elle ne pensait pas qu'il était manipulateur. Du moins pas intentionnellement. Il semblait vraiment bouleversé, et le Sirius qu'elle connaissait portait toujours un peu son cœur en bandoulière.

Mais logiquement, on pouvait voir comment quelqu'un tenterait cette tactique à ce stade.

« Revenons en arrière », a-t-elle dit. "Je pense que je peux travailler quelques heures de plus ce soir. On ne sait jamais. Ça pourrait mener quelque part."

« Je vais trouver Luna. Elle est allée se promener dans le parc et la dernière fois qu'elle y est allée, elle s'est perdue en revenant. »

Elles se séparèrent au bout de la jetée, Ginny suivant le long de la plage et Hermione vers les falaises. Elle décida de ne pas monter les marches et choisit plutôt de prendre l'ascenseur.

Elle était devenue très attachée au petit funiculaire lors de ses visites ici quand elle était enfant, et savourait la chance de le monter à nouveau. Il y avait quelque chose de calmant à entrer dans l'une des petites cabines en bois, à s'installer sur le banc et à regarder la mer tomber tandis que vous vous leviez lentement sur la falaise. Ce fut une expérience intemporelle ; c'était la même à la fin des années 80 qu'aujourd'hui et probablement la même que lors de sa construction.

Le vent a secoué les côtés de la cabine pendant qu'elle bougeait, et la mer s'est agitée. Elle partageait le funiculaire avec une famille de moldus, deux parents, deux enfants et une grand-mère. L'un des enfants dormait presque sur l'épaule de sa mère, et l'autre avait couru avec enthousiasme lançant ses gains de l'arcade sur la jetée. La grand-mère s'inquiétait du ticket de parking et le père lui disait d'arrêter.

Et puis il y avait la sorcière voyageant dans le temps. Elle-même.

Elle descendit au sommet pour retourner à la maison, se détournant des moldus. Le père portait maintenant son fils endormi, tout en poursuivant la dispute avec la grand-mère. La petite fille et sa maman sont descendues de la cabine en sautant se sont dirigées le long de la jetée, s'arrêtant occasionnellement pour regarder par-dessus le bord de la falaise vers le bas sur la plage. Hermione sourit. Elle se souvenait avoir fait ça avec sa maman, à peu près au même endroit.

"Dans votre propre monde."

Hermione s'arrêta, s'écrasant presque contre un lampadaire après avoir failli renverser la voix qui l'avait réveillée. Leur voisine traînait ses courses vers chez elle le long du trottoir, ses cinq sacs à cordes gonflés de nourritures provenant de l'épicerie fine d'à côté.

"Désolée," dit-elle.

« Vous êtes la fille d'à côté, n'est-ce pas ? Ou l'une d'elles. Je ne sais pas combien d'entre vous vivent là-dedans. Scandaleux, dirait une femme de moindre importance. » Elle s'arrêta, posant ses sacs sur le sol autour de ses pieds. « Et cet homme. Maintenant, il est assez facile de comprendre pourquoi les femmes ont tendance à s'attarder sur lui. »

Hermione était réticente à en dire trop. Leur voisine a semblé le sentir et a ri. Si Hermione avait dû deviner son âge, elle l'aurait mise au début de la soixantaine, avec des cheveux gris volumineux et ondulés ainsi qu'un visage rond et accueillant.

"Oh, je sais ce que vous êtes."

Hermione se raidit.

"Vraiment ?"

"Je pourrais vivre parmi les moldus le reste de ma vie, mais je sais reconnaître un sorcier quand j'en vois un. La magie laisse ses traces, ma chère. Je suis Jo, au fait. Et vous êtes ?"

"Hermione." Elle avait renoncé à utiliser de faux noms, à moins d'interagir directement avec les autorités. Cela ne semblait pas faire de différences. Ils n'interagissaient pas vraiment avec quiconque, selon elle, qui risquait de la reconnaître dans son avenir.

"Eh bien le bonjour, Hermione. Pas un nom sorcier, ça. Née-moldue ?"

"Est-ce que ça importe ?" demanda Hermione.

"Pas du tout. Moi-même je suis née-moldue. Jo n'est pas non plus un nom sorcier, n'est-ce pas ? Je porte le nom de Jo vous savez l'une des filles du docteur March."

"J'ai aimé ce livre."

"Moi aussi. Vous êtes beaucoup dans cette maison, n'est-ce pas ? Et ce beau mec aussi. Il est à toi ?"

"Nous sommes amis. Nous sommes tous amis."

"Je serai ravie d'être plus que son amie, même si j'ai pas la moindre chance. Je ferai mieux de rentrer chez moi. Rends-moi visite pour une tasse de thé si tu en as l'occasion, Hermione. Et ramène ce beau sorcier avec toi. Pour autant que je sache, jusqu'à ce que vous arriviez, j'étais la seule sorcière de cette ville, et même si j'aime ça dans l'ensemble, cela peut être agréable pour une rencontre où je n'ai pas à me soucier des tasses à thé qui se mettent à chanter. J'ai presque eu une crise cardiaque l'autre fois lorsque je me suis retrouvée attablée à la British Women's Institute et que ma théière a commencé à fredonner des chants de Noël. Un vrai cauchemar."

Hermione se retrouva à promettre de la visiter. Peut-être qu'elle prendrait Luna avec elle. Elle se demanda paresseusement ce que Jo ferait des Nargles et des Ronflaks Cornus.

Elle enfreignait sa propre règle de ne pas s'impliquer. Est-ce que cela comptait ? La maison dans laquelle Jo vivait avait hébergé un jeune couple avec un bébé lors de la visite d'Hermione, donc elle ne connaitrait pas la jeune Hermione. Il n'y avait aucun problème à interagir avec une sorcière, qui n'avait probablement aucun impact sur le cours de la guerre.

Mais on ne savait pas. Il y avait eu plusieurs rapports de personnes qui sont remontées dans le temps, ont fait des choses qui semblaient innocentes, puis sont revenues à un vrai carnage.

Elle n'irait pas prendre cette tasse de thé. Et elle n'emmènerait certainement pas Sirius.

De retour à la maison, elle se résolut de demander à Sirius une meilleure histoire de ce qui se passait exactement à ce stade de la guerre. Elle avait un aperçu général, bien sûr, des livres qu'elle avait lus et des conversations avec les membres de l'Ordre, mais elle avait sans doute besoin d'un rappel. Ils étaient dans le passé depuis près de deux mois et elle était loin d'avoir résolu le problème. La guerre battait son plein. Ils devraient être incroyablement prudents.

Elle considérait qu'il ne lui dirait rien. S'il avait l'intention de changer le cours de l'histoire, il n'allait pas exactement vouloir lui donner les informations qui pourraient l'aider à empêcher cela.

Eh bien, elle devrait trouver un autre moyen. Un bon début serait de souscrire à La Gazette du Sorcier, même si elle avait toujours pris ce journal avec des pincettes. Rita Skeeter écrit peut-être déjà pour eux. Peut-être qu'elle pourrait mettre la main sur une radio sorcière. Elle pourrait devoir aller au Chemin de Traverse pour cela, ce qui pourrait devenir gênant si elle ne faisait pas attention.

Ce serait peut-être mieux si elle se concentrait uniquement sur les moyens de revenir à leur époque plutôt que sur la prévention des ennuis.

Mais alors Sirius n'allait pas faire ça.



Elle fit claquer la bouteille de lait qu'elle tenait sur la surface de la cuisinière sans s'en rendre compte. Tout cela était tellement compliqué.

"Ça va, chaton ?" demanda Sirius. Il était appuyé nonchalamment contre la porte de la cuisine, les bras croisés. Il s'était brossé les cheveux pour une fois, remarqua Hermione. Dans sa main se trouvait un sandwich.

"Juste ... c'est tellement ridicule."

"Parle-moi de ça. Qu'as-tu fait avec les autres ?"

« Ginny est à la recherche de Luna. Luna est allée au parc. »

Puis elle crut bon d'ajouter :"Tu prévois quelque chose, Sirius ?"

"Moi ? Je prévois d'aller déguster une spécialité moldue dans peu de temps." Il lui fit un signe de la main. "Le pain est rassis. Répugnant."

"Tu sais ce que je veux dire." Ils s'étaient en fait ouverts réellement l'un à l'autre l'autre soir, et il lui avait montré de vraies émotions et maintenant il était redevenu désinvolte, ennuyant et évitant.

Sa baguette sortait de la poche de son jean. Hermione envisagea sérieusement de la retirer puis de l'enfermer dans le placard sous l'escalier jusqu'à ce qu'il soit prêt à avoir une conversation appropriée.

"Hermione, tu ne me fais pas confiance." Il prit une autre bouchée de son sandwich, puis jeta le reste sur la table.

"Non, je ne le fais pas !" Bien sûr qu'elle ne l'a pas fait. Il ne lui avait pas donné de raisons.

"Parlons de ça plus tard, d'accord ?" Sirius s'éloigna et disparut dans la salle de bain, où il y eut divers bruits de cliquetis.

S'il ne lui disait pas ce qu'il faisait, elle le découvrirait par elle-même.

Abandonnant sa tasse de thé, elle sortit dans le salon. Debout sur le bas de l'escalier, elle grimpa quelques marches puis attendit pendant quelques instants pour donner l'impression qu'elle était montée. Ensuite, elle fit marche arrière en sautant gracieusement et sans le moindre bruit à l'aide d'un sort de lévitation. Puis, elle leva silencieusement sa baguette et jeta un sort de désillusion sur elle-même, ignorant la sensation visqueuse du sort qui descendait le long de son dos et couvrait ses jambes.

Elle a attendu quelques minutes supplémentaires.

Sirius sortit de la salle de bain, leva les yeux sur les restes de son sandwich et décida de ne pas le manger. Hermione le regarda se diriger vers le porte-manteau près de la porte d'entrée et le vit mettre sa veste, elle l'imita tout en vérifiant ses poches, et tripota sa baguette pour la mettre dans un endroit accessible mais caché.

Hermione le suivit jusqu'à la porte.

Devant elle, Sirius descendit la route durant quelques mètres puis coupa son chemin en direction d'une ruelle qui passait derrière la terrasse de leur maison et de celle d'à côté. Bien qu'exigüe, cette ruelle était envahie de personnes par endroits, et Sirius se dirigea vers un grand pommier qui poussait contre la clôture d'un côté et un mur de pierre imposant de l'autre. Hermione se précipita vers l'avant, ne voulant pas être laissée derrière.

Sirius s'arrêta, regardant attentivement autour de lui. Il se tourna pour transplaner. Au dernier moment possible, Hermione attrapa sa manche.

Ils ont atterri à l'ombre d'un petit bosquet d'arbres. Hermione s'éloigna en atterrissant, se jetant au sol et restant aussi immobile qu'elle le pouvait. Sirius regardait autour de lui, comme s'il avait remarqué quelque chose. Puisqu'il n'y avait ni mouvement ni son, il semblait penser qu'il l'avait imaginé et Hermione se releva dès qu'il se retourna.

Les arbres bruissaient dans la douce brise, couvrant tout bruit qu'Hermione faisait en suivant Sirius jusqu'au bord du bosquet. Ils se trouvaient probablement et raisonnablement à l'intérieur des terres ; le vent était bien pire sur la côte. Au bord des arbres, Sirius s'arrêta juste sous leur abri.

Devant eux se trouvait une immense maison. Un manoir, plutôt. Il se tenait dans ce qui ne pouvait être décrit que comme son propre parc, avec des jardins à la française et une large allée. La pierre grise et froide brillait au soleil, des reflets brillaient sur les nombreuses fenêtres.

Elle savait qu'il préparait quelque chose. Où diable était-ce ?

Avec une action similaire à la sienne, quand elle était encore à la maison, Sirius leva sa baguette sur lui-même et se désenchanta. Cela allait devenir un peu plus difficile.

Hermione se pencha et ramassa un bâton sur le sol, le métamorphosant en une ficelle. Avec un charme de colle à la fin, elle pourrait l'attacher à Sirius et être capable de le suivre. Il lui fallut trois essais pour l'attacher à la tache d'air légèrement chatoyante qui était en fait le dos de Sirius.

Sans le savoir, Sirius a ouvert la voie vers l'avant du manoir. Ils se sont maintenus près du mur d'enceinte bas. Même surmonté de rampes noires à pointes, le mur n'aurait pas empêché un grimpeur déterminé. Hermione ne pouvait que supposer que ce n'était pas le cas. Il y avait probablement de forts charmes défensifs et des sorts anti-intrusion placés dessus, et Hermione pensait presque qu'elle pouvait sentir une magie plus sombre là aussi.

Suivre Sirius était définitivement une très mauvaise idée. Elle ne savait même pas où ils étaient, ni ce qui allait se passer. C'était vraiment une idée du niveau d'Harry.

Sirius s'arrêta. Pour la deuxième fois de la journée, Hermione a failli percuter quelqu'un. Cela aurait été encore plus difficile à expliquer cette fois, étant donné qu'elle était pratiquement invisible.

"Yaxley."

Une voix est venue d'en haut, basse et traînante mais doucereuse avec l'accent d'un comte aisé ; c'était probablement le propriétaire de la maison. L'homme qui parlait portait de longues robes noires avec une garniture en argent, un fermoir de la forme d'un serpent sur sa cape.

"Lestrange."

Le deuxième orateur parla avec un léger accent londonien, ses robes et son manteau vert forêt.

"Il attend", a déclaré Lestrange. Hermione reconnut ce nom, mais pas l'homme. D'après son âge, il devait probablement être soit le mari de Bellatrix, soit le frère de celui-ci ou peut-être un cousin. Ce n'était pas une piste à écarter.

"Pourquoi es-tu ici ?"

« C'est ma maison, n'est-ce pas ? Quelqu'un doit bien accueillir les invités. » Lestrange le regarda avec insistance quand il sourit. Ce sourire ne lui convenait pas.

"Suis-je le premier ?" demanda Yaxley. Il avait une nouvelle coupure à l'oreille, légèrement croûtée.

"Toujours", dit Lestrange, et fit entrer l'autre homme par la porte.

À quoi diable Sirius l'avait-il amené ?

Dans quoi s'était-elle entraînée ?

Merde. Était-ce un Rogue plus jeune ? Ça ne pouvait qu'être lui. Elle reconnaîtrait ce nez n'importe où.

Il n'y avait aucun moyen imaginable pour que cela se termine bien.

Chapitre 9 : Agir by Miss Delavergne
Author's Notes:

Et les emmerdes commencent...

Sirius, août 1978, Hambleton Hall, Kent.


Sirius s'était accroupi dans un buisson, désabusé. Il avait envisagé de se transformer en sa forme canine d'animagus, pour une dissimulation supplémentaire, mais il avait décidé que la capacité de réagir rapidement avec la magie était plus importante et en plus, sa vue était minable comme un chien.

Ses jambes commençaient à lui faire mal.

Severus Rogue prenait beaucoup de temps à faire tout ce qu'il faisait. Putain de Servilus.

Sirius fut incroyablement tenté de maudire l'homme avec un maléfice au moins mortel, sinon carrément. Il savait ce que l'homme ferait pour l'Ordre à l'avenir. Il avait du mal à voir l'importance de tout cela par rapport à sa putain de pure trahison d'être allé tout raconter à Voldemort à propos de la prophétie qui conduirait ce dernier à essayer de tuer Harry. Putain de Servilus.

Ils pourraient se procurer un nouvel espion, pour tout ce qu'il voulait, il voulait se débarrasser de Rogue.

Cependant, Sirius avait promis à son Remus imaginaire qu'il ferait preuve de prudence ce soir, et à son James imaginaire qu'il obtiendrait la mort de Rogue de manière correcte un autre jour. Il avait un travail à effectuer aujourd'hui. Aussi amusant que cela soit, jeter un sort à Rogue même quelque chose de drôle et pas du tout mortel le ruinerait. Il devait rester invisible.

"D'ailleurs, Yaxley, je ne pense pas que ce que le Seigneur des Ténèbres m'a demandé ne te regarde." La voix de Rogue était limpide d'où Sirius se cachait, et dégoulinait de mépris. Le duo de mangemorts se tenait juste à l'intérieur des portes, surveillées par l'un des frères Lestrange. Sirius aurait reconnu lequel de plus près, mais la lumière était délicate.

Si Sirius n'avait pas su mieux, il aurait dit que l'homme n'avait aucun sens de l'auto-préservation. Yaxley était un mangemort depuis quelques années maintenant, et Rogue était une recrue beaucoup plus récente ainsi qu'un sang-mêlé ayant un père moldu face à l'héritage de sang pur de Yaxley, il ne payait pas de mine. Certes, il ne faisait pas partie d'une des familles des Vingt-Huit Sacrées, comme la mère de Sirius aurait été la première à le souligner, mais il était encore pas si mal placé dans le monde habité par les puristes du sang pur. Yaxley se serait vu comme au-dessus de Rogue à bien des égards.

"Ce que le Seigneur des Ténèbres veut, c'est vraiment mon affaire", a déclaré Yaxley. « Mais pour l'instant, je n'ai pas le temps de t'expliquer exactement pourquoi j'ai raison. Le Seigneur des Ténèbres attend, et pour ma part, je ne souhaite pas goûter à son mécontentement. »

"Et je ne souhaite pas gâcher l'un de mes tapis", gloussa Lestrange.

Rogue se retourna, sa cape noire tourbillonnant derrière lui, et commença à piétiner vers le chemin de graviers jusqu'à la maison. Yaxley le suivit, laissant Lestrange seul à la porte.

Les jambes de Sirius lui faisaient vraiment mal.

Malgré les protestations de Yaxley à propos de devoir se rendre rapidement à la maison, il ne se passait pas grand-chose et Sirius savait qu'il y avait plus de mangemorts qui allaient arriver. Il n'était pas venu ici pour voir la maison. Il l'avait vue assez de fois dans sa vie. Hambleton Hall avait été le lieu de nombreux dîners ennuyeux des amis et connaissances de son père, ou parmi le cercle de commérages de femmes au sang-pur de sa mère. Il avait même assisté à la fête des fiançailles de Bellatrix ici-même.

Ce n'était pas une nuit dont il voulait se souvenir.

Très probablement, beaucoup d'autres personnes qui étaient présentes ce soir-là ne voulaient pas non plus s'en souvenir.

Maintenant, la vieille maison était devenue un lieu incontournable de rendez-vous pour les mages noirs, et, si leurs informations de la dernière guerre s'avéraient correctes, elle hébergeait fréquemment Lord Voldemort lui-même. Sirius ne pouvait que supposer que Bellatrix avait beaucoup à voir avec ça. Les frères Lestrange étaient eux aussi au service de Voldemort, c'était évidemment le cas, mais Bellatrix avait toujours semblé avoir un amour un peu excessif pour Face de Serpent.

Elle serait absolument le genre de personnes à organiser des fêtes en son honneur et à aimer être en possession du pouvoir sur les autres mangemorts chaque seconde.

Peu de gens dans sa famille étaient supers. La ligne de démarcation était assez basse, si Sirius était absolument honnête. Mais Bellatrix avait poussé le bouchon un peu trop loin, même pour La Noble et Très Ancienne Maison des Black.

Il a essayé d'étirer ses jambes sans tomber en arrière ni faire beaucoup de bruits. Lestrange était toujours sur le pas de la porte, baguette visible, et dans les arbres de l'autre côté du chemin de l'entrée il savait que se trouvaient James Potter, l'un des jumeaux Prewett, et Marlène McKinnon. Il avait oublié exactement quel Prewett avait été envoyé en mission cette nuit là.

Sirius n'avait jamais été du genre à participer à des missions de reconnaissance. Il avait suffisamment foutu le bordel pour qu'on ne pense plus à lui, ou le ferait dans environ un mois, et cela l'avait sorti d'un bon nombre de missions par la suite.

Maugrey l'avait accusé de l'avoir fait exprès pour cette raison. Ce qui n'était pas totalement faux.

Il avait beaucoup crié sur la « responsabilité » et « qu'il fallait parfois faire des choses que nous n'aimons pas pour le bien de tous » et sur « les droits et devoirs qui incombaient à un membre de l'Ordre ».

Sirius l'avait ressenti de façon très injuste. Cette guerre était quelque chose qu'il avait pris incroyablement au sérieux. Lui et ses amis étaient en danger, et il n'allait pas risquer leur vie juste pour s'asseoir sur le cul dans un champ ou derrière un mur ou se cacher sous un pont ou quelle que soit la cachette de choix de cette semaine. Il n'avait voulu mettre personne en danger dans cette mission, il avait fait une erreur.

Même s'il s'était plaint à l'avance de cette mission pendant six bonnes heures à James et Peter.

Alastor Maugrey n'aurait peut-être pas non plus apprécié la diatribe ultérieure de Sirius sur le sérieux avec lequel il prenait les missions.

Ils étaient tous si nerveux, tout le temps. Tout le monde cherchait presque une occasion de se faire sauter la tête, car un peu de cris et de colère juste envers quelqu'un d'autre vous rendait généralement plus calme un peu après, même si ce n'était pas la raison pour laquelle vous l'aviez fait en premier lieu.

C'était juste ennuyeux.

Il y avait un flux constant de mangemorts arrivant par transplanage, saluant Lestrange à la porte et se dirigeant vers le manoir. Il savait que cela arriverait, d'après les informations que James lui avait données. Les membres de l'Ordre positionnés ici avaient réussi à obtenir les noms de plus de trente-cinq mangemorts entrant dans le manoir, qui avaient constitué la base de la liste de résultats qui avait été utilisée au cours des trois années suivantes.

Les membres de l'Ordre avaient également réussi à s'impliquer dans un petit combat et avaient failli se faire découvrir, un fait que Sirius espérait exploiter.

Dans un fossé entre les mangemorts, Sirius était convaincu d'avoir entendu quelque chose bouger dans les buissons derrière lui. Presque comme si quelque chose bougeait.

Il l'a ignoré. L'explication la plus probable était un animal. Ils étaient au milieu de nulle part essentiellement, après tout. Si ce n'était pas cela, alors l'un des membres de l'Ordre se cachait de ce côté. Après tout, James avait dit qu'il avait été dans les arbres, mais Sirius ne se souvenait pas de ce qu'il avait dit sur les autres.

Il y eut une autre fissure qui signala une apparition, et Sirius se renversa involontairement légèrement en avant. Il était presque temps.

Devant lui, son frère Regulus.

Le garçon ressemblait beaucoup à ce dont Sirius se souvenait. Une légère carrure, des cheveux noirs bien coupés et un long visage pâle avec des traits similaires à ceux de Sirius. Là où Sirius était légèrement plus petit, Regulus était un peu plus grand. Il portait une longue cape noire tenue avec un fermoir orné, clairement bien coupée. Ses manches étaient retroussées, montrant clairement qu'il ne portait pas encore la marque noire sur son bras.

Le parfait petit héritier au sang pur, ici pour rendre maman et papa fiers. Ils avaient rayonné de fierté quand ils l'avaient vu, probablement.

L'héritier lui-même avait l'air nerveux comme l'enfer, mâchant sa lèvre inférieure et passant beaucoup trop de temps à réorganiser les plis de sa cape.

Si tout se passait comme Sirius le savait, Regulus s'attarderait pour parler à Lestrange. Deux autres mangemorts arriveraient, puis une bagarre éclaterait entre eux et les membres de l'Ordre. Alors, et alors seulement, Sirius agirait.

« Bonsoir, Rabastan », dit poliment Regulus.

"Bien le bonsoir, Black. Tu t'es montré, alors ?"

"Je ne savais pas qu'il y avait le moindre doute que je ne le ferai pas." La voix de Regulus était glaciale, c'était la façon dont ils avaient appris à répondre à ceux qu'ils considéraient sous leur condition ou qui jetaient des calomnies, quand ils étaient enfants.

"J'entends beaucoup de choses, Black. Je suis dans les confidences de nombreuses personnes influentes. Je sais des choses dont tu ne peux que rêver."

"Si c'est ce qu'il faut pour que tu te sentes important."

Sirius était distrait de la conversation par un autre bruit derrière lui. Soit c'était un animal incroyablement stupide, soit un membre de l'Ordre incroyablement stupide. Les mangemorts les maudiraient plus vite que vous ne pourriez dire « Je suis un putain de renard, idiot » s'ils entendent quelque chose de suspect, et ils poseront des questions plus tard.

Ou simplement ils feraient disparaître les preuves et poursuivraient leur journée, si le sujet des malédictions était au-delà des questions. Peut-être qu'ils se vanteraient un peu plus tard au manoir.

Il pouvait cependant sympathiser avec leur mouvement. S'accroupir avait été une erreur. Il était presque sûr que sa jambe gauche s'était complètement endormie, et il avait besoin de la bouger maintenant. S'il avait besoin de se battre et se retrouvait avec une jambe morte, eh bien c'était la mission qui se terminerait.

Il s'agita rapidement, et il n'avait de toute façon pas le choix s'il voulait survivre. Il y avait eu un peu de bruits, mais moins que tout ce qu'il avait entendu jusqu'alors à ses côtés.

Il retourna à la conversation, se rappelant la nécessité de faire attention.

"Eh bien, Black, tu ferais mieux de faire attention à ce que tu dis ce soir, parce certains dégainent leur baguette beaucoup plus facilement."

« Rassure-toi, Lestrange. Si tu ne crois pas en mon engagement envers le Seigneur des Ténèbres, cela te regarde. Seule l'opinion du Seigneur des Ténèbres à mon égard compte à mes yeux. »

Oui, parce que tu ne te souciais pas de l'opinion de ton frère, pensa Sirius. Il a enfoncé quelques brins d'herbe avec le bout de sa baguette, creusant dans la saleté.

"Bella dit que tu dois faire tes preuves."

"J'ai fait ce qui est en mon pouvoir, jusqu'à récemment j'étais encore mineur et sous la trace. Et j'attends qu'on me donne ma chance d'en faire plus maintenant que je suis libéré de cette petite restriction. Ou aurais-tu préféré que je me fasse prendre instantanément ?"

Le meilleur atout des mangemorts était qu'aucun d'entre eux ne se faisait confiance. L'Ordre, quel que soit le hasard qui a laissé la méfiance s'installée entre certains d'entre eux, et bien qu'Albus ait parfois tenté de dissimuler des informations, a du moins essayé de travailler ensemble. Les mangemorts essayaient constamment de s'élever en grades selon le bon vouloir de Voldemort, et ils étaient généralement plus que disposés à piétiner quelqu'un à l'instar d'un hippogriffe s'ils pensaient que cela aiderait.

Rabastan Lestrange en faisait clairement partie.

Avec un grand fracas, un troisième mangemort est arrivé pour perturber la dispute entre Regulus et Rabastan Lestrange. La voix de James résonna dans la tête de Sirius alors qu'il regardait le nouvel arrivant.

"Dolohov était là", avait dit James, assis dans la cuisine du siège actuel de l'Ordre, soignant son bras blessé et dégustant une pinte d'hydromel. « Cette grande brute épaisse est d'une laideur. Il a failli abattre Marlène, avec une malédiction violette dont je n'ai pas reconnu l'incantation, ce n'est qu'un sortilège de blocage chanceux qui l'a sauvée. Elle a dit qu'elle n'a pas lancé de Protégo, mais elle a dû le faire instinctivement. Sacrément chanceuse. Le premier sortilège a brûlé contre un arbre et le tout est tombé instantanément. C'était autre chose. J'ai réussi aussi à me laisser atteindre à mon bras, bien que ce soit qu'un sortilège de Rogue. »

"Bonsoir", a déclaré Regulus au nouvel arrivant. "Je ne pense pas avoir fait votre connaissance." Il tendit sa baguette à Dolohov. Oh, il était vraiment le parfait petit sang-pur. Cela donna envie à Sirius de vomir un peu.

"Antonin Dolohov", a déclaré l'homme en tendant la main. « Vous devez être le bon Black. J'ai eu le déplaisir de rencontrer votre frère il y a quelques semaines. »

Il y avait un drôle de scintillement dans les yeux de Regulus à cela.

Sirius se frotta automatiquement l'épaule. Il se souvenait bien de cette petite escarmouche. Sirius, Remus, James et Peter avaient été chargés de provoquer une distraction afin que quelques-uns des membres les plus expérimentés puissent pénétrer à l'intérieur d'un bâtiment. Ils l'avaient fait un peu trop bien et avaient attiré six mangemorts sur eux. Il pouvait encore sentir la fracture de sa clavicule que Dolohov avait provoqué, surtout quand il faisait froid.

"J'espère que vous lui avez donné une bonne correction", a déclaré Regulus, le scintillement disparu et sa voix resta presque trop uniforme.

Enfoiré. Sirius avait à moitié envie de faire demi-tour et de rentrer chez lui.

"Oh, je lui en ai donné assez pour réfléchir", a déclaré Dolohov. Son sourire était inégal, lui donnant un sentiment distinct de non-fiabilité. « Je reviendrai pour ce sale traître à son sang et son petit animal de compagnie l'hybride à un autre moment. »

"Peut-être que Black pourrait résoudre ce problème pour nous, lui-même", a déclaré Lestrange.

"J'ai l'intention de faire tout ce que me demandera le Seigneur des Ténèbres", a déclaré Regulus.

Eh bien, au moins Regulus n'avait pas tout-à-fait accepté de le tuer, pensa Sirius. Ça devait être quelque chose.

Il se demanda ce que feraient les trois hommes s'ils savaient que le Sirius Black dont ils parlaient était si proche. Ils se seraient à peine attendus à ce qu'il le soit. Regulus savait qu'il n'avait jamais été capable de se retenir, et il se serait attendu à ce qu'un Sirius caché sorte de sa cachette, baguette en l'air et prêt à combattre.

C'était assez intéressant d'agir comme quelqu'un d'autre, pour changer.

Putain de travail de merde, cependant. Il ne pouvait pas comprendre comment les gens pouvaient faire ça tout le temps.

Une lumière descendit d'Hambleton Hall vers la porte. C'était une lumière conjurée, pas un sort que Sirius savait être de nature sombre. Peut-être que le lanceur de sorts pourrait lui refiler quelques astuces sur son propre style, car la lumière brillait d'un vert menaçant au lieu de n'importe quelle autre couleur de lumière que Sirius avait déjà vue auparavant.

Quand il a vu qui le lançait, la couleur verte avait soudain eu tout son sens. Rodolphus Lestrange, le mari de Bellatrix.

"Bella dit que tu dois venir," dit-il au groupe. "Elle est particulièrement impatiente de te voir, Regulus."

« J'attends Nott », a déclaré Rabastan Lestrange.

"Il ne se montrera pas", a déclaré Dolohov.

"Il le fera", a déclaré Rabastan, avec confiance et un légère grimace. "J'ai promis de le maudire davantage que le Seigneur des Ténèbres s'il ne le faisait pas."

"Bella s'impatiente", a déclaré Rodolphus.

"Bella est toujours impatiente." Sirius doutait beaucoup que Rabastan l'ait dit en face.

"C'est de ma femme dont tu parles."

"Qu'est-ce que c'est ?" Rabastan Lestrange regardait les buissons de l'autre côté de la porte où Sirius était caché, sa baguette tendue.

"Des animaux, sans aucun doute", a déclaré Regulus. "Si vous insistez pour vivre au beau milieu de nulle part, vous aurez forcément à subir la compagnie des animaux."

« Ouais, eh bien, ils deviennent plus audacieux. Ce n'est pas la première fois que je les entends ici récemment. »

"Partez dans un endroit plus sensé."

"Quand je me marierai, je serai tenté. Mais laisse Bella et mon frère." Rabastan regarda de nouveau dans la direction du bruit. Rodolphus se retroussa la lèvre, visiblement peu impressionné par la façon dont son frère parlait de lui et de sa femme.

Tout à coup, il y eut le bruit significatif du transplanage et encore un autre mangemort est arrivé sur le chemin devant la porte.

"Nott", dit Lestrange, inclinant la tête très légèrement vers le grand homme au visage sévère.

"Lestrange", a déclaré Nott, avec un plus grand hochement de tête. "Lestrange. Dolohov. Black."

"En avez-vous terminé au lieu de rester ici ?" demanda Rodolphus. "Bella et le Seigneur des Ténèbres sont très désireux de poursuivre les affaires de ce soir."

« Venez, invité d'honneur », a déclaré Dolohov à Regulus. « Nous pouvons être votre escorte. J'ai entendu dire que c'est quelque chose dont les sangs-pur ont besoin lors d'événements importants. »

Les quatre hommes se sont tournés vers l'intérieur du manoir pour partir, mais Nott est resté derrière. Ses petits yeux étaient attirés par une brèche dans les arbres.

"Qu'est-ce que c'est ?" demanda-t-il vivement.

"Probablement d'autres animaux", a déclaré Regulus. « Rodolphus a raison. Notre présence est requise dans la salle. »

"Avez-vous vérifié, cependant ?" demanda Nott. "Nous sommes tous conscients des ennuis que nous aurions s'il y avait des intrus, ce soir."

"Vérifie si tu veux", dit Regulus, l'air ennuyé.

Sirius, aussi doucement que possible, tendit la main vers sa baguette. Il y eut un autre mouvement dans les buissons derrière lui.

Il espérait qu'il ne regretterait pas d'avoir ignoré cela.

Rabastan Lestrange et Nott s'approchaient maintenant des buissons, baguettes à la main. Regulus resta en arrière, affectant un comportement détendu. Sirius pensa que son frère serrait un peu trop sa baguette et que son visage était trop figé pour être aussi insouciant qu'il le jouait.

"Il n'y a rien", a déclaré Nott, faisant demi-tour.

Sirius laissa échapper un souffle qu'il n'avait pas réalisé qu'il retenait.

"Accroche-toi", a déclaré Rabastan. Il a poussé quelque chose avec son pied, et il y a eu un bruit sourd et la fissure d'une branche. "Des intrus. Invisibles."

Simultanément, Sirius et les cinq mangemorts sont entrés en action. Rampant vers le nord, il passa devant la porte d'entrée et se rétracta contre le mur extérieur du terrain du Hall, restant à l'écart de la ligne de feu. Il voulait pouvoir utiliser des sorts sans danger de toucher des membres de l'Ordre à travers la ligne de mangemorts, et il devait être suffisamment proche de Regulus.

Alors qu'il bougeait, il sentit un tiraillement sur le dos de sa veste et la brossa.

Hermione le tuerait lorsqu'elle l'apprendrait. Il se demanda combien de temps il pourrait lui cacher.

Des malédictions volaient partout. Nott en tirait sauvagement dans les arbres, ne visant rien de particulier et allant chercher la quantité sur un pouvoir particulier derrière eux. Les deux Lestrange ont travaillé ensemble, se couvrant l'un l'autre, ce qui leur a permis une meilleure précision contre leurs adversaires invisibles. Dolohov était presque paresseux, mais Sirius savait qu'il était dangereux.

Regulus a combattu comme si c'était sa première bataille appropriée. Sirius avait vu son frère se battre à l'école, y compris avec lui et ses amis, mais cela n'avait pas préparé Regulus aux réalités d'un duel où l'adversaire était invisible et où les deux parties se battaient cette fois-ci pour se blesser gravement. Il tenait sa baguette serrée, et il savait qu'il ne lui arriverait probablement rien, mais s'il fallait en passer par là il n'hésiterait pas à emmener quelqu'un avec lui.

Les membres invisibles de l'Ordre donnaient aussi bien qu'ils le pouvaient du fil à retordre à leurs ennemis.

Attention il ne fallait pas qu'ils soient détectés, et donc de céder leur avantage. Personne ne savait qu'il était là, Sirius commença à ajouter ses propres sorts dans cette cacophonie.

Il jeta un Coffundo sur les mangemorts, ce qui a fait que les deux frères Lestrange se sont écartés de leur chemin et ont interrompu leur lancer de sorts. Il a profité de la pause pour envoyer une série de Bombarda Maxima voler dans leurs rangs. Le but n'était pas de causer des dommages en tant que tels, mais de créer suffisamment de confusion pour qu'il puisse entrer parmi eux.

Il y avait un autre étirement depuis sa veste. Il se tordit, pour utiliser un charme de séparation sur tout ce qui s'y était coincé. Il était à mi-chemin de l'incantation quand il y eut un cri de la part de l'Ordre et une malédiction violette qui vola au milieu d'eux. Sirius courut vers l'avant, perdant à moitié sa veste à cause du tiraillement accru.

La malédiction violette de Dolohov frappa un arbre et le tout se désintégra devant les yeux de Sirius. Cela l'a presque percuté. Le sifflement "n'ose pas!" à son oreille, qu'il pensait devoir imaginé.

Lorsque la deuxième malédiction violette quitta la baguette de Dolohov, Sirius lança le plus puissant sort de bouclier qu'il pouvait rassembler devant l'endroit où il croyait que se trouvaient les membres de l'Ordre. La malédiction et le bouclier sont entrés en collision, provoquant un rebond. Dolohov se jeta au sol pour éviter son propre sort, et Sirius avec une baguette tremblante l'étourdit là où il était.

Les secondes qui suivirent furent remplacées par le chaos. Avec l'un des leurs, les mangemorts ont doublé l'intensité de leurs combats. L'air était rempli de malédictions, et Sirius entendit le cri de "Crucio!" des frères Lestrange plus d'une fois. L'Ordre ne laissait pas tomber non plus, mais n'avait pas recours à des Impardonnables.

Sirius se retint un instant. Il avait protégé Marlène, dont il avait voulu assurer la protection, et maintenant il voulait attendre. James a dit que lui et le Prewett s'étaient rendus invisibles, et qu'il avait l'intention d'utiliser la perturbation pour les faire agir.

Il fut distrait par un autre sifflement à l'oreille.

"Sirius putain de Black, je ne sais pas ce que tu prévois mais tu vas arrêter maintenant."

Il semblait qu'il faisait un travail de merde pour cacher ça à Hermione.

"Écoute-moi," siffla-t-il en retour.

« Je ne le ferai pas », a-t-elle dit. Sa main entra en contact avec son bras et il s'éloigna d'elle avant qu'elle ne puisse essayer quelque chose de stupide comme le transplaner en dehors du combat. En courant vers l'avant, il sentit à nouveau la traction sur sa veste et réalisa que cela devait être quelque chose à voir avec elle.

Il ne savait pas comment elle l'avait suivi. Il s'en occuperait plus tard.

L'un des Lestrange était en bas, gémissant sur le sol avec une sorte de cloques remplies de pus sur son visage. Le travail de James. Sirius avait ri quand James avait dit qu'il avait utilisé ce sort. Maugrey avait soufflé, disant que le temps des charmes de troisième année était passé.

La cape de James s'était enlevée. Il dégringola en avant, perdant presque ses lunettes, mais les récupéra rapidement et réussit à empêcher l'un des Lestrange boursouflé de se relever. Il était la cible principale maintenant, en tant que seul membre visible de l'Ordre, et Sirius est intervenu pour aider son vieil ami.

C'était réconfortant de se battre aux côtés de James, même si seul Sirius savait qu'il était là. Ce serait mieux s'ils pouvaient retourner au quartier général ensemble plus tard et partager cet hydromel. Il devrait se contenter de ce qu'il pouvait, c'est-à-dire lui protégeant son ami.

Sirius a distrait l'autre Lestrange avec une métamorphose intéressante, transformant le sol autour de lui en un lit de serpents. Cela le tiendrait occupé un instant.

Regulus, en supposant que James avait causé cela, lui a adressé des flammes vertes en réponse, dont James s'est éloigné. Au lieu de cela, le feu est entré en collision avec une parcelle d'air à côté de lui, et en moins d'une seconde, une cape d'invisibilité enflammée volait dans les airs et Gideon Prewett a été révélé. Tout le monde ne pouvait pas faire la différence, mais Sirius avait toujours pu le faire.

« Sectumsempra ! » Cria Nott, et le bras de James fut ouvert de l'épaule au poignet en une seule barre oblique. Du sang éclaboussa Sirius.

La chaleur du sang de son meilleur ami sur son visage cassa quelque chose en Sirius. Il rugit et commença à s'avancer, jetant tous les sorts auxquels il pouvait penser dans les rangs des mangemorts épuisés et ignorant complètement la force de la traction sur le dos de sa veste. Regulus est tombé à l'un des sorts de Sirius, et Nott sur un sort qui ne pouvait être lancé que par Marlène McKinnon, le seul membre de l'Ordre resté hors de vue.

Regulus et Nott se débattaient, un Lestrange ou deux restaient baissés et criaient. Sirius était toujours en train de charger, la plupart du temps jusqu'à son frère quand il y eut un dernier remorquage sur sa veste, puis la sensation d'un corps se refermant sur le sien par derrière.

Il était par terre, à quelques centimètres des jambes de son frère alors que Regulus essayait de se relever sans succès. Sirius tendit le bras vers son frère emmêlé dans sa cape, alors que dans son dos Hermione jura doucement à son oreille et l'attrapa d'une forte poigne.

Sirius ressentit le sentiment distinct du transplanage et tenta son dernier espoir.

« Accio Regulus ! "

Son estomac tourbillonnait, son corps fut écarté du combat et ses mains étaient vides à l'exception de sa baguette.

End Notes:

Qu'en pensez-vous ?

 

Bisous de moi <3

Chapitre 10 : La Marque des Ténèbres by Miss Delavergne
Author's Notes:

Bonjour,

Je vous avais promis de mettre les prochains chapitres à jour plus rapidement, je vous prie de m'excuser. Les modérateurs ont mis plus de temps que prévu et du coup, ça m'a retardé. 

Ce chapitre est le premier avec le point de vue de Regulus Black. Il y en aura d'autres, ne vous inquiètez pas.

Je vous souhaite une agréable lecture !

 

Regulus Black, août 1978, Hambleton Hall, Kent.


Regulus Black se hissa hors de sa cape en laine, haletant. Le combat semblait s'être terminé. Au moins deux, voire probablement trois, membres de l'Ordre du Phoenix étaient venus ici, y compris l'ami de son frère Potter, et tous avaient disparu. Une situation qui ne plairait à personne.

Il a commencé le processus pour se redresser. Sa seule blessure était une petite égratignure sur son bras, qui ne prendrait pas beaucoup de temps et d'efforts à guérir comme par magie. Sa nouvelle cape était sale, il fallait la nettoyer. Son costume en dessous n'avait subi aucun dommage.

À côté de lui, Rodolphus Lestrange s'était extrait des serpents conjurés avec peu de tracas et tirait maintenant son frère sur ses pieds. Dolohov, quant à lui, était inconscient et Nott avait l'air d'être dans un pire état. Visiblement, il n'était pas doué pour le combat.

"Je serai enclin à le laisser là-bas, ne serait-ce que pour l'importance de cette soirée", a déclaré Regulus, regardant Dolohov.

"Lève-toi", grogna Rabastan Lestrange, l'air bien amoché après ce combat avec la moitié de son visage remplis de cloques de pus. Rabastan, malgré toutes ses compétences, n'avait pas tendance à être un duelliste que l'on craindrait. Et encore moins maintenant.

"J'ai toujours été le plus beau, mon frère", a déclaré Rodolphus, regardant Rabastan avec un rire que personne d'autre ne partagerait.

Le jeune frère de Lestrange fit un bruit quelque part entre le sifflement et le grognement, puis tourna sa baguette vers son visage et commença à murmurer un contre-sort en lançant de temps en temps des regards furieux aux autres. Nott, qui avait réussi à se relever du sol avait une méchante coupure à la jambe et marchait en boitant.

Regulus se détourna des autres et leva les yeux vers Hambleton Hall. Ce n'était pas la façon dont il s'était attendu à ce que cette nuit se passe quand Lucius lui avait demandé de se présenter au manoir. Ce devait être pour sa cérémonie où il prendrait la Marque, pas pour un combat sans importance.

Mais alors, s'était-il vraiment attendu à tout cela ? Il y a trois ans, il était encore le second fils d'une importante famille de Sang Pur, avec peu d'attentes le concernant autre que de bien se marier, bien qu'il n'était pas censé faire un aussi beau mariage que Sirius, à part produire des pièces de rechange pour la lignée familiale et aider son frère à gérer les biens de la famille de temps en temps. Sirius avait été difficile, avait dit leur mère à Regulus, mais elle était sûre qu'il finirait par revenir la queue entre les jambes. Il choisirait la famille à la fin, elle en avait été certaine.

Mais Sirius ne l'avait pas fait. Il s'était enfui pour vivre chez James Potter et les traîtres à leur sang, regardez où cela avait laissé Regulus. Il avait fait son propre choix de rester parmi les siens là où Sirius ne l'avait pas fait.

"Prêt, mon garçon ?" demanda Dolohov en apparaissant à son épaule.

"Comme toujours", a déclaré Regulus, bien qu'il se soit demandé s'il le serait vraiment un jour.

Le groupe plutôt hétéroclite marcha le long du chemin de graviers vers le manoir des Lestrange en silence. Dolohov voulait clairement faire des blagues, ou du moins bousculer un peu plus Regulus, mais l'un des frères Lestrange lui avait lancé un regard qui signifiait la mort.

Regulus supposait qu'ils ne le tueraient pas vraiment. Après tout, les mangemorts n'étaient autorisés à tuer d'autres mangemorts que sur l'ordre de Vous-Savez-Qui. Lucius avait dit à Regulus qu'il y avait de lourdes sanctions pour avoir désobéi à leur chef, mais il avait assuré à Regulus que vous n'étiez puni que si vous aviez fait quelque chose qui le justifiait. Lucius avait dit que Vous-Savez-Qui était ferme, mais juste.

Bien que, compte tenu de ce que savait Regulus à propos de la belle famille de sa cousine, il pensait qu'il était tout à fait possible que les frères Lestrange puissent tuer Dolohov s'ils le voulaient et faire ressembler l'incident au travail de l'Ordre ou à un accident. Soi-disant, leur père avait tué son propre père pour son héritage. Et il s'en était sorti, par la suite, sans faire l'objet du moindre procès. La rumeur disait que le ministre de la magie lui-même le savait mais avait trop peur d'agir, ça restait que rumeur et calomnie, même si c'était tout à fait possible. Il était bien sûr plus poli de prétendre que l'on ne connaissait pas le scandale, bien que tout bon sang-pur de la société sorcière en avait eu connaissance.

La famille Black avait sa propre part de scandales, elle aussi. Sirius inclus. Regulus se souvient encore des nombreuses discussions dont sa famille avait été l'objet dans la salle commune des Serpentard à Poudlard ; lorsque le fils aîné de la riche et célèbre famille Black avait été publiquement renié, et surtout lorsque quelques années auparavant alors qu'il venait à peine d'entrer en première année il avait été témoin du désaveu de sa cousine Andromeda. Au moins, ils avaient été prévenus du petit scandale que provoquerait Sirius à l'avenir dès son entrée à Gryffondor. Alors qu'Andromeda avait montré tous les signes qu'elle était la même que les autres avant de rentrer un soir à la maison avec un seul diamant étincelant sur sa bague de fiançailles que son Sang-de-Bourbe lui avait offert. Et ce n'était que sa génération.

Regulus était déterminé à ne pas être l'objet d'un scandale. Le nom des Black avait besoin d'un héritier, et il était le seul à pouvoir en fournir un. C'était son devoir. Sa mère faisait déjà le travail acharné de passer au crible les jeunes femmes de Sang Pur éligibles, et il pourrait commencer à rencontrer celles que sa mère jugeait les plus appropriées à Noël. Ils pourraient alors se marier dès qu'ils auraient tous les deux quitté Poudlard. Il ferait ce que Sirius était incapable de faire, ce que Sirius par égoïsme avait laissé derrière lui.

Rodolphus Lestrange, à la tête du groupe, s'était arrêté à quelques mètres de la porte d'entrée.

"Nous ne lui disons rien."

Regulus acquiesça. Ils s'étaient sortis du pire, et il ne pouvait pas admettre à leur maître que leurs techniques de combat s'étaient détériorées.

Nott tressaillit visiblement aux paroles de Rodolphus. Rabastan et Dolohov, l'ont également fait mais n'ont rien laissé entendre mieux maître d'eux-même. Ignorant tout ce qui était censé être, Regulus poussa les portes en bois ouvragées de Hambleton Hall et descendit le couloir dont le sol était en marbre. Ce n'est qu'après avoir parcouru sept ou huit pieds qu'il s'est arrêté, réalisant qu'il ne savait pas dans laquelle des salles de réception se trouvait la réunion.

"Rodolphus ?" Il a demandé. Il ravala toute peur qui pourrait avoir une chance de teinter sa voix. "Où dois-je aller ?" Toute la confiance qu'on lui demandait était présente dans son ton. Comme cela devrait être.

"Ah oui," dit Rodolphus. "Attends ici, nous t'appellerons." Il ouvrit une porte noire et fit entrer Regulus dans une petite salle d'étude luxueusement aménagée. La porte se referma derrière lui.

Sans rien d'autre à faire que d'attendre en silence, Regulus parcourut les hautes étagères en acajou qui bordaient la pièce. Beaucoup de titres étaient les mêmes que ceux qu'il avait à la maison, il y avait sur les hautes étagères d'épais tomes reliés de cuir sur l'économie, la politique et la magie complexe. Il a opté pour l'un de ceux qu'il avait vu dans la bibliothèque de son père à la maison, « Les Sang-de-Bourbe et le Magenmagot : la politique sorcière britannique 1895-1930 ». Il avait voulu y jeter un œil depuis que Lucius l'avait recommandé il y a quelques semaines, mais n'avait pas encore trouvé l'occasion.

Traversant la pièce, Regulus s'installa sur la chaise devant le bureau. Il pensait qu'il serait présomptueux de prendre le siège derrière ce dernier, c'était une grande chaise Louis XV composée de coussins en velours et dont les bras étaient garnis de pierres précieuses et de broderies d'argent, et c'était bien le fauteuil du chef de la maison. Le siège choisi par Regulus avait également des coussins en velours, mais était plus petit et beaucoup moins luxueux, c'était celui dédié aux visiteurs. Bien sûr, Regulus n'avait pas besoin d'être informé de tout cela. Il avait été élevé correctement.

Le livre était intéressant, s'il ne contenait pas beaucoup de choses qu'il ne connaissait déjà sous une forme ou une autre. Les choses dans la société sorcière qui avaient commencé à changer une fois que les Sang-de-Bourbe avaient été élus au Magenmagot, et ces changements n'étaient pas pour le mieux. Regulus connaissait déjà la plupart des exemples, bien sûr, grâce à des discussions avec ses amis et son père sur l'état du monde sorcier, mais le livre lui a donné de plus amples informations. Il ne s'était pas rendu compte que les Sang-de-Bourbe avaient supprimé les lois qui permettaient d'employer en priorité les sorciers de Sang-Pur dans leur entreprise. Comme si le Ministère devait avoir son mot à dire sur les choix d'une entreprise privée.

Il était en train de lire le deuxième chapitre du livre quand la porte s'ouvrit une fois de plus. Cette fois, c'était Lucius Malfoy qui se tenait dans l'embrasure de la porte, vêtu impeccablement de robes noires et argentées comme d'habitude et tenant une étrange sorte de canne.

"Ah, Regulus," dit Lucius. "Le Seigneur des Ténèbres est prêt pour toi maintenant."

Regulus replaça le livre sur l'étagère, ayant l'intention de retrouver la copie de son père ce soir-là pour le lire plus en détail.

"Cela fait-il partie de la cérémonie ?" demanda-t-il à Lucius, indiquant la canne.

"Cela ?" demanda Lucius. "Oh non. C'est juste quelque chose que j'ai ramassé hier à Barjow & Beurk. Je l'aime bien, n'était-elle pas parfaite pour moi ?"

"C'est très majestueux", a déclaré Regulus, étouffant un rire très inapproprié. La canne était ridicule, mais Regulus n'avait pas l'intention de dire cela à Lucius. Il avait besoin que l'homme soit de son côté, car il lui avait été très utile en recommandant Regulus à Vous-Savez-Qui sans exiger une faveur en retour.

"Merci," dit Lucius, gonflant légèrement sa poitrine. "Par ici. Tu n'es pas nerveux, n'est-ce pas ?"

Regulus ne savait pas pourquoi chaque mangemort qu'il avait vu ici ce soir était si déterminé à lui poser cette question. C'était comme s'ils pensaient qu'il était faible. Il était l'héritier de la famille Black et il était tout sauf faible. Il se placerait volontairement devant Vous-Savez-Qui, afin d'être à son service et de ramener la famille Black à sa place légitime à la tête de la société sorcière, et il n'y avait rien de faible à cela.

"Bien sûr que non," répondit-il. « Je souhaite faire ce qui doit être fait. »

"Et à juste titre," dit Lucius.

Ils étaient arrivés devant un ensemble de portes doubles. Lucius agita sa baguette, et les anneaux d'argent se tordirent puis les portes s'ouvrirent devant eux.

Ensuite Regulus entra dans la salle de bal, dont il se souvenait très bien lors des voyages effectués récemment par le passé. La réception du mariage de Bellatrix avait eu lieu dans la pièce peinte en noir et au haut plafond, qui avait été ornée d'arrangements floraux et de bandes de tissu vert émeraude. Cela avait été le premier événement officiel de Regulus en tant qu'héritier de la famille Black, et il avait fait de son mieux pour impressionner. Il avait dansé avec la fille Croupton, Elsie, qu'il avait beaucoup aimé, et la troisième fille de la famille Fawley, Adeline, qu'il avait encore plus apprécié. Et d'autres, bien sûr, parce qu'il n'était pas du genre à se dérober à ses fonctions.

Il ne devrait pas oublier de demander à sa mère de s'assurer qu'Adeline et Elsie soient inscrites sur la liste des épouses potentielles.

Bien sûr, il avait également assisté à la fête des fiançailles de Bellatrix ici-même, et cela avait été une occasion beaucoup moins agréable. Sirius qui était alors venu avec la famille, s'était arrogé le droit d'en informer tout le monde dans la pièce.

Aujourd'hui, la salle était débarrassée des tables, des chaises et des autres meubles, à l'exception d'une grande table à l'avant de la pièce. Il n'y avait pas de décorations élaborées, juste des bougies allumées sur les murs et le symbole de Vous-Savez-Qui illuminé au-dessus de la table. Les mangemorts bordaient les côtés de la pièce, tous dans des variations de robes noires et tous portant d'étranges masques en bronze. Certains des masques étaient simples, d'autres à motifs complexes ou gravés de runes de protection et de dissimulation.

Lucius posa son masque sur son visage et escorta Regulus le long de la ligne des mangemorts vers les trois personnes à l'avant de la pièce. La plupart des personnes masquées étaient des hommes, et Regulus était sûr qu'il aurait pu en nommer au moins la moitié avec les masques et plus encore sans. Quelques femmes ont honoré leurs rangs cependant ; il a reconnu la sœur de Nott, qui avait épousé un Burke, et les sœurs Rowle, Mercy et Euphemia.

Bellatrix, elle aussi, se tenait clairement devant la pièce, ses boucles noires tombant sur les côtés de son masque, aux côtés de Rodolphus Lestrange et de l'homme qui ne pouvait être que Lord Voldemort que Regulus avait l'intention de rejoindre.

Beaucoup de mangemorts hochèrent la tête à Lucius et Regulus alors qu'ils se dirigeaient lentement et régulièrement dans la pièce, en particulier ceux les plus éloignés vers l'arrière. Ceux plus près du front étaient plus gardés, regardant les deux hommes passer mais ne les reconnaissant en aucune façon. Il n'y avait pas d'autres moyen de les distinguer de ceux qui se trouvaient à chaque extrémité de la pièce ; partout il y avait un mélange d'anciens et de jeunes, Regulus était néanmoins certains de reconnaître les Sang-Purs et ceux de Sang-Mêlés, ainsi que les quelques femmes parsemées parmi les hommes.

Avant qu'il ne soit prêt à s'arrêter là, Regulus dépassa les derniers mangemorts et atteignit le devant de la pièce. Lucius se fondit dans les rangs des mangemorts, et Regulus resta debout devant l'homme à qui il comptait prêter allégeance.

"Regulus Black," dit Lord Voldemort, de sa voix douce. Ce n'était pas une question, juste une déclaration.

"Mon Seigneur," dit Regulus. Il inclina la tête et offrit d'abord sa baguette, tel que Lucius lui avait montré pour procéder.

"Bon garçon," dit Lord Voldemort. Il ne toucha pas la baguette de Regulus et lui fit signe de la replacer dans sa poche. « Lucius t'a bien préparé, je vois. Es-tu prêt à te joindre à moi et à ma petite bande d'amis et de camarades d'armes, Monsieur Black ?

"Je le suis."

Une acclamation éclata des rangs massifs des mangemorts. Ceux à l'arrière de la pièce s'étaient repliés pour former un demi-cercle avec Regulus en son centre, un demi-cercle de tissu noir et de masques en bronze qui reflétait la lumière des bougies. À travers les trous des yeux dans les masques, Regulus pouvait voir que tous les yeux de la pièce étaient focalisés sur lui.

« Comprends-tu dans quoi tu t'embarques, je te le demande ? »

"Lucius me l'a expliqué, mon Seigneur."

"Bien. Et pourquoi souhaites-tu me rejoindre ?"

« Je prévois de faire ce qu'il faut pour ma famille. Je souhaite une société où il n'est plus honteux d'être un sang-pur et un Black. Les sang-de-bourbe n'ont pas leur place dans notre monde et se considèrent comme égaux à un sorcier avec du vrai sang de sorciers dans les veines. Je veux pouvoir me lever et dire que je crois au caractère sacré de la société sorcière et des anciennes traditions. »

Lucius lui avait dit que la question serait posée et l'avait aidé à répéter la réponse. Ils en avaient traversé de nombreuses variantes, et c'était sur celle-ci qu'ils s'étaient arrêtés étant celle qui représentait le plus ses opinions et impressionnerait le plus le Seigneur des Ténèbres.

"Ta famille. Tu as un frère, je crois ?"

"Non. Non."

Lord Voldemort rit. C'était un rire comme aucun autre, le genre de rictus que Regulus n'avait jamais entendu de sa vie, légèrement teinté avec une nuance de méchanceté. "Pas de frère ? J'avais entendu dire que tu en avais un, un traître à son sang du nom de Sirius."

"Sirius n'est pas mon frère," cracha Regulus. "Il a cessé d'être mon frère le jour où il a quitté le bastion familial. Le jour où il a trahi tout ce qui m'est cher."

Regulus sentit une légère caresse de quelque chose, comme un coup de coude à l'intérieur de sa tête. Il avait été averti que le Seigneur des Ténèbres utilisait souvent la Légilimencie contre ses nouvelles recrues, pour rechercher des espions au milieu, et Regulus pensait que cela semblait éminemment sensé. Il avait appris les bases de l'Occlumancie de son père, mais il n'avait rien à cacher ici. Il repoussa ses souvenirs de Sirius ; le jour où il avait quitté la maison de la famille Black en disgrâce et les interactions avec lui dans les couloirs de Poudlard par la suite, cela montraient que Regulus n'avait aucun amour pour son frère. Pas maintenant, en tout cas. Ils s'étaient aimés quand ils étaient enfants, mais c'était avec un amour enfantin et non avec la connaissance que Regulus avait maintenant.

"Je vois que tu dis la vérité."

"Je ne vous parlerai jamais moins, mon Seigneur."

"Veille à ce qu'il en soit ainsi." Pour la première fois dans leur interaction, Regulus détecta une note de dureté dans la voix de son Seigneur, bien qu'il ait presque cru l'avoir imaginé car au moment où le Seigneur des Ténèbres parla ensuite, sa voix était de nouveau aussi douce que du miel. "Mais tu as toujours été fidèle à notre cause, n'est-ce pas ?"

"Je l'ai toujours été, mon Seigneur."

"Lucius me dit que tu n'es pas encore sorti de Poudlard, et je me suis demandé s'il était sage d'amener une si jeune recrue entre les murs du château et sous l'influence d'Albus Dumbledore."

"J'ai dix-sept ans, mon Seigneur. Je suis majeur et j'ai hâte de me battre. Quant à... Dumbledore", Regulus a dû mordre le terme professeur qu'il avait toujours ajouté devant le nom du vieux directeur, qu'il pensait ne pas être le bienvenu ici, "je n'ai jamais eu le sentiment que le vieil homme avait une quelconque influence sur moi."

"Et qui serait capable de t'influencer, Black ?"

« Ma mère », commença-t-il, jusqu'à ce qu'il entende le rire des mangemorts derrière et autour de lui. "Et mon père. Orion Black, qui croit en votre cause. Lucius Malfoy, qui m'a amené ici ce soir. Ma chère cousine Bellatrix. Horace Slughorn, mon chef de maison."

Il espérait que c'était la bonne réponse. Il avait senti qu'il devait mentionner Bellatrix, la façon dont elle le regardait avec ses yeux sombres depuis sa place d'honneur à côté de son Seigneur. Elle a affirmé que le Seigneur des Ténèbres lui faisait confiance au-dessus des autres.

"Un groupe digne. J'ai un grand respect pour toutes ces sorcières et sorciers. Ta mère est assez effrayante dans sa croyance en la famille Black, n'est-ce pas ?"

"Elle l'est."

« Maintenant, Regulus. Tu es de sang assez pur pour te joindre à moi et nous serions très honorés d'avoir un fils de l'une de nos familles les plus distinguées parmi nous. Tu as les références. Lucius, Bellatrix, Rodolphus, Severus ainsi que plusieurs autres se sont portés garants de ta volonté et de ton ardeur à devenir un membre digne de notre cause. Jusqu'à présent, tes actions ont été dignes d'un mangemort. Que souhaiterais-tu gagner en nous rejoignant ? »

"Gagner ?" Ce n'était pas une question à laquelle Regulus s'attendait.

"Oui. Tu es un Serpentard, n'est-ce pas ? N'as-tu pas une ambition personnelle saine ?"

"Je le suis. J'en ai une. Je souhaite gagner... je souhaite renforcer ma famille dans la société sorcière."

"Et tu le feras. Vois-tu ce que tu peux faire à propos de ton ancien frère, n'est-ce pas ?

"Je le ferai, mon Seigneur."

"Et maintenant, nous avons un dernier test avant que tu puisses rejoindre nos rangs, M. Black."

Regulus déglutit. Lucius n'avait pas été autorisé à lui dire quel serait le test final. Regulus imaginait quelque chose d'incroyablement douloureux, comme le test d'initiation pour entrer dans le club pour Serpentard à partir de la cinquième année.

« Raconte-nous ton secret le plus profond, Regulus Black. Et rappelle-toi, le Seigneur des Ténèbres sait quand tu lui mens. »

Bellatrix sourit et croisa soigneusement ses mains devant elle. Elle savait ce qu'il aurait à dire. Même si le dire était difficile, parce que l'honneur de la famille Black repose sur cela, il fera ce qu'il doit.

"Mon Seigneur, je le regrette, mais ..." il prit une profonde inspiration, plaçant sa main sur sa baguette dans la poche de sa robe pour se stabiliser. "J'ai eu une relation avec une fille au Sang-de-Bourbe."

La pièce éclata de rire, un rire fort et bruyant qui rebondit du plafond de la salle de bal et entoura Regulus.

"L'aimais-tu, mon garçon ?"

"Non. Elle était assez gentille, quand nous nous fréquentions. " Regulus pensa à la fille, une Poufsouffle appelé Sharon. Elle était blonde et mince, comme celles vers lesquelles il s'était toujours tourné, avec un esprit très rapide et un sens de la répartie. Ils avaient couché ensemble six fois dans un placard à balais au troisième étage durant un mois, puis elle l'avait jeté quand il avait refusé de l'emmener à Pré-au-Lard. Elle l'avait accusé de ne pas vouloir être vu avec elle, et étant donné que c'était la vérité Regulus n'avait rien trouvé à ajouter, en vérité il n'avait pas grand-chose à dire pour la détromper.

« Tu n'es pas le premier à mon service à avoir été avec une Sang-de-Bourbe. Certains ici ont même pensé en aimer une. » Le mangemort dont "Vous-Savez-Qui" parlait était certainement Severus Rogue, au milieu des rangs Regulus le vit bouger inconfortablement. « Nous ne jugeons pas cela. Si vous devez l'épouser... ce serait un problème. Mais ils ont leur utilité, les Sang-de-Bourbe, et je ne suis pas du genre à refuser à mes amis le plaisir où ils peuvent le trouver. »

Il y eut davantage de rires de part et d'autre des mangemorts.

"Je pense que tu seras bien ici. Dis-moi. Es-tu prêt à donner ta vie à la cause ?"

"Je le suis."

"Bellatrix." La femme, qui avait regardé sèchement les événements avec un léger sourire narquois sur le visage, se dirigea vers la table derrière elle. "Maintenant, Regulus, j'entends que ce sort peut faire un peu mal. Je ne le saurais jamais. C'est un sort de ma propre invention, et je ne l'ai jamais utilisé sur moi-même. Mais, je peux t'assurer que les avantages en valent largement la peine."

« Cela te liera à moi, mon cher Regulus, et aux autres que tu peux voir ici aujourd'hui. Nous serons comme les frères que tu aurais dû avoir. Et les sœurs, bien sûr. » Un signe de tête à Bellatrix, qui était revenue avec trois fioles de potion et une dague en argent. "Tu seras attaché à moi pour la vie et tu devras obéir à mes offres. En retour, je t'accorderai ce que tu désires le plus au monde; la chance de racheter ta famille et la société sorcière."

"Regulus Black, es-tu prêt à me rejoindre ?"

"Oui."

Bellatrix s'approchait de lui avec le poignard et les potions. Il lui était indiqué de serrer la main du Seigneur des Ténèbres, comme si on lançait un vœu incassable. Lucius lui avait dit que ce n'était pas le cas et qu'il ne mourrait pas s'il le cassait mais que ce serait toujours extrêmement imprudent. Rodolphus se tenait à côté d'eux, la baguette sortie.

"Promets-tu de m'obéir, de venir quand on t'appellera et de faire ce que je te demande en temps opportun, même si c'est quelque chose que tu ne souhaiterais habituellement pas faire ?"

"Je le promets", a déclaré Regulus. Bellatrix lui tendit la première fiole de potion et il la but.

"Promets-tu de respecter les principes de notre credo dans la mesure du possible, en éradiquant la malédiction des Sang-de-Bourbe sur notre Sang Pur et la tache sur notre société ?"

"Je le promets." Il but le deuxième flacon que Bellatrix lui avait remis avec des mains légèrement tremblantes.

"Promets-tu d'être un mangemort tant que durera ta vie ?"

"Je le promets." Regulus prit le dernier flacon et le bu d'une traite.

Il y eut un flash de lumière verte de la baguette de Rodolphus, qui se transforma en une corde semblable à un serpent autour de la main du Seigneur des Ténèbres et de la main de Regulus se tordant et se tournant. Il y avait une chaleur qui s'en dégageait, pas écrasante mais suffisante pour être remarquée, et Regulus sentit la magie effleurer alors sa peau alors que la corde sous la forme d'un serpent s'enroulait plus fortement autour de lui.

Autour d'eux, les mangemorts avaient fermé leurs rangs et formé un cercle serré. Chaque sorcière ou sorcier masqué tenait leurs baguettes en l'air et jetait une toile d'argent sur le sommet de la tête de Regulus et de celle du Seigneur des Ténèbres. Bellatrix et Rodolphus avaient glissé vers l'arrière pour rejoindre le cercle, et pour rejoindre le mur sans visage de bronze et de noir.

Ils chantaient, chantaient des sorts que Regulus n'avait jamais entendu auparavant parfaitement à l'unisson. Il y avait le bruit de la magie en arrière-plan, un bruit comme la ligne d'une basse dans l'un des redoutables groupes de rock sorcier que Sirius avait apprécié et avait joué à la maison pour irriter leurs parents.

Le Seigneur des Ténèbres plaça la pointe de la dague d'argent sur le bras de Regulus. Il était composé d'une poignée en serpent avec une émeraude pour œil, une dague de Serpentard s'il en avait jamais vu. Il ressentit la forte piqûre de la lame perçant sa peau, et une fiole de rechange tinta alors que quelques gouttelettes de son sang étaient recueillies et placées en toute sécurité dans la robe du Seigneur des Ténèbres. Il recula d'un pas, un sourire calme sur le visage.

C'est alors que Regulus ressentit la douleur.

Le poignard sur son bras bougeait, dirigé par la baguette du Seigneur des Ténèbres, mais Regulus le remarqua à peine. Il aurait pu y avoir une lame dans son bras ou mille pour la douleur qu'il ressentait. Son corps tombait sur lui-même. Son cerveau s'était brisé en mille petits morceaux et avait explosé à travers la pièce. Cela ne ressemblait à rien de ce qu'il avait jamais ressenti.

Il ne crierait pas.

Regulus se laissa tomber à genoux. Le couteau est resté stable, faisant son travail. La douleur ne venait pas de son bras. Pas plus que partout ailleurs. C'était partout. Dans ses pieds, dans sa poitrine, sa tête, ses jambes, ses mains. Il se déchirait et était obligé de se ressaisir en même temps.

Et il ne pouvait pas penser.

Le chant était plus fort.

La magie battait.

Il était divisé en deux.

Une douleur éclata dans sa poitrine, un millier de couteaux le portant d'un seul mouvement. Regulus agrippa sa poitrine pour se stabiliser et ferma les yeux.

Il ne crierait pas.

La voix de Bellatrix éteignit les bougies. Regulus ferma les yeux. Il ne crierait pas.

Il ne pouvait plus rien supporter, mais cela arrivait toujours.

Une douleur qu'il ne pouvait décrire.

Psalmodie.

Vrombissant.

Lumière.

Bruit.

Le couteau était chaud, puis il faisait froid, chauffant son sang et le congelant.

Il n'avait jamais ressenti une telle douleur.

Douleur.

La.

Pire.

Douleur.

Il avait du mal à respirer. Il arrivait à supporter la douleur par halètements irréguliers. Sa tête était légère. Ça explosait.

Il attrapa sa baguette. S'il pouvait maudire ses pieds, ils ne seraient plus en feu. Maudites sensations dans sa propre poitrine. Pas le bras.

Et puis ça s'est arrêté. Les bras de Regulus tombèrent sur ses côtés et ses yeux s'ouvrirent.

"Tu as bien fait," dit la voix douce et mielleuse du Seigneur des Ténèbres. "Tu n'as pas crié. C'est... exceptionnel. Bienvenue chez les mangemorts, Black."

Ensuite, il a disparu en faisant voler sa cape derrière lui. Le Seigneur des Ténèbres était parti.

À sa place se tenaient Lucius et Bellatrix. Il souleva Regulus du sol et Bellatrix lui tendit son propre masque de bronze. Pendant qu'il le prenait, le métal scintillait d'une lumière presque en reconnaissance de son nouveau propriétaire. Il se demanda pourquoi, mais il n'y avait plus d'espace dans son cerveau pour les questions. C'était comme si une flotte de Doxies s'était réfugiée là-dedans, s'agitant et mordillant l'intérieur de son crâne.

"Mon cher cousin, je savais que tu ne nous laisserais pas tomber !" Bellatrix l'enveloppa dans une étreinte inhabituelle. Regulus l'avait à peine vue montrer ce niveau d'affection à son propre mari.

"Félicitations, Regulus," dit Lucius. "Prends ça."

Il tendait à Regulus un verre de liquide ambré, presque certainement du Whisky Pur Feu. Dans l'espoir que cela répartisse les sentiments dans son cerveau et dans son corps, Regulus but le verre en un seul. La brûlure habituelle de l'alcool sur sa gorge à peine enregistrée.

Lucius le frappa dans le dos.

« Viens, maintenant, je dois faire quelques présentations », a-t-il dit. « Tout le monde voudra te rencontrer. L'héritier des Black est la dernière recrue de la cause. Tu nous as rendu ta famille et moi fiers. »

Sa famille. Oui, sa mère et son père seraient à juste titre fiers de la façon dont il s'était conduit. Ils étaient trop vieux pour y adhérer eux-mêmes, il l'avait senti, mais avaient plus qu'approuvé les intentions de Regulus. Il s'agissait d'eux, et des héritiers qu'il produirait, et un peu de douleur ne l'empêcherait pas d'arriver à la fin qu'il avait en tête.

End Notes:

Je suis heureuse de vous retrouver pour ce dixième chapitre. On en apprend plus sur Regulus et la famille Black. Que pensez-vous de Regulus ? Est-il comme vous l'aviez imaginé ? Une bièraubeurre en l'échange d'une review ? Je vous embrasse ♥️

Chapitre 11 : Un charme de Silence by Miss Delavergne

Hermione, août 1978, Saltburn.


Elle atterrit en tas sur le sol en béton dur de la ruelle derrière leur maison, avec Sirius en quelque sorte au-dessus et en dessous d'elle. Elle n'était pas habituée à transplaner avec une personne peu disposée et beaucoup plus lourde. Il était presque certain que son coude lui ferait des ecchymoses et très probablement sa jambe aussi. Pourtant, elle pouvait guérir ça, et elle n'aurait pas pu guérir les effets de tout ce que Sirius avait fait.

Sirius se battait pour s'extraire et se relever tout seul. Elle a fait de même, terminant debout, le dos contre une clôture. Son coude saignait légèrement.

Il la regardait de l'autre côté de la ruelle, éclaboussé de sang et son jean déchiré aux genoux. Ses cheveux qui avaient l'air d'être brossés auparavant semblaient maintenant avoir été traînés à travers une haie vers l'arrière de son crâne. Elle a réfléchi à quoi il ressemblait essentiellement, plutôt à une tache boueuse sortie de buissons ou de l'arrière d'un sous-bois en tout cas.

"Merci pour le sauvetage", cracha-t-il. "La prochaine fois, ne t'embête pas."

"Tu as dit que tu n'allais pas réessayer !"

"Je ne l'ai pas fait. Je me souviens clairement m'être excusé de t'avoir menti, et depuis lors, je n'ai rien dit sur mes plans."

"Tu as dit que tu allais à la friterie !" Elle savait que sa voix était hystérique, qu'elle était aiguë et légèrement gémissante. Elle ne s'est pas sentie capable de s'en soucier.

« J'ai dit que je pourrais. Je pourrais toujours y aller. Vu que je n'ai plus rien à faire maintenant à cause de ta putain d'interférence. Es-tu toujours comme ça ? As-tu toujours besoin de contrôler ce que tout le monde fait ? » Sa voix était basse et en colère, grognant autant que ses mots. "Suis-tu régulièrement tous ceux qui vont à cette putain de friterie ?"

"Seulement quand je ne leur fais pas confiance !"

« Je t'ai dit de me faire confiance. Je sais ce que je fais ! Et tu sais très bien quelles ont toujours été mes intentions ! »

"Et je sais que tu vas tout gâcher si tu continues comme ça !"

"Oh oui ? Est-ce bien ce que tous tes calculs et lectures t'ont dit ? Vraiment, Hermione ? Ce n'est pas déjà complètement ruiné, si tu ne l'avais pas remarqué !"

Une fenêtre s'est ouverte dans la maison derrière Hermione, et la tête d'une femme moldue aux cheveux blonds est sortie. Elle était accompagnée du son d'un bébé qui hurlait et d'un enfant qui gémissait.

"Allez-vous emmener votre putain de domestique ailleurs ?" elle a crié. "J'ai un bébé qui essaie de dormir ici, apprenez lui quelque chose à faire !"

"Nous sommes désolés !" Cria Sirius en retour et il attrapa le coude d'Hermione. "Allons. Nous devons bouger. Elle a raison. Ce n'est pas l'endroit."

"Et ce n'est pas fini," siffla Hermione en se laissant conduire hors de la ruelle et vers l'avant de leur maison.

"Bien sûr que non," répondit-il.

Ginny et Luna étaient dans la pièce de devant quand ils ont ouvert la porte. Luna lisant sur le fauteuil marron moelleux, et Ginny en équilibre sur une jambe au centre de la pièce. Parfois, elle sautait d'un pied à l'autre.

"Exercices améliorant l'équilibre," dit-elle alors qu'Hermione et Sirius entraient dans la maison. Soit elle n'avait pas remarqué la lueur sur le visage de Sirius, ce qui était sûr c'est qu'Hermione affichait la même, soit elle s'en fichait. "L'entraîneur des Harpies nous oblige à le faire durant vingt minutes. Et dit que si nous pouvons le faire, nous pouvons rester sur notre balai quoi qu'il arrive."

"Elle a réussi à tenir dix-huit minutes jusqu'à présent", a déclaré Luna, regardant par-dessus sa copie de "Sombres Histoires de Goules". "Et elle est tombée deux fois, ce qui, selon elle, ne compte pas."

"Dis ça à quelqu'un qui s'en soucie," dit Sirius, menaçant. Il a piétiné les escaliers. Plusieurs bruits forts et sourds sont venus depuis l'étage supérieur de la maison, puis le claquement d'une porte et le silence.

"Est-ce que je veux savoir ?" Demanda Ginny, sautillant à nouveau.

"Probablement pas," dit Hermione. Elle se jeta sur le canapé. Il était important que Ginny le sache et Luna, mais ce n'était pas comme si elle voulait vraiment en parler en ce moment. "Je ne sais même pas si je sais. Eh bien, je le fais. Et c'est de la merde."

"Ne sais-tu que parler par énigmes ?" demanda Luna. "Est-ce ce qui est frustrant pour Sirius ? Il n'a pas l'air content, n'est-ce pas ?"

"Dis-moi quelque chose que je ne sais pas," dit Hermione.

"D'accord." Luna posa son livre, pliant soigneusement un marque-page comme elle le faisait. "Il n'a pas encore analysé ce qu'il pense de toi."

"À propos de moi ?" Demanda Hermione.

"Je veux vraiment savoir, j'ai décidé", a déclaré Ginny, interrompant heureusement tout ce que Luna allait dire. Elle vacilla et retomba. « De plus, nous devons nettoyer ce tapis. Maman a un charme qui évacue toute la poussière et l'envoie par la porte dans un petit ruisseau soigné, mais quand je l'ai essayé, tout s'est envolé vers mon visage. »

« Nous avons un aspirateur », a déclaré Hermione.

