Les déchus - Andromeda by Sifoell
Summary:

Des trois filles de Cygnus et Druella, Andromeda est celle qui les a le plus surprise.

Et un jour, elle n'est pas rentrée.

On l'a crue folle. Mais elle était amoureuse.

 

Photo De JacksonDavid (Pixabay), montage par mes soins sur Canva.


Categories: Après Poudlard, Tranches de vie, Tedromeda (Ted/Andromeda) Characters: Andromeda Black, Ted Tonks
Genres: Famille, Missing Moments, Romance/Amour
Langue: Français
Warnings: Aucun
Challenges: Aucun
Series: Les Nuits d'HPF, Les Black, T'es canon, toi !
Chapters: 7 Completed: Oui Word count: 4396 Read: 1530 Published: 12/05/2021 Updated: 03/07/2021
Story Notes:

Quoi, encore une fic ?

Non (oui). Mais c'est un recueil !

Les thèmes de la nuit du 17 avril 2021 ont été très inspirants pour moi !

Ce recueil peut être considéré comme canonique, ou faire partie de mon univers alternatif.

Vous noterez que ce recueil s'appelle Les déchus - Andromeda, et s'intéresse donc à Andromeda Tonks. Je vais m'intéresser aux noms effacés sur la tapisserie des Black (pas Iola Black qui a déjà une fic qui lui est consacrée) : Phineas (supportait les droits des Moldus), Marius (Cracmol), Cedrella (je lui ai déjà consacré Jusqu'à ce que la mort nous unisse, et Le Poids du Silence, mais je n'exclue pas un recueil d'une prochaine nuit sur ce personnage que j'ai aimé écrire. Elle a épousé Septimus Weasley et est la mère d'Arthur), Alphard (a donné de l'or à Sirius pour le soutenir après sa fuite), Sirius (est-il utile de le présenter ?)

1. Mésalliance by Sifoell

2. Le cousin by Sifoell

3. Première nuit by Sifoell

4. Hésitation by Sifoell

5. Insipide by Sifoell

6. Embarrassant by Sifoell

7. Pourpre by Sifoell

Mésalliance by Sifoell
Author's Notes:

Ce chapitre correspond au thème de 20h de la nuit du 17 avril 2021. Le thème était "gloire", et la photo représentait une mariée assise dans une forêt, dans une très jolie pose.

 

Eté 1970.

 

C'est certainement le plus beau jour de sa vie. Le jour de sa mésalliance. Andromeda repousse l'amertume qui n'a rien à faire le jour de son mariage avec Ted, alors qu'elle est habillée de blanc et marche pieds nus dans les feuilles mortes du bois, pour rejoindre la cérémonie. Andromeda a toujours voulu se marier pieds nus, mais cela ne se faisait pas. Elle a toujours voulu aussi faire un mariage d'amour, mais ce n'est pas ce que ses parents, sa famille, souhaitaient pour elle.

Et quand Andromeda voit le mariage que Bellatrix a fait, elle se dit qu'elle a parfaitement raison de ne pas être rentrée à la maison une fois sa septième année à Poudlard achevée.

C'est un mariage simple qui va se célébrer, c'est ce qu'Andy et Ted souhaitaient. Rien de prestigieux, pas d'invités que l'on convie à contre-coeur parce que la bienséance exige leur présence. Tous ceux qui sont ici sont leurs plus proches, famille et amis de Ted, famille et amis d'Andy. Parce que bien entendu, aucun Black, aucun Rosier ne s'est déplacé. Quand elle leur a envoyé les invitations, personne n'a répondu, et elle a attendu, attendu longtemps, avant de se rendre compte qu'ils l'avaient éjectée de leur vie. Et après avoir passé plusieurs jours à pleurer, soutenue par Ted, elle a décidé qu'elle les éjectait aussi de sa vie. Qu'ils n'avaient pas d'importance. Les Black, les Rosier, ils pouvaient se garder leur haine, parce qu'elle avait tout l'amour dont elle avait besoin.