"Un quoi ?" demanda Luna.

« Papa en avait un. Il a explosé quand il a essayé de l'utiliser et maman l'a jeté. Elle a menacé de le dénoncer à son propre service au Ministère. Fonctionnent-ils vraiment alors ? »

"Ils le font," dit Hermione, incertaine de vouloir expliquer comment. Arthur Weasley aurait passé une journée intéressante dans cette maison, avec chaque engin moldu des années 1970 en parfait état de fonctionnement.

"Mais ce n'est pas exactement le problème, n'est-ce pas Hermione ?" Luna la regardait très attentivement.

"Non. Merci, Luna. J'ai suivi Sirius de la maison plus tôt et je l'ai saisi quand il a transplané depuis la ruelle. Il... eh bien... je ne sais pas exactement ce qu'il avait l'intention de faire, mais nous nous sommes impliqués dans un combat entre l'Ordre et les mangemorts devant un immense manoir. Sirius savait qu'ils seraient là, je pense."

"Sérieusement ?" Ginny avait l'air outrée.

"Eh bien, c'est peut-être la façon dont il a senti qu'il devrait agir pour le mieux pour faire face à la situation dans laquelle il se trouve." Luna était plutôt réfléchie.

Hermione se hérissa légèrement. « Il pourrait le penser », répliqua-t-elle, « mais pas le reste du monde. »

"Je ne suis pas sûre que tu nous aies jamais demandés nos opinions", a déclaré Luna.

"Je n'en comprends pas la moitié", a déclaré Ginny. "Je ne suis pas sûre que le mienne compterait pour beaucoup."

"Luna," dit Hermione, sa colère augmentant à nouveau. "Tu pensais que nous étions morts."

"Et je n'ai toujours pas exclu cela", a déclaré Luna, calmement. « Je pense juste que nous devrions peut-être être plus conscientes de toutes nos options et de les considérer toutes de la même manière, sans prendre en compte uniquement une certaine sagesse perçue à propos des voyages dans le temps et des autres innombrables façons dont nous aurions pu arriver ici avec ce que nous aurions supposé avoir été par le passé. Et le passé de Sirius, en particulier. Il a au moins la chance d'avoir été ici auparavant, et nous ne l'avons certainement pas fait. »

"Ouais, je n'ai pas compris la moitié de ça", a déclaré Ginny.

"Ne te considère pas comme stupide, Ginevra," dit Luna.

« Je suis plus intelligente que Ron », a déclaré Ginny, "et c'est la norme à laquelle je me suis toujours tenue. Réalisable. Je suis aussi beaucoup plus douée au Quidditch que lui et en relations amoureuses. Malheureusement pour Hermione."

"Une personne ici peut-elle s'en tenir à l'essentiel ?" Hermione perdait le peu de patience qu'elle avait réussi à conserver. Personne ici n'était stupide, mais tous s'avéraient totalement incapables de l'écouter ou de regarder les choses d'un point de vue scientifique. Scientifique n'était pas le bon mot. La société sorcière n'en avait aucune idée. Théorique. Et aucun d'eux ne pouvait s'en tenir à l'essentiel.

"Luna, va chercher Sirius," dit Ginny. "Hermione, reste ici."

Que Luna savait ou non ce que Ginny avait l'intention de faire, elle a fait ce qu'on lui avait demandé. Hermione se dirigea vers la cuisine et chercha un verre d'eau. Sirius entra dans la pièce de devant en même temps qu'Hermione, et tous deux ouvrirent immédiatement la bouche. Aucun son n'en est sorti.

"J'ai utilisé un sort de silence sur vous deux," dit Ginny d'un air suffisant, levant sa baguette pour leur montrer. "L'une des meilleures techniques de maman. Je l'enlèverai quand vous vous sentirez prêt à parler sans vous crier dessus ou sur nous. Crier, jurer, nous interrompre et être inutilement grossier me fera de nouveau vous faire taire. Compris ?"

Sirius et Hermione se regardèrent, puis Ginny se mit à rire.

"Je ne comprends peut-être pas la théorie du voyage dans le temps", a-t-elle dit, "mais j'ai quelques tours dans ma poche."

Hermione discernait pleinement en ce moment que Ginny était la fille de Molly Weasley. Et que toutes deux étaient liées à Fred et George.

Sirius se jeta sur le canapé et resta immobile, les bras croisés. Hermione s'assit sur la chaise que Luna avait libérée, et Luna s'était gentiment assise en tailleur sur le tapis.

C'était une idée ridicule, pensa-t-elle. Parler à Sirius n'allait rien changer. Elle avait essayé cela, et cela l'avait amené à l'éviter et à faire ce qu'il allait faire de toute façon. Elle n'avait toujours aucune idée de ce qu'il avait prévu ce soir-là, ni même où ils étaient allés. Ou à quoi cela avait-il servi, sauf à provoquer de nouvelles catastrophes futures, sans précision.

Elle devrait peut-être essayer de demander cela. Si cela se traduisait par des cris, Ginny pourrait simplement le faire taire à nouveau et au moins elle aurait essayé de faire quelque chose de constructif avec cet homme.

Hermione leva la main. Ginny eut un petit sourire légèrement triomphant et agita sa baguette pour retirer le sort de silence.

"Sirius, qu'avais-tu prévu exactement ce soir ?"

Ginny le regarda et enleva le charme de Sirius avec un regard d'avertissement.

"J'allais m'assurer que mon frère ne prenait pas la Marque des Ténèbres."

Il n'y avait aucun sort de silence en place dans la pièce, mais personne ne parla.

Hermione ne pouvait pas voir la logique dans ses plans. Il avait dit qu'il ne pouvait pas pardonner à son frère. Ginny semblait attendre qu'Hermione réagisse. Et Luna fredonnait, presque comme si elle avait réglé ça par elle-même.

Mais Sirius avait dit qu'il voulait aider Regulus. Et en tant qu'étudiant de dix-sept ans qui n'avait pas encore pris la Marque des Ténèbres, peut-être n'avait-il encore rien fait qui aurait besoin d'être pardonné. C'était toujours une idée stupide, mais peut-être y avait-il une logique après tout.

Alors que les filles restèrent silencieuses et assez perplexes à ce sujet, Sirius continua. « James était là ce soir, et la dernière fois, il m'a dit que Regulus était présent ce soir là et que quelque chose de grand allait se passer. Les mangemorts avaient un événement ou une cérémonie. Regulus n'avait pas encore la Marque sur son bras ce soir, mais nous l'avons vu se battre juste avant son retour à Poudlard, dans quelques semaines, et à ce moment là il l'avait. C'était probablement ma dernière chance d'empêcher mon frère de devenir un mangemort. » Sa voix était plate et sans émotion, mais son corps tremblait légèrement.

"Où étions-nous ?" Demanda Hermione.

« Hambleton Hall. La maison ancestrale des Lestrange, et donc la résidence principale de Bellatrix. Voldemort y passait beaucoup de temps. »

"Merde," dit Ginny. "Je suis désolée, Sirius. Ce doit être une chose horrible à savoir, que ton frère vient sûrement d'être marqué. Si c'était l'un des miens, je voudrais l'aider. Ou le tuer. Peut-être les deux."

"Hermione est-elle désolée ?" Si les yeux seuls pouvaient lancer des sorts, Hermione était sûre que des malédictions lui parviendraient.

"Je suis désolée, mais nous n'aurions rien pu faire sans ..."

"Montre-moi la preuve", a-t-il dit.

Hermione prit une profonde inspiration. Elle ne pouvait pas être la première à perdre son sang-froid, pas quand Sirius parlait réellement pour une fois.

« Je n'ai aucune preuve », a-t-elle finalement déclaré.

"Exactement." Ses bras s'affaissèrent sur ses côtés et il ferma les yeux. « Il n'y a aucune preuve que tout ce que nous faisons maintenant changera quoi que ce soit, et il n'y a aucune preuve que cela ne changera pas simplement parce que nous étions ici. Si j'étais tout à fait honnête, je dirais qu'il n'y a aucune preuve que tout ne soit pas déjà foutu si nous essayons, du moins sur la base de tes calculs. »

"Tu as lu mes notes."

« Tu as bien lu mon bloc-notes. Il s'agit d'une violation égale de la vie privée, je dirai, et je n'ai lu tes notes qu'hier quand tu étais avec Ginny. »

"N'abordons pas qui a foiré et trahi la confiance de l'autre en premier", a déclaré Ginny.

Hermione sentait que c'était injuste. Elle avait violé sa vie privée, supposait-elle, mais elle l'avait fait pour une très bonne raison. Ce n'était pas comme si elle espionnait pour savoir qui il aimait, ou pour copier ses devoirs, ou toute autre des nombreuses raisons que ses camarades de dortoir à Poudlard avaient eu pour fouiller les troncs des uns et des autres.

Cependant, elle ne pouvait pas nier que ce que Sirius avait dit était vrai. Toutes ses recherches avaient abouti à une conclusion, à savoir qu'il n'y avait pas de consensus sur ce que ferait leur présence dans le passé.

"Il a raison, n'est-ce pas, Hermione ?" dit Luna.

Elle a été forcée de considérer que Luna pourrait aussi avoir lu ses notes. Ce n'était pas vraiment surprenant, car Luna lisait presque n'importe quoi. Elle souhaitait pouvoir dire que Luna et Sirius avaient probablement tiré les mauvaises conclusions, mais ils étaient tous les deux intelligents et ils étaient arrivés exactement à la même conclusion qu'elle avait tirée. C'était tout un bordel.

Toutes les autres personnes dans la pièce l'avaient fixée avec un regard dans l'expectative. Sirius s'était même calé un peu plus en avant pour entendre sa réponse. Elle devait finalement dire quelque chose. Eh bien, elle ne l'a pas fait. Elle pouvait faire l'approche de Sirius à savoir les ignorer tous pendant des jours puis s'enfuir, mais ce n'était pas l'option la plus mature.

"Oui. Il a raison."

"Merde."

"En effet."

"Suis-je la seule à ne pas savoir ?" demanda Ginny.

"Tu veux dire, es-tu la seule à ne pas avoir parcouru mes papiers privés ?"

"Quand tu dis les choses de cette façon, cela me fait paraître moins mal informée et beaucoup plus polie", sourit Ginny.

« Tu as été très polie jusqu'à l'âge de douze ans », a déclaré Hermione. "Je ne suis pas sûre que tu le sois depuis."

"J'ai l'impression," dit lentement Luna, "que tu étais celle qui nous rappelait l'importance de rester avec un point dans un argument et de nous y retrouver, Hermione."

Hermione était sûre que c'était la chose la plus proche de la vérité que Luna ait jamais pu dire. Mais elle avait raison, ils avaient encore une fois abandonné le sujet en question, et il est important qu'ils terminent cette discussion pendant que tout le monde est calme et disposé à parler. Sirius en particulier.

"Alors, Hermione," dit Sirius. "Pourquoi ne dis-tu pas à Ginny ce que tu as découvert ?"

"Tu m'as dit hier, que tu avais découvert que tu pourrais être en mesure de nous sauver, et quelque chose au sujet de ton précédent retourneur de temps n'ayant pas eu ce pouvoir, que tu devais rattraper."

"Oui," dit Hermione. Elle but une gorgée d'eau. "Le retourneur de temps que j'ai utilisé lors de ma troisième année... peut-être que je ferai mieux de commencer au tout début. À la fin des années 1700, un homme appelé Herbert Dinglewood a commencé à expérimenter la magie du temps d'une manière ordonnée. Il y avait presque certainement eu des expériences avant la sienne, mais il était le premier à le faire de ce que les moldus appellent de manière scientifique avec une théorie expérimentale appropriée. Il a construit ce qui pourrait être décrit comme le premier retourneur de temps et l'a utilisé pour voyager dans le temps à plusieurs reprises."

"Il est difficile de savoir s'il a changé quoi que ce soit, car les registres de l'Histoire sorcière étaient suffisamment en conflit les uns avec les autres. Le Ministère s'y est intéressé, cependant, et a offert à Dinglewood un poste au Département des Mystères, où il a poursuivi son expérimentation avec le financement officiel. Il y a eu une période d'un peu plus de cent ans qui est communément considérée comme l'ère d'où provient la plupart de nos connaissances sur la magie du temps, où des expériences ont été menées régulièrement avec différentes formes d'appareils de voyage dans le temps et des durées de séjour différentes dans le passé et le temps passé en arrière. Les retourneurs de temps qu'ils ont fabriqués pouvaient alors vous ramener dans le futur."

« Ils n'avaient jamais tenté de remonter plus de cent ans dans leur passé, et tous ceux qui étaient remontés plus de cinquante ans en arrière avaient tendance à mourir assez peu de temps après. Il y a eu un accident en 1899 quand un langue de plomb appelée Eloïse Mintumble a tenté de remonter plus loin et s'est retrouvée piégée dans les années 1400. Elle est décédée à son retour dans son époque. Son corps a essentiellement vieilli près de 500 ans en une seule fois. Il est donc possible d'avancer dans le temps, au moins jusqu'au point où vous avez initialement utilisé votre retourneur de temps, si vous avez le bon appareil, mais ce n'est pas nécessairement conseillé. »

« Nous sommes bien dans ce laps de temps, n'est-ce pas ? Il nous reste moins de cinquante ans. »

"Oui," dit Hermione. "Bien que les choses aient évolué depuis. Après la mort d'Eloïse, le Ministère a adopté des règlements sur l'expérimentation du temps et a tout interdit, à l'exception du retourneur de temps que j'ai eu en ma possession. Ils étaient limités pour ne pas pouvoir revenir en arrière plus de cinq heures en une seule fois, et pas plus de huit heures en arrière sur une période de vingt-quatre heures. Une grande partie des données sur l'expérimentation du temps précédente a également été détruite, le ministre de l'époque était particulièrement prudent et a organisé un autodafé de masse de toute la section du temps du Département des mystères."

"Et puis nous avons détruit ce qui restait le jour de la mort de Sirius."

"Nous l'avions fait. Il y a quelques années, le Département des Mystères a manifesté son intérêt pour renouveler ses recherches sur les voyages dans le temps. Kingsley était réticent, mais il leur a permis une expérimentation de base à condition que tout reste théorique et qu'aucun voyage n'ait été fait jusqu'à ce que leur théorie et leurs calculs puissent être examinés de manière indépendante."

"Qu'est-ce que Kingsley a à voir avec tout cela ?" demanda Sirius. "Cet homme était un auror."

"Je ne devrai pas te dire ça," dit Hermione. "Mais je ne devrai pas raconter cette partie à l'un d'entre vous, car l'une des autres conditions de la recherche était qu'elle devait rester strictement confidentielle. Kingsley ne voulait pas que le grand public se rende compte que le Ministère pouvait voyager à nouveau dans le temps. Il était ministre de la magie à ce stade de l'histoire, Sirius."

"Toujours le plus performant," dit Sirius.

"Quoi qu'il en soit, les recherches sur le temps ont recommencé au début des années 2000. Kingsley a approuvé la création d'un appareil pour voyager dans le temps à la fin de l'année 2001, ce qui a conduit à l'arrivée du prototype sur mon bureau. En substance, c'est la même chose que les retourneurs de temps précédents, cela fonctionne via l'inclusion des principes Furstian avec les charmes essentiels et l'agent temporel, qui dans ce cas est une infusion de sable Sespilien, une pierre Morek, et ..."

"Nous n'allons pas comprendre ça," l'interrompit Ginny. « Eh bien, Luna ou Sirius le pourraient. Viens en aux faits, s'il te plaît ? »

« Ça marche », a déclaré Hermione. « Ce n'est pas pareil, cependant. Il y a une interface différente et moins de limites que les précédents. Apparemment, les langues de plomb pensaient que personne ne serait assez stupide pour l'utiliser d'une manière qui les ferait tuer. J'ai recommandé, ou j'allais recommander, dans mes critiques en réponse qu'ils devraient ajouté ces limites. Sait-on jamais. »

"Ne faites jamais confiance au grand public", a déclaré Ginny. "C'est ce que papa dit."

"C'était très facile d'entrer dans le Département des Mystères cette nuit-là, et Sirius est mort", a déclaré Luna.

"Exactement," dit Hermione. "Lucius l'a probablement déverrouillé pour les mangemorts d'une manière ou d'une autre, mais c'est quand même dangereux. Parce que beaucoup de données sur les retourneurs de temps d'origine ont été brûlées, comme je l'ai dit, ces derniers étaient à environ 50% de la mémoire des langues de plomb sur ce que les précédents avaient été et les 50% restants sont de la théorie et, finalement, des hypothèses. En théorie, il peut avancer ou reculer dans le temps. Cependant, nous ne savons pas comment le faire, et les langues de plomb non plus. La dernière fois qu'un retourneur de temps a été utilisé pour avancer dans le temps c'était 1899."

« En fait, ils se sont mis en quatre pour dire qu'ils ne savaient pas si cela fonctionnerait, même pour reculer, mais ils étaient raisonnablement convaincus que ce serait le cas. »

"Pourquoi ne l'ont-ils pas testé ?" demanda Sirius.

« Nous ne leur avions pas encore donné l'aval du bureau du ministre. Kingsley n'était pas sûr que ce soit une bonne idée. Il avait un peu froid aux pieds, je pense. »

"Et qu'en est-il de notre capacité à changer les choses ?" Ginny se dirigea vers la cuisine et revint avec des pommes.

"Eh bien, c'est compliqué."

"Qu'est-ce qui ne l'est pas ?" demanda Ginny, mangeant un peu de sa pomme.

"D'accord. Il existe donc deux théories prédominantes sur le voyage dans le temps. La première est la boucle décontractée, que tu connais Ginny d'après ce que Harry t'a dit à propos de la nuit où nous avons sauvé Sirius. Essentiellement, il pouvait lancer son Patronus cerf même s'il ne l'avait jamais fait auparavant parce qu'il s'était vu le faire quand il l'avait vécu la première fois."

"Et tu ne sais pas combien je t'en suis reconnaissant, sinon je serai resté la triste petite enveloppe d'un homme avant que vous ne puissiez me sauver Harry et toi," dit Sirius. « Passe-nous une pomme, Ginny ? Hermione ne m'a toujours pas laissé descendre ma fringale. »

Hermione continua, ignorant Sirius alors que Ginny utilisait ses compétences de Poursuiveuse à bon escient et qu'une pomme passa devant sa tête.

« L'autre est que tout ce que vous faites a la capacité de changer quelque chose. C'est ce qui m'inquiète. Si nous devions sauver James et Lily Potter en 1981, cela pourrait avoir un effet papillon sur autre chose. Cela peut signifier par exemple que Harry meurt, ou que Voldemort échoue, essaie à nouveau un autre jour, et que tous les trois meurent. Ou qu'il abandonne Harry et s'attaque à Neville, qui meurt et cela renforcerait la puissance de Voldemort. »

"D'accord," dit Ginny.

"C'est plus une question de fin morbide du continuum des effets possibles", a déclaré Luna. "Mais je comprends ton point."

"Ou nous pourrions faire beaucoup de bien", a déclaré Sirius.

"Et c'est là que vous deux êtes essentiellement en désaccord", a déclaré Ginny. "D'accord. Et maintenant ? Rappelez-vous, je tiendrai absolument ma promesse de vous faire taire s'il y a des cris."

"Elle a tendance à commencer à crier," grommela Sirius, mais il resta silencieux en regardant Ginny.

« Je ne pense toujours pas que chercher délibérément à jouer avec le temps soit une bonne chose », a déclaré Hermione. « Il est possible que nous soyons censés être ici, mais je ne pense pas que nous ayons la moindre preuve que nous le sommes. Et dans quelle mesure est-il probable que nos deux groupes soient censés être ici et se rencontrer ? Nous venons de deux époques différentes et de deux manières différentes. Sirius est arrivé ici d'une manière dont je n'ai même jamais entendu parler. »

"Ce n'est pas parce que tu n'en as jamais entendu parler que cela ne s'est jamais produit auparavant et n'est pas parfaitement ordinaire", a déclaré Luna. "Personne ne croyait aux Nargoles."

« Ils n'existent pas », a déclaré Hermione.

"Je doute que tu aies déjà vu un Lethifold non plus, et nies-tu qu'ils existent ?"

"Les enfants", dit Ginny, en leur montrant sa baguette en signe d'avertissement.

"Je ne vois pas pourquoi nous ne pouvons pas," dit Sirius. "Nous pouvons être prudents."

"Prudent ?" dit Hermione. "Tu ne peux pas prudent avec tous ceux que tu aimes, et cela peut encore entraîner des conséquences que tu ne peux même pas imaginer."

« Putain de merde, Hermione, tu penses que je suis dense ou quoi ? Je peux imaginer beaucoup de conséquences, et il y en a pas mal si nous ne faisons rien ici aussi. James. Lily. Harry grandissant orphelin. Remus mourant. Et moi. Peut-être que vous gagnez à la fin, mais le coût en vaut-il la peine ? Et si nous pouvions le faire plus rapidement ? »

"Et si nous les tuions de toute façon ?"

"Nous ne le ferons pas !"

"Comment le sais-tu, Sirius ?" Hermione pouvait sentir sa voix devenir plus haute et plus proche des cris. Elle prit une profonde inspiration. Personne ne pouvait déterminer toutes les innombrables façons dont les conséquences de leurs actions pourraient interagir, personne.

"Comment sais-tu que je vais tout foutre en l'air ?" Il était sur le point de crier maintenant aussi. "Je ne suis pas stupide."

"Je n'ai jamais dit cela !"

«Oui, tu as bien fait ! Tu n'en sais pas plus que moi sur ce qui pourrait potentiellement arriver, et pourtant tu agis comme si tu savais tout bordel ! Tu retiens des informations sur votre avenir en pensant que cela m'évitera de tomber dans un piège, ainsi tu peux contrôler ce qui se passe ! »

"J'essaie de garder mon avenir en sécurité !"

"Tu le rends moins sûr ! Je vais essayer que tu me donnes ces informations ou non. Si tu me les donnes, je pourrais les trier et élaborer un plan qui fera mourir moins de gens, j'en suis sûr ! Tu es inutilement obstructive et des gens vont mourir, putain ! Ce n'est pas un jeu !"

Hermione ouvrit la bouche pour répliquer et découvrit une fois de plus qu'aucun son ne pouvait en sortir. Sirius semblait avoir un problème similaire.
"J'ai dit que je le ferai", a déclaré Ginny. "La honte. Vous vous débrouilliez si bien."

"Je ne croiserai pas Ginny, si j'étais toi," dit Luna.

Sirius lança son cœur de pomme au mur avec force et croisa de nouveau ses bras.

Hermione souffla silencieusement. C'était complètement et totalement déraisonnable. Elle n'avait rien fait de mal. Elle avait expliqué sa position tant de fois, et Sirius était parti et avait fait quelque chose sans même essayer d'en parler aux autres. Il savait que Remus et James seraient aussi à la bibliothèque ce jour-là. Il manipulait le tout.

Elle fouilla dans sa poche et, sans vraiment y penser, sa main se resserra autour de sa baguette. Elle connaissait suffisamment de magie non verbale pour bien lui lancer un sortilège, même avec le sortilège de silence en place sur elle.

"Expelliarmus," dit Ginny, presque paresseusement, en agitant sa propre baguette à Hermione. La baguette sortit de la poche d'Hermione et Ginny l'attrapa soigneusement. "Et par précaution, Expelliarmus !" La baguette de Sirius sortit également de sa poche.

Sirius se leva et quitta la pièce, mais alors qu'il s'approchait de la porte de l'escalier, elle se referma. Il a essayé la poignée ; elle était verrouillée.

"Je ferai ça à n'importe quelle porte que vous approcherez", a déclaré Ginny. « J'ai eu l'idée en vous écoutant tous les deux pleurnicher l'un sur l'autre et sans jamais en parler correctement. Nous avons vécu ensemble au cours des deux derniers mois et vous n'avez littéralement rien accompli, sauf une tonne de recherches augmentant ainsi votre désir de vous disputez et de vous ignorez. Nous en finissons aujourd'hui. »

Hermione ne voulait pas être la première à parler cette fois. Sirius devrait aussi faire un effort. Il était resté allongé jusque-là, mâchant sa pomme en la fixant et faisant des commentaires sarcastiques.

« J'ai faim », a déclaré Luna. "Je vais cuisiner pour nous."

Sirius leva la main. Ginny agita sa baguette.

« Le pain est rassis », a-t-il dit. « Tu peux me faire taire à nouveau maintenant. Je n'ai rien d'autre à dire, apparemment. »

Ginny rit. Cela a commencé comme un petit rire nerveux mais s'est rapidement transformé en une crise de rire à grande échelle, avec Ginny accroupie sur le sol doublée d'hystérie. Luna fredonnait dans la cuisine, essayant de concocter une sorte de repas de tout ce qu'ils avaient dans les placards, avec ce qui était rarement utile. Sirius regarda Ginny avec un air de plus en plus confus sur son visage.

« Je suis désolée », a-t-elle dit après un moment. « C'est juste... de toutes les choses qui nous sont arrivées au fil des ans, cela doit être la plus absurde. Le pain est rassis. Oh Merlin. Le pain est rassis et nous sommes tous un tas d'incompétents. Nous avons fait échouer Voldemort et nous ne pouvons même pas acheter du pain assez souvent ! »

"La comprends-tu ?" Demanda Sirius à Hermione. Toujours incapable de parler, elle secoua la tête. "Ça fait deux d'entre nous pour une fois."

Il fallut plusieurs minutes avant que Ginny ne se calme suffisamment pour lancer le contre-sort pour permettre à Hermione de parler à nouveau, et plusieurs autres avant qu'elle ne puisse parler sans retomber dans le rire. Hermione attendit aussi patiemment qu'elle le pouvait. C'était peut-être utile, pensa-t-elle, car cela les avait au moins persuadés à tous de cesser d'essayer de se railler les uns les autres et de réfléchir soigneusement à leurs positions avant de reprendre le débat.

Luna est retournée dans le salon avec une sorte de plat à base de poulet, de riz et de carottes, qui avait un goût raisonnable. La seule chose à dire à propos de cette aventure était qu'elle était bien plus confortable que la chasse aux horcruxes. Elle avait un lit décent, pas une couchette dans une tente légèrement malodorante, et de la nourriture régulière et qui avait le goût de la nourriture. Ron aurait apprécié celle-ci.

Comme toujours quand elle pensait à Ron, elle sentit un léger tiraillement dans son cœur. Il n'était pas celui auquel elle s'était attendue de tomber amoureuse, mais elle l'avait fait et elle ressentait l'absence du jeune homme à chaque instant tranquille ici. Elle savait qu'il en était de même pour Ginny aussi, en parlant d'Harry.

Et à vrai dire, elle aurait souhaité qu'Harry soit ici aussi. Il aurait une idée de quoi faire. Ce n'était pas qu'elle voulait de quelqu'un qu'elle pouvait diriger, comme Ginny l'avait suggéré, mais qu'au moins Harry et Ron l'écoutaient et ils pensaient que ses idées étaient bonnes. Sirius gardait les siennes sans se soucier de ses pensées.

Elle a compris pourquoi il voulait faire ça. Elle l'a vraiment fait. Mais elle ne pouvait tout simplement pas embarquer dans ça.

"Hermione ? Écoute, je suis désolé. J'ai été un idiot et j'aurais dû te dire que je voulais lire tes trucs et ensuite parler de tes découvertes avec toi. Je pense vraiment que nous pouvons changer cela d'une manière qui aidera tout le monde, tu sais, et je suis peut-être un peu égoïste, mais seulement un peu. C'est que je ressens pour Harry. Et James, Lily et Remus. J'ai supporté de n'avoir rien pendant près de douze ans, et je peux recommencer. Ils ne devraient pas avoir à le subir."

Il était assis sur le canapé, tenant toujours son bol avec sa bordure brune et son motif de fleurs de couleur corail à l'intérieur. Sans contact visuel, il regarda la progression de sa fourchette courir autour des derniers grains de riz. Elle ne l'avait pas remarqué auparavant, mais tout un côté de son visage et une grande partie de son épaule et de son corps étaient encore éclaboussés de sang.

Il avait regardé son ami se faire lacérer le bras ce soir, et il avait laissé son frère derrière lui pour promettre sa vie à Voldemort.

Elle aurait peut-être dû lui laisser un peu de mou.

Et il avait raison, en ce sens qu'il n'y avait aucun moyen de dire que le seul fait d'être ici n'aurait pas tout affecté.

Elle devrait aussi s'excuser.

"Je suis également désolée. J'aurais dû faire plus d'efforts pour te parler au lieu de me méfier de toi. Je veux qu'Harry aille bien aussi. Et que tout le monde le fasse. Je suis juste inquiète des impacts sur tout le reste. Je... ça va après ce soir ? Tu es couvert de sang."

"Je vais bien. C'est le sang de James."

"Oh." Hermione se leva de sa chaise et se dirigea vers Sirius. Agenouillée à ses pieds, elle a utilisé les sorts qu'elle connaissait pour faire disparaître le sang de son visage et de son corps et pour soigner la blessure sur son genou. "Je suis désolée," dit-elle, fixant la déchirure de son jean. "J'aurais dû le faire plus tôt."

"J'aurais pu le faire moi-même," dit Sirius. "Ce n'était pas ta responsabilité."

"Nous devons tous prendre soin les uns des autres", a déclaré Hermione, et elle le pensait.

Ginny gâcha un peu le moment en les applaudissant tous les deux, ce qui ne semblait que légèrement sarcastique. Luna sourit juste d'un vague sourire.

Hermione se demanda si elle regretterait d'avoir dit le morceau suivant. Cela semblait raisonnable, et ses calculs et la théorie suggéraient que ce serait bien et que cela aiderait Sirius. Et elle. Elle pouvait mieux le cacher, mais elle était à peu près aussi bonne que Sirius à ne rien faire en vérité.

"Sirius," dit-elle. "J'ai une proposition pour toi."

"Je ne compte pas me marier," dit Sirius en tirant la langue.

"Oh pour l'amour de Merlin," dit Hermione, et elle changea presque d'avis. « Je pense toujours que vouloir délibérément modifier le futur est une mauvaise idée. Mais qu'en est-il... eh bien, nous savons quels mangemorts meurent ou sont capturés, n'est-ce pas ? Faisons en sorte que tout se passe comme prévu. Assurons-nous que tous ceux qui sont hors de la guerre le restent, afin que nous soyons certains que rien ne va empirer ? »

"Et si nous faisons ça, tu me parleras de tes trucs et me laisseras tranquille dans cette maison sans être traqué ?"

"Oui. Et tu accepteras de ne pas partir et de ne pas changer les choses ? Le simple fait que nous soyons ici pourrait provoquer un désastre, nous ne savons pas avec certitude si cela pourrait déjà affecter la chronologie, il est donc logique de faire ce que nous pouvons pour garder au moins autant d'innocents en dehors de cela."

"Je veux toujours changer les choses." Soupira Sirius. « Mais nous ne savons pas ce qui se passerait. Tu as raison à ce sujet. Et nous pourrons revoir ça à l'avenir. »

"Nous le pourrons," dit Hermione, bien qu'elle soit certaine de ne pas changer d'avis. Mais elle était heureuse d'en parler. Après tout, ne pas en parler avait failli entraîner une catastrophe. Elle n'allait pas répéter cette erreur. Foi d'Hermione Granger, elle avait toujours été fière d'apprendre de ses erreurs.

End Notes:

Pauvre Ginny. Il est difficile d'être la seule dans la pièce à ne pas être un génie, même lorsque vous êtes intelligente vous-même.

Chapitre 12 : Retour à la maison. by Miss Delavergne

Harry, juin 2002, cuisine de Grimmauld Place, Londres.

 

"Ronald Weasley, pour la dernière fois, assieds-toi ou va te faire foutre."

Ron avait à peine besoin de faire une pause dans son speech pour retourner son majeur vers Harry.

« Elle a disparu, Harry ! Si Ginny manquait, tu serais tout aussi inquiet ! »

Harry leva les yeux de ses piles de parchemin. « Elle n'a pas disparu. Elle n'est pas chez elle nuance, et non, mais ce n'est pas inhabituel à dix-neuf heures. Elle n'est pas au bureau, non plus, mais ils ont dit qu'ils l'avaient vue il n'y a pas si longtemps quand elle était descendue au Département des Mystères. Maintenant, j'aime cet endroit moins que quiconque, mais elle vient sûrement de s'engager à émettre des théories intéressantes avec les langues de plomb. Soit ça, soit elle t'ignore parce que tu es un peu un imbécile. Il est en fait possible qu'elle t'ait larguée et que tu ne l'aies même pas remarqué, tu n'as pas de bons antécédents ces derniers temps la concernant. »

"J'étais un énorme imbécile."

"Et tu en es un encore en ce moment."

"Bordel de merde Harry, elle a failli me frapper avec une batte de Quidditch pendant que j'étais à terre." Ron se laissa choir sur une chaise, aussi loin que possible de la tour composée de parchemins qui lui appartenait.

« Je dis juste qu'Hermione va bien, et que tu n'as pas besoin de paniquer. Assieds-toi et fais une partie de ta paperasse comme je le fais présentement. »

"Où est Ginny, de toute façon ?" Ron suivit les conseils d'Harry pour s'asseoir, mais il remarqua que son meilleur ami n'avait fait aucun effort pour maintenir la pile de paperasses vacillantes en face de lui.

« Elle est restée avec ta maman ce soir. Quelque chose au sujet des faveurs de mariage. Elles m'ont invitées à les rejoindre, mais j'ai dit que je devais continuer. » Il a indiqué sa montagne de paperasses.

"Tu veux dire que tu n'as aucun intérêt pour toutes ces choses ridicules."

"Cela aussi."

"Depuis quand combattre les forces des ténèbres implique-t-il autant de paperasses sanglantes, de toute façon ?" Demanda Ron, tirant le parchemin au dessus de sa pile. "Cela n'a jamais été le cas pendant la guerre."

« Parce que nous n'étions qu'un groupe d'adolescents renégats qui n'étaient absolument pas autorisés à manipuler des mangemorts», a déclaré Harry. « Les Robards auraient eu une crise cardiaque. Probablement. Et, en plus, étant donné que les mangemorts contrôlaient le Ministère, ils nous auraient arrêtés plutôt que de nous donner des papiers à remplir. »

"Cela pourrait être une nouvelle forme de torture", a déclaré Ron en grimaçant. « Faites en sorte que les mangemorts déposent leurs propres papiers d'arrestation. »

Harry rit. "Tu sais que Kingsley n'autoriserait normalement jamais la torture, mais nous pourrions peut-être être en mesure de faire passer cette loi devant lui."

"Hermione ne nous laisserait jamais. Elle pense que la paperasse est super."

Ils ont travaillé en silence pendant quelques minutes. Harry essayait de remplir un rapport pour un week-end d'attente et d'observation qu'il avait effectué il y a deux semaines. S'il avait fait la paperasse après le débriefing, qui était le protocole approuvé par le Ministère selon les accords qu'il avait signés au début de la formation d'auror, alors il aurait pu se souvenir de la moitié de ce qu'il avait vu. En l'état, il a pu noter les éléments importants, mais l'ordre était partout. Qu'il ait vu le vampire vendredi soir ou samedi soir, il n'en avait aucune idée, mais il savait qu'il avait été dans la taverne.

Ça devait être samedi, parce que c'était à ce moment-là que le combat s'était déroulé, et il était sûr que le vampire avait été impliqué d'une manière ou d'une autre dans le combat.

Ou peut-être que le vampire avait été là vendredi, et que le combat de samedi était dû à cela.

C'était samedi. Son partenaire avait été botté à ce stade, ce qui constituait une violation du protocole du Ministère beaucoup plus importante que la rédaction de vos rapports de mission de manière très légère, et donc la version de Harry était la seule qui compterait.

L'idée lui était venue d'où pourrait se trouver Hermione.

"Ron ?"

Ron leva les yeux de sa propre pile de papiers, une grosse tache d'encre traînant sur le parchemin quand il ne leva pas sa plume.

"Ouais mec ?"

"Hermione est probablement avec Ginny. C'est l'une des demoiselles d'honneur, non ?"

"Oh oui. Maman leur parle probablement de ses conneries sur le mariage. Savais-tu qu'il existe environ vingt-cinq nuances de bleu différentes, et que maman peut faire la différence entre toutes ? »

"Je l'ai fait. Ginny s'en plaint presque tous les soirs."

"Pourquoi as-tu laissé ma mère avoir autant d'influence sur votre mariage ?"

Harry haussa les épaules. « Je m'en fichais beaucoup. Ginny s'en fichait beaucoup. Molly l'a donc fait. Il était alors plus facile de la laisser continuer. »

"C'est ainsi que le règne de terreur de maman a duré aussi longtemps. C'est plus facile de la laisser continuer. Te rappelles-tu quand Fol-Oeil a essayé de lui tenir tête à ce moment-là à Grimmauld Place, et qu'elle a menacé d'en découdre, et il a en fait reculé ?"

"Je ne suis toujours pas résolu au fait qu'elle ait tué Bellatrix Lestrange."

"Aucun de nous ne le fait, mec. Maman est autre chose."

« Te souviens-tu quand ce journaliste de la Gazette m'a demandé si j'avais peur de quelque chose maintenant que j'avais tué Voldemort, et j'ai dit que j'avais peur de jurer devant Molly Weasley ? C'était après la remontrance que j'avais subi la veille pour avoir dit «putain». Le journaliste ne m'a pas cru. »

« Je me souviens que maman te criait dessus. Même si tu es l'élu et le garçon qui a survécu deux fois, tu ne peux pas utiliser ce langage autour de moi, jeune homme ! Je me fiche du nombre de guerres que tu as terminées ! J'aime maman. Elle est hilarante tant qu'elle ne vous crie pas dessus. » L'impression que Ron avait de sa mère était parfaite, jusqu'aux mouvements de ses mains.

« Peux-tu croire qu'elle ne m'avait jamais vraiment crié dessus avant ça ? Elle a toujours dit qu'elle me voyait comme un fils de substitution, mais c'est à ce moment-là que je suis vraiment devenu un Weasley. »

« Nan mon pote, maman crie aussi aux non-Weasley. Elle a crié sur Sirius presque constamment cet été que nous avons passé chez lui. Tu étais son fils depuis le jour où nous avons fait voler la voiture de papa du jardin pour venir te chercher. »

Harry marmonna quelque chose qui était peut-être légèrement intentionnellement, inintelligible pour Ron. Son visage brûlait.

« Je vais demander à Kreattur de me préparer le dîner », a-t-il dit, quand il s'était maîtrisé. "Veux-tu rester ?"

« Ouais, bien sûr. C'est soit ça, soit faire mes papiers devant l'appartement d'Hermione, en attendant qu'elle rentre à la maison. Penses-tu vraiment qu'elle voulait dire qu'elle m'a largué ? »

Il était près de minuit lorsque les garçons levèrent les yeux de leurs papiers, après que Kreattur leur eut donné du ragoût et une tarte aux fruits et qu'Harry avait tenté d'expliquer comment les relations sérieuses fonctionnaient à son meilleur ami. Ils avaient entendu le crépitement de quelque chose dans le feu.

Harry y était le premier. Très peu avaient accès à sa Cheminette, donc ce serait Hermione, ou quelqu'un au Terrier, sinon Robards ou Minerva McGonagall. Robards avait insisté, et les autres étaient les gens en qui il avait confiance.

La tête de Molly Weasley se trouvait dans les flammes, ce qui n'était pas ce à quoi il s'attendait. Il supposait que ce serait Hermione en train de se plaindre à propos de Ron, quelque chose qu'il lui avait dit à plusieurs reprises d'arrêter de faire. Il avait également dit à Ron d'arrêter de gémir à propos d'Hermione. Il l'avait un peu laissé faire ce soir, mais pour la merde d'Hedwige, paix à son âme, il en avait plus qu'assez.

Il espérait que Molly ne voulait pas de son avis au sujet des faveurs. Il devrait finalement admettre qu'il n'en avait pas.

"Bonsoir Molly," dit Harry. "Comment se déroule la planification du mariage ?"

"Où est Ginny ?" demanda Molly, sans salutations.

« Avec toi, n'est-ce pas ? C'est là qu'elle a dit qu'elle serait ce soir. »

« Non, Harry chéri, elle n'est pas rentrée à la maison et j'ai supposé qu'elle était allée passer la soirée avec toi plutôt que de résoudre ce petit problème au sujet des faveurs du mariage. » Le visage de Molly contenait un mélange d'agacement et d'inquiétude. C'était peut-être le désagrément qui l'avait empêché d'atteindre les plus hauts niveaux de panique de Mme Weasley.

"Non, elle n'est pas là, Molly."

"Oh. Ça te dérange si je passe ?

"Je préfère que tu ne le fasses pas, maman," marmonna Ron en arrière-plan. Il a été ignoré. Bien qu'il ait dit à Harry qu'il cherchait Hermione à Grimmauld Place, Harry avait des raisons de croire que Ron se cachait peut-être de sa mère. Ginny était tombée dans son bureau en route pour voir Hermione cet après-midi-là et lui avait tout dit sur la dispute entre Molly et Ron sur la façon exacte dont il devrait traiter sa petite amie.

Molly s'est dépoussiérée à son arrivée dans la cuisine de Grimmauld Place, faisant disparaître rapidement les cendres qui sont tombées de ses vêtements.

"Donc, si tu n'es pas avec ma fille, et qu'elle n'est pas avec moi non plus, où est-elle ?"

"Hermione n'est pas là non plus, donc elles sont probablement ensemble." Dit Harry en regardant sa pile de paperasse. La moitié de ça n'était pas un mauvais début, mais il devrait lui consacrer la meilleure partie du lendemain après l'entraînement magique défensif. Et Ginny était une femme adulte. Elle lui a souvent dit d'arrêter de s'embêter à propos d'elle, après tout. "Avez-vous vérifié chez elle ?"

"Avant ici", a déclaré Molly, son regard d'inquiétude grandissant.

"Merde."

C'était une marque de la gravité de la situation que Molly Weasley ne leva même pas un sourcil aux choix des mots de son plus jeune fils, sans parler de quoi que ce soit.

Les deux Weasley se laissèrent tomber sur les chaises les plus proches, et avec un mouvement correspondant, ils se mirent la tête entre les mains. Harry aurait ri et donné un coup aux côtes de Ron pour avoir eu la même réaction que sa mère, si la situation n'avait pas été aussi grave.

Si Ginny était avec Hermione, cela excluait également le Département des Mystères.

Elles étaient probablement sorties et se plaignaient de Ron quelque part dans un pub. Pas le Chaudron Baveur, Ginny détestait ça.

On aurait pu penser qu'elles avaient complètement disparu du temps et de l'espace, de la façon dont Ron et Molly agissaient.

"Elles doivent être quelque part," dit Harry, ressentant le besoin d'être la voix de la raison. Personne d'autre n'était capable de ça, en ce moment, et quelqu'un devait bien l'être. "Vous avez vérifié Le Terrier, nous avons vérifié ici, et elles ne sont pas chez Hermione. Ron a vérifié le Ministère, plus tôt, ou le bureau d'Hermione de toute façon. Si Ginny est avec elle, il est peu probable qu'elles soient encore au sein du Département des Mystères, bien qu'il soit toujours possible qu'Hermione soit là-bas. Voire n'importe où ailleurs..."

"Elle est partie," dit Ron, pitoyablement.

"Ginny a dit que Luna serait avec elles cet après-midi," dit Harry. Personne d'autre n'a ajouté quelque chose d'utile à la discussion. "Nous devrions vérifier chez elle."

Il n'y eut toujours pas de réponses de Ron ou de Molly, alors Harry retourna à la cheminée. C'était pourquoi ils devaient trouver Hermione. Personne ne l'a écouté comme ils l'ont fait avec elle.

Jetant une poignée de poudre de cheminette, il enfonça sa tête dans les flammes et cria «Lovegood Rook !» C'était toujours quelque chose qu'il détestait faire, l'évitant presque à tout prix. C'était la sensation que son cou tournait tout seul, ce qui était pire que toutes les autres formes de transports magiques combinées.

"Harry ?" vint la voix de Xenophilius Lovegood. Harry ne pouvait pas voir d'où l'homme parlait, car il y avait une grande quantité de cendres de feu dans ses yeux alors qu'il essayait de cligner des yeux. C'était sûrement la seule utilisation des lunettes qui n'était pas adéquate, pour garder les choses au hasard. Lorsqu'il fut capable de les rouvrir, il put voir le grand homme assis à la table dans des robes vertes pâles, non rasé et ébouriffé. Le père de Luna n'avait pas retrouvé la raison depuis qu'elle avait été prise par des mangemorts pendant la guerre. Eh bien, il n'avait pas été lui-même, c'était une bien meilleure tournure de phrase.

"Mr Lovegood," commença Harry. « Avez-vous vu Luna ce soir ? Nous avons perdu le contact avec Ginny et Hermione, et Gin a dit qu'elles rencontraient Luna cet après-midi. Nous nous sommes demandés si elle savait où elles étaient allées. »

"Non," dit Xenophilius, sans bouger de la table. « Mais elle n'est pas souvent là. Je ne sais pas où elle va et elle ne le dit pas. Ma Luna a de nombreuses exigences sur son temps. Je suis désolé de ne pas avoir pu vous aider davantage, Harry Potter. »

La conversation était close, c'était clair, et Harry n'avait rien appris d'utile. Il sortit sa tête en arrière des flammes, cette fois en étant sûr de fermer les yeux et d'enlever ses lunettes avant de le faire.

«Xeno n'a rien», a-t-il dit. C'était surtout pour lui. Ron et Molly étaient toujours en train de s'apitoyer sur la table. Ron émit un faible grognement.

Pour avoir quelque chose à faire, Harry commença à remplir une théière. Dès qu'il a rempli la bouilloire et l'a placée sur la cuisinière, Kreattur est apparu. Il avait la fâcheuse habitude de le faire chaque fois que Harry essayait de faire quelque chose pour lui-même. Ron, comme Sirius, affirmait que l'elfe devenait fou, mais Harry pensait que Kreattur était plus sain d'esprit qu'Harry ne l'avait jamais vu. Il avait juste l'air d'apprécier les choses.

"Kreattur, s'il te plaît, je peux le faire moi-même, je t'ai dit de prendre le reste de la nuit."

"Il est minuit passé, Maître, alors Kreattur vous aidera. C'est le matin."

Harry supposa, sur un plan technique, que Kreattur avait raison.

Il maintenait la bouilloire à mi-chemin de sa tasse de thé, quand il pensa à quelque chose qui pourrait résoudre ses deux problèmes.

"Kreattur ?"

"Oui Maître ?"

"Peux-tu me trouver Hermione et Ginny, s'il te plaît ? Et Luna, si tu peux ?"

"Kreattur trouvera la née-moldue et la Ginny du Maître pour le Maître, oui il le fera!" Avec un bruit anormalement fort, Kreattur était parti. Il avait fallu près de deux ans pour empêcher Kreattur d'appeler Hermione la Sang-de-Bourbe, mais il semblait enfin avoir compris. Harry ne manqua pas de remarquer que l'elfe ne pouvait toujours pas se résoudre à utiliser son prénom.

Sans rien d'autre à faire, Harry but une troisième tasse de thé et persuada Molly d'en prendre une autre. Ron se redressa brièvement pour demander si Harry avait de l'alcool, mais après un regard de sa mère, il se remit à arpenter la pièce comme il l'avait fait au début de la soirée.

D'accord, il se faisait tard, et Ginny lui envoyait généralement un Patronus ou un hibou si elle devait être ailleurs que là où elle avait dit qu'elle serait. Mais ils s'étaient également disputés il y a quelques jours seulement sur son besoin apparent de l'étouffer, et il avait dit qu'il allait essayer de s'arrêter. Il pensait qu'il réussissait plutôt bien à tenir sa promesse, surtout quand Ron et Molly avaient abandonné toute prétention qu'ils ne paniquaient pas.

Une fois que l'horloge a sonné deux heures du matin, Harry s'est permis de paniquer. Il avait envoyé un Patronus, qui avait disparu sans réponses, et avait envoyé une lettre avec sa chouette, Bathilda. Il avait renvoyé Ron au Terrier et lui avait demandé de repasser chez Hermione, mais rien. Il avait même transplané au terrain d'entraînement des Harpies de Holyhead, au club de Quidditch d'Angleterre et à la vieille maison des parents d'Hermione, mais tous étaient aussi vides que ce à quoi vous vous attendiez à une heure du matin.

Il devait admettre qu'il était inquiet, maintenant.

Ce n'était tout simplement pas le comportement habituel de Ginny. C'était en quelque sorte celui d'Hermione, qui avait parfois disparu dans les premiers jours après la fin de la guerre quelque part pendant quelques heures sans laisser de traces. Elle avait dit qu'elle appréciait la solitude, et Harry avait plus que compris. Mais elle n'avait pas fait ça depuis plus de deux ans, et cela ne prenait pas en compte Ginny.

Son inquiétude a été aggravée par la réapparition de Kreattur.

"La nouvelle Maîtresse est partie, Maître! Kreattur ne peut pas la trouver! Ainsi que la née-moldue, et la blonde! "

"Disparues ?" demanda Harry, accroupi sur le sol à côté de l'elfe.

"Disparues ?" répéta Molly, sa voix sur le point de se briser.

"Kreattur a essayé partout, avec toutes ses magies d'elfe, mais la nouvelle Maîtresse est nulle part!" Kreattur semblait sur le point de se briser. Harry soupçonnait qu'il s'agissait davantage d'une réaction à l'échec que d'un véritable amour pour Ginny, mais il ne l'avait jamais qualifiée de «maîtresse» auparavant.

"D'accord," dit Harry. "Merci Kreattur. Tu as bien fait. Maintenant, s'il te plaît, va dormir un peu."

Le sommeil était également ce dont Harry avait besoin, mais cela ne semblait pas probable.

"Les mangemorts les ont!" cria Ron en jetant sa tasse de thé au sol. Il n'avait pas pu se résoudre lui aussi à dormir. "Nous devons partir!" Il attrapa sa baguette, par le mauvais bout, et mit le feu à l'ourlet de sa propre robe.

"Je ne pense pas que ce soit la bonne façon de lutter contre les mangemorts!" cria Molly, qui avait au moins sa baguette dans le bon sens. Ron éteignit ses robes.

"Arrêtez ! Il n'y a pas de mangemorts connus actifs dans ce pays en ce moment! Et s'il y en avait, eh bien Ron, tu devrais savoir mieux que de te précipiter! C'est comme ça que nous avons tué Sirius !"

Les deux Weasley avaient le bon sens d'abaisser leurs baguettes à ce stade, bien que les robes de Ron couvaient encore légèrement. L'odeur légèrement carbonisée envahissait la cuisine.

« Molly, pouvez-vous alerter quelqu'un au Terrier et leur demander de garder un œil sur eux là-bas ? Ensuite, vous pouvez rester ici avec Ron au cas où elles arriveraient ici. Je vais demander à Xeno Lovegood de nous dire si elles arrivent là-bas, puis j'irai chez Hermione passer la nuit. Nous allons tous essayer de dormir un peu, et si elles ne sont pas ici au matin, alors nous pourrons utiliser tous les pouvoirs que nous et le Ministère pouvons trouver. » Son plan et sa voix étaient plus calmes qu'il ne le pensait, mais encore une fois, quelqu'un devait l'être.

"Pourquoi ne puis-je pas attendre chez Hermione ?" demanda Ron.

"Parce que si elle est toujours en colère contre toi, ce qu'elle aurait le droit d'être, alors penses-tu vraiment être la meilleure personne pour se cacher dans son appartement ?"

"Et elle préfère que tu te caches là-bas ?"

"Pour le moment, je pense que oui. Je ne suis que le meilleur ami je ne suis pas concerné, contrairement à l'amant idiot et probablement l'ex-amant phobique ?"

"Tu marques un point."

"Ne fais rien de stupide si elle vient ici, ouais ?"

Ron acquiesça.

Harry, après s'être emballé quelques affaires essentielles et, après réflexion, sa pile de paperasses, se rendit dans le petit appartement d'Hermione au-dessus de la librairie d'occasion à Pré-au-Lard. C'était un endroit bien entretenu, petit et compact rempli du sol au plafond avec des livres. Harry choisit de se coucher sur le canapé, car il était gênant d'aller dormir directement dans sa chambre.

Et puis c'est pas comme s'il pouvait réellement s'endormir.

Les deux personnes les plus importantes de sa vie avaient soudainement disparu et il ne pouvait pas trouver beaucoup plus d'endroits où les chercher.

Eh bien, Harry Potter n'avait pas obtenu 99% sur son module de recherche et d'arrestation/sauvetage d'auror pour rien, et il allait localiser Hermione, Ginny et peut-être Luna comme si sa vie en dépendait. C'était faisable. Il n'avait pas vécu sa vie sans Hermione dedans depuis plus de dix ans, et il ne savait pas comment il pourrait vivre sans Ginny. Il n'était toujours pas convaincu que Luna avait disparu, mais il la chercherait également. Il y avait de fortes chances qu'elle revienne à un moment donné, ayant fait un voyage de pêche impromptu à Plimpie ou autre chose qui n'avait de sens que pour elle.

Il pouvait faire ça.

Il avait détruit Voldemort, à quel point une affaire de personnes disparues pouvait-elle être si difficile ?

 

 



Ginny, août 1978, Saltburn.

 

Aujourd'hui, c'était l'anniversaire de Ginny.

Hermione s'était souvenue, bien sûr, et il y avait eu un gâteau et quelques petits cadeaux bien choisis quand elle s'était réveillée ce matin-là. Même Sirius, qui avait peu de chances de connaître son anniversaire, avait été invité à lui procurer quelque chose. Tous étaient sur le thème du Quidditch, car Hermione avait bien connu l'amour de Ginny pour les vieux souvenirs des Harpies. Étant dans le passé, c'était facile à obtenir, supposait-elle.

Ginny était reconnaissante pour les beaux cadeaux, bien sûr qu'elle l'était. Si elle pouvait revenir dans le futur, ils s'intégreraient parfaitement dans sa collection. La bannière des Harpies de 1978 était une pièce rare, elle avait essayé d'obtenir une vieille bannière avec la mascotte qu'ils avaient eu entre 77 et 83 pendant des siècles. C'était presque impossible.

Mais d'une manière ou d'une autre, les cadeaux, le gâteau et la gentillesse lui ont tous donné le mal du pays.

Harry lui manquait surtout. À ce moment-là, ils étaient censés s'être mariés et elle aurait pris l'avion lors de sa première Coupe du Monde au sein de l'équipe d'Angleterre en tant que Poursuiveuse. Harry serait venu pour l'encourager, et ils seraient ensuite partis en lune de miel. Ils planifiaient l'Amérique du Nord pendant trois semaines. Elle voulait juste lui dire ce qui se passait, pouvoir lui parler. Elle voulait juste un câlin.

Sa famille lui manquait. Maman serait inquiète si cela fonctionnait de la même manière et que le temps passait à la même allure pour sa famille. Ginny n'avait toujours pas réussi à comprendre tout cela, malgré l'explication complète et approfondie d'Hermione quelques jours auparavant.

Elle a tout raté dans sa vie.

Saltburn était une jolie ville. Il y avait des points positifs à cela. Elle avait trouvé la meilleure boulangerie moldue de tous les temps, et avait tenu à échantillonner toutes les friteries du bord de mer pour trouver celle qui offrait les meilleures frites. Elle travaillait maintenant sur celles le long des rues latérales, avec Sirius qui avait rejoint sa quête des plus belles frittes du nord de l'Angleterre avec enthousiasme. Elle avait lu plus de livres qu'elle n'en avait lu pendant des années.

Passer plus de temps avec Luna et Hermione était amusant. Toutes les trois avaient des horaires de travail si conflictuels dans leur vie habituelle qu'il était difficile de voir ses amies.

Dans l'ensemble cependant, Ginny voulait rentrer chez elle.

Soupirant, elle se balança du lit où elle avait disparu pour se morfondre et commença à se ressaisir. Ils avaient accepté de visiter l'un des pubs de Saltburn aujourd'hui pour célébrer, ce qu'ils n'avaient jamais fait auparavant. Ginny était certaine que Sirius avait été dans au moins l'un d'entre eux, et Luna l'avait certainement fait (regardant les moldus, avait-elle dit, et Ginny la croyait absolument), mais Hermione et Ginny non.

En fait, tous les quatre n'étaient jamais sortis ensemble, et c'était une occasion assez importante.

« Ginny, tu es presque prête ? Sirius dit qu'il va partir sans toi si tu ne te dépêches pas, parce que c'est un homme très impatient. Il n'a pas dit les derniers mots, mais je sais bien sûr qu'il le pensait. » Luna était sur le pas de la porte. Elle avait atténué le bruit de ses pas alors qu'elle avait descendu les escaliers il y a dix minutes. Peut-être qu'Hermione lui avait dit que les boucles d'oreilles en forme de racines de radis n'avaient pas de sens pour les moldus dans un pub du North Yorkshire.

"Je suis en route," dit Ginny, travaillant lentement à épingler ses cheveux loin de son visage.

"Bien", a déclaré Luna. "Hermione et Sirius ont convenu de ne pas se crier dessus pour le reste de la nuit."

"Je leur donne une demi-heure", a déclaré Ginny.

"Ils ont l'air très sincères, je pense qu'ils se croient presque capables de le faire", a déclaré Luna. "Une heure."

Ginny a ri.

End Notes:

Qu'en pensez-vous ?


Bisous de moi :).

Chapitre 13 : Le recruteur by Miss Delavergne
Author's Notes:

Bonjour,

Je suis à la recherche d'une bêta, si vous êtes intéressés. N'hésitez pas à venir me proposer votre aide par MP. Je vous remercie. 

Sur-ce, je vous souhaite une bonne lecture !

Sirius, septembre 1978, Pré-au-Lard.


Hermione avait approuvé cette petite expédition à une condition ; qu'ils transplanent sur une colline nichée sur les hauteurs de Pré-au-Lard et descendent avec Sirius sous sa forme d'animagi au cas où quelqu'un le reconnaîtrait. Sirius avait senti que c'était exagéré, mais il devrait s'y faire. Il avait déjà eu affaire à la prudence, notamment à la prudence excessive qui a fini par causer toujours plus de problèmes que cela n'en valait la peine. Il espérait que cela correspondait à la première catégorie. Pas qu'il en faisait tout un plat et amalgamait tout.

Peut-être qu'elle ne voulait tout simplement pas qu'il puisse utiliser sa baguette. C'était une possibilité.

Il avait passé assez de temps sous l'apparence de Sniffle, aussi connu sous le surnom de Patmol, selon la personne à qui vous aviez parlé, pour savoir qu'il y avait énormément d'avantages à être un chien. Hormis l'évidence qui vous empêche de devenir fou dans les geôles d'Azkaban. De même les gens vous ont gratté le dos s'ils vous voyaient, et il était difficile de trouver quelqu'un prêt à le toucher sous sa forme humaine ces jours-ci. De plus, il serait sans doute tombé au moins deux fois en essayant de traverser ces stupides chemins de montagne s'il avait deux jambes au lieu de quatre. Et même, les collations étaient bonnes. Sans parler du fait de creuser qui était en réalité un plaisir que Sirius n'avait pas prévu. En revanche, mâcher des os était quelque chose qu'il n'aimait pas particulièrement, mais il le faisait parfois pour le plaisir des apparences.

Les puces, non. Les puces pourraient tout de suite aller se faire foutre.

Il avait de ce fait plusieurs centaines de mètres d'avance sur les filles au moment où elles sont arrivées en bas de la colline. Elles étaient toutes gênées par leurs propres pieds, bien que seule Hermione semblait avoir un réel problème. Sirius passa le temps en aboyant à la vue d'un écureuil, ou d'une autre chose qu'il ne s'attendait pas à apprécier.

"Attendez," dit Hermione. "J'ai une pierre dans ma chaussure."

Sirius ne comprenait pas exactement pourquoi tout le monde était là. Elles s'ennuyaient probablement. Merlin sait qu'il était récemment dans le même cas, et s'il n'avait pas eu l'idée de ce petit voyage de reconnaissance, il aurait probablement essayé de se lancer dans tous les projets que les filles avaient concoctés. Ce qui semblait nullissime. Ils avaient tous le cerveau pour comploter, et il ne voyait pas pourquoi elles ne l'utilisaient pas plus souvent. Ginny aurait pu être un Maraudeur, les deux autres n'avaient pas la même vision.

"Prêt," dit Hermione, après ce qui semblait être un âge.

La plupart des gens avaient supposé que Sirius était une personne impatiente au cours de sa vie, mais il était en fait très difficile d'avoir la bonne notion du temps qui passait lorsque vous étiez un chien. Et il a blâmé les fois où il a dû lutter pour patienter sur son propre animagus.

Les trois filles ont bavardé en descendant dans le village proprement dit. Elles étaient trois sorcières à Pré-au-Lard pour la journée afin de faire un peu de shopping et déjeuner dans un pub, avec leur chien de compagnie mal élevé mais adorable. Sirius leur avait fait promettre de lui donner un déjeuner.

Le déjeuner. Un steak était le meilleur, ou n'importe quelle viande, mais vraiment en tant que chien, Sirius prendrait n'importe quoi. Cela le dégoûtait légèrement, mais cela ne rendait pas ce fait moins vrai. Il a essayé cependant d'éviter le foie, même en tant que chien. Parce qu'il y avait un goût qui persistait.

L'inconvénient de ce plan, c'était que trois sorcières allant faire du shopping ne s'arrêtaient généralement pas à la Tête de Sanglier.

"Je te l'ai dit," dit Ginny. « Nous irons là-bas, en faisant semblant de ne pas connaître la réputation de ce pub et en ayant l'air déconcerté. Ensuite, nous nous assoirons calmement, prendrons un verre et écouterons. »

"Cela attirera beaucoup trop l'attention", a déclaré Hermione. « Nous aurions mieux fait d'essayer d'avoir l'air un peu plus sombre et de nous y fondre. »

« Si la Tête de Sanglier est comme elle l'a toujours été, ils se connaissent tous de toute façon, et nous sortirions plus du lot si nous essayions d'avoir l'air douteux comme eux. Vaut mieux paraître foutu et stupide afin qu'ils n'aient pas besoin de s'inquiéter pour nous. »

"Je trouve que les sorciers d'un certain type sous-estiment grandement ce que les sorcières peuvent apporter à la société", a déclaré Luna.

"Exactement," dit Ginny. " À la Tête de Sanglier, tu risques d'ailleurs de tomber sur ce type de sorciers."

"Comment en sais-tu autant sur la Tête de Sanglier ?" demanda Hermione, suspicieuse, se penchant pour retirer à nouveau une autre pierre de sa chaussure. Elle avait clairement besoin de meilleures chaussures, plutôt que des bottes très à la mode des années 1970 qu'elle portait actuellement. Les chaussures d'entraînement de Ginny, si elles n'étaient pas exactement adaptées à la période, étaient plus pratiques. Sirius avait renoncé à s'attendre à ce que Luna se conforme à quoi que ce soit, car il n'y avait aucun moyen pour qu'elle descende la colline dans ses chaussures argentées en passant inaperçu, mais bizarrement elle l'avait fait.

"J'y suis allée tout le temps à l'école."

"Pourquoi ?"

"Ils m'ont vendu tout ce que je demandais."

Sirius avait eu une meilleure idée que tout ça.

Se glissant dans une porte cachée, il redevint un homme.

« Je vais me retransformer dès que j'aurais fini de parler, » avertit-il, regardant Hermione droit dans les yeux. Elle acquiesça. « Hermione a raison. Vous devez jeter des regards un peu plus douteux. Vous mélangez. Les gens de passages viennent ici tout le temps, les habitués se connaissent mais il y a suffisamment de trafics pour vous déguiser. Deux d'entre nous entreront d'abord en premier, puis environ cinq autres minutes plus tard, prétendront que vous souhaitez échanger quelque chose de douteux. Vous n'avez pas à dire quoi. C'est plus convaincant que si vous ne le faites pas, en fait. »

Il redevint un chien et, pour faire bonne mesure, lécha Ginny au bras. Ginny le gratta sous l'oreille. Ahhh, ça faisait du bien.

"D'accord," dit Hermione. "Nous portons déjà des robes assez sombres. La seule fois où je suis allée à l'intérieur de la Tête de Sanglier, tout le monde s'était couvert la tête. C'est habituel ?"

Sirius et Ginny hochèrent la tête.

"D'accord, nous devons donc trouver quelque chose."

"Excellent", a déclaré Luna, brillamment. "J'adore le shopping."

L'idée de Luna d'un joli couvre-tête s'est avérée très différente de l'interprétation de tout le monde de ce que porterait une personne faisant des affaires illicites à la Tête de Sanglier. Sirius a raté la seconde moitié du débat, car il avait été repéré par le commerçant qui se révéla ne pas être un fan de chiens. À sa grande contrariété, il avait été expulsé pour attendre les trois sorcières à l'extérieur de la boutique. Le commerçant avait même essayé d'insister pour qu'il soit attaché. Putain de merde.

Une fois que les filles eurent trouvé quelque chose de convenable, Sirius, Hermione et Luna partirent de la boutique vers la Tête de Sanglier, laissant Ginny derrière eux. Ginny s'éloigna en direction de la librairie, déterminée à parcourir quelques livres légèrement douteux avant de les rejoindre pour rendre sa couverture convaincante.

Hermione est allée au bar pour commander des boissons, il espérait qu'elle ait le flair qu'il ne faille pas commander de Bièraubeurre, Luna et Sirius, quant à eux, ont choisi des sièges. La salle de devant de la Tête de Sanglier était aussi sale que d'habitude. Les fenêtres laissaient passer très peu de lumière en raison du niveau de boue sur celles-ci, mais cela aurait pu être positif. Sirius ne voulait pas vraiment voir ce qui était sur les tables, et encore moins voulait-il voir le sol. Les coussinets de ses pattes s'y collaient.

Luna ne semblait pas le moins du monde gênée, assise à une table sous une fenêtre et sortant un livre. Elle l'avait bien choisi ; la table avait une bonne vue sur le reste de la pièce mais votre regard n'était pas exactement attiré par elle. Avec précaution, elle inclina un peu plus son grand chapeau sur son visage.

Hermione est revenue vers eux avec deux cocktails, heureusement qu'elle avait eu la jugeote de prendre celles qui ne les auraient pas fait repérer comme n'ayant aucune idée de ce qu'elles faisaient ici. Sirius était sur le point de demander où était la sienne, avant de se rappeler qu'il était un chien. Même à la Tête de Sanglier, les gens avaient tendance à ne pas faire boire de l'alcool à leurs chiens.

"Qu'est-ce que tu lis ?" Demanda Hermione à Luna. "Je n'ai jamais vu ça auparavant."

Luna regarda par-dessus le haut du livre. L'inscription sur le devant indiquait "Magie rituelle moderne pour les sorcières de classe aisée" mais la couverture en cuir bordeaux abîmée et les lettres en relief peluchées suggéraient que le "moderne" auquel il faisait référence avait été il y a quelque temps.

"C'est très intéressant", a déclaré Luna.

« Je pensais que la magie rituelle était un peu... eh bien, sombre », dit Hermione, vérifiant par-dessus son épaule pour voir si quelqu'un écoutait dans un mouvement très subtil.

Heureusement, personne ne le faisait. Les deux sorciers de la table voisine se disputaient un jeu de cartes. De l'autre côté, un seul sorcier y était attablé, Sirius était certain que c'était un mangemort, buvant une seule pinte d'hydromel. Un petit groupe de garçons de Poudlard se tenait près du bar, tous avec les écharpes vertes et argentées de Serpentard nouées autour de leur cou.

"Ce n'est pas le cas", a déclaré Luna. « Eh bien, bien sûr, comme beaucoup de types de magie, cela peut l'être, mais tant de choses concernent l'intention derrière que tu connais. Si tu veux que ce soit sombre, ça le sera. Si tu l'utilises dans un autre but, eh bien, il se peut que ce ne soit pas le cas. »

Sirius gisait sur le sol, contre son meilleur jugement, et plaça sa tête sur ses pattes avant. Ses oreilles sont restées dressées.

"Vraiment ?" demanda Hermione. "Nous n'avons jamais appris cela à l'école. Vol-euh, Tu-Sais-Qui a utilisé un rituel pour créer ses... objets possédant une partie de son âme, et il y en avait un qu'il a utilisé pour revenir en chair et en os, et... eh bien, tous ceux dont j'ai jamais entendu parler ont été franchement horribles."

Luna abaissa le livre et désigna l'une des pages. "Regarde celui-ci. C'est un rituel de fertilité. Rien de mal à cela, juste l'utilisation de certaines herbes et de certains sorts pourrait encourager ton corps à devenir prêt à porter un enfant."

"Et tu ne les confierais pas à Satan ?"

Luna haussa un sourcil.

« C'est une chose moldue, alors. Les moldus associent généralement les rituels au satanisme, ou parfois aux païens celtiques. »

"Je pense que c'est plus proche des païens celtiques que de l'alternative", a déclaré Luna. « On dit que beaucoup d'entre eux descendent des rites celtiques. Même les moldus comprennent qu'il existe de nombreuses preuves de l'utilisation de la magie dans ce qu'ils décrivent comme la Grande-Bretagne celtique, en particulier au Pays de Galles. »

Sirius fut sauvé de toute discussion plus théorique par Ginny qui entra à son tour. Elle joua bien son rôle, les regardant avec un air dédaigneux avant de s'arrêter au bar pour commander. Une fois son verre à la main, elle s'assit à la table et acquiesça. Si Sirius n'avait pas vu son déguisement à l'avance, il n'aurait pas su que c'était Ginny sous le voile noir jusqu'au sol.

"Deal toujours en cours ?" demanda-t-elle, assez fort pour être entendue par le mangemort sur la table voisine.

"Si vous pouvez suivre de votre côté", a déclaré brièvement Luna.

Les trois sorcières ont commencé à parler à voix basse, les têtes appuyées ensemble tout près de la table, comme si elles menaient un véritable accord commercial. Luna et Ginny étaient toutes deux d'excellentes actrices. Sirius, sur le sol et en tant que chien, n'a eu aucun impact sur tout cela, et était libre de pointer son nez autour de la pièce avec satisfaction. Il se leva même et eut un petit reniflement vers les talons d'un des étudiants de Poudlard. Juste pour conserver les apparences bien sûr. Ils sentaient fortement le Whisky Pur Feu, Sirius savait très bien qu'Aberforth était heureux d'en vendre aux étudiants quand bien même ils s'étaient récemment soûlés. L'un d'eux ne s'était pas embarrassé de lâché un pet. Vraiment, les adolescents étaient dégoûtants.

La plupart d'entre eux étaient des garçons qu'il reconnaissait comme des amis de Regulus, le plus jeune Mulciber, le gamin Selwyn, Vandin Bulstrode et le vicieusement cruel Henry Porter. Porter était un sang-mêlé et semblait penser qu'il avait besoin de faire ses preuves pour cela. Selwyn avait déjà rejoint les mangemorts, et Sirius était sûr qu'il se souvenait du jeune Mulciber mourant lors d'une attaque à la fin de l'année 79 ou au début de l'année 80. Il n'avait pas vu Bulstrode depuis l'école. Porter était allé à Azkaban pour ses activités avec les mangemorts, il avait été pris peu de temps après la fin de la guerre. Sirius l'avait vu rentrer.

C'était Porter qui sentait les pets.

Sirius retourna s'asseoir aux pieds d'Hermione. Les sorcières parlaient toujours à voix basse et tout le monde dans le pub les ignorait. C'était exactement le plan, et pour cela Sirius était content. Cela devrait se dérouler parfaitement, pour qu'Hermione ne fasse pas de bruits et ne demande pas qu'ils arrêtent à nouveau de s'approcher de quoi que ce soit.

La vieille porte en bois du pub s'ouvrit à nouveau, et Regulus Black la traversa accompagné de deux Serpentard de plus. Regulus avait l'air bien plus pâle qu'il ne l'était il y a un mois, ses joues moins arrondies et ses cheveux raides et foncés lui frôlant les yeux. Il était toujours attrayant et son visage ne montrait aucun signe de soucis. Il riait et plaisantait avec le garçon qui le suivait. La fille, la seule fille du groupe des Serpentard, regarda directement le mangemort à leur table avec une faim non dissimulée.

"Avery." Regulus salua le mangemort, présentant à son tour son petit groupe de Serpentard. « Petrus Mulciber, tu connais bien sûr son frère. Octavius ​​Selwyn, dont le père est ami avec le mien et sympathise à notre cause. Et ce sont Vandin Bulstrode, Henry Porter, Elphias Hundring et Alecto Carrow.

"Au plaisir." Avery tendit tour à tour la main à chaque Serpentard. Alecto Carrow avait l'air de ne plus vouloir se laver pendant une semaine après l'avoir touchée.

"Regulus dit que vous l'avez laissé prendre la marque", a commencé Mulciber. "Je la veux." Ses petits yeux sombres étaient plissés d'avidité, et il caressa son avant-bras gauche en parlant. Ses tentatives pour faire pousser sa barbe sur son visage étaient pitoyables, pensa Sirius.

"Prouvez votre valeur au Seigneur des Ténèbres, et vous aurez également l'honneur", a déclaré Avery doucement.

"C'est exactement ce que j'ai dit." Regulus accepta le verre qui lui avait été offert par Porter, qui regardait le frère de Sirius avec un regard presque sympathique. Un duo du groupe semblait jaloux de Regulus pour avoir déjà la Marque des Ténèbres sur son bras, et les autres le traitaient apparemment comme un héros.

"Tu lui as parlé de notre désir de le rejoindre ?" demanda Porter.

"Je l'ai fait", a déclaré Regulus. « Si je ne l'avais pas fait, il n'aurait pas envoyé Avery ici aujourd'hui. Le Seigneur des Ténèbres est impatient de vous rencontrer, vous tous, mais il a d'abord besoin d'une démonstration de votre loyauté. »

"J'ai mis deux Sang-de-Bourbe à l'infirmerie hier", s'est vanté Porter.

"J'ai travaillé sur une nouvelle malédiction", a déclaré Hundring. « C'est mieux que tout ce que Severus Rogue aurait pu inventer. » Il avait des cheveux blonds, attachés en arrière avec une ficelle loin de son visage, et il pouvait au moins s'être laissé pousser une barbe fine.

« J'ai réussi à blesser seize filles de Gryffondor en maudissant les toilettes », a déclaré Alecto Carrow, refusant d'être laissée de côté. Elle semblait porter sa meilleure robe d'apparat et son rouge à lèvres.

"Des farces enfantines, très probablement", a déclaré Avery. L'homme plus âgé avait l'air de s'ennuyer, et les recrues potentielles ont commencé à sortir ce qu'elles pensaient probablement être des vantardises impressionnantes. Regulus était assis, faisant tourbillonner la moitié restante de son Whisky Pur Feu dans son verre, regardant autour de lui. C'était presque comme s'il aimait avoir le dessus parmi ses amis, en tant que membre du club qu'ils étaient si désespérés de rejoindre.

"Avez-vous déjà utilisé un impardonnable ?" Avery continua. "Avez-vous utilisé un sort avec l'intention de tuer ? À quel point êtes-vous engagés envers notre cause ? À quoi vous arrêteriez-vous pour montrer votre dévouement ?"

"Rien, je ferai tout cela pour être assuré d'une place aux côtés de notre Seigneur", a déclaré Selwyn. Les autres acquiescèrent.

"Prouvez-le", a déclaré Avery. « Je ferai savoir à Regulus quand, car ce n'est pas le lieu des plans. Soyez prêt. Le Seigneur des Ténèbres exige de temps en temps que certains éléments indésirables soient retirés de la société ; vous savez de quoi je veux parler. Les sang de bourbes, les moldus et ceux qui voudraient les voir protégés. Je suis sûr que vous savez qu'ils devront être éliminés pour que nos ambitions réussissent, et votre aide garantirait bien sûr au Seigneur des Ténèbres la force de votre désir de le rejoindre. »

« Nous sommes prêts », a déclaré Alecto Carrow.

« Comme je l'ai dit, Regulus transmettra l'information. Le Seigneur des Ténèbres est très satisfait de lui, à l'heure actuelle. Maintenant, Regulus et moi avons des discussions sensibles que nous devons avoir. Nous aurons besoin d'un peu d'intimité. »

Les Serpentard, avec beaucoup de flagorneries et beaucoup plus d'expressions de dévotion que quiconque ne devrait rationnellement en donner, sortirent du pub. Probablement parti pour maudire à loisir certains élèves nés-moldus.

"Un autre verre, Black ?"

"Bien sûr."

Avery fit signe à Aberforth d'apporter plus de boissons. Sirius se glissa plus loin sous la table. Il était presque certain qu'Aberforth avait compris qu'au moins Sirius et James étaient des animagi après un incident survenu pendant les vacances de Pâques lors de leur septième année. Bien qu'il soit certain qu'Aberforth ne le dénoncerait à aucun mangemort, le barman voudrait certainement lui parler d'un certain baril d'hydromel.

Une fois Aberforth de retour derrière son bar, Avery parla.

"Tu étais occupé alors, Black ?"

« Le Seigneur des Ténèbres m'a demandé de recruter. Ce sont ceux qui sont majeurs et que j'ai persuadés de notre cause en seulement deux semaines. Il ne veut pas prendre ceux qui sont mineurs et avec raison, sinon j'en aurais eu plus. »

« Je n'ai jamais dit que tu n'avais pas bien fait. Le Seigneur des Ténèbres sera informé de tes progrès impressionnants. »

"Je ne m'attends à rien de moins. Qu'est-ce que tu as fait ?"

"Tu sais que je ne peux pas te le dire."

« Allez, Avery, j'ai été assez malheureux d'avoir été forcé à rester à Poudlard avec ceux-ci, qui pensent que jeter un sort à l'étrange Gryffondor ou à un traître à son sang est à la hauteur de notre travail. Je pense que je suis un peu dépassé. Permets-moi de passer à l'action réelle, ou du moins de m'en parler. »

Avery en rit. La gaieté ne convenait pas à son visage long et dur.

« Je dirai que tu t'ennuies, Regulus. Tu as très certainement dépassé tes camarades de classe, c'est vrai. Le Seigneur des Ténèbres a des plans pour toi, mais il pense que tu devrais terminer tes études. J'ai entendu la rumeur selon laquelle il ne veut pas te mettre en danger avant que tu ne puisses réussir à fournir un héritier à la maison des Black pour continuer ta fière et noble lignée. Tes cousines ​​semblent n'avoir aucune envie de procréer, à l'exception de la traître à son sang. »

« Andromeda ? Elle n'est pas cousine. J'avais pensé que Narcissa était enceinte ?

"Elle a fait une fausse couche. Lucius était furieux."

"Oh. Je vais devoir lui envoyer mes commisérations. Je suis désolé pour elle, elle aurait fait une très bonne mère. D'ailleurs, ma mère orchestre mon mariage. Je serai fiancé à Noël."

« À qui puis-je demander ? Le Seigneur des Ténèbres sera très heureux, à condition qu'elle soit une épouse appropriée pour la plus Noble et la plus Ancienne Maison des Black. »

« Tu connais notre devise. Toujours Pur . Ma mère m'a choisi une parfaite fille de sang-pur, Adeline Fawley. Nous nous marierons dès qu'elle sera sortie de Poudlard. »

"Alors l'été prochain ?"

"Oui. J'ai l'intention d'avoir un enfant dès que possible."

"Le Seigneur des Ténèbres approuvera le plan."

"Tout comme ma mère, dont j'ai bien plus peur." Le visage de Regulus s'organisa en un sourire doux et complètement sincère. Avery ne semblait pas remarquer l'insincérité et riait de nouveau.

« J'ai rencontré ta mère une fois. C'est un choix judicieux. »

Regulus ne répondit pas et but une nouvelle gorgée de son verre. Ce Regulus avait l'air cool et en parfait contrôle, complètement à l'aise avec cette discussion sur la pureté du sang et d'un mariage tout droit sorti de Poudlard, pas le moins du monde ennuyé à l'idée de rendre aux hommes qu'ils jugeaient mauvais une bonne leçon. Sirius commençait à se demander pourquoi il avait essayé d'aider son frère. Il était aussi impliqué que les autres, planifiant une vie de putain de méchants et de minuscules bébés au sang pur.

C'était un autre sourire sincère de Regulus qui empêcha Sirius de partir avec dégoût loin de son frère. S'il y avait encore une partie du Regulus qu'il avait connu étant enfant, c'était bien elle à travers ce sourire. Ce sourire était celui qu'il avait utilisé dans son enfance quand on lui avait demandé de manger des légumes qu'il méprisait. Sirius avait jeté ses pousses par la fenêtre, une fois, et les avait vues rouler sur la place. Son père l'avait flagellé pour cela. Regulus était alors plus susceptible de les manger, mais ne les aimait pas.

Il y avait peut-être quelque chose qui méritait d'être sauvé ici.

« D'accord, Black, je ferai mieux de continuer mon chemin. Tu vas bien et j'ai mieux à faire que de traîner avec le reste de ce lot. Je fais confiance en ton jugement et je suis sûr qu'ils ont un potentiel, mais il y a du travail à faire avec eux. »

"Il y en a. Tu plais à Carrow, ce qui pourrait t'intéresser. Elle ferait un match décent, mais si tu préfères, elle serait plus que disposée avant le mariage, de la façon dont elle parle de toi. Porter est cruel, mais je suppose que le Seigneur des Ténèbres lui trouvera une utilité. Hundring est intelligent, mais a besoin de se faire rappeler de temps en temps l'intérêt de notre petit effort."

"C'est noté. Je pourrais prendre la Carrow fille tout compte fait."

"Me donneras-tu des détails à transmettre ?"

"Oh oui. Tu viendras aussi. Le Seigneur des Ténèbres prévoit une série d'attaques contre certains Sang-de-Bourbe pour tester les nouvelles recrues et les potentielles. Je suis sûr que tu nous rendras fiers, Reg."

"Je ne voudrais rien faire de moins. Et maintenant, je dois rencontrer Mlle Fawley."

Avery a balayé la pièce du regard, jetant des mornilles sur le bar en passant. Après un temps respectueux, Regulus suivit, vérifiant poliment avec Aberforth le coût restant à payer sur leur compte.

Sirius resta silencieux sur le sol tandis que Ginny quittait le bar, puis Hermione suivit et Luna aussi. Il passa devant le barman, juste au cas où Aberforth aurait découvert qui il était. L'hydromel avait été la faute de Peter, de toute façon. James lui avait dit de prendre de l'or.

Peter avait souvent été stupide.

Et ici, Regulus était tout aussi stupide. Pourquoi diable penserait-il que rejoindre les mangemorts était une bonne idée? Ils planifiaient un meurtre, pour l'amour de Merlin, et Regulus demandait vraiment de suivre ? À quoi diable pensait-il ?

Devant lui, Sirius pouvait voir Regulus se tenir à l'extérieur de Scribenpenne, en train de parler à une fille blonde au visage pâle. Probablement la fiancée. Il ne savait pas que Regulus en avait une. Fille ou pas de fille, Sirius ne voulait rien de plus que d'aller voir son frère et de lui parler afin de redonner du sens à ce garçon stupide, ou peut-être simplement le frapper sur les galets comme un chien.

Là encore, cela ne fonctionnerait pas. Cela rendrait Sirius maléfique ou il serait maudit douloureusement, peut-être par une demi-douzaine de Serpentard qui venaient juste d'être informés qu'ils n'étaient pas assez impressionnants, et ça ne ferait probablement que cimenter l'opinion de Regulus selon laquelle son frère était instable et dangereux et que c'était beaucoup mieux de rester avec la famille en qui vous pourriez avoir confiance. Sirius savait que les lignes de Regulus avaient été alimentées. Ils avaient tous les deux été biberonnés avec l'affaire d'Andromeda, quand elle avait quitté la famille quand Sirius avait douze ans et demi et Regulus onze ans.

Pourtant Andromeda était à peu près aussi normale que le reste des Black.

Au moins, Regulus s'est racheté. Sirius s'était accroché à ce fait depuis la conversation qu'il avait eue avec Hermione où elle l'avait révélée. Il espérait que Regulus était mort sans douleur et qu'il savait que ce qu'il avait fait aiderait. C'était trop demander que quelqu'un l'ait remercié de son vivant. Sirius ne l'aurait jamais fait.

Sirius avait visité le cimetière de la famille Black, peu de temps après avoir été informé de la mort de Regulus. Il s'était senti obligé, à la mémoire du garçon que son frère avait été et non de l'homme qu'il était devenu. James était venu avec lui, sous la cape d'invisibilité car il avait été assigné à résidence à l'époque. Peter avait refusé ; avec du recul parce que Regulus avait trahi le Seigneur des Ténèbres pour lequel Peter travaillait. Remus était parti.

Il n'y avait aucun corps à enterrer pour Regulus, tout ce que ses parents avaient reçu était une note pour les informer que leur deuxième tentative de donner un brave fils à la lignée s'était éteinte. Ils lui avaient cependant offert une pierre tombale haute et fière, des lettres blanches avec son nom et ses dates gravées dans du marbre noir. Ils avaient ajouté l'écusson et la devise de la famille, ainsi que l'inscription «Toujours Loyal». Vraisemblablement pour souligner qu'il était resté et que Sirius ne l'avait pas fait.

Sirius l'avait regardé pendant quelques minutes, puis s'était précipité en dehors du cimetière.

Le petit groupe de voyageurs temporels remonta le flanc de la montagne jusqu'à leur point de départ convenu. Ils avaient vu ce qu'ils étaient venus voir ; la confirmation qu'il y aurait une attaque contre les moldus, et la confirmation que Voldemort recrutait activement à Poudlard. Tout cela avait été désagréable, et c'était tout.

Il n'y avait rien que Sirius était autorisé à faire à ce sujet.

Il espérait toujours convaincre Hermione, mais ce serait une combustion lente. Si tout va bien d'ici novembre, ça fonctionnerait. Nous étions encore à la mi-septembre maintenant, et Hermione prendrait du temps pour être convaincue. Mais il avait encore du temps devant lui. Deux mois, ou la meilleure partie de ceux-ci.

Ils continuèrent à gravir le chemin de la montagne, Sirius était toujours reconnaissant pour ses quatre pattes. Les couleurs du flanc de la montagne changeaient en tons d'automne et le vent se levait. L'automne écossais avait une température similaire aux hivers londoniens, et Sirius avait toujours ressenti le froid.

Hermione aussi, avec son visage rouge et ses larmes à cause du vent.

Ils atteignirent la grotte dans laquelle ils avaient transplané, qui était la même grotte que Sirius avait utilisée comme cachette durant la deuxième année où il avait vécu en fuite. C'était encore un peu comme à la maison. Il n'y avait bien sûr aucun souvenir de cette époque ici, pas maintenant, des années avant qu'il ne vienne ici, mais il ressentait quand même quelque chose pour cela. L'endroit contenait des souvenirs, les plus heureux qu'il ait eu cette année-là, et c'était assez bon pour lui. Cela le connectait à la raison pour laquelle il faisait cela. Harry, avant tout, mais il avait aussi diverti Remus ici. Remus avait été aussi dégoûté par les conditions dans lesquelles il vivait que Harry, sans aucun doute, mais de façon beaucoup plus vocale à ce sujet.

"Est-ce là que Harry est venu te rendre visite ?" Demanda Ginny, à côté de lui. "Il en a parlé une fois."

"Oui," répondit Sirius. « Il ne pensait pas beaucoup à la décoration ni aux installations. »

"Et Harry a des normes assez basses", a déclaré Ginny. "Tu devrais voir l'état de son bureau. Je pense qu'Hermione a rangé une partie de ses papiers pour lui, parce que la dernière fois que j'y étais, ce n'était pas aussi mauvais que d'habitude, mais il semble que personne n'ait vu la surface réelle de son bureau depuis des mois. Ou des morceaux du sol. C'est tellement sanglant et frustrant, c'est comme... comment ne pourrait-il pas être bon s'il y mettait un peu du sien ? Il me manque, tu sais."

"À moi aussi," dit Sirius.

« Tu lui as manqué. Quand tu es parti, il ne ressemblait à rien de ce que j'ai jamais vu après ta mort. Apparemment, il a détruit le bureau de Dumbledore. Dumbledore l'a laissé faire, il a dit que c'était entièrement de sa faute, c'est du Dumbledore tout caché, alors que c'était vraisemblablement de ta faute si tu étais mort. Harry était bouleversé. Tu lui as tellement manqué. Tout le monde a essayé de combler le vide que tu avais laissé dans sa vie, papa l'a fait, Fred et George, même s'ils étaient merdiques, Remus, tout le monde. »

« Je m'asseyais régulièrement à Azkaban en souhaitant que James et Lily aient fait de Remus son parrain. Il aurait fait un meilleur travail que moi. »

"Tu étais bon pour Harry."

"Hermione, ça va ?" demanda Luna, derrière Sirius et Ginny. Ils se retournèrent tous les deux. Hermione était assise par terre à l'embouchure de la grotte, se découpant dans la lumière. Luna s'accroupit devant elle, plaçant ses bras sur les épaules d'Hermione. "Hey. Qu'est-ce qui ne va pas ? Tu peux nous le dire, tu sais, nous ne pourrons peut-être rien faire d'utile mais nous pouvons toujours essayer d'aider, tu sais.

"Je voulais juste... ils prévoyaient de manière nonchalante de tuer des nés-moldus, Luna ! Tout comme si c'était du bowling ou des échecs ! Ce sont des meurtres ! Il a dix-sept ans, bordel. Des jeunes de dix-sept ans tuent ! Comme preuve de fidélité !"

Luna passa ses bras autour d'Hermione et lui tapota le dos. La voix d'Hermione entrait maintenant en sanglots énormes, et elle avait du mal à respirer à travers ses propres pleurs et encore moins à prononcer d'autres mots. Ginny traversa le sol de boue tassée de la grotte pour rejoindre les deux filles, et Sirius resta en arrière.

"Nous savons que ce sont des gens terribles", a déclaré Luna. "Nous avons déjà vu ce comportement."

« Nous l'avons fait, mais j'avais oublié, ça faisait quatre ans! Luna, c'est... c'est horrible. »

"Je sais. Tu es forte, Hermione. Nous le sommes tous."

Eh bien, si Sirius utilisait son cerveau cynique et calculateur, c'était un progrès en faveur de ses plans pour convaincre Hermione. Et parfois, vous deviez utiliser ce côté de votre cerveau.

Ce n'était pas qu'il voulait qu'elle soit bouleversée. Mais peut-être que c'était comme ça que ça devait être pour la faire s'arrêter et réfléchir.

C'était une femme très intelligente. Voire un génie, d'après ce que Harry et Remus lui avaient dit à propos de son travail scolaire, et elle était capable de comprendre le voyage dans le temps et les divers moyens d'y voyager puisqu'elle travaillait au département des Mystères et de tirer exactement les mêmes conclusions que Sirius. Elle pouvait comprendre qu'il était possible de changer le futur de manière non préjudiciable. Il en était convaincu.

Patience, dit le Remus intérieur de Sirius. La patience et les mots intelligents convaincront Hermione, si tu y vas trop fort, elle te repoussera.

Écoute Remus, dit le James intérieur. Il connaît cette merde.

Sirius se demanda s'il était fou, suivant les conseils d'amis morts invisibles.

Il a décidé de supposer qu'il ne l'était pas.

Mais oui. Hermione était une femme intelligente. Laissez-la arriver à ses propres réalisations. Il avait jusqu'en novembre, après tout.

Sirius enfonça ses mains dans ses poches et s'avança pour aider à réconforter Hermione.

End Notes:

Qu'en dîtes-vous ? 


J'attends vos avis avec impatience.


Qui veut un chocogrenouille en échange d'une review ? 


Bisous de moi :)

Chapitre 14 : Anniversaire by Miss Delavergne
Author's Notes:

Bonjour,

Je reviens vers vous pour un nouveau chapitre. Je suis toujours à la recherche d'un bêta.

Bonne lecture !

Hermione, septembre 1978, Saltburn.


Le 19 septembre, Hermione s'est réveillée seule dans son lit dans une maison qu'elle ne considérait pas comme la sienne, dans une époque où elle n'était pas censée se trouver et où elle n'était même pas encore née. Si elle devait le classer se serait probablement l'un de ses pires anniversaires haut la main.

Elle s'habilla lentement. Même ses vêtements n'étaient pas les bons. Hermione n'avait jamais aimé la mode, qu'elle soit moldue ou sorcière, à l'inverse de beaucoup d'autres filles. Ainsi, elle n'avait jamais réalisé à quel point elle aimait les vêtements qu'elle possédait jusqu'à ce qu'elle ne les perde. Nulle part ailleurs, elle ne pouvait s'acheter un jean ordinaire, exactement ce que sa mère aurait appelé des boots cut ou des regulars. Tout devait être chatoyant à cette époque, ou en fibres élastiques ajustées, ou de couleurs vives, ou pire encore : les trois rassemblés. Cela lui a pris des heures à fouiller dans les magasins de vêtements juste pour trouver quoi que ce soit dans un style ou une forme qu'elle était prête à porter.

Finalement, trouvant et enfilant un de ses jeans les moins moulants, elle descendit les escaliers.

Au moins, les aliments du petit déjeuner étaient les mêmes ici qu'à la maison. Hermione était une personne qui raffolait du pain grillée, avec du beurre et parfois de la confiture, et c'était quelque chose qu'elle pouvait encore trouver ici.

Étant donné que c'était son anniversaire, elle a opté pour de la marmelade à l'orange.

Le matin, elle avait une routine assez proche de sa routine à la maison pour que tout soit adapté. Elle prenait toujours une bonne douche puis s'habillait avant le petit déjeuner, comme sa maman l'avait encouragée à le faire lorsqu'elle était enfant. Elle a ensuite mangé en lisant La Gazette du Sorcier. À la maison, elle se mettait directement au travail ou rattrapait la rédaction du courrier qu'elle avait oublié la veille. Ici, elle feuilleta ses notes à propos de la boîte noire et de son dispositif sur le temps, au cas où elle aurait manqué quelque chose, et elle pensa à Ron et Harry.

Elle voulait rentrer chez elle.

Suite au houleux débat afin de ne pas laisser la situation empirer davantage, Hermione a dû faire la paix avec sa décision. Cela avait été un compromis, au départ, une façon d'amener Sirius à cesser d'essayer de changer l'intégralité de tout ce qu'elle avait jamais connu.

Elle avait ensuite traversé une phase de « bien, au moins ça me donne quelque chose à faire ». En effet, elle n'allait nulle part quand il s'agissait de les ramener à la maison, et honnêtement, elle avait l'impression d'avoir besoin d'une pause. Un projet différent, pour mettre au défi son cerveau et voir si elle pourrait produire de bien meilleures pensées. Elle n'allait nulle part et pourtant elle ne cessait de regarder à nouveau les mêmes morceaux de parchemin du petit déjeuner au dîner.

Maintenant, elle s'était plutôt attachée à ses habitudes.

Elle aimait l'idée de s'assurer que les choses étaient telles qu'elles devraient être. Au cours de sa première année à Poudlard, elle était allée demander à certaines des filles plus âgées dans la salle commune ce que c'était que d'être une étudiante à Poudlard. Elle avait expliqué qu'elle était née de parents moldus et ne savait rien à ce sujet, et la plupart d'entre elles avaient tenu à la rassurer et la contenter.

Bien sûr, la vie d'Hermione n'avait absolument rien à voir avec la plupart des vies de ces filles là. Elles avaient parlé des cours qu'elles avaient suivis, du Quidditch, du Club de Sortilèges, de la Société des Arts, de leurs petits amis, des amitiés qu'elles avaient nouées et des autres petites choses parfaitement normales de la vie scolaire. Elles n'avaient pas expliqué avec exactitude qu'elle deviendrait la meilleure amie du garçon qui avait survécu, et Hermione n'avait jamais prévu cela non plus.

Cela ne l'avait pas empêchée d'essayer de temps en temps d'avoir une vie scolaire à l'instar de celle qui lui avait été décrite. Elle ne s'était jamais intéressée au Quidditch, mais elle avait brièvement essayé de rejoindre le Club de Sortilèges. Elle voulait vivre une expérience scolaire normale plus qu'elle ne voulait l'admettre à Harry ou à Ron, bien qu'elle ait eu au moins une fois envie de se faire comprendre, c'est ce que Parvati avait dit.

Parvati avait essayé de la comprendre, mais Hermione ne pensait pas qu'elle en était capable.

Ce matin là, elle a été rejointe par Sirius avant même que Ginny ou Luna ne se pointe, ce qui était assez inhabituel. Sirius ne refaisait généralement pas surface avant 9 heures du matin, et il n'était que 8h15.

"Tout va bien ?" demanda-t-il en se dirigeant vers la bouilloire. Sirius aimait le thé le matin, et il ne mangeait généralement pas avant midi à moins que des frittes ne soient disponibles.

"C'est mon anniversaire."

"Je ne fais pas beaucoup de bilan d'anniversaires", a déclaré Sirius. "Généralement, je trouve que c'est plutôt la merde." Il remua son thé en marchant vers la table et se laissa choir sur la chaise à côté d'elle. Il sortit une petite boîte enveloppée d'un papier cadeau depuis la corbeille de fruits et la lui tendit. "Je t'ai offert un cadeau. Quel âge as-tu maintenant ?"

« Officiellement, vingt-trois aujourd'hui. Je pense néanmoins que je suis techniquement considérée comme un peu plus âgée, car j'ai beaucoup usé d'un retourneur de temps à l'âge de quatorze ans. »

"Ah," dit Sirius. "Mon pire anniversaire était mon vingt-deuxième."

"Qu'est-il arrivé ?"

« J'ai été envoyée à Azkaban. Le 3 novembre 1981. James et Lily sont décédés le soir du 31 octobre, et je suis arrivé à leur cottage vers minuit. Il m'a fallu plus d'une journée pour retrouver Peter. J'ai été arrêté en milieu de journée le 2 novembre, détenu au Ministère pendant la nuit et ensuite expédié à Azkaban le matin même de mon anniversaire. Pas de cadeau. Pas de gâteau d'anniversaire. Un des aurors qui m'accompagnait là-bas m'a souhaité de nombreux jours heureux, mais par le ton de sa voix, je savais qu'il me disait ça de façon très sarcastique. »

"Je suis désolée."

"Ouais, c'était la merde. Mon premier meilleur ami a été assassiné, l'autre est un putain de mangemort, tu as peut-être eu une dispute de trop avec ton troisième meilleur ami et l'as accusé d'être un mangemort quand il s'est avéré que ce n'était pas le cas, et c'est toi qui obtiens le blâme et es expédié à travers la mer pour être harcelé par les Détraqueurs. Vingt-deux ans, et c'est tout pour Sirius Black."

« Mais tu es sorti. Ça n'a pas été si mal. »

« Je l'ai fait, et ce n'est pas le cas, mais je ne le savais pas à l'époque. Et j'ai toujours eu le mal de mer. C'est pourquoi, j'ai vomi sur mes propres chaussures six fois de suite, et l'auror qui m'accompagnait n'aimait apparemment pas nettoyé les assassins. »

« J'ai aussi le mal de mer. J'ai pris le ferry pour la France avec mes parents à quelques reprises et j'ai été malade à chaque fois. »

"Qu'est-ce qu'un ferry ?"

"C'est un très gros bateau, un bateau vraiment immense, tu y gares ta voiture et il t'emmène à travers la mer."

"Un bateau juste pour une voiture ? À quoi ça sert ?"

"Pour des centaines de voitures. Les gens voyagent à l'intérieur de celles-ci. Et il y a même des magasins. Comme une petite ville flottante."

« Ça n'a aucun sens. Pourquoi feriez-vous cela ? Il coulerait, il doit couler. »

"Ce n'est pas le cas, je t'assure."

"Je ne comprendrai jamais les moldus. Et j'ai pourtant obtenu Effort Exceptionnel durant mes Buses à l'Étude des Moldus."

« Aucun sorcier sans au moins un parent moldu ne peut comprendre correctement les moldus, du moins je ne le pense pas. Harry, peut-être. Mais c'est un cas spécial. Et ses grands-parents maternels ainsi que son oncle et sa tante étaient des moldus. »

« Mais des bateaux avec des centaines de voitures. C'est ridicule, Hermione, tu ne vois pas ça ? »

"Cela est parfaitement logique pour moi. Je ne te comprendrai jamais."

« Hey! Je te ferai savoir que je ne ressemble à aucun autre sang-pur. »

"Vrai. La plupart d'entre eux préféreraient essayer de supprimer les ferries. Je parie que tu serais une catastrophe si tu montais dans l'un deux, avec une demi-chance."

"Je ne voudrais pas. Et s'il coulait ? Le monde serait définitivement perdu sans Sirius Black, laisse-moi te le dire tout de suite."

Hermione rit. "Je pense que nous y ferions face."

"Le voudrais-tu honnêtement ?" Il but la dernière gorgée de sa tasse de thé en émettant un horrible bruit qui ressemblait presque à un sifflement. "Tu vois, tu me regardes avec un étrange sentiment de fascination, et tu as même ri de mes stupidités à propos de bateaux géants, ce qui t'a distrait au lieu que tu te sentes comme une merde à propos de ton anniversaire."

Hermione devait admettre qu'il avait raison. Elle avait cessé de se sentir désolée pour elle-même, bien que le tout soit venu en se sentant encore plus désolée pour le jeune Sirius Black de vingt-deux ans.

"Tu as raison."

« Je trouve que c'est souvent le cas. Tu pourrais même commencer à m'aimer, ou à tout du moins tolérer ma présence. »

C'était un branleur arrogant. Beaucoup trop sûr de lui-même, c'est ce qu'aurait dit la grand-mère d'Hermione. Il a une très haute opinion de ses propres capacités, cela aurait été l'évaluation de son père.

Mais alors, il aurait probablement dit tout cela sur lui-même, ou l'aurait fait quand il était adolescent, et Hermione se demandait dans quelle mesure c'était audacieux. Il était souvent comme ça, spéculateur et irritant, enfermé ainsi dans sa propre stupidité c'était déjà une merveille qu'il puisse voir quoi que ce soit, puis il avait ces moments d'impuissance complets et totales où elle n'avait aucune idée de comment il faisait pour sortir du lit le matin.

Il n'y avait aucune aide pour la santé mentale chez les sorciers, donc Hermione avait lu quelques livres sur les méthodes moldues pour traiter les problèmes que beaucoup d'entre eux avaient après la guerre. Elle s'était diagnostiquée un trouble de stress post-traumatique, même si elle n'avait pas l'intention de voir quelqu'un pour cela. Comment diable expliqueriez-vous sa vie à un psychologue ou un conseiller moldu ? Elle avait travaillé sur elle-même avec quelques exercices et avait donnés des pistes à Harry et Ron et aux autres, et ça avait un peu aidé.

Elle pouvait diagnostiquer Sirius, mais cela ne servirait à rien s'il n'essayait pas de s'aider lui-même. Elle avait opté pour l'apprentissage via des livres moldus comme mécanisme d'adaptation, et il préférait clairement ignorer la situation et essayer d'être ce qu'elle aimait appeler « l'amusant Sirius ». Il a cependant été de plus en plus forcé à le faire.

"J'allais faire un gâteau aujourd'hui," dit-elle, faute de mieux à dire à Sirius.

"S'il te plait," répondit-il.

Ils retombèrent dans le silence. C'était ainsi que c'était souvent entre eux, désormais. C'était plus facile. Ils savaient tous les deux qu'ils n'étaient pas d'accord, et ils savaient tous les deux que les disputes ne les mèneraient nulle part. Et ça a bouleversé Ginny. Luna ne semblait pas trop s'en soucier. Elle lisait ce livre de magie rituelle depuis des jours, et il était difficile de tirer le meilleur parti de Luna lorsqu'elle lisait quelque chose.

"Est-ce que tu comptes en faire un pour ton anniversaire ?" Il la regardait avec le même regard qu'il avait quand il planifiait quelque chose, celui qu'elle avait vu dans ses yeux le jour de cette excursion ridicule afin d'essayer de sauver son frère.

"Comment ?"

"Les gens ne font généralement pas de gâteaux pour leur propre anniversaire, tu ne crois pas ?"

"Non. Mais tu connais la cuisine de Ginny, elle ne tient pas de sa maman, et Luna est meilleure pour les potages."

"Et moi ?"

"Je ne pense pas t'avoir jamais vu faire quelque chose qui n'implique pas de le faire frire."

« Hey! J'ai fait cuire ces frites au four l'autre jour. Je maintiens que ce n'est pas un aliment vraiment nutritif, mais j'ai réussi à le faire. »

"D'accord, tu peux lire des instructions écrites et tu peux faire frire des choses."

"Je te remercie."

Il la regardait toujours avec ce regard.

"Dois-tu toujours me regarder comme ça ?"

"C'est soit te regarder, soit la corbeille de fruits, et tu aurais été offensée si j'avais choisi la corbeille de fruits."

Hermione courut à nouveau dans le jardin ce matin-là, pour échapper à Sirius. Elle avait volé la chronologie qu'il avait écrite, de ce qui s'était passé à des dates précises et de tous les décès et blessures qui se succèderaient d'ici là, et la lisait. Elle l'avait déjà lu deux fois, mais ça ne faisait jamais de mal d'être préparé.

À en juger par cela, il y aurait bientôt un raid par les mangemorts au quartier général de l'Ordre où ils devraient peut-être y aller. Un mangemort devait mourir. Ce n'était pas quelque chose qu'Hermione voulait regarder, mais c'était ce qu'ils avaient accepté de faire.

Et rien de mauvais n'est arrivé aux membres de l'Ordre à part quelques os cassés, donc Sirius ne ferait probablement rien d'idiot.

Alors qu'elle réfléchissait à la meilleure façon de procéder, et réalisant qu'elle devrait forcément parler à Sirius, elle vit une tête surgir au-dessus de la clôture.

"Bonjour," a dit sa voisine, Jo. « Je pensais t'avoir invité pour une tasse de thé ? M'évites-tu, maintenant ? Je sais que je suis un peu bizarre, ma famille me le dit régulièrement, mais je ne suis vraiment pas du tout dangereuse. Je n'ai mordu quelqu'un qu'une seule fois. »

"Pourquoi as-tu mordu quelqu'un ?" Demanda Hermione, glissant les notes de Sirius dans sa poche.

"Ce n'est pas une histoire que je raconte aux gens qui refusent de venir prendre le thé."

"Je ne peux pas, je suis ..." Hermione n'avait pas vraiment d'excuse valable. Ses plans pour ce matin s'étendaient à éviter Sirius et ses regards étranges, et à éviter Ginny et son intention de faire de l'anniversaire d'Hermione une répétition du sien qui avait impliqué beaucoup trop d'alcool pour le goût de quiconque.

"Allez, canard, j'ai fait un gâteau. Qui peut refuser un gâteau, maintenant ? Eh bien, tu es beaucoup plus mince que moi, alors peut-être que tu as cette volonté. Par rapport à moi, je veux dire, compte tenu que je ne l'ai clairement pas." Jo se tapota l'estomac. "Pas que je m'en soucie. Ma fille aînée me dit que la graisse n'est pas saine. Eh bien, je lui ai rétorqué que tu vis avec aussi longtemps que tu en as, et je n'ai jamais ressenti le besoin de continuer à faire attention à ma ligne après mon premier mariage, pour ainsi dire. Tu viens, alors ?"

Hermione suivit sa voisine, plus par politesse et n'ayant aucune raison suffisante pour expliquer à Jo qu'elle refusait et parce que tout compte fait il n'y avait rien de mal en fait à aller manger un gâteau avec la femme. Ce n'était pas qu'elle ne voulait pas non plus. Elle n'avait rien contre Jo. Ce n'était tout simplement pas quelque chose qu'elle voulait activement faire. Se lier avec quelqu'un.

"Alors", a déclaré Jo, une fois dans sa cuisine. Elle coupa un énorme gâteau aux noix attablé sur le comptoir sur son support à gâteaux et plaça une tranche pour Hermione sur une petite assiette. "Qu'est-ce qui t'amène à te morfondre dans ton jardin ? Du thé ? Prends-tu du sucre ?"

Sans attendre de réponses, elle glissa une tasse de thé à Hermione après y avoir jeté un sucre et demi. Hermione l'a bu. Elle serait impolie si elle ne l'avait pas fait.

"C'est mon anniversaire."

"Oh ?" Jo était assise à la table en face d'elle, poussant son gâteau avec une fourchette.

"Ouais." C'était tout ce qu'elle pouvait dire, vraiment. Il n'y avait aucun moyen vraisemblable pour expliquer pourquoi c'était une si mauvaise chose que ce soit son anniversaire. C'était pas du tout quelque chose que sa voisine pourrait comprendre, sans parler de voyage dans le temps.

"Eh bien, nous n'appellerons pas cela un gâteau d'anniversaire si tu ne le souhaites pas, mais je ne l'ai pas empoisonné, tu sais."

Hermione en a mangé. C'était vraiment très bon. Et elle se sentait un peu mieux après ça.

"Merci," dit-elle à Jo.

"Tu vois, je t'ai dit que je ne mordais pas souvent."

"Maintenant, tu dois me raconter cette histoire." C'était aussi un bon moyen de distraire Jo afin d'éviter qu'elle ne la sonde plus profondément au sujet de son anniversaire. Et, Hermione devait admettre qu'elle était un peu curieuse.

« Oh, ce n'est même pas très excitant. Mon mari était odieux et je l'ai mordu à l'oreille. »

Hermione ne put s'empêcher de rire. "Est-ce ainsi que le mariage est censé fonctionner ?"

« Non, mais mon mari n'était pas le meilleur exemple de la façon dont le mariage devrait fonctionner. Je l'ai viré après... ooh, c'était il y a longtemps maintenant... sa sixième tromperie, je pense. La morsure était la conséquence de la tromperie numéro quatre, et je maintiens qu'il le méritait. »

"Je suis désolée. C'est horrible." Hermione ne savait pas quoi dire d'autre. Le ton que Jo lui avait donné suggéra presque qu'elle ne s'en souciait pas beaucoup, et la plupart des gens n'abordaient pas leurs vies personnelles avec de nouvelles connaissances si les problèmes étaient encore à vifs. Mais Hermione était toujours désolée pour Jo.

« Ah, ça n'a plus beaucoup d'importance. C'était un énorme, qu'est-ce que vous, les jeunes, dites à ce propos ? Un enculé ? Eh bien, quel que soit le terme offensant que vous puissiez trouver, il en est un, et je serai mieux sans lui. J'aurais bien aimé divorcer du salaud, mais il est presque impossible de divorcer en vertu de la loi des sorciers si vous ne pouvez même pas trouver le bougre en question. Je pense qu'il est parti à l'étranger. Il a envoyé une carte postale à trois de nos quatre enfants environ un an après qu'il m'ait répudié de quelque part au Brésil, et rien depuis. »

Jo nota l'expression vraisemblablement choquée sur le visage d'Hermione et rit. Hermione était certainement choquée.

« Et c'est pourquoi Margaret m'a dit de ne plus parler de son père avec de nouveaux amis. Je me souviens maintenant. Pourtant, ça me fait rire de voir le visages des gens. »

"Désolée, c'est juste ..."

« Que tu n'as jamais entendu personne parler de tromperies et de femmes abandonnées la première fois que tu les as rencontrées, j'imagine ? Non, je ne connais personne d'autre qui le fasse non plus. »

Hermione rit de nouveau. Elle ne comprenait pas nécessairement cette sorcière, mais elle avait l'impression de l'aimer.

"Alors et toi ?" demanda Jo en polissant le dernier morceau de gâteau. "Attachée ? Tu as dit que tu n'étais pas avec ce beau mec qui vit avec toi, et je ne sais pas pourquoi tu ne le serais pas."

« Je suis avec quelqu'un, oui, mais c'est en quelque sorte compliqué, » dit Hermione, pensant à Ron de retour à la maison. Elle se demandait souvent s'il avait remarqué sa disparition, ou si le temps passait à la même vitesse pour eux comme ici.

"Ah, c'est vrai. Qui est l'homme chanceux ?"

« Son prénom est Ron. Il était un ami depuis très longtemps, puis nous avons commencé à sortir ensemble, mais il a du mal à s'engager. Je lui ai dit que je ne voulais pas lui parler jusqu'à ce qu'il ait réglé ses pensées et pris une décision. Et maintenant, eh bien, il n'a pas vraiment de moyens de me contacter. »

"On dirait que tu ne veux pas qu'il se débrouille, canard. Pas s'il ne te trouve pas maintenant. N'a-t-il pas un hibou décent, de toute façon ?"

Hermione pensa au hibou grognon de Ron.

"Son hibou est l'oiseau le plus inutile que j'aie jamais rencontré."

"J'ai eu une fois une chouette sourde. Elle ne pouvait pas m'entendre dire où je voulais qu'elle aille. Terrible chouette, celle-là. Mais ce n'est pas mon point maintenant, n'est-ce pas ? Veux-tu passer le reste de ta vie avec ce Ron ? À quoi ressemble-t-il ?"

« Grand, une magnifique chevelure rousse, avec des taches de rousseur. Je l'aime vraiment bien. Je l'aime. Je veux qu'il trouve le bon chemin et qu'il me revienne. Mais je ne vais pas attendre indéfiniment qu'il le fasse. »

"Hmm. Tu lui as donné un délai ?"

"Non." C'était peut-être un défaut dans son plan. Mais alors, elle ne s'était pas vraiment considérée comme lui lançant un ultimatum et s'échappant dans un endroit complètement inaccessible. Elle supposait qu'elle serait disponible dans son appartement ou à son bureau, et qu'Harry lui parlerait et tâcherait de lui faire entendre raison d'ici quelques jours, et il reviendrait vers elle. Il l'a toujours fait. Ron finissait toujours par arriver même s'il prenait son temps.

Elle savait qu'Harry leur avait dit à tous les deux d'arrêter de se plaindre à lui, mais Ron l'a toujours fait, et il a toujours cédé. Il fit de même pour elle quand elle l'embêtait inévitablement au sujet de Ron.

"Alors je ne pense pas que tu veuilles vraiment qu'il répare les pots cassés cette fois-ci."

"Comment savez-vous que ce n'était pas la première fois ?"

« Oh, ma fille, j'ai vu assez de sorcières avec des problèmes relationnels. Nous donnons toujours trop de chances aux hommes. Si tu en es au stade de l'ultimatum, ce n'est pas la première fois qu'il n'est pas venu pour toi. »

"Je l'aime."

"Es-tu vraiment amoureuse de lui ?"

"Bien sur que je le suis!" C'était ridicule. Elle discutait de sa relation avec quelqu'un qui ne la connaissait ni elle ni Ron, et qui en tirait des conclusions totalement injustes. Ron, eh bien oui, il avait des problèmes pour s'engager, mais c'était un homme bon et elle l'aimait. Ce n'est pas parce qu'Harry s'est engagé dans une vie avec Ginny juste après la guerre et qu'il n'a eu aucun regret qu'il n'est pas inhabituel d'avoir des hésitations tout à fait justifiées à propos de s'engager sur le long terme à quelqu'un que vous connaissez depuis toujours.

Elle en avait eu quelques-unes elle-même, même si elle aimait penser qu'elle les avait mieux traitées que Ron.

"Eh bien, comme disent les jeunes c'est ta vie, canard. Assures-toi simplement que tu prends les bonnes décisions juste pour toi, oui ? Plus de thé ?"

"Je ferai mieux d'y aller." Si elle allait être interrogée plus longtemps sur sa relation, elle n'avait aucune envie d'être ici.

"Absurdité. C'est ton anniversaire et j'insiste." Une autre tasse de thé fut poussée à travers la table vers Hermione.

"Combien d'enfants avez-vous ?" demanda Hermione, cherchant un autre sujet de conversation.

« Quatre. Toutes des filles, toutes des sorcières et une répartie dans chaque maison à Poudlard. Je suis amenée à croire que c'est assez rare. Margaret, mon aînée, est allée à Serpentard. Elle est maintenant au Ministère, quelque chose sur les règlements du Quidditch et l'organisation de matchs. Helena, la Serdaigle et Ruth, la Poufsouffle, sont des jumelles. Helena est à la maison avec ses enfants et Ruth travaille à St Mangouste. Ma plus jeune est une Gryffondor, Betty. Si je suis honnête, je ne comprends pas trop sur quoi elle travaille. Elle n'en dit pas grand-chose et j'ai cessé de demander. »

"Quatre. Sensationnel."

"C'est ce que tout le monde dit. Elles m'ont longtemps tenues occupée, et maintenant j'ai parfois des petits-enfants qui me rendent visite, et ils m'occupent eux aussi. Entre temps, je n'ai pas grand-chose à faire. D'où l'ennui et l'intérêt pour mes nouveaux voisins. Maintenant, parle-moi de cet homme dans votre maison ? Est-il célibataire ?"

Hermione n'avait jamais interrogé Sirius sur sa vie amoureuse.

"Je le pense. Oui. Il n'a jamais mentionné de petite amie."

« Peut-être qu'il est gay, alors. Je ne peux pas voir un homme gentil comme ça rester longtemps sans attaches. »

"Il est ..." Hermione chercha dans sa tête la meilleure façon de décrire Sirius. Les adjectifs habituels qui lui venaient à l'esprit étaient négatifs ; ennuyant, têtu, difficile, intéressé, évitant. Elle n'avait aucune idée s'il était gay ; ce n'était pas vraiment important. "Il est très intelligent", a-t-elle décidé, "et il est dévoué à son filleul." C'était indéniablement vrai. « Il est également irritant et travaille très dur pour aller au devant des ennuis. » Elle serait débarrassée de lui maintenant, si elle lui avait fait suffisamment confiance pour le laisser tranquille.

"J'aime les hommes intelligents", a déclaré Jo. "Mon mari était aussi stupide que Merlin m'aide, malheureusement pour moi."

"Et ennuyant ?"

"S'ils ont des compétences qui peuvent compenser cela, je suis d'accord avec ça. À mon âge, tu n'as pas besoin de vouloir quelque chose de permanent ou d'emménager avec un enculé. Juste un peu de plaisir me satisfera, et tous les hommes de mon âge ont des poils gris tu sais où."

Hermione couina. Elle n'était pas prude, mais elle connaissait à peine cette femme ! Jo rit.

« Une autre chose dont Margaret m'a dit d'arrêter de parler. Je suis assez vieille maintenant pour dire ce que j'aime. Tu n'es pas offensée, l'es-tu ma chère ? J'ai dit à Margaret que les gens ne sont pas facilement offensés de nos jours, pas comme avant. Et s'ils le sont, je me fiche de ce que les gens pensent de moi. Je ne fais de mal à personne et je dirai ce que j'aime à part ça. »

"Non, je ne suis pas offensée." Hermione décida qu'elle aimait bien Jo. Peut-être était-ce juste qu'elle aimait parler à quelqu'un qui disait ce qu'elle voulait dire, contrairement à Sirius et Luna la plupart du temps, ou simplement que la femme ne se souciait pas beaucoup de si elle était aimée. Peut-être qu'elle rappelait à Hermione Harry et Ron.

"Invite-le à venir me voir", a déclaré Jo. "Je vais voir par moi-même s'il est ennuyant ou non. Et le garder hors de tes mains pour un après-midi, et peut-être plus qui sait."

Hermione pensait qu'elle pourrait faire ça. Elle aimerait voir comment Sirius traiterait avec sa nouvelle amie.

Elle est retournée à la maison pour trouver Ginny assise dans la pièce de devant, l'air légèrement traumatisée.

"On m'a demandé de te dire de ne pas aller dans la cuisine en aucune circonstance, et je te recommanderai fortement de suivre ce conseil", a-t-elle déclaré. Ses cheveux étaient pleins de farine.

Hermione avait une idée de ce qui se passait. Au lieu de l'affronter, comme elle l'aurait fait normalement, elle décida de laisser Sirius s'amuser. Et c'était un sorcier, tout le gâchis qu'il aurait fait serait assez facile à nettoyer quand il en aurait fini. Au lieu de cela, elle choisit de s'installer à nouveau dans son fauteuil préféré avec les notes de Sirius. Le fauteuil à bascule qu'elle aimait tant qui se trouvait à proximité du canapé n'appartenait pas à ses grands-parents, Luna privilégiait cette assise elle aussi, Sirius le canapé et Ginny le sol ou le pouf. C'était un velours d'une douce teinte d'orange qu'Hermione avait trouvé dans une boutique d'occasion et avait immédiatement aimé. C'était l'une des rares choses qu'elle avait pu choisir dans sa vie actuelle.

Il y eut un cri de la cuisine qu'Hermione et Ginny ignorèrent.

"Ici, je t'ai eu un cadeau", a déclaré Ginny, en remettant un paquet mal emballé. "Je sais que tu n'as rien dit, mais je voulais marquer le coup."

Le cadeau était en fait quelques vêtements. Ginny avait le don de trouver des trucs similaires à ce qu'elles avaient toutes les deux aimé porter à la maison, contrairement à Luna qui avait adopté le style de l'époque.

"Merci," dit Hermione, en se relevant, retirant son cardigan et en le remplaçant par le pull que Ginny avait choisi, un pull en laine noire et blanche avec un motif de style fair-isle.

"Pas de problème", a déclaré Ginny. « Plus important encore, peut-être, as-tu une idée de notre prochain plan ? Cette petite sortie à Pré-au-Lard était très bien, mais je m'ennuie déjà. Et je ne comprends toujours pas l'intérêt de celle-ci, si je suis honnête. »

"Moi non plus," admit Hermione. Elle s'était dirigée vers la table du salon et avait pris en mains ses propres notes. "Je pense que nous y sommes allés juste pour que Sirius puisse voir son frère, bien qu'il dise que c'était juste afin qu'il puisse vérifier les noms de leurs nouvelles recrues."

"Je m'inquiète pour lui," dit Ginny, pliant le journal qu'elle lisait soigneusement et le plaçant sur la table basse. « Il est bizarre. Un Sirius Black aveuglé, en colère, je peux y faire face, mais là cela me fait penser qu'il y a quelque chose qui ne va pas. Penses-tu qu'il pourrait avoir l'intention de refaire quelque chose de stupide ? »

Hermione y réfléchit. Oui, il agissait étrangement. Il avait été présent ces derniers jours, se joignant aux activités de tout le monde dans la maison. Il avait regardé quelques programmes à la télévision avec Ginny et Luna, et avait parcouru toutes ses notes en détail avec Hermione. Lui et Luna s'étaient attaqués au jardin, l'avaient nettoyés et avaient planté quelques plantes magiques utiles qui volaient sous le radar de la plupart des moldus, et il avait pris sur lui pour commencer à nettoyer le grenier de la maison dans le but de le convertir en une troisième chambre utilisable.

Et il avait été gentil avec tout le monde pendant tout ce temps. C'était du jamais vu.

Mais Hermione ne pensait pas exactement qu'il planifiait quoi que ce soit. Quand il l'avait fait auparavant, il n'avait pas agi comme ça. Il avait été évident qu'il faisait quelque chose, c'est pourquoi il avait été si facile pour elle de l'arrêter. Soit il essayait une nouvelle tactique, soit Hermione n'était pas sûre que Sirius en ait la subtilité, ou soit il était vraiment d'accord avec leurs plans actuels. Peut-être qu'elle se faisait trop confiance, mais elle était encline à croire que Sirius ne faisait pas semblant.

« Je ne pense pas », a-t-elle finalement dit. « Je ne pense pas que Sirius ferait semblant, c'est pas son genre. Il savait que nous n'aimions pas ce qu'il faisait auparavant, et il était même essentiellement assez honnête au sujet de ses plans. Et je ne pense pas non plus qu'il soit du genre à revenir sur une promesse. »

"Peut-être que tu as raison," dit Ginny. "Je ne sais pas, cependant. C'est étrange. Appelle-moi méfiante si tu veux."

"À qui tu ne fais pas confiance ?" demanda Luna, sortant de la cuisine avec une bouffée d'air chaud.

"Tout le monde devrait l'être, un peu," dit sèchement Ginny. Hermione avait la drôle de sensation que son amie ne parlait pas de Sirius spécialement, mais de quelqu'un d'autre d'entièrement différent. Un sentiment apparemment partagé par Luna.

"Je pense que tu as offensé Sirius," dit Luna, se laissant tomber sur son fauteuil à bascule préféré. C'était drôle de voir comment ils avaient tous trouvé leurs endroits préférés pour s'asseoir, pensa Hermione.

"Que veux-tu dire ?"

« Eh bien, tu n'as pas ouvert le cadeau qu'il t'a donné ce matin. Il continue de tirer une tête de six pieds de long, il semble étrange que le présent lui-même l'ait offensé. Je ne pense pas qu'il en soit très content, mais alors il ne semble pas te le reprocher personnellement à toi. Cela semble très insignifiant d'être si bouleversé, mais nous y sommes. Ce n'est pas moi qui ressens cela, et les pensées des autres peuvent varier. »

Eh bien, Luna avait raison. Hermione avait abandonné la petite boîte enveloppée sur la table quand elle en avait eu marre de sa désinvolture et était sortie. Ils avaient été tellement distraits par les discussions aux sujets des gâteaux et des ferries qu'elle avait tout oublié du présent. C'était de mauvaises manières. Hermione n'aurait pas dû faire ça.

"N'entre pas là-dedans, souviens-toi," dit Ginny. « Regarde mes cheveux, si tu as besoin d'une raison. Je pense que je vais aller prendre une douche. J'ai essayé de la retirer par magie, c'est comme s'il avait utilisé un sort permanent. » Elle se replia gracieusement du sol et sortit de la pièce. "Luna," dit-elle sur le pas de la porte, "rappelle-moi quand il aura fini, ouais ? Je veux voir ça." Et elle était partie.

"Je sais que je ne devrais pas demander de détails, mais il ne va pas nous donner une intoxication alimentaire, n'est-ce pas ?"

"J'en doute", a déclaré Luna. « Bien sûr, c'est à lui de décider s'il suit mes conseils, mais nous y sommes. La vie serait ennuyeuse si nous étions tous pareils, non ? »

"Tu pourrais également affirmer que la vie serait ennuyeuse sans un risque occasionnel d'intoxication alimentaire."

"Tu peux discuter de beaucoup de choses", a déclaré Luna, "mais il n'est pas toujours sage d'emprunter cette voie."

« Je pensais que l'état d'esprit de Serdaigle était plus que tout enclin au débat et valait la peine d'être discuté, analysé et recherché. »

"Oh, non, pas du tout. Seulement là où il y a quelque chose à gagner, que ce gain soit physique ou scolaire. Argumenter seulement pour argumenter est ce que j'ai toujours pensé être plus un trait de Gryffondor. Ce n'est pas que nos affiliations aux 4 Maison aient beaucoup d'importance, pas si nous ne le voulons pas. De plus, Sirius est presque prêt."

Le fait que Luna sautait souvent du coq et l'âne n'avait presque aucun sens, mais ce n'était pas nécessaire. Luna avait également une bonne quantité de farine dans ses cheveux, ou peut-être du sucre glace, mais elle ne semblait pas s'en soucier. Hermione n'avait jamais passé beaucoup de temps en compagnie de Luna avant ce petit voyage dans le passé, et elle découvrit qu'elle appréciait la compagnie de l'autre fille qu'à petites doses. Peut-être jusqu'à une dose moyenne si Luna passait beaucoup de temps avec ses livres. Et si elle ne commençait pas à parler de choses imaginaires.

"Luna, fais-tu confiance à Sirius ? Penses-tu qu'il prévoit quelque chose ?"

"Oh, c'est ce dont toi et Ginny discutiez ?" Demanda Luna, faisant tourner les pointes de ses cheveux autour de ses doigts. « Je le fais et je ne le fais pas. Il ne va pas nous mentir explicitement, n'est-ce pas ? Mais je ne suppose pas qu'il ne travaille pas sur quelque chose. Il marmonne un truc de style "vers novembre" dans son sommeil. »

"Que se passera-t-il en novembre ?"

"Je ne sais pas, j'ai juste besoin d'une bonne toilette pour la nuit."

Hermione voulait sonder Luna davantage, mais il y eut un crash derrière elle et Sirius ouvrit les doubles portes à lamelles de la cuisine. Il avait l'air d'avoir été attaqué par un boulanger. De la farine ou du sucre glace, ou quoi que ce soit, s'était installé sur ses cheveux maintenant mi-longs, cette chose était en équilibre sur ses épaules et a éclaboussé le devant de son t-shirt. Ça avait même fait son chemin le long de ses jambes moulées dans son jean et même dans ses cils.

"Terminé!" il cria. "Hermione, viens voir ma création !"

"Nous devons attendre Ginny", a déclaré Luna, disparaissant pour frapper à la porte de la salle de bain. Ginny apparut rapidement, séchant ses cheveux avec sa baguette.

"Ta-da!" Sirius avait l'air très content de lui, s'approchant définitivement d'un air suffisant. Le gâteau, et c'était un gâteau, comme l'avait prédit Hermione, était une pagaille, mais il avait au moins l'air comestible. Il contenait trois couches, avec de la confiture et de la crème tombant au hasard entre elles, lourdement saupoudrées de sucre glace et parsemées de bonbons en forme de serpentin aux goûts d'orange et de citron dont ses grands-parents raffolaient. Et ce qui ressemblait étrangement à des bonbons en forme de soucoupe volante. Entre les décorations, Sirius avait parsemé le gâteau de vingt-trois bougies, toutes enflammées d'un feu bleu évidemment magique.

"Joyeux anniversaire !" dit Ginny, rebondissant à moitié sur Hermione alors qu'elle la serrait dans ses bras par derrière. "Souffle tes bougies !"

"Pouvons-nous même souffler du feu magique ?" demanda Hermione. Elle retira ses cheveux de son visage et essaya.

Il s'est avéré que vous ne pouviez pas. Le gâteau avait bon goût, et Sirius n'était que modérément offensé qu'elles aient été largement surprises par ce fait. Il se dépoussiéra pour révéler une image d'un hippogriffe sur son t-shirt qui avait été entièrement recouvert de farine, et Hermione leur montra l'utilisation correcte d'un aspirateur à la grande stupéfaction des trois autres qui avaient été élevés par des sorciers. Ils ont ensuite eu un débat animé sur la question de savoir si Luna était considérée comme une sang-pur ou une sang-mêlée ; Ginny plaidant pour le côté sang-pur car Luna ne pouvait pas se souvenir d'un parent moldu ou né-moldu dans son arbre généalogique, et Sirius arguant que quiconque n'appartenant pas aux 28 Familles Sacrées ou aux Potter et aux Gold, qui avaient apparemment été délibérément exclus, serait considéré par la société sorcière comme ayant un sang-mêlé. Ce n'était pas sa propre opinion, apparemment, le sienne était que « ça n'avait pas d'importance de toute façon ». Luna ne semblait pas s'en soucier.

"Hermione, j'ai un figuier d'Abyssinie pour toi," dit Sirius.

"Oui ?"

"Attrape", dit-il, jetant le petit cadeau enveloppé qu'il lui avait offert plus tôt dans l'air en direction de sa tête. Elle a réussi à l'éviter sans mal. Le ramassant du tapis, Hermione le déballa soigneusement et ouvrit doucement la petite boîte bleu marine avec seulement une petite appréhension. Après tout, la dernière fois qu'elle avait tenu une petite boîte ouverte, elle avait été projetée vingt-quatre ans en arrière dans le passé et s'était retrouvée ici.

À l'intérieur de la boîte se trouvait un médaillon rond en argent, avec un motif de fleurs gravé sur le devant. Hermione tripota la prise et celle-ci s'ouvrit, révélant deux minuscules images. Une de Ron, arborant un sourire idiot, et une de Harry.

"Sirius," dit-elle lentement. "Où as-tu obtenu les photos ?" Le petit Ron lui fit un clin d'œil.

« Ginny, il s'avère, qu'elle avait une photo de certains d'entre vous à un mariage en famille ou à un autre évènement festif caché dans son sac. Nous l'avons dupliquée et découpée. Ta version photographique s'en plaignait plutôt, car nous devions couper certains de ses cheveux pour le faire. »

"C'est beau. Et bien trop beau. Merci, Sirius."

« Hé, pas de problèmes. J'ai de l'or, et l'autre moi en ce moment ne fait que le dépenser en alcool et en moto. »

Elle se leva de son siège et le serra dans ses bras, essayant d'y mettre certaines des choses pour lesquelles elle n'avait pas vraiment de mots sur combien Harry lui manquait et appréciait qu'il avait essayé de lui faire plaisir, et regrettait en quelque sorte la façon dont elle avait été avec lui mais pas vraiment, car elle ne pensait toujours pas que ses idées étaient utiles. Elle doutait qu'il comprenne tout cela. Elle n'était pas sûre de l'avoir fait elle-même. Mais elle a laissé une toute petite tache humide malheureuse sur son épaule.

Alors qu'elle s'éloignait, Sirius prit le collier d'où il pendait et le porta à son cou.

"M'autorises-tu ?" Il a demandé. Hermione pencha légèrement la tête en avant en réponse, et il mit ses mains autour de sa nuque pour refermer le médaillon fermé. Alors que ses mains effleuraient son cou, elle sentit une petite secousse contre sa peau. Un petit choc électrique ou une accumulation d'électricité statique. Elle tordit doucement le médaillon sur sa chaîne. Elle n'avait pas porté de médaillon depuis l'horcruxe, celui que Regulus Black avait trouvé dans la grotte et caché à Grimmauld Place, et Ron l'avait détruit, mais Sirius ne pouvait pas le savoir. Elle ne lui avait jamais dit que l'horcruxe avait été un médaillon.

Il ne se sentait pas aussi étranger qu'elle ne le supposait. Le métal était chaud contre sa peau, pas froid, moite et dangereux. Cela lui parlait d'amour et d'espoir qu'elle reverrait son meilleur ami et son petit-ami, pas du risque d'être à jamais perdue dans une autre époque que la sienne et de la peur grandissante de la guerre.

C'était un pas de plus vers la guérison, et Hermione avait réalisé depuis longtemps que tout ce chemin parcouru depuis la guerre dans sa vie n'était en réalité qu'un voyage de guérison pour essayer d'avancer. Toutefois, elle ne le ferait jamais complètement. Sa vie avait été en partie trop entachée par la guerre à l'instar de Frodon une fois de retour dans La Comté.

"Ginny, ça te dérange que je porte une photo de ton fiancé autour de mon cou ?" demanda-t-elle, pour se rappeler au monde dans lequel elle se trouvait actuellement et non pas celui des horcruxes qui l'avait tant blessé.

"Non," dit Ginny. « Je pense que je trouvais ça bizarre à un moment donné, tu sais, le fait qu'Harry et toi vous serez toujours si proches l'un de l'autre. Mais au regard de tout ce que vous avez fait ensemble. Je ne trouve plus ça bizarre du tout. »

"Très bien."

Ils restèrent assis après cela, jusque tard dans la nuit, buvant des alcools moldus ridicules que Sirius avait acheté dans le magasin du coin et mangeant bien plus de gâteau que quiconque. Hermione avait pourtant ridiculisé la suggestion de Ginny de se saouler ce soir pour commencer. Plus que toute autre chose, elle n'aimait pas beaucoup se saouler et ne le ferait certainement jamais un mardi en tout autre circonstance.

Ce soir là, elle s'est assise sur son fauteuil à bascule préféré, chacun dans son espace habituel, chantant à la radio les chansons anciennes et actuelles et se levant même pour danser. Sirius était de meilleure humeur qu'elle ne l'avait jamais vu, et l'alcool le rendait moins suspect. Elle pourrait résoudre ses pensées demain.

Tout a été repoussé jusqu'au lendemain alors que l'alcool donnait une sensation douce et floue à ses pensées. Les derniers vestiges de son esprit sobre lui criaient que les gens mouraient, que la vie des gens était ruinée, et qu'elle devrait être triste si elle ne profitait pas d'une soirée avec ses amis. Que si elle ne pouvait pas le changer, elle devrait au moins le ressentir comme une pénitence. Hermione haussa les épaules du mieux qu'elle le pouvait.

La partie sobre d'Hermione pensa à ceux qui mourraient chaque jour et s'inquiétait pour chacun d'eux. L'Hermione qui avait bu du cognac a pu les oublier pendant quelques heures, et c'était bien. Elle voulait les aider, elle l'a vraiment fait. Mais elle ne pouvait pas, et même si elle se le justifiait, ça faisait mal quand même.

Elle a même réussi à bloquer son souhait de rentrer chez elle, sauf lorsqu'elle a réouvert le médaillon en se couchant.

End Notes:

Que pensez-vous de ce chapitre ? Et comment vous sentiriez-vous à la place d'Hermione ?

 

Un câlin de Dobby en échange d'une review, ça vous va ? ^^

 

Bisous de moi <3.

Chapitre 15 : Sang de bourbe by Miss Delavergne
Author's Notes:

Bonsoir :)

Je suis venue vous livrer un nouveau chapitre à la clé du point de vue de Regulus cette fois-ci. On en apprend un peu plus sur les actions des mangemorts durant la Première Guerre. 

Je suis toujours à la recherche d'une bêta, faîtes-moi signe si vous êtes intéressés.

Je vous souhaite une bonne lecture.

Ana

Regulus, octobre 1978, Collège Poudlard, École de Sorcellerie.

 

Le hibou est arrivé au petit déjeuner.

Chaque fois que Regulus avait reçu du courrier depuis la visite à La Tête de Sanglier, en septembre, il avait été étroitement surveillé par bon nombre de ses camarades de Serpentard de septième année. Cela n'avait jamais été ce qu'ils espéraient. Les hiboux reçus par Regulus provenaient fréquemment de sa mère, l'informant de l'avancement de ses fiançailles, ou de son père, l'informant d'autres questions relatives à la famille. Parfois, Bella lui envoyait une chouette, pour lui rappeler à quel point elle était fière de lui, ou Narcissa. Elle ne parlait que peu de son désir d'avoir un enfant.

Andromeda lui avait envoyé une lettre une fois, mais il l'avait brûlée directement sans se donner une chance de la lire. Elle était une traître à son sang, et ne faisait plus partie de la famille.

Celui-ci n'était pas un hibou de la famille Black, ni même l'un de ceux appartenant à l'une de ses cousines. Il tira le parchemin de la patte de la chouette, coupa habilement le sceau avec son couteau à beurre et l'ouvrit.

Black,

J'espère que tout se passe bien au sujet de ton prochain engagement. La fille Fawley est un bon match. Notre ami commun est très impressionné et demande une invitation à la fête de fiançailles. J'en voudrais une aussi. Tu devrais écrire à ta mère.

Comme promis, j'écris avec les détails du prochain événement clé. Samedi, à l'endroit que nous avions visité auparavant. Il va sans dire que j'adresse l'invitation à tous tes invités auxquels tu peux te fier. Cela promet d'être une excellente nuit. Pas de vin elfique à l'horizon toutefois, comme il y en aura le jour de ta fête, mais nous pourrions peut-être obtenir du Whisky Pur Feu ou quelque chose dans ce genre là.

Ne soyez pas en retard, tu connais désormais l'heure. C'est toujours la même chose.

N'amène personne qui pourrait nous causer des ennuis avec un enseignant.

Avery

C'était comme si Regulus était invité à se faufiler en dehors de l'école à une séance de beuverie, ce qu'il supposait être le point d'orgue de tout. Quiconque l'intercepterait supposerait qu'ils n'étaient pas de bons petits samaritains, oui certainement, mais ce n'était rien d'extraordinaire. Quelque chose qui pourrait potentiellement entraîner une perte de points ainsi qu'une retenue, mais pas un séjour à Azkaban.

Regulus était plus que conscient des sanctions pour ce qu'il faisait. Mais elles étaient surtout d'ordre académique puisque le Ministère n'avait apparemment aucune envie d'attraper des mangemorts. Ce dernier avait même limite suggéré que la plupart d'entre eux étaient sympathiques et savaient que c'était la bonne ligne de conduite. Ils avaient simplement trop peur de faire ce qui était juste.

Il rangea la lettre dans sa poche et souhaita que Mulciber et Porter cessent de le harceler. Agir exactement comme on s'attendait à ce que vous agissiez était la clé pour ne pas être suspecté, et regarder le courrier de quelqu'un de cette façon n'était pas la façon dont les étudiants se comportaient habituellement. Slughorn ne le remarquerait pas, il ne l'a jamais fait au petit déjeuner. L'un de ses professeurs aux yeux plus pointus le pourrait cependant.

Regulus était un expert pour ne pas être détecté. Il savait parfaitement qu'il était le seul élève de cette école à porter la Marque des Ténèbres sur son bras, et il était l'un des seuls Serpentard de sixième ou de septième année qui n'avait pas été appelé par Dumbledore pour une discussion sur les dangers de rejoindre le Seigneur des Ténèbres.

Regulus savait comment agir comme si ce n'était pas quelque chose qui l'intéressait. En ce qui concerne toute personne en dehors de ses amis les plus proches, il était un sang-pur respectueux des lois qui souhaitait faire un mariage décent et apprendre à gérer les biens de sa famille. Il avait discuté avec Slughorn de peut-être occuper un poste au Ministère pour avoir quelque chose à faire jusqu'à la mort de son père, et Slughorn avait communiqué les détails de certains de ses contacts au sein du Département de la Coopération Magique Internationale qui, selon lui, conviendraient à Regulus. Il avait également recommandé à Regulus la banque Gringotts, à qui il avait promis de faire un suivi. Un homme devrait tirer le meilleur parti de ses contacts, et il n'a fait de bien à personne d'agir de façon grossière.

Selwyn comprenait bien mieux que les autres comment ces choses là fonctionnaient. Il avait été appelé par Dumbledore, mais il avait appris la prudence.

"Black, avons-nous d'abord cours de Métamorphose ?"

"Oui."

"Comment vont les devoirs ?"

"Mal. Samedi, au fait. Je vais descendre, mais je ne dévoilerai pas le point de rendez-vous à l'avance, pour éviter la présence de quelqu'un dont nous ne souhaiterions pas être accompagné. »

"Où dois-je te rencontrer ?"

"À la serre de Botanique numéro 3."

Selwyn haussa un sourcil, mais il ne le remit pas en question. Celui-ci irait loin. Contrairement aux trois visages qui le regardaient maintenant, Alecto Carrow s'est ajoutée à l'ensemble.

Regulus repoussa les restes de son petit-déjeuner et sortit de la Grande Salle, avant que quiconque puisse attirer plus d'attention sur lui. Au lieu de cela, il a commencé à marcher jusqu'au cours de Métamorphose.

À la fin de la journée, le message avait été transmis à tous ceux que Regulus voulait mettre au courant, et il commençait à désespérer de la stupidité de plusieurs idiots de sa maison. Certains d'entre eux savaient comment jouer à ce jeu, comme l'a fait Selwyn, mais la grande majorité d'entre eux ne l'ont clairement pas fait. Porter avait failli se faire soupçonner par McGonagall, et tout le monde savait qu'elle espionnait pour le compte du Ministère. Carrow l'avait abordé, exigeant des détails, dans le hall d'entrée et il avait dû prétendre qu'il n'avait aucune idée de ce qu'elle allait faire pour éviter que Flitwick ne devienne suspect.

Si l'un d'eux inscrivait son nom sur la liste des personnes à surveiller, Regulus s'assurerait que le Seigneur des Ténèbres le saurait.

Le travail de Regulus ici ne fonctionnait que s'il était au-dessus de tout soupçon, et Bellatrix l'avait parfaitement expliqué. Elle lui avait appris certains charmes qui rendraient sa Marque des Ténèbres beaucoup plus difficile à détecter, mais un sorcier tel que Dumbledore découvrirait le subterfuge. D'ailleurs, Regulus n'avait aucune envie de la couvrir. Il était très fier des choix qu'il avait faits pour sa famille. Mais si la meilleure façon d'atteindre ses propres objectifs, et ceux du Seigneur des Ténèbres, était de prétendre qu'il n'avait pas la Marque, alors c'était ce que Regulus ferait.

Il se trouva une chaise dans un coin plus calme de la salle commune de Serpentard après le dîner, choisissant un fauteuil inclinable en velours vert et il sortit ses livres de potions. Le Seigneur des Ténèbres était plus qu'intéressé par le professeur Slughorn. Regulus avait l'intention de rester dans les petits papiers du maître des Potions, au cas où son aide serait nécessaire. Par conséquent, il avait besoin de terminer cet essai et de bien le faire.

À peine avait-il métamorphosé une plume en parchemin qu'un visage particulièrement inopportun apparut à côté de lui, celui d'Amycus, le frère cadet d'Alecto Carrow. Si Regulus avait été réticent à autoriser Alecto à rejoindre son groupe, il était évident qu'Amycus était encore moins le bienvenu. Le garçon avait quinze ans, donc même pas l'âge, et possédait encore moins de subtilité que sa sœur. Le garçon était inutile, et en plus il était cruellement inutile.

"Black, j'entends que vous avez des informations."

« Que je peux ou non avoir des informations. Cela dépend de ce que tu demandes. Et rien de tout cela ne devrait te concerner, car il s'agit principalement des affaires de Septième année. »

Même dans la relative sécurité de la salle commune des Serpentard, il n'était pas sage de parler librement.

"J'ai seize ans la semaine prochaine. Je suis assez âgé."

"À seize ans, tu n'es qu'un garçon."

"Alecto dit que vous avez été jugé à seize ans."

« Si Alecto ne peut pas garder la bouche fermée pour des affaires privées, elle ne recevra aucune information non plus. Je te suggère de lui transmettre ce message et de ne pas revenir ici. »

"Je pense que vous nous avez tous convaincu."

"Le fais-tu ? Je n'ai pas besoin de persuader les jeunes garçons, qui ont battu des enfants de onze ans pour le plaisir, d'après mes références, Carrow. Ceux qui veulent connaître ma loyauté n'ont pas besoin de faire étalage de leurs capacités. Les hommes de mon éducation et de mes contacts font preuves de discrétion. »

"Montrez-la-moi!"

« Te montrer quoi ? Mes devoirs de Potions ?

Le garçon était ridicule et ennuyeux, mais Regulus s'amusait presque avec lui. Il s'énervait si facilement. Mais non. Sa mère lui avait appris à ne pas rabaisser ces sang-purs plus bas que lui, après tout, ils pourraient lui être utiles un jour. Et d'ailleurs, c'était le travail de Sirius.

Regulus était sûr qu'il pourrait trouver une utilité à Amycus Carrow, mais pas une qui exigeait de la discrétion ou qui lierait le garçon à lui.

Un leurre, peut-être.

"Vous savez très bien ce que je veux dire, Black!" siffla Amycus. Au moins, il comprenait comment parler doucement, contrairement à sa sœur. Mais au moins sa sœur savait où elle se situait par rapport à Regulus dans les hiérarchies sociales et en faveur du Seigneur des Ténèbres, alors qu'Amycus ne le savait clairement pas.

« Je vais te montrer ce que tu désires, quand tu auras prouvé que tu en es digne. »

Le plus jeune garçon gonfla sa poitrine plutôt grassouillette à cela. Oui, Regulus jouait bien ainsi. Il a permis au garçon de sourire.

« Ta sœur doit être informée de l'importance de la discrétion. Tu peux sans doute lui faire parvenir cela. Nous avons du travail à faire, qui ne doit pas être détecté par le personnel de Poudlard. Presque tous sont connus pour être hostiles aux intentions du Seigneur des Ténèbres, et leur connaissance de ses plans serait catastrophique pour notre succès. Maintenant, il y a un moyen très simple de nous aider, et si tu peux faire quelques-unes de ces petites tâches pour moi, alors je peux envisager de dire un mot en ta faveur. »

"Je ferai tout ce qu'il faut, Black", a déclaré le garçon solennellement.

"Bien." Oh oui, Regulus était content de lui ici. Il avait transformé une situation potentiellement dangereuse en un résultat plutôt positif, même s'il l'avait dit lui-même.

 

**********

Ce samedi-là, Regulus s'est assuré d'être le dernier à arriver au lieu de rendez-vous convenu dans l'une des classes de Botanique. Il avait confié à Amycus Carrow la tâche de provoquer suffisamment de distractions pour que leur disparition de Poudlard ne soit pas notifiée, ni même remarquée. Il avait toujours des doutes sur le garçon, mais il était désireux de réaliser cette tâche et cela a sauvé Regulus de la peine.

Cela dit, il ne voulait pas courir le risque d'être pris personnellement sur le fait accompli et avait dû rester bien en vue de Madame Pince au sein de la bibliothèque jusqu'à se permettre cinq minutes de retard. C'était assez long pour qu'une découverte soit faite, il en était sûr.

"Black, tu es en retard", a déclaré Porter, alors que Regulus se dirigeait vers lui.

"Je suis aux commandes, alors je suis peut-être parfaitement à l'heure", a déclaré Regulus, canalisant tout ce que son père lui avait appris sur l'affirmation de votre autorité. "Laisse nous partir. Il ne faudrait pas s'attarder ici."

Se retournant avec un bruissement de cape dans sa toute nouvelle doublée de fourrure, Regulus mena le petit groupe d'aspirants mangemorts vers le Saule Cogneur dans l'enceinte de l'école. Severus Rogue n'admettrait jamais comment il avait acquis cette connaissance, mais avait assuré à Regulus qu'un passage secret conduisait sous l'arbre jusqu'à la Cabane Hurlante juste à l'extérieur de Pré-au-Lard et que la cabane n'était certainement pas hantée. Regulus n'avait pas peur des fantômes ou des goules, mais il valait mieux que personne ne les dérange ce soir. Les autres suivirent tous, le plus doucement et le plus discrètement possible bien que Porter émit quelques grognements. C'était tellement son genre. Regulus aurait le dessus ce soir, et Porter pourrait pleurnicher sur toutes les petites choses qu'il aimait.

Les informations de Severus s'avéraient correctes, et le passage les mena tout droit jusqu'à l'ancien bâtiment battu par le vent. Regulus y rassembla son groupe. Jusqu'à présent, tout ce qu'ils savaient, c'était qu'on leur demanderait de faire leurs preuves, ainsi que l'heure et le lieu de rencontre. Regulus était maintenant en mesure de leur fournir au moins une partie du reste des informations, mais tout dévoiler serait bien sûr gâcher une partie de la surprise.

« Il y aura des familles de moldus et de traîtres à leur sang qui se sont montrées résistantes aux changements dont la société sorcière a clairement besoin », a-t-il commencé. Tous les yeux étaient désormais rivés sur lui, et il ajusta le fermoir de sa cape ainsi que la chute d'une mèche de cheveux noirs sur l'un de ses yeux. « Comme vous le comprendrez, ils doivent être informés de leurs torts. Le Seigneur des Ténèbres apprécierait votre aide, à condition bien sûr que vous soyez prêts à faire ce qui est nécessaire. »

Il y eut plusieurs hochements de tête de la part de la sorcière et des sorciers rassemblés, et quelques visages déterminés. Regulus était content de lui.

« Ce sera très coordonné, et dans quelques instants, certains de mes chers camarades arriveront pour vous emmener vers vos destinations. Je ne peux pas, et je ne veux pas, en dire plus sur ce qu'on pourrait vous demander de faire. Je vous avertirai que faire autre chose que ce qui vous est demandé ne sera pas le meilleur moyen de gagner la faveur du Seigneur des Ténèbres. Il ne regarde pas gentiment ceux qui refusent ses offres. C'est votre chance de l'impressionner, et je l'utiliserai du mieux que je le pourrais si j'étais vous. »

"As-tu dû faire cela ?" demanda Selwyn. Il était détendu, appuyé contre les murs de la cabane avec sa cape rejetée par-dessus son épaule.

"Bien sûr. J'ai dû faire mes preuves comme vous le ferez. J'ai peut-être été parrainé par ma cousine Bellatrix Lestrange et par mon beau-cousin Lucius Malfoy, tous deux de fervents serviteurs du Seigneur des Ténèbres, mais je n'aurais pas été accepté si je n'avais pas prouvé ma loyauté."

"Veux-tu nous montrer ?" demanda Alecto Carrow.

Regulus se demanda ce que possédaient ces Carrows pour demander à plusieurs reprises des preuves. Sa parole et celle d'Avery avaient suffi aux autres pourtant.

"Certainement." Il n'y avait aucun mal, mais pas à cet endroit. Il n'était pas encore censé expliquer ce qu'on allait leur demander de faire. Il retroussa les manches de sa robe, noires comme celles de l'uniforme de Poudlard, mais avec une coupe beaucoup plus flatteuse et un tissu plus onéreux. Porter portait toujours sa robe d'école, bien que les autres aient eu la chance de se changer.

La Marque des Ténèbres a été révélée sur son bras. Elle n'était pas aussi sombre qu'elle l'était parfois, s'étant évanouie suite à l'appel plus tôt dans la soirée qui rassemblerait le reste des mangemorts marqués avec le Seigneur, l'appel que Regulus avait reçu l'ordre d'ignorer. Il avait du travail ici, et il était bien sûr permis d'ignorer l'appel si vous étiez sous un ordre ailleurs. Le tatouage avait toujours l'air impressionnant, le crâne et le serpent noirs sur sa peau pâle.

Et cela lui a valu quelques halètements d'appréciation.

"Est-ce que ça fait mal ?" demanda Mulciber, qui n'avait pas encore parlé de toute la soirée.

"Toute douleur qu'elle en coûte est un petit prix à payer pour les avantages qu'elle t'apportera", a déclaré Regulus, retroussant ses manches. Il était fier de la montrer habituellement, ici où il pouvait être ouvert à propos de son allégeance, mais les vents d'automne étaient froids. Et, d'ailleurs, d'autres mangemorts arriveraient à tout moment, et Regulus ne voulait pas être perçu comme quelqu'un qui chercherait la reconnaissance.

Severus Rogue, le frère aîné de Mulciber, et Lucius avaient été envoyés pour récupérer le dernier set, et ils sont dûment arrivés, divisant les recrues en trois groupes pour les emplacements qu'ils avaient choisi de cibler cette nuit-là.

"Viens, Black," dit Severus Rogue, après avoir rassemblé Selwyn et Carrow. "Tu es avec moi."

Regulus connaissait suffisamment Severus. Il n'avait été qu'un an au-dessus de lui à Poudlard et avait été approché par Lucius Malfoy en même temps que lui. Rogue étant un peu plus âgé, il avait été autorisé à prendre la Marque six mois avant Regulus, Lucius lui avait assuré que c'était juste parce que Rogue n'avait plus la trace sur lui, et non pas parce que le sang-mêlé était un meilleur sorcier ou présumé être plus fidèle que Regulus.

Regulus ne vit aucune raison pour laquelle Lucius mentirait. De plus, Regulus connaissait suffisamment de légilimencie pour prouver qu'il ne le faisait pas. Bella lui avait dit que Lucius n'avait aucune compétence en Occlumencie, et c'était assez évident que c'était correct. Lucius avait de nombreux talents, mais les subtilités de la magie de l'esprit n'en faisaient pas partie. L'homme s'est trop appuyé sur son charisme.

"L'adresse dans le Devon ?" demanda Regulus.

"Oui," dit Rogue.

Regulus a transplané dans une rue calme et sombre d'un petit village. Les maisons bordant la rue étaient toutes similaires, contenant deux étages avec des jardins soignés et la lumière allumée à la fenêtre de devant. Leur cible vivait au numéro onze, la maison semblait aussi banale que les autres. Les moldus étaient des créatures étranges, avec leur amour de l'uniformité.