Andromeda sourit gracieusement à ses amis et famille. Cedrella Weasley, née Black est là, les cheveux gris retenus en un chignon élégant, au bras de Septimus. Le cœur d'Andromeda se serre d'émotion quand Marius s'avance vers elle. C'est certainement celui qui a le plus souffert, de tous ces Black déchus, abandonné à l'aube de ses onze ans, parce que la magie ne s'était pas manifestée en lui. Andromeda n'a jamais été aussi surprise que le jour où ce vieil homme portant un chapeau noir et une canne est venu frapper à la porte des parents de Ted. Elle y vivait depuis quelques jours, n'osant plus sortir de chez eux quand des articles interrogeant sa santé mentale sont sortis dans la Gazette du Sorcier, tout ça parce qu'elle n'était pas rentrée chez elle et avait refusé un très bon parti dans leurs mariages arrangés. Marius avait été d'un grand soutien, et lui avait expliqué que Iola Black, le tout premier nom brûlé de la tapisserie des Black, avait entrepris d'aider tous ceux comme eux, les déchus, les abandonnés, les maudits. Du coup, Marius était là pour Andromeda si elle en avait besoin.

Et aujourd'hui, elle avait besoin de quelqu'un pour la mener à l'autel.

Andromeda a ce doux sourire qu'elle ne réserve qu'à Marius. Parce qu'il est le seul ici, avec Cedrella, à comprendre pourquoi elle est partie, pourquoi cela devenait si étouffant à la maison, pourquoi il était important qu'elle s'en aille de là pour ne pas étouffer, pour ne pas être polluée par leur haine et leur colère qui ne résolvent rien, mais les confortent dans leur sentiment de supériorité.

La main bourrue de Marius vient se poser sur la sienne et elle sourit à ce rappel à l'ordre. Oui, tu as raison, Marius. Sois là, sois présente, et ne pense pas aux cons. Ted est debout à côté de l'autel, et se retourne vers elle quand elle lève les yeux vers lui. Ils se sourient, et il se passe tellement de promesses entre eux que cela lui coupe le souffle. Andromeda ne savait pas qu'il était possible d'aimer à ce point. Et au diable les bigots, comme le disait Iola Black, et comme le répète Marius.

Au diable les bigots.

Marius attrape la main d'Andromeda qui était posée sur son bras, et il la mène jusqu'à la main de celui qui sera son mari d'ici quelques minutes.

Juste quelques minutes encore où elle est une Black. Qu'ils s'étouffent dans leur gloire passée, qu'ils pleurent sur leur honneur bafoué, mais qu'ils la laissent vivre, surtout.

Marius avait balayé cette crainte de représailles d'un revers de main quand elle lui en avait parlé, ce jour où il était venu frapper à la porte des Tonks. Alors, il lui avait parlé d'un secret à l'oreille, un secret transmis de déchu en déchu. Un secret sur la lignée des Black qu'aucun Black, aucun bigot, ne voudrait jamais voir découvert.

Alors Andromeda avait ouvert de grands yeux et su qu'elle était protégée. Que ce secret empêcherait quiconque dans sa famille de s'en prendre à elle ou à Ted, ou ses parents. La protection de Iola, par le secret transmis à Marius, s'étendait à elle, désormais. Et avec ça, la mission transmise au déchu de protéger les autres déchus.

« Sois ici et pas avec eux, Andromeda Black. »

La voix grave de Marius la ramène à l'ici et maintenant, et Andromeda lui sourit une dernière fois avant de se ranger aux côtés de Ted, attendant que le maître de cérémonie commence à officier.

Ce soir, elle serait Andromeda Tonks et ce serait très bien.

Ils iront prendre des photos de la mariée aux pieds nus dans les bois, et de Ted et son costume trop grand. Et ils feront la fête avec leur famille, leur vraie famille, celle qui leur souhaite d'être heureux sans leur demander de sacrifier leur liberté au profit de la gloire de la famille.

Et ils seront heureux. C'est tout ce qu'ils demandent.