À côté de lui, Rogue arriva avec une douce fissure, puis Selwyn, et enfin Carrow. Cette dernière fit plus de bruits que les autres, provoquant un chien qui se promenait en compagnie de sa maîtresse à proximité et se retournant vers les gens qui n'étaient sûrement pas là un instant auparavant.

Carrow leva sa baguette, mais Rogue la renversa.

"Les moldus sont stupides", a-t-il dit. "Elle ne pensera même plus à ça dans cinq minutes, elle se sera convaincue que c'était un tour de lumière."

"Raison de plus pour la tuer", a expliqué Carrow.

"Et se retrouver avec le Ministère à nos trousses avant que nous ne puissions commencer ?" demanda Rogue, avec un dédain à peine déguisé. « Carrow, si tu veux être téméraire et stupide, je te suggère de partir maintenant. Ou peut-être que c'est un sabotage délibéré. Quoi qu'il en soit, j'ai bien l'intention de terminer cette tâche. »

"Votre père n'est-il pas un moldu ?" elle a demandé. Le regard sur son visage était dégoûtant. "Je vais finir par penser à vous comme un amoureux des moldus."

"Il l'était," dit Rogue, peu de temps après. "Il est mort désormais, et c'est le meilleur endroit pour lui."

Avant que l'un d'eux ne puisse continuer, Selwyn pointa paresseusement sa baguette magique vers le milieu. « Voici nos amis », a-t-il dit.

"Oh regardez, de minuscules petits étudiants," gloussa Bellatrix. Carrow se hérissa visiblement à son commentaire. Regulus n'avait aucune envie de monter au créneau. Selwyn rebondit sur la plante de ses pieds pour saluer Bellatrix et Rodolphus, d'abord en serrant la main de Rodolphus et puis en embrassant Bella sur ses deux joues. Sa famille connaissait la famille Lestrange socialement, et ils avaient tous sans doute été présentés officiellement à un moment donné. Carrow, clairement, ne l'avait pas fait.

"Bonsoir", a déclaré Rodolphus.

"Bonsoir," acquiesça Rogue en retour. "Nous devrions nous mettre en position."

"Je ne me souviens pas de qui t'en a chargé", a déclaré Bellatrix, en sortant sa baguette.

Rogue ne s'y engagea pas, c'était clair, et commença à marcher vers leur destination finale. Regulus le suivit, ne voulant pas montrer même un instant d'hésitation malgré son souhait de montrer sa loyauté envers Bella. Elle remontait la file à leur suite, il le savait, Bella n'a jamais perdu de temps sous les ordres du Seigneur des Ténèbres. Selwyn, Carrow et Rodolphus les ont suivis à l'arrière.

Ils se sont arrêtés devant le numéro onze. La lumière dans la pièce de devant était allumée, et Regulus pouvait voir par la fenêtre trois personnes assises sur des chaises et des canapés, fixant le fond d'une boîte. Ils ne valaient pas mieux que les moldus, ces gens, mis à part leur magie supposée. La maison était bien entretenue, tout était à sa place à l'extérieur et dans le salon. Des fleurs en pots ornaient les bords du chemin, les pots étaient rouges pour correspondre à la porte d'entrée peinte de cette couleur et aux nuances de jaune des fleurs. C'était le seul indicateur de magie qui se trouvait là ; des fleurs comme ça ne fleuriraient jamais normalement en octobre.

Rogue, à l'avant du groupe, leva la main comme pour utiliser le heurtoir en argent, mais Bella le dépassa. La porte se déverrouilla et s'ouvrit d'un coup de baguette. Regulus la suivit.

"Qui est là ?" vint une voix tremblante depuis le salon. "Amanda, c'est toi ?"

"Amanda ?" cria Bellatrix. « Je pensais que même ce genre de crasses avaient meilleur goût ! Les vrais sorciers donneraient un vrai prénom sorcier. »

"Qui êtes vous ?" Un vieil homme se tenait devant eux, dans ce qui ressemblait à une cuisine chaleureuse et accueillante. Il s'appuya sur un canne, les mèches de cheveux restantes sur sa tête étaient d'un blanc pur. "Que voulez-vous à ma famille ?"

"Oh, donc tu es responsable de cette abomination ?" demanda Bella. Elle brandissait sa baguette dans sa direction, sa main tremblante. Les nouvelles recrues ont peut-être confondu cela avec les nerfs, mais Regulus savait que c'était différent.

"Bella," dit Rodolphus en posant une main sur son bras. "Pas encore."

"Amenez-les tous dans la pièce de devant," dit Rogue à Regulus et Selwyn. "Vérifiez partout."

Selwyn attrapa le vieil homme par son bras et le conduisit dans la pièce de devant, le déposant là avec Alecto Carrow debout devant la porte. À l'intérieur, Rogue vérifiait les quatre adultes rassemblés qui tenaient leurs propres baguettes.

"Des baguettes ?" criait une femme en robe verte. « Des baguettes magiques, de quoi parlez-vous ? Quoi qu'il se passe ici, je vous promets que je n'en sais rien, je ne suis mêlée à rien, je suis juste la voisine ! J'habite au numéro dix ! "

Regulus se détourna d'elle et des autres dans la pièce puis monta les escaliers recouverts de moquette. Il n'avait jamais été dans une maison comme celle-ci auparavant. Les photos qui bordaient le mur de l'escalier ne bougeaient pas et, d'après sa compréhension de ces choses, elles ne le feraient jamais. C'était assez étrange et peu naturel se disait-il, avant d'entrer à l'intérieur des pièces restantes. Ils vivaient comme des animaux, les moldus et les Sang-de-Bourbes.

À l'étage, toutes les pièces portaient des traces de magie. Selwyn a pris la direction de la chambre principale et de la salle de bain, et a conclu qu'elles étaient toutes les deux vides. Regulus vérifia les deux petites chambres. Également vide. L'une d'elles était ornée de bannières Poufsouffle avec un lit défait. L'autre lui apparaissait évidemment moins magique, mais les plumes et le parchemin ainsi que les charmes sur la porte suggéraient qu'une sorcière ou un sorcier l'occupait.

"Homenum Revelio ," marmonna Regulus, balayant sa baguette autour de la chambre abandonnée. Comme il l'avait suspecté, il n'y avait personne ici. Il sortit sur le palier, où Selwyn examinait une petite brosse sur un bâton blanc dans la salle de bain.

"Rien à l'horizon", a déclaré Regulus. "Retournons en bas." Selwyn jeta la petite brosse sur le côté et descendit les escaliers, passant à nouveau devant les photographies étrangement immobiles. Le mur derrière eux était recouvert d'un papier rayé de couleur gai, les rampes d'un brun foncé.

Alecto Carrow montait toujours la garde à la porte du rez-de-chaussée. À l'intérieur du salon, Rogue était en train d'examiner les baguettes qu'il avait retirées à deux des personnes qui se trouvaient à l'intérieur de la pièce. Rodolphus maintenait sa baguette sur les quatre captifs presque paresseusement, sa grande silhouette reposant sur une chaise.

"Personne n'est là-haut", a déclaré Regulus, prenant une place près de la cheminée. "Nous avons fait une vérification approfondie."

"Excellent travail, Black", a répondu Rodolphus. « Continuons. Carrow, entre ici. Veux-tu lancer la première malédiction, ou devrions-nous faire venir Selwyn ? »

"Je peux le faire", dit Alecto, le visage fixé sur ses prochaines victimes et les yeux brillants. Elle était plus que prête pour cela, et quoi que Regulus pense d'elle et de son frère, c'était un test qu'elle pouvait passer facilement. Elle avait certainement le dévouement suffisant.

"Vas-y lentement", a déclaré Rodolphus. « Nous ne voulons tuer personne avant d'avoir correctement enseigné les leçons, après tout. Lequel choisis-tu ? Le vieil homme et la femme d'un âge moyen en rouge sont des moldus, les deux autres des Sang-de-Bourbes. Il serait intéressant de savoir comment ils pensent avoir le droit de rejoindre notre monde, n'est-ce pas ? »

Rodolphus n'a jamais rien précipité. Il était intelligent, calme et calculé, ses yeux sombres concentrés sur la tâche à accomplir. Rien ne le secouait et il était un expert en collecte d'informations. La rumeur disait que le Seigneur des Ténèbres le favorisait pour ces tâches avant tous les autres.

"Choisis-en un!" a exhorté Bellatrix, comme Alecto Carrow a sondé le groupe avec sa baguette levée. "Choisis un Sang de Bourbe ! Les moldus sont des restes sans valeur, il vaut mieux les éradiquer rapidement !"

Alecto poussa la plus âgée des deux femmes avec sa baguette. « Toi », dit-elle, une dureté dans la voix qui n'était pas présente plus tôt dans la journée.

"Vas-y," dit Rogue, presque ennuyé.

« Crucio ! » Cria Alecto, et la femme tomba au sol avec douleur. Ses cris semblaient remplir la pièce et déborder par la porte. La femme en robe verte se recroquevilla de peur sur le canapé, la jeune femme fit un pas en avant pour la saisir et l'homme aux cheveux gris se leva.

"Je suis un vétéran de la guerre, et je ne le supporterai pas !" Il leva sa canne et frappa Alecto sur la tête, qui cria et laissa tomber sa baguette. Les cris de la femme sur le sol s'apaisèrent et elle s'effondra en un tas mou. La jeune femme se jeta sur elle, murmurant des platitudes inutiles à son oreille. Rien de tout cela n'aiderait. Regulus était honnêtement surpris de ne pas avoir réglé ça maintenant. Les Sang-de-Bourbe et les moldus étaient vraiment aussi stupides que lorsqu'ils étaient venus au monde.

« Avada Kedrava ! » Cria Bellatrix, et le vieil homme s'effondra sur le sol. « Tu ne peux rien dire, vieil homme ! Si tu nous menaces, nous t'éloignerons de la terre du Seigneur des Ténèbres plus vite qu'on ne crie Quidditch ! »

"Bella," dit Rodolphus. "Laisses-en pour les nouveaux arrivants, s'il te plaît. Bien joué, Alecto, mais tu as été trop lente pour te défendre. Tu ne devrais jamais pouvoir être battue par un moldu, et tu ne devrais jamais baisser ta garde. Un bon combattant peut continuer à lancer son maléfice grâce à ses intentions douloureuses."

"Je suis désolé, M. Lestrange", a déclaré Alecto, la tête baissée. "Je ferai mieux la prochaine fois."

"Vois ce que tu as fait," dit Rogue de l'ombre. "Selwyn, à ton tour."

Selwyn s'avança et visa. Il lança une série de jurons non verbaux, tirant des flammes bleues sur le duo au sol jusqu'à ce que les deux se tordent de douleur silencieusement sur le sol.

"Que fais-tu ?" cria Bellatrix. Bella était toujours du genre à utiliser les classiques, et profondément méfiante envers les nouveaux sorts. Rogue, d'autre part, regardait avec un intérêt à peine déguisé, c'était la première fois qu'il avait l'air vraiment animé de toute la soirée.

"Oh, je préfère ne pas avoir à souffrir de leurs cris", a déclaré Selwyn, agitant une fois de plus sa baguette et faisant basculer la jeune femme sur le dos. « Cela gâche plutôt l'expérience, et le plaisir pour moi. Je sais ce que je peux provoquer, je n'ai pas besoin des cris comme d'une sorte de preuve amatrice. »

La femme en vert sanglotait sur le canapé, criant qu'elle n'était que la voisine, qu'elle n'avait rien à voir avec tout cela, et qu'elle appellerait la police. Regulus a convenu avec Selwyn qu'il ne désirait pas écouter tout ce bruit infernal des personnes apprenant leur leçon. Ce n'était tout simplement pas nécessaire. Il lança un sort de silence sur la jeune femme, et son visage prit une étrange teinte violette lorsqu'elle réalisa que ses diatribes étaient complètement sans valeur. Tout comme elle l'était.

"Arrête, Selwyn," dit Rogue. "Tu me diras ce que tu as utilisé, après. Carrow. Réessaye."

Alors qu'Alecto levait sa baguette une fois de plus, il y eut un bruissement à l'extérieur. Les cris sont revenus. Regulus s'intéressait également au sort que Selwyn avait utilisé. C'était vraiment une méthode plus barbare qu'il ne le préférerait.

Rogue se tenait à la fenêtre, regardant dehors.

"Nous pouvons être surveillés", a-t-il dit. "Mieux vaut en conclure, pour ce soir."

«Regulus, termines-les», dit Rodolphus.

Regulus a commencé. Il n'avait pas pensé qu'on lui demanderait de faire ça, pas encore, pas maintenant. Il n'était pas prêt à tuer. Il n'avait jamais tué. Il avait pensé qu'il le ferait peut-être plus tard, après avoir terminé ses études. Il ne fait aucun doute que ces gens, cette racaille, méritaient de mourir. Ils avaient presque certainement voler la magie des sorcières et des sorciers au sang pur pour pouvoir accéder à Poudlard et aux baguettes magiques. Ils étaient sales, une tache sur le tissu même de la société sorcière. Mais Regulus n'avait pas pensé qu'on lui demanderait d'en tuer un.

De tuer une personne.

Mais ce n'était pas vraiment des gens, n'est-ce pas ? Pas de la même manière que lui, sa famille et les autres ici dans cette pièce. Plus proches des singes, ils étaient d'une intelligence proche du vrai sorcier mais pas suffisamment proches. Ce serait comme abattre un chien. Presque une gentillesse.

Il le ferait, car il le devait. Il pourrait justifier que quelqu'un d'autre le fasse, alors si les autres en étaient capables il devrait pouvoir le faire.

Bella l'avait fait. Rodolphus. Rogue, et il n'était qu'un sang-mêlé. Lucius. Avery. Toutes ces personnes.

Il sortit sa baguette de son support sur sa hanche et s'avança. Il se stabilisa et se mit à lancer.

"Avada Kedrava !"

Beaucoup de choses se sont produites en même temps. Regulus a été renversé sur le côté par le plafond tombant sur lui, et le poids lourd d'un homme a atterri sur sa poitrine. Le vert de sa malédiction a jailli en l'air, provoquant une nouvelle chute du plafond derrière le canapé. Bellatrix commença à lancer des sorts et des malédictions, Rodolphus et Selwyn la rejoignirent. Alecto Carrow était à moitié coincée sous un morceau de plafond, l'air confuse.

« Reducto ! » Cria une voix rauque, très familière à Regulus. Son frère, Sirius, se releva du corps de Regulus et lança un sort de bouclier vers les moldus et les Sang-de-Bourbes au sol en criant. Il sauta dans le combat, s'attaquant d'abord à Bella.

Regulus se releva, faisant exploser les débris du plafond de la même manière que son frère l'avait fait quelques instants plus tôt. Il s'est immédiatement engagé avec l'un des amis de son frère, celui aux cheveux sablonneux qui, selon la rumeur, était un loup-garou. L'homme était un combattant féroce, et c'était tout ce que Regulus pouvait faire pour le garder en échec ainsi que pour esquiver les autres sortilèges qui leur parvenaient. Il ne faudrait pas tomber sur un sort lancé par l'un des leurs.

"Sortez !" cria Rodolphus et il attrapa sa femme avant de transplaner.

Après que son adversaire ait disparu, Sirius jeta un coup d'œil dans la pièce pour entrer dans un autre combat. Il engagea brièvement Alecto avant qu'elle ne disparaisse elle aussi, puis ses yeux se fixèrent sur Regulus combattant toujours le loup.

"Regulus, tu es un putain de crétin !" cria-t-il, et Regulus esquiva sa malédiction.

Rogue apparut à son épaule. "Il est temps de partir," dit-il, et il prit fermement Regulus par le bras.

Ils sont revenus à la Cabane Hurlante, soulevant une tempête de poussière en atterrissant dans le bâtiment délabré. Rogue saignait légèrement du bras, et dès qu'ils eurent atterri, il se retourna pour commencer à se guérir. Regulus était indemne, bien qu'un peu poussiéreux à cause de la chute du plafond.

"L'endroit sera grouillant d'imbéciles du Ministère, à présent", a déclaré Rodolphus, du coin. Il avait un œil au beurre noir sur le côté gauche de son visage, ses cheveux noirs se détachant de la bande en tissus qui les retenait de son visage. "N'était-ce pas aussi ton frère, Black ?"

"Si," dit Regulus en grimaçant. Il avait peu rencontrer son frère ces derniers temps ; en fait, c'était la première fois depuis que Sirius avait quitté Poudlard l'été dernier. Regulus salua activement ce manque de contact avec Sirius. Le jeune homme avait été stupide et bien trop téméraire à son goût, avec des opinions politiques complètement ridicules. Il semblait déterminé à faire autant honte que possible à la famille et à se faire tuer par un de leurs associés.

"Il fait partie de l'Ordre du Phoenix, n'est-ce pas ?" demanda Rogue. "Je suppose que oui, du moins, de la façon dont il se présente pour se faire du mal avec une régularité inquiétante."

"Je l'ai toujours supposé", a déclaré Regulus. Il n'en était pas certain, mais la façon dont on parlait de Sirius dans les cercles de la famille, ou que ce soient ses amis ainsi que la plupart des mangemorts, auraient suggéré que Sirius était au moins un traître à son sang de la pire espèce, sinon absolument - s'il est vraiment un membre intronisé de cette société. Qu'il soit membre ou non importait peu à Regulus. Il n'était plus son frère, au bout du compte, et s'il lui était demandé de tuer Sirius, il le ferait certainement. "Il est une tache sur notre arbre généalogique, qu'il le soit ou non m'importe peu."

"Bien parlé", a déclaré Rodolphus.

"Où est Bella ?" demanda Regulus, désireux que le sujet s'éloigne de Sirius. Tous les autres qui avaient transplané avec eux ce soir-là étaient présents. Selwyn était assis sur le canapé déchiré, observant l'échange entre les trois autres hommes, et Alecto était par terre, fixant une déchirure dans sa robe verte foncée.

"Elle est partie", a répondu Rodolphus. Il ne semblait jamais trop préoccupé par le sort de Bella, et ne se souciait que légèrement d'elle lorsqu'elle était en sa présence. Regulus savait que c'était un mariage de raison. Rodolphus avait demandé la main d'Andromeda à la base et on lui avait offert Bella à la place après la petite trahison d'Andromeda. Ils espéraient tous les deux un enfant bientôt, et une fois qu'ils auraient mis au monde un héritier, Regulus pensait qu'ils vivraient presque complètement séparément jusqu'à ce que le moment soit venu pour un second. "Allez vérifier les progrès de nos chers camarades."

"Tu as bien fait ton travail ce soir, Black," dit Rogue. "Tu aurais accompli ton premier meurtre sans ton idiot de frère. Un homme devrait boire un verre après le premier, et je t'en offrirai un à l'avance. Tu n'auras pas à attendre longtemps pour cette joie, j'en suis sûr."

Regulus prit le gobelet en plastique conjuré par Rogue. Il ne ressentait pas grand-chose à propos de la moldue qu'il avait presque tué, et il se demandait s'il devait peut-être le faire. Mais bien sûr que non. Tout le monde avait commis un meurtre, tous les autres qui portaient la Marque du moins. Il le ferait et ce serait rien. Quelques morts sans valeur dans la société ont été le prix à payer pour que les choses aillent dans le bon sens, c'est ce que tout le monde a dit, et Regulus l'a cru plus que quiconque.

End Notes:

Dîtes-moi ce que vous en pensez, j'adorerais avoir votre point de vue ? Bisous de moi :).

Chapitre 16 : Les Nés-Moldus by Miss Delavergne
Author's Notes:

Bonjour,

Je suis ravie de vous poster un chapitre supplémentaire. J'espère que vous prenez autant de plaisir à lire cette histoire que j'en prends à vous la traduire. 

Je suis toujours à la recherche d'une bêta pour traquer les petites coquilles. N'hésitez pas à vous proposer. Ce sera l'occasion pour vous de lire des chapitres en avance ^^.

Je vous souhaite une agréable lecture !

 

 

Sirius, octobre 1978, Devon.


Sirius était profondément plongé dans ses pensées, ce qui ne l'empêchait pas de s'être caché devant la maison qui avait subi une attaque de mangemorts avec les trois autres. Il détestait chaque minute de cette putain d'imposture ridicule.

Regarder ceci fut essentiellement un acte inutile, au regard de ce qui était arrivé aux moldus à l'intérieur de la maison. Rien de ce qu'ils étaient autorisés à faire ne pouvait les aider, et le fait d'être ici à ne rien faire ne les aidait certainement pas non plus.

C'était plutôt un exercice soigneusement affiné pour gagner la confiance d'Hermione. Il agirait exactement comme elle le souhaitait et elle saura enfin qu'on peut lui faire confiance. Il est clair qu'elle ne lui faisait pas confiance en ce moment, et s'il devait la convaincre de faire quelque chose, il aurait besoin de toute sa bonne volonté. Il lui restait une semaine, après tout. Ce soir, c'était Halloween. Voldy adorait une bonne attaque à Halloween.

Il pouvait sentir les yeux d'Hermione sur lui depuis l'endroit où elle se cachait sur le côté de la maison. C'était une sorte de test, pensait-il. Elle ne savait peut-être pas qu'elle le testait, mais c'était le cas. Elle voulait qu'il prouve qu'il ferait ce qu'on lui disait sans qu'elle ait besoin de dire quoi que ce soit.

Sirius avait été victime de ce genre de comportements de la part de ses ex-petites amies. Parfois, ce comportement était justifié, et parfois, il ne l'était absolument pas. L'une d'entre elles avait menacé de jeter un sort à son service trois pièces s'il se mettait à regarder d'autres femmes. Il l'avait crue, elle était vraiment effrayante. Elle l'avait en fait accusé de dévisager McGonagall de manière sexualisée.

Eh bien, il a peut-être fait cela une fois à vrai dire. Pour une femme plus âgée, elle était très élégante avec son port altier, et elle était sacrément intelligente. Sirius a toujours aimé les femmes intelligentes.

C'était quand même un cas extrême. Et le fait est qu'il savait comment se comporter lorsqu'une femme le testait. Si vous vouliez vous débarrasser d'elle, vous échouiez délibérément pour ne pas avoir à la larguer. Eh bien, James, Remus ou même Peter lui auraient simplement parlé et l'auraient calmement larguée, mais Sirius n'y était jamais parvenu. Si vous vouliez la garder, vous deviez diablement bien réussir le test.

On lui avait souvent dit que son attitude envers les femmes était terrible, mais ce n'était pas comme s'il avait une autre méthode avec elles. S'il essayait de le faire à la manière de Peter et Remus, comme ils l'avaient toujours fait, en étant respectueux, les femmes pensaient qu'il essayait d'agir tel un connard. Il ne savait pas pourquoi, mais c'était la vérité.

Ce qui n'était pas le but. Il allait réussir le test d'Hermione, parce qu'il avait besoin de garder cette femme. Pas de cette façon, oh Merlin non, putain de merde, mais il devait la garder à ses côtés. En tant qu'ami. Il était plus que certain qu'elle ne penserait jamais à lui de cette façon. Un vieux, hagard, ex-détenu, avec une réticence à se brosser les cheveux et une histoire larmoyante derrière lui que personne n'aurait cru s'il n'avait pas eu Remus pour en corroborer au moins la moitié. Elle était attirante, oui, il lui était permis de penser cela sans vouloir faire quoi que ce soit avec elle, c'était aussi une jeune femme intelligente. Elle avait également une histoire triste à pleurer, mais la sienne était surmontable. Elle avait eu une enfance heureuse il n'y a pas si longtemps, il le savait, et elle avait probablement ressenti un peu de bonheur après la fin de Voldemort. Une relation réussie, se disait-il. Il avait eu ses parents et quasiment douze ans passés à Azkaban, et il n'avait jamais réussi à avoir une relation qui durait plus de cinq mois et douze jours, et il n'avait jamais voulu qu'une relation dure plus longtemps que cela.

Ce soir là, Sirius savait que c'était la nuit où Regulus avait été chargé d'effectuer son premier meurtre. Il ne pensait pas que son frère l'avait fait avant cette soirée précisément, mais quelque chose dans ce qu'il avait pu entendre à l'étage supérieur de la maison lui avait laissé entendre que non. Un jet de lumière verte était alors apparu au bout de la baguette de Regulus, et Sirius avait entendu sa voix prononcer clairement les mots de la malédiction meurtrière. Dix-sept ans, et il était déjà prêt à tuer.

La malédiction n'a frappé personne cependant, le moldu qui était mort n'a pas été touché cette fois-ci. Il avait dû être tué plus tôt durant la petite séance de torture dégueulasse qu'ils avaient eux-mêmes subie. Sirius ne savait pas à quel point Regulus était impliqué dans cette affaire, mais il savait que son frère n'avait pas peur de tuer des innocents. Qu'il réussisse ou non n'avait pas d'importance. Il avait essayé, le petit salaud.

Le plus jeune Sirius était même dans la maison pour l'entendre, et lui-même se trouvait à l'extérieur et y assistait de loin. Il devrait en témoigner, alors qu'il se condamnait dans une vie de labeur. Il assistait à la chute de son frère dans l'obscurité.

Quand cela avait été fait, et que les membres de l'Ordre sont apparus, il n'est pas resté dans les parages. Maugrey se tenait devant, le cadavre du moldu était mort sur le sol à ses pieds. Ils prétendraient qu'il avait eu une crise cardiaque. Les sorcières né-moldues, aidées par Remus à sortir de la maison, se rendraient ensuite à St Mangouste pour un temps donné, puis le Ministère leur trouvait une maison plus sûre. Deux semaines plus tard, l'Ordre leur en trouverait une autre, car ils étaient certains que le Ministère avait été infiltré. Les moldus seraient oubliés.

"Il est temps de partir", a déclaré Sirius. Il valait mieux qu'ils partent, avant que l'Ordre ne découvre la présence de quelqu'un d'autre autour de la maison. Maugrey avait tendance à vérifier les alentours comme-ci cela était une évidence, après qu'ils aient été pris dans une seconde embuscade par quelques mangemorts qui s'étaient faufilés pendant leurs tentatives de soins à l'égard de ceux qui avaient été touchés durant la première embuscade.

Ils marchèrent dans la rue, assez loin pour ne pas avoir été rattrapés par les sorts de détection de Fol-Oeil. Puis ils se sont laissés aller au sein d'un petit parc, Sirius en tête et les trois filles à la queue leu leu. Le visage d'Hermione était fermé, verdâtre et immobile, celui de Ginny était plein de larmes. Celui de Luna aussi. Sirius se débattait avec lui-même pour ne rien ressentir du tout. Il était assis sur une balançoire, qui bougeait de façon assez déconcertante sous son poids.

C'était censé être une victoire pour lui et le reste des Maraudeurs. C'était censé être un moment solennel qu'ils célèbreraient.

Certes, la première fois, ils l'avaient vu comme un tout. Ils avaient acclamé les membres de l'Ordre nouvellement arrivés au siège et cela avait été un succès. Ils avaient levé leur verre en souvenir du moldu qui avait été si injustement tué, bien sûr, et s'étaient tenus en silence pendant un moment pour lui rendre hommage. Mais ils en avaient sauvé trois autres, et c'était quelque chose qu'il fallait applaudir et dont il faudrait se souvenir. Sirius avait été traité comme un héros, et il avait agis comme quelqu'un qui ne savait pas vraiment ce qu'était une putain de guerre.

Cette fois, il eut l'impression d'être déçu.

Le mois de novembre se rapprochait beaucoup trop vite à son goût, et pourtant rien n'avait changé. Ils avaient sauvé cette famille, mais d'autres personnes allaient mourir. Regulus était toujours coincé dans toute cette merde. Et tout partirait bientôt en vrille.

"Sirius ?" Hermione s'était progressivement rapprochée de lui et se trouvait à présent à ses côtés, s'installant sur la balançoire voisine. "Comment vas-tu ?"

"Nous venons d'assister à un sauvetage, trois vies ont été épargnées mais j'ai vu mon frère essayer de tuer quelqu'un. Et quelqu'un qui ne méritait pas ça est mort. Mon frère ne l'a pas tué personnellement mais il a essayé."

"C'est mitigé, alors."

"Oui c'est ça, mitigé."

Elle a ensuite posé sa main sur son bras. Il s'est tendu.

"J'ai vraiment lutté, ce soir, tu sais. Leurs visages. C'était horrible, n'est-ce pas ?"

"C'est ce à quoi ça ressemblait. Tout le temps."

"Je n'ai participé qu'à une seule mission pour l'Ordre qui n'a pas impliqué directement Harry. Il était encore chez sa tante et son oncle, j'avais... enfin j'avais quitté la maison de mes parents, et j'étais allée au Terrier. Quelques-uns des autres s'y trouvaient, et j'étais majeure, et ils ne pouvaient pas refuser quand j'ai demandé de me joindre à eux. J'en ai vu suffisamment cette nuit-là, je crois."

Il s'est moqué intérieurement mais ne l'a pas affiché sur son visage. Elle en avait vu assez après une seule nuit. Combien de fois a-t-elle pensé qu'il avait fait ça ? "Je ne sais plus combien de fois j'ai vu tout ça", a-t-il répondu à son tour. Il ne pouvait pas lui rire à la figure. Pas quand l'enjeu était aussi important.

"J'ai toujours eu du mal à savoir quoi dire après ce genre de choses. Je veux dire, quand tout a été fait, et que vous êtes assis à réfléchir, que peut-on dire ?"

"Je ne sais pas", a admis Sirius. "Je ne l'ai jamais su. Je laissais les autres réciter les belles paroles. Remus, James et Peter étaient tous doués pour cela, tout comme Lily."

"Je déteste chaque minute de tout cela", a déclaré Ginny. Ses larmes ont séché, mais les cernes rouges autour de ses yeux sont restées. "Tant de gens sont morts."

"Je ne comprends pas", a enchaîné Luna.

"Je déteste tout cela aussi", a admis Hermione.

"Le fais-tu ?" a-t-il demandé. "Le fais-tu vraiment ?" Sirius entraîna sa voix à rester calme. Il ne ressentait rien de tel bien au contraire. Pourquoi lui disait-elle cela, maintenant, plus que jamais ? Si elle détestait vraiment cela, bien sûr qu'elle ferait quelque chose, comme il l'avait toujours voulu. Ce n'était pas le bon moment pour en parler, alors qu'il était en colère, mais il se sentait tellement impuissant à trouver le moment adéquat pour la convaincre. Bien qu'elle ait été touchée, elle aussi. Il était rusé, comme le fut son satané père, mais ça pourrait bien marcher.

"Oui, bien sûr", a-t-elle déclaré. Elle a essayé de rencontrer ses yeux. Mais Sirius a regardé l'herbe. Cette dernière était enfoncée par endroit là où les pieds de centaines d'enfants l'avaient battue contre le sol, et aucune ne poussait dans les zones les plus utilisées.

"Fais quelque chose à ce sujet, alors." Il était toujours calme, mais la dureté ne pouvait pas l'aider. Il fallait qu'il s'arrête rapidement.

"Sirius, voyons, tu sais qu'on ne peut pas !"

"Non, je ne le sais pas. J'ai accepté ce compromis pour satisfaire tout le monde, pas parce que c'était ce que je voulais. Ma position n'a pas changé, pas un seul instant. Mes intentions ont changé, à court terme, parce que je ne brise pas les promesses. J'ai promis de donner une chance à cette approche. Je ne peux pas cependant promettre de le faire pour toujours."

"Mais ce que je veux faire, eh bien, c'est la même chose qu'avant et cela ne changera jamais, et je suis assez certain que tout cela va me rendre fou un de ces jours. Si ce n'est pas déjà le cas. Parce que je me sens proche de ça, Hermione, et c'est ce que je ressens. Comme un putain de feu d'artifice du docteur Filibuster prêt à exploser, sauf que quelqu'un m'a trempé dans l'eau et que je ne peux pas tout à fait le faire.

"Comment puis-je décemment regarder mon frère essayer de tuer des innocents ? Putain, rester assis là à en parler après coup comme si on avait lu un livre horrible dont on ne se souciait pas vraiment de l'intrigue. Je ne peux pas. Je ne peux pas faire ça et j'ai envie de maudire quelque chose ou de donner des coups de pied ou... Je ne sais même pas ! Ça me tue et j'aurais aimé avoir le choix et rester mort, putain !"

"Sirius, je..." Hermione essayait de lui parler, mais il n'avait pas envie d'attendre une réponse. Il lui était déjà assez redevable. Elle n'allait pas changer sa décision.

Il était possible qu'elle ait eu raison à propos de tout cela et que cela provoque un désastre. Il y avait réfléchi en détail. Il a continué à y réfléchir durant un putain laps de temps, en fait, et il était sûr que son cerveau pouvait trouver mille et une façons différentes de foutre en l'air n'importe quelle réalité.

Peut-être que cela signifiait qu'elle avait raison. Qu'ils ne devraient pas interférer.

Distrait par cette histoire, il disparut dans une mauvaise rotation, et au lieu d'atterrir proprement dans la ruelle derrière leur maison comme il en avait l'intention, il a atterri à cheval sur la clôture de la maison voisine. À l'aide seulement d'une de ses jambes pour le rebalancer, il a essayé d'atterrir à nouveau dans la ruelle, mais son corps s'est mal réceptionné et il a atterri sur son épaule gauche dans le jardin de la voisine à la place. La douleur l'a distrait de sa juste colère, du moins, et il a eu momentanément moins envie de jeter un sort contre le sol.

"Et que faites-vous dans mon jardin, tout à fait comme ça ?"

Il se retrouva entouré par la sorcière aux cheveux gris avec laquelle Hermione avait pris le thé plusieurs fois. Sirius soupira. Au moins, si quelqu'un devait voir ce désastre, c'était un membre de la communauté magique, et ce serait plus facile de l'expliquer. Mais il aurait grandement préféré que ce soit quelqu'un d'autre.

Il était possible qu'elle ne le reconnaisse pas comme étant l'homme qui vivait à côté, pas avec la moitié des branches d'une plante éparpillée partout sur lui et la boue qui lui cachait le visage.

"Le transplanage n'a pas bien fonctionné. Désolé. Cela ne se reproduira plus."

"Bien sûr que non, jeune homme. Tu as fait tomber la moitié d'un panneau de treillis, c'est là que se trouvent mes tomates en été."

"Jeune homme", murmura Sirius, en se reprenant pour la deuxième fois ce soir-là.

"J'ai tendance à appeler tout ceux qui sont plus jeunes que moi jeune homme, ou jeune femme", a-t-elle déclaré. "Maintenant, tu vas réparer ma plante avant de partir, et ensuite tu viendras prendre une tasse de thé. Je voulais te rencontrer."

"Vraiment, ne vous dérangez pas", a-t-il dit. La dernière chose qu'il voulait, c'était du thé et des bavardages ineptes. Il écraserait sa putain de tasse de thé s'il ne faisait pas attention. "Je vais arranger ça, et après je m'en vais."

"N'importe quoi", dit-elle. "Je vais mettre la bouilloire en marche." Elle est rentrée dans sa maison avec de ridicules chaussures à semelles de bois, laissant la porte ouverte.

"Reparo", grogna Sirius, et il la suivit contre sa volonté. À moins qu'il ne veuille tenter à nouveau de transplaner, ou d'escalader la clôture au choix, il n'y avait pas d'autres moyens de sortir de ce foutu jardin de toute façon. Il envisageait un reducto bien placé, mais il venait à peine de réparer la clôture. Il ne servait à rien de faire deux fois la même erreur, et il s'était mal débrouillé la première fois.

"C'est toi qui vis avec Hermione et ses amies, n'est-ce pas ?", dit la femme, qui, à présent, jouait avec des feuilles de thé et une bouilloire dont Sirius était certain qu'elle chantait tranquillement un vieil air d'Astoria Smith au lieu de siffler comme les bouilloires devraient le faire. Putain de sorcière.

"À mon grand regret, oui", a déclaré Sirius en prenant place. On ne lui en avait pas proposé une, mais s'il devait prendre le thé avec cette vieille femme, il serait damné s'il restait debout tout ce temps.

"Grincheux, n'est-ce pas ? Normalement, je n'aime pas les grincheux, mais tu es quelqu'un de bien, alors je vais te laisser faire. Je m'appelle Jo, au fait. Je ne sais pas ce qu'Hermione a dit sur moi, et c'est peut-être moins que ça. Je parle beaucoup trop. C'est parce que je vis seule, mais j'ai eu tendance à le faire dès l'enfance. On pourrait dire que cela s'est aggravé avec le temps."

"Sirius." Tout ce qu'elle avait besoin de savoir était son nom, et il n'était même pas sûr qu'elle en ait besoin.

"Oh oui, je sais qui tu es. Mais Hermione ne sera pas très attirée par toi. Tu es originaire de Londres, tu es probablement né au milieu des années 30, comme les groupes de rock sorciers. Je t'ai vu te transformer en chien noir dans le jardin. Heureusement que je ne suis pas du genre superstitieuse, sinon j'aurais déjà pensé à ma mort plusieurs fois. Animagus, ou simplement très bon pour l'auto-métamorphose ?"

"Qu'est-ce que ça peut vous faire ?"

"Ça ne me servira probablement à rien, comme je te l'ai dit, j'aime juste discuter. Personne ne t'a jamais appris l'art de la conversation polie, mon canard ?"

Canard. Qui a appelé quelqu'un "canard" ? Il pourrait le voir comme un terme d'affection destiné à un petit enfant, mais à un adulte et à un ex-détenu en plus ?

"Ma mère a essayé. Elle a échoué."

"Peut-être que tu aurais dû l'écouter, alors."

"Personne ne devrait jamais écouter ma mère. Mon frère le fait, et il vient d'essayer de tuer des gens." Sirius n'avait pas prévu que ça se sache. Il avait l'habitude de refuser catégoriquement de parler de sa famille. Il avait déjà été largué à cause de ça. Émotionnellement refoulé, c'est ce que Matilda Brown de Serdaigle lui avait dit. Il lui avait répondu qu'elle était beaucoup trop jacassante à ce sujet et qu'elle ennuyait son entourage à force de déverser ses sentiments à tout bout de champs, ce que James avait dit être dur, mais Sirius était resté sur ses réserves.

"Je suis désolée", dit Jo, en lui tendant une tasse de thé avec des fleurs peintes à l'aquarelle dessus. Sirius aurait pu jurer que la tasse de thé lui avait souri. "Je retire ce que j'ai dit, alors. Je ne savais pas."

"Non, tu ne le fais pas", a déclaré Sirius. Ce n'était pas vraiment juste. On ne pouvait pas s'attendre à ce qu'elle le sache, et c'est lui qui avait évoqué sa mère en première lieu. Le fait que sa vie ait été un grand désastre colossal n'était le problème de personne d'autre. Il a arrangé son visage en ce qu'il espérait être une expression conciliante, parce que ce n'était pas exactement sa faute. "Je n'aurais pas dû en parler."

"Si ça peut aider, mon canard, ma mère m'a reniée quand j'ai reçu ma lettre de Poudlard. Contre nature, elle m'a appelée. Elle n'était pas la plus tolérante des personnes qui étaient différentes d'elle. Elle était très grossière avec les irlandais, par exemple. Et tu devrais entendre son point de vue sur les hommes noirs. Le fait que je sois une sorcière l'a poussée à bout."

"Je suis désolé d'entendre ça", a-t-il dit. S'il avait été de meilleure humeur, un autre jour, il aurait peut-être même dit qu'il n'aurait pas dû être impoli avec Jo. Il ne l'était pas néanmoins. "Ma mère m'a renié aussi."

"Ah, eh bien, je pense qu'il faut quelque chose de plus fort que du thé, alors", a déclaré Jo, en se tirant de sa chaise et en se mettant à rôder autour des placards de la cuisine. Elle a sorti une bouteille poussiéreuse d'une sorte de couleur ambré, dont l'étiquette s'est effacée avec le temps. "Si nous devons maintenant nous montrer larmoyants au sujet de nos mères. Au fait, je préfère le gin, mais je n'en ai plus. Nous devrons prendre ce que je trouve, à la place. Je n'en suis pas sûre, mais c'est quelque chose que mon frère m'a acheté il y a plusieurs Noël. Il achète des cadeaux qu'il aimerait recevoir, pas ce que le destinataire préfère." Elle a versé généreusement le liquide ambré dans deux verres de cristal taillés, les a regardés un instant et a ajouté une goutte de plus dans chacun.

"Merci", a déclaré Sirius.

"Maintenant, veux-tu me dire exactement pourquoi tu étais si mauvais pour transplaner tout à l'heure que tu as fini sur ma clôture ? Soit tu n'aurais jamais dû réussir ton test, tu ne l'as pas fait, et le Ministère va nous tomber dessus, soit tu étais ivre au moment où tu as transplané, ce qui ne semble pas être le cas, soit quelque chose t'a contrariée."

"Je n'ai pas vraiment envie d'en parler."

"Fais comme bon te semble. J'ai tendance à faire sortir ce qui dérange les gens à la fin. Certaines personnes disent que je suis une vache fouineuse, comme cette foutue Ivy Minchcombe qui pense qu'elle sait tout mieux que tout le monde. C'est elle la vache fouineuse, si tu veux mon avis, elle a toujours mis la main dans les plats des autres. Je préfère dire que j'ai envie d'aider. Peut-être pourrais-tu te dire que nous en avons besoin tous les deux ? Ce serait une bonne façon de voir les choses, n'est-ce pas ?"

"Beaucoup de gens pensent qu'ils peuvent me faire parler de ça."

"Oh, un bézoard difficile à percer visiblement. Je vois. J'aime les défis. Hermione n'en est pas vraiment un, si je suis honnête. Elle m'a tout raconté sur son petit ami. Maintenant, elle dit qu'elle ne connaît aucune des tiennes, donc ça ne peut pas être un problème de filles. Soit ça, soit tu es très doué pour garder des secrets. Elle dit qu'elle ne pense pas non plus que tu cours après l'autre équipe. C'est au sujet de ton frère, si je ne me trompe pas ?"

"Je n'ai pas de petites amies." Il n'avait pas réessayé, après Azkaban. Il n'y avait pas de raisons. C'était un criminel en fuite. Les filles n'affluaient plus. "Mon frère est un connard. Je ne pense pas qu'il le sera toujours, mais je ne sais pas s'il vaut la peine d'être sauvé."

Jo a eu le bon sens de ne pas se vanter d'avoir réussi à le faire parler. Au lieu de cela, elle a rempli son verre et a fini le sien. Ce n'est que lorsqu'elle a ajouté de l'alcool dans son propre verre qu'elle a pu parler à nouveau.

"Personnellement, et tu ne m'as pas demandé, donc je ne serai pas offensée si tu m'ignores, mais je pense qu'il vaut la peine d'essayer de sauver tout le monde. Ton frère ne serait pas l'un de ces mangemorts dont le journal est plein, n'est-ce pas ? Ils sont souvent dehors à essayer de tuer des gens, et malheureusement pour le monde des sorciers, ils réussissent souvent."

Sirius a failli s'étouffer dans son verre. Il ne savait pas trop pourquoi il était si surpris que Jo, qui faisait partie de la société magique tout autant que lui, connaisse les mangemorts. Logiquement, il aurait fallu qu'elle se soit cachée dans une grotte, et pas seulement dans une ville remplie de moldus, pour qu'elle rate la première guerre des sorciers qui faisait rage autour d'elle. La première guerre. La seconde était à des années lumières encore. La Gazette du Sorcier était pleine de spéculations et de rapports au sujet des attaques, dont certaines étaient entièrement fictives. La radio sorcière aussi. Les ragots dans les tavernes du Chemin de Traverse, de la Tête de Sanglier et le reste de la communauté sorcière étaient constants. Bien sûr, elle avait entendu parler des mangemorts. Tout le monde vivait dans la peur ces derniers temps.

"Il l'est. "Il n'y avait pas beaucoup d'intérêt à le nier. Je suis pour une noise, je suis pour une mornille. Et Hermione, qui est une vraie bête de scène, avait parlé à la femme.

"Tu vois, je suis une née-moldue. Hermione aurait pu te le dire. Ton frère voudrait me tuer. Je vais supposer tu ne le ferais pas, même si tu es lié à l'un d'eux, soit parce que je suis naïve, soit parce que je veux croire au meilleur des gens. Peut-être que cela signifie que tu ne devrais pas suivre mon conseil. Mais même moi, je pense qu'il peut être sauvé, et il pourrait essayer de me tuer à vue."

"Je ne veux pas te tuer."

"Maintenant, je suis clairement soulagée et détendue. Si tu le faisais, je devrais te demander de revenir un autre jour. Il est terriblement mal élevé de tuer quelqu'un après avoir consommé un ancien alcool moldu non étiqueté, et tu as l'air d'être un garçon bien élevé."

Sirius a ri. Cela a commencé par un léger gloussement, mais il s'est vite effondré sur la table dans des éclats de rire. Et il n'était pas tout à fait sûr de la raison. Jo le regardait avec un regard amusé sur son visage rond.

"Eh bien, ce serait incroyablement mal élevé", a-t-il dit, pour finalement se redresser et se contrôler. "Que dirait sa mère à propos de ce déchaînement d'émotions ? Et mon but, c'est de dire des bêtises après un verre. Je reviendrai demain, si cela vous convient ?"

"J'avais promis au FI de faire la cuisine pour leur réunion annuelle d'ouverture, le lendemain est donc plus opportun ?"

"Bien sûr. Je ne voudrais pas déranger le FI. Quel que soit le FI."

"Si je suis honnête, je me demande ce qu'est exactement le FI depuis que j'ai été persuadée de le rejoindre. Beaucoup de femmes, toutes en train de faire le plein d'essence, de gâteaux de merde et beaucoup trop d'arrangements floraux. Je ne reste que parce que c'est drôle de les voir se disputer. Savais-tu que pas moins de cinq d'entre elles baisent le mari de quelqu'un d'autre ? Et il y a eu une sorte de dispute parce qu'apparemment Sheila a copié le tailleur de Maggie dans la Guilde des tricoteurs du Yorkshire du Nord, Summer Fayre. Il y a eu un sabotage délibéré, et tout."

"Je pense que j'aimerais voir ça. "

"Oooh, oui. Viens avec moi à la réunion publique. Tu peux être mon nouveau petit ami séduisant. Elles seront toutes si jalouses qu'elles oublieront si Maggie a coupé ou non l'herbe sous le pied de Sheila. Même si j'espère qu'elle ne sera pas si excitée qu'Ann oublie d'annoncer qu'Edna s'est mise en ménage avec son mari, car j'attendais cela avec impatience. Le mari d'Ann est un sale bougre, je ne sais pas pourquoi on voudrait coucher avec lui."

"Excellent. Envoyez-moi les détails."

"Ne t'inquiète pas, je ne me soumettrai même pas à cette catastrophe en attendant qu'elle se produise. Je vais attraper un vilain rhume peu avant qu'elle ne commence."

"Fan de divination ?"

"Bizarrement, non. J'ai détesté la matière. Je l'ai prise et l'ai laissée tomber assez rapidement. Je n'ai pas la patience avec les boules de cristal, et les feuilles de thé ressemblent juste à un sale désordre détrempé. C'est juste une de ces choses qui, je le sais, arriveront."

"Que pensez-vous que je devrais faire au sujet de mon frère ?" Si la question a pris Jo par surprise, elle ne l'a pas montré. Elle a presque pris Sirius par surprise.

"Penses-tu honnêtement qu'il y a du bon en lui, quelque part ?"

"Oui, je le fais. Ou alors, il y en avait. Nous étions proches étant enfants." Ils l'ont toujours été, au moins jusqu'à ce que Sirius ait onze ans et Regulus dix. Sirius commençait alors à se demander si ses parents avaient les bonnes opinions. Sa répartition à Poudlard a cimenté ces pensées. Et Regulus n'avait pas vraiment voulu les remettre en question. Mais c'était un enfant gentil et doux, et il avait aidé ce couple de moldus qui avait perdu leur enfant, et il n'avait jamais été aussi impoli envers Kreattur que Sirius l'avait toujours été.

"Eh bien, alors. S'il y a ne serait-ce qu'une once de bonté chez quelqu'un, il mérite d'être sauvé."

"C'est très manichéen."

"Oh, quand tu auras mon âge, tu commenceras à comprendre les choses."

"Hermione ne le pense pas. Hermione pense qu'on devrait le laisser faire." Il ne pouvait pas exactement expliquer pourquoi elle pensait cela, alors en le disant, il s'est senti légèrement déloyal. Il en savait assez sur Hermione pour savoir qu'elle n'aurait pas hésité à voir le bien en Regulus s'il ne s'agissait pas du voyage dans le temps. Elle avait défendu Rogue plus d'une fois, et Rogue était un sacré connard même en tant qu'espion pour l'Ordre.

"Elle n'a dit que des choses positives sur toi, tu sais. Et elle est clairement frustrée à ton sujet. Merlin sait pourquoi. Maintenant, je ne suis pas du genre à m'en mêler. Je laisse les gens se disputer, parce que si vous vous mêlez des disputes de quelqu'un d'autre, vous avez tendance à être maudit par accident. Parle-lui. Si elle ne veut pas écouter, alors pense à une autre façon de la persuader. Tu dois essayer. Vous deux méritez tous deux le bonheur, je pense."

Il ne pensait pas que ça marcherait, mais encore une fois, il ne pouvait pas exactement expliquer pourquoi.

"Maintenant, sors de ma cuisine. J'ai des choses à faire, et par choses j'entends aller me coucher. Je suis vieille. Alors, sors."

"Merci. Je suis désolé de vous avoir dérangé avec tout cela."

"N'importe quoi. Qui ne voudrait pas qu'un magnifique jeune homme s'asseye pour discuter et boire un verre avec vous ? Reviens nous voir. Souvent, comme tu le souhaites. Ooh, ça fera sursauter Muriel si elle te voit partir. J'ai déjà hâte d'entendre les ragots au magasin du coin demain matin."

"Où est la maison de Muriel ?" demanda Sirius, alors que Jo lui ouvrait la porte d'entrée.

"Fenêtres marron, porte bleue", a déclaré Jo, en indiquant la direction avec un ongle peint en rouge.

"Je vais lui faire un signe de la main", a déclaré Sirius, en levant la main et en faisant à la dame qui regardait entre les rideaux son plus beau signe de la main. Ses cheveux étaient alourdis par des bigoudis, et elle était vêtue d'une chemise de nuit à fleurs, mais apparemment cela n'a pas empêché Muriel de se faufiler à travers ses fenêtres. "Merci encore."

"Je veux dire qu'il s'agit de revenir à la charge."

Sirius s'est permis de rentrer dans sa propre maison après la disparition d'une Muriel clairement scandalisée. Aucun des moldus de la région ne s'était intéressé à eux, et il voulait que cela reste ainsi.

Il a monté les escaliers, puis l'échelle rabattable du grenier. Il n'était qu'à mi-chemin dans le nettoyage de l'espace, et il y avait juste assez de place pour le matelas qu'il avait soulevé de la benne. Autour de lui, il y avait les signes extérieurs de la vie des grands-parents d'Hermione. Des albums photos dans une boîte en carton, des vêtements de bébé et quelques jouets qui étaient les souvenirs de l'enfance de la mère d'Hermione, des certificats de naissance et des papiers de pension. Un costume suspendu à un chevron, dans un style daté. Une robe de mariée était soigneusement pliée dans une boîte, pressée avec de la lavande entre les couches.

Il se demandait ce qu'ils avaient fait des affaires qu'il avait laissées à Grimmauld Place. Avec un peu de chance, ils en ont brûlé la moitié. Personne n'avait besoin de tous ces posters de moldues qu'il avait mis en place avec le sort de glu perpétuelle juste pour énerver ses parents. Il avait été légèrement gêné par ces affiches, même au moment où il les avait collées, et il y avait une raison pour laquelle Harry n'avait jamais été autorisé à entrer dans sa chambre. Surtout après qu'il eut surpris Fred et George en train de les reluquer.

Harry avait hérité de la maison, ou du moins, il l'espérait. Dumbledore l'avait prévenu que la maison ne pourrait peut-être pas être due à un sang-mêlé. Si Bella en héritait, il fallait plus qu'espérer que les affiches la choqueraient. Et si Harry en avait hérité, Molly Weasley aurait, espérons-le, suffisamment interféré pour décoller les affiches.

La plupart de ce qu'il a laissé derrière lui était de la merde totale. Qu'ils soient moldus ou sorciers. Aucune des choses qu'il avait laissées derrière lui ne serait utile à qui que ce soit. Il n'avait pas fait une grande différence dans cette vie, avant ou après son petit voyage à travers le Voile. C'était de la merde, tout ça.

Il devait reparler à Hermione. Le faire mieux. Éviter tout débordement émotionnel. Elle était aussi affectée par les décès que les autres, il pouvait le voir à travers ses yeux. Il n'était pas aussi stupide que de supposer qu'elle était une vache sans coeur, essayant de l'irriter en refusant de s'engager. Il croyait qu'elle était honnête lorsqu'elle disait qu'elle détestait ça, ou que son côté rationnel, bien que légèrement affaissé, le détestait. S'il lui parlait alors qu'il était en colère, ce côté ne gagnerait pas et il ficherait encore tout en l'air.

C'était autant sa faute que la sienne. Il n'avait pas essayé correctement.

Il devait le faire. Parce que tout cela était inutile. Il vivrait deux vies, à ce rythme, laisserait tout le monde mourir deux fois, et ne ferait absolument rien de valable.

Et puis ils n'auraient plus qu'à se débarrasser d'un deuxième tas de choses, et personne ne pleurerait sur ses restes stupides, parce qu'il n'aurait plus d'amis de toute façon. Ils seraient morts. Morts, morts, morts, tout le lot, et il n'en avait pas eu beaucoup de vrais dans la vie.

Si elle ne pouvait pas être convaincue durant le mois de novembre, il ferait cavalier seul.

End Notes:

Dîtes-moi ce que vous en pensez ? J'adore ça :D.


Bisous de moi <3.


*FI (l'Institut des Femmes)

Chapitre 17 : Bibliothécaire adjoint by Miss Delavergne
Author's Notes:

Bonjour,

Je suis ravie de vous retrouver pour un nouveau chapitre. Je suis toujours à la recherche d'une bêta, n'hésitez pas à me contacter. Je ne mords pas ;).

Bonne lecture !

Hermione, octobre 1978, La Grande Bibliothèque Sorcière Britannique, Londres.

 

"Penses-tu que nous pouvons y arriver toutes seules ?" demanda Luna, alors qu'elles arrivaient devant le défilé de boutiques qui abritait la Grande Bibliothèque Sorcière Britannique. La rangée de magasins qu'elles venaient de dépasser était encore plus déprimante que lors de leur précédente visite. Peut-être était-ce dû au temps. Les journées grises et bruineuses de la fin octobre ont produit cet effet sur tout le monde.

Luna était un point lumineux dans cet endroit maussade, et elle avait déjà attiré le regard des gens dans la rue. Tous les autres portaient des vêtements parfaitement ordinaires pour l'époque. Tandis que Luna s'était vêtue d'une robe et d'une cape cerise accompagnées d'une chaîne de marguerites magiquement conjurées et donc plus grandes que d'habitude autour de son cou, ses cheveux étaient coiffés dans une tresse compliquée composée d'un ruban de la même couleur. Hermione était très impressionnée par le fait que Luna se ressemblait encore même à cette époque.

"Bien sûr que nous le pouvons", a déclaré Hermione. "J'ai résolu une bonne partie des lacunes théoriques dans la façon dont l'appareil a été fabriqué, et si j'ai raison, je sais ce que je dois faire pour le réparer. J'ai juste quelques dernières choses à vérifier..."

"Et la bibliothèque est l'endroit parfait pour cela", termina Luna.

C'était agréable d'avoir quelqu'un pour une fois dans sa vie qui comprenait l'importance des bibliothèques.

"Penses-tu que c'est possible ?" demanda Hermione.

"Eh bien, dit Luna, en réarrangeant légèrement ses cheveux, je ne suis pas une experte en la matière. Si tu le dis, alors c'est sans doute plausible. Probable, peut-être pas. Conseillable ? Je ne pourrais pas te le dire." Puis elle a poussé la porte.

"Bonjour", dit une voix très familière quand elles firent leur entrée dans la bibliothèque. "Puis-je vous aider ?"

L'orateur était un homme grand aux cheveux châtains avec beaucoup trop de ridules sur son jeune visage ainsi qu'un badge portant le nom de Remus, en tant que bibliothécaire adjoint.

"J'aimerais rendre ces livres, s'il vous plaît", déclara Luna, en tirant une pile de livres de sa sacoche en cuir brun. Hermione se demandait combien de fois Luna avait visité la bibliothèque par le passé. Il ne s'agissait pas des livres qu'elle avait sorti la fois précédente, ni de ceux qu'elle avait ramenés après avoir rendu certains des livres empruntés par Hermione.

"Certainement", répondit Remus, en prenant la pile et en commençant le processus de retour à la bibliothèque. "J'ai apprécié celui-ci", a-t-il dit, en indiquant un roman. "Nous avons la suite, si vous êtes intéressées. Elle n'est pas aussi bonne que la première, mais c'est quand même une lecture agréable. Oh, vous vous intéressez à la magie rituelle ? C'est fascinant, n'est-ce pas ? J'en ai lu un peu à ce sujet à l'école, mais il y a beaucoup plus de livres ici où vous pourriez trouver des réponses. Je peux vous orienter dans la bonne direction."

"Ce serait bien", déclara Luna. "J'ai beaucoup de temps pour lire en ce moment. Tout ce que vous pouvez me recommander, ce serait bien, Mon... Remus."

"Juste Remus suffira", ajouta Remus.

Il avait l'air bien, donc la pleine lune ne serait pas pour demain. Hermione savait qu'il n'avait jamais gardé plus de six ou sept mois le même emploi, si bien que son temps de travail à la bibliothèque était déjà compté. Comme il avait quitté Poudlard il y a moins de six mois, Remus lui-même ne le savait pas encore. Le simple fait de le savoir a un peu brisé le cœur d'Hermione.

Il avait beaucoup moins de cicatrices sur le visage que lorsqu'Hermione le rencontra pour la première fois dans le Poudlard Express, et ses manches retroussées ne laissaient pas apparaître celle, longue et déchiquetée, qui ornait habituellement le bas de son bras gauche. Elle n'avait jamais cessé de se demander combien il avait dû en gagner durant ces horribles transformations alors qu'il pensait que tous ses amis étaient soit morts soit traitre et emprisonné. Le loup se serait déchainé, il n'y aurait pas eu d'aconit pour le soulager, c'est pourquoi il n'était pas surprenant qu'il ait gagné un nombre important de cicatrices. Douze ans, au moins douze cycles lunaires par an, treize dans certains cas, soit cent cinquante pleines lunes qu'il aurait traversé à s'acharner contre sa propre peau sans ses amis pour l'en empêcher.

Merde.

Ce Remus ne savait rien de tout cela. Quoi qu'on puisse dire des actions de Sirius Black, Remus Lupin restait un innocent.

Remus, qui a perdu tous ses amis. Remus, qui a perdu tous ses emplois, Remus, qui a finalement trouvé le bonheur avec une femme et un fils, et puis il les a perdus aussi et il est mort.

"Ici, suivez-moi. Les informations sur la magie rituelle se trouvent à deux endroits principaux, il y a une section de livres qui se trouvent ici, et ensuite les informations plus anciennes qui proviennent de divers parchemins et de feuilles volantes sont au sous-sol. Ce n'est qu'une référence. Y a-t-il quelque chose en particulier qui vous intéresse à ce sujet ? De nombreuses sorcières de votre âge viennent pour en apprendre plus au sujet des sorts de fertilité ?" a déclaré Remus. Ce Remus n'avait aucune idée de ce qui allait lui arriver.

"Oh, non, je ne suis pas vraiment venue pour cela", a déclaré Luna. "Je m'y intéresse d'un point de vue théorique, je suppose. J'aime savoir des choses pour le plaisir de savoir."

"Eh bien", sourit Remus. Il appréciait clairement son travail. "Dans ce cas, il y a la suite qui s'avère idéale pour vous du livre que vous aviez sorti précédemment, c'est Rituels de Pouvoir : Théorie et Pratique..."

Hermione les a laissés discuter tranquillement entre eux. Elle s'est légèrement éloignée en direction des livres qu'elle avait prévu de feuilleter. Au moins l'une d'entre elles s'était remise à lire pour le plaisir. Hermione, elle, n'avait pas ce plaisir et elle avait mieux à faire pour essayer diverses théories possibles afin de les ramener chez elles.

Elle voulait rentrer chez elle.

Hermione ne voulait plus faire ça. Elle ne se supportait plus.

Selon elle, la mort du moldu avait signé la fin. C'était le maximum qu'elle puisse supporter, et elle ne pensait pas pouvoir en regarder d'autres mourrir. Et maintenant, elle regardait Remus vivre une vie qu'il n'avait plus à son époque.

Elle devait rentrer chez elle. Elle devait le faire. Il ne pouvait pas en être autrement.

Ce qu'elle voulait désespérément faire, c'était sauter sur l'occasion et commencer à essayer d'arranger tout cela autant qu'elle le pouvait, mais c'était tellement, tellement dangereux. Elle n'aurait jamais pu faire cela. Leur victoire avait toujours été suspendue au plus fin des fils. Elle était fragile. Hermione pourrait s'asseoir afin d'énumérer une centaine de choses qui, si elles n'avaient pas eu lieu, auraient pu retarder la victoire de la guerre bien plus tard, au prix d'encore plus de vies. Ou pire encore admettons qu'ils ne l'aient pas gagnée pas du tout. Il serait tout à fait possible qu'ils aient continué à se battre jusqu'en juin 2002 ?

Non, même si elle le voulait, c'était impossible.

Elle allait donc rentrer chez elle.

Si elle restait ici plus longtemps, sa détermination s'effondrerait complètement.

Elle pensait que Sirius la prendrait pour une lâche, alors elle n'a pas pris la peine de lui en parler. De plus, il avait clairement fait savoir qu'il ne voulait pas d'elle dans les parages. Elle l'avait évité à chaque fois qu'ils avaient été dans la maison ensemble, et elle s'était fait un devoir de rester en dehors de la maison autant que possible. Selon Ginny et Luna, il se cachait la plupart du temps à l'étage, dans son loft, et semblait parfois sortir pour chercher de la nourriture.

Le visage du moldu la hantait chaque nuit, et Sirius a probablement supposé qu'elle était sans coeur. Elle avait pourtant régulièrement des flashbacks d'autres morts depuis cette nuit là, celle de Fred et de Remus ainsi que de tous les autres, même de Rogue. Elle se réveillait dans la nuit, en sueur et complètement terrifiée, en pensant à tous ceux qu'elle n'avait pas pu sauver. Puis, elle essayait de se rendormir jusqu'au petit matin. Si elle n'y arrivait pas ce qui était le cas la moitié du temps, elle rôdait au sommet des falaises comme une sorte d'héroïne romantique de l'époque victorienne, et l'autre moitié du temps, elle lisait frénétiquement tout ce qu'elle trouvait sur le voyage dans le temps. Elle avait beaucoup appris, y compris certaines choses qui pourraient lui donner une chance de les ramener chez elles.

Mais quelques éléments l'ont fait se demander si Sirius avait raison sur la façon dont ils pourraient améliorer les choses. Les cordes du temps étaient incroyablement entremêlées, pourtant il y avait des moyens de suivre leurs traces. Ou il devait y en avoir.

Toutefois ces éléments n'entraient pas en ligne de comptes, et Hermione devait surtout vérifier ses sources. Elle vérifiait toujours ses sources. Elle était une chercheuse très méticuleuse. Elle ne laissait jamais rien de côté, ses conclusions étaient toujours réfléchies et elle se trompait très rarement lorsqu'elle arrivait à cette conclusion. C'est ainsi qu'elle a obtenu sept Optimal à ses ASPICS, c'était un score assez exceptionnel, et qu'elle a été promue au poste de sous-secrétaire junior à peine trois ans après l'obtention de son diplôme.

Bien entendu, Luna faisait valoir qu'elle avait trop d'opinions arrêtées et changeait rarement d'avis, et qu'elle n'était pas suffisamment ouverte aux nouvelles idées. Mais Luna, bien qu'elle soit intelligente, croyait en tout ce qui lui tombait sous la main.

Hermione a retiré quelques ouvrages des étagères et s'est rendue dans la salle de lecture de l'autre côté de la bibliothèque. L'endroit était d'une taille trompeuse. Elle n'aurait pas dû être plus grande que le magasin du coin au bout de leur terrasse à la maison à Saltburn, mais si Hermione avait dû faire une estimation, elle aurait dit que la bibliothèque était en fait aussi grande qu'un terrain de Quidditch, bien que sans les gradins. Elle n'a pas voulu essayer d'estimer le nombre de livres qu'il y avait, mais c'était certainement plus que celle de Poudlard n'en contenait.

C'était peut-être pour une bonne raison, car Hermione n'aurait pas donné même à un étudiant de septième année l'accès à une partie de ce qu'elle pouvait vérifier d'ici. Certes, rien n'empêchait un étudiant majeur de venir les chercher lui-même, mais Hermione a supposé que vous deviez au moins essayer d'empêcher vos étudiants d'accéder aux livres qui décrivent la magie noire de manière exhaustive. Et la grande majorité d'entre eux, si l'on en croit tous ceux de son année scolaire, ne s'embêterait pas avec un livre qu'ils n'étaient pas obligés de lire.

Il lui est apparu que pour faire avancer le dispositif temporel, elle devrait inverser le sort. C'était peut-être assez évident, mais ce que cela signifiait exactement n'était pas clair. Plusieurs sorciers l'avaient clairement fait, à l'époque où tout cela était interdit, et le Ministère l'avait officiellement autorisé. Mais leurs données avaient été détruites. Une sorcière a affirmé l'avoir fait, mais le Ministère a rapidement confisqué et détruit son appareil lorsqu'elle a tenté d'écrire un article à ce sujet pour un journal magique. Hermione l'avait cherchée dans le registre sorcier des naissances, mariages et décès, dans l'espoir de la retrouver, mais elle était morte peu après son voyage en 1975.

En désespoir de cause, elle envisagea brièvement d'utiliser le dispositif de chronométrage de sa boîte noire, dont elle n'avait aucune raison de soupçonner qu'il ne fonctionnait pas, pour remonter le temps, trouver la femme et lui faire dire ce qu'elle savait, mais il s'agissait probablement d'une course folle. La femme pourrait ne pas le lui dire, ou être incapable de le reproduire, et tout cela pourrait être inventé de toute façon. Être coincé ici était déjà assez mauvais, être coincé ailleurs pourrait être pire.

Elle s'en est donc tenue à la théorie. Après trois heures de labeur à lire des livres plus tard, elle avait seulement établi qu'elle détestait les livres dont la police était si minuscule qu'elle avait besoin d'un microscope pour pouvoir les lire, que Sirius se trompait presque certainement sur les répercussions, et qu'elle avait probablement besoin de plusieurs autres livres sur le moulage de charmes dans des objets complexes avant même de pouvoir tenter les sorts dont elle aurait besoin pour son petit appareil temporel.

Elle est partie à leur recherche. La section Sortilèges débordait de ses étagères, les livres à reliure en cuir et en tissu s'empilaient dans les allées entre les étagères et les chariots remplis d'autres ouvrages bloquant les itinéraires autour des livres. Après avoir beaucoup creusé et demandé l'aide de la bibliothécaire, Hermione a trouvé ce qu'elle cherchait. Des Sortilèges en Métal : une anthologie de sorts d'objets complexes, et Théières Magiques : des essais sur l'animation de la vaisselle et des charmes d'objets en général, cachés dans ses bras, elle est retournée dans la salle de lecture en attendant Luna.

Hermione avait commencé plusieurs chapitres d'un livre quand Luna est réapparue, une pile de livres dépassant de sa sacoche.

"Hermione ? Es-tu prête à partir ?" dit Luna. "J'ai ce que je voulais. As-tu fait des progrès ?" Luna s'assit à côté d'elle, regardant la couverture des livres qu'Hermione avait répandus autour d'elle.

"Oui, je pense." Hermione pouvait passer toute la journée ici, et il y avait au moins quarante livres qu'elle avait pris en traversant la bibliothèque qu'elle voulait désespérément consulter. Mais il n'allait pas être simple d'emprunter ceux-là ; elles les avaient sorti sous le nom de Sirius Black la dernière fois, et cela ne serait pas possible cette fois-ci.

"Luna ?" a demandé Hermione. "Comment fais-tu pour sortir les livres empruntés de la bibliothèque ?"

"Oh, j'ai utilisé le nom de ma mère et pris un abonnement", dit-elle. "Mes parents se sont mariés pendant l'été 78, et ils sont ensuite parti en lune de miel pendant deux ans à l'étranger à la recherche de certaines créatures magiques. Des créatures auxquelles je suis sûre que tu ne crois pas." Elle a dit la dernière partie avec une voix aérienne, comme si elle s'attendait à ce qu'Hermione la défie de définir exactement ce que sont ces animaux. Hermione avait renoncé à cela désormais. Luna n'aurait jamais admis qu'ils n'existaient pas.

"Est-ce que c'est sûr ?"

"C'est aussi sûr que d'être ici, en terme de calendrier", a déclaré Luna. "Le professeur Lupin était gentil comme tout étant jeune homme, n'est-ce pas ? Tu aurais souhaitée qu'il ait eu une vie plus heureuse, n'est-ce pas ?"

Cela a provoqué une autre vague de chagrin intense dans le cœur d'Hermione. Ce n'était pas juste. Mais elle en avait déjà parlé, et vouloir changer le destin de quelqu'un ne signifiait pas, bien sûr, qu'on pouvait le faire. Hermione fit ce qu'elle espérait être un bruit approprié, ne se faisant pas vraiment confiance pour parler.

"C'est dommage que nous ne puissions rien faire, n'est-ce pas ?" a déclaré Luna, alors qu'elle se frayait un chemin à travers une pile de livres jusqu'au bureau voisin.

Si Hermione ne l'avait pas su mieux, elle aurait dit que Luna essayait de la convaincre de changer la chronologie. Luna n'a jamais dit qu'elle n'était pas d'accord avec le point de vue d'Hermione sur tout cela, et c'est pourquoi il n'était pas question de discuter du point de vue factuel que cette nouvelle question aurait pu occasionner. Il n'y avait qu'un seul cas d'un homme qui prétendait être retourné dans le passé sans qu'il n'y ait aucune répercussion négative, et Hermione ne croyait pas à ce cas précis. Il n'était pas honnête avec lui-même, ou il mentait délibérément.

"Puis-je aussi les emprunter sous le nom de ta mère ?"

"Bien sûr", a déclaré Luna. Elle les a pris dans ses bras et s'est dirigée vers la réception, Hermione étant à la traîne.

C'était aussi une manipulation de la ligne du temps. Pandora Lovegood n'était pas dans le pays normalement, et la voilà en train d'emprunter des livres, et si l'on s'en apercevait, qu'on demandait à Remus une description de celles et ceux qui empruntaient des livres, puis qu'il donnait la leur. Hermione s'est retrouvée en train de trembler légèrement lorsque Luna s'est à nouveau approchée du bureau la sortant de ses funestes pensées. Tout ce qu'ils faisaient, c'était se mettre subtilement à l'écart de la ligne du temps établie.

Tout ce qu'ils ont fait aurait pu bousculer la chronologie dans un avenir potentiel pire que cela.

"Puis-je prendre ceux-là aussi, s'il vous plaît Remus ?"

"Bien sûr. Vous vous occupez bien à ce que je vois ?"

"Oh oui. J'aime lire. C'est agréable après le travail, n'est-ce pas ?"

"Pour vous dire la vérité, quand je rentre chez moi je ne peux pas toujours me résoudre à ouvrir un livre. On dit que si vous prenez un travail en faisant quelque chose que vous aimez, vous pouvez facilement perdre l'amour que vous lui portez. Que faites-vous, Mrs Lovegood ?"

"Je travaille pour le Ministère", a déclaré Luna, en mettant joyeusement les livres dans son sac pendant qu'elle parlait. "Je suis chargée de la tenue des registres au sein du Ministère."

"Ah, alors il est peu probable que vous perdiez votre amour pour quoi que ce soit là-bas", a dit Remus, en souriant.

"Je trouve cela fascinant", a déclaré Luna. "Bien sûr, je ne peux pas parler de tout cela."

"Evidemment", a ajouté Remus en les lui tendant. "Eh bien, ce sont vos livres. Je peux vous aider avec autre chose aujourd'hui ?"

"Non, merci beaucoup ce sera tout", a répondu Luna.

Hermione et Luna sont sorties dans la rue très fréquentée par les moldus, et il a fallu quelques minutes pour qu'elles puissent parler sans craindre qu'un moldu n'entende ce qu'elles avaient à dire.

"C'est là que ta mère travaillait ?" demanda Hermione.

"C'est le cas", a déclaré Luna. "Elle a toujours dit que c'était un travail très intéressant. Qu'elle avait accès à beaucoup de choses. Elle y a renoncé quand elle m'a eue. Ce n'était qu'un travail à temps partiel, et de niveau assistant, donc on n'a pas une grande importance, mais on peut apprendre beaucoup d'informations à ce moment-là. Il y a beaucoup de choses que nous pourrions découvrir, si nous les cherchions. Il y a toutes sortes de choses intéressantes qui traversent le bureau, il ne me faudrait pas grand chose pour en savoir plus."

Hermione n'avait écouté qu'environ la moitié de la réponse de Luna, alors qu'elles se dirigeaient vers la cage d'escalier de l'immeuble d'où elles utilisaient l'apparition. C'était dangereux ce que Luna faisait, mais alors qui vérifiait véritablement les registres de la bibliothèque de ceux qui étaient censés se trouver hors du pays de toute façon ? Les mangemorts n'avaient pas encore atteint ce stade. Encore heureux !

"Je ne savais pas que Remus avait travaillé au sein de cette bibliothèque, pas avant que nous ne venions ici. Je n'ai jamais pris la peine de demander quelles professions il avait exercé avant de devenir notre professeur, en fait. Je sais seulement qu'il n'a pas travaillé pendant la deuxième guerre, il n'a pas travaillé du tout entre son année d'enseignement à Poudlard et sa mort, du moins je ne le crois pas. J'aurais dû lui poser davantage de questions."

"Nous avons tous nos regrets", a déclaré Luna. "Je suppose que le plus important est de ne pas les répéter. Et d'empêcher qu'ils ne se reproduisent, ce qui est, je suppose, mon problème. Pas nécessairement avec cela, mais en général."

"Peut-être."

"Tu ne penses pas ?" Luna se tenait dans la cage d'escalier, adossée au mur. Il y avait une flaque de ce qui ressemblait étrangement à du pipi dans le coin mal éclairé, à côté de la moitié d'une chaise longue jetée et d'un vélo dont la selle avait disparu. Quelqu'un avait essayé d'égayer l'endroit avec des plantes en pot, un tableau et un tapis de bienvenue à l'extérieur d'un des appartements du rez-de-chaussée, mais l'effet était gâché par l'appartement d'en face qui avait une porte en carton.

"Je le fais. C'est juste difficile, n'est-ce pas, quand nous sommes coincés ici."

"Difficile" ne signifie pas toujours "mauvais".

Luna parlait par énigmes la moitié du temps à la minute près. Elles transplanèrent sans beaucoup plus de conversation.

Hermione a passé les jours suivants à lire dans divers endroits sur la plage, profitant des derniers instants de ce temps sans gel. Elle ne pouvait pas vraiment parler de temps chaud ou agréable, mais à l'aide d'un sortilège chauffant et d'un pull, il était assez agréable de s'asseoir et de lire. Elle n'avait donc pas besoin de se trouver dans la maison, en tout cas, avec Sirius qui rôdait, Ginny à l'extérieur et Luna Merlin sait où. Luna disparaissait fréquemment, bien qu'Hermione ait supposé que Luna faisait à peu près la même chose qu'elle. Ginny avait réussi à se commander un balai, et s'entraînait quelque part dans les landes du Yorkshire. Elle était dans un état d'esprit positif quant à son retour à la maison, après qu'Hermione l'ait mise au courant des progrès réalisés avec les charmes, et qu'elle ait déclaré vouloir garder un œil sur elle.

Ils auraient un autre rendez-vous dans quelques jours, histoire de vérifier que tout se passait bien. Hermione avait besoin de faire le point, plus ils interagissaient avec les gens et les institutions dans le passé, plus ils risquaient de ruiner l'avenir, et elle ne voulait pas ça. Sirius avait rédigé un calendrier et elle savait ce qui allait suivre. C'était plus de morts, et Hermione ne voulait plus regarder.

Son anxiété augmentait, plus ils avançaient dans l'année 1978. Et ce fut pourtant une année relativement sûre. La mort d'une personne dont elle avait entendu parler avant de revenir dans le passé, et c'est tout. En 1979, il y en a eu d'autres et elles se sont enchaînées. Harry et Ron allaient naître en 1980, et elle n'avait plus qu'à espérer qu'elles seraient bien parties d'ici avant octobre 1981.

Voir Remus l'avait ébranlée. Elle l'avait vu dans le Devon, bien sûr, mais elle l'avait à peine aperçu lors de son combat. C'était avant tout un guerrier anonyme, autant que n'importe qui d'autre. Il n'était qu'un autre élément de cette horrible guerre. L'entendre parler, le voir interagir, dans un environnement normal dans le monde des sorciers, c'était autre chose. C'était de loin la chose la plus normale qu'elle ait jamais vu, à part son année d'enseignement. Il semblait satisfait. Heureux. Profitant de sa vie comme elle ne l'avait jamais vu auparavant.

Pourrait-elle vraiment le condamner à perdre tout cela ?

Si elle ne le faisait pas, si elle améliorait la vie de Remus, qu'est-ce que cela ferait à la sienne et à celle de Harry et de Ron ? Celle de Ginny ? Celle de Luna ?

Harry pourrait grandir avec une famille, mais s'il le faisait, il ne serait plus le même. Et s'il ne voulait plus être son ami ? Elle n'aurait pas eu d'amis, sans lui. Et Ron. C'était égoïste de penser comme ça. Dumbledore ne l'aurait jamais fait. Il l'aurait condamnée à ne plus avoir d'amis si cela avait été pour le bien de toute la communauté. Mais si les Potter n'avaient pas été attaqués et qu'ils n'étaient pas mort, Voldemort aurait continué à s'en prendre à Harry. Ils devraient tuer Voldemort, et elle ne savait pas où deux des horcruxes se trouvaient. La bague de Gaunt et le médaillon de Serpentard. Elle ne savait même pas quand ils avaient été fabriqués. Il y avait un nombre indéterminé d'horcruxes en ce moment même. Il en avait conçu au moins un, puisqu'il l'avait fait à l'école, et jusqu'à cinq, et s'il avait conçu tous ses horcruxes sauf Harry et Nagini.

Et s'ils choisissaient Neville plutôt ?

Oh mon Dieu, elle ne pourrait pas le supporter si ses actions tuaient Neville.

Était-elle hypocrite de se soucier davantage de ceux avec qui elle avait interagi que de ceux qu'elles n'avaient jamais connu ? Elle ne voulait pas que les membres du premier Ordre se fassent massacrer, bien sûr qu'elle ne le voulait pas, mais elle était définitivement coupable de mettre plus de poids dans la sauvegarde de ses amis.

Dumbledore n'avait pas pensé comme ça.

En même temps Dumbledore n'était pas le meilleur exemple. Il aurait sacrifié tous ceux dont il avait besoin pour assurer la victoire.

Mais c'est essentiellement ce qu'elle faisait. Elle sacrifiait ce moldu, James et Lily, et tous les autres, parce qu'elle savait que cela leur apporterait une victoire dans vingt ans.

Hermione a décidé qu'elle n'était pas faite pour les échecs, que ce soit pour sacrifier des pièces du côté du mal ou du côté supposé de la lumière.

Elle a fermé son livre en claquant la couverture et l'a remis dans son sac à dos. La nuit approchait, et il faisait de plus en plus froid. Elle devait soit refaire son sortilège, soit y aller bientôt. La lumière s'estompant, y aller semblait être la meilleure option. Elle noua à nouveau son foulard et se prépara à rentrer à la maison.

Peu importe la culpabilité, elle devait s'en tenir au plan. C'était pour le mieux.

Et pourtant, elle ne pouvait pas se débarrasser de ses doutes.

Elle a essayé de les repousser à bout de bras alors qu'elle marchait dans la rue en direction de leur maison. Elle tournait en rond et répétait les mêmes raisonnements de pensées, et elle commençait à s'ennuyer. Elle avait besoin d'avoir l'esprit clair. Ginny lui avait recommandé de courir. Hermione n'avait pas trop envie de suivre son conseil.

Il pleuvait légèrement, ce qui rendait le trottoir glissant et brillant. Hermione devrait s'acheter un manteau avec une capuche. Elle avait repoussé l'achat, espérant qu'ils ne resteraient pas aussi longtemps. Peut-être un manteau chaud serait une bonne idée finalement, c'était embêtant de devoir constamment utiliser la magie dans une zone moldue.

Devant elle, Hermione a vu une silhouette estompée près de sa maison de loin. Une grande figure avec un manteau sombre errait de long en large sur le trottoir d'en face, jetant de fréquents regards sur la maison. Hermione s'arrêta. Elle était trop grande pour que ce soit Ginny ou Luna, et trop mince pour que ce soit Sirius. Avec précaution, elle tira sa baguette et la tint derrière son dos. Ses yeux pourraient la tromper. Et si ce n'était pas le cas, elle ne voulait pas attirer l'attention sur elle.

La figure a regardé la maison une dernière fois et s'est retournée pour s'éloigner dans la rue.

Elle s'est donnée quelques bonnes minutes avant de continuer à marcher et de se laisser entrer dans la maison en serrant la baguette dans sa main. Selon toute vraisemblance, ce n'était pas un mangemort. Ils ne portaient pas des pantalons à la moldue sous leur cape, c'était juste un stupide moldu avec un étrange sens de la mode.

Personne ne savait qu'ils étaient là, personne n'était là pour les attraper. Personne ne les poursuivait. Ils étaient en sécurité ici.

N'est-ce pas ?

Elle a secoué la tête. C'était peut-être son imagination induite par le stress, après tout. Elle avait besoin de dormir. Trop de lecture tuait la lecture. Ça lui était déjà arrivé.

Ils étaient en sécurité à Saltburn.

End Notes:

Que pensez-vous de ce chapitre ? Hermione a-t'elle raison ? Que feriez-vous à sa place ? Je vous envoie des dragées surprises de Bertie Crochue en échange de reviews. Bisous de moi :).

Chapitre 18 : Benji. by Miss Delavergne
Author's Notes:

Bonjour,

Déjà, je souhaitais vous remercier. J'ai dépassé les 1000 vues et j'en suis très satisfaite. Cette histoire mérite d'être lue et je suis fière de vous la partager en la traduisant pour vous :). 

Ensuite, je suis toujours à la recherche d'une bêta qui pourrait me donner son avis afin que je puisse traduire au mieux cette magnifique fiction. 

Enfin, je vous souhaite une bonne lecture !

ATTENTION, CE CHAPITRE CONTIENT UNE SCÈNE ASSEZ DURE ET TRÈS TRISTE. L'ÉPOQUE DE LA PREMIÈRE GUERRE SORCIÈRE ÉTAIT SOMBRE. JE PRÉFÈRE VOUS PRÉVENIR. ÂME SENSIBLE S'ABSTENIR. 

Sirius, novembre 1978, Glasgow.


Le mois de novembre est arrivé précipitamment dans le North Yorkshire sous une rafale de vent et de pluie, rendant le loft de Sirius plus froid qu'il n'aurait dû l'être. Les moldus modernes avaient généralement quelque chose qui isolait la toiture de leur maison, mais ce lieu n'en avait pas. Avec un peu de magie, ça pourrait faire l'affaire, et il n'allait pas accepter l'offre de Ginny de redescendre.

"Il gèle, Sirius. Tu finiras comme un glaçon. Nous reviendrons ici un jour et nous trouverons un petit Sirius gelé dans un bloc de glace, l'air tout pathétique avec son paquet de chips gelé à la main."

"Ça va aller. Merlin, arrête de t'agiter. Tu es comme ta..."

"Je vois où tu veux en venir, Sirius Orion Black, et ne t'avise pas de le faire."

Il a mis le feu au paquet de chips avec sa baguette.

"N'utilise pas mon deuxième prénom."

"C'est pour ça qu'ils sont là. On l'utilise uniquement quand quelqu'un se comporte comme un idiot. Putain, Sirius, éteins ça ! "

Il s'est avéré que les paquets de chips moldus n'aiment pas être mis en feu.

Ensuite, l'anniversaire de Sirius, début novembre, a eu lieu, sans fanfare. Il avait fait promettre à ses colocataires de ne pas marquer ce jour.

Quand il s'est levé, juste après huit heures du matin, il a trouvé Hermione assise à la table de la cuisine avec ses papiers. Habituellement, la fille était douchée et habillée avant que Sirius ou les autres ne se lèvent. Aujourd'hui, elle était à table en pyjama et en robe de chambre, les cheveux emmêlés sur le dessus de sa tête en un chignon légèrement gras.

"Bonjour", dit-il, en se penchant pour chercher des céréales. "Ouch."

"Est-ce que ça va ?" demanda-t-elle en levant les yeux de son parchemin. Elle lisait l'un de ceux qu'elle avait apportés du Ministère en 2002, pour ce qui était peut-être la centième fois.

"Ouais. Bien. Je me fais vieux, c'est tout. Trente-sept ans, tu sais. Je suis un ancien désormais."

"Sirius, je..."

"Oublie ça, Hermione. Ce n'est pas le jour pour me faire la morale."

Elle semblait savoir mieux que de se disputer avec lui. Son anniversaire le mettait de mauvaise humeur, et ça se voyait. Elle est partie prendre une douche, et il a mangé des œufs de façon colérique car il n'y avait pas de putain de céréales et il a craqué en voyant Ginny et Luna lui proposer des toasts.

Puis il est retourné au sein de son loft et a fait la chose très peu virile et très peu digne d'un Black de pleurer dans son oreiller, parce que ce n'était pas leur faute et qu'il aurait bien aimé qu'on porte un toast en son honneur.

Pourtant, si Sirius avait trouvé son anniversaire difficile, la semaine suivante fut bien pire. La prochaine interaction entre les mangemorts et les membres de l'Ordre du Phoenix auquel ils avaient prévu d'assister était celle qui avait conduit à la mort de Benji Fenwick.

Sirius n'avait pas participé à la planification avec enthousiasme. Ginny l'avait forcé à s'impliquer du tout au tout, car ils n'avaient aucun moyen d'y assister sans ses informations. Sirius était bien conscient qu'il avait passé la majeure partie de ces trois jours à piétiner dans la maison, à critiquer les filles et à être généralement désagréable avec elles, et pourtant il ne trouvait pas trouver en lui-même la force pour essayer de mieux se comporter. De plus, cela ne servirait pas à grand-chose.

Ils avaient prévu d'arriver dans le quartier de Glasgow une demi-heure avant l'arrivée du jeune Sirius, la fois précédente où il avait combattu pour l'Ordre. Hermione avait été catégorique sur l'importance de ce point. Ils avaient un programme, des endroits où se tenir, où ils pourraient voir les choses et agir si nécessaire et suffisamment loin pour ne pas s'empêtrer accidentellement dans le tas. Les trois sorcières avaient un parchemin dans les mains avec l'ordre dans lesquelles les choses s'étaient déroulées, afin qu'elles puissent croiser les actions qui s'y dérouleraient.

Tout était prévu à la moindre seconde, et Sirius n'avait rien fait de tout cela.

"Prêts ?" a demandé Luna, une fois qu'ils ont vérifié et revérifié à nouveau le plan et qu'ils se tenaient dans la ruelle derrière la maison. Tout le monde a hoché la tête.

Ils sont réapparu derrière un immeuble délabré dans un domaine aux abords de Glasgow. Là où les agresseurs s'en étaient pris aux membres de l'Ordre la dernière fois que c'était arrivé. Enfin, ce qui se passerait maintenant. Il avait encore du mal avec le voyage dans le temps. Il savait qu'il y avait une communauté de sorciers assez importante dans la métropole écossaise, mais Sirius était certain que ce n'était pas la raison de l'attaque. Cet endroit sentait la négligence. Des blocs d'appartements les entouraient, disposés en carré autour d'une cour. On avait tenté de faire du jardinage au milieu, mais cela avait été clairement abandonné. Il ne savait pas si c'était avant ou après la destruction de la moitié de l'immeuble. Un grand groupe d'adolescents moldus buvait à la lumière des trois lampadaires qui restaient en fonction, à l'autre bout de la petite cour se trouvait une camionnette abandonnée dont le moteur avait été arraché. Aucun des moldus ne semblait se soucier du fait que quatre personnes étaient apparues de nulle part, si tant est qu'ils les aient remarqués.

"Ginny, Luna, vous pouvez prendre le côté sud ?" demanda Hermione, la cheffe autoproclamée. "Il ne reste plus que toi et moi pour prendre ce côté, Sirius."

"J'ai hâte", a ensuite déclaré Sirius, en posant son pied sur le sol en béton. "J'ai hâte d'y être. Vraiment."

Luna et Ginny sont parties de l'autre côté du bloc d'appartements. Ginny se retourna vers Hermione et Sirius et leur dit : "Vous êtes sûrs que c'est une bonne idée ? avec un sourcil levé. Sirius ne savait pas du tout à qui elle s'adressait, et il ne s'en souciait guère.

Hermione pouvait s'associer avec qui elle voulait. Pour voir s'il s'en souciait.

Elle avait en fait suggéré à Sirius de rester à la maison, et de ne laisser partir que les trois filles, vu son attitude face à toute cette affaire. Sirius avait catégoriquement refusé. S'il tolérerait à peine que Benji meure, il allait être là pour y assister. Il le devait à son vieil ami.

Malgré le fait qu'il se comportait bien, malgré tout, Hermione ne lui faisait toujours pas confiance. Il aurait pu argumenter avec véhémence que c'était une mauvaise ligne de conduite, mais il avait accepté, n'est-ce pas ? Il s'y était opposé avec insistance, et elle n'avait toujours pas changé d'avis. Pendant un moment, hier, il a cru voir un tremblement dans ses yeux lorsqu'elle a affirmé sa position. Juste un indice qu'elle pourrait hésiter. Ce n'était manifestement pas le cas, à en juger par l'endroit où il se trouvait et ce qu'il faisait.

Il avait promis qu'il partirait après cela, si elle ne changeait pas d'avis. Sirius avait toujours l'intention de le faire. Mais pas dans le feu de l'action. Cela n'a jamais aidé personne. Il allait essayer de la persuader à nouveau, et ensuite, si elle était toujours inutile et obstinée, il leur parlerait calmement à toutes et il prendrait congé.

Ils se sont cachés dans un endroit juste au nord où la jeune version de Sirius et de ses amis apparaîtraient dans une vingtaine de minutes, à la bonne vue. Ils avaient pris la peine de se fondre dans la masse en tant que moldus, au cas où ils seraient repérés, et Hermione travaillait maintenant sur les mesures à prendre pour qu'ils ne le soient pas. Sirius s'était hissé pour s'asseoir sur une poubelle et la regardait jeter les sorts. Ses jambes, vêtues de bottes de moto, donnaient des coups de pied à la poubelle à un rythme soutenu.

"Vas-tu nous aider ?" a-t-elle demandé.

"Non."

"Pourquoi ?"

"Parce que je dois rester assis ici et regarder Benji mourir encore une fois. Je veux le sauver et je ne peux pas, Hermione."

"Je ne veux pas qu'il meure non plus. Ne me fais pas passer pour une sorte de vache sans coeur."

"Je ne sais pas ce que les vaches ont à voir avec ça, et je m'en fiche."

"Chose moldue."

Comment pouvait-elle faire des blagues en ce moment ?

"Le fait est que tu ne t'en soucies pas autant que moi. Tu n'as jamais connu Benji. Tu le condamnes à mort tout autant que le mangemort qui a jeté le sort, parce que nous pourrions faire quelque chose. Et moi aussi. Avant, nous rentrions tous chez nous et nous étions terriblement énervés, nous disions que nous nous sentions mal, nous nous réconfortions et nous disions "ne t'inquiète pas mon pote, ce n'était pas ta faute" et "tu n'aurais pas pu faire plus" et nous pouvions dormir la nuit tout en sachant que ce n'était pas vraiment le cas et que nous avions fait quelque chose. Eh bien ce soir, je ne peux pas. Ce soir, je sais que ce sera ma faute quand Leticia Fenwick ouvrira la porte à Dumbledore et Maugrey et qu'ils lui diront que Benji a explosé en petits morceaux et qu'ils sont vraiment désolés. Et ils le sont. Parce que ce n'est pas de leur faute. C'est celle du mangemort, et c'est la mienne, et c'est la tienne, et celle de Ginny et de Luna."

Au début, lorsqu'il s'était mis à parler, Sirius avait crié. Vers la fin, il s'est rendu compte qu'il ne le faisait plus. Sa voix avait développé un gémissement. Il a glissé de la poubelle et s'est arrêté sur le béton, le visage dans ses mains et les yeux fixés sur le sol.

Il ne pouvait pas regarder son visage.

"Sirius, je suis désolée."

"Si tu étais vraiment désolée, nous le sauverions."

"Nous étions d'accord pour ne pas le faire. Nous ne pouvons pas. Et si on tuait quelqu'un d'autre lors de ce raid à la place ?"

"Alors nous allons nous assurer que c'est bien Peter qui soit tué cette fois-ci."

"Sirius."

"Oui, je m'en fiche. Je dis ce que je veux, et tu peux dire ce que tu veux. Va te faire foutre, Hermione. Je me fous de ce que tu penses."

Elle n'a même pas pris la peine de répondre, se tournant plutôt vers la poursuite de son travail d'ensorcellement. Elle était triste, il le voyait, mais il s'en passerait bien vite si elle n'allait rien faire, putain.

Cela aurait dû être une tâche facile. Les quatre Maraudeurs et Benji avaient été envoyés pour recueillir des preuves. Il y avait eu des activités suspectes dans cette zone, et au moins un né-moldu connu vivait dans les appartements, une petite fille nommée Hazel Young. Elle ne connaissait pas encore le monde magique, et elle ne savait pas à quel point certaines parties de celui-ci détestaient son existence même.

Ils n'avaient jamais découvert quelle était l'activité suspecte. La jeune fille avait été déplacée le lendemain de l'attaque et n'avait jamais su ce qui se passait devant la porte de son appartement. L'activité suspecte avait cessé. Les mangemorts essayaient probablement de la tuer, et Sirius était heureux qu'au moins une personne ait été sauvée.

Mais ce n'était pas lui qui l'avait fait. C'était Lily qui se faisait passer pour un type du ministère des mollahs, un agent du logement ou quel que soit le nom qu'elle lui donnait.

"Je peux voir Remus", dit Hermione. Elle griffonna une note sur son parchemin, qui se reproduisait sur ceux que les autres tenaient. Un travail d'orthographe intelligent, même Sirius devait l'admettre.

Il a gardé le silence.

Il a gardé ce silence pendant que Remus contrôlait la zone. Il l'a gardé pendant que les trois autres Maraudeurs et Benji arrivaient, lentement, avec une série de la fissure distinctive du transplanage qui resta suspendu dans l'air calme de la nuit.

Les sons de leurs voix flottaient vers lui. Peter et James s'amusaient à provoquer de petites explosions partout, faisant des blagues compliquées, et Benji et le jeune Sirius riaient. Seul Remus avait un visage sérieux, et lorsque Sirius sortit une flasque de sa hanche gauche et la fit passer, Remus fut le seul sorcier à refuser une gorgée.

Remus avait toujours mieux compris les conséquences potentielles que les autres. Remus avait su ce qu'ils allaient perdre.

"Si c'est comme ça avec vous tous, je sortirai avec vous plus souvent", a déclaré Benji.

"Maintenant que nous t'aimons bien, nous sommes navrés de t'apprendre que nous ne prenons plus d'admission chez les Maraudeurs", a poursuivi le jeune Sirius. Comme le plus âgé des Sirius souhaitait pouvoir échanger sa place avec ce jeune homme.

"Ils ne laisseront même pas Lily nous rejoindre", déclara James.

"Chut ! "siffla Remus. "Quelqu'un pourrait venir !"

"Écoutez le préfet", a dit Peter, et il s'est mis au garde-à-vous. Benji se mit à rire.

"J'étais préfet", a-t-il dit. "Il n'y a rien de mal à cela."

"Ce n'est certainement pas le problème", a déclaré Sirius. "Je n'ai de la place que pour un seul petit agaçant de préfet parfait. Et le chef, mais je pense toujours que c'était une erreur et que Dumbledore ne pouvait pas se résoudre à décevoir Cornedrue."

"Fermez-la !"

Remus était à quelques mètres du reste du groupe maintenant, baguette levée. James se précipita pour le rejoindre, prenant position à ses côtés.

"Merde, les gars, je peux voir quelque chose !"

"Ta cape, James, va voir ce que c'est", ordonna Remus. "Pete, fais de même ?"

James et Peter disparurent, et de leur position, le vieux Sirius pouvait voir l'ombre d'un rat courant dans la rue. Le jeune Sirius était maintenant attentif et avait cessé de lancer sa baguette. Il se tenait dos à dos avec Benji, prêt à attaquer comme Maugrey le lui avait appris. Remus s'accroupit sur le sol à quelques mètres d'eux, observant toujours la façon dont James et Peter étaient partis.

"Allons dans les appartements et montons d'un étage", a déclaré Sirius.

"Ce n'est pas le plan", a répondu Hermione. Elle a sorti sa baguette, les yeux fixés sur les membres de l'Ordre dans la rue, ses cheveux légèrement duveteux tressés en arrière de son visage.

"Cela nous rend moins susceptibles d'être détectés, au cas où je ferai une erreur", a-t-il déclaré. "Nous pouvons toujours faire quelque chose si nécessaire." Et il y aura moins de chances qu'il se jette devant Benji.

À partir de ce moment, c'était comme si Sirius observait les événements au ralenti sur le terrain. Les mangemorts apparurent, quatre d'entre eux dans leurs manteaux et leurs masques noirs, et Peter et James se précipitèrent sur eux. Cela donna l'avantage à l'Ordre pendant un moment. Sirius et Remus en avaient descendu deux et les avaient maîtrisés pendant que James, Peter et Benji s'attaquaient aux deux autres. Les renforts des mangemorts arrivèrent. Peter a été blessé. Remus était acculé par les mangemorts qu'ils avaient capturés, lançant tous les sorts défensifs auxquels il pouvait penser et luttant pour que les leurs touchent la cible à plusieurs reprises. James a été assommé sur le sol. Benji s'est précipité pour le réanimer, et puis...

Sirius ne pouvait pas regarder. Il s'est enfui. Il était vaguement conscient qu'Hermione le suivait, ses pieds battant sur le béton pendant qu'elle courait, mais tout ce qui remplissait son cerveau était l'envie de rien et d'oubli.

Il s'est retrouvé au dernier étage de l'immeuble, suspendu au balcon. Son coude se positionna dans un pot de fleur.

C'était la merde.

L'homme en bas, l'homme a explosé en mille morceaux par la force d'une malédiction, cet homme était une personne réelle, vivante et qui respirait. Il avait une vie. Une famille. Et maintenant, c'était fini et ils ne trouveraient jamais un morceau de son corps plus gros qu'un pouce de large.

Sirius avait assisté aux funérailles. La veuve de Benji, Leticia, avait crié et pleuré. Elle s'était jetée par terre devant la tombe et il avait fallu que ses deux soeurs et Remus la tirent en arrière avant qu'elle ne se jette dedans. Elle était enceinte de sept mois.

Remus et Sirius étaient retournés ensemble au pub où la veillée devait avoir lieu, et le Remus, habituellement calme et posé, avait frappé un mur si fort que sa main avait saigné. James avait disparu, et fut retrouvé par Lily et Peter en pleurs dans un coin du cimetière, recroquevillé en une petite boule claquant des dents. Peter lui avait crié de se lever, puis il était tombé par terre et avait été malade. Lily les avait tous deux traînés à la maison et les avait mis au lit. Elle était revenue à la veillée, le visage de marbre, puis avait éclaté en sanglots devant une pinte d'hydromel.

C'était le premier mort familier de la guerre qu'ils avaient connu.

Sirius lui-même n'avait rien ressenti pour Benji jusqu'à une semaine plus tard. Il s'était rendu au quartier général pour la première fois depuis la mort de Benji, et avait trouvé la bouteille de porto moldue qui avait été la boisson préférée de ce dernier. C'est ce qui l'avait incité à ressentir quelque chose. Il s'était écrasé sur le sol, juste là dans le petit garde-manger de la cuisine, et avait éclaté en sanglots contre le mur. Il s'était traîné dehors assez longtemps pour appeler quelqu'un, Remus l'avait finalement trouvé, et les deux avaient descendu toute la bouteille, puis l'avaient fait exploser dans le jardin. La bouteille avait pris le même chemin que Benji.

Cela n'a pas aidé.

Rien n'avait aidé, putain.

Il s'était assis sur la marche arrière avec Remus à côté, à moitié affalé sur l'escalier qui menait au jardin et à moitié ruiné par le chagrin.

"Remus, je ne peux pas faire ça", avait dit Sirius. "Je ne peux pas regarder les gens mourir." Remus avait mis un bras autour de son dos et avait tiré Sirius sur son épaule, l'écrasant comme seul un homme fort et ivre pourrait le faire.

"Tu peux. Tu peux et tu le feras, Pat, parce que l'autre choix, c'est de céder, putain, n'est-ce pas ? Ils ont tué Benji pour nous faire peur et pour que nous arrêtions de leur résister. J'ai une peur bleue, Pat, mais je ne cède pas. Je vais faire exploser Voldemort comme il l'a fait avec Benji. Boom." Il avait agité son bras libre en l'air de façon expressive.

"Tu es éloquent quand tu es ivre, tu sais ça ? Tu pourrais être un vrai petit pur-sang, toi."

"Va te faire foutre. Ne va pas m'insulter comme ça."

"Bâtard".

"Mes parents sont mariés."

"Oui, et les miens sont cousins. Sans importance."

"Nan. Ça se comprend." Silence. Cela aurait normalement provoqué un rire et une réplique. Pas cette nuit-là.

"J'ai peur, Lunard. J'ai peur de mourir là-dedans et que ça ne veuille rien dire et que tout ne s'arrêtera pas. Que nous mourrions tous et que Voldemort sera toujours au pouvoir et que nous serions tous morts en vain."

"Nous ne le ferons pas. Nous pourrions mourir, mais ce ne sera jamais pour rien. Si je meurs, j'emmènerai avec moi autant de mangemorts que possible. Je veux dire, merde, j'ai peur aussi, mais nous devons essayer, n'est-ce pas ?"

"C'est l'esprit, les gars", dit Maugrey, en apparaissant derrière eux. "Si vous n'êtes pas trop plâtrés, je vais avoir besoin que vous nettoyiez tout ce verre éclaté là-bas. Esther dit que vous avez jeté des bouteilles aux oubliettes."

Remus s'était levé, d'une stabilité impressionnante, et avait ramassé le verre avec sa baguette. Sirius était tombé et avait vomi sur les pieds de Maugrey.

Ils s'en étaient tous remis, bien sûr. D'autres personnes étaient mortes. À la fin de la guerre, même avant Halloween 1981, plus de gens étaient morts que Sirius n'en avait compté. Benji n'était que le début.

Sirius gardait leurs noms dans son cœur et, à la mort de chacun d'eux, il avait juré de ne jamais les oublier. Les Maraudeurs avaient pris l'habitude de chanter pour commémorer lorsqu'un nouveau mourrait, de boire une bouteille et de la faire exploser. Ils avaient l'impression de l'avoir marquée, d'une manière hédoniste et ridicule certes mais qui combinait avec leur statut d'hommes à l'adolescence et au début de la vingtaine et avec leur rôle de soldats dans la plus sombre des guerres des sorciers. Il fallait s'accrocher à certaines de ces idioties. Vous deviez vous accrocher à au moins une partie de ce que vous aviez été avant, aussi longtemps que vous pouviez vous souvenir de qui cela avait été.

Sirius ne savait pas s'il pouvait revivre tout cela.

C'était un putain d'énorme chaudron de merde d'Hippogriffe, la plus grosse merde d'Hippogriffe que vous n'ayez jamais vue, et ça débordait de tous les côtés.

Il a eu envie de faire exploser quelque chose à nouveau maintenant. Il comprenait, comme il l'avait fait lors de la dernière guerre, pourquoi certains sorciers étaient attirés par la destruction. Quand vous vous sentez mal et que vous ne pouvez pas contrôler votre vie, alors vous vous sentiez puissant pour détruire quelque chose. Vous aviez le contrôle.

Sirius a fait de son mieux pour ne pas succomber à ses pulsions malsaines.

Hermione le surveillait. Alors qu'il se tenait penché sur le balcon, guettant les aurors et les membres de l'Ordre dont il savait qu'ils allaient bientôt arriver, elle s'est assise près des escaliers. Ses genoux étaient à la hauteur de sa poitrine, et elle retournait sa baguette dans ses mains.

Les premières apparitions ont signalé l'arrivée des forces de l'ordre et du renfort de l'Ordre. L'Ordre était arrivé le premier, mais trop lentement pour aider. Sirius n'avait pas besoin de regarder pour savoir ce qui se passait. Lui et James étaient debout, leurs baguettes entraînées sur les mangemorts capturés, James avait également leurs baguettes dans son autre main. Remus faisait de son mieux pour rafistoler Peter. Benji avait éclaboussé le trottoir.

Maugrey et Sturgis Podmore ont été les premiers sur place. Maugrey, dans un double rôle que le Ministère détestait mais pour lequel il ne pouvait rien faire, a pu officiellement arrêter les mangemorts. Peter était de nouveau sur pied, l'air tremblant, et Remus s'était mis à patrouiller dans la zone. Les mangemorts étaient connus pour envoyer leurs propres renforts.

Les aurors proprement dits commencèrent à arriver, et le bruit d'une dispute entre Maugrey et le chef du département des aurors se fît entendre jusqu'à l'endroit où se tenait Sirius.

"Je suis votre supérieur, et si je vous dis d'arrêter de vous balader avec ces idiots qui se trouvent être hors de la procédure d'une instance judiciaire, alors vous arrêterez, auror Maugrey !"

"Oui, et avec quoi allez-vous faire respecter cela ? Il n'y a aucune preuve que j'étais ici avec quelqu'un."

"Ces gars sont, dit-on, membres de l'Ordre du Phoenix, et vous n'avez pas reçu la convocation du Ministère, parce que vous n'étiez pas là ! Je vais vous virer, Maugrey !"

"Non, car Croupton me réintégrera, et s'il ne le fait pas, le ministre le fera. Virer l'auror avec le taux de captures le plus élevé parmi vous tous ne fera pas de bonnes choses pour la presse du Ministère dans des moments tels que ceux-ci, et vous savez comment Croupton et le ministre aiment la bonne presse."

Sirius l'a écouté. Il l'avait entendu la première fois. Il en avait entendu assez.

Il s'est éloigné du balcon et s'est dirigé vers Hermione, se glissant pour s'asseoir à côté d'elle sur le sol en béton.

"Je suis désolée, Sirius."

"Non, tu ne l'es pas. Garde tes mots pour toi."

"Je ne veux pas..."

"Si, tu le fais. On se croyait tous invincibles, tu sais ça ? Nous avions dix-huit ans, et bien, moi en bas j'en ai dix-neuf maintenant, et nous étions invincibles. La guerre serait bientôt terminée, nous pensions, si seulement ils nous laissaient les rejoindre. Et nous nous sommes engagés, et nous avons capturé deux des méchants, et nous avons picolé pour célébrer et nous nous sommes tous assis dans le salon de l'endroit que nous partagions et nous avons chanté de vieilles chansons de Quidditch jusqu'à ce que nous nous évanouissions. C'était comme si nous étions les rois du monde."

"Et puis la guerre n'a pas cessé. Nous avons vu des blessés. Benji est mort. Les choses sont devenues encore plus merdiques. Des gens dont nous étions proches sont morts. Soudain, on ne se sentait plus invincibles. On se sentait comme de minces versions de nous-mêmes sur parchemin, qui dans la plus petite des tempêtes seraient déchirées."

"Tu le sais, Hermione. Tu as traversé la guerre. Tu as participé à des batailles et tu as réalisé que tu n'avais aucune putain d'idée de comment tu allais y survivre et tu as crié parce que tu voulais juste rentrer chez toi. Une fois, James a crié en appelant sa mère après une bataille. Nous étions tous à l'intérieur de notre maison, mais Peter et lui avaient déjà déménagé à ce moment là, et il s'est juste allongé sur le canapé et a pleuré et crié qu'il voulait sa mère."

"Sa mère était morte, alors on ne pouvait même pas la faire venir."

Sirius s'est arrêté de parler, à court de choses à dire qui lui semblaient pertinentes. Tout cela était et n'était pas, tout cela. Il semblait faire un travail de merde pour expliquer ce qu'il avait ressenti à cette époque de sa vie, parce qu'aucun mot qu'il pouvait trouver ne lui avait jamais rendu justice.

Il voulait lui montrer ce qu'il ressentait, ce qui était inutile, car il savait qu'elle avait traversé la guerre. Ce qui rendait sa position encore moins compréhensible.

Mais c'est tout. Il avait déjà essayé de la convaincre. Il ne voulait plus gaspiller son souffle pour ça.

Puis, il s'est levé.

"Rentrons à la maison. Je n'ai pas besoin de regarder les oubliators arriver."

Sirius n'est pas rentré dans la maison à son arrivée. Hermione n'a même pas fait de commentaire. S'il y avait une bonne chose à sortir ce soir.

Sans vraiment savoir où il allait, il est descendu sur la plage. Les autres étaient dans la maison, et il n'avait pas envie d'être avec elles. Il allait devoir les laisser tomber, durant un bon moment. Hermione n'a pas semblé apprendre. Car quelles que soient ses protestations actuelles sur la compréhension de tout cela, elle ne comprenait toujours pas. Elle avait vu des gens mourir. En avait-elle vu autant que lui ?

Le temps où il fallait s'asseoir et s'en vouloir pour tout cela était révolu. Le temps était venu de faire quelque chose. Il n'avait jamais hésité à agir auparavant.

Pourquoi voulait-il rester avec les filles, si elles n'étaient pas prêtes à faire quoi que ce soit pour aider ses amis ?

Hermione a affirmé vouloir protéger Harry. Lui rendre ses parents serait le meilleur moyen d'y parvenir.

"Sirius, j'espère que ça ne te dérange pas que je vienne ici, mais je voulais vérifier si tu allais bien."

Il n'avait pas remarqué que Ginny apparaissait derrière lui. Une putain de bonne chose qu'elle ne soit pas un mangemort ou quelque chose comme ça, n'est-ce pas ? Vigilance constante. Il se ferait tuer s'il n'était pas prudent, et faire délibérément des choses qui pourraient vous faire tuer était plus du ressort de Remus.

"Je devrais penser que c'est une putain d'évidence", a-t-il dit, refusant de la regarder. Il serait parti bien assez tôt. Il n'avait même pas besoin de retourner à la maison. Il pouvait convoquer ses affaires d'ici, si quelques moldus ne s'opposaient pas à ce qu'ils soient presque frappés par ses maigres ressources. Ce serait une violation de la loi sur le secret, mais il emmerde le Ministère. Il apprécierait presque une rencontre avec quelqu'un du Département Magique de l'Application des Lois. Il pourrait leur donner un coup de pied au cul pour ceux qui essayent mal et ne parviennent pas à attraper des mangemorts.

Des putains d'idiots inutiles, la plupart d'entre eux, à l'exception de Maugrey. Et Frank Londubat. Il était décent.

"Je suis désolée pour Benji. Pour ce que ça vaut, je pense que tu as raison. On devrait faire quelque chose."

"Vraiment ?"

"Eh bien, j'y ai pensé pendant un certain temps", dit Ginny, en s'asseyant. Elle a levé les genoux jusqu'à son menton et a enroulé ses bras autour d'eux. Sirius s'est effondré à côté d'elle, les jambes croisées. Le sable était humide et glacé, mais il ne s'en souciait pas beaucoup. "Je voulais être sûre, cependant. J'ai lu un tas de papiers d'Hermione. Je m'inquiète de ce qui pourrait arriver à Harry, ou à ma famille, mais nous rendrions la vie de Harry meilleure, n'est-ce pas ? Et, je ne sais pas, quelque chose que Luna a dit l'autre jour, elle est d'accord, et elle ne pense pas qu'Hermione soit loin non plus."

"Elle ne l'est pas."

"Tu ne veux pas croire au meilleur d'elle ?"

"Elle ne croit pas en moi."

"Si tu me demandes, vous êtes aussi mauvais l'un que l'autre. C'est comme écouter mes frères se disputer, sauf que je ne peux pas vous frapper."

"Pourquoi pas ?"

"Le niveau de violence qui est acceptable envers un frère ou une sœur n'est généralement pas acceptable envers un ami."

"Suis-je un ami ?"

"Es-tu dense ? Bien sûr que tu es mon ami. Je pourrais même t'aimer, tu sais, tu es un mec bien qui essaie juste de faire ce qu'il faut. Comme nous tous."

"Savais-tu que personne ne dit jamais ça de moi ? Hermione m'a dit une fois que j'étais une bonne personne, comme dans "pas mal", et Remus me disait souvent que j'étais utile à l'Ordre, et que je valais encore quelque chose. Mais personne ne m'a dit qu'il m'aime bien."

"Peut-être ne savent-ils pas que tu as besoin de l'entendre", a déclaré Ginny. "Je t'aime bien, Sirius. Et beaucoup d'autres personnes le font aussi. "

"Hermione ne le fait pas." Il était de nouveau irritable, et il le savait.

"Je ne sais pas, je pense qu'elle le fait. Mais elle te trouve frustrant, parce que tu ne l'écoutes pas. Et je comprends ça. Tu ne l'écoutes pas. Et elle non plus. Elle n'aime pas quand les gens pensent qu'elle n'a pas raison. Et toi non plus. Et, en plus, même si elle ne le fait pas, tu as besoin que tout le monde t'aime ? Parfois, la façon de savoir que tu fais la bonne chose, même si c'est difficile, c'est que certaines personnes ne t'aiment pas toujours."

"Quand c'est quelqu'un de ton propre côté, cependant..."

"Tu détestes Rogue. Il est de notre côté. Ou l'était, il ne l'est pas encore, je suppose."

"Rogue est un connard aux proportions colossales."

"Oui, il l'est. Et Hermione ne l'est pas, alors essaie d'être gentil, d'accord ? On peut la convaincre ensemble, mais ça aide de rester poli."

"Vraiment ? Tu ferais ça pour moi ?"

"Je le ferai bien, mais ne te flatte pas de savoir que c'est entièrement pour toi. Connard arrogant. C'est pour Harry et mes frères, mes parents et tous les autres aussi."

"Je pensais que c'était trop d'espérer que quelqu'un puisse être gentil avec moi pendant toute une conversation." Il étendit ses jambes et offrit à Ginny le plus petit des sourires, dans l'espoir qu'elle puisse dire que ce n'était pas une attaque aussi grave qu'elle en avait l'air.

"Je ne veux pas te flatter plus que nécessaire, mon pote."

Ils ont laissé le silence reprendre son droit, tous les deux assis sur le sable. Son fessier se mouillait progressivement, le sable était humide.

"Ginny, tu peux venir au magasin avec moi ? J'ai une idée." À son crédit, elle ne l'a pas interrogé, et l'a suivi jusqu'aux falaises.

Les deux autres étaient assises dans le salon quand ils sont revenus, drapées sur un fauteuil et le canapé, regardant des conneries moldues à la télévision. Luna en était devenue quelque peu obsédée. Le plus jeune Sirius l'aurait été aussi, mais ce Sirius n'était plus du tout intéressé.

Il a posé une bouteille de porto sur la table basse et a piqué quatre verres dans la cuisine. En les posant sur les carreaux de la table basse peints de motifs floraux, Sirius a versé une généreuse dose de porto dans chaque verre.

"Buvez", dit-il. "C'était la boisson préférée de Benji. À Benji."

"À Benji", ont dit les trois sorcières, en tenant leur verre en l'air pendant un moment avant d'en boire le contenu.

"Eurgh", a déclaré Ginny. "Pourquoi a-t-il aimé ça ?"

"Je pense que c'est assez agréable", a déclaré Luna, en se versant une deuxième dose. Sirius tendit son verre pour en avoir une de plus.

Tout comme lui et Remus l'avaient fait la fois précédente, Sirius, Hermione, Luna et Ginny ont bu la bouteille de porto. Après quelques verres, même Ginny a trouvé le goût agréable. Lorsque le porto a disparu, Sirius a ramassé la bouteille de verre vert vide et l'a portée à l'extérieur, en faisant signe aux autres de le suivre.

Il a placé la bouteille au milieu de la pelouse et s'est éloigné vers les autres. Ginny s'assit sur les marches, sa cape l'enveloppa dans l'air de novembre et ses longs cheveux roux se détachèrent sur ses épaules. Luna se tenait contre le mur à côté d'elle. Hermione se mit en avant pour rejoindre Sirius.

"Attends", dit-elle, en pointant sa baguette vers le ciel. "Nous ne voulons pas que les moldus appellent la police."

"En effet." Sirius a pointé sa baguette vers la bouteille et l'a faite exploser dans le ciel.

Il y a eu une explosion de lumière et de son, et des éclats de verre se sont envolés dans l'air pour se disperser autour de Sirius. À côté de lui, il a senti un courant d'air et le verre est resté à bonne distance des gens au sol. Au lieu de cela, il s'est écrasé dans l'herbe, l'arbre, les clôtures et la petite cabane avec la tondeuse à gazon des moldus et a frappé les murs de la maison.

Sirius lui-même s'est écrasé sur ses genoux.

Il a fait une figure pathétique. Des cheveux sur son visage, non brossés, son jean déchiré, des bottes aux lacets défaits et couvertes de boue. Une veste qui avait vu tant de jours meilleurs, et ses yeux qui fixaient vaguement la pluie de morceaux de verre et la bouteille qu'elle avait été.

Il s'est maintenu jusqu'à ce que le dernier éclat de verre soit tombé par terre, puis il s'est laissé aller. S'il s'était arrêté pour y penser, il aurait peut-être trouvé sa réaction embarrassante. Ce n'est pas le cas. Il a laissé tomber de ses lèvres de grands sanglots et d'énormes larmes de graisse de ses yeux, et il s'est allongé sur le sol, la tête dans l'herbe boueuse et un morceau de verre déchiqueté à un pouce de son visage.

Benji était mort deux fois, et la deuxième fois Sirius n'avait même pas essayé de le sauver.

Sirius était une personne terrible, terrible.

La pire.

Il a senti de petites mains douces sur ses bras, le tirant en position verticale. Des cheveux blonds comme le blé lui chatouillaient le visage. Sirius a levé les yeux. Luna l'entouraitde ses bras, le berçait comme un bébé géant et comme s'il n'était pas du tout un horrible exemple de sorcier, et lui caressait le dos.

"C'est horrible", dit-elle. "Et je ne peux pas promettre que ça ira mieux un jour. Mais je suis là. Nous sommes toutes là, Sirius, et nous nous en soucions toutes."

Ce n'étaient pas les mots de réconfort les plus conventionnels, mais ils ont aidé. Ils ont au moins permis d'arrêter le bruit des gémissements que Sirius avait été très surpris d'émettre.

"Oui, nous sommes là", dit Ginny.

"Nous le sommes." Hermione l'enlaça aussi, Ginny le suivit et Sirius fut englouti dans un amas de corps chauds et de filles aux longs cheveux trop chatouilleux.

Ils sont restés assis jusqu'à ce que le soleil se lève, et d'une certaine manière, Sirius avait alors moins l'impression que le monde s'écroulait.

End Notes:

Que pensez-vous de ce chapitre ? Estimez-vous que Sirius a raison ou qu'Hermione fait le bon choix ? Que feriez-vous à leur place ?

Aimez-vous les bonbons au citron ? ;)

Bisous de moi <3

Chapitre 19 : Le Feu by Miss Delavergne
Author's Notes:

Ça fait un moment que je n'ai pas publié. Il faut dire que j'ai pas mal été occupée ces temps-ci. Je compte bien m'y remettre. Je vous souhaite une très bonne lecture.

Hermione, novembre 1978, Saltburn.

Sirius avait semblé aller bien, le jour qui suivit la mort de Benji Fenwick, et Hermione pensait qu'il avait travaillé sur ses émotions. Il avait pleuré, avait rangé ses affaires dans une multitude de sacs et les avait laissées devant la porte d'entrée, et avait agi comme s'il avait l'intention de partir. Puis, il avait éclaté en sanglots et s'était retiré dans les quartiers de son loft, traînant tous les sacs qui contenaient ses affaires avec lui. Luna était montée à sa suite et leur avait dit qu'il valait mieux le laisser seul.

Deux jours plus tard, il était réapparu, plus vif que jamais, et s'était préparé un abondant petit-déjeuner rempli de fritures. Il leur avait offert des œufs durs, des saucisses, du bacon et des tomates frit avec un sourire enjoué, et avait même proposé de faire du porridge pour Luna. Il avait ensuite disparu avec Ginny pour une partie de Quidditch.

Hermione a pensé que, aussi surprenant que cela puisse être, il était d'accord. Il montrait certainement tous les signes d'un homme qui se sentait assez stable émotionnellement parlant.

Cela s'est avéré être aussi loin de la vérité qu'il était possible de l'être.

Elle ne pensait pas avoir dit quelque chose qu'elle n'aurait pas dû dire. Elle avait fait un commentaire sur Harry, sur le fait qu'il lui manquait.

Les cris de Sirius avaient duré une vingtaine de minutes, sans qu'Hermione ne puisse en dire un mot, puis il était parti en trombe. La porte d'entrée a claqué derrière lui avec fracas et elle est restée debout dans la cuisine stupéfaite, le sandwich à moitié mangé de Sirius sur la table à côté d'elle. Il avait mis de la laitue avec du bacon et de la tomate à l'intérieur, mais il avait visiblement mangé la plus grande partie des feuilles de laitue que son sandwich contenait.

Cependant Hermione n'était pas d'accord avec tout cela, et ce n'est pas son ami qui est mort pour la deuxième fois. Il était normal qu'il soit plus affecté, à fleur de peau. Sirius avait tout à fait le droit de se comporter ainsi. Harry avait démoli la moitié du bureau de Dumbledore quand il a cru que Sirius était mort, Hermione s'en souvenait, et vraiment, c'était bénin en comparaison. Voldemort, quant à lui, a préféré commettre des meurtres quand les choses ne se sont pas déroulées comme il l'avait prévu. Non pas qu'elle comparait Sirius à Voldemort, en particulier. Ce qu'elle voulait dire, c'est qu'en réalité, il était assez modéré, même par rapport à ses propres actions précédentes.

Pourtant il était toujours exaspérant qu'il ne veuille pas en parler. Il est passé d'une dépression clinique, à la colère puis enfin à la morosité. Il criait au stade de la colère, mais sinon, il était similaire à une palourde ensanglantée. S'il ne faisait qu'en parler ! Il se sentirait mieux, et les autres auraient moins l'impression de marcher sur des oeufs de dragons particulièrement violents. Quelque chose qu'Hagrid aurait l'envie de câliner.

Elle a continué à piétiner dans la maison pendant un certain temps, mais cela n'a pas aidé. Cela a surtout mené à une longue discussion compliquée avec Luna à propos des voyages dans le temps, au cours de laquelle Hermione a eu le sentiment que Luna était presque intentionnellement inutile, puis aux roulement des yeux de Ginny qui se trouvait dans le jardin. Ginny a au moins accepté que Sirius essaie de parler de ses problèmes, mais elle a suggéré qu'Hermione le fasse aussi.

Hermione l'avait déjà fait. Cela ne l'avait menée nulle part. Elle criait juste dans le vide. Même faire parler Harry était moins frustrant que cela.

Comme on pouvait s'y attendre, Sirius était introuvable.

En l'absence de toute conversation utile dans sa propre maison, et avec un cerveau qui n'était pas en état de se concentrer sur des problèmes théoriques, Hermione a erré à côté pour rendre visite à Jo. La vieille femme avait un plaide enroulé autour de ses épaules et noué avec de la ficelle autour de son cou lorsqu'elle a ouvert la porte, avec une couronne faite de papier moldu et parsemée d'autocollants en aluminium perchée sur ses cheveux gris.

"Hermione ! Quel plaisir de te voir ! Je m'excuse pour l'accoutrement, mais quand on arrive à mon âge, on ne se soucie plus beaucoup de ce que les gens voient en vous. J'ai mes petits-enfants ici pour le week-end. Nous sommes déguisés en rois, reines et princesses."

"Oh, j'arrive au mauvais moment ?"

"Bien sûr que non, mon canard. Il est temps qu'ils prennent l'air. Je vais les jeter dans le jardin et on pourra se rattraper." Alors que Jo se dépêchait de quitter la pièce pour aller chercher ses petits-enfants et leur proposer d'aller jouer à l'extérieur, elle déposa le plaide qui lui servait de cape sur une chaise voisine. Elle a toutefois gardé la couronne. Et Hermione pensait qu'elle lui convenait.

"Alors", dit Jo, quand le thé a été infusé et qu'un autre gâteau fait maison a été trouvé dans un placard. Le petit-fils aîné, un garçon, était réapparu à l'arrivée du gâteau, comme s'il possédait une sorte d'audition supersonique. "Qu'est-ce qui t'amène par ici ? Mon esprit pétillant, ou mon gâteau ?"

"Tout le monde chez moi se comporte comme des idiots", a déclaré Hermione. Elle rendait régulièrement visite à Jo depuis qu'elles avaient pris le thé ensemble ici la première fois, au moins chaque mercredi après-midi. Elles étaient devenues amies. C'était une amitié construite sur les semi-vérités d'Hermione, mais c'était une nécessité. Sinon, elle était fondée sur leur amour mutuel à se plaindre des différentes personnes avec lesquelles elles avaient à faire dans leur vie. "Et il y a pas mal de gens en dehors de ça aussi. Je veux juste rentrer chez moi."

"Eh bien, j'espère que tu ne parles pas de moi, même si je suppose que tu ne le fais pas, car c'est la porte à laquelle tu t'es présentée pour exprimer ton chagrin. Si tu veux rentrer chez toi, vas-y, alors. Tu n'as rien à faire pour personne d'autre, pas si tu ne le veux pas."

"Je ne peux pas vraiment rentrer chez moi, pour l'instant. Et, dis ça à Sirius."

"C'est à propos de ce truc avec son frère ?"

"Comment connais-tu le frère de Sirius ?"

"Il me l'a dit. Il est venu ici une fois après avoir heurté ma clôture en transplanant, puis il a bu la moitié de mon alcool. En outre, je lis les journaux, je suis peut-être vieille mais je me souviens qu'il a été renié par sa famille. Je sais qui il est, qui est sa famille, et surtout, ce qu'est sa famille. Il ne m'a pas fallu grand-chose pour comprendre que son frère était un mangemort, ou tout du moins qu'il était mêlé à des choses désagréables."

"Oh ?" Hermione a senti son pouls augmenter, et les paumes de ses mains devenir un peu moite au contact de sa tasse de thé. Elle l'a posée sur la table, juste au cas où.

"Oh oui. C'est Sirius Black. Tout était dans les journaux, ooh, il y a deux ou trois ans maintenant. Il a manifestement trafiqué son apparence pour qu'on ne le remarque pas trop, mais c'est bien lui, j'en suis sûre. Je trafiquerai aussi mon apparence, si j'avais cette famille à mes trousses. Une sale affaire, ça. Les familles sont capables de choses terribles, Hermione, mais la sienne est l'une des pires dont j'ai jamais entendu parler, et je suis prête à parier tout ce gâteau que je n'en connais pas la moitié."

"Que veux-tu dire ?" C'était un soulagement qu'elle n'ait pas été convaincue qu'ils étaient en fait voyageurs perdus dans une autre époque, mais en même temps si elle avait été à sa place, ce n'était pas non plus la première conclusion à laquelle elle se serait raccrochée.

"Tu ne savais pas ? Je pensais que tout le monde le savait. Ses parents ont été accusés de choses très mauvaises quand il a été renié. Je n'aime pas ce genre de ragots, Hermione, et je ne suis pas sûre de devoir te le dire, mais c'est une question de notoriété publique, je suppose. Tu pourrais la trouver dans les journaux. Mais je n'aime pas ça, pas du tout." Hermione avait déjà entendu ce genre de protestation auparavant, mais elle a cru Jo.

"Ils ont tout nié, bien sûr", a poursuivi Jo. "Ils ont dit qu'il était un adolescent indiscipliné qui avait lui-même jeté tous les sorts sombres, et que les Potter ou celui qui l'avait accueilli étaient les bienvenus. Je n'y crois pas une seconde. Quiconque a vu les photos de ce garçon de seize ans aurait vu clairement qu'il a failli y passer ce jour là. Il a dû avoir une peur bleue. Je pense que ces Potter avaient raison, que ses parents lui ont jeté tous ces sorts et qu'il s'est enfui à temps. Vous feriez bien de rester loin de ces Black, et si tu veux l'aider, tu dois t'assurer qu'il le fasse aussi. Vilaine, vilaine famille."

"Et tout cela était dans les journaux ?"

"Partout. Sorcière Hebdo, aussi, et ce qu'ils appellent la presse de société. Je suis surprise que tu n'aies rien lu de tout cela."

"J'ai passé un certain temps en Amérique après avoir quitté Poudlard. C'était peut-être à cette époque."

"Ah, oui, cela expliquerait tout. Tout s'est arrêté assez rapidement. J'ai entendu dire que la femme Black, quel était son nom déjà, la mère de Sirius, qu'elle avait menacé le rédacteur en chef de la Gazette du Sorcier. D'autres rumeurs racontent qu'elle lui a envoyé un objet maudit et qu'il en est mort, mais j'en doute beaucoup. Il n'y a aucune preuve pour étayer cette théorie. Oh mince, tu trembles, tu vas bien ?"

"Je ne savais pas. Et j'ai été très impolie avec lui tout à l'heure."

"Eh bien, il l'a peut-être encore mérité. Mais j'ai de la peine pour lui."

"Moi aussi. Jo, ma vie est un tel gâchis et je ne sais pas quoi faire pour y remédier."

"J'aime bien faire les choses pas à pas. Quelle est la chose la plus facile à résoudre, peut-être que tu pourrais commencer par là ? Ou la chose qui te cause le plus de détresse ? Trouve une chose, et fais-la disparaître, et entraîne-toi à ne pas trop paniquer pour le reste jusqu'à ce que tu aies fait quelques progrès. C'est ce que je disais toujours à mes filles."

"Oh, Jo, je ne peux pas. Tout le monde me manque. Ma mère me manque. Ron me manque."

"Tu peux. Bien sûr que tu le peux. Maintenant, par où vas-tu commencer ? Ce garçon, Ron ? Quelle que soit cette dispute avec notre Sirius ? Il faut que tu puises en toi la confiance nécessaire pour rentrer à la maison, tu saisis ? En attendant, tu es l'une de mes filles. Je ne peux pas remplacer ta mère, je le sais, mais je peux essayer d'être un substitut maternel."

Hermione a doucement tamponné ses larmes. Elle a pensé à Mme Weasley, l'autre figure de mère de substitution dans sa vie, ce qui l'a amenée à penser à Ron, et elle s'est remise à pleurer.

"Ron... Je ne peux pas penser à Ron. Je pense qu'il croit que je suis partie pour toujours, ou qu'il est inconscient. Je ne sais même pas ce que je ferai si je le revoyais. Je ne sais pas si je veux passer le reste de ma vie à essayer de lui faire prendre la bonne décision. J'ai toujours espéré qu'il le ferait de son propre chef. Je sais qu'il m'aime. Mais je ne sais pas si cela signifie qu'il veut qu'on reste ensemble pour toujours. Je ne sais pas si je le veux moi-même."

"Eh bien, il n'est pas nécessaire que ce soit une décision permanente. Sauf si vous vous mariez, auquel cas tu seras plutôt coincée avec le bâtard pour la vie, à moins qu'on ne puisse le persuader d'ignorer ses vœux de mariage. Beaucoup d'entre eux n'ont pas besoin d'une persuasion particulière pour cela. Que lui as-tu dit exactement ?"

"J'ai dit que je n'allais pas attendre éternellement et qu'il devait se décider si c'était quelque chose qu'il voulait. J'ai dit que je ne pouvais pas supporter l'incertitude et l'attente et qu'il devait s'engager ou sortir de ma vie. Je ne me souviens pas exactement. Je crois que je lui ai dit de partir de chez moi et de ne pas revenir avant qu'il n'ait trouvé sa réponse."

"On dirait que tu l'as largué."

"Je ne l'ai pas fait !"

Elle n'aurait pas pu. Elle n'avait pas crié "je t'ai largué" ou "j'en ai fini avec toi" ou quoi que ce soit d'autre. Mais elle n'avait pas non plus crié cela à Cormac McLaggen, et ça s'était sans équivoque terminé après la soirée désastreuse au club de Slug.

En fait, elle n'avait jamais rien dit à McLaggen. Elle avait juste disparu. Exactement comme elle l'avait fait avec Ron.

"Je ne pense pas que je l'ai fait", a-t-elle terminé. "Je ne veux pas parler de Ron."

"Ce n'est pas grave. Tu n'y es pas obligée", dit Jo, en lui servant une autre tasse de thé. La tasse de thé lui a renvoyé un sourire enjoué quand Hermione l'a portée à sa bouche, puis a cligné des yeux.

"J'aimerais juste que tout soit plus simple."

"Ah, ne le faisons nous pas tous. Écoute, mon conseil ne vaut pas grand-chose, mais pour ce qu'il vaut, je trouve que ces choses ont tendance à s'égaliser à la fin. Concentre-toi sur l'endroit où tu veux être, et sur ce à quoi tu veux que ta vie ressemble, et ne te préoccupe pas trop de la façon dont tu y arriveras. Et ne te laisse pas prendre dans cette fichue guerre qui se déroule en ce moment, et si tu peux laisser Sirius en dehors de tout ça. Ces mangemorts sont des salauds, et il faut lui dire de faire attention."

Il est un peu tard pour cela, pensa Hermione. Sirius avait raison de dire qu'ils étaient complices de ces morts, en n'agissant pas. Elle n'était toujours pas sûre que cela l'emportait sur quoi que ce soit, mais elle ne pouvait plus nier qu'il avait raison.

Il y a eu beaucoup de cris dans le jardin, et le plus jeune des petits-enfants de Jo est revenu dans la cuisine en saignant légèrement, suivi par les deux autres. Tous se sont mis à crier en même temps.

"Je pense qu'il vaut mieux que je m'occupe de ça, ma chère", dit Jo à Hermione, une fois qu'elle a réussi à calmer un peu les trois enfants. "Passe me voir plus tard quand ils seront au lit, si tu veux, et on pourra en finir avec ça."

Hermione s'est laissée guidée vers la porte d'entrée et est retournée dans sa propre maison. Luna chantait sous la douche, à en juger par les bruits, et Ginny nettoyait son balai sur le canapé.

"Où est Sirius ? " demanda Hermione. Elle a ressenti le besoin de s'excuser auprès de lui. Elle avait été injuste, et il ne méritait pas la façon dont elle lui avait parlé.

"Au loft, je crois", a déclaré Ginny. "Il y a mis une sorte de sort pour qu'aucune d'entre nous ne puisse y accéder. Je le laisserai tranquille si j'étais toi, il sortira quand il sera prêt. Les gens le font toujours."

"Ginny", dit Hermione. "Tu crois que j'ai largué Ron ?"

"J'avais toujours pensé que tu l'avais fait, tu sais. Je pensais que c'était le but. Le larguer, et vous remettre ensemble une fois qu'il aura réglé sa merde métaphoriquement parlant."

"Oh. Ok."

"Hermione ? Est-ce que ça va ?" Ginny l'appelait, mais Hermione avait déjà quitté la pièce. Elle est allée dans sa chambre, et s'est allongée sur le lit.

Tout cela était un tel gâchis.

Tout ce qu'elle voulait, c'était rentrer chez elle et se rattraper auprès de Ron. Il pouvait être insensible parfois et avait un problème avec l'engagement, mais il était à elle. Elle était destinée à être avec lui.

Mais si elle rentrait chez elle, elle laisserait Sirius ici, et leur heureux avenir ensemble pourrait de toute façon disparaître sous son nez. Et s'il se mettait à se mêler de tout cela après leur départ, et effaçait Ron de l'histoire ?

Mais si elles n'y retournaient pas, Ginny ne pourrait pas épouser Harry. Et ils méritaient tous deux ce bonheur.

Mais si elles le faisaient, Sirius pourrait aussi foutre tout ça en l'air.

Elles pourraient probablement l'emmener avec elles.

Mais il ne voudrait pas venir.

Hermione a dû s'endormir, car à son réveil, la maison était sombre. Il y avait une odeur caractéristique de fumée, et le bruit des cris et des hurlements venant de l'extérieur. Le bruit des cris et des hurlements de malédiction.

Elle a sauté du lit et a ouvert la fenêtre à guillotine. La fumée a rempli sa chambre lorsque la fenêtre s'est ouverte, une fumée épaisse et âcre qui a rempli ses poumons et l'a fait tousser et bafouiller.

La maison à côté était en feu.

Hermione s'est enfuie de la maison, a levé sa baguette, que le statut du secret soit damné. Au moins cinq mangemorts s'étaient entassés dans la zone, jetant des malédictions sur les murs de la maison. La moitié arrière était en flammes, il doit y en avoir d'autres autour de ce côté. Le mur de devant commençait à s'effriter, des pierres tombaient et faillirent écraser un mangemort. Bien fait.

Il y eut un rugissement de l'intérieur de la maison, et la tête de Jo apparut de la fenêtre supérieure gauche accompagnée de sa baguette.

"Et qu'est-ce que vous croyez faire à MA MAISON ?" cria-t-elle, et avec fureur commença à lancer des maléfices de sa baguette à un rythme dont tout auror ou membre de l'Ordre chevronné serait fier. La femme plus âgée ne se retenait pas.

"Sang-de-Bourbe dégoûtante, tu penses pouvoir nous combattre ?" cria un mangemort à la crinière blanche argentée sortant de sa capuche. Lucius Malfoy. Hermione, qui passait encore inaperçue, assomma Malfoy. L'aristocratique mangemort tomba à terre dans un bruit sourd. Hermione espérait qu'il masquerait ce visage arrogant quand il reprendrait connaissance.

"On t'aura pour ça !" cria un autre. "Tu ne sais pas à qui tu attaques là, vieille salope ?"

"Peu m'importe lequel d'entre vous sera touché, les connards, je les tue", criait Jo, entre deux sorts. "Vous n'aurez pas mes petits-enfants !"

Hermione s'est raidie. Les petits-enfants de Jo. Ils étaient dans la maison cet après-midi. Ils étaient chez elle, avait-elle dit.

Elle devait agir rapidement. Heureusement, les mangemorts avaient pris cela comme un cri général plutôt que comme un signal "Des enfants de sang-de-bourbe par ici" et avaient continué à concentrer leurs efforts sur Jo et à faire tomber la maison. Hermione a élaboré rapidement un plan.

Se jetant des sorts qui devraient maintenir les flammes et la chaleur à distance, au moins pour un court moment, elle s'est précipitée dans sa propre maison et dans le jardin. Le cri de surprise de Ginny l'a distraite pendant une demi-seconde tout au plus.

"Reducto !" La clôture entre les deux maisons était tombée, et Hermione a pu voir l'arrière de la maison de Jo.

La plus grande partie de l'arrière de la maison était impraticable, y compris la porte arrière, mais la fenêtre de la chambre arrière était exempte de flammes. Hermione avait juste besoin de monter là-haut.

"Ginny !" cria-t-elle, tandis que Ginny s'élançait par la porte arrière pour rejoindre Hermione dans le jardin, les lacets de ses chaussures défaits. "Fais-moi léviter !"

" Tu es folle ?" cria Ginny, mais elle sortit quand même sa propre baguette.

"Mangemort ! Des enfants là-dedans !" Hermione s'est envolée dans les airs, se frayant un chemin à travers la fenêtre supérieure pendant un moment avant que son corps ne la brise. Elle s'est alors hissée à l'intérieur, se frottant le bras sur le verre brisé.

En bas, dans l'herbe, Ginny a évoqué une échelle. Hermione a passé la tête par la fenêtre.

"Ne me suis pas !" cria-t-elle. "J'ai besoin de quelqu'un pour réceptionner les enfants !"

"Ok", répondit Ginny, en accrochant l'échelle au rebord de la fenêtre avec sa baguette. "Je vais trouver quelque chose !"

Hermione ne pouvait pas rester dans les parages, et était de retour dans la maison avant que Ginny n'ait terminé sa réponse. Elle n'a pas eu besoin d'aller bien loin pour trouver les enfants ; les deux petites-filles de Jo et l'unique des petits-fils étaient blottis dans un lit de la même chambre où Hermione se tenait, l'air terrifié à juste titre.

"Allez", dit-elle, en indiquant la fenêtre. Aucun d'entre eux n'a bougé. "Bonjour", dit-elle, en s'accroupissant près du lit et en essayant une autre tactique. "Je m'appelle Hermione, vous vous souvenez ? J'étais ici cet après-midi. Je suis une amie de votre grand-mère. Je vais l'aider à vous mettre en sécurité."

Elle a d'abord regardé l'aîné, le garçon, dont elle pensait se souvenir qu'il se nommait Stephen.

"Stephen ?" a-t-elle demandé. Il a fait un signe de la tête. "Penses-tu pouvoir être un grand et courageux garçon et montrer à tes sœurs comment sortir par la fenêtre ?"

Il acquiesça de nouveau, bien qu'il ne fût pas du tout convaincu. Il ne pouvait pas avoir plus de six ans, il lui manquait une dent de lait et il avait déjà une impressionnante chevelure brune bouclée. Dans sa main se trouvait une figurine d'un joueur de Quidditch.

"Ginny ?" cria Hermione, en sortant sa tête par la fenêtre. "Prête ?" Dans le jardin, Ginny a hoché la tête. Elle avait travaillé rapidement, transformant la rocaille du jardin en un énorme tas de matelas moites et rebondissants.

"Ok, Stephen", a dit Hermione. "Cette fille là-bas, c'est mon amie Ginny. Elle va t'aider. Elle a fait un joli tas de choses amusantes et rebondissantes sur lesquelles atterrir, et je vais t'aider en ralentissant ton saut avec ma baguette. Tu peux faire ça pour moi ?" Stephen a encore hoché la tête et s'est jeté par la fenêtre presque immédiatement, comme si faire autre chose lui avait fait perdre son sang-froid.

Au grand soulagement d'Hermione, il a atterri en toute sécurité et Ginny a pris le garçon dans ses bras.

Hermione s'est tournée vers l'aînée des deux fillettes. Il s'agissait de Lucy et Claire, bien qu'elle n'ait aucune idée de laquelle était laquelle. "Peux-tu aller à côté ?" demanda-t-elle à la plus âgée.

"Besoin d'un nounours", dit la petite fille.

"Très bien", dit Hermione, en projetant sa meilleure voix calme. Le rythme des combats dans la pièce de devant s'accélérait, et les flammes qui léchaient le mur de la chambre progressaient rapidement le long du papier peint fleuri. Bientôt, elles atteindraient la porte entre les deux pièces, et alors elle ne pourrait pas passer pour rejoindre Jo. "Allons trouver ce nounours."

Teddy s'était caché sous le lit une fois à cause d'un cauchemar, et Hermione a pu le faire sortir de là, sans plus attendre, la petite de quatre ans qui s'est avérée être Lucy l'a suivie.

Claire, âgée de deux ans, était plus difficile cependant. Elle s'était agrippée à Hermione au moment où sa soeur avait grimpé sur le cadre de la fenêtre, et refusait de lâcher prise. Son pouce était dans sa bouche et elle le suçait frénétiquement, un regard de terreur absolue dans ses petits yeux. Il était impossible, à moins de la jeter physiquement, qu'Hermione la fasse descendre sur le sol et les flammes étaient à moins d'un mètre de la porte de la chambre.

La petite devait venir avec elle.

Hermione a jeté sur le petit enfant les mêmes sortilèges protecteurs qu'elle avait utilisées sur elle-même, et a poussé la porte de la chambre à coucher. Une bouffée de chaleur s'est abattue sur elles, stoppant Hermione telle une cane. Les cheveux de Claire s'envolèrent, et son pouce sortit de sa bouche.

"Chut", murmura Hermione. Toute son expérience avec les enfants de deux ans se résumait à Teddy Lupin, qui avait maintenant quatre ans. Remus l'avait choisie comme marraine au cas où Harry ne survivrait pas à la guerre. Il n'avait pas fait la même erreur que James et Lily. Elle ne savait pas vraiment comment calmer un enfant dans ces circonstances. "C'est bon. On va aller voir grand-mère Jo, et ensuite on ira retrouver Stephen et Lucy. Qu'est-ce que tu dis de ça ?" La fillette semblait plus calme, mais Hermione n'avait aucun moyen de savoir si elle était si paniquée qu'elle ne pouvait pas réagir autrement.

"Granma."

"Oui, grand-mère", dit Hermione. Elle a regardé en bas des escaliers quand elles les ont dépassés. Les escaliers étaient pleins de flammes, il n'y avait pas d'échappatoire par là.

Dans la chambre de devant, Jo était toujours suspendue à la fenêtre de devant, jetant des sorts en criant. Hermione pouvait deviner d'après les bruits de la bataille qu'au moins une, sinon deux personnes de plus s'étaient jointes à la lutte contre les mangemorts qui attaquaient la maison. Soit l'Ordre était arrivé, soit Sirius et Luna étaient venus se battre.

"Jo ! Allez " dit Hermione.

Jo s'est baissée de la fenêtre lorsqu'une malédiction s'est écrasée sur le cadre en bois et le tout a volé à l'envers à travers la pièce pour s'écraser contre le mur, laissant une énorme marque de brûlure en forme de fenêtre sur la peinture crème.

"Hermione ! Dieu merci ! Où sont les autres ? Stephen et Lucy ?"

"Mon amie Ginny les a réceptionnés, dans le jardin."

"Oh merci putain. Vite, sors Claire d'ici !"

"Tu dois venir aussi !"

"J'ai besoin d'être là, pour couvrir votre fuite et combattre ces enfoirés. "Jo se redressa, et Hermione tendit la main pour la tirer vers le bas.

"Je vais faire ça, tu prends Claire et tu t'en vas !"

"Je vais bien, Hermione. Ton beau garçon a failli les faire tomber, lui et l'étrange fille blonde. Tu ferais mieux de lui donner un gros baiser après ça. Je sais que je le ferai si j'étais toi. En fait, si je survis à ça, j'ai bien envie de le faire."

"Jo !" Hermione ne savait pas comment son amie pouvait parler comme ça dans un moment pareil. Pourtant, elle avait embrassé Ron lors de la bataille finale en 1998. "Tu dois partir."

"Je dois faire ce que j'ai à faire", a dit la femme âgée, et elle s'est tenue à la fenêtre une fois de plus. "Cours et prends ma petite-fille avant que je ne te pousse dehors !"

Hermione a essayé de tirer sur le bras de Jo, mais la femme plus âgée ne voulait pas bouger. Les flammes léchaient l'entrée de la porte, empiétant sur la chambre de devant depuis le couloir. Si elle voulait avoir un espoir de faire sortir la petite vivante, elle devait partir maintenant.

"Je reviens pour toi !" cria-t-elle, et elle se précipita vers la porte.

Elles ont réussi à passer, la manche d'Hermione prenant feu. En courant dans la chambre du fond, elle a réussi à enlever son gilet et à le laisser brûler sur le sol. Dans la chambre du fond, le lit était en feu, et il ne restait que peu de choses du mur. Hermione aurait dû avertir les voisins. Ils le sauraient, n'est-ce pas ? Merde, et s'ils s'étaient précipités dans la bagarre ?

Dans le jardin, Ginny a fait en sorte que les deux enfants les plus âgés se retrouvent dans un coin et se tiennent près d'elle l'un protégeant l'autre avec sa baguette magique. Elle regardait Hermione qui grimpa par la fenêtre du haut, et s'est avancée pour attraper la petite dernière. Claire était encore très réticente à lâcher sa sauveteuse, et Hermione descendit l'échelle lentement et prudemment, la fillette terrifiée s'accrochant encore plus à elle. Derrière elles, à toute vitesse, le feu a atteint la fenêtre et le verre restant a explosé vers l'extérieur. Les flammes avaient englouti la vitre de la fenêtre. Elles se sont éteintes peu de temps après.

"Hermione !" cria Ginny, tandis qu'Hermione et Claire faisaient leur atterrissage. "Tu vas bien ? Où est Jo ?"

"Elle est toujours en train de combattre", a déclaré Hermione. "Je dois aller l'aider !"

"Je vais prendre la petite", dit Ginny. Hermione a remis Claire dans les bras de Ginny, elle semblait assez contente pour s'accrocher à l'adulte la plus proche. "Je vais les emmener dans un endroit sûr, et envoyer un patronus à leur mère. Quel est son nom ?"

"Helena", dit Hermione. "Je ne connais pas son nom de famille. Stephen, peut-être." Avant d'attendre une réponse de Ginny, elle a couru dans leur propre maison pour aider à combattre les mangemorts.

En arrivant devant les maisons, la bataille était presque terminée. Jo, de sa fenêtre à l'étage, se battait, et la combinaison de ses défenses féroces et du feu signifiait que les mangemorts avaient pratiquement abandonné l'accès à la maison. Lucius Malfoy s'était sorti de la boue et tentait d'enrôler les autres combattants dans une sorte d'attaque organisée. Sirius et Luna faisaient de leur mieux pour les en empêcher.

Hermione s'est jointe au combat, mais avant qu'elle ne puisse faire quoi que ce soit, un sort vert horriblement familier a quitté la baguette d'un des mangemorts. Son masque était tombé de son visage, et l'homme derrière lui ne devait pas avoir plus de dix-sept ans, pâle et terrifié par ce qu'il s'apprêtait à faire. Jo se prépara à l'esquiver, mais elle n'était pas aussi rapide que le mangemort et le sort la frappa directement à la poitrine. Ses yeux sont devenus vides, et elle est tombée par la fenêtre.

Elle ne pouvait rien faire, mais Hermione a levé sa baguette et a utilisé le même sort que Ginny pour ralentir sa chute.

Tout s'est passé en même temps. Trop tard, bien trop tard, putain, il y a eu le crack distinctif de l'apparition et deux aurors ainsi que quelques membres ordinaires du Département de l'Application des Lois Magiques sont apparus. Les mangemorts ont immédiatement commencé à disparaître. Sirius sauta sur l'un d'entre eux, le poussa au sol et réussit à lui arracher sa baguette, mais les quatre autres avaient réussi à s'enfuir avant qu'on ne puisse faire quoi que ce soit. Sirius s'est assis sur la poitrine du mangemort et a pointé sa baguette vers son visage.

Hermione se retrouva aux côtés de Jo, les bras enroulés autour du corps sans vie de son amie. Il était encore chaud, mais son dos était plié selon un angle improbable et ses yeux gris fixaient les étoiles sans les voir. Hermione ne pouvait rien faire. Ce n'était pas son premier cadavre. Elle savait qu'elle ne pouvait rien faire mais ça faisait toujours mal.

La seule chose qui restait à faire selon elle pouvait se résumer à s'effondrer et à pleurer.

Les forces de l'ordre du monde magique bourdonnaient, mais Hermione les a à peine remarqués. Sirius avait relâché l'homme qu'il avait plaqué sur le sol, et un auror l'avait mis en détention. L'autre se déplaçait en prenant les dépositions de Sirius et de Luna, puis de Ginny, qui avait remis les enfants à leur mère. L'auror avait voulu prendre les dépositions des enfants, mais leur mère et Ginny avaient refusé avec véhémence ne le permettant pas. Les enfants n'avaient rien vu, sauf le feu.

"Hermione ?" Sirius était à son épaule. "L'auror veut prendre ta déposition."

"À quoi cela sert-il ? "demanda Hermione.

"Rien. Tu le sais bien. Mais il faut le faire, c'est comme ça."

"Non, ce n'est pas le cas. Elle est morte, Sirius et c'était mon amie."

"Je sais."

L'auror les survolait tous les deux. Le corps de Jo n'avait même pas encore refroidi, mais il n'y avait pas de temps pour le deuil, juste le temps de remplir des putains de papiers ridicules et personne n'allait faire quoi que ce soit pour l'aider.

Hermione savait comment cela fonctionnait. Les papiers seraient conservés dans un dossier. En temps de paix, ils seraient utilisés pour retrouver l'auteur des crimes. En temps de guerre, avec des attaques chaque semaine, le parchemin serait oublié à la prochaine urgence et cela se répéterait jusqu'à ce que quelqu'un fasse quelque chose. Ils pouvaient brûler tout le département, et ils ne seraient pas plus près d'attraper les coupables.

Elle ne savait pas qui était le jeune homme, le garçon, qui avait lancé la malédiction meurtrière. Elle n'a pas trouvé qu'elle s'en souciait assez. Elle savait qui l'avait incité à agir ainsi : Lucius Malfoy. Et il s'en tirerait sans encombre et pourrait vivre sa vie comme si elle était normale à partir de novembre 1981. Il vivrait, et il ne serait pas puni, et Jo était morte en vain. Son amie était morte. Une autre personne qu'elle n'avait pas pu sauver.

Combien maintenant ? Combien d'amis sont morts pour cette fichue guerre ? Ils sont beaucoup trop nombreux.

Les petits-enfants de Jo ont failli être tués, et personne ne serait puni.

Hermione ne pouvait plus respirer.

Rien de tout cela n'était juste. Pourquoi était-ce toujours les innocents qui payaient ? Pourquoi le monde était si merdique ?

L'auror la regardait, avec sa plume et son parchemin relevés.

Sa poitrine s'est serrée, ce qui a restreint sa respiration, et toute la scène s'est déroulée sous ses yeux. Le corps de Jo. Le mangemort, magiquement réduit au silence et enveloppé dans des cordes magiques. Les aurors. Luna, nettoyant le sang d'un homme sur son bras avec un fichu qu'elle avait magiquement fait apparaître, un côté de ses longs cheveux blonds aussi tâché par le sang.

Elle ne pouvait pas respirer.

Son cerveau ne pouvait pas se concentrer.

Elle ne pouvait pas. Pas maintenant. Elle ne pouvait pas.

Hermione se leva, passa devant Sirius et l'auror. Et enfin elle a couru.

End Notes:

Qu'en pensez-vous ? Je suis autant désolée que vous au sujet de la mort de Jo. J'espère que vous n'en tiendez pas rigueur à l'auteure et à moi-même.

Plein de bisous <3.

Chapitre 20 : Conséquences by Miss Delavergne
Author's Notes:

Bonsoir mes chats ^^,

J'avoue, j'ai carrément abusé niveau timing mais que voulez-vous la vie est ainsi faite... J'avais aussi d'autres projets en tête. Notamment, cette nouvelle fic que j'ai commencé à publier. Si jamais le coeur vous en dit... jetez-y un coup d'oeil et dîtes-moi ce que vous en pensez.

Sur-ce, je vous souhaite une agréable lecture !

Sirius - novembre 1978, Saltburn.

Sirius a été jeté au sol par la force d'Hermione lorsqu'elle prit la fuite. Le presse-papiers de l'auror l'a suivi jusqu'au sol et, avec une action qui aurait été comique en toute autre circonstance, a frappé Sirius fermement sur la tête. Il s'est relevé, en se frottant la tête, et a remis le presse-papiers à l'auror. Il a remarqué que l'homme n'a fait aucun effort pour l'aider à se relever, ou pour récupérer son propre presse-papiers ensanglanté. Ces putains de têtes de noeud du ministère.

"J'ai besoin de sa déclaration", dit-il, avec l'air d'un homme qui a activement profité d'un bon statut de bureaucrate inutile. Sa plume monogrammée lui a révélé qu'il était J.R.Howell, et aussi un branleur, car seuls les branleurs se donnaient la peine d'acheter des plumes monogrammées.

"Oui, eh bien, vous devriez attendre, n'est-ce pas ? " dit Sirius. "Vous ne voyez pas qu'elle est en détresse ?"

"Nous devons suivre les procédures établies", a déclaré M. Howell. "Nous devons tout d'abord prendre la déclaration de toutes les personnes présentes ce soir-là. Cela vous inclut, M..." Il s'arrêta, attendant que Sirius lui réponde.

Par ses pieds, un membre de la brigade des forces de l'ordre magiques a fait léviter Jo sous une couverture, puis l'a emmenée avec lui. Sirius l'a regardée partir. C'était une noble façon de mourir, supposait-il, mais cela ne lui a pas vraiment apporté de réconfort.

"Brown", dit-il, en donnant le premier faux nom qui lui vienne à l'esprit. C'était un nom de merde. Au moins, il n'avait pas d'objets monogrammés sous la main pour donner son vrai nom. Il les avait tous laissés à Grimmauld Place quand il s'était enfui à l'âge de seize ans. Ils étaient revenus dans sa vie comme une foutue noise quand il avait été forcé d'y retourner, mais cette fois il pensait qu'il s'était bien tiré d'eux.

"Sirius !" cria Ginny, en traversant leur propre maison. Un petit enfant en pleurs était sur sa hanche, et deux autres couraient à ses pieds. "Tu vas bien ?"

"Où as-tu trouvé les enfants ?" demanda Sirius. Ce n'était pas une réponse à sa question.

"Ce sont les petits-enfants de Jo", dit-elle. "Ils étaient dans la maison. J'ai essayé de mettre la main sur leur mère."

"Vous allez les relâcher sous la garde du ministère", a déclaré Howell. Il avait tapé sur le presse-papiers avec sa plume, et la majorité du parchemin était désormais couvert de taches d'encre.

"Je ne le ferai pas", a déclaré Ginny. "Je doute qu'ils veuillent être remis à la garde du ministère, et leur mère va venir ici."

"Il y a un instant, vous avez dit que vous aviez essayé de la joindre", a déclaré Howell. "Vous changez votre histoire, mademoiselle. Je vais vous mettre sous la garde du ministère, ensuite, pour avoir sciemment empêché les adjoints du ministère de travailler correctement sur cette affaire."

"Je commence à changer d'avis sur la compétence du Ministère de la magie", a déclaré Ginny, avec enthousiasme. "Répondez-moi, en quoi le fait de confier ces enfants à la garde du ministère est-il la meilleure chose à faire pour leur bien-être ? Je ne vous ferai pas confiance pour vous occuper d'un veracrasse."

"Je vais chercher Hermione", a déclaré Sirius, laissant à Ginny le soin de s'occuper du fonctionnaire du ministère. Elle faisait un excellent travail, et Sirius aurait perdu tout le contrôle qu'il lui restait s'il était resté pour discuter avec eux. Alors qu'il disparaissait dans la rue, il entendit le son de plusieurs voix s'élever. Peut-être que Ginny avait moins de contrôle de soi qu'il ne le pensait. Il s'est mis à courir le long de la ligne des maisons mitoyennes qui formaient la rue où Jo avait vécu, à droite, à gauche et le long des falaises.

Sirius rattrapa Hermione à la jetée. Haletant sous l'effort de la course, ce à quoi il n'était pas habitué, il s'arrêta, pour planifier la façon de l'approcher.

Elle était assise sur le haut des rampes à mi-chemin de la jetée, les jambes pendantes vers la mer. Ses cheveux volaient au vent autour de sa tête, ses boucles blondes foncées étaient rendues pelucheuses et grossières par l'air marin. Sa baguette était restée dans sa main, mais pas dans une pose de combat. Avec le froid, le vent et l'heure de la nuit, la jetée était autrement déserte. Aucune personne sensée ne serait dehors par une nuit pareille.

Sirius s'est approché d'elle lentement. Après tout, elle s'était enfuie. Elle voulait probablement être seule. Mais il a pensé qu'il devait vérifier si elle allait bien. Il devait savoir qu'elle était au moins encore là. Elle était peut-être du genre à apprécier la compagnie quand le monde s'effondrait.

Et, de plus, il n'avait jamais fait confiance à ces installations moldues avec leurs fines lamelles de bois perpendiculaires et rassemblées en un plancher. Il n'aimait pas les espaces entre elles, révélant les vagues gris foncées en dessous. Si tout s'effondrait, elle pourrait avoir besoin d'aide.

"Hermione ?" Sa voix était calme, et quand il ne reçut aucune réponse de sa part, il se demanda si cette dernière ne s'était pas perdue dans le vent.

Elle ne portait pas de manteau, et elle devait être gelée.

"Hermione, je ne vais pas rester si ce n'est pas ce que tu veux, mais prends au moins ma veste."

Sirius retira sa veste en cuir noire et s'approcha d'elle lentement, la rangeant aussi soigneusement que possible autour de ses épaules.

"Je ne peux plus faire ça, Sirius." Elle refusait de le regarder, mais regardait plutôt les vagues, sa voix était plate et calme.

"Faire quoi ?"

"Ceci. Je ne peux pas m'asseoir ici et regarder des innocents mourir. Ils l'ont tuée. Et il n'y avait aucune raison pour cela. Pourquoi, Sirius ? Pourquoi l'ont-ils tuée ?"

"C'était une née-moldu, et elle n'a pas essayé de le cacher."

"Ce n'est pas juste, putain !" Sa voix s'est transformée en cri, alors qu'elle se tournait vers lui. Ses yeux étaient grands et pleins de larmes, et ses joues étaient d'un rouge tacheté. "Elle n'a jamais rien fait à personne ! Elle n'a jamais fait de mal à aucun d'entre eux ! Elle ne méritait pas cela ! Et les enfants !"

"Je sais", a-t-il dit. Il était un peu coincé avec les mots.

Elle s'est retournée vers la mer et sa voix s'est calmée. "Jo était mon amie. C'était une bonne personne. Elle essayait juste d'aider les gens, la plupart du temps, elle faisait toujours des gâteaux, bordel Sirius !" Sa voix était de nouveau plus forte, puis elle s'est éteinte comme si Hermione s'en rendit compte. "Elle ne méritait rien de tout ça. Je ne comprends pas pourquoi. Elle a toujours essayé d'aider les gens, elle n'avait pas un mauvais os dans son corps."

"Elle s'est moquée de quelque chose de terrible à propos des femmes molles de son groupe d'assurance-chômage, ou quoi que ce soit d'autre, et elle a un jour prétendu que j'étais son plan-cul de fin de soirée pour que sa voisine soit scandalisée. Mais oui, c'était une bonne personne. Rien de ce qu'elle faisait n'avait le mérite qu'on la tue."

"Je ne comprends pas. Je ne comprends rien de tout ça. Pourquoi l'ont-ils tuée, Sirius ?"

"Parce que c'est ce que font les mangemorts. Ils tuent les gens qu'ils n'aiment pas, et ils ne se donnent pas la peine de fouiller dans la personnalité des gens dans son ensemble avant de lancer un maléfice. Elle était condamnée à cause de sa naissance. Pas en raison de ses actes." Il a mis ses mains dans ses poches. Il aimait bien Jo, aussi. Elle savait qui il était, et elle n'avait aucune raison de l'aimer, et pourtant elle lui avait ouvert sa maison. Ce n'était pas quelque chose que les gens avaient tendance à faire pour lui.

"Sirius ? Je veux essayer de changer ce qui se passe. L'ai-je déjà fait, penses-tu ? Je ne pouvais pas rester les bras croisés pendant qu'elle mourait, ni les enfants. Je ne peux pas regarder d'autres personnes mourir. Avec Benji, c'était déjà assez mauvais, et j'étais préparée à cela. Je... Je sais que c'est injuste parce que je n'ai rien fait après sa mort, et tu le voulais, mais je ne peux plus faire ça, Sirius. Je ne peux plus."

Maintenant, il était encore plus perdu pour trouver les bons mots.

C'était exactement ce qu'il voulait qu'elle dise depuis leur arrivée ici en juin. Il l'avait essentiellement suppliée plus d'une fois. Maintenant, il avait l'impression qu'il serait incroyablement insensible de donner l'impression qu'il était satisfait par la tournure des événements. Il l'était, bien sûr. Mais quelqu'un était mort.

Mais s'il ne disait pas quelque chose qui lui ferait plaisir, elle pouvait supposer qu'il ne le voulait plus et alors elle annulerait son offre. Ce n'est pas ce qu'il voulait. Il voulait lui donner assez de temps pour pleurer la mort de son amie, et ensuite commencer à planifier : comment mettre fin à cette merde ?

Jo aurait-elle accepté qu'ils abrègent le deuil pour épargner la mort de plus de gens ?

Sirius n'avait pas de problèmes avec le fait que l'Ordre s'était probablement lancée presque directement dans la guerre contre Voldemort après sa propre mort, comme il s'y attendait. Il avait toujours supposé qu'ils le feraient, s'il venait à mourir. Jo n'était pas une combattante, elle n'avait pas signé son arrêt de mort, si c'est de cette façon qu'on considère la chose, comme Sirius l'avait fait. Mais elle avait compris ce qui se passait. Quels étaient les dangers.

En temps de guerre, les choses devaient aller plus vite, n'est-ce pas ?

Il ne pouvait pas passer pour un insensible. Ce n'était pas seulement qu'il ne voulait pas gâcher ses chances. Il ne voulait pas contrarier davantage Hermione.

Sirius ne s'était pas vraiment soucié de cela auparavant. L'avait-il fait ? Vraiment ?

Hermione le surveillait.

"Ne veux-tu plus faire cela ?" a-t-elle demandé.

"Non, je le fais toujours. C'est ce que j'ai toujours voulu. Mais quelqu'un vient de mourir, et on ne peut pas vraiment se réjouir de voir qu'on obtient ce qu'on veut après la mort d'une femme innocente."

"C'est plutôt un trait de mangemort, je suppose." Il y avait un soupçon de sourire sur ses lèvres.

"Ouais. Mon chère cousine, pour commencer."

"Pouvons-nous tuer Bellatrix en premier?" demanda Hermione, en se retournant sur la rampe pour lui faire face.

Il a dû résister à l'envie de lui tendre les bras et de la saisir au cas où elle tomberait. Il était très peu probable qu'elle tombe. Elle semblait assez stable, ne vacillant même pas légèrement sur son siège. Mais il était nerveux. Il n'était jamais nerveux d'habitude. Il a mis cela sur le compte de la structure fabriquée par les moldus, de la mer et du désir irrésistible de ne pas tout foutre en l'air au moment où elle allait enfin vers lui.

"Tu pourras tuer Bellatrix quand tu veux. Elle est l'une des pires d'entre-eux, et je ne dis pas cela uniquement parce que nous sommes malheureusement liés." Il s'est arrêté. Cela valait la peine d'essayer d'obtenir plus d'informations, une des choses qu'il avait renoncé à demander à Hermione. "Est-ce qu'elle, est-ce qu'elle est morte à ton époque ?"

"Ouais. À la fin, Molly Weasley l'a tuée durant la bataille de Poudlard."

Sirius a donné un coup de sifflet assez bas. "Molly Weasley. Wow. Je savais que cette femme avait le feu, je me suis disputé avec elle assez souvent, mais je ne pense pas l'avoir jamais vue se battre avec quelqu'un. Sans parler de vaincre Bellatrix. Bella l'a certainement mérité. Si quelqu'un mérite la mort, c'est bien elle."

"Je me battais en duel avec Bellatrix. Ginny, Luna et moi. Et elle ne nous dépassait pas, mais nous ne la dépassions pas non plus. Puis Mme Weasley s'est levée et a crié : "Pas ma fille, espèce de salope ! C'est la seule fois où je l'ai entendu dire quelque chose qui s'apparente à une insulte. Et elles ont eu ce duel et Molly a tué Bellatrix. La moitié de la salle les regardait, et l'autre moitié regardait McGonagall affronter Voldemort, avec Slughorn et quelqu'un d'autre. J'ai oublié qui, je regardais Molly."

"Et dire que j'ai souvent été impoli avec Molly. J'aurais dû vénérer ses pieds pour avoir eu affaire à ma charmante cousine."

"Bellatrix m'a torturée pour obtenir des informations. Elle allait m'offrir en pitance à Greyback par la suite."

Sirius a cligné des yeux.

Ces derniers temps, il semblait incapable de savoir quoi dire la moitié du temps.

Qu'est-ce qu'on a répondu à cela ? Toutes ces subtilités de langages que sa mère lui avait enseignées durant son enfance, à lui et à Regulus, et dont aucune ne couvrait "Je suis désolée que ma cousine t'ait torturée".

Avec une cousine comme Bellatrix, ils auraient vraiment dû. Quelqu'un aurait dû réfléchir à l'avance et déterminer ce qu'il devrait dire dans cette situation.

"Merde. Désolé, ce n'est pas exactement ce que j'aimerais te dire. Bellatrix est clairement le pire exemple d'humanité et si je n'avais pas déjà renié toute ma famille, je la renierais sur le champ. Je peux la tuer à nouveau pour toi, ça peut t'aider ? "Peut-être voudrait-elle tuer Bellatrix par elle-même. Il le voudrait, dans sa situation.

"C'est bon. C'était il y a longtemps." Elle avait l'air indifférente, sincère, comme si elle avait pardonné à Bellatrix. Personne ne pardonne ce genre de choses.

Quel que soit l'état d'esprit dans lequel Hermione se trouvait, sa déclaration a redressé les poils de la nuque de Sirius. Il n'aimait pas qu'elle ait été blessée, et par un membre de sa propre famille en plus. Il la tuerait, putain. Hermione avait dit qu'elle le voulait, alors elle n'aurait pas pu lui pardonner.

"Comme beaucoup de choses. Ça ne les rend pas moins douloureuses. Ça ne les rend pas moins horribles et mauvaises. Peux-tu descendre de cette rampe, s'il te plaît ? Tu me rends nerveux."

"Tu te bats contre les mangemorts sans un regard en arrière, et tu es nerveux à cause d'une sorcière assise sur une rampe ?"

"Je n'ai jamais prétendu être cohérent. Bien que je pense que cela soit tout à fait cohérent, en fait, maintenant j'y pense. C'est une chose de se mettre en danger pour protéger les autres ou pour combattre les forces du mal, et c'en est une autre de le faire pour le plaisir."

"C'est un comble en ce qui te concerne de tout de même ! N'avais-tu pas dit à Harry quand nous étions en cinquième année que pour James c'était justement le risque qui était amusant ?"

"Touché. Mais à l'époque, pour ta gouverne, j'avais l'esprit asphyxié par l'air pestilentiel de Grimmauld Place. Je n'irai pas jusqu'à dire que j'avais perdu la raison. En vérité, ça n'a jamais vraiment été l'une de mes qualités." Et il s'arrêta net avant d'en dire trop. Qu'est-ce qui n'allait pas chez lui ? Pourquoi était-il sur le point de tout foutre en l'air ? Pas qu'il s'était énervé mais tout de même...

Hermione essaya d'attraper son regard mais Sirius ne semblait pas résolu à lui dévoiler plus d'informations sur lui-même à ce moment précis. Il détourna la tête en regardant autour de lui. Alors, elle ajouta pour changer de sujet :

"En parlant de risques, j'ai toujours soutenu que le Quidditch était un plaisir dangereux."

"Je n'entendrai pas un mot de plus contre le Quidditch." Comment en étaient-ils venus à parler du Quidditch ? Il était censé lui remonter le moral. Sympathiser sur sa putain d'expérience de torture, si sympathiser était le bon mot, ce dont Sirius était plus que sûr. Elle détestait le Quidditch.

Il était pourtant capable de parler aux gens sans faire de conneries, il en était sûr. Du moins, avant elle...

L'enjeu était important. Tout l'avenir du monde sorcier et moldu combiné. C'est pourquoi il ne voulait pas contrarier Hermione. Et parce qu'elle était une personne vraiment décente, bien qu'un peu dure, je-sais-tout et irritante. Ce n'était pas quelque chose qui méritait d'être torturée. Remus Lupin était tout cela. Même s'il n'était pas aussi agré...

Où allait exactement son cerveau ce soir ?

"Tu es gelée", dit-elle. "Tu n'as même pas mis de chaussures".

C'était vrai. Il s'était enfui de la maison avec seulement sa veste, et puis il la lui avait donnée. Ce qui l'a laissé debout dans l'air glacé de novembre, à moitié mouillé par les goûtes que la mer transportait dans ses vagues, avec un t-shirt et un jean beaucoup plus fin qu'il n'en avait l'air. Et soudain, il a senti le froid.

"Reprends ta veste", a-t-elle dit.

"Non, tu la gardes", a-t-il dit.

Elle a ri. Ron me disait toujours : "Es-tu une sorcière ou non ?". Il y a toujours une solution magique à tout ça." Elle prit sa baguette et lança un sortilège qui réchauffa l'air autour d'eux." Je pensais que la magie résoudrait tout, tu sais", dit-elle, tristement.

"Beaucoup mieux", a déclaré Sirius. "Les sensations pourraient bientôt revenir dans mes orteils." Il leur donna un mouvement expérimental et remarqua que les extrémités étaient devenues légèrement violettes. Mais ils allaient probablement survivre à la nuit.

"Tu es un idiot", a-t-elle dit. Faisant quelques pas en avant, elle lui tendit la main et toucha la chair de poule qui s'était formée sur ses bras, puis plaça ses mains à plat sur ses bras et les frotta vigoureusement. Le contact lui a piqué davantage les bras, et il a envisagé de s'éloigner. Mais il n'en avait pas vraiment envie.

"Ouais. J'ai toujours été un idiot." C'était vrai. Il avait fait une série de très mauvais choix en cours de route, et il n'allait pas en faire d'autres. C'était facile à dire. C'est plus difficile à faire.

"Alors, allons-nous le faire ? Essayer de tout réparer ? Tout arranger ?" demanda-t-elle. Elle secoua la tête. "Oh Merlin, tu dois me détester. J'ai passé des mois à te dire que tu ne peux pas essayer d'aider les gens, et puis quelque chose arrive à quelqu'un que je connais personnellement et que j'aime et je change d'avis."

"Je ne te déteste pas", a-t-il dit. "En fait, je t'aime plutôt bien. Tu sais, tu es intelligente, et tu ne m'as pas jeté de sort plus d'une fois, et tu défends ce en quoi tu crois même si ce n'est pas populaire. Le monde a besoin de plus de gens comme ça. D'après mon expérience, les femmes me maudissent beaucoup." Ginny avait dit que les gens ne savaient pas qu'ils avaient besoin d'entendre qu'ils étaient aimé. Il se doutait qu'Hermione avait aussi besoin de l'entendre de temps en temps.

Ce n'était pas non plus un mensonge. Il avait cru qu'il l'avait détestée à certains moments. Il y avait une petite partie, non négligeable, de lui qui voulait lui crier dessus maintenant à propos de Benji et Regulus et de ce qu'elle aurait pu faire si seulement elle avait pensé à tout cela il y a quelques mois. Quand il lui avait dit de faire quelque chose. Il avait voulu la gifler à certains moments. Il ne l'aurait jamais fait. Un homme bien élevé n'a jamais frappé une femme. C'était la seule règle de sa mère qu'il avait jugé utile de respecter.

"Je ne te déteste pas non plus." Elle le regardait encore. Ses yeux avaient l'impression de regarder son âme autant que son visage, ce qui était inconfortable.

"C'est toujours un bon point de départ." Il a essayé de garder son ton léger. "Et, oui, nous faisons ça. On va régler ça. Pour Jo. Ainsi que pour tous les autres."

"Pour Jo", chuchota-t-elle. Elle s'était à nouveau détournée de lui, le regard fixé sur l'endroit où la fumée se déversait encore de la maison sur les falaises. La maison elle-même était invisible, cachée comme une rue en retrait du sommet de la falaise, mais la fumée était clairement visible depuis la jetée. "Et pour tous les autres."

"Harry", a déclaré Sirius. "James". "Remus." Les noms étaient comme une litanie maintenant. Il les disait assez souvent, généralement avant de s'endormir. Au réveil le matin. Cela l'aidait, d'une étrange façon, à se souvenir des gens pour qui il avait ressenti quelque chose. Cela l'aidait quand il avait l'impression que le monde se refermait sur lui. Cela l'a aidé lorsqu'il a passé ces journées allongé dans le loft à manger vingt-huit paquets de chips au sel et au vinaigre de l'épicerie moldue du coin après la mort de Benji, parce que c'est tout ce qu'il a pu affronter.

"Puis-je te dire quelque chose à propos de Remus ?" dit-elle. "Dans l'esprit de notre volonté d'arranger les choses, je pense que tu devrais savoir certaines choses à son sujet, à propos de ce qu'il a fait, après ta mort."

"Comme quoi ?", a-t-il demandé. Il espérait que ce n'était pas trop triste. Il n'avait pas trop envie de pleurer ce soir.

"Il a eu un fils, avant de mourir. Avec Tonks. Teddy Remus Lupin, il s'appelle, et c'est un métamorphomage comme elle et il n'est pas un loup-garou, bien que Merlin sache que Remus s'est assez inquiété de cela à l'avance. Il est drôle, même s'il n'est que peu de choses encore, et il a une magie puissante, ça se voit. Harry est son parrain et je suis sa marraine."

"Harry ferait un bon parrain, j'en suis sûr. Et toi aussi." C'était une bonne nouvelle pour son meilleur ami, Sirius supposait, car Remus avait toujours voulu des enfants. Il avait juré de ne jamais en avoir, à cause de son état, mais Sirius savait qu'il en voudrait. Mais en même temps, c'était incroyablement triste, car Remus était mort et Teddy n'avait pas de père. Au moins, Harry serait un meilleur parrain que Sirius lui-même ne l'avait été. La barre était basse, il faut bien l'admettre. Et Hermione serait là aussi. Remus n'avait pas fait la même erreur que James et Lily, visiblement.

"Merci." Elle laissa un blanc avant d'ajouter en souriant. "Il l'est", a déclaré Hermione. "Bien que je lui ai dit de ne pas acheter ce balai jouet. Je savais que ça finirait mal. Mais Teddy l'adore, et il ne s'est cassé le bras qu'une seule fois."

"J'ai acheté à Harry un balai jouet pour son premier anniversaire." Sirius a souri à ce souvenir. "Est-ce que Tonks..." demanda-t-il, incapable de finir le reste de sa phrase.

"Elle est morte. Teddy vit avec Andromeda, ta cousine, la semaine, et généralement avec Harry ou moi le week-end." Hermione s'était remise à pleurer. En silence, des larmes coulaient sur ses joues et ses yeux redevenaient rouges et gonflés. Sirius n'avait aucune idée de ce qu'il fallait faire. Il laissait toujours quelqu'un d'autre réconforter les personnes en pleurs, en particulier les femmes en pleurs. Il n'était pas doué pour cela. Et en ce moment, il avait envie de pleurer lui-même.

Il a essayé de se souvenir de ce que faisaient les autres quand ses pleurs continuèrent, et qu'elle s'est mise à pleurer plus bruyamment. Molly Weasley faisait du thé, ou distribuait de la nourriture. Il n'avait pas de thé ni de nourritures sans avoir besoin de se déplacer jusqu'à la ville, et allait-il l'emmenée avec lui ou devait-il la laisser derrière lui pendant qu'il partait en chercher ? Qu'est-ce que Molly aurait fait d'autres ? Merde, il n'avait jamais essayé d'imiter Molly avant. C'était le début de la fin pour Sirius Black, il en était certain.

Molly a fait des câlins. Peut-être qu'il devrait essayer de la prendre dans ses bras. Elle ne voudrait certainement pas être étreinte par lui, mais ça valait la peine d'essayer. Il a fait un pas en avant, et aïe !

Sirius a fait un couinement, un bruit de surprise et s'est éloigné, en attrapant son pied et en sautillant en cercle.

"Putain, je me suis cogné contre un rocher géant !" dit-il, en réponse au visage déconcerté et taché de larmes d'Hermione.

"Tu aurais dû porter des chaussures", dit-elle, avec un air de supériorité. Cela n'a pas duré longtemps, car elle ne semblait pas pouvoir s'empêcher de rire de sa détresse.

"J'étais un peu trop occupé à paniquer au sujet des mangemorts pour me soucier de quelque chose d'aussi banal que des chaussures", a-t-il dit. "Tu sais. Les priorités."

Le pire, c'est que ce n'était pas la première fois que Sirius était surpris à combattre les mangemorts sans chaussures. Ce n'était même pas la deuxième fois. C'était devenu une habitude malheureuse.

"Tu es un homme très étrange, Sirius Black", a-t-elle dit.

"Au moins, tu ne pleures plus."

"Était-ce le but ?"

"J'ai essayé de te faire un câlin, mais ça a mal tourné. J'essayais d'imiter Molly Weasley. Elle est meilleure que moi pour ce genre de choses."

"La pensée était là. Je n'ai pas vraiment envie de retourner en ville. On peut rester ici un peu plus longtemps, ça te va Sirius ?"

"Bien sûr." Il ferait n'importe quoi maintenant, car il se battait encore contre l'envie de se jeter dans les bras de la foule. Hermione avait accepté ce qu'il voulait. Bon, le bonheur qu'il ressentait était teinté d'une tristesse très nette pour leur voisine, avec laquelle il avait certes eu peu de contacts mais qu'il avait vraiment appréciée, et il regrettait qu'elle soit morte. Mais rien ne pouvait lui faire oublier à quel point il était heureux de pouvoir essayer de sauver ses amis.

Plus il réfléchissait aux moyens possibles de les sauver, plus il devait admettre que cela allait être dangereux. S'ils n'étaient pas prudents, ils pourraient faire plus de dégâts. D'autant plus qu'ils devraient éliminer Voldemort pour que cela soit sûr et définitif, ainsi qu'une bonne partie des mangemorts, et sans le soutien de l'Ordre ou du Ministère. Pourtant, ils n'avaient pas eu l'appui du Ministère dans les deux guerres que Sirius avait menées auparavant, et Sirius était prêt à tuer même si les autres ne l'étaient probablement pas.

Dire que c'était une chose, et éliminer un sorcier maléfique en était une autre. Ils devaient tuer Lord Voldemort, et c'était apparemment assez difficile à faire, à en juger par le nombre de personnes qui avaient essayé et échoué. Y compris Regulus, semble-t-il.

Oh putain de merde. Peut-être qu'Hermione a eu raison de ne pas intervenir. Laissez Harry s'occuper de tout ça dans vingt ans. Ce serait plus facile.

"Tu n'as pas de doutes, n'est-ce pas ?"

"Quoi, moi ?"

"C'est juste que tu as le même visage que Ron quand il regrette quelque chose. Comme rejoindre les aurors, à cause des examens. N'importe quel examen, vraiment. Ou même rejoindre l'équipe de Quidditch. Accepter d'être le témoin de Harry. Devoir préparer l'enterrement de vie de garçon de George. Ce genre de choses, tu vois."

"Oh. Ouais. Juste, ça ne va pas être facile, n'est-ce pas ?" Il était réticent à dire ça, il avait peur que ça la détourne de l'idée de faire quelque chose.

"Non. Mais c'est la bonne chose à faire. Luna m'a dit que la bonne chose à faire n'est pas toujours facile, et Dumbledore l'a dit une fois, et bien, je pense que je comprends enfin ce qu'ils voulaient dire. Avant, je pensais qu'il s'agissait juste de choisir de combattre le mal, et je n'ai jamais compris, parce que c'était toujours facile pour moi. Mais ça, ça va être difficile."

"Nous allons avoir besoin d'un plan."

"J'aurais pensé que tu en avais déjà un." Elle le regardait comme si elle évaluait sa valeur. Sirius espérait qu'elle ne connaissait aucune légitimité. Il y avait des choses qu'il valait mieux qu'elle ne sache pas.

"Les débuts d'un, à vrai dire."

"Je... Je ne peux pas m'occuper de ça ce soir, cependant. Je veux juste m'asseoir ici et penser à Jo, et peut-être pleurer à nouveau. On peut refaire ce truc, tu sais... briser une bouteille ? Ça fait du bien. Je comprends si ce n'est pas ce que tu veux, si c'est ton truc pour toi et tes amis. Mais j'aimerais, pour me souvenir de Jo."

"Ça devrait être du gin. Jo aimait le gin."

"Bon, alors va pour le gin."

"Et Hermione ?"

"Oui ?"

"Fais-moi confiance, d'accord ? Nous pouvons le faire."

Et, ooh, au moins la moitié du cerveau de Sirius Black croyait que ce qu'il venait de dire était vrai.

Fin de la première partie

End Notes:

Un bonbon au citron ? ;)

Chapitre 21 : Poussière by Miss Delavergne

Hermione, décembre 1978, Saltburn.



Elle avait pris sa décision, la nuit où Jo était morte. À ce moment-là, elle n'était pas sûre d'elle. Avait-elle réalisé que son amie était en danger si elle restait encrée sur ses convictions ? L'avait-elle prise lorsqu'elle l'a vue mourir ? Ou à un moment donné après les faits, ou entre les deux. Elle avait décidé qu'elle ferait quelque chose. Elle avait décidé de sauver quelqu'un. Arrêtez cela. Ce qu'elle ferait exactement, Hermione ne le savait pas.

Sa vie avait toujours eu un chemin tracé par elle. Dès l'âge de douze ans, elle savait qu'elle accompagnerait Harry à travers tout et ferait en sorte qu'il ait tout ce dont il avait besoin, et qu'ensuite elle ferait une carrière. Elle aurait un petit ami intéressant, et elle l'épouserait probablement, et elle aurait peut-être des enfants. Deux, si elle en avait. Elle n'avait pas apprécié d'être enfant unique. Le chemin a changé, parfois, en fonction de ses préférences. Elle a affiné ses choix de carrière, passant du désir d'enseigner ou d'être guérisseuse à celui de travailler au ministère. Elle pensait qu'elle allait terminer ses sept années à Poudlard et avait plutôt suivi Harry dans la chasse aux horcruxes. Mais elle savait où elle allait. Elle avait toujours visé ses ASPIC. Elle était toujours restée sur le bon chemin.

Et maintenant elle était là, à une autre époque que la sienne, et elle avait prévu de rentrer chez elle. Elle retournerait à la sécurité de sa vie au ministère, au mariage de deux de ses meilleurs amis, à Ron. Elle voulait toujours être avec lui. Elle en était presque certaine. C'était juste la distance qui la faisait se sentir déconnectée de lui. Six mois de distance, presque. C'était suffisant pour faire douter quelqu'un de son amour. Elle l'aimait vraiment.

Ron l'aimait. Il l'a défiée. D'autres hommes semblaient la vouloir comme une sorte de prix la plupart du temps, la grande Hermione Granger qui avait été responsable de la destruction d'une partie de l'âme de Voldemort, qui avait combattu aux côtés de Harry Potter, qui était non seulement une héroïne de guerre mais aussi une étoile montante au sein du ministère. Une future ministre de la Magie, peut-être, a déclaré les murmures. À tout le moins un chef de département influent. Elle avait l'oreille d'Harry Potter, du ministre lui-même et de la directrice de Poudlard.

La façon dont ces hommes la regardaient, la façon dont ils lui parlaient, elle se sentait comme une pièce de collection. Pas vraiment une femme. Ron la voyait comme une personne. Il lui a fait savoir quand elle avait tort. Il l'a laissée être moins que parfaite. Il était là quand elle avait besoin de lui.

Il n'était plus là.

Pourquoi n'était-il pas là ?

Hermione était allongée sur son lit, regardant fixement le motif tourbillonnant de l'Artex au plafond. Ses yeux traçaient les courbes et les lignes, alors qu'elle essayait de ne pas penser à la distance qu'elle avait parcourue dans sa vie et à son faible espoir de revenir là où elle avait toujours voulu être. Elle avait une forte envie de ramasser les petits morceaux. Elle pourrait le faire maintenant, si elle se mettait en lévitation. Elle n'avait jamais été capable d'y arriver quand elle était enfant.

Elle était censée s'habiller pour les funérailles.

Elle avait reçu une chouette quelques jours après le meurtre de Jo, l'invitant aux funérailles de son amie et contenant un mot de la fille de Jo, Helena.

Chère Hermione,

Je voulais vous inviter à l'enterrement de ma mère. Elle a parlé de vous une ou deux fois, et je pense qu'elle aurait voulu que vous soyez là. Si vous ne souhaitez pas venir, nous ne serons pas offensés, je ne sais pas à quel point vous étiez proches.

Je dois également vous remercier pour ce que vous avez fait pour les enfants. Ils sont encore un peu secoués, mais ils vont tous bien et surtout ils sont en sécurité. Je vous suis à jamais redevable de ce que vous avez fait pour moi. Il n'y a pas de mots pour dire à quel point je vous suis reconnaissante pour ce que vous avez fait, au péril de votre vie. Tout ce que vous attendez de moi est à vous.

J'aimerais beaucoup que vous puissiez assister aux funérailles. J'aimerais remercier en personne la femme qui a sauvé mes enfants.

Bien à vous,
Helena Bridlington.


Hermione avait l'intention d'y aller, bien sûr. Les quatre colocataires de leur petite maison en avaient l'intention. Sirius avait dit que Jo lui avait donné de bons conseils et qu'il devait lui présenter ses respects. Ginny s'inquiétait pour les enfants et voulait avoir l'esprit tranquille, sachant qu'ils se remettraient doucement de cette épreuve. Luna n'avait donné aucune raison pour participer mais elle viendrait.

C'est drôle comme, lorsque vous avez pris la décision qui aurait pu empêcher tout cela si seulement vous l'aviez fait plus tôt, vous ne vous êtes pas sentie mieux. Rétrospectivement, c'est 20/20, avait dit sa mère. La rétrospection lui donnait le cafard.

Sirius n'avait jamais dit : je te l'avais bien dit. Si Hermione était assez honnête avec elle-même, elle savait qu'elle lui aurait fait la remarque.

Une telle décision d'agir l'avait toujours fait se sentir puissante, auparavant. Elle ne se sentait pas du tout puissante. Elle avait l'impression qu'elle aurait dû le savoir. Comment a-t-elle pu être aussi stupide pour penser qu'elle aurait pu avoir une vie normale où elle resterait en paix juste quelques années supplémentaires ? Après tout, n'avait-elle pas fait son temps de guerre et de danger en sauvant le monde des sorciers ?

Pourquoi a-t-il fallu qu'elle soit à nouveau mêlée à tout cela ?

N'avait-elle pas fait son temps ?

Sirius avait vécu deux guerres. Trois. Merde. Remus en avait fait deux. Ainsi que Fol Oeil. Dumbledore. Minerva. Ce n'était pas vraiment si rare, n'est-ce pas ? Elle n'avait rien de spécial, pas vraiment.

Mais c'était la bonne chose à faire. "J'imagine." Oui. Elle n'avait pas réalisé cela auparavant. Peut-être était-elle trop préoccupée par son désir de normalité et par le fait que les choses qui lui étaient arrivées n'étaient pas censées se dérouler ou ce qui auraient dû être. Elle n'était pas quelqu'un qui restait là à regarder des innocents mourir. Elle a toujours été la fille qui s'est battue pour qu'ils vivent, même lorsque ce n'était pas ce qu'il y avait de mieux pour elle. C'était ce qu'elle était. Elle avait juste besoin de laisser tomber toute attente de normalité, et...

On a frappé à sa porte.

"Hermione ?"

Sirius.

"J'arrive." Elle était habillée. Elle s'étaient coiffée, un minimum de maquillage a été appliqué, surtout pour cacher la rougeur autour de ses yeux. Ce n'était pas comme si elle n'était pas physiquement prête à assister à cet enterrement.

"Très bien", dit-il, debout sur le seuil de la porte avec un ensemble de robes noires. Ses cheveux étaient brossés, son visage plus pâle que d'habitude. "Ginny dit que nous avons dix minutes devant nous avant de devoir partir. J'ai pensé que je devais vérifier que tu le savais. "

Elle pourrait le faire.

Ils se sont rendus à l'endroit désigné juste à l'extérieur du cimetière, et ils se sont dirigés lentement vers la porte arquée, Ginny prenant la tête. Ils avaient tous une bonne habitude de l'étiquette magique des funérailles. L'enterrement de Dumbledore était le premier auquel Hermione avait assisté, ça avait été un choc par rapport aux affaires bien plus sombres des moldus auxquelles elle avait été confrontée durant son enfance et son adolescence.

Après cela, ils s'étaient succédés massivement et rapidement. Elle en avait compté onze dans la première semaine après la bataille finale, et il y en avait eu d'autres après cela. Les traînards ont continué jusqu'en juillet. Harry a insisté pour y assister, et Hermione et Ron ne l'auraient jamais laissé y aller seul. Ginny non plus, d'ailleurs. Sirius n'avait pas assisté à moins de funérailles, mais elles avaient été un ensemble différent.

Les quatre personnes se sont assises à l'arrière du petit bâtiment funéraire pour le service, et sont restées à l'arrière, au pied de la tombe. Aucun d'entre eux n'avait vraiment l'intention d'aller à la veillée ; ils se seraient sentis comme des imposteurs. Ou alors Hermione l'aurait fait. Au lieu de cela, ils se sont attardés un bref moment sur la tombe, pour rendre hommage, puis ils se sont fait la malle. Hermione suivit Sirius, se sentant hors de propos et presque comme si elle flottait.

"Ginny ?" Une petite femme brune parla, à côté d'elles, Claire, la plus jeune des petites-filles de Jo, accrochée à sa jambe. Elle avait une ressemblance avec Jo dans son visage, si ce n'est un teint plus foncé.

"Helena", dit Ginny, en serrant la femme dans ses bras et en s'accroupissant pour dire bonjour à l'enfant. "C'est Hermione." Elle pointa du doigt Hermione depuis le sol. "C'est elle qui a sauvé vos enfants. Et voici Sirius, et Luna, qui essayaient d'aider votre mère."

"Salut", dit Hermione. À sa surprise, Helena l'a enveloppée dans une étreinte massive.

"Merci", dit-elle. "Pour mes enfants. Je ne pourrais jamais en faire assez pour vous remercier."

"Vous n'en avez pas besoin", a déclaré Hermione. "Jo était une bonne amie pour moi, et n'importe qui aurait aidé ces enfants." Sa voix ne ressemblait pas à la sienne.

"Cela, malheureusement", a déclaré Helena, "nous savons que ce n'est pas vrai. Je pensais qu'ils étaient en sécurité avec ma mère. Je ne savais pas qu'elle était visée."

"Personne ne l'a fait", a déclaré Sirius. "Ce sont des salauds, ce n'est pas la faute de votre mère. C'était une femme formidable."

"Merci", a déclaré Helena. "Cela signifie beaucoup pour nous."

L'estomac d'Hermione est tombé. Elle avait vu cet homme devant leur maison. L'homme avec le manteau sombre. Elle avait supposé qu'ils les surveillaient, mais que se serait-il passé s'ils avaient surveillé Jo, à la place ? Et si on lui avait donné une chance d'agir, et qu'elle ne l'avait pas fait ?

"Hermione ? Est-ce que ça va ?" La voix de Sirius l'a ramenée à la conversation.

"Oui, désolée. Je suis là." Hermione a cligné des yeux plusieurs fois, pour effacer de son esprit l'image de l'homme au manteau sombre, debout dans la bruine. Helena, avec les autres, la regardait avec un regard inquiet.

"Vous n'avez pas à vous excuser auprès de moi. Sans vous, mes enfants ne seraient pas là aujourd'hui, alors je vous pardonnerai presque tout pour le moment." Helena regarda Claire, toujours fermement attachée à sa jambe, puis traversa le cimetière jusqu'à l'endroit où les deux autres enfants étaient assis sur un banc avec un homme qu'Hermione présumait être leur père pour lui tendre la petite.

Elle se demandait si ce pardon s'étendait au fait de lui pardonner sa lâcheté parce que c'était la faute d'Hermione si sa mère avait été tuée. Elle aurait pu faire sortir Jo bien plus tôt. Mais elle était tellement égocentrique qu'elle avait d'abord supposé que l'homme en avait après elle, puis elle avait tout oublié à la mort de Benji. Elle avait laissé tomber Jo, et les enfants.

"Je pense qu'il est temps que nous partions", a déclaré Sirius quand elle fut à nouveau devant eux. "C'était très gentil de votre part de nous inviter. Hermione a été très affectée par tout cela, comme vous pouvez le voir, et j'aimerais la ramener chez elle maintenant."

Helena a essayé de les persuader de rester, et Sirius a poliment refusé. Il connaissait toutes les subtilités à dire dans ces situations. Ginny a distribué les petits paquets cadeaux qu'elle avait achetés pour les enfants d'Helena, qui étaient heureux de la revoir mais avaient encore un léger traumatisme dans leurs yeux, puis ils sont partis.

Hermione a essayé de transplaner, mais s'est trouvée dans l'impossibilité de le faire. Elle se tortilla sur place, et encore, et encore plus rapidement, mais au lieu de se volatiliser dans l'air, c'était comme si elle se tortillait contre un mur de briques. Ginny lui lança un regard d'excuse, ce qui fit pleurer Hermione. Calmement, Luna lui a pris le bras et les a fait disparaître toutes les deux.

Ils ont fait le tour de la terrasse et sont entrés dans la maison, et Hermione a eu l'impression de regarder le cortège d'en haut. Trois sorcières et un sorcier en robe sombre, avec des signes de tristesse et des pleurs récents. La maison brûlée à côté de chez eux, à laquelle les oubliators avaient donné un coup de glamour pour que les moldus ne puissent voir que le vide. On leur avait dit que Jo était morte à cause d'une fuite de gaz et que les moldus du voisinage, ceux de l'autre côté avaient été évacués.

Hermione s'est allongée sur le canapé à l'intérieur, tandis que les trois autres s'affairaient à trouver de quoi déjeuner, l'eau et tout ce qui leur semblait nécessaire. Hermione ne voulait pas déjeuner. Elle aurait pu arrêter tout ça.

"Hermione, viens, il faut que tu manges", dit Ginny, accroupie à côté du canapé.

"Je ne veux pas déjeuner."

"Je sais. Et je l'ai accepté. Mais ce n'est qu'une soupe. Je peux te permettre de manquer un repas, mais pas deux."

"Je n'en ai pas besoin. J'ai vu un homme devant la maison avant la mort de Benji, Ginny. J'aurais pu arrêter tout ça."

"Ah oui ? Et pourquoi supposer qu'apercevoir un homme mystérieux devant une maison signifierait qu'il reviendrait tuer des habitants ? Ce n'est pas ta faute."

"Nous sommes en guerre. J'aurais dû savoir mieux."

"Exactement, c'est une guerre. On ne peut pas empêcher les gens de mourir. Du moins, pas celles à laquelle on ne s'attendait pas."

"Laisse-moi essayer." Sirius a doucement éloigné Ginny et son plateau de soupe et de pain du canapé, et l'a déplacé à côté d'Hermione. "Écoute. Je viens de passer par là, je me suis senti comme ça, comme toi et je peux te dire que ça craint. C'est horrible. Ça te donne envie de te recroqueviller et de mourir aussi, n'est-ce pas ? Que tu ne vaux rien ?" Hermione a fait un signe de tête. "Eh bien, un homme très sage nommé Remus Lupin m'a dit un jour que c'était comme ça qu'ils gagnaient. Ils battent tous les gens bien, soit en les tuant, soit en les faisant ressembler à ça", a-t-il indiqué à Hermione, allongée sur le canapé, "et ensuite ils gagnent. J'ai passé une semaine comme ça récemment. Cela a-t-il aidé ? Non. Nous ne les laisserons pas gagner, n'est-ce pas ?"

"Non." Elle ne le ressent pas beaucoup en ce moment, mais elle ne veut pas laisser Voldemort gagner. Elle ne voulait même pas qu'il ait une victoire temporaire.

"Eh bien, commence par manger. On ne peut pas gagner une guerre l'estomac vide. Ne t'inquiète pas, c'est sans danger, Luna l'a cuisiné." Hermione a forcé un petit sourire sur ses lèvres. La dernière fois que Sirius avait cuisiné, il leur avait donné à tous une intoxication alimentaire. Morgane sait ce qu'il avait fait pour provoquer une intoxication alimentaire avec un hamburger.

"Merci." Elle a pris une petite cuillère de soupe que Ginny lui a passée, et elle avait bon goût. Carotte et coriandre, avec du pain frais. Luna était une bonne cuisinière.

Elle ne pouvait pas s'empêcher de se sentir coupable, mais il y avait une part de vérité dans les propos de Sirius.

"Tu n'as pas à te débrouiller tout seule, tu sais. Tu n'as pas toujours besoin d'être forte. Nous pouvons t'aider, si tu nous laisses faire." Il ne la regardait pas délibérément.

"J'aurais pu te dire la même chose, il y a quelques jours."

"Oui, et je n'aurais pas suivi ton conseil à ce moment-là, parce que je suis largement considéré comme un connard têtu et borné."

"Tu as oublié l'arrogance et l'inutilité."

"Ah oui, je l'ai fait."

"Et boudeur et éruptif", dit Ginny, de l'autre côté de la salle.

"Bon, c'est mon heure ? Parce que si ça peut aider Hermione à se sentir mieux, je suis partant, mais c'est un marché unique."

"Excellent", a déclaré Ginny. "Tu sais ce qui me manque le plus lorsque je n'ai pas mes frères à mes côtés ? C'est le fait qu'ils soient très amusants à insulter. Bien que je parie que tu prends les mots aussi facilement que Ron et Percy, et est-ce que tu peux les renvoyer aussi bien que Fred, George et Charlie ?"

" Je parierai pour le dernier", a déclaré Sirius. "Et Bill ?"

"Il dit qu'insulter les gens est enfantin et s'en va généralement. Un sacré branleur si tu veux savoir ce que j'en pense."

"Qui est un branleur maintenant ?" demanda Luna, en arrivant dans la pièce depuis la cuisine. Ses cheveux blonds comme les blés étaient épinglés sur le dessus de sa tête avec ce qui ressemblait étrangement à une cuillère en bois.

"Bill", a déclaré Ginny. "Plus précisément, c'est pour dire, mais plus généralement, il s'agit de la plupart des hommes."

"Hey", dit Sirius. "Je suis un brillant exemple de masculinité." Il fléchit le bras. "Eh bien, tu devras utiliser ton imagination pour apprécier les muscles. J'en avais. J'étais largement considéré comme le garçon le plus séduisant de Poudlard après le départ de Gideon Prewett."

"Bon, à part ce beau spécimen devant nous, bien sûr." Ginny s'est effondrée en arrière dans le fauteuil.

"Ne me drague pas, tu es fiancée à mon filleul."

"Sans vouloir t'offenser, Sirius, mais j'aime les hommes, enfin, plus maigres. Un peu plus dégingandés. Des lunettes. Le look livresque. Le type sauveur du monde. Avec des cicatrices."

"Ce n'est pas la représentation la plus flatteuse d'Harry", a déclaré Luna.

"J'ai des cicatrices", dit Sirius en remontant la manche de sa robe. "Regarde. C'est là que Remus m'a mordu, et non, pas comme un loup-garou. Il était humain à cent pour cent, et c'était au petit déjeuner. J'avais flirté avec la fille qu'il désirait secrètement depuis des mois. Celle là c'est quand je suis tombé dans les escaliers de Poudlard, parce que j'avais tellement de nourritures que j'avais piqué les cuisines dans les bras que je ne pouvais plus voir les marches. Et celle-là, enfin celle-là, c'est celle où Peter Pettigrew m'a frappé à la tête avec une poêle en cours de Sortilèges, parce que je l'avais frappé avec un poulet en caoutchouc. Les deux ne sont pas comparables. Flitwick nous a tous les deux mis en retenue."

"Très virils, toutes celles-là", dit Ginny en secouant la tête.

Hermione a mangé sa soupe, et a réalisé que tout cela était complètement absurde. Elle avait vu de vraies cicatrices sur Sirius, qui prouvaient que même s'il n'était pas le sauveur du monde des sorciers, il était très certainement aussi courageux qu'Harry et avait fait face à presque autant de choses. Et quelqu'un était mort, ils étaient allés à un enterrement, et Ginny faisait semblant de flirter avec le parrain de son fiancé et tout le monde se préoccupait bien plus de savoir si Hermione avait mangé de la soupe que de savoir comment gagner cette guerre.

Chacun avait ses mécanismes d'adaptation. Elle se souvient de Ron et de la radio dans la tente quand ils chassaient les horcruxes. En tournant ces cadrans, jour après jour, il essayait d'entendre des nouvelles de sa famille. Le temps avait passé. Cela l'avait rendu plus calme quand il était impuissant.

Ils n'avaient plus besoin d'être impuissants.

Elle n'avait pas encore abordé le sujet avec Luna et Ginny. Elle savait que Sirius serait d'accord. Il n'avait rien à perdre. Tous les autres ici avaient bien plus en jeu.

"Luna ? Ginny ?"

"Oui ?" dit Luna.

"Sirius et moi avons réfléchi. Parler pour être exact. Nous aimerions essayer d'arranger tout ça, la guerre, je veux dire. Faire en sorte que moins de gens aient à mourir. Donner à Harry une famille. Nous pourrions tous grandir en paix."

"Bien", a déclaré Ginny. "J'en suis." Elle a jeté un coup d'oeil à Sirius pendant qu'elle parlait.

"Oh, bien sûr, j'en suis aussi", a déclaré Luna. "C'est une idée plutôt intéressante, vous ne trouvez pas ? Nous aurions beaucoup de pouvoir. Même si cela signifie peut-être que nous ne devrions pas le faire, mais au fond, je pense que nous devrions le faire."

C'était plus facile que ce à quoi Hermione s'attendait.

"Avez-vous tous discuté de cela ?" demanda-t-elle.

"Non", a déclaré Luna, clairement déconcertée par l'idée qu'elle pourrait avoir.

"Oui", ont déclaré Ginny et Sirius.

"Mais seulement une fois", a ajouté Ginny. "Il y a une semaine. Pas plus que ça. Nous ne conspirons pas contre toi ou quoi que ce soit d'autre. Sirius n'a pas la subtilité."

"Même si je suis peiné de l'admettre, c'est vrai", a déclaré Sirius.

"Alors, on va faire ça ?" demanda Hermione. Elle ne s'attendait pas à ce que cette discussion se déroule de cette façon. Cela avait été si facile. Mais s'ils avaient tous réfléchi, peut-être que c'était le cas.

Et c'est ainsi que, deux soirs plus tard, ils se sont retrouvés dans une autre rue anonyme dans le monde moldu, à observer et à attendre que les choses se fassent. Ginny, celle qui avait de loin les meilleurs réflexes, était en équilibre sur le toit de la maison voisine de celle qu'ils surveillaient. Elle portait un pantalon en cuir et un pull sombres, l'éclat de ses cheveux roux était masqué par une teinture brune qu'elle avait acheté chez les moldus. Les mangemorts, selon Sirius, jetaient fréquemment un filet de sortilèges pour sécuriser leur approche et identifier toute personne rôdant à l'arrivée d'une attaque, et Ginny devait disparaître du toit au premier signe de leur arrivée et envoyer un signal.

Plusieurs rues plus loin, Hermione, Sirius et Luna attendaient. L'attente était de loin le pire moment, et généralement celui où Hermione commençait à douter d'elle-même.

"Sommes-nous prêts ?" a demandé Sirius. Ses cheveux étaient attachés avec quelque chose qui appartenait à Luna, une cravate avec une petite fleur rose. Celle-ci se heurtait horriblement à la veste en cuir et aux bottes de motard qui étaient ses vêtements préférés de moldus. Il ne possédait apparemment pas de bobines pour cheveux, bien que ses cheveux aient maintenant poussé jusqu'à ses épaules.

"Prête", a confirmé Luna.

Hermione ne l'était pas.

Le signal de Ginny est arrivé un peu avant qu'ils ne l'aient prévu, mais dans le temps estimé par Sirius pour l'arrivée des mangemorts. La dernière fois, il était au quartier général quand le département des Aurors a signalé une activité suspecte. L'Ordre avait rassemblé une petite force de frappe, mais ils étaient arrivés à la vue glaciale de la marque des Ténèbres planant au-dessus de la maison mitoyenne, la porte d'entrée en bois brun dont les charnières avaient été arrachées et l'odeur de mort dans l'air. Sirius et James Potter étaient entrés dans la maison. Les corps étaient alignés. Deux d'entre eux étaient indemnes, hormis le fait qu'ils étaient morts, victimes de la malédiction meurtrière. Le troisième était tordu et mutilé.

Sirius avait raconté cette histoire avec la larme à l'œil et la détermination d'un homme qui était déterminé à ne pas laisser l'histoire se répéter de cette manière. Il avait ce même regard à nouveau, maintenant, alors qu'ils se faufilaient dans la ruelle reliant les lignes des terrasses. Sa baguette était tendue, ses manches retroussées. L'un de ses bras affichait clairement un entrelacement de cicatrices, qu'elles soient infligées par des farces infantiles des Maraudeurs ou par les aspects les moins reluisants de sa vie qu'Hermione ne connaissait pas suffisamment.

"Je vais me transformer", a-t-il dit. Il les a arrêtées à l'entrée de la ruelle, un petit tunnel entre deux maisons avec l'étage supérieur de l'une d'entre elles au-dessus de leur tête. "Je peux m'approcher de cette façon, sans être détecté. Quand je me transformerai, couvrez-moi."

Avant qu'Hermione ou Luna ne puissent dire quoi que ce soit, le grand chien noir s'est mis à trotter dans la rue. Il est passé de la lumière des lampadaires à l'obscurité.

"Souviens-toi du plan", dit Luna à Hermione, en éteignant la lumière au bout de sa baguette avec un "nox" marmonné. Ginny trotta derrière eux en faisant cela.

Sirius était maintenant à côté des mangemorts, le chien noir qui se cachait juste en dehors de la ligne de vue des quatre personnages masqués et vêtus de noir.

"L'un d'entre eux est Rogue", chuchota Ginny. "Je reconnaîtrais ce nez n'importe où."

"Dolohov", a déclaré Hermione. Elle reconnaîtrait cet homme n'importe où.

"Et deux inconnus", répondit Ginny. "L'un d'eux est une femme, ou alors c'est un homme de très petite taille."

Le temps des spéculations était terminé, car l'un des mangemorts inconnus a fait un pas en avant et a retiré sa baguette pour la pointer vers la porte d'entrée. Sirius se retransforma en homme et assomma le mangemort avant qu'il ne parvienne à faire exploser la porte. Cela lui enleva son avantage, et soudain, il y en eut trois qui lui faisaient face avec leurs baguettes tirées vers le bas. En quelques secondes, la rue s'est remplie de coups de baguettes et d'éclairs, de malédictions et de sortilèges criés à l'arrache et du bruit d'une femme hurlant depuis l'intérieur d'une maison.

Luna, Ginny et Hermione se sont enfuies de leur ruelle sombre pour aller se joindre aux combats, les sorts s'envolant au fur et à mesure. Luna s'est attaquée à Rogue, l'entraînant dans un duel pendant que Sirius combattait Dolohov. Hermione et Ginny se retrouvèrent avec le troisième mangemort inconnu, un blond au visage pâle, avec un anneau dans la narine gauche. Personne ne s'est retenu.

Un moldu a couru dans la rue en criant "Saloperie de voyous ! Je vais appeler la police, je vais le faire, tout ce que vous faites ici devrait être interdit !" et il est tombé en se prenant à un morceau d'un maléfice cuisant sorti tout droit de la baguette de Rogue. Luna en a profité pour le jeter au sol avec un triple sort informulé bien choisi. Elle a renvoyé sa baguette pour un nouvel assaut, mais Rogue, en colère, a été plus rapide. Au lieu d'aller chercher Luna, il s'est mis en position demi-redressée et a tiré sur la porte, se débattant avec ses jambes jusqu'à ce qu'il soit à nouveau debout et la frappe. Il avait fait la plus grande partie du chemin lorsque Luna l'a frappé avec un sort d'étourdissement.

"C'est le putain d'Ordre du Phénix !"cria le mangemort inconnu, jetant Ginny au sol avec la force d'un sort en frappant une voiture dans la rue.

"Ce que nous ne sommes pas", a crié Sirius, en frappant Dolohov de sa baguette magique avec des flammes vertes. "Incarcerem ! "Dolohov esquiva le sort, un autre de Luna, et un ensemble de poignards volants de Sirius. C'était deux lots de deux contre un, et ils devaient encore se battre pour repousser les mangemorts. "Je ne suis pas sûr de ce que nous sommes, en fait, mais nous ne sommes pas ça." Il a regardé Hermione, Dolohov a pris le risque. Sirius fut assommé sur le sol.

"Récurvite !" C'était Ginny, un coup de feu bien placé derrière la voiture ainsi qu'un charme de bouclier pour protéger Sirius qui se relevait en titubant.

Hermione s'est occupée de Dolohov. D'un coup de baguette magique, ses robes se sont déchirées et sa poitrine s'est mise à bouillir. Il a crié, s'élançant avec sa baguette dans tous les sens. Plusieurs vitres se sont brisées, une voiture s'est effondrée, et Hermione s'est jetée par terre aux côtés de Ginny.

La fissure révélatrice d'une apparition était presque perdue dans le chaos, mais il y avait le visage assez distinctif de Maugrey Fol Oeil.

"Sortez !" cria Dolohov, en s'agrippant à sa poitrine, et disparut. Le mangemort transpercé s'empara du corps inconscient de Rogue et le suivit, alors que d'autres membres de l'Ordre du Phénix commençaient à arriver.

Hermione a regardé Ginny, Luna a regardé Sirius et les quatre ont disparu comme s'ils avaient coordonné le tout. Ils sont retournés dans leur propre rue, indemnes et prospères, Ginny a poussé un cri et bientôt ils dansaient tous ensemble dans la rue, s'accrochant aux bras des uns et des autres et s'acclamant. Ils avaient fait quelque chose. Des vies innocentes avaient été sauvées. Trois personnes avaient vécu qui, autrement, seraient mortes, et personne, à leur connaissance, n'était mort à leur place.

Sirius faisait tourner Luna, la jubilation sur son beau visage complètement déguisée ne lui échappa pas. Quand il avait l'air vraiment heureux, Hermione pouvait presque oublier ses presque douze années passées à Azkaban, les années qui lui avaient enlevé une grande partie des regards lascifs qu'il suscitait dans sa jeunesse et qu'elle avait vus en photo. Ce n'est pas qu'il était peu attrayant, maintenant, mais c'était une beauté plus brute. C'était le visage de quelqu'un qui s'était constamment fait avoir par le monde qui l'entourait, mais qui n'avait pas perdu les composantes essentielles de ce qu'il aurait pu être.

Les années n'avaient pas été clémentes pour Sirius Black, et pourtant il est resté capable de voir le bien dans ce monde ce soir là.

Hermione n'était pas sûre de pouvoir faire de même.

Elle s'est accrochée au trottoir pendant que les trois autres dansaient, tournoyaient et sautaient dans la rue, comme les danseurs d'un des films musicaux qu'Hermione avait tant aimés. Une voiture qui passait a klaxonné ; ils étaient sur le chemin de la Ford Escort rouge vif. Le bruit et les lumières les dérangeaient à peine.

Ils avaient sauvé trois personnes, et pourtant il y en aurait d'autres. Il y aurait des morts que, malgré tous leurs efforts, ils ne pourraient pas empêcher. Deux familles de moldus ont été ciblées ce soir là. Sirius ne connaissait l'adresse que de l'une d'entre elles. Les autres seraient morts comme les mangemorts l'avaient prévu.

Il était logiquement préférable de sauver une partie des personnes qui mourraient normalement que de ne sauver personne. Tout le monde savait qu'il y avait des morts dans une guerre. Ils n'étaient que quatre, essayant de changer le cours de quelque chose dans lequel des centaines de sorciers et de sorcières se battaient.

Ginny se replia à ses côtés, les yeux pleins de l'excitation d'une soirée de travail réussie.

"Hermione, nous avons fait quelque chose", dit-elle, comme si elle savait ce que Hermione avait pensé. "Il y a une semaine, il y a quelques jours, nous n'aurions rien fait. Tu ne le regrettes pas, n'est-ce pas ?"

"Non", a déclaré Hermione. Elle était sûre que ce n'était pas le cas. Une très petite partie d'elle, la partie perpétuelle qui faisait d'elle une sage étudiante, a encore argumenté sur les raisons théoriques pour lesquelles ils ne devraient pas le faire. Mais, au bout du compte, elle a compris dans son ensemble pourquoi ils devaient le faire maintenant. "Je ne regrette rien. C'est juste que... il y en a tellement, Ginny."

"Et nous ferons ce que nous pourrons. Harry a sauvé le monde des sorciers en faisant ce qu'il pouvait. Ne te tiens pas à un niveau plus élevé que celui auquel tu tenais l'Élu."

"Allez, Hermione !" Sirius la prit par la main et la fit basculer sur la route. Elle l'a laissé faire, et l'a laissé la faire tourner autour de lui jusqu'à ce qu'elle se sente étourdie. Lorsqu'il l'a laissée se rassembler, elle s'est effondrée sur le côté en gloussant comme une adolescente, et il l'a saisie par les bras et l'a tirée vers lui pour l'empêcher de tomber. Son corps était chaud, réconfortant et sûr. Elle faisait ce qu'il fallait faire. Sirius la regardait comme si elle avait bien fait, ils en avaient tous fait assez.

"Hermione ! Sirius !" cria Ginny, depuis l'entrée de leur maison. " Nous devons fêter ça !"

"Nous arrivons", répondit Sirius en libérant Hermione. Pendant un instant, il lui manqua quelque chose alors qu'elle traversait la rue et s'engageait sur le trottoir. Il lui a fait perdre la tête. Ce fut une nuit chargée d'émotions. Une semaine chargée d'émotions. Si elle poussait plus loin, une année émouvante en vérité.

End Notes:

Bonsoir mes chats,

 

Nous voici à un tournant de l'histoire, la deuxième partie débute enfin et j'espère que ce 21ème chapitre vous aura plu.

 

Restez avec nous, il y aura plus de mangemorts, y compris plus de Regulus, certains membres du premier Ordre du Phénix et les débuts d'une romance. J'attends vos commentaires avec impatience, surtout n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez. Bisous de moi <3.

Chapitre 22 : Erreurs by Miss Delavergne
Author's Notes:

Salut la compagnie,

Je reviens vers vous avec un nouveau chapitre. J'espère vraiment qu'il vous plaira. Surtout, n'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé. Ça fait toujours plaisir.

Des bisous <3.

 

Ps : Joyeux anniversaire à Bonnie Wright qui fête ses 30 ans aujourd'hui :). 

Sirius, décembre 1978, Saltburn.



Sirius ne se souvenait pas de la dernière fois où il s'était senti aussi heureux, putain.

Il chantait sous la douche ces jours-ci. Il a pris son petit déjeuner avec délectation. Pas de plaisir littéral. Généralement, du lait avec son café ou du beurre dans les rares occasions où il choisissait de manger du pain grillé. Il est allé voler avec Ginny juste pour s'amuser. Il a même fait une petite danse de la joie à un moment donné, et Sirius n'était pas sûr d'avoir dansé depuis les années 1970, la première fois.

Noël approchait, et c'était deux Noëls d'affilée dont il aurait bien profité. C'est drôle la façon dont sa vie s'articulait, plutôt qu'une chronologie évidente que le reste du monde suivrait. En fait, Noël avait généralement été heureux. Noël 1980 fut le dernier Noël où les quatre Maraudeurs, ainsi que Lily et Harry, s'étaient retrouvés pour la dernière fois au même endroit avant qu'ils ne commencent tous à se pointer leurs baguettes au milieu d'accusations de trahison. Eh bien, juste lui et Remus avaient fait ça. Mais c'était déjà assez mauvais comme ça.

Il voulait trouver des décorations pour Noël et s'est aventuré dans la ville moldue la plus proche, Middlesborough, pour visiter quelque chose appelé un supermarché avec Hermione et Luna. Il s'est ensuite rendu sur le Chemin de Traverse avec Ginny, sous une lourde auto-métamorphose, pour acheter des décorations magiques de Noël qui se sont comportées comme il se doit. Oui, certaines des décorations moldues se mettent à chanter de temps en temps, mais vous ne pouviez pas vous disputer avec une décoration moldue et aucune d'entre elles ne vous a poursuivi dans la pièce. Or ce n'était pas Noël sans cela.

Ils ont aussi fait des achats plus généraux, avec la dernière part d'argent moldu que Sirius a obtenu de Gringotts. Il supposait qu'ils devraient faire quelque chose au sujet de leur situation financière après Noël. Il fit le plein de chaussettes, Luna acheta des vivres et Hermione acheta quelque chose qui s'appelait du « papier à lettre à feuilles mobiles ».

"Mais qu'est-ce que c'est que ça ?" demanda Sirius, en sortant des petites feuilles mobiles après qu'il eut déchiqueté le plastique autour. "À quoi sert ce parchemin minuscule que tu as acheté massivement ?"

"Connais-tu le terme planification ?", répondit-elle, en plaçant le paquet de papier à lettre sous son bras. "Tu peux obtenir plus d'informations que sur une seule feuille de parchemin."

"Tu le peux aussi avec du parchemin. Il suffit de le dérouler davantage. Remus a déjà rédigé un essai de douze pieds de long. Le plus long que Lily ait réussi à rédiger faisait dix pieds. Quant à celui de Peter, il faisait près de neuf pieds et demi." Il la regarda, avec une sorte de regard appréciateur. "Tu as l'air de quelqu'un qui aurait écrit un essai de douze pieds de long." Ce qu'elle a certainement fait. Il n'en doutait pas.

Elle renifla. Cela signifiait qu'elle avait pris cela comme prévu, au moins. Il n'était jamais sûr pour le moment de savoir jusqu'où pousser les choses avec Hermione. Ginny, il la comprenait. Elle était presque toujours partante pour une blague. Il avait commencé à faire des blagues légères avec Ginny, et elle avait répondu de la même façon. Si elle n'en avait pas envie, elle vous le disait franchement. Sirius aimait ça. Et Luna était tellement impossible à lire qu'il ne pensait même pas savoir s'il l'avait offensée ou même s'il savait ce qu'elle voulait dire. Sirius Black était techniquement un génie, McGonagall le lui avait dit, mais il serait damné s'il comprenait la moitié de ce dont Luna parlait à tout moment.

"La qualité prime sur la quantité", a déclaré Hermione. "Mon essai de douze pieds remplissait juste du parchemin, à la fin."

"Ce qui est conseillé dans de nombreux domaines", a déclaré Luna. "Bien que peut-être pas pour les relations. La quantité peut vous apprendre beaucoup de choses que la qualité ne peut pas."

C'est ce que Sirius voulait dire. Personne n'avait parlé de relations. Mais c'était la fille qui soutenait toujours qu'elle n'excluait pas qu'ils étaient tous morts.

Leur maison était remplie de décorations de Noël dès la mi-décembre, et il était parfois difficile de traverser les pièces du rez-de-chaussée sans heurter quelque chose. Il s'est avéré que Ginny n'approuvait pas la flotte de rennes miniatures en bois qui s'envolait parfois à travers le salon, ni la couronne parlante qu'il avait accrochée à la porte de la cuisine. Pour ce que ça valait, Sirius n'avait aucun amour pour les guirlandes. Des trucs voyants et méchants. Ginny aimait beaucoup les guirlandes.

Hermione ouvrit la porte juste au moment où les rennes passaient devant elle, et a cligné des yeux rapidement plusieurs fois à la vue et au bruit d'une statuette chantante du Père Noël. La statuette était "moldue", l'œuvre étant un enchantement que Sirius avait improvisé.

"Comment vont les choses à la haie ?" demanda Ginny, de son fauteuil. "Tu crois que l'un de nous a besoin d'aller là-bas ?"

"Non", dit Hermione, en enlevant sa casquette gavroche en laine et ses mitaines assorties tricotées à la main. "Il ne se passe rien. Sirius a dit que cela aurait dû arriver hier, nous avons attendu une journée supplémentaire et il n'y a toujours rien."

"Ma mémoire pourrait se tromper", ajouta Sirius, mais même en le disant, il doutait que ce soit vrai. Il avait une excellente mémoire. C'était l'une de ses rares qualités.

"Je ne pense pas que ce soit le cas", déclara Hermione. "Tu as dit que Dolohov était celui qui installait les barrières autour du bâtiment, ainsi qu'un homme court sur pattes, et nous avons combattu Dolohov et un homme plutôt petit qui correspondrait à cette description. L'homme plus petit était stupéfait, et toujours sur le sol, inconscient quand Maugrey est arrivé. Il est absolument impossible qu'il ne soit pas celui que La Gazette a signalé hier comme étant sous la garde du Ministère. La Gazette a dit que Maugrey l'avait appréhendé alors qu'il tentait d'attaquer la famille d'un né-moldu, et tout allait bien. Dolohov était également dans un sale état. Ils n'ont pas dû le faire, parce qu'ils n'en étaient pas capables."

"Mais pourquoi pas quelqu'un d'autre ?" demanda Ginny. "On aurait pu penser que Voldemort aurait simplement demandé à quelqu'un d'autre de se charger de cette besogne."

"Nous ne savons pas comment leurs structures fonctionnent", déclara Sirius songeur. "Nous en savons un peu de Rogue, je veux dire. Nous savons que Voldemort est peu susceptible de donner lui-même à ce niveau ces directives, et que la plupart d'entre eux sont tellement paranoïaques à l'idée que quelqu'un d'autre ne leur vole leur poste qu'ils ne veulent admettre ce qu'ils font à personne, sauf à l'homme lui-même et à leurs plus proches confidents. On ne sait même pas ce qu'il y a là-dedans. C'est peut-être lié d'une manière ou d'une autre à l'attaque que nous avons arrêtée, donc si peu pertinent maintenant."

"Eh bien", dit Luna, qui était allée à la cuisine et déchiquetait maintenant soigneusement la peau d'une grosse orange avec sa baguette. "Cela peut rester un mystère. Ou peut-être pas."

"Il y n'a qu'un moyen de le savoir, c'est certain. Il faut y aller." Ginny a volé un morceau de l'orange à Luna.

"Nous pourrions faire cela", déclara Hermione. "Nous savons où cet endroit se trouve. Nous savons qu'aucun mangemort n'y a mis les pieds depuis les trois jours où nous l'avons observé..."

"Qu'est-ce que cela donnerait ?" demanda Luna.

"Si nous savons ce qu'il y a là-bas, nous en savons plus sur ce à quoi nous sommes confrontés", déclara Sirius. "Pour l'instant, nous nous appuyons sur ma mémoire, certes exceptionnelle, dont une grande partie ne couvre vraiment que ce à quoi moi-même, James, Remus ou Peter a participé, et sur les histoires que vous avez entendues de la part d'autres membres de l'Ordre. Tout ce que nous savons à ce sujet, c'est que James traquait Dolohov pour quelque chose de complètement sans rapport avec l'affaire et que nous l'avons vu hier, avec un autre mangemort, placer des protections fortes dans un hangar glorifié en Cumbria."

"Penses-tu que ce soit pertinent ?" demanda Hermione.

"À ce stade, je ne pense pas que nous sachions vraiment ce qui est pertinent ou non", conclut Sirius avant d'ajouter mystérieusement. "Si nous voulons faire tomber les mangemorts, toutes les informations que nous pouvons récolter seront sûrement utiles."

"Papa m'a dit un jour qu'il pensait que le rôle d'espion de Rogue était l'une des choses les plus intrinsèques au succès de l'Ordre durant la seconde guerre," a déclaré Ginny. "Il a dit que vous n'aviez rien de tel, la première fois."

"Non, nous ne l'avons pas fait", a déclaré Sirius. "C'est comme ça que beaucoup de bonnes personnes ont été tuées. Nous avons surtout compté sur nos contacts personnels avec eux pour savoir ce qu'ils faisaient, ce qui a eu pour conséquence que des gens ont été tués lors de missions d'espionnage ou ont été identifiés et ciblés plus tard."

Hermione a lancé un "accio" pour ramasser un rouleau de papier vierge que les moldus utilisaient comme tableau de conférence et qui se trouvait sur la table basse un peu plus loin puis elle s'est levée avant de se diriger vers la table à manger où elle l'a étalé, de sorte qu'il prenne une partie de la table. Elle a pris une plume et de l'encre à l'intérieur de son sac qu'elle avait déposé à ses pieds, et les a ensuite placés à côté du papier.

"Que savons-nous ?" a-t-elle demandé.

"Nous savons qu'après celle que nous avons empêchée, il n'y a pas eu d'autres attaques de mangemorts jusqu'au Nouvel An", déclara Sirius. "À l'époque, nous pensions qu'ils préparaient quelque chose d'important, bien que ce soit peut-être juste dû au niveau absurde des fêtes que les Sang Pur organisent à cette période de l'année. Les cours à Poudlard se terminent dans quelques jours." Hermione écrivit la date de la dernière attaque en haut de la large feuille qu'elle avait étendu sur la table à manger qui se situait dans le sud du salon, elle a fait une pause, puis inséra la mort de Jo au-dessus de celle-ci de son écriture inclinée.

"Et que s'est-il passé en 1979 ?" ajouta Hermione en se tournant vers les trois autres. Ils se rassemblèrent autour d'elle sauf Luna qui préféra continuer son petit manège sur le fauteuil où elle s'était assise.

"Il y a eu une série d'attaques contre des membres de l'Ordre", a déclaré Sirius. "Edgar Bones et sa famille y ont réchappé de justesse le 2 janvier. Je doute que nous devions intervenir sur place. Puis il y a eu Ianthe Hestherdown trois jours plus tard. Elle est morte. Des moldus ont trouvé son corps avant nous, donc nous avons dû affronter un cauchemar logistique ainsi que de la peine. Ils ont attaqué deux autres maisons cinq jours après la première attaque, et une autre le lendemain. Deux d'entre elles étaient des membres de l'Ordre dont l'une d'elle venait de nous rejoindre, et l'autre était une erreur d'identification. Toutes se sont conclues par au moins un décès, bien que l'un d'entre eux soit un mangemort. Une nouvelle recrue, une de celles que mon frère a recruté."

"Ok". Hermione griffonna frénétiquement sur son nouveau tableau de conférence.

"Et nous essayons de sauver tous ces gens ?" les questionna Ginny.

"Pas le mangemort", répondit Sirius, avec fermeté. Hermione se tendit une brève seconde comme si elle voulait argumenter sur ce point, mais Sirius ne l'a pas laissée faire. Il n'était pas vraiment favorable à l'idée de tuer des gens, mais il n'a pas ressenti le besoin de faire tout son possible pour sauver des gens qui étaient plus que prêts à le tuer en échange de cette faveur.

"Les limites sont claires et nos attentes sont plutôt bonnes", annonça Ginny. "C'est un bon début. Quel est l'enjeu final ?"

"Harry", déclarèrent Hermione et Sirius, simultanément.

"Excellent", ajouta Ginny. "Je suis heureuse de constater que tout le monde s'investit autant pour la sauvegarde de mon fiancé qui n'est pas encore né."

"Si nous tuons Voldemort avant cette date," a déclaré Sirius, "nous n'aurons pas à nous en approcher. "Et, pensait-il, Remus n'aurait pas à affronter l'insidieuse honte en devant écouter l'un de ses plus proches amis lui dire d'aller se faire foutre et qui pensait qu'il était l'espion. Personne ne le fera plus s'effondrer comme ça.

"Nous ne savons pas où trouver Voldemort", déclara Hermione. "Et il y a le..."

"Peut-être devrions-nous faire un pas en arrière", ajouta Luna. "Nous avons besoin d'informations, tout d'abord."

Sirius avait presque oublié qu'elle était toujours là, avec son joli tas de pelures d'orange en équilibre sur le bras du fauteuil qu'elle s'était appropriée plus tôt.

"Des informations et un point final", déclara Ginny. "Ce qui est bien si c'est Harry, mais je pense qu'il faut que nous soyons plus précis."

"Nous ne pouvons pas connaître un point final viable sans informations supplémentaires", déclara Luna en se levant. "Devrions-nous en discuter ?"

"Nous vivons en démocratie", dit Hermione ("Le sommes-nous ?" demanda Ginny curieuse). "Nous allons voter chacun notre tour. Qui pense que nous devrions aller sur le terrain et enquêter ?" Sirius a levé la main, et Hermione a fait de même. "Qui veut rester ici et se disputer ?" Luna a levé la sienne.

"Ce n'est pas une dispute, mais un débat", ajouta-t'elle. "Et ce n'est pas que je ne veuille pas y aller. Le moment est juste mal choisi."

Ginny a haussé les épaules. "Je veux surtout aller pisser pour le moment", dit-elle, "et je me prendrais bien une collation".

Hermione murmura quelque chose qui ressemblait vaguement à les "Weasley".

Une demi-heure plus tard, après que Ginny eut mangé la moitié du contenu de la cuisine et que Sirius, qui savait reconnaître une bonne chose quand il la voyait, l'eut rejointe, ils étaient à nouveau dehors. Ils avaient vu plus d'action au cours des deux dernières semaines qu'ils n'en avaient vu depuis des mois, et Sirius se sentait de nouveau en vie. Sa baguette magique tremblait pratiquement d'excitation dans sa main alors qu'il la planquait dans la poche de sa veste en cuir. Il était sur le point de sautiller comme un enfant vers leur lieu de transplanage favori, dans la ruelle du fond.

"Pas de Dolohov ?" demanda Hermione, une fois qu'ils furent arrivés. Elle avait remis ses tricots à ses mains et son caban gris anthracite remontait jusqu'à son menton, un snood assorti entourant son cou.

"Personne en vue", dit Ginny. Elle avait repris la position d'éclaireur, ses cheveux roux étaient repoussés en une longue queue de cheval. Elle avait l'une de ses chevilles enfoncée dans une flaque d'eau, mais ne semblait pas l'avoir remarqué. Sirius ajusta sa propre position avant de la suivre sur le petit chemin boueux qui les mènerait à leur destination. Ses bottes n'étaient pas imperméables, et il n'avait jamais pris la peine d'apprendre les enchantements qui les rendraient ainsi.

Ils se trouvaient à un cinq cent mètres du chemin menant au bâtiment, et Sirius en a senti chaque mètre. Trop de putains de branches occupant de l'espace sur le chemin qui devrait être dégagé, et trop de putain de boue. Il préférerait que les mangemorts s'installent dans une ville. Un village, au moins.

Ils atteignirent la haie qui leur servait de point de vue, et le bâtiment se dressait devant eux. C'était une cabane, au mieux. Les côtés en bois montraient tous les signes révélateurs de l'abandon, et le toit n'était pas dans un meilleur état. Trois fenêtres ornaient les côtés visibles depuis l'approche, et toutes étaient bordées de planches. La porte, ils le savaient grâce à leur surveillance, se trouvait à l'arrière. Hermione avait dessiné un petit schéma, et tout.

"Qu'en pensez-vous ?" demanda Ginny.

"Essayons la porte", dit Sirius.

"N'est-ce pas ce à quoi ils s'attendraient ?" ajouta Hermione, en consultant son petit schéma.

"Ils s'attendront à ce qu'un visiteur évite la porte", déclara Sirius. "Ce qui signifie qu'il pourrait y avoir quelque chose d'encore plus méchant sur les fenêtres."

Luna s'approcha du bâtiment, sa longue jupe violette s'agitant alors qu'elle le faisait, et commença à jeter des sorts dans sa direction générale.

"Laisse-la faire", dit Ginny, en tendant le bras pour empêcher Hermione de s'approcher.

"Pourquoi n'y ai-je pas pensé ?" demanda Hermione à voix haute. Sirius n'a pas pris la peine de lui répondre. Elle semblait principalement se parler à elle-même, de toute façon.

Peu importe qui y a pensé, pensait-il, mais il était content que quelqu'un l'ait fait. Entrer par effraction dans un chalet fortement protégé et lourdement surveillé était une vraie saloperie, même s'il n'y avait pas de mangemorts présents. Il préférait ne pas le faire s'il n'y était pas obligé.

Mais il en savait assez sur Hermione Granger pour savoir qu'elle serait extrêmement désolée voire furieuse de ne pas y avoir pensé. Elle s'enorgueillissait d'être une planificatrice. De savoir quoi faire, et quand. Sirius était plutôt du genre à "sauter tête la première et à espérer que ça ne tourne pas au vinaigre". C'était généralement le cas. Sirius était un raté, et il en était fier. Quand on allait inévitablement devenir quelqu'un, autant en être fier.

« J'ai vérifié tout ce à quoi je peux penser », déclara Luna, « et la bâtisse n'est pas protégée. Nous ne pouvons pas passer par la porte, mais les fenêtres sont dégagées, tout comme le reste aussi. Nous avons des options, en quelque sorte, et si nous choisissons de les utiliser. »

"Excellent", dit Ginny. "Je vote pour les fenêtres."

"Elles sont très haut placées", ajouta Sirius.

"Es-tu un sorcier ou pas ?" demanda Hermione. "Allez, Sirius." Elle se tourna vers lui, sa tresse se retournant derrière elle. "À moins que tu n'aies peur."

"Jamais", répondit-il, et il rejoignit Ginny en se dirigeant vers le chalet.

Ce n'était pas tout à fait vrai, pensa Sirius, en regardant Ginny créer une échelle vers la plus grande des fenêtres en métamorphosant des branches. Il avait passé plus de la moitié de sa vie, probablement les trois quarts, à être terrifié par quelque chose. Ce qui variait. Le Choixpeau lui avait dit que la bravoure, c'était d'affronter ses peurs, et que si on n'en avait pas, on n'était pas courageux mais mortellement stupide. Eh bien, c'était la paraphrase de Sirius.

Il était donc surtout courageux, et surtout effrayé.

Et pourtant c'était un jeu d'enfant. Entrer par effraction dans un chalet presque entièrement non sécurisé. Avec de la magie. Comment cela pourrait-il être difficile ?

Ginny était au sommet de l'échelle. Elle l'a escaladée sans difficulté, même si d'après les estimations de Sirius, elle se trouvait à environ douze pieds dans les airs, et a ouvert la fenêtre par magie. En la regardant, elle a ensuite fait sauter le tout de ses gonds avec un sort bien ciblé.

"Attention", cria Hermione, le dos tourné au bâtiment et les yeux tournés vers leur environnement.

"J'y suis presque", déclara Ginny nonchalamment.

"Utilise le sort hominum revelio", lui rappela Luna.

Ginny se pencha à l'intérieur, agitant sa baguette et marmonnant des sorts, tandis que Luna pointa sa baguette vers sa jupe et commença à la raccourcir pour la rejoindre.

Sirius fut le dernier à pénétrer la bâtisse, grimpant l'échelle et se tirant pour s'asseoir au sommet du cadre de la fenêtre peu après qu'Hermione soit entrée. Il s'est demandé ce qu'il fallait faire de l'échelle. La faire disparaître éviterait qu'ils soient repérés, la conserver faciliterait leur sortie. Il la fit disparaître, jeta un sortilège amortissant sous lui et sauta dans la pièce.

Il atterrit dans une grande pièce, qui était visiblement au premier étage. Il y avait donc deux niveaux à l'intérieur du chalet. Ginny et Hermione se tenaient au centre de la pièce, leurs baguettes allumées. Luna était sans doute en train de fouiller dans un coin. Ce serait exactement son style. C'était ce que l'ancien Sirius aurait fait.

Ils formaient un drôle de petit groupe, tous les quatre. Rien à voir avec son ancien groupe, ses Maraudeurs. Trop de filles. Ils avaient accepté de laisser entrer les filles si Harry en avait été une. Il était un Maraudeur honoraire, ils avaient débattu de son surnom lors du repas de Noël 1980. "Faon" serait son titre de travail. Sirius avait mené une campagne acharnée pour "Cornedrue Jr.". (ndlr : Prongslet en anglais est plus cool)

"Sirius ?", dit Hermione. "On te parlait."

"Ouais, je n'écoutais pas", répondit-il.

"On dirait des chambres à coucher", répéta-t'elle. "C'est ce que nous nous disions."

"Il y a plus", déclara Ginny, en revenant d'un couloir où Sirius ne l'avait pas vue entrer. "Cinq chambres, et deux salles de bain. Je ne suis pas encore descendue. Où est Luna ?"

"Ici", dit Luna. "Il n'y a pas d'objets personnels sur les tables de nuit, ni de brosses à dents, ni de potions capillaires, ni quoi que ce soit dans les salles de bain. Si quelqu'un vit ici, il ne vient pas très souvent."

"Ou bien ils n'ont pas d'effets personnels et détestent prendre des bains", conclut Sirius sur le ton de l'humour avant d'ajouter. "On ne peut pas exclure cette possibilité."

"En effet...", déclara Hermione en hochant la tête. Sirius fut à nouveau distrait par le fait qu'elle était d'accord avec lui, ce qui était si rare qu'il valait la peine de le remarquer, et il manqua le reste de sa phrase. Elle avait les cheveux lâchés le long de ses épaules, et ils encadraient désormais son visage, ses boucles étaient plus lâches que d'habitude.

"C'est pour aujourd'hui ou pour demain ?" demanda Ginny en désignant les escaliers avec sa baguette. Elle ne l'avait jamais rengainée pendant sa courte visite. Ce qui semblait plutôt logique tout compte fait. Celle de Sirius était toujours dans la poche de sa veste. C'était une bien mauvaise décision. Il la sortit et hocha la tête.

Ginny conduisit le cortège jusqu'en bas des escaliers, Sirius, quant-à-lui, le ferma à nouveau. La maison, si c'est bien de cela dont il s'agissait, avait été récemment décorée. Pas avec fantaisie, mais la peinture des murs sentait bon la fraîcheur et il n'y avait aucun signe d'usure sur les meubles. Bien sûr, les objets pouvaient être réparés et protégés comme par magie, mais si vous saviez ce qu'il fallait chercher, vous pouviez sentir la magie qui avait été utilisée sur les objets. Curieusement, l'endroit était exempt de cette magie.

Presque entièrement dépourvu de magie, il semblerait.

Il s'arrêta, à mi-chemin dans les escaliers, et utilisa les mêmes sorts de détection que Luna avait lancé à l'extérieur du chalet et quelques autres qui lui étaient propres. Rien à signaler. À part quelques maléfices assez méchants mais standards qui gardaient généralement l'entrée, absolument aucune magie n'avait été utilisée sur ou dans la construction de cette maison.

"Hermione ?" dit-il, les autres hors de sa vue. "Il n'y a pas de traces magiques."

"Je sais", dit-elle. "Luna a vérifié."

"Non", répéta-t'il. "Absolument rien. Avant de venir ici, la seule magie qui avait été utilisée était sur la porte."

"Comment le sais-tu ?" demanda-t'elle, curieuse.

"Ma mère m'a appris qu'aucun Sang Pur respectable ne devrait jamais vivre dans un endroit où la magie n'a pas encore été lancée", dit-il avec drôlerie, sa voix conservant un air sec. "C'est incroyable ce qu'on peut apprendre de quelqu'un qui a tant de préjugés. Parfois, c'est utile. La plupart du temps, ça ne l'est pas."

Elle a fait une drôle de tête. "Alors, ça veut dire," dit-elle, lentement, "que cet endroit a été construit par des moldus ?"

"Ou des sorciers l'ont construit sans magie", répondit-il, "mais c'est moins probable. C'est probablement une maison moldue que Dolohov a décidé d'usurper."

"Pense à ce que tu viens de dire", déclara Hermione. Elle tendit la main et passa ses mains sur la peinture beige sur les murs.

"Oh, Dolohov est un sang-mêlé", dit-il, aéré. "Son père est un né-moldu, crois-le ou non, et sa mère est une sorcière qui ne provient pas d'une grande famille. Il est peu probable qu'on lui ait appris cela."

"Pourquoi en sais-tu autant sur lui ?"

"Encore une fois, ma mère est une vieille chatte aigrie et pleine de préjugés et elle m'a bien appris. Je pourrais te parler du statut du sang et des antécédents familiaux de la plupart des familles sorcières. Toutes celles qu'elle considérait comme dignes d'être connues, par ordre de valeur, et toutes celles avec lesquelles elle voulait que nous ne nous associions jamais. Si nous ne connaissions pas le statut du sang de quelqu'un, ses tendances traitres à son sang et avec qui tous les membres de sa famille s'étaient mariés en entendant son nom, comment saurions-nous s'ils devaient être nos amis ou nos ennemis ?" Il a observé sa réaction avec attention. "Dolohov est un sang-mêlé. Je ne le juge pas pour cela, et évidemment on ne peut pas tout prédire sur quelqu'un si on se fie uniquement à ses origines familiales." Il s'est indiqué lui-même. "Mais, tu sais, parfois les informations en valent la peine."

"Ok", dit-elle, "donc nous n'avons pas nécessairement exclu quoi que ce soit. Et l'autre homme, l'homme de petite taille ?"

"Puisque personne n'a la moindre idée de qui il est", déclara Sirius, en se disant que "C'est possible aussi. Si elle a été construite sans magie délibérément, et a été choisie pour être utilisée par les mangemorts, pourquoi ?"

"J'en ai pas la moindre idée", dit Hermione en soupirant. "Nous ferions mieux de rattraper Ginny et Luna."

Ils suivirent les escaliers, jusqu'à un couloir en bas qui communiquait avec la porte. Il n'y avait pas de fenêtres à l'étage inférieur. Cela n'a pas rendu la visibilité énormément plus difficile, car il n'y avait pas eu beaucoup de lumière entrant par les petites fenêtres sales au coucher du soleil, mais cela ajoutait certainement un défi aux yeux de Sirius. Ils n'y avaient que deux issues, au lieu de plusieurs : en remontant les escaliers ou en traversant cette maudite porte. Hermione l'avait également remarqué et avait mis sa main sur le bras de Sirius.

"Je vais garder ma baguette allumée", dit-elle. "Tu mèneras la défense."

"N'es-tu pas plus rapide ?" demanda-t'il.

"Tu vises mieux", répondit-elle.

L'autre changement non négligeable, selon lui, était qu'ils étaient tous les deux plus à cran avec la légère augmentation de l'obscurité et la diminution de la facilité de sortie.

Ils se frayèrent un chemin à tour de rôle dans les pièces de l'étage inférieur. Une autre salle de bain, une petite cuisine, une sorte de salon et deux autres chambres. Les chambres étaient identiques à celles de l'étage, avec des murs peints en beige, des planchers en bois et deux ensembles de lits superposés avec des draps à rayures de deux nuances de bleues différentes, l'une plus foncée que l'autre. Ginny et Luna se trouvaient dans la deuxième chambre, Luna étant montée sur la couchette du haut. Sirius ferma la porte.

"Quelque chose d'intéressant ?" demanda Ginny.

Hermione tira sur les draps de la couchette inférieure la plus proche. "Les housses de couette sont de fabrication moldue", dit-elle. Elle montra à Sirius une petite étiquette blanche cousue à l'intérieure de la housse. "Tu vois, c'est de Woolworths. Un magasin moldu", clarifia-t-elle, en voyant l'expression sur les visages de tout le monde.

"Tout est moldu", dit-il.

"La cuisine avait un four comme celui de notre maison", ajouta Ginny.

"Il y a quelqu'un dehors", dit Luna.

"C'est probablement un renard," dit Sirius, "ou quelque chose comme ça, n'est-ce pas ?"

Luna sauta de la couchette supérieure, atterrissant proprement. "Oh, non, je pense qu'ils sont en dehors de cette pièce."

Le pouls de Sirius s'accéléra et il resserra sa prise sur sa baguette.

"Partons !" dit Hermione, dans un chuchotement. Elle s'est tordue sur place en essayant de transplaner mais rien ne s'est passé.

Sirius essaya, et du coin de l'œil il pouvait voir Ginny faire de même, et rien ne se passa pour eux non plus.

"La poisse, ils ont lancé un sort anti-apparition", déclara Sirius. Il lança un "Muffilato" non verbal." Les mangemorts les utilisaient tout le temps", dit-il, plus discrètement. "Ils pouvaient ne pas savoir que quelqu'un viendrait ici, parfois ils les utilisaient par précaution. Mais nous n'étions pas exceptionnellement silencieux, donc ils savent probablement que nous sommes ici. Ils ont probablement entendu chaque mot que nous avons dit, aussi."

Il n'était plus vraiment heureux. Heureux était le mauvais mot. Mais il ressentait définitivement quelque chose, et c'était de loin mieux que de ne rien ressentir du tout. Même si ce quelque chose était la précipitation qui accompagne généralement la possibilité de mourir bientôt. Sa main tremblait sur sa baguette, mais ce n'était que les nerfs. Il était prêt.

Hermione agita sa baguette vers la porte, silencieusement. "Il y en a un à l'extérieur de cette pièce", dit-elle. "Deux autres à l'extérieur de la bâtisse."

« Pourquoi ne viennent-ils pas ? » demanda Ginny, cynique.

"Putain si je le savais", répondit Sirius sur la défensive de façon incisive. "Ils ont clairement plus de maîtrise de soi que moi."

Il avait hâte de sortir, à vrai dire.

"Ginny, Luna," dit Hermione, "courez vers les escaliers. Sirius, couvre-les. Je vais..."

"Non", dit-il, avec fermeté. "Je vais d'abord sortir et prendre le mangemort. Vous passerez en courant. Hermione, tu peux faire la couverture si tu veux, mais je vais prendre le mangemort." Elle ne pouvait pas tout contrôler. Il avait besoin de la protéger, elle et les deux autres.

"Pourquoi ?" demanda-t'elle.

"Parce que je vise mieux", a-t-il dit. "Et, en plus, je suis celui qui a le moins à perdre."

"Sirius", déclara Hermione, avec le ton de quelqu'un qui avait beaucoup plus à dire.

"Chut", dit Luna. "Ils vont arriver d'un moment à l'autre, j'en suis sûre. Nous devrions conserver l'élément de surprise tant que nous l'avons encore." Elle se dirigea vers la porte, faisant signe à Ginny de la suivre. "Merci, Sirius, à plus tard."

Luna ouvrit la porte d'un mouvement de baguette, et Sirius sauta dans l'action. Il sentit vaguement la ruée des trois jeunes femmes qui passaient derrière lui alors qu'il lançait au mangemort autant de sorts offensifs qu'il pouvait imaginer. Il faisait nuit, sa visibilité était nulle et conjurer des lumières en de telles circonstances lui feraient perdre de précieuses secondes. Il ne pouvait que lancer dans la bonne direction, espérer, et s'écarter de tous les jets de lumière qu'il voyait passer. Il se protégeait de temps en temps. C'était presque impossible, pensa-t'il, alors qu'il roulait sur le sol pour éviter quelque chose qui ressemblait étrangement au sortilège de la mort. Il n'avait aucun moyen évident de gagner ce duel. Et pourtant, il ne s'était pas senti aussi vivant depuis des mois.

"Stupéfix !" cria-t-il, se redressant à nouveau. "Confringo !"

Ses sortilèges ont été accueillis par des cris en réponse et des sorts non verbaux. Il s'écarta de la trajectoire de quelques minuscules boules de feu, sauta par-dessus un fil déclencheur conjuré et glissa sous une sorte de lame. Il garda sa volée de sorts en réponse, lançant tous les sorts offensifs imaginables auxquels il pouvait penser en direction de son adversaire.

Le mangemort grognait à l'idée de poursuivre le duel, et Sirius ressentait la pression. Ils devraient s'entraîner au duel, lui et les filles. Maintenir leurs compétences à jour. Il devrait se remettre à courir pour être en meilleure forme.

"Gemino !" cria-t-il, au son du cliquetis.

Il savait déjà qu'il était fatigué à ce moment-là. L'utilisation de sorts ridicules dans un duel était généralement un signe.

Il plongea pour échapper à un autre sortilège mortel, frappa le sol dans un bruit sourd, puis il n'y eut plus rien.



**********


La pièce dans laquelle il est entré était aussi sombre que celle qu'il avait quittée, mais ce n'était pas la même. Celle-ci avait un sol en terre battue, pour commencer. Il se mit en position assise, en attendant que ses yeux s'adaptent, et a commencé à s'examiner pour voir s'il était blessé. Il y avait ce qui ressemblait à du sang humide entre ses sourcils, et une blessure évidente à l'épaule droite, mais heureusement rien de trop grave. Il pouvait guérir tout cela.

Avec un peu de chance, elles resteraient ses seules blessures.

En ajustant ses yeux à la faible luminosité ambiante, il pouvait dire qu'il se trouvait dans une petite pièce ronde. Les murs étaient en pierre, le sol ainsi que le toit étaient ouvert aux éléments. C'était une bonne chose que la nuit soit sèche. Le soleil s'était maintenant couché, ce qui laissait qu'une heure environ après leur entrée à l'intérieur du chalet jusqu'au petit matin. Il doutait d'avoir été absent pendant vingt-quatre heures. Il se sentait trop mobile. Il étira ses membres, un par un, et se leva.

Sirius ne pouvait que supposer, sur la base des informations dont il disposait, que c'était un mangemort qui l'avait emmené en captivité. Il avait supposé que c'était celui qui l'avait provoqué en duel. Et, ce n'était pas ainsi que l'Ordre retenait les gens. Ils les retenaient sur place, et appelaient Maugrey, Frank ou Alice Londubat pour qu'ils viennent procéder à une arrestation officielle. Les mangemorts avaient un motif pour être dans la maison, car ils devaient y être hier. Ils ne savaient pas quel était le motif, mais il y en avait un quelque part dans cette histoire.

Il ne savait pas s'ils savaient qui il était.

Il n'avait aucune idée de l'endroit exact où il se trouvait.

Il y aurait presque certainement des sorts anti-apparitions dans cette prison, et dans d'autres quartiers. Il était impossible de les escalader, de toute façon, les murs étaient lisses et s'appuyaient sur eux-mêmes.

Dans la chambre, il disposait d'un pot de chambre, ce que Sirius avait toujours méprisé, un matelas en paille et une seule couverture. Il n'avait pas de baguette, et les salauds avaient aussi pris ses chaussures pour une raison quelconque.

Après avoir terminé son analyse de ce qu'il savait exactement, ce qui n'était pas beaucoup, Sirius décida qu'il n'avait pas de temps à perdre pour commencer le régime de fitness auquel il avait pensé pendant le duel. Il commença par des étirements de base et, faute d'autre chose, il se fraya un chemin à travers les exercices d'entraînement de James sur le terrain de Quidditch, du mieux qu'il put.

À mi-parcours, il lui vint à l'esprit qu'il ne devrait peut-être pas être trop fatigué si quelqu'un entrait.

Dormir l'aurait rendu, eh bien, trop somnolent si quelqu'un entrait, alors il passa le temps à affiner sa mémoire de diverses choses heureuses qui s'étaient produites dans sa vie. C'était toujours une façon constructive de passer son temps. Cela lui rappela l'intérêt de ce qu'il faisait.

Les étoiles étaient bel et bien sorties lorsque quelqu'un est venu voir Sirius. Il était allongé sur le dos sur la paillasse, l'ayant traînée au centre de la pièce, et examinait son étoile dans le ciel nocturne. Son père était également visible. Il était peut-être l'étoile la plus brillante, mais son père avait toute une putain de constellation. C'était juste de l'avidité.

Androméda avait aussi une constellation, mais c'était différent. Il aimait bien Androméda.

"Bonsoir", dit un homme masqué et vêtu d'une cape noire se tenant au-dessus de lui. Un mangemort, s'il en avait déjà vu un auparavant.

Sirius se leva. "Bonsoir", dit-il en tendant la main droite.

Le mangemort le regarda avec dégoût.

"Vous feriez mieux de ne pas faire le malin", a-t-il dit. "Parce que vous allez me dire ce que vous faisiez ce soir."

"Non, je ne pense pas que je le ferai", déclara Sirius. « Pas à moins que vous ne me disiez qui vous êtes et où vous m'avez mis. »

Il croisa les bras, s'attendant à recevoir une dose de la malédiction du Doloris. Elle n'est pas venue. Au lieu de cela, il a reçu un coup de pied rapide dans les couilles.

"Merde", dit Sirius, en sifflant et en se pliant en deux.

"Qui êtes-vous ?" demanda le mangemort sans lui laisser le temps de se remettre. Il n'avait pas d'accent perceptible dans sa voix, et donc Sirius décida que cela ne pouvait pas être Dolohov. Sa voix avait toujours été fortement accentuée, et il était sûr qu'il était plus grand que cet homme.

"Quelle importance ?" répondit Sirius par deux questions l'une après l'autre. "Pourquoi me gardez-vous dans cette putain de prison ?"

"Qui êtes-vous ?" réitéra-t'il encore.

"Je ne vous le dirai pas", dit Sirius, en échange il reçut un nouveau coup de pied dans les couilles. C'était un putain de bon travail, il n'avait aucune envie de faire des enfants, avec ce traitement. Il lui faudrait bientôt trouver un plan décent. Il était soit stupide, soit encore plus arrogant qu'il ne le pensait, parce qu'il ne s'était pas donné la peine de le faire quand il était seul dans la cellule. Le plan à moitié élaboré était "ne rien dire et s'échapper quand le mangemort entrera", sauf qu'il n'avait pas vu comment il était arrivé.

"Avez-vous même une baguette ? ", demanda-t'il, en optant pour le plan consistant à "le pousser à faire quelque chose de stupide et voir si vous pouviez l'utiliser à votre avantage". "Ne pouvez-vous même pas utiliser la magie pour obtenir des réponses de ma part ?" Il se redressa. « Qu'y a-t-il sous ce masque ? »

"Tu es plus stupide que tu en as l'air", cracha le mangemort en commençant à perdre patience. "Tu as une baguette, et des vêtements moldus, et tu ne sais pas ce que je représente ?" Il était passé au tutoiement, ce qui ne signifiait qu'une chose. Son plan marchait.

"Je n'ai plus de baguette, n'est-ce pas ?" déclara simplement Sirius. « Putain de prise, n'est-ce pas ? »

"Essayons une approche différente", commença l'homme. Sirius sentit le pincement de la légilimancie contre son cerveau. C'était quelque chose qu'il aurait dû prévoir. Il avait beaucoup d'expérience avec la légilimancie, et il était capable d'identifier rapidement son utilisation, ce qui lui donnait un avantage contre son utilisateur. Malheureusement, son inconvénient était qu'il était vraiment médiocre en occlumancie. Sa mère avait essayé de lui enseigner, il avait été horrible et Regulus avait été parfait. On leurs avait enseigné au sein de l'Ordre, et Peter et Remus avaient été parfaits. James, au moins, avait été presque aussi terrible que Sirius, et donc Sirius adopta ce qu'il aimait appeler la technique d'occultation de James Potter. Au lieu de permettre au mangemort d'accéder à l'endroit de son choix, il commença à reconstituer lentement et de manière tortueuse les matchs de Quidditch qu'il avait joués dans sa tête.

Bien sûr, un légilimens compétent pourrait mettre cela de côté, et un médiocre mais énergique pourrait aussi le contourner. La plupart du temps, dans l'expérience de Sirius, cela rendait les légilimens tellement frustrés par vous qu'ils recouraient à la torture magique ou physique, ce que Sirius pouvait mieux gérer.

"Je vois que tu as de l'expérience avec l'occlumancie", dit le mangemort.

"Avec quoi ?" demanda Sirius.

"Es-tu membre l'Ordre du Phoenix ?"

"Non."

"Tu ne mens pas."

"Non, bien sûr que je ne le fais pas."

Sirius devait donc être prudent ici. Il semblait que le mangemort ne pouvait pas ou ne voulait pas utiliser la force nécessaire pour pousser le cerveau de Sirius au-delà des rediffusions de Quidditch, mais qu'il avait suffisamment de compétences et de conscience pour repérer la vérité. Il se força à repenser au Quidditch alors que la question suivante sortait de la bouche de l'homme.

"Sais-tu ce qu'est l'Ordre du Phoenix ?"

"J'ai entendu parler d'eux dans les journaux." C'était juste une omission des faits, pas un mensonge. Cet homme devrait apprendre à poser de meilleures questions.

"Qui étaient les autres ?"

"Mes amies."

"La vérité. Bien joué. Tu commences à comprendre."

"Qui es-tu ?"

« J'aime fouiner dans les endroits incongrus. »

"Ce n'est pas une réponse, mais ce n'est pas faux. Quel est ton nom ?"

Il repoussa la batte du batteur et frappa le cognard directement sur le poursuiveur de Serpentard, et il le frappa en plein milieu du dos. Il a laissé tomber le souafle et...

"William Smith."

... Le poursuiveur de Gryffondor l'a attrapé et l'a jeté à un autre, et ils ont visé le but, et, merde, le gardien de Serpentard...

"Statut du sang ?"

... L'attrapa et le jeta au poursuiveur de Serpentard qu'il avait frappé, et ils le passèrent, et il y eut un cri des gradins, l'attrapeur de Serpentard plongea...

"Né-moldu."

"Qu'est-ce qu'un sale Sang-de-Bourbe veut creuser ici ? Que pensiez-vous trouver ?"

"Je te l'ai dit, j'aime fouiner dans les endroits incongrus. "Sirius a parié. " Et ne m'appelle pas Sang-de-Bourbe, putain de connard."

"Endoloris !"

Sirius eut à peine le temps de penser que c'était plutôt le cas lorsqu'il a touché le sol dans la douleur familière de la malédiction du Doloris. Il pouvait le supporter. Il gémit la bouche fermée dans la douleur, alors que son corps se repliait sur lui-même et s'ouvrait, les deux en même temps. La douleur s'est arrêtée. Il était toujours debout, s'il s'était légèrement recroquevillé au milieu, il n'avait pas vomi ou pire.

"Tu sais comment prendre ça, n'est-ce pas ?"

"Était-ce un impardonnable ?" Bien sûr, il savait comment le prendre, mais il ne laisserait pas ce salaud voir ce souvenir.

Différents mangemorts utilisaient le Doloris à différentes fins. Bellatrix aimait la souffrance. Elle rendait la légilimancie plus facile, certains aimaient ça. Elle produisit la vérité de certaines personnes, juste en lançant le sort. Mais Sirius Black était un expert dans l'art de supporter la douleur de la malédiction du Doloris, et il ne donnerait rien tant qu'il était sous ses effets. Une autre leçon utile de sa mère, bien que probablement pas celle qu'elle avait prévue.

" Es-tu William Smith ?"

"Oui", dit-il en pensant au Quidditch.

"Quels sont les noms des personnes qui étaient avec toi ?"

« Qu'avez-vous fait d'elles ? » Il n'a pas osé penser à leurs noms. Putain de merde, il espérait qu'elles étaient en sécurité. Il espérait qu'elles étaient chez eux, et pas dans une autre prison comme celle-ci.

"C'est moi qui pose les questions, Smith."

"Qui es-tu pour être si exigeant envers moi ?"

Cela lui a valu une autre tournée du Doloris, comme il l'avait prévu. Il était réconfortant de voir que ce mangemort semblait aussi prévisible que les autres qu'il avait rencontrés. Il leur faudrait un manuel sur la façon d'être imprévisible durant leurs séances de torture. Il s'effondra sur le sol, chaque partie de son corps en feu, et essaya de déchirer son pied dans l'espoir de l'arracher à la douleur et de faire en sorte qu'au moins une partie de son corps soit en paix. Il donnerait presque tout pour que la douleur cesse, mais pas ses secrets.

Il était au sol lorsque la douleur a cessé, serrant son pied gauche.

"T'arrives-t-il de crier ?" marmonna le mangemort surpris par sa résistance.

"Non", déclara Sirius. C'était une sorte de fierté.

"Qu'est-ce qui ne va pas chez toi ?" siffla le mangemort, visant Sirius d'un coup de pied rapide. Il s'est connecté avec sa tête, puis deux autres avec ses côtés, et Sirius se jeta en boule pour protéger ses testicules. Le monde tourna pendant un moment, et il était certain qu'une côte était cassée.

Pense au Quidditch, se dit-il.

Ne pense à rien qui puisse t'identifier.

La malédiction du Doloris devenait presque un peu ennuyeuse maintenant. La douleur était encore putain d'horrible, et le rendait incapable de penser rationnellement, mais elle s'estompait assez rapidement. Il ne se pisserait jamais dessus. La plupart des gens le faisaient. Ou pire encore. Sirius avait vu des hommes plus forts que lui se chier dessus sous son influence. Encore une fois, il devrait remercier sa mère pour ça, il le supposait.

"Te lasses-tu de tout ça ?" demanda le mangemort. "Pourquoi ne te touche-t-il pas comme il touche les autres, je me le demande ?"

"J'ai un seuil de douleur élevé", déclara Sirius. Il s'est retourné et s'est assis. Il avait certainement une côte cassée. Si ce n'est pas deux.

"Je te briserai si je le veux", dit le mangemort. "Il n'y a aucun doute à ce sujet."

"Montre-moi", répondit Sirius. Il prit ce qu'il pensait être une terrible décision, et bondit de sa position assise aux jambes du mangemort, les tirant vers le sol et le frappant rapidement dans ses propres couilles. Sa baguette est tombée par terre, et Sirius s'est empressé de s'en emparer.

Le mangemort riposta, en s'attaquant à Sirius. Le bout des doigts de Sirius a presque atteint la baguette, et il donna un coup de pied au mangemort et enroula sa main autour de la baguette. Avant qu'il n'ait pu la soulever, le mangemort s'est lancé sur lui et l'a fait voler. Les deux hommes ont essayé de la rattraper au sol, leurs jambes et leurs bras se touchant fréquemment pendant la course.

Sirius était un peu plus lent forcément. Le mangemort saisit la baguette et fit traverser la pièce à Sirius, qui s'effondra contre le mur de la prison, les pieds quelque peu au-dessus de la tête, et le filet de sang chaud lui tombait sur le visage.

"Je ne sais pas qui tu penses être", dit le mangemort, qui saignait également de la racine des cheveux et tenait maladroitement son bras gauche en travers de son corps. Sa baguette était fermement serrée dans sa main droite, signe de victoire. "Mais je ne pense pas que je souhaite que tu vives encore longtemps."

Le mangemort tendit sa baguette magique et Sirius s'envola une fois de plus dans les airs, frappant le mur à nouveau et le monde entier s'assombrit pour la deuxième fois ce soir-là.

End Notes:

Quelle est votre sucrerie sorcière favorite ? :)

Chapitre 23 : Être l'héritier by Miss Delavergne
Author's Notes:

Re,

Comme j'avais vraiment du retard, j'ai décidé de publier deux chapitres à la suite. Je tiens à vous prévenir, ce chapitre contiendra des relations charnelles homosexuelles. Dans tous les cas, j'espère vraiment que vous passerez un bon moment. Surtout n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez. Un auteur aime savoir son travail apprécié à sa juste valeur.

Bonne lecture !! :D

Regulus, décembre 1978, Grimmauld Place, Londres.


La saison des fêtes d'hiver allait commencer ce soir, et Regulus Black était plus que prêt pour cela.

Tous ceux qui le désiraient sont rentrés de Poudlard pour les vacances d'hiver et profitaient de leur première nuit en famille avant le début des engagements sociaux qui se déroulaient chaque année à l'époque de Noël. Poudlard était étouffant ces jours-ci, et Regulus aspirait ardemment à la compagnie d'hommes de sa trempe plutôt que celle des garçons avec lesquels il partageait un dortoir à Poudlard. Les fêtes pouvaient être ennuyeuses, en particulier les plus grandes, mais il y trouvait généralement une bonne conversation ainsi que du bon vin elfique. Et, bien sûr, en tant que meilleur exemple de jeune héritier d'une grande fortune, Regulus connaissait toutes les bonnes personnes.

La fête de Noël chez les Black était toujours la première, conformément à leur rang de famille de Sang Pur la plus ancienne, la plus riche et la plus influente de la Grande-Bretagne sorcière. Le trimestre s'est terminé vendredi, et la famille Black accueillait tout le gratin mondain dès le samedi soir. La fête de Noël chez les Malfoy tombait la veille de Noël, et entre les deux, les petites familles se disputaient la meilleure place. Il était important de planifier soigneusement votre stratégie à cette occasion. Assister à l'une de ces fêtes impliquait une faveur, et c'était quelque chose à donner avec précaution. Certaines nuits, il était de loin préférable de rester à la maison.

Après le Réveillon, on pouvait assister à la soirée du jour de Noël à Hambleton Hall, habilement organisée par Bellatrix, si l'on avait la chance de recevoir une invitation. D'autres occasions plus modestes, puis la brillante finale du bal de la Saint-Sylvestre se déroulerait au manoir Fawley. Regulus se réjouissait particulièrement de cette soirée. Ce serait son premier événement majeur au sein de la maison de sa fiancée.

Ce soir, la fête de famille sera aussi à l'occasion de ses fiançailles. Adeline allait éblouir et charmer, il en était sûr. C'était une magnifique jeune femme, douce et intéressante, et elle et sa mère avaient l'œil pour une tenue flatteuse. Parfaite, bien sûr, comme il se doit pour sa future épouse, elle ne pouvait manquer de faire tourner les têtes. Il s'habillerait simplement, peut-être de la soie gris foncée qui faisait ressortir son regard anthracite et ne se heurterait à rien de ce qu'elle aurait pu choisir. La mère de Regulus avait toujours un photographe à sa disposition, et souvent un magazine ou les pages sociétales de la Gazette du Sorcier. Il n'y avait pas de quoi s'y opposer.

Regulus réfléchissait aux mérites d'avoir envoyé un message par hibou postal à Adeline afin de vérifier la couleur pour coordonner au mieux leurs deux tenues, lorsque sa mère a frappé à la porte.

"Regulus, mon cher, les traiteurs sont arrivés, auriez-vous l'amabilité de les chaperonner ? Votre père est occupé à l'intérieur de son bureau, bien sûr, et j'ai un rendez-vous avec ma coiffeuse personnelle que je ne peux pas manquer."

"Naturellement, ma très chère mère", répondit Regulus. La soie gris foncée ferait l'affaire. La coordination excessive était un exercice difficile, quelque chose pour les familles inférieures.



Il eut à peine le temps de saluer Adeline à son arrivée avant qu'ils ne soient tous les deux engloutis à l'intérieur de la grande masse de personnes présentes à la fête. Tout le monde était présent, et puis beaucoup d'autres qui n'étaient personne en particulier. Regulus se laissa photographier par le reporter de la Gazette, parla longuement à Abraxas Malfoy, qui insista pour donner des conseils de carrière à Regulus, et écouta oncle Cygnus, ivre, se plaindre des nombreux échecs de sa cousine Androméda. De l'autre côté de la pièce, sa mère était en présence d'un petit cercle d'amies proches, sans doute en train de râler au sujet de certaines autres femmes présentes à l'occasion. Elles l'ont toujours fait. Il espérait qu'Adeline n'était pas encline au bavardage, c'était tellement inconvenant.

"Regulus, mon garçon, c'est une belle fête, tout simplement superbe." Le professeur Slughorn frappa Regulus dans le dos alors qu'il s'approchait de lui, un gobelet de vin en argent fabriqué par les elfes dans l'autre main. Regulus en profita pour s'extraire de Cygnus, qui était passé à sa déception que ni Bellatrix ni Narcissa ne lui ait encore donné de petit-enfant. "Et félicitations, bien sûr, à Miss Fawley qui est une excellente perspective pour vous. Vous irez bien ensemble. Des jeunes personnes très complémentaires, et bien sûr d'excellents élèves tous les deux."

"Merci, Monsieur, c'est très agréable d'entendre ça de votre part. Je suis ravi que vous ayez pu venir." Regulus fit un signe de tête pour reconnaître l'arrivée d'Avery dans le salon, avant de revenir à la conversation avec son chef de maison. "S'il vous plaît, servez-vous des rafraîchissements. Il y a des fromages exceptionnels, et un excellent porto qui les accompagne parfaitement."

"Merci, mon cher garçon, je serai toujours intéressé par un bon verre porto", dit Slughorn. "Aha ! Mais c'est le vieux Carrow Mannion là-bas ? Je dois aller lui dire bonjour, Regulus, si ça ne vous dérange pas ?"

Regulus secoua la tête. Une pause ne serait pas de refus. Ces fêtes étaient certes stimulantes, mais il y avait bien trop de conversations à son goût qui s'enchaînaient à une telle vitesse. Il se promena à travers la maison ainsi que dans les jardins. Un moment et un peu d'air frais lui ferait le plus grand bien, et il serait prêt à reprendre ses fonctions de jeune héritier et de nouveau fiancé.

Il aurait une petite cérémonie de mariage, décida Regulus. Il ne fait aucun doute que Madame Fawley et sa mère organiseraient une grande réception ostentatoire, avec tous ceux que l'une et l'autre espéraient jamais impressionner, mais la cérémonie devrait se dérouler devant moins de cent personnes. Il supposait qu'il n'aurait pas à inviter Sirius, ou Androméda, son Sang de Bourbe et sa morveuse au Sang-Mêlé qui lui servait de fille. Quel âge avait-elle déjà ? Il n'était pas sûr de s'en souvenir, pas que c'était important en soi. Mais moins de quatre-vingts personnes serait quasiment impossible. Adeline avait déjà choisi rien de moins qu'onze demoiselles d'honneur, dont ses deux petites nièces.

"Le Seigneur des Ténèbres arrivera bientôt", déclara Avery, en coupant les pensées de Regulus. "Il souhaiterait que vous soyez présent dans la salle. Il n'a pas l'intention de rester très longtemps."

"Merci, Avery." D'après la hiérarchie sociale sorcière, Regulus était considéré comme étant au-dessus d'Avery. Sa famille était presque aussi riche que les Black, mais elle était en proie au scandale et avait tendance à faire des mariages bien inférieurs à leur statut. Les rumeurs continuaient à courir selon lesquelles la mère d'Avery avait fréquenté un loup-garou avant son mariage, et sa plus jeune sœur était, disait-on, une vieille bâtarde que M. Avery avait engendrée avec sa secrétaire. Cependant, dans les cercles du Seigneur des Ténèbres, Avery occupait un rang plus élevé que le sien. Regulus était un nouvel initié, et n'était pas encore considéré comme ayant suffisamment fait ses preuves. Il s'élèvera avec le temps, Regulus en était certain. Son sang le plaçait déjà plus haut que les autres fraîches recrues.

"Oh, et Selwyn m'a dit qu'il a besoin de vous plus tard. Bonne chance avec celui-là. Il espère que vous le sortirez d'un trou, pour autant que je sache."

"Je ferai ce que je peux, si c'est l'affaire du Seigneur des Ténèbres."

"Qui sait ce que c'est. Comment va votre fiancée ?" demanda Avery.

"Elle va bien", répondit Regulus. "J'ai pris plaisir à la voir échanger des conseils de beauté avec ma chère cousine, la dernière fois que je l'ai vue. Vous connaissez Narcissa Malfoy, bien sûr ? Il y a tellement de gens ici qui veulent discuter avec moi que j'ai à peine eu le temps de m'occuper correctement d'Adeline ce soir. Je dois le faire, avant que notre Seigneur n'arrive."

"Certainement", déclara Avery. "Nous ne voudrions pas que votre union soit menacée."

"Il n'y a aucun danger", ajouta Regulus, en claquant des doigts pour que Kreattur remplisse son gobelet. "Elle n'hésite cependant pas à me réprimander, et je préfère suivre ce que je sais qu'on attend de moi."

"J'espère qu'elle en vaut la peine", sourit Avery. "Ma mère m'a cherché une femme. Je ne peux pas dire que cela m'intéresse, les sorcières sont bien plus amusantes quand on n'est pas obligés de les épouser."

"Le mariage a ses avantages", dit Regulus alors que les deux sorciers revenaient dans la foule du parti. "Et vous avez le luxe d'avoir de plus jeunes frères. Moi, je n'en ai pas."

"C'est juste", déclara Avery. "Avez-vous entendu parler de Dolohov et de Jugson ?"

"Oui", dit Regulus. "Dolohov a toujours fait preuve d'un grand esprit d'initiative, il n'est pas surprenant qu'il ait été blessé. Cela lui apprendra à faire de meilleurs choix en cas d'attaque. Et Jugson pourrait bien être mieux mort. Cet homme n'a aucune réflexion, et il était un danger pour notre cause."

"On pourrait penser que vous vous sentiriez désolés pour eux, car ils sont des vôtres désormais."

"J'apprécie l'intelligence et la compétence, Avery, et je pense que nous pouvons faire beaucoup plus en tant que groupe plus petit et meilleur que nous ne le pouvons avec un plus grand groupe contenant des éléments moins souhaitables. J'avais pensé que quiconque s'affilierait à notre cause y croirait."

"Encore une fois, Black, vous marquez un point." Avery sourit. "Et c'est là que je vous laisse." Il disparut dans la foule alors que lui et Regulus atteignaient Adeline et Narcissa.

"Mesdames", dit Regulus en se tournant vers sa cousine et sa fiancée. "Puis-je vous apporter quelque chose ? Un verre ? De la nourriture ? Un des gâteaux miniatures ? Il paraît qu'ils sont sublimes."

"Oh, non, votre adorable elfe de maison nous garde plus que confortables", répondit Adeline. Regulus pensait que le côté formel de sa voix s'estompait ces derniers temps. Il était certain qu'elle ne l'avait pas utilisé avant leurs fiançailles, même s'il admettait que ses conversations avec elle avaient été limitées. Il était plutôt obsédé par quelqu'un d'autre pendant une bonne partie de la sixième année, et avant cet engagement.

"Je suis à l'aise aussi", déclara Narcissa. "Adeline est adorable, Regulus. Elle sera une épouse parfaite pour toi." Adeline rougit considérablement au compliment qui lui était adressé, et Regulus sourit. Il était satisfait de son choix.

"Ah, Regulus Black" fit une voix basse et soyeuse. "J'avais espéré vous trouver à mon arrivée, et vous voilà."

"Je cherche toujours à vous plaire, mon Seigneur", dit Regulus, s'inclinant bas alors qu'il se tournait pour faire face au Seigneur des Ténèbres. "La fête est-elle à votre goût ?"

"Je viens fraîchement d'arriver", répondit le Seigneur des Ténèbres. "Et je suis très désireux de rencontrer la famille de ma nouvelle recrue la plus brillante."

"Je vous remercie pour vos paroles, mon Seigneur", déclara Regulus. "Mon Seigneur, voici ma fiancée, Miss Adeline Fawley, la fille d'Alpherton et Evangeline Fawley. Nous célébrons nos fiançailles, ce soir, et il y aura bien sûr un petit rituel dans l'heure qui vient pour cimenter les liens entre nos deux familles. C'est une jeune femme charmante, et je suis très fier de l'accueillir dans la famille Black dès que je pourrai persuader son père de la laisser partir. Et, vous connaissez bien sûr Mme Narcissa Malfoy, l'épouse de Lucius."

"En effet, et je suis ravi de vous voir ici Mme Malfoy." Le Seigneur des Ténèbres se pencha pour lui baiser la main, et se tourna vers Adeline. "Et je suis très honoré de faire votre connaissance, Miss Fawley. Je ne crois pas connaître qui que ce soit dans votre famille, mais vous êtes issue d'une bonne famille, et Regulus ne se reposera jamais pour s'assurer que votre réputation de femme de bonne naissance et de puissante magie vous précède."

Adeline se tourna vers Regulus, qui lui a offert un sourire encourageant. Elle se releva après avoir fait une petite révérence lorsque le Seigneur des Ténèbres lui embrassa la main, et Regulus sourit à nouveau. Elle ferait une belle mariée. Il savait qu'elle le ferait, bien entendu.

"Et dans combien de temps pensez-vous que votre père vous autorisera à vous marier ?" demanda le Seigneur des Ténèbres à Adeline.

"Ma mère tient à ce que je termine mes études avant de prononcer mes vœux de mariage", déclara Adeline doctement, sans détourner son regard du visage du Seigneur des Ténèbres. Elle a tenu un regard fixe, et Regulus était fier d'elle. Le Seigneur des Ténèbres n'était pas un homme facile à regarder dans les yeux. Il n'aurait pas atteint ce sommet si c'était le cas. "Mon père lui permet de faire cette représentation à la famille de Regulus." Elle s'est dessinée de toute sa hauteur. "Je préférerais me marier le plus tôt possible. Je souhaiterais des bébés et un beau mariage c'est tout ce que j'ai toujours voulu, pas des résultats d'examens écrits sur parchemin. J'apprendrai mes tours de magie les plus précieux au sein de cette maison, pas dans une école."

"Bien dit", répondit le Seigneur des Ténèbres, et Regulus savait qu'Adeline lui avait fait plaisir. "Vous serez un bon parti pour un homme bien. Et maintenant, vous allez devoir nous excuser, mesdames. J'aimerais que Regulus ait un peu de temps pour moi ce soir, car je ne peux pas rester longtemps à mon plus grand regret. Je suis un homme très occupé et je souhaiterais rencontrer les parents de Regulus avant de prendre congé."

"Certainement", déclara Regulus, et il fit un signe de tête à Narcissa avant de prendre la main d'Adeline pour un baiser d'adieu.

Il se déplaça à travers la foule, le Seigneur des Ténèbres à ses côtés. La foule s'était déjà séparée pour Regulus, hôte de la fête et jeune héritier de la maison, mais elle l'a fait encore plus facilement pour le Seigneur des Ténèbres. Nombreux sont ceux qui étaient des adeptes comme Regulus lui-même, ou qui ont aspiré à l'être. Les autres connaissaient au moins la valeur de son travail, même s'ils n'avaient pas encore trouvé en eux cette volonté farouche. Regulus était sûr qu'ils le feraient, avec le temps. Il devenait plus clair que jamais que pour avoir une place dans le nouveau monde qu'ils étaient en train de créer, ces hommes devraient les rejoindre. Ils ne pouvaient s'attendre à des rôles, des titres et des honneurs s'ils n'avaient pas fait partie de la création.

"Regulus, pouvons-nous parler, en privé, avant que vous ne vous présentiez à vos beaux parents ?" demanda le Seigneur des Ténèbres, alors qu'ils entraient dans le couloir.

"Certainement, mon Seigneur." Regulus le conduisit dans le salon de sa mère, qui avait été fermé pour les festivités de la soirée. C'était une pièce qui n'était pas au goût de Regulus, trop voluptueuse et composée de frises plutôt que de lignes fortes, pas assez de bois durs et d'argenterie de bon goût que Regulus préférait. Mais c'était le droit de sa mère, et en tant que tel, elle avait le droit de la décorer comme elle l'entendait. Sa main tremblait légèrement sur la poignée de la porte lorsqu'il la fermait et il fît un mouvement de baguette pour la verrouiller. Il n'avait jamais été autorisé à avoir une audience privée avec le Seigneur des Ténèbres, et c'était un honneur. Il espérait seulement qu'il pourrait s'acquitter aussi bien qu'il le souhaiterait.

"J'ai appris de nombreuses sources sûres que vous avez obtenu des résultats admirables lors de vos déplacements limités en dehors de l'école et jusqu'à présent vous m'avez fourni des services exceptionnels entre ces murs. Pour cela, je vous remercie. Cependant, j'ai entendu dire par Bellatrix que malgré votre volonté de lancer le sortilège de la mort sur une racaille de basse condition, vous n'avez pas encore réussi à tuer. Ce n'est pas votre faute, bien sûr. Vous pouvez blâmer votre ancien frère. Est-ce exact ?"

"Oui, mon Seigneur", dit Regulus en baissant la tête. Il avait échoué ce soir-là.

"Cela n'a pas d'importance", ajouta le Seigneur des Ténèbres. "Regulus, je ne veux pas que vous ayez l'impression de m'avoir laissé tomber dans cette affaire. Vous essaierez de nouveau. Bientôt, si cela peut s'arranger. Je sais qu'il est difficile pour vous de vous libérer des limites de Poudlard sans que votre position d'espion ne soit compromise, alors j'espère que vous y arriverez avant de retourner à l'école. Avery vous fournira des détails. Maintenant, je souhaiterais que vous me donniez des informations. Qu'avez-vous découvert sur les actions d'Albus Dumbledore depuis votre dernier rapport à Avery ?"

Regulus se gonfla de fierté. Il n'avait pas manqué à son devoir envers le Seigneur des Ténèbres. On lui confiait la difficile tâche de recruteur et d'espion, sous le nez du chef de l'Ordre du Phoenix, et il continuerait à faire la fierté du Seigneur des Ténèbres. Il tuerait, quand on le lui demanderait, parce que c'était de la plus haute importance. Il décrivit avec le plus de détails possible les mouvements d'Albus Dumbledore dont il se souvenait, et promit de faire des rapports à Avery avec une fréquence accrue à son retour.

"Regulus", dit le Seigneur des Ténèbres, en quittant le salon, "il serait bon ton que vous épousiez cette fille dès que vous le pourrez. Je crains que vous n'ayez besoin de le faire avant qu'elle ne termine sa scolarité, et en dehors de cette nécessité, cela me ferait très plaisir que vous le fassiez. Vous êtes notre seul espoir, Regulus, de nous protéger contre la disparition d'une autre famille noble de la boue envahissante qui pullule."

Regulus retourna dans la foule festive sur son nuage, et prit plaisir à faire les présentations entre son Seigneur et ses parents. Mère semblait charmée, et Père était impressionné par sa force de conviction. Le Seigneur des Ténèbres promit de rester pour le rituel de liaison, qui devait avoir lieu à vingt-deux heures exactement.

Sa mère rassembla la foule, et Regulus a pris un moment dans le couloir pour se calmer. Il devait se tenir correctement. La famille d'Adeline ne serait pas du tout impressionnée si le marié était un peu secoué et agité lors de la promesse formelle.

"Maître Regulus", dit Kreattur, en apparaissant à son coude. "Maîtresse désire vous voir maintenant. Maîtresse est prête, Maître Regulus, et bientôt Missy aussi."

"Merci, Kreattur", dit Regulus, se penchant pour s'adresser respectueusement à l'elfe. "Je vais y aller maintenant."

"Vous le ferez, Maître Regulus. Êtes-vous prêt maintenant ?"

Regulus acquiesça et entra dans la pièce en prenant place en son centre aux côtés de sa mère et de son père. Le cercle des sorcières et des sorciers se referma autour de lui, un cercle composé de presque tous ceux qui comptaient dans le monde des sorciers. Des représentants de toutes les familles du cercle des Vingt-huit Sacrées, à l'exception des familles Weasley et Shafiqs, des traîtres à leur sang, et quelques unes des familles montantes également. Le Seigneur des Ténèbres se tenait avec Lucius et Narcissa Malfoy, il adressa un sourire indulgent juste pour Regulus sur son visage. Bellatrix et Rodulphus étaient à leurs côtés, ainsi que son grand-père Pollux et son oncle Cygnus en tant que représentants de la famille Black.

La famille d'Adeline était à leurs côtés, ainsi que leurs amis et ceux de leurs familles. Regulus aperçut Selwyn, une cicatrice fraîchement coupée sur le haut de son front, ainsi que ses parents, ses frères et sœurs et sa grand-mère. Les Carrow étaient là, agaçants comme d'habitude. Même Severus Rogue avait mérité une invitation à l'instigation de Regulus. Les Macmillan, les Avery, une poignée de la nombreuse famille Shacklebolt, un seul Bones.

Regulus se tourna vers sa mère. "Est-ce que tout se déroule comme il se doit ?" demanda-t-il.

"Certainement", dit sa mère.

Adeline entra dans le cercle, dans la robe traditionnelle d'une future mariée assistant à leur engagement. La longueur de la traîne de sa robe de couleur prune a été tenue à l'arrière par les deux jeunes femmes non mariées requises, lui permettant d'entrer dans le cercle. Elles symbolisaient le soutien de ses amies et de ses relations féminines, sans lequel elle tomberait.

"Et c'est ainsi que nous commençons", déclara Arcturus. En tant qu'aîné de la famille de Regulus, il présidait ce soir. "Nous avons deux âmes devant nous ce soir. Le sang du don magique coule librement dans les deux. Nous avons Maître Regulus Arcturus Black, de l'Ancienne et très Noble Maison des Black. Nous avons Miss Adeline Calla Evangeline Fawley, de la lignée forte et durable des Fawley. Nous avons leur famille et leurs amis, pour témoigner de cet événement."

"Ce soir," continua Arcturus, en agitant sa baguette au-dessus du cercle, "nous venons de promettre les cœurs et les mains de cette sorcière et de ce sorcier, et nous venons joindre les lignées et les familles comme une seule. Cette promesse scellera leur vie, leur magie et leur sang, et nous nous lierons en gage de soutien pour cette union. Qui donne cette sorcière en gage de promesse ?"

"C'est moi, Alpherton Stonard Ralphus Fawley, de la lignée forte et durable des Fawley." Le père d'Adeline s'avança, prenant la main de sa fille. Elle se tenait debout, la tête baissée, au centre du cercle, alors qu'il venait la rejoindre. Ses longs cheveux se détachèrent autour de son visage, le cercle que la famille Black utilisait pour de telles reliures reposant sur sa tête. Elle était vraiment belle, et Regulus était heureux qu'ils aient renoncé au lourd voile traditionnel. Le monde devrait voir la beauté qu'il s'engageait à épouser, pensait-il. Elle méritait d'être regardée.

"Qui ici soutient cet homme, dans son devoir envers sa promise ?" Cela aurait dû être Sirius, pensa Regulus avec un pincement au cœur. Le frère aîné d'un homme doit être à ses côtés, ou l'un de ses frères s'il a été choisi, ou un cousin. Regulus avait eu un frère une fois. Son frère avait choisi de partir, et Regulus ne pouvait plus le voir comme tel. Il était de son sang, mais il n'était plus un frère. Sirius aurait dû être là, mais il ne l'était pas, et c'était une autre chose qu'il avait ruinée pour Regulus avec son comportement égoïste.

Regulus n'avait jamais voulu être l'héritier. Il voulait un mariage. Il voulait des enfants. Il n'avait pas voulu avoir à diriger la famille. Et pourtant, il était là.

Et en tant que tel, il serait celui qui la sauverait.

En l'absence du frère disparu, Lucius Malfoy avait été choisi pour s'engager aux côtés de Regulus. Un beau-cousin, et un homme digne. "C'est moi", dit Lucius, en douceur." Lucius Abraxas Malfoy, de la noble maison de Malfoy, et relié à la Noble et Très Ancienne Maison des Black par ma belle épouse Narcissa Malfoy, née Black."

"Et il en sera ainsi", dit Pollux. "Je vous demande de vous serrer la main, Maître Black et Miss Fawley." Regulus fit les trois enjambées au centre du cercle, et prit la main d'Adeline de celle de son père. Il fit alors un signe de tête à l'homme plus âgé. Le respect était dû au père de la fille que vous vouliez épouser. C'était lui qui pouvait empêcher l'union, même après cette cérémonie.

"M. Fawley", poursuivit M. Pollux. "Le bâton. M. Malfoy, le globe."

Lucius tendit le globe et Regulus y guida les mains d'Adeline vers celui-ci. La sphère de verre tourbillonnait en dessous d'eux, montrant principalement du rouge et du violet, des scintillements d'or et de bleu. C'était de bon augure, Regulus le savait. Il connaissait suffisamment les signes avant-coureurs du globe des promesses, mais c'était le rôle des femmes de tous les connaître.

"Un mariage fort et durable", déclara la première des amies d'Adeline, sa soeur Avabelle. "Et des enfants forts, de nombreux enfants. C'est le rouge, et c'est le violet. Il y aura des affrontements, ma dame et mon seigneur, c'est l'or, mais assez peu pour qu'ils se terminent rapidement. Le bleu montre la tristesse. Ce qui vient sera bientôt, mais cela ne durera pas. Il y aura un tournant dans votre mariage, ma dame et mon seigneur, et si vous pouvez y survivre, vous survivrez à tout."

"Nous savons que cela est vrai grâce aux pouvoirs qui nous sont conférés en tant que soutien de notre dame", déclara l'autre, Opal Greengrass, qu'il a reconnu comme l'amie d'enfance d'Adeline. "Nous ferons ce qui est en notre pouvoir pour protéger le bien dans ce présage et pour prévenir le mal."

"Je vous remercie", dit Arcturus. "Nous agirons tous pour protéger cet engagement et le lien matrimonial qui en résultera. Nous sommes dans le cercle, et nous sommes le cercle. Au nom de la famille Black et au nom de la famille Fawley, je jette les sorts de gage et de lien."

"J'ai jeté le premier sur nous tous. J'ai jeté le sort du soutien et de la vigilance, de l'aide et du soin."

Arcturus leva sa baguette magique au-dessus du cercle une fois de plus, et le filet d'argent a capturé les invités dans une lueur chaude et floue. Regulus sentit le pouvoir du sort s'emparer de lui et fut tenté de jeter un coup d'oeil à la pièce. Cependant, conformément aux instructions, il garda les yeux sur son Adeline, et elle garda les siens baissés sur le globe.

"Merci, M. Malfoy", dit Arcturus, et Lucius enleva le globe. "J'ai jeté le prochain sort à Miss Fawley. M. Fawley, le bâton." Le long bâton d'or fut transmis à Arcturus, et de là à Adeline.

"Je jette le sort de la fidélité, de la loyauté, du don du coeur, de l'esprit et du corps à votre futur mari. Ce sort sera valable jusqu'à votre mariage, ou durant un an à compter de cette date. Il ne peut être brisé, sauf par la volonté de votre père." Adeline baignait dans une lumière d'argent, et elle n'avait jamais été aussi belle.

"J'ai jeté le troisième et dernier sort sur Maître Black. J'ai jeté le sort de protection, de tutelle et de garantie pour votre future épouse."

Regulus ressentit à nouveau la chaleur du sort, mais il se concentra sur son rôle et n'y prêtant guère attention. Lorsque le sort s'est dissipé, il prit exemple sur lui. "Au nom de ma famille, de mon sang et de ma magie, je m'engage envers toi. Je suis Regulus Arcturus Black, et je m'attacherai à toi par les liens sacrés du mariage le moment venu, et je tiendrai mes promesses en attendant. "Il regarda Adeline dans les yeux pendant qu'il le disait, et elle soutint son regard.

"Au nom de ma famille, de mon sang et de ma magie, je m'engage envers toi", déclara-t'elle en retour. Elle le regarda dans les yeux, et sa voix était forte et calme. Elle était l'épouse parfaite. "Je suis Adeline Calla Evangeline Fawley, et je m'attacherai à toi par les liens sacrés du mariage le moment venu, et je tiendrai mes promesses en attendant."

Cette fois, la magie venait de l'intérieur d'eux, les sorts qu'Arcturus avait jetés sur eux sautant pour se joindre et célébrer au-dessus d'eux avec un feu de lumière dorée. Ils le scellèrent par un bref baiser ; un baiser sur les lèvres, tout autre geste serait inconvenant. Puis elle lui serra la main, et il lui rendit le geste, et le cercle lança les sorts traditionnels au-dessus de leurs têtes pour célébrer leur prochaine union.

Regulus, comme on l'attendait de lui, la fit tournoyer en cercle pour la montrer à la foule assemblée autour d'eux. Certaines personnes ont dénoncé ces traditions. Elles étaient considérées comme vulgaires, voyantes, démodées ou par certains types modernistes comme injustes envers les femmes. Le Ministère les considérait comme inutiles et ne faisait aucune différence entre les couples qui s'étaient engagés l'un envers l'autre et ceux qui ne l'avaient pas fait. Mais Regulus a compris l'importance des anciens rituels, de l'engagement devant la société, et il était heureux de l'avoir fait ce soir.

Il a passé une grande partie de l'heure qui a suivi à se perdre dans les félicitations. Le monde et leurs chiens semblaient vouloir presser leur main dans la sienne et la serrer, ou embrasser ses joues si elles étaient de sexe féminin, et répéter les platitudes polies qu'on disait à un homme qui venait d'être officiellement engagé. Regulus en profita pendant un certain temps, mais il sentit qu'il était ici pour discuter, pas pour de jolis mots. Il pourrait en avoir assez à Poudlard.

Enfin, quelqu'un qu'il souhaitait vraiment voir est venu le chercher. Francis Macmillan se recula sur le côté, tendant la main à Regulus.

"J'ai pensé que je te devais des félicitations", dit-il. "C'est agréable de voir l'ancienne cérémonie utilisée. Elles sont ce que tu crois qu'elles sont, bien sûr."

"Merci. Et bien sûr", déclara Regulus. "Je n'aurais rien envisagé d'autre."

"Non, tout est question de faire les choses de la bonne manière, n'est-ce pas, Regulus ? La famille approuve le mariage, je vois. Comme ils le feraient. C'est une épouse de Sang Pur parfaite. Je parie que tu ne peux pas attendre pour commencer à lui faire des enfants."

"Je suis très certainement impatient d'avoir des enfants", déclara Regulus. "J'ai envisagé à donner au premier né le nom de mon père."

"Je parie que vous aurez six filles", déclara Francis. "Ma mère dit que si tu comptes tes dragons avant qu'ils n'éclosent, ce seront des poulets cracheurs de feu."

"Ce n'est pas comme ça que j'ai compris le dicton à vrai dire", déclara Regulus, en étouffant un rire.

"Tu n'as pas rencontré ma mère", dit Francis. "Elle n'est pas comme ce qu'on attend d'une femme de Sang Pur. "

"Peut-être pas", déclara Regulus. "Mais j'aimerais la rencontrer."

"J'ai autre chose en tête pour toi", dit Francis, avec un large sourire.

Regulus permit à Francis de le conduire hors des salles de réception officielles et à l'étage, dans une chambre d'amis au premier étage. Cette chambre était rarement utilisée et contenait deux lits à ossature de fer et plusieurs grandes peintures de paysage qui dominaient les murs tapissés de papier floqué.

"Je me demande si je peux deviner", dit Regulus, faisant écho au sourire de Francis.

"Ah oui ?" demanda Francis, en poussant Regulus en arrière contre le mur, manquant de peu un paysage de la campagne française, et en poussant ses lèvres contre celles de Regulus.

Il ne s'agissait pas d'une bise rituelle sur les lèvres, c'était la réalité. Ce baiser était plein de sang et affamé, par la façon dont les lèvres de Francis bougeaient sur les siennes et par la façon dont Regulus réagissait à temps. Il libéra ses bras et les jeta autour du dos de Francis, et les mains de l'autre jeune homme disparurent dans ses cheveux courts et tirèrent sur ses robes.

"Ne les déchire pas, pour l'amour de Merlin, elles sont de soies brodées à la main", déclara Regulus.

"Tu les remplaceras, sans aucun doute", répondit Francis, avec un sourire en coin. "Je ne t'ai jamais vu porter deux fois la même tenue."

Et Regulus s'aperçut qu'il ne se souciait plus tellement de sa robe de soirées lorsque les lèvres de Francis se murent à nouveau contre les siennes. Il poussa l'autre homme, enfonçant sa langue dans sa bouche, et ils tombèrent à reculons sur le lit le plus proche avec un léger bruit sourd, toujours bloqués l'un contre l'autre leurs lèvres imbriquées comme aimantées. Francis goûta aux choses que Regulus aimait tant, au whisky pur feu, à la liberté et à la possibilité de faire ses propres choix. Les choses qu'il ne pourrait jamais avouer à ses parents, mais qu'il désirait néanmoins.

Francis tendit la main et retira la robe de Regulus d'un seul coup, la jetant au sol. Ensuite, il ajouta à la pile sa veste de costard.

"Aussi bien que jamais", dit-il, en passant ses mains sous la chemise de Regulus et en sentant la peau en dessous. "Tu es la plus belle chose que j'aie jamais vue."

"Comme toi", déclara Regulus. "Permets-moi de te voir nu."

"Bâtard paresseux", déclara Francis, en retirant ses propres vêtements de son corps et en se débarrassant de sa propre chemise. Les yeux Regulus parcoururent les poils pâles qui décoraient la poitrine de Francis et le contour de ses muscles en dessous. Il rencontra à nouveau les lèvres de Francis, puis descendit en pointant des baisers le long de la ligne de sa mâchoire, de son cou et sur sa poitrine, se délectant de la chaleur de la peau familière. Francis déchira la chemise de Regulus sous l'assaut, tirant sur tous les boutons d'une seule traite jusqu'à ce qu'elle s'ouvre et Regulus laissa ses bras retomber et la chemise se détacher de son corps.

"Aussi attirant que jamais", déclara Francis.

"Je te retourne le compliment."

Francis poussa Regulus par-dessus lui, et tira sur la boucle de sa ceinture.

"Attention", prévint Regulus. "La fête est en cours."

"J'emmerde la fête", dit Francis. Il jeta un sort de sa baguette en direction de la porte, une fois, deux fois, trois fois. "Ils ne sauront pas qu'on est là."

"Je préférerais que tu me baises", déclara Regulus, ressentant le frisson des mots au fur et à mesure qu'il les prononçait. Il ne s'habituerait jamais à dire des choses comme ça. Il n'avait pas été élevé de cette façon. Il avait été élevé pour aller voir Adeline et s'occuper d'elle, pour la laisser rentrer chez elle à la fin de la nuit, et pour la respecter pendant leurs longues fiançailles. Il n'avait pas été élevé pour avoir des relations sexuelles avec un autre homme pendant une fête de Sang Pur.

Il le voulait cependant. Plus que jamais.

"J'adore quand tu jures", dit Francis, en jetant la ceinture de Regulus par terre. "Dis-le encore." Il défit le pantalon de Regulus maintenant.

"Baise-moi", dit Regulus, et il se tenait en sous-vêtements dans une pièce de sa propre maison avec Francis Macmillan à moitié nu devant lui, et son sexe était au garde-à-vous. C'est ce qu'il voulait, plus qu'il ne voulait presque rien d'autre.

Ils n'avaient jamais rien fait d'aussi audacieux, jamais sur un lit dans une maison. C'était toujours dans des coins reculés de Poudlard, où très peu d'autres personnes venaient. Jamais le même endroit deux fois de suite, et de nouveaux endroits aussi souvent qu'ils pouvaient en trouver de sûrs. Ils n'étaient jamais nus. Ne donnaient jamais le même motif. Mais ils en étaient là depuis presque deux ans maintenant, et Regulus ne savait pas s'il pouvait y renoncer.

Pour Adeline, il le ferait à regret.

"Allez," dit Francis, qui n'était pas complètement nu. "Si tu veux que je te baise, laisse-moi te baiser."

Regulus se laissa pousser sur le lit, Francis derrière lui. "S'il te plaît", dit-il, doucement. "Fais-le."

"Patience", dit Francis, et il se pencha pour préparer Regulus, et c'était presque plus long que ce que Regulus pouvait supporter avant qu'il ne soit en lui, et ils baisaient, et c'était comme ça que ça devait se passer. Regulus ne se souciait presque pas de ce que pensait sa famille, il ne voulait presque pas épouser Adeline, il souhaitait presque qu'il en soit ainsi pour le reste de sa vie. Lui et Francis.

Une fois que c'était fini, qu'ils s'étaient nettoyés et qu'ils s'habillaient à nouveau, Francis le regarda d'un air fixe qui ne ressemblait en rien à ses sourires joyeux d'autrefois.

"Combien de temps nous reste-t-il ?" demanda-t'il à Regulus.

"Que veux-tu dire ?"

"Tu as promis d'épouser une sorcière ce soir", déclara Francis. "Ne me dis pas qu'elle va l'accepter, car elle ne le fera pas. Elle n'aura pas trop le choix, cela ne fait aucun doute, mais tu risques de condamner ton mariage."

"Qu'elle soit damnée", déclara Regulus, mais la confiance d'autrefois avait déserté. Il ne voulait pas condamner son mariage. Ce serait se condamner lui-même, condamner sa famille et tout ce pour quoi il travaillait.

"Tu ne le penses pas", affirma Francis. "Je te connais à présent. Je sais ce qui compte pour toi, et oui, c'est moi, mais c'est aussi beaucoup d'autres choses, Regulus. J'ai vu ce qu'il y a sur ton bras, et je ne sais pas ce qu'il pense des gens comme nous, mais je doute que ce soit positif. Je sais ce que la plupart de ses disciples diraient. Tu es censé faire des bébés de Sang Pur pour régénérer la race des sorciers, pas tringler des hommes."

"Des gens comme nous ?"

"Des gays, Regulus."

"Je ne suis pas..."

"Peut-être pas. Je le suis. Et tu couches avec un homme, alors..."

"Je vais épouser Adeline", déclara Regulus, avec raideur, "parce que c'est ce que je dois faire. Je dois faire en sorte que la lignée familiale perdure. Je suis le seul à pouvoir le faire. Je dois ramener la société là où elle est censée être, car qui défendra le monde des sorciers si je ne le fais pas ?"

"Oh, tout le monde", répondit Francis. "Écoute, Regulus. Je suis d'accord avec ça, pour l'instant, mais je ne veux pas coucher avec un homme marié. Je ne veux pas de drame. Je sais ce que tu es, et je veux toujours m'envoyer en l'air avec toi, mais n'oublie pas les autres aussi." Il fit un signe de tête au bras de Regulus en parlant. Regulus abaissa sa robe sur sa tête et sur la marque qui ornait son avant-bras. Il n'avait pas honte, mais il y avait quelque chose dans la façon dont Francis le regardait.

"C'est ce que je suis", déclara Regulus. "Il n'y a pas de repos pour moi. Je suis l'héritier de la famille Black, et j'ai des responsabilités qui incombent à cela, et je ne vais pas les abandonner ! Je ne serai pas comme Sirius, Francis !"

"Du calme", dit Francis, tout habillé et faisant comme si rien ne s'était passé. "Tu n'es en rien comme ton frère. Il était un putain de désastre si j'en avais jamais vu un, et tu as une morale. Laisse cette morale te guider, oui, et pas ta famille. On ferait mieux de quitter la pièce séparément. Mère voulait partir juste après la cérémonie de la promesse, alors je vais partir. Utilise la cheminette, ou quelque chose comme ça, ou je te verrai à Poudlard."

Regulus resta seul dans la pièce, ajustant sa robe de soirée. Bien sûr, il avait l'intention de suivre sa morale. Elle rejoignait presque entièrement celle de sa famille. Il allait protéger l'honneur de sa famille et, avec l'aide d'Adeline, faire en sorte que la lignée se poursuive. Il protégerait leurs intérêts, et ceux des bonnes personnes dans le monde des sorciers, en servant le Seigneur des Ténèbres. Et il n'était pas rare de combiner cela avec une relation avec un autre homme. Il connaissait l'histoire de la famille aussi bien que quiconque. Le grand-père Pollux l'avait certainement fait, et c'était un patriarche familial très respecté. Le premier Regulus aussi. C'était déjà arrivé, et tant qu'ils restaient discrets, Regulus était certain qu'il n'y aurait pas de conflits.

Il est sorti pour rejoindre la fête qui avait continué sans lui. Après tout, il avait besoin d'attraper Selwyn et de savoir ce qu'il lui était arrivé. Se rendre à une réception abîmé n'était pas courant dans son monde. Ce serait sûrement une bonne histoire à raconter, ça avait toujours été le cas avec Selwyn. Et il devrait remercier Lucius d'avoir pris la place vacante ce soir, et trouver M. et Mme Fawley pour les remercier une fois de plus de lui offrir la main de leur fille. Et bien sûr, vérifier le confort des femmes sans surveillance, comme c'était son rôle, et, eh bien, il avait toute une liste de tâches à accomplir.

Il n'avait absolument aucun scrupule avec ses projets, et il savait ce qu'on attendait de lui. Il savait ce qui était permis, et ce qu'il souhaitait, et les deux s'alignaient à condition qu'il soit prudent. Il avait la faveur d'une belle fiancée, et des présages heureux pour leur mariage. Il avait les faveurs du Seigneur des Ténèbres. Il avait Francis.

Oui, Regulus Black avait une belle vie, et il allait la garder ainsi.

"Ah, Regulus", dit sa mère. "Me seriez-vous agréable en renvoyant simplement Madame Goyle à la porte ? Elle semble s'être imbibée bien au-delà de ses limites, et je ne supporte pas cette femme."

C'était une vie engageante, malgré certaines attentes.

End Notes:

À votre avis, est-ce Selwyn qui détient Sirius et quelle sera la réaction de Regulus si jamais il l'apprenait ?

Bisous de moi <3

Chapitre 24 : Coincé by Miss Delavergne
Author's Notes:

Bonsoir,

Je suis heureuse de vous retrouver pour un nouveau chapitre. Surtout n'hésitez pas à me dire ce vous en pensez. J'espère sincèrement qu'il vous plaira, je vous souhaite une agréable lecture. 

 

Sirius, décembre 1978, lieu non divulgué


Flottant.

Quelque part, dans les airs.

Ou pas, parce qu'il pouvait sentir que son dos était mouillé.

À moins qu'il ne s'agisse d'un nuage.

Oui, il était sur un nuage.

Flottant haut dans le ciel.

Filant comme ces étoiles qu'on voit s'approcher de la Terre.

Oh, il n'aimait pas filer.

Cela lui donnait l'impression de ne plus avoir sa place dans le ciel.

Alors, qu'il l'a toujours eu.

N'était-il pas Sirius, l'étoile la plus brillante du ciel ?

Sa place était dans le ciel.

Mais la rotation pourrait s'arrêter.

Le noir arrivait.

Il n'aimait pas ça.

Non, pas l'obscurité.

Il a crié.

Pas de son.

Pas de putain de son.

Et tout était si sombre.



Il se réveilla, et Sirius se redressa et cria.

Où était-il, putain ? Qu'est-ce que c'était ?

Merde.

Les souvenirs ont commencé peu à peu à se reconstituer, et Sirius a finalement pu comprendre ce qu'il faisait ici, pas dans les moindres détails mais l'essentiel et comment il s'était retrouvé allongé sur le sol dans ce qui ressemblait étrangement à une flaque de son propre sang.

Ils étaient partis quelque part, lui et ses filles, et il les avait protégées quand on les avait retrouvés. Ou il pensait l'avoir fait. Il a réalisé qu'il ne pouvait pas savoir ; qu'il s'agisse d'une lacune dans ses souvenirs ou qu'il ne l'ait jamais su, il n'était pas sûr. Mais elles n'étaient pas venues ici avec lui. Le mangemort l'avait interrogé. Il pensait l'avoir convaincu qu'il était un idiot de né-moldu avec une tendance irritante à aller dans des endroits où il ne devrait pas être. Il espérait pouvoir se souvenir du faux nom qu'il avait donné.

Et puis il s'est réveillé, et il était là, et il était assez sûr qu'il ne se souvenait pas d'avoir reçu certaines de ces blessures.

D'autres bribes de mémoire ont remonté à la surface, qu'il avait été réveillé plusieurs fois entre-temps, et qu'aucune de ces fois-là n'avaient été amusantes.

Il était toujours dans la même pièce, allongé sur le même sol en terre battue, et dans une flaque de son propre sang.

Eh bien, il supposa que sans sa baguette, il ne pouvait pas prouver définitivement que c'était son propre sang, mais la logique lui dictait que c'était probablement le cas.

Sirius se recoucha dans le sang, à moitié volontairement et à moitié contre sa volonté. Rester allonger le rendait plus vulnérable. Mais il doutait alors que les choses iraient mieux pour lui s'il était assis quand le mangemort reviendrait, se serait peut-être même bien pire. Les démonstrations de force ont énervé les mangemorts. Ils attaquaient moins si vous prétendiez ne pas mériter qu'on s'occupe de vous.

Il avait toujours été une cible. Il était après tout le fils ainé d'une fière famille de Sang Pur qui avait mal tourné. Il avait eu une cible sur la tête dès son départ de Grimmauld Place, et elle n'avait fait que s'accentuer avec le début de la guerre quand il avait pris position en rejoignant la Résistance. Son propre frère avait essayé de le tuer. Deux fois, si sa mémoire était juste. James, lui aussi, avait été une cible de choix. Il était presque autant un traître à son sang que Sirius. Les rumeurs sur l'état de Remus avaient été propagées par Rogue et certains voulaient désespérément éliminer un loup-garou.

Peter Pettigrow n'a été que très rarement l'objet d'attaques. Le faible et le lâche rongeur qu'il avait un jour appelé son ami n'a jamais eu ce que la plupart des autres ont obtenu en retour et il ne pouvait toujours pas le supporter.

Sirius allait tuer Pettigrow.

Pas maintenant. Il avait attendu si longtemps, et il pouvait attendre encore un peu. Sirius ne voulait pas se précipiter et risquer de foutre en l'air quelque chose d'aussi important. Il s'était déjà fait avoir avec Peter. Il allait réussir la prochaine fois qu'il essaierait, même si c'était la toute dernière chose qu'il faisait sur cette terre. Même si cela signifiait Azkaban à nouveau.

La seule chose que cette petite prison avait pour elle était l'absence totale des Détraqueurs.

Il est vrai que Sirius pouvait à peine bouger et qu'il saignait à un rythme qu'il jugeait plutôt alarmant. Il est vrai qu'il n'avait aucune idée de la façon de sortir de là, étant donné que l'animagus dont il prenait l'apparence ne lui serait d'aucune utilité ici. Un oiseau, c'est ce qu'il aurait dû être. Une putain de grosse salope d'oiseau comme un aigle. Trop Serdaigle. Un oiseau-lion alors.

Connaissant sa chance, il se serait changé en un putain de perroquet, ou une mésange bleue. On ne pouvait pas être subtil, si on était un perroquet.

Ginny avait dit qu'il n'était pas subtil de toute façon.

Et elle n'avait pas tort.

Putain, Ginny devrait être en sécurité. Et Luna aussi. Et même Hermione.

Il avait essayé de s'occuper de ses filles.

Eh bien, il pourrait l'ajouter à la liste des nombreux échecs de Sirius Orion Black.

Il s'est à nouveau évanoui dans l'obscurité.



Cette histoire de perte de conscience devenait un peu vieillotte à force, pensa Sirius, alors qu'il ajustait sa position en revenant à la conscience, quelle que soit la durée de cette période. L'aube se levait au-dessus de lui, la lumière commençait lentement à filtrer dans la cellule, et il ne se souvenait pas avoir vu la lumière du jour les autres fois. Il pouvait supposer que c'était le matin suivant son arrestation, soit cela, soit il était inconscient depuis plus longtemps qu'il ne le pensait.

Il y avait un gobelet d'eau et deux tranches de pain brun grossièrement coupées sur le sol à côté de lui. Pas d'assiette. Sirius n'était pas du genre pointilleux et il s'est traîné sur le sol pour les attraper.

Le pain et l'eau ont atténué son mal de tête et le flou sur les côtés de sa vision. Cela lui donna un peu plus de clarté dans ses pensées, et Sirius se trouva capable de penser à autre chose que combien il désirait tuer Pettigrow. Ce n'était cependant pas quelque chose qui était très loin de ses pensées.

Il aurait dû le faire en 1994, quoi qu'Harry ait pu dire à ce sujet. Il avait dit que James n'aurait pas voulu que Sirius et Remus deviennent à leurs tours des meurtriers. James avait connu les réalités de la guerre. Harry avait été naïf de supposer que Sirius n'avait pas déjà tué. Il est vrai qu'à treize ans, Harry n'avait pas les connaissances dont il disposerait plus tard sur ce qu'il s'était passé durant la première guerre, mais pour un homme qui a traversé ça, en première ligne pas moins, survivre sans lancer un sort mortel relèverait d'un putain de miracle. James avait tué. Et Sirius aussi.

Ce n'est pas que Sirius voulait tuer des gens, ou pas des gens en tant que classe générique. Des gens en particulier, oui. Pettigrow. Bellatrix. Rodulphus qui était aussi mauvais que sa femme. Des visages nageaient dans l'esprit de Sirius, des gens qui avaient été de terribles exemples de sorcellerie, mais son attention n'était pas revenue à la bonne place et il ne pouvait tout simplement pas se souvenir des noms.

Oh, qu'ils aillent tous se faire foutre.

"Et pourquoi m'as-tu appelé, Selwyn ?"

Sirius leva les yeux en direction de la voix qui venait de s'élever de façon offensante, provenant du trou dans la cellule au-dessus de sa tête. Personne n'était visible, mais leur voix était aussi claire que s'ils étaient dans la même pièce. Une voix qui pouvait passer pour élégante si on s'y attardait, et d'une certaine façon reconnaissable pour Sirius.

"Je veux que tu le regardes."

"Et tu n'aurais pas pu appeler quelqu'un d'autre ?"

"Ce n'est pas de ma faute si tu as trop bu en fêtant tes fiançailles hier soir. Les plans du Seigneur des Ténèbres n'attendent pas les évènements ridicules tels que les mariages."

"Le Seigneur des Ténèbres est très favorable à mon mariage imminent, alors si nous pouvions aller droit au but."

"Nous avons attrapé un idiot qui s'est introduit dans l'endroit que Dolohov était censé surveiller en Cumbria. Il semblerait que ce soit un Sang de Bourbe qui a envie de mourir plutôt que quelqu'un qui pourrait nous inquiéter, mais..."

"Mais tu ne veux pas que quelqu'un en qui tu n'as pas confiance découvre que tu n'en es pas sûr, au cas où tu relâcherais un membre de l'Ordre du Phoenix."

"Je te fais confiance."

"Je m'efforcerai de prouver que ton choix est judicieux. Raconte-moi ce qu'il s'est passé."

"Dolohov a été blessé, tu le sais. Le lieu dont il avait été chargé en Cumbria avait besoin d'être remis en ordre. Les choses ont été retardées, et il m'a fait monter là-haut. J'y suis allé, et j'ai trouvé un groupe de personnes à l'intérieur. Trois femmes, je pense, et un homme. Elles se sont échappées."

Sirius poussa un soupir de soulagement, tandis que l'homme continuait à parler.

"Je l'ai attrapé. Il dit qu'il est un Sang-de-Bourbe nommé William Smith, et j'ai effectué toutes les vérifications habituelles, mais quelque chose ne va pas. Il utilise l'Occlumancie, mais ce n'est pas une forme que j'ai déjà rencontrée. Il cache quelque chose, c'est obligé."

Il cachait beaucoup de choses, y compris le fait qu'il avait déjà baisé la soeur de Selwyn. Bien que ce soit plus pour son bien que pour le sien. Il n'avait pas honte d'une relation d'un soir avec une fille de Serpentard ; à contrario, elle avait honte de sa brève relation avec un traître à son sang et avait peur de ce que sa famille dirait ou ferait.

Cela ne lui a pas fait de mal. Beaucoup de gens avaient honte d'avoir été associés avec lui.

"Il est bien sûr possible qu'il soit simplement mauvais en Occlumancie", déclara le complice de Selwyn.

"Je serais heureux que tu l'examines, quoi qu'il en soit."

"Certainement. Je suis toujours à ton service. En outre, cela donnerait une mauvaise image de moi si quelqu'un que j'ai personnellement recommandé au Seigneur des Ténèbres provoquait la mort d'un atout précieux avant qu'il ne soit utile."

Sirius tressaillit. La mort n'était pas une option qu'il avait envisagé. Il aurait dû, en fait. Il savait ce que faisaient les mangemorts. Toute organisation portant le nom de la faucheuse et qui passait beaucoup de temps à s'approprier le concept de la mort, ne serait certainement pas opposée à l'infliger à des personnes de temps en temps. Et il était leur prisonnier, et il serait soit découvert pour ce qu'il était et envoyé devant Face de Serpent, soit tué, parce que c'était ce que les mangemorts faisaient.

Et merde.

Il n'avait pas encore imaginé de plan d'évasion.

Ce serait une fin merdique pour Sirius Black, si ça se terminait vraiment comme ça. Un survivant de toutes sortes d'escapades audacieuses et de situations horribles, et il mourrait sous un faux nom pour avoir pénétré dans un endroit qui s'avérait incroyablement inintéressant.

C'était un peu le gaspillage d'une vie, même si la sienne n'avait pas été un coup d'éclat.

Il aurait aimé avoir la chance de tuer Peter et Bellatrix avant de mourir. Voir Harry grandir et faire les bons choix en tant que parrain. Donner à Remus un bon coup de pied aux fesses et lui faire comprendre sa valeur. Peut-être trouver l'amour. Les premiers semblaient réalisables, mais le dernier n'était pas fait pour lui et ça l'avait toujours été. A moins que son âme soeur se soit cachée de lui... ce qui était peu probable.

Il avait vraiment besoin de travailler sur son plan d'évasion, de ne pas penser à toutes les façons dont il aurait pu améliorer sa vie s'il avait eu la chance de la vivre.

Il y eut un bruit de raclage au-dessus de lui, et Sirius sut qu'il devrait réfléchir rapidement. Il se remit sur le sol aussi vite que son corps meurtri et sanguinolent le lui permettait, faisant comme s'il était toujours inconscient plutôt que d'avoir à écouter leur conversation. Il devait se rappeler que William Smith était un né-moldu au mauvais endroit au mauvais moment et qu'il ne serait pas aussi courageux (ou téméraire, selon le point de vue) que le membre de l'Ordre du Phoenix et traître à son sang, Sirius Black troisième du nom.

"C'est lui ?"

"Oui."

"Tu l'as plutôt... quel est le terme utilisé par Dolohov, malmené, n'est-ce pas ?"

"Il ne coopérait pas."

"As-tu utilisé les méthodes moldues ?"

"Elles fonctionnent aussi bien que n'importe quoi d'autre et te donne l'élément de surprise."

"Je peux à peine voir son visage. Réveille-le, Selwyn, je veux lui parler."

Sirius sentit une botte heurter son visage, et plusieurs malédictions l'ont frappé le long de son corps. Il gémit en réponse et s'est roulé sur le dos. En ouvrant les yeux, il a compris exactement pourquoi cette voix lui était familière.

En face de lui se tenait son frère.

"Il a l'air affreux", dit Regulus en examinant le visage de son frère aîné. Son expression était prudente, réservée. Ses yeux sombres, qui correspondaient exactement à ceux de Sirius, n'exprimaient pas la moindre trace d'émotion. Mais Sirius connaissait son frère, et il savait que Regulus se doutait au moins de qui il était.

"Il ne coopérait pas", déclara Selwyn sur un ton embêté. "Que voulais-tu que je fasse d'autre ?"

"Utilise les méthodes adéquates, comme nous tous, qui nous permettent de voir qui nous sommes en train d'interroger", ajouta Regulus, la plus petite touche d'impatience dans la voix. "Je suis bien conscient que tu n'es marqué que depuis peu, Selwyn, mais le Seigneur des Ténèbres attend de nous une certaine finesse."

"Ce n'est pas pour cela qu'il s'est associé avec Greyback."

"Greyback est un animal, au mieux. Tu es un Sang Pur, et on attend de toi que tu agisses comme tel."

"Le reconnais-tu ? Maintenant que je vous compare, il me semble familier. "Selwyn fit pivoter son regard de Regulus à Sirius et vice-versa. "Il te ressemble énormément, n'est-ce pas ? Serait-ce ton frère ?" Le visage de Selwyn était passé de celui d'un homme qui n'avait pas la moindre idée de ce qui se passait à celui d'un homme qui sentait qu'il était enfin sur le point de découvrir quelque chose. Sirius essaya d'arranger le sien en quelque chose qui ne ressemblait pas à la panique qu'il sentait poindre en lui, mais qui ne donnait pas non plus l'impression qu'il avait quelque chose à cacher.

Ce n'était pas son point fort.

"Il a l'apparence de ma famille, c'est vrai", déclara Regulus. Il s'est approché de l'endroit où Sirius se trouvait sur la terre battue. "J'aurais pu mieux voir si son visage n'était pas enflé au-delà de toute espérance."

"Nous avons déjà abordé cette question", dit Selwyn, un air grincheux s'imprimant sur ses traits.

"Il est probable qu'il soit celui qu'il prétend être", déclara Regulus, enfin. "Nos yeux sont presque les mêmes, mais ce n'est pas mon frère. Je l'ai vu il n'y a pas deux mois, lors du raid dans le Devon, et il ne paraissait pas aussi vieux. Il pourrait bien s'agir d'un parent lointain. Merlin sait qu'oncle Alphard a eu assez de sorcières dans son lit, si l'on en croit les rumeurs, et qu'il a engendré assez de descendants illégitimes pour remplir une équipe de Quidditch. Cela expliquerait le visage."

"Ça s'additionnerait, en effet", approuva Selwyn. "J'ai aussi entendu ces rumeurs. Ma première tante assistait souvent à ses fêtes."

Sirius s'autorisa à se détendre légèrement. Merci à Alphard et à ses indiscrétions.

"On peut toujours se demander pourquoi il se trouvait là exactement", se demanda Regulus. "J'avais cru comprendre qu'il s'agissait d'un projet entièrement secret."

"C'était le cas", répondit Selwyn. "Je l'admets."

"Eh bien alors", dit Regulus, s'accroupissant sur le sol en terre battue dans ses robes coûteuses et regardant directement dans les yeux de Sirius qui étaient si identiques aux siens. "Comment t'es tu rendu là-bas et pourquoi ?" Sa voix était douce, dangereuse, et exigeait une réponse.

"Je..." dit Sirius. "J'aime explorer."

"Mais pourquoi là-bas ?"

"Parce qu'une de mes amies l'a trouvé."

Ne mens pas, se rappelle-t-il. Regulus connaît la légilimancie comme personne d'autre. Déforme la vérité, et utilise le peu d'Occlumancie que tu maîtrises.

"Je vois. Sais-tu qui nous sommes, Sang-de-Bourbe ?"

"Le masque... de tout à l'heure... je l'ai vu dans la Gazette."

Sirius avait du mal à parler. Il se doutait qu'il avait une côte cassée, si ce n'est plus d'une. Quelque chose lui écrasait le poumon, en tout cas. Chaque fois qu'il bougeait, une douleur aiguë se manifestait dans sa poitrine, et il était difficile de faire entrer suffisamment d'air pour que les mots sortent.

"Et sais-tu ce que ce masque signifie ?"

"Les mange..." Sirius n'a pas pu prononcer le dernier mot car sa poitrine semblait sur le point de lâcher.

"C'est presque ça", déclara Regulus. Il se leva du sol et se mit en retrait, utilisant sa baguette pour enlever la poussière et la saleté de ses robes. "Selwyn, je ne vois aucune raison de garder ce Sang-de-Bourbe plus longtemps. Il ne nous est d'aucune utilité, et certainement pas pour le Seigneur des Ténèbres."

"Je vais donc m'en débarrasser", dit Selwyn en levant sa baguette.

C'est ainsi que sa vie allait se terminer. De toutes les morts nobles qu'il avait imaginées pour lui-même, il allait finir dans la boue et dans son propre sang, tué par son frère et un acolyte.

"Je suggérerais de le jeter tel qu'il est", commenta Regulus, avec un air de désintérêt total. "Le tuer ici ne sert pas vraiment d'avertissement. Le Seigneur des Ténèbres préfère que nous agissions en accord avec son style à tout moment, bien sûr. Cette racaille ne survivra pas bien longtemps."

"Oui, je n'y avais pas réfléchi", déclara Selwyn. "Une mort lente est peut-être préférable."

"En effet", ajouta Regulus. "Peut-être que je viendrai avec toi. C'est soit ça, soit écouter ma mère énumérer tous ceux qui se sont comportés de manière inappropriée la nuit dernière, après tout."

"En commençant par Avery, et ses effusions avec la fille Carrow, je suppose."

"Mère s'est en effet déjà longuement exprimée sur ce sujet."

Sirius sentit la brûlure d'une coupure le long de sa jambe pendant que les deux sorciers parlaient. Il essaya de crier, ses capacités se concentrèrent sur le fait de cacher ses secrets du mieux qu'il pouvait et non sur le silence, mais ses poumons luttaient encore sous la pression de ses blessures et aucun bruit ne le quittait.

"Tu veux essayer, Regulus ? Il y en a d'autres pour toi si tu veux ?"

"Cela suffira. Il a appris une partie de sa leçon de toi, mais j'ai senti que je pouvais personnellement ajouter quelque chose. Il est, après tout, un parent possible, même si je ne souhaite pas le reconnaître.

Sirius était certain que Regulus savait qui il était.

Les deux sorciers ont attaché Sirius sans cérémonie, qui s'est débattu contre eux autant qu'il a pu forcer son corps à se démener. Plus par nécessité que parce que cela pouvait lui être utile.

"Selwyn", dit Regulus, presque ennuyé, "arrête-le."

"Stupéfix", murmura Selwyn, et Sirius était de nouveau parti.

Il s'est réveillé dans l'obscurité, et au milieu des arbres, baigné dans une lumière verte presque sinistre. Il ne ressentait que de la douleur, et son sang qui s'échappait de son corps. Il le sentait là aussi, sous lui.

Oh, oui, il se souvenait maintenant. On l'avait torturé.

Et la torture avait tendance à vous faire perdre la raison ou votre lucidité. Sirius pencha plus pour la seconde option.

Sirius essaya de se mettre en position assise et échoua finalement, se retrouvant affalé dans une position couchée légèrement différente et regardant vers le haut plutôt que dans la boue. Au-dessus de lui brillait le crâne vert de la marque des ténèbres.

Cela lui donnait une étrange lueur d'espoir ; il y avait une chance sur deux que quelqu'un le voie et alerte les aurors ou l'Ordre du Phoenix. Cela dit, l'un ou l'autre ne ferait que le mettre dans une situation délicate légèrement différente.

Sa vie n'était qu'une succession de situations délicates.

Il resta allongé pendant un moment, se laissant aller à la dérive, comme juste avant de s'endormir le soir, et ne pensant à rien d'autre qu'à l'horreur de sa situation et à l'envie qu'il avait de tuer Peter. Il était difficile de se concentrer sur quelque chose de plus complexe. Toute pensée à laquelle il parvenait à s'accrocher lui donnait l'impression de s'échapper instantanément et de nager dans une rivière sombre, couleur de sang.

Oh regardez, il y avait beaucoup trop de sang en dessous de lui.

Il s'en souvenait maintenant. C'était son propre sang. Et la marque des ténèbres au-dessus de lui semblait le narguer, et Regulus avait été ici, et avait empêché cet autre homme de le tuer, sauf qu'il allait probablement mourir ici, seul et dans les bois.

Il y avait pire sur Terre, il en avait été témoin.

Mais il avait tellement envie de tuer Peter.





Hermione, décembre 1978, Cumbria.


Plusieurs heures plus tôt // FLASH BACK //

"Viens ! "cria Ginny d'une voix pressante derrière Hermione. "Il faut qu'on parte, maintenant !"

"Sirius", dit Hermione. "Nous ne pouvons pas laisser Sirius."

Ginny se tourna vers les escaliers et fit une pause. On pouvait encore entendre clairement les bruits de la bataille en bas. Il y avait peu de bruits d'incantations criées, mais les fracas, les grognements et les cris occasionnels des deux sorciers qui se battaient étaient évidents.

"Il va s'en sortir, Hermione, il en est capable."

"Il est en train de se battre face à un mangemort !"

"Et nous devrons faire de même si nous ne nous dépêchons pas !"

"Je ne comprends pas pourquoi tu penses que nous pouvons l'abandonner !"

"Hermione, bordel de merde, il nous a dit de le faire !"

"C'est pas lui qui commande ! "

"Il me semble me souvenir, dit Luna, que nous avons convenu que nous étions une démocratie. J'ajoute mon vote en faveur du départ, je pense. On y va ?"

De l'endroit où elles se trouvaient dans l'entrée de la chambre par laquelle elles étaient entrées, Luna traversa la pièce en direction de la fenêtre et se pencha. Presque aussi vite, elle s'est baissée sous le rebord de la fenêtre. Ginny se retourna et donna un coup de baguette à la porte en marmonnant "Collaportus", et elle se tint les bras croisés et le dos contre la porte maintenant fermée.

"Ce n'est peut-être pas aussi simple que nous le pensions au départ", a-t-elle déclaré. "Il y a des mangemorts en bas."

"Peuvent-ils nous voir ?" demanda Ginny.

"Oh, pas encore", déclara Luna. "Mais ils le feront certainement si nous décidons de sauter."

"Merde", dit Ginny, en glissant de la porte jusqu'au sol et en se mettant la tête dans les mains. "Merde. Par les testicules flasques de Merlin. Bordel de merde."

"Descendons chercher Sirius", dit Hermione, "et alors nous pourrons nous échapper plus facilement en nous regroupant. S'ils ne savent pas encore que nous sommes ici, nous avons le temps."

Au moment où elle disait cela, il y eut un grand fracas en provenance du rez-de-chaussée de la maison, et un cri hurla "Avada Kedavra !". Sans réfléchir davantage, Hermione fit en sorte d'ouvrir la porte, empêchée par Ginny sur le sol devant celle-ci.

"N'y pense même pas", déclara Ginny. "Il fait sombre là-dessous. Tu pourrais toucher n'importe qui. Tu pourrais même toucher Sirius."

"Je ne le ferai pas", a-t-elle dit, mais elle savait qu'il y avait beaucoup de vérité dans les paroles de Ginny. Les duels en un contre un étaient déjà assez difficiles par mauvaise visibilité ; ajouter d'autres personnes risquerait de provoquer un désastre. Elle pouvait certainement éclairer la pièce, mais elle était équipée de lampes moldues, et il était difficile de les éclairer avec de la magie, oh, si seulement elle avait Ron avec elle ! Il pouvait gérer l'éclairage des moldus sans aucune difficulté.

Elle devrait utiliser des enchantements pour maintenir la lumière, ce qui était difficile à faire tout en se battant, et ferait d'elle une cible.

"Si tu viens avec moi, je pourrais éclairer la pièce, et tu pourras assommer le mangemort rapidement, et..."

"Hermione..." dit Ginny. "Ce n'est pas que je ne veuille pas aider Sirius, mais il est plus que capable, il sera là d'un moment à l'autre. La meilleure façon de l'aider, c'est de trouver un moyen de s'enfuir."

"Je déteste vous affoler," dit Luna, "mais il y a un mangemort devant la porte de cette pièce."

"Merde", marmonna Ginny, encore une fois.

"Les protections anti-apparition ne couvrent que le bâtiment," dit Luna, sa voix n'étant que légèrement au-dessus des chuchotements. Elle était toujours accroupie sous le rebord de la fenêtre, le bout de sa baguette pointant au-dessus d'elle et tournoyant en cercle alors qu'elle exécutait les sorts de détection de base pour les sorciers, les maléfices et les malédictions. "Une fois que nous serons au sol, nous devrions être en mesure transplanner au loin. Il y en a deux à l'extérieur de la maison, et un devant cette porte."

"Et Sirius ?" demanda Hermione.

"Il y a une personne en bas", déclara Luna. "Et la logique voudrait que ce soit Sirius."

"On fait sauter la porte" dit Hermione. "Ginny et Luna, vous n'avez qu'à maîtriser le mangemort, pendant que j'attrape Sirius et qu'on le fait sortir en remontant les escaliers."

"Si vous pensez que je ne peux pas entendre ce que vous dites, dit le mangemort, alors vous vous trompez lourdement. Reducto !"

Ginny attrapa le bras d'Hermione et la tira par la fenêtre.

Elles ont atterri, et elles ont couru, Ginny tirant à moitié sur Hermione et jetant des sorts de sa main libre, Luna volant derrière elles. Hermione s'écarta des bras de Ginny alors qu'elles atteignaient un des buissons touffus et s'est jetée sur le sol. Luna atterrit à côté d'elle alors que le bruit d'une malédiction les dépassa. Le mangemort depuis la fenêtre du chalet en bois leur lançait des sorts à toutes les trois, et un autre avait contourné l'angle du bâtiment et se dirigeait vers elles au niveau du sol. Luna se mit sur le ventre pour faire face au mangemort. Quant à Ginny, elle s'est laissée tomber au sol derrière Hermione.

"Allons-nous transplanner", demanda Hermione en se tournant vers les deux autres. "Ou comptez-vous y retourner ?"

"Merde", dit Ginny. "Ce sont deux options vraiment terribles."

"Mourir est la pire", déclara Luna, en visant à nouveau son adversaire.

"Elle a encore raison", marmonna Ginny, et elle la rejoignit au combat.

Le mangemort à l'intérieur du chalet criait des instructions à celui qui était au sol, entre deux hurlements de malédiction en destination des trois jeunes femmes. Hermione observait attentivement. Ginny et Luna s'occupaient des combats de manière plus que compétente, et elle avait déjà commis l'erreur de ne pas avoir assez surveillé les alentours ce soir. Elle tenait sa baguette en l'air, prête, et balayait les mèches détachées à l'avant de ses cheveux pour les écarter de son visage.

L'observation a porté ses fruits lorsque le troisième mangemort est apparu et s'est précipité vers la porte du bâtiment. Hermione l'a surpris avec un sort, et il a trébuché puis a traversé la porte avec fracas.

"Bien joué", déclara Ginny, en donnant un coup de baguette au mangemort à la fenêtre, qui disparut aussitôt. "Tu crois que je l'ai eu ?"

"Non", ajouta Luna. Elle tissait un réseau complexe de sorts autour de l'homme au sol, qui était de plus en plus en colère et avançait vers elles à une vitesse considérable. Hermione et Ginny ont agi de concert, lui jetant des sorts au moment exact où le filet de Luna se refermait autour de lui. L'homme a été projeté à plusieurs mètres de hauteur et atterrit avec un fort bruit sourd sur le sol humide, son masque s'envolant en arc de cercle derrière lui.

"Est-ce qu'il est... ? "commença Ginny en s'interrompant après avoir grimacé.

"Je pense que oui", répondit Hermione. Il était encore à une bonne distance d'elles, mais elle ne voyait aucun signe de mouvement dans sa poitrine recouverte par sa robe.

"Eh merde !"

"Il nous aurait fait la même chose", déclara Luna. "La question est plus de savoir ce que nous ferons ensuite que de nous asseoir pour pleurer ce que nous avons fait."

"Surveillons la porte", ajouta Hermione, reprenant le rôle de vigie. "Elle semble en mouvement." Elle ne voulait pas trop se demander si elles l'avaient tué ou non. C'était un mangemort, oui, mais elle avait appris lors de la dernière guerre qu'ils ne méritaient pas tous de mourir.

Toutes les trois ont maintenu leurs baguettes en direction de la porte. C'était la pire partie de tout combat, les secondes avant le début. Les secondes où l'on pensait au fait que l'on pouvait mourir à tout moment, que l'on pouvait tuer à tout moment, que cela pouvait aller très bien ou très, très mal. Dans le feu de l'action, rien de tout cela n'avait d'importance, mais c'était le pire moment.

Cependant cette partie ne s'éternisa que quelques secondes ; les deux mangemorts restants se sont précipités hors du bâtiment. L'un d'entre eux les couvrit d'une couverture de malédictions aveugles qui frappèrent le protégo mis en place à la hâte par Hermione, et l'autre faisait léviter le corps souple de Sirius Black hors du bâtiment. Ginny poussa un cri et se mit à courir vers l'avant, Hermione se retrouva à avancer avec elle. Mais avant qu'elles n'aient pu faire plus d'un pas ou deux hors des buissons, il avait disparu. Il était parti par effraction, et vers un lieu inconnu qu'elles ne connaissaient pas.

"Il était mort ?" s'inquiéta Ginny.

"Mort ?"demanda Luna confuse. "Ce mot n'est pas une malédiction, et tu devrais le savoir maintenant. Mais non, je ne pense pas qu'il le soit. S'il était mort, ils auraient laissé le corps et mis la marque des ténèbres au dessus du chalet, et ils l'ont emmené."

Hermione avait pensé la même chose. C'était logique ; ils voudraient des informations de Sirius. Pourquoi il était là, avec qui il était, comment s'était-il intéressé à cette cabane au beau milieu de nulle part ? Cela ne présageait rien de bon pour Sirius, mais au moins il était en vie. Pour l'instant.

"Mais pourquoi nous ont-ils laissés ici ?" a-t-elle demandé, exprimant la question qu'elle se posait sur toute cette affaire.

"Je ne sais pas", déclara Ginny, se laissant tomber en arrière sur l'herbe mais ne relâchant pas sa prise sur sa baguette. "Peut-être qu'ils sont idiots. Merlin sait que la moitié d'entre eux le sont. Plus de la moitié même. Ou nouveaux, ou simplement qu'ils ne nous considèrent pas comme importantes."

"A moins qu'ils soient derrière nous", dit Hermione en pleine réflexion. Elle se retourna vivement, et juste pour avoir la tranquillité d'esprit, jeta des sorts révélateurs autour d'elles. "Non. Personne. Comme c'est étrange."

"Et maintenant, qu'allons-nous faire ?" demanda Ginny ses mains arrachant les mauvaises herbes. "Qu'est-ce qu'on fait de ce corps ?"

Luna sortit quelques bananes de sa poche et en passa une à chacune des autres filles en silence. Ginny éplucha la sienne et commença à la manger, mais Hermione ne put trouver l'appétit. Au lieu de cela, elle se mit debout et commença à faire le tour du bâtiment, jetant des sorts de révélation au fur et à mesure qu'elle le faisait. Elle devait être certaine qu'il n'était plus là.

Enfant, elle avait été terrifiée par les bâtiments abandonnés et les forêts vides, surtout dans l'obscurité. Mais elle se tenait là, à l'orée d'un bois vide, surveillant le chalet sombre et abandonné. Dans la vie, il y avait plus à craindre que le vide. Oui, ces lieux peuvent receler bien des horreurs, mais il y avait bien plus à craindre chez un humain que dans la simplicité de la nature calme et sombre ou dans les pièces vides d'une maison.

Hermione grimpa dans un des arbres suffisamment proche du chalet pour qu'elle puisse y guetter le moindre mouvement inquiétant. A mi chemin, une branche craqua et un hibou hulula au-dessus d'elle, et on entendit la ruée des petits animaux en bas. Ils savaient, pensait Hermione, ils savaient qui était leur prédateur.

Sirius le savait. Il avait dit dès le début de cette horrible aventure qu'ils devraient affronter les mangemorts, et il avait eu raison. Il s'était trop souvent mis en danger pour sauver les autres. Il était ce qu'il était, et c'était un homme courageux, même si parfois il était incroyablement stupide. Il n'aurait pas dû se battre seul. Elle n'aurait pas dû se laisser encourager à le quitter.

Ginny avait soutenu qu'elles avaient fait ce que Sirius leur avait dit, mais c'était des conneries. Sirius avait voulu les sauver, et si Hermione avait appris une chose, c'était que trop de gens bien étaient prêts à se sacrifier pour sauver les autres. Combien de fois avait-elle regardé Harry essayer ? Il est vrai qu'une fois, c'était la seule chose à faire, mais cela n'en faisait pas le bon choix. Deux fois, si vous aviez compté Lily. Et il le fallait.

Dumbledore avait construit un récit sur son sacrifice, ce qui avait amené Harry à croire que c'était ce que quelqu'un de bien devrait faire. Il avait simplifié les choses. Harry était un adolescent, cela avait toujours été l'excuse. Il n'était pas exactement un adolescent comme les autres. Il aurait dû le savoir et se faire dire la vérité sans le romantisme du sacrifice. Cela dit, Hermione avait aimé l'histoire de Lily, à l'adolescence. Elle l'avait trouvée courageuse et poétique, et elle l'était à sa façon. Mais pas comme un modèle pour tous les autres.

"Hermione ?", murmura Luna dans l'obscurité tout en bas.

"Luna ?"

"Préfères-tu être seule, ou puis-je te parler ?" Demanda t'elle alors qu'elle escaladait à son tour le tronc de l'arbre où Hermione s'était cachée.

"Je ne sais pas."

"J'aime les arbres", dit Luna, en s'arrêtant à côté d'Hermione. "Ils sont merveilleusement apaisants, tu ne trouves pas ?"

"Le "calme", dit Hermione, est surfait."

"Eh bien, il est vrai que nous en avons eu peu, surtout ces dernières semaines", ajouta Luna. "Je pense cependant qu'il est important de le rechercher là où nous le pouvons. C'est le bon moment. Sirius sera de retour parmi nous d'ici demain soir."

"Tu ne le sais pas, il n'y a aucune certitude et je...", commença Hermione hésitante sur les mots à choisir.

"Rien n'est certain, c'est juste", a convenu Luna, "mais les cartes montrent une forte probabilité, et les feuilles de thé ont toujours été positives."

"La divination est l'art magique le plus nébuleux", déclara Hermione l'air sévère. "Tu ne peux pas t'en servir pour me dire que Sirius va s'en sortir."

"La magie est ce que l'on en fait", dit Luna, en la fixant du regard et Hermione savait qu'il signifiait que la discussion ne valait pas la peine d'être menée. Elle avait envie de l'ignorer. "Et je ne suis pas une voyante. Mais je connais suffisamment les arts divinatoires pour savoir certaines choses, et je trouve que je lis les choses correctement plus souvent que je ne le fais pas."

"Ce n'est qu'un tas de bouses de dragon." Lança Ginny, assise au pied de leur arbre.

"Si c'est ce que tu choisis de croire, alors tu es libre de le faire. Et je suis libre de dire que Sirius nous sera rendu, si seulement nous savons où le trouver."

"En gros, ça revient à dire que si on fait ce qu'il faut, on le récupérera, et que si on ne le fait pas, on ne le fera pas", grommela Hermione, "ce que j'aurais pu te dire." Il y avait une lueur de rage en elle face aux constantes déclarations ridicules de Luna, mais elle n'avait pas l'énergie nécessaire pour la poursuivre. Elle voulait que tout cela soit simple. Elle voulait que Sirius revienne avec elles, et qu'il n'y ait plus de mangemorts dans leur vie.

"C'est vrai et ça ne l'est pas", continua Luna, et Hermione ressentit une envie soudaine de jeter son amie du haut de l'arbre où elles s'étaient installées. Au lieu de cela, elle commença à picorer l'écorce avec ses ongles. " À l'heure actuelle, nous ne pourrions pas l'atteindre si nous le voulions. Dans," elle consulta sa montre à gousset, "environ quatre heures, nous serons en mesure de l'atteindre. Comme je l'ai dit, si nous pouvons le localiser. Il n'est pas près d'ici, et il ne le sera pas non plus à ce moment-là."

"Faut-il toujours que vous parliez par énigmes ?" S'exclama Ginny en se relevant les mains sur ses hanches.

"Je parle avec les vérités qui m'ont été données. C'est aussi frustrant pour moi que pour vous. Bref. Nous aimons toutes les deux savoir, Hermione, et nous empruntons parfois des chemins très différents pour y parvenir. Au fait, Ginny est désolée. Elle pense qu'elle n'aurait pas dû te forcer à partir. Elle regrette d'avoir permis à Sirius de faire ce qu'il a fait."

"Vous savez, je suis juste en dessous, et je peux vous entendre. Tu n'as pas besoin de parler à ma place, Luna !"

"Ginny a fait ce qu'elle pensait être juste", continua Hermione sans se soucier des paroles de Ginny, même si elle n'y croyait qu'à moitié. "Tu fais ce que tu penses être juste, et moi aussi, et d'une certaine manière, tout semble encore foirer horriblement."

"C'est comme ça que ça marche", déclara Luna. "Je crains que nous ayons besoin de plus de planification à l'avenir, et d'une partie de la chance qu'Harry Potter semblait avoir."

"Oui", ajouta Hermione. "On en a besoin. Ou de préférence juste Harry. J'aimerais qu'Harry soit là. Il résoudrait le problème."

"J'ai toujours supposé que tu étais celle qui avait résolu une grande partie du problème."

"Pas vraiment. Il a contribué tout autant, la plupart du temps. Mais Harry a toujours eu de la chance. Je pense que nous avons tous été chanceux en y réfléchissant."

"Oui."

Elles se tenaient en silence et la chouette hulula une fois de plus. Il y a eu un cri horrible, le son d'une chouette qui descend en piqué et capture sa proie. Hermione écouta. Elle ne pouvait rien faire pour la souris.

"On y va ?" demanda Luna. "Je pense que Ginny s'impatiente et qu'un peu de sommeil serait bénéfique, car nous devrons être prêtes à retrouver Sirius."

"D'accord", dit Hermione. Elle avait besoin de dormir. Il était évident qu'elle devait se reposer si elle voulait être en mesure de travailler correctement demain matin. C'est logique. De la biologie simple. La logique et la biologie avaient un sens. Rien de tout le reste dans sa vie n'en avait.

Elle tordit le médaillon qui pendait à son cou, comme tous les jours depuis son anniversaire. Sirius lui avait fait un cadeau si attentionné, et elle ne lui avait rien offert pour son anniversaire. Il lui avait demandé de ne pas le faire, mais ce n'était pas juste. Il avait été généreux et gentil, alors qu'il n'avait pas besoin de l'être, ils se disputaient sans cesse à l'époque, et elle l'avait remercié en le poussant à bout, puis en le laissant ici de sorte qu'il soit capturé.

S'il revenait, si elles le récupéraient, elle s'est promis de lui acheter un cadeau de Noël exceptionnel.

Il avait été si désintéressé, dans tout cela. Il lui manquait, d'une manière étrange. Comme Harry lui aurait manqué. Cette douce douleur quand quelqu'un que vous aimez n'est pas près de vous, et que vous ne savez pas s'il est en sécurité. Elle se demandait quand elle avait commencé à se soucier de Sirius. Elle avait cru le détester, à certains moments, et maintenant il lui manquait.

"Hermione", dit doucement Luna en redescendant de l'arbre. "Viens et allons dormir. Tu sais aussi bien que moi que le sommeil favorise le bon fonctionnement du cerveau, et nous aurons besoin de tout cela demain matin."

"Eh bien, il était temps ?! J'ai cru que vous étiez attachées aux branches avec du sparadraps." Annonça Ginny, une fois qu'elles furent tous les deux redescendues. Luna la première et Hermione la suivit aussi rapidement qu'elle était montée.

Luna regarda Hermione, et elle étouffa un rire. Ce n'était pas vraiment le moment de rire. Des réponses aux traumatismes, se dit-elle. Elle avait lu ce livre moldu sur le sujet, après la guerre, après tout.

Et maintenant, tout recommençait.

End Notes:

Qu'auriez-vous fait à la place d'Hermione, Ginny et Luna ? Bisous de moi

Chapitre 25 : Sous la Marque des Ténèbres by Miss Delavergne
Author's Notes:

Un deuxième pour ce soir, ne me remerciez pas :P.

Ginny, décembre 1978, Saltburn.



Ginny Weasley n'arrivait pas à dormir.

Bien sûr, elle luttait contre ce qu'Hermione appelait l'insomnie depuis sa première année à Poudlard. Tom Jedusor, en s'insinuant à l'intérieur de sa tête, avait fait des ravages dans son sommeil, sans parler de plusieurs autres parties de la fonctionnalité de son cerveau qu'il avait détérioré très légèrement, et elle n'avait jamais réussi à avoir un rythme de sommeil normal depuis. Elle s'y était habituée désormais. C'était même utile, parfois. Elle avait deux fois plus de temps libre à Poudlard, puisqu'elle pouvait écrire des essais à la lueur de sa baguette dans sa chambre quand tout le monde dormait, et cela avait considérablement amélioré son Quidditch grâce au temps d'entraînement supplémentaire. Quand Harry et elle auraient des enfants, ce serait vraiment bénéfique.

Ce soir, ça l'a juste conduite à s'inquiéter davantage.

Elle se leva, laissant Luna endormie sous ses draps dans son lit, et elle descendit les escaliers. Elle s'était habituée à cela aussi, à l'art de rester silencieuse dans la nuit. Elle voulait se faire une tasse de thé, et manger un paquet de chips moldues. A un moment donné, il faudrait qu'elle réduise sa consommation de chips. Ces dernières ne faisaient pas partie du régime alimentaire approprié à un membre de l'équipe de Quidditch d'Angleterre lors de la Coupe du Monde. Bien que Ginny se forçait à essayer de respecter les règles qu'on lui avait apprises, même si elle avait du mal à admettre que les chances qu'elle joue un jour dans ce tournoi étaient faibles. Faibles, voire inexistantes. Eh bien, c'était la situation dans laquelle elle se trouvait.

Autant qu'elle pouvait le comprendre, cette situation était assez désastreuse. En dehors de toutes les conneries habituelles sur le fait d'être coincé dans le passé sans pouvoir s'en sortir. Elles avaient abandonné le corps sans vie d'un mangemort devant une maison en Cumbria, et deux autres étaient partis avec Sirius. Elle savait, grâce au travail de Ron et Harry, qu'il était peu probable qu'on puisse remonter jusqu'à elles trois, donc cette inquiétude était vite écartée. Sans la baguette incriminée, ou une carte de visite macabre, il était difficile de découvrir qui avait jeté le sort à l'origine du crime. Et de toute façon, il était fortement possible que quelqu'un revienne sans doute chercher le corps aussi.

Ginny ne se sentait pas particulièrement coupable de l'avoir tué. Si ça avait été elle. Elle aurait peut-être dû, mais voilà. Si on perdait son temps à s'apitoyer sur son sort, on ne gagnerait jamais une guerre. Hermione s'était sentie coupable en disant que certains de ces mangemorts étaient contraints, ou pouvaient être persuadés de faire défection, ou d'autres conneries du genre, mais Ginny pensait que la grande majorité d'entre eux ne l'étaient pas. Elle ne voulait pas perdre son temps à chercher à les tuer, non, mais ils ne méritaient pas vraiment d'être pleurés très longtemps.

Juste pour être sûre, elle jeta un sortilège rapide sur sa propre baguette. Non. Elle n'avait pas jeté de sorts qui auraient pu le tuer.

Peut-être qu'elle s'était sentie coupable. Elle était soulagée que ce ne soit pas elle, en tout cas.

Elles avaient perdu une journée à tourner en rond, encore et encore, à la recherche d'endroits où elles pourraient trouver Sirius et connaître son sort. Il ne serait certainement pas de retour là où ils avaient combattu les mangemorts en Cumbria, car elles l'avaient vu être emmené. Il n'était pas certain que les cachettes de la seconde guerre des sorciers dont elles avaient connaissance, à l'instar de la cave du Manoir Malfoy, aient été utilisées durant cette période de la guerre, et le découvrir pourrait faire plus de mal que de bien. Sirius avait emporté avec lui sa connaissance des cachettes actuelles. Et puis, la plupart d'entre elles étaient incroyablement bien protégées. Elles n'avaient pas d'elfe de maison sympathique pour les aider à sortir de leurs emprisonnements cette fois-ci.

Ça vaudrait la peine d'en avoir un, pensa Ginny. Mais elle ne savait pas vraiment où trouver un elfe de maison. Et si on ne le savait pas, cela signifiait qu'on était pas autorisés à en avoir un. Une sorte de règle tacite chez les sorciers.

Peut-être qu'ils pourraient aller voler la goule des Weasley. Elle n'était pas vraiment utile, pas qu'ils en aient besoin non plus.

Nan, elles avaient déjà Sirius qui avait aménagé le loft. Ou le serait bientôt. Elles n'avaient pas besoin de quelqu'un d'autre là-haut.

Elle posa la tasse sur la table basse et s'enfonça dans le fauteuil. Elle remit ses cheveux en arrière dans un chignon, car elle avait l'habitude de les tremper dans son thé par accident, et elle ouvrit le paquet de chips. Fromage et oignon. Elle préférait celles au sel et au vinaigre, mais Sirius avait dû toutes les manger.

Il y avait une étrange beauté quand vous regardiez le ciel à travers la fenêtre à une heure du matin, même si vous vous inquiétiez pour votre ami kidnappé. Dehors, rien ne bougeait, à part un chat qui marchait dans la rue. Il n'y avait aucun bruit, à part celui que poussaient les oiseaux. Une fois que vos yeux se sont adaptés à l'obscurité, les étoiles étaient magnifiques. Et quand vous aviez grandi dans une maison où il y avait toujours quelqu'un d'autre, ou cinq ou six autres personnes, il y avait du calme dans la solitude.

Elle enfila ses baskets et et prit la tasse de thé avec elle dehors, abandonnant le paquet de chips ratatiné sur la table basse.

Après avoir franchi la porte en émettant le moins de bruits possibles, Ginny se tenait dans le jardin. Elle voulait faire quelque chose. Elle pourrait peut-être attendre un peu plus longtemps, puis retourner à la maison pour voir ce qu'il en était. Si elle était prudente, elle pourrait voir si les mangemorts avaient ramené leur ami mort. S'ils ne l'ont pas fait, elle pourrait toutefois voir qui ils étaient.

Ça n'avait pas l'air très raisonnable, mais c'était comme faire quelque chose. Et ça faisait du bien, elle aimait faire des choses, et on lui disait souvent qu'elle n'était pas douée pour être raisonnable. Percy lui aurait fait la leçon. Ainsi que Bill. Charlie lui aurait suggéré d'autres options, George lui aurait donné des marchandises pour l'aider, et lui aurait dit de ne pas le dire à leur mère, et Ron... eh bien, Ron était difficile à prévoir. Mais leurs pensées n'étaient pas pertinentes. Elle était ici, et ils étaient là-bas. Elle n'avait pas de frères pour la secourir ici, mais la moitié d'entre eux avait été essentiellement inutile à cela et aucun d'entre eux n'avait été là cette année-là à Poudlard quand cela aurait eu de l'importance.

Ah, merde, elle allait y aller.

Avec précaution, elle s'habilla d'un jean foncé, d'un pull et du blouson noir de Sirius, son propre manteau ayant disparu dans un endroit qu'aucun accio ne semblait pouvoir localiser, et transplana à l'endroit d'où il avait disparu. Dès son arrivée, elle s'est réfugiée à l'orée des arbres et s'est dissimulée du mieux qu'elle a pu. Elle pouvait le faire.

Le corps du mangemort avait disparu, remarqua-t-elle en s'approchant du bâtiment. Ou du moins, il avait été déplacé. Quelqu'un était revenu ici.

Cela lui facilitait la vie d'une certaine manière, car elle n'avait pas à se demander quoi faire d'un cadavre légèrement en surpoids sans que personne ne pose trop de questions sur son identité. Cela signifiait qu'elle ne serait pas capable d'identifier positivement celui qu'elles avaient tué, cependant. Il portait un masque pendant le combat, et tout ce qu'elle avait à dire était qu'il était probablement plus grand et plus lourd que la moyenne. Ce qui n'était guère utile.

Ginny était prudente, encore plus cette fois, et vérifiait minutieusement la zone en utilisant des moyens magiques et physiques pour détecter toute autre présence humaine avant même de penser à entrer dans la propriété. C'était peut-être incroyablement stupide d'y retourner, mais elle avait besoin de savoir. Il était inutile de penser à ce qu'Hermione dirait, mais il était peu probable qu'Hermione ait besoin de savoir. Et puis, il n'y avait personne là-dedans. Elle a poussé la porte, qui n'était plus surveillée, et est entrée.

Le chalet était le même que celui qu'elles avaient quitté, à l'exception de plusieurs objets brisés et d'une étagère cassée sur le sol, là où Sirius et le mangemort s'étaient battus en duel. Sinon, il n'y avait aucun signe d'une quelconque bagarre la veille au soir, et certainement rien qui puisse donner un indice sur l'endroit où Sirius avait été emmené. Ce qui correspondait à ce qu'elle attendait. Elle se pencha pour passer au peigne fin les morceaux d'étagère et les objets non identifiés.

Un des enchantements pour contrôler les intrusions qu'elle avait lancé dans la porte à son arrivée s'est déclenché.

Aussi vite que possible, Ginny a utilisé l'enchantement de désillusion le plus puissant qu'elle ait pu trouver, ainsi que plusieurs sorts de masquage que les aurors utilisaient fréquemment et qu'Harry lui avait appris. Pour faire bonne mesure, elle se leva et s'aplatit contre le mur au milieu des objets brisés. L'intrus contourna le coin, de longs cheveux blonds sales reflétant la lumière de la lune à l'extérieur.

"Luna ?" demanda-t-elle, la dissimulation ayant probablement été inutile. "Qu'est-ce que tu fais ici ?"

"La même chose que toi, j'imagine", dit Luna, "à condition que ce soit à Ginny que je parle et non à un lutin rusé".

Ginny s'est dévoilée. "Plus précisément ?"

"J'ai vu que tu n'étais pas dans ton lit. Je te connais assez bien pour supposer que tu viendrais ici. D'ailleurs, je suis curieuse de savoir si nous pouvons recueillir des indices."

"Je ne pense pas", dit Ginny. "Il n'y a rien."

"Il semblerait que oui."

"Hermione dormait-elle encore ?"

"Elle l'était quand j'ai pris la poudre d'escampette. C'est ça qu'on dit ?" Demanda Luna en fronçant les sourcils avant d'ajouter. "Tu sais qu'elle prend des potions pour dormir, n'est-ce pas ? Depuis la guerre, je veux dire."

"Non, je ne l'ai pas su. Est-ce que Ron le sait ?"

"J'imagine que non. Il n'est pas le plus observateur."

"Mais toi si ?"

"Je suis observatrice."

Ginny décida qu'il valait mieux ne pas s'en occuper. C'était logique qu'Hermione fasse ça. Ginny l'avait fait à certains moments. Et elle ne voyait aucune raison d'en discuter davantage avec Luna. C'était les affaires d'Hermione, et elle leur dirait si elle le voulait. D'ailleurs, personne n'obtenait de réponses en y allant à fond la caisse, si on voulait rester en bons termes avec la personne en question. Au lieu de cela, Ginny continua son tour infructueux du bâtiment, et la seule chose qu'elle établit, c'est qu'il n'y avait absolument rien à apprendre ici. Peut-être que Luna l'Observatrice avait trouvé quelque chose.

Luna ne l'avait pas fait, et était tout aussi déconcertée que Ginny par le but de cet endroit. Cela a permis à Ginny de se sentir un peu mieux à propos de tout ça. Passer autant de temps avec seulement Luna, ou juste Hermione, c'était bien, mais toutes les deux et Sirius réunis, alors que leurs cerveaux semblaient voler deux fois plus vite que le sien. Ce n'était pas si amusant.

Mais encore une fois, elle pensait que cette sortie n'était pas vraiment censée être amusante.

"Et ensuite ? "demanda-t-elle en se penchant par la fenêtre d'où elle avait sauté plus tôt et en observant les arbres sombres devant elle.

"C'est, comme on dit, ta sortie", dit Luna. "Quel était ton prochain plan, exactement ?"

"Je n'en avais pas", admit Ginny.

"Tu es aussi mauvaise que Sirius lui-même."

"J'espère qu'il est vivant. Putain de merde, qu'est-ce qu'on fera s'il ne l'est pas ? Nous avons besoin de ses connaissances si nous voulons avoir le moindre espoir de ne pas rendre les choses quarante fois plus mauvaises.

"Pourquoi quarante ?" demanda Luna.

« Je l'ai choisi au hasard, » dit Ginny.

"C'est probablement sans importance", dit Luna en rejoignant Ginny à la fenêtre. Comme d'habitude, Luna portait une longue robe en velours, jamais de vêtements moldus, et ses cheveux étaient détachés. Cela ne semblait pas très pratique pour Ginny, qui préférait que ses cheveux soient tenus à l'écart. "Peut-être que ses connaissances ne sont pas si importantes. Il y aura des changements, Ginevra. Peut-être que nous avons besoin qu'il revienne parce que nous tenons à lui, pas pour notre cause."

"Ouais," dit Ginny. "Il me manquerait."

"Nous avons tous quelqu'un qui nous manquerait le plus. Le tien n'est pas ici."

Ginny réfléchissait à cela, ou était à mi-chemin en tout cas, quand il y eut un court-circuit en direction le sol.

"Morsmordre !"

"C'était..." dit Ginny. La Marque des Ténèbres a jailli des arbres, illuminant le chalet d'une lumière verte. Elle s'est éloignée de la fenêtre et s'est baissée, ne voulant pas que son visage soit éclairé, mais les craquements significatifs du transplanage en dessous suggéraient que celui qui l'avait lancé était en train de partir, si ce n'est déjà fait. "Tu penses que ça pourrait être..." demanda-t-elle à Luna.

"C'est possible, mais si c'est probable, je ne le sais pas", répondit Luna.

"Il n'y a qu'une seule façon de le savoir", dit Ginny. Se lançant un enchantement de désillusion, elle se tourna pour descendre les escaliers et sortir du bâtiment. Elle y est allée avec un sentiment de trépidation et d'excitation. Honnêtement, elle n'était pas sûre de savoir lequel de ses sentiments l'emportait.

"La fenêtre serait plus rapide", dit Luna en sautant.

Ginny soupira. Elle avait sauté de cette fenêtre il y a seulement un peu plus de vingt-quatre heures, et elle n'avait pas vraiment envie de le faire à nouveau. Elle le ferait, elle le savait, en se retournant dans l'embrasure de la porte, parce que Luna avait raison, c'était plus rapide, mais elle n'en avait pas envie.

Elles heurtèrent le sol à quelques secondes l'un de l'autre, mais Ginny fut plus rapide dans l'escapade, sprintant vers l'emplacement de la Marque des Ténèbres, sa baguette tendue et sa queue de cheval flottant derrière elle. Ce serait bien, pensait-elle, si les choses pouvaient être normales dans sa vie, juste pour un moment. Un an ou deux, ce serait bien, mais honnêtement, à ce stade, elle prendrait même une semaine. Elle sauta par-dessus une bûche qui moisissait sur le sol, et se faufila entre les arbres pour trouver le chemin le plus rapide vers celui qui avait été abandonné sous la célèbre marque sombre.

"Sirius ?" dit-elle en dérapant pour s'arrêter près du corps malheureux. "Sirius ! Merde." Elle se jeta sur le sol à côté de lui, le fit rouler sur le dos et commença à le toucher puis à lui gifler la poitrine. "Réveille-toi, connard, je ne veux pas avoir à te traîner jusqu'à la maison, où est-ce putain de... oh, te voilà !" Cria-t-elle au bruit de quelqu'un d'autre arrivant à côté d'elle et elle se tourna pour donner ses instructions. "Peux-tu voir si..."

Ce n'était pas Luna. Un homme imposant, grand et couvert de cicatrices, se tenait au-dessus d'elle. Ses cheveux châtains sablonneux tombaient sur son visage et il la regardait d'un air confus après qu'il ait lancé un sortilège qui contra le sortilège de désillusion qu'elle s'était lancée.

"Je ne suis pas celui que vous attendiez, n'est-ce pas ?", demanda-t-il.

"Non. Qui êtes-vous ?" demanda-t-elle en agitant sa baguette au-dessus de Sirius pour lancer un sort de diagnostic afin de comprendre ce qui provoquait exactement son inconscience. Elle savait parfaitement qui était cet homme, bien sûr, mais elle pouvait difficilement l'admettre. Cela signifierait des questions. Des milliers de ces fichues questions. Ils avaient convenu de ne pas se dévoiler, ou du moins pas encore.

"Remus. Remus Lupin. Qui êtes-vous ?"

Ginny était en train de marmonner des sorts sur la poitrine de Sirius, essayant d'endiguer l'écoulement du sang à travers son t-shirt, quand il lui a demandé, et a utilisé les moments que ses tentatives de premiers soins lui ont permis de gagner pour trouver une identité alternative plausible pour elle-même. Se souvenant de ce que Harry et Ron avaient dit sur le fait qu'il était plus facile de se faire passer pour quelqu'un qui existait déjà que de créer une identité fictive, elle répondit par "Philomena Prewett".

Elle ne peut pas être une Weasley. Oui, il y en avait une centaine, mais ils les connaissaient tous. Et, en plus, ses cheveux étaient de la teinte rousse exacte de celles des Prewett, pas comme ceux des Weasley.

"Un lien avec Gideon et Fabian Prewett ?" demanda Remus en s'agenouillant dans la flaque de sang à côté du corps de Sirius. Son cœur battait, bien qu'un peu plus faiblement que Ginny ne l'aurait souhaité, et il fallait d'abord s'occuper du sang. "Je peux faire quelque chose pour aider ?"

"Des cousins au second degré, je pense. Ou premier, une fois retiré. Je mélange tout. Je ne les ai jamais rencontrés, des trucs de famille, mais je n'ai rien contre eux. Enlève son t-shirt ", dit Ginny, puis elle changea d'avis. Remus aurait déjà vu les cicatrices assez particulières de Sirius dans le dos et sur sa poitrine, et elle ne voulait pas ouvrir cette boîte de Pandore à moins qu'il ait l'air d'être sur le point de mourir. "En fait, ne le fais pas. Je pense que ça pourrait augmenter le saignement. Vérifie ses jambes, tu peux ?"

Elle fouilla dans sa poche pour trouver le dittany qu'elle avait apporté. Son visage était gravement coupé et enflé, au point qu'il était difficile de le reconnaître, mais elle n'avait pas encore envie de le soigner. Trop de risques. Lorsque Luna arriva, elle remonta doucement le t-shirt de Sirius, par le haut de manière à révéler un minimum de peau, et commença à combiner des gouttes de dittany avec les sorts de guérison que sa mère lui avait enseignés. Petit à petit, la peau commença à se reformer et le flux sanguin à diminuer, mais il en avait beaucoup perdu.

"Tergeo", dit Luna, fermement, en pointant sa baguette sur la flaque de sang. Ginny était contente que quelqu'un d'autre s'occupe du nettoyage.

"Ses jambes vont bien," dit Remus. "Une méchante coupure, mais nette, le long de sa cuisse gauche, que j'ai soignée, et quelques contusions. Comment va-t-il ?"

"Il ne va pas mourir", répondit Ginny. Elle n'était pas experte, mais elle savait que c'était vrai. "Mais il a perdu beaucoup de sang, et on dirait que le doloris a causé des dommages nerveux mineurs." C'était important, et c'était un peu un miracle que Sirius puisse aller relativement bien, mais techniquement, les dommages causés au cours de la dernière journée étaient mineurs. "Et une putain de tonne d'ecchymoses."

"Est-ce qu'une putain de tonne est un terme médical ?" demanda Remus.

"Non", dit Ginny. "Ou pas un que la personne qui m'a éduquée aurait utilisé." Molly Weasley n'approuvait pas les jurons. La langue anglaise avait beaucoup de mots, disait-elle, sans avoir besoin de recourir aux jurons ou des absurdités. Ginny continuait de vérifier à l'intérieur de la tignasse de Sirius s'il n'y avait pas de blessures à la tête. Il avait quelques écorchures mineures, rien de grave, et aucune trace de dommage interne ici.

"Es-tu une guérisseuse ? Tu sembles savoir ce que tu fais."

"J'en sais assez", a-t-elle dit en se levant. Assez pour avoir empêché quiconque de mourir pendant cette horrible sixième année à Poudlard, quand il était normal que quelqu'un entre par hasard dans la Salle-sur-Demande en ayant l'air à dix minutes de la mort. Pomfresh ne pouvait pas suivre tout le monde, alors elle a dû prendre le relais. Elle a appris sur le tas, en général. "Je ne suis pas une guérisseuse, cependant. Je ne pourrais pas le faire, même si je le voulais, ce qui n'est pas le cas."

"Elle serait excellente, cependant, n'est-ce pas ?"

"Je vous reconnais", dit Remus, à Luna. Il s'est levé lui aussi.

"Vous travaillez à la bibliothèque des sorciers britanniques, n'est-ce pas ? J'aime y aller, je vous ai vu plusieurs fois. Mais pas récemment, maintenant que j'y pense."

"Euh," dit Remus, et sa main est montée pour tripoter les poils dressés sur sa nuque. "Je ne travaille plus là-bas maintenant. Je suis au Ministère désormais. Réceptionniste pour le Département des Accidents et Catastrophes Magiques."

"Oh", dit Luna, comme s'il s'agissait d'une conversation agréable dans un pub. "Je suis aussi au Ministère. Aux archives, dans le Département du Ministre."

"Je me souviens. Pandora, c'est ça ?"

"C'est moi."

"Eh bien, c'est gentil à vous deux d'avoir pu rattraper le temps perdu," dit Ginny, perdant patience, "mais nous devons avancer maintenant. J'ai un idiot inconscient à soigner, et je ne peux pas le soulever seule, Pandora." Ce n'était pas le moment de discuter gentiment et amicalement avec les gens. Même si c'était précisément ceux qu'ils étaient venus sauver.

"Certainement", déclara Luna. Elle ne manquait pas une occasion de réagir à son faux nom. C'était pratique. Et aussi légèrement suspect. Ginny avait un bon oeil pour les suspects. Elle l'a enterré, pour le moment. Ce n'est pas le moment.

"Juste une seconde", dit Remus. Il a jeté un coup d'œil à Sirius, et quand le corps n'a pas fait quelque chose comme exploser, ou quoi que ce soit qu'il attendait, Remus a continué. "Qui est-il, et que faites-vous tous ici ?"

"Notre ami idiot, et on cherche à savoir ce qui est arrivé à cet ami idiot", répondit Ginny.

"C'est une longue histoire," dit Luna.

"Ne le sont-elles pas toutes", murmura Ginny. Elle voulait rentrer à la maison. Hermione les tuerait pour être parties sans elle, et Ginny préférait l'idée d'une mort rapide.

"Eh bien," dit Remus. "Je suis censé faire un rapport sur ce qui s'est passé ici ce soir, donc j'ai besoin de savoir ce qui s'est passé."

"Cela ressemble à une attaque de mangemorts pour moi, pas un accident magique et certainement pas une catastrophe selon la définition du Ministère, et je pensais que vous étiez réceptionniste, de toute façon."

"Pas pour le Ministère", dit Remus.

"Eh bien," dit Ginny, d'un ton plus laconique et ressemblant bien plus à celui de sa mère qu'elle ne l'avait prévu, "je ne dirai rien à un quelconque sorcier dans les bois." Sirius était à deux doigts de mourir, et elle en avait fini avec les banalités. C'était Remus, et il ne méritait pas qu'on lui parle comme ça, mais elle était au milieu de quelque chose pour l'amour de Merlin.

Luna lui tapota l'épaule, deux fois, et Ginny détendit son visage à l'abri du regard noir qu'elle avait installé.

"Désolée", a-t-elle dit. "Ce n'était pas nécessaire."

« Ça l'était, » approuva Remus. « J'essaye aussi d'aider ton ami, tu sais. »

"Je ne vois pas en quoi te raconter des choses va l'aider." Ce que Ginny voulait dire, c'est qu'elle ne savait pas par où commencer avec cette histoire.

"Votre ami a été attaqué par des mangemorts", dit Remus, la main dans ses cheveux. "Nous essayons d'empêcher autant d'attaques que possible et de faire tomber ceux qui sont derrières tout ça. Votre ami a de la chance d'être en vie. Nous avons besoin d'informations."

Comme si elle ne savait pas que Sirius avait de la chance. Elle ne pouvait pas révéler ce qu'elle savait des personnes pour lesquelles il travaillait. Que la plupart d'entre elles seraient tuées, à moins qu'ils ne ramènent Sirius sain et sauf, et que Remus lui-même mourrait pour la cause. Parler à un homme mort, c'était ça, même s'il était aussi vivant qu'elle maintenant. Elle avait du mal à admettre à quel point c'était étrange avec Sirius.

"Je suis désolée pour mon amie," dit Luna. " Elle est juste... eh bien, c'est difficile quand votre ami est en danger, n'est-ce pas ?" Remus a acquiescé. "Nous étions ici pour faire du camping. Nous ne nous attendions pas à trouver des mangemorts. C'est un peu un choc."

"Tout ça est un putain de choc terrible", acquiesça Ginny. "Pardon. On veut aussi que Vous-Savez-Qui finisse six pieds sous terre, je te le promets."

"Ça doit être ça", dit Remus. "Est-ce que vous savez où... comment s'appelle votre ami ? Où il était quand il a été attaqué ?"

"Il est parti chercher du bois pour faire du feu", dit Luna. "Il a dit que c'était tout humide là où nous étions, ou quelque chose comme ça, je n'écoutais pas. Je suppose que c'était quelque part près d'ici. Cela aurait du sens. Nous n'étions pas loin. Je suis désolée de ne pas pouvoir vous aider davantage, Remus."

"Remus ?" Fit la voix de Sirius du sol. Sa baguette dans sa poche, Ginny lança un sort de silence dans sa direction ; connaissant leur chance, il revenait à lui-même pile poil pour faire capoter leur histoire par des divagations à moitié conscientes.

"Est-ce qu'il me connaît ?" Demande Remus, en regardant le visage de Sirius qui cligna des yeux, déconcerté et meurtri.

"Oh, je n'en ai aucune idée", dit Luna. "C'est un drôle de type. Et vous avez un nom inhabituel, n'est-ce pas ? On peut le ramener à la maison, maintenant ?"

"Je ne peux pas vous en empêcher", dit Remus, bien qu'il ait l'air d'en avoir très envie. "Et si vous m'avez donné toutes les informations dont vous disposez et qui pourraient nous être utiles." Un soupir. "Ecoute," dit-il, s'adressant directement à Ginny. "Je sais que c'est difficile, je suis désolé si j'ai été insistant. Je connais tes cousins, Gideon et Fabian, et ils sont dans le coup avec moi. On essaie d'arrêter Tu-Sais-Qui, Voldemort, comme on peut." Sa voix tremblait un peu sur le Voldemort, ce Remus de même pas dix-neuf ans, qui voyait des choses qu'il ne devrait pas voir. Elle avait vu cette merde plus jeune, bien sûr, mais ce n'était pas le sujet, et ce n'était pas une compétition, et tout le monde était trop jeune pour ça.

"Moi aussi", dit Ginny. C'était vrai, quoi qu'il arrive. Elle a posé une main sur son épaule, une sorte de pardon et de remerciement en même temps.

"Eh bien", répondit-il. "Si jamais tu veux rencontrer Gideon et Fabian, ou nous aider, envoie-moi un hibou. Je sais qu'ils aimeraient rencontrer d'autres membres de leur famille, et, eh bien, nous pourrions utiliser des personnes avec tes compétences de guérisseuses. Tu es douée, tu sais, sincèrement ?"

"Ok," dit Ginny. "Je vais y réfléchir."

"Nous ferions mieux de le ramener à la maison", déclara Luna. "Merci, Remus. On se reverra peut-être au Ministère."

"Peut-être", dit Remus, et il s'est éclipsé.

"Pourquoi tu dis ça ?" demande Ginny. "Tu ne travailles pas au Ministère ?"

"Vraiment ?" demande Luna. "Tu as fait taire Sirius ?"

"Oui", dit Ginny, en retirant le sortilège. "Désolée, Sirius." Elle s'occupera de Luna plus tard. La liste des plus tard s'allongeait.

"Ginny ? Regulus... il m'a vu... ils n'ont rien découvert, Ginny, je te promets..."

"Le plus important pour le moment est de te soigner", a-t-elle dit. "Ensuite, nous pourrons discuter de ce qui s'est passé. Tu crois que tu peux boire une potion ? Tu as perdu beaucoup de sang, et j'ai un régénérateur de sang, un stabilisateur et un poivre dans ma poche. Ça devrait te permettre de survivre au transplanage, qui est notre seul moyen viable de rentrer chez nous. Je pourrais mieux réparer le reste quand j'aurais de la lumière pour travailler."

"Erugh", dit Sirius, ce que Ginny a pris pour un oui, et a versé la première fiole de potion dans sa gorge. "Ça a un goût de merde."

"Oui, et ces deux autres sont pires", a-t-elle dit.

Ginny avait envie de rencontrer Gideon et Fabian, les oncles dont elle avait tant entendu parler mais qui étaient morts avant sa naissance. Tout le monde disait qu'ils étaient identiques à Fred et George, et elle voulait savoir à quel point. Mais il y avait l'Ordre, et ce n'était pas vraiment le plan d'aller s'empêtrer dans le premier Ordre du Phoenix comme si elle ne savait pas ce qui allait arriver à la moitié d'entre eux. Y compris Gideon et Fabian. Donc elle ne le ferait pas, probablement. C'était la meilleure solution, même si elle était curieuse.

"Viens", dit-elle à Luna. "Tu veux l'emmener, ou je le fais ?"

"Toi", dit Luna. "Je vais ranger ici, et vous suivre. C'est plus mon domaine de compétences que le tien, tu ne penses pas ?"

Ginny a hoché la tête. Elle tira Sirius par les épaules et transplana. Et, alors qu'elle atterrissait dans leur ruelle préférée où ils avaient pris l'habitude de transplaner, elle laissa tomber Sirius sur les pieds d'Hermione qui attendait, et dont Ginny ne s'attendait pas à ce qu'elle soit là.

"Sirius ?" dit Hermione. "Ginny ?"

"La même", dit Ginny. "Peux-tu m'aider avec lui ?"

"Mais où diable étiez-vous donc passées ?" Marmonna Hermione avec venin, en jetant un coup d'œil aux maisons qui les entouraient, bien qu'elle ait conjuré une civière et commencé à faire léviter Sirius dessus. "Je me suis réveillée et tu étais partie ! Tu aurais pu aller n'importe où ! Il aurait pu se passer n'importe quoi !"

"Ce n'est pas le cas", dit Ginny. "Au contraire, on a eu de la chance de faire ce qu'on a fait. Nous avons Sirius, et il n'est pas mort, même s'il aurait pu l'être si nous avions mis plus de temps à le récupérer."

"Mort", dit Sirius. "Pas mort. Jamais mort. Mutilé. Estropié. Légèrement tué. Pas mort."

"Tué et mort ont une grande variété de similitudes," dit Luna, atterrissant à côté d'eux dans un léger tourbillon avec sa robe. "Mais peut-être que ce n'est pas le moment de faire de la sémantique."

"Est-ce que ça l'est jamais ?" Demanda Ginny, en prenant la tête de l'étrange procession qui entrait dans leur maison. Le corps légèrement remuant de Sirius sur la civière en tête, le visage et les cheveux encore pleins de son propre sang et les phrases occasionnellement décousues qui s'échappent de sa bouche. Hermione ensuite, le visage figé et grommelant presque en dirigeant Sirius. Luna, complètement indifférente à tout cela et réfléchissant probablement aux bizarreries de la langue anglaise. Et enfin Ginny, portant la veste trop grande de Sirius, éclaboussée de sang, et ayant une fois de plus l'impression de ne pas contrôler la situation.

Ils sont arrivés dans la maison, et Hermione a commencé à manœuvrer le brancard à l'étage.

"Où est-ce que tu vas le mettre ?" Demanda Ginny.

"Dans son lit", répondit Hermione.

"On ne peut pas entrer", déclara Ginny. "Il a fait quelque chose avec la trappe. Une façon de garder son intimité, ou autre chose, mais quoi qu'il en soit, nous ne pouvons pas entrer sans qu'il le fasse pour nous, et je ne pense pas qu'il soit en état de le faire. Je ne sais même pas s'il a sa baguette."

"Un sacrifice de sang", dit Sirius. Ginny et Hermione l'ont ignoré.

"Bien", dit Hermione d'un ton sec. "Je vais le mettre dans la mienne."

Ginny ne comprenait pas ce qu'elle avait fait de mal. Eh bien, elle le comprenait. Mais ça s'était arrangé pour le mieux, donc il devait y avoir une certaine marge de manœuvre pour pardonner ça pour le plus grand bien ou peu importe ce que c'était. Et où Luna avait-elle disparu ? Elle suivit Hermione dans les escaliers ; elle devrait encore s'occuper des blessures au visage de Sirius et vérifier son thorax et son dos.

Hermione l'a descendu sur le lit, en faisant disparaître la civière de dessous lui, et a commencé à retirer sa chemise.

"Attends," dit Ginny. Tu dois d'abord vérifier si elle n'est pas coincée quelque part."

"Je suis assez douée pour les soins de base ", dit Hermione avant de poursuivre. Le tissu s'est accroché à une coupure partiellement cicatrisée sur le ventre de Sirius, qui a poussé un cri de douleur, ses bras s'agitant légèrement comme s'il essayait d'atteindre la source de la douleur. Ginny se retint de dire "Je te l'avais dit". Cela n'aidait jamais. Au lieu de cela, elle poussa Hermione hors du chemin et prit le relais, utilisant sa baguette pour desserrer le tissu et enlever la chemise elle-même.

"Qu'est-ce qui te donne le droit de faire ça ?" Demanda Hermione, avec une menace à laquelle Ginny ne s'attendait pas.

"Je connais mon affaire", répondit Ginny. "Et, en plus, j'en ai vu un peu dans les bois, je sais à quoi j'ai affaire et ce que j'ai déjà essayé." Elle a fait une pause. Elle était fatiguée, elle était sur les nerfs, et elle ne devrait pas continuer à parler. "Hermione, tu n'as pas toujours la possibilité d'être responsable."

" Tu ne m'as même pas dit où tu allais !" Hurla Hermione, d'un ton sec. "On ne m'a même pas adressée la parole ! C'est sérieux, c'est important, je voulais aider, je..."

"Les désirs d'aucune d'entre vous ne sont aussi importants que les besoins de Sirius, à ce moment précis, dit Luna, apparaissant dans l'embrasure de la porte. "J'ai de l'eau chaude. Je pense que crier n'est pas bon pour le moral des patients."

"Merci", dit Ginny. Elle avait raison de dire qu'elle n'aurait pas dû continuer à parler. Elle avait été insensible, du moins, si c'était vrai, Hermione n'avait pas le droit d'exiger d'être tenue pour responsable. Même si elle aurait peut-être dû être informée. Mais alors ce n'était pas la faute de Ginny si elle utilisait des potions pour dormir. C'était celle de Voldemort.

On pouvait blâmer Voldemort pour la plupart des choses, mais c'était généralement un peu exagéré pour quelque chose comme ça.

"Hermione", dit-elle en se tournant vers son amie. "Tu peux nettoyer les coupures ? Je veux voir les dégâts avant d'utiliser d'autres sorts, et je ne peux pas les voir avec tout ce sang." Elle lui a passé le bol, avant d'ajouter. "Et je suis désolée. J'aurais dû te réveiller. Il n'y a pas que toi que je laissais de côté, je ne l'ai pas vraiment dit à Luna non plus."

"Luna l'a découvert seule", dit Luna, d'une manière déconcertante que Ginny a choisi d'ignorer.

"Je ne veux pas le perdre", répondit Hermione. Elle se tenait debout avec le tissu, imbibé de sang, dans sa main gauche, ne faisant aucun effort pour continuer à le déplacer sur la poitrine de Sirius. "Nous ne pouvons pas perdre Sirius."

"Il va mieux qu'avant", déclara Ginny, qui, selon elle, reconnaissait le niveau de travail qu'elles avaient encore à faire pour ramener Sirius à la normale. "Il n'est pas aux portes de la mort, comme nous l'avons trouvé, et il survivra à la nuit. Mais il faudra du temps pour qu'il redevienne normal. Et à nous tous."

"Je ne meurs pas", dit Sirius.

"Il s'améliore s'il peut parler", ajouta Ginny. "Viens, on va faire ça ensemble."

Hermione reprit son nettoyage, et Ginny commença à soigner les coupures à mesure qu'elles devenaient plus visibles. Ensemble, elles lancèrent les sorts de diagnostic et discutèrent de la manière de traiter les blessures moins visibles. Derrière elles, Luna faisait ce qu'elle avait à faire, plaçant une sorte de sort pour distraire les lutins ou autre. Elles travaillaient ensemble, et Ginny se sentait mal qu'Hermione ne soit pas venue avec elles. Elles formaient une équipe. Elles se serraient les coudes.

"Je suis désolée, Ginny", dit Hermione. "Si tu n'étais pas partie en plein milieu de la nuit, on ne l'aurait peut-être pas trouvé."

"Il y a tellement de possibilités, ce n'est pas forcément vrai", déclara Ginny.

"Tu commences à parler un peu comme nous", dit Luna.

"Sinistre", dit Sirius. "Un présage de mort. Pas la mort."

"Il a l'air de perdre la raison", dit Luna.

"Et tout le monde ici est parfaitement sain d'esprit", murmura Ginny, mais assez doucement pour que personne d'autre ne puisse l'entendre. Des scénarii de vie ou de mort, ce que celui-ci n'était plus en quelque sorte, et ce n'était peut-être pas le moment de faire des commentaires sournois. Fred et George le feraient, mais c'était Fred et George. Peut-être que Fabian et Gideon l'ont également fait.

Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=37538