End Notes:

Mais, qu'est-ce qu'il vient donc faire là Marius Black ? C'est qui ? C'est le cracmol de la famille.

Dans ma petite tête, il a été abandonné quand il n'a pas reçu sa lettre pour entrer à Poudlard. Et dans mon univers, Iola Black (sacrée bonne femme), est porteuse d'un secret de famille concernant les Black qui pourrait, s'il était révélé, mettre à mal toute la Noble et Très Ancienne Famille des Black. Forte de ce secret, elle le transmet aux autres membres déchus de sa famille afin de leur assurer protection. Si vous voulez en savoir plus, c'est dans Le Poids du Silence (qui concerne un repas de Noël à l'ambiance pesante, c'est le cas de le dire), qui est la suite de Jusqu'à ce que la Mort nous unisse. (Les fics sont courtes, ne vous en effrayez pas).

Ceux qui ont lu ces deux fics (voire l'Indocile, qui est consacrée à Iola Black), pourront reconnaître un peu du discours de Iola, qui a transmis sa gouaille à Marius et Andromeda.

Comme vous pouvez l'imaginer, j'écris beaucoup sur les Black parce qu'ils me fascinent, et je trouve que ce sacré sac de noeuds qu'est leur famille est très inspirant en terme de relations familiales complexes.

J'espère que la lecture vous a été agréable, n'hésitez pas à laisser une review, elles font toujours plaisir et j'y réponds rapidement :)

Le cousin by Sifoell
Author's Notes:

Au chapitre précédent, nous assistions au mariage d'Andromeda et de Ted, auquel assistait Marius Black, un autre des déchus (pour les lecteurs de l'Indocile, consacrée à Iola Black, il y a un passage spoilant, dans le fait que sur ses vieux jours, elle a transmis à Marius le devoir de protéger les autres déchus, parce qu'étant le premier nom effacé sur l'arbre des Black qui nous a été transmis - mais on peut supposer qu'il y en a eu d'autres avant - j'avais envie de lui donner ce rôle).

Breeeef, il vous manque, Sirius ? Ben il est là.

 

Halloween 1970

 

Andromeda est en train de cuisiner des biscuits pour ce soir car ce sera Halloween, et les gamins du quartier vont sûrement venir toquer à la porte pour réclamer des sucreries. Cela fait plusieurs semaines qu'elle habite chez les Tonks, et elle commence à s'y faire, à cette vie, bien plus simple, sans faux-semblants et courbettes. Elle est bien loin du monde des Black. Surveillant la cuisson des biscuits, elle vérifie que la bonbonnière est bien pleine avant de regarder par la fenêtre, comme par habitude. Et là, elle voit un gamin brun qui semble hésiter devant son portail. Puis il ouvre le portillon, s'avance dans l'allée et frappe trois coups secs à la porte. Andromeda se précipite dans l'entrée et éconduit Jackie, la mère d'Edouard, qui s'apprête à ouvrir. D'un sourire triste elle secoue la tête.

« C'est pour moi, Jackie. Appelle Ted. »

Jackie acquiesce, les sourcils froncés, et file dans le salon où Ted et Victor, son mari, regardent la télé. Andromeda la suit des yeux avant d'inspirer un coup et d'ouvrir la porte. Son cœur fait un tressaut étrange quand elle reconnaît Sirius, son cousin. Il a onze ans et vient de faire sa rentrée à Poudlard. La rumeur de sa répartition à Gryffondor s'est portée jusqu'aux oreilles d'Andromeda et de Ted. Walburga et Orion ont du s'étouffer de rage.

« Bonjour Sirius. »

Les yeux gris rencontrent les yeux marrons d'Andromeda. Sirius est déjà grand et dégingandé.

« Bonjour Andromeda. »

Le visage de Sirius se chiffonne, comme s'il se retenait de pleurer, et il serre les poings contre ses cuisses.

« Allez, viens à la maison. »

Le petit garçon la suit et il fait un signe de tête à Ted et Jackie qui se tiennent dans l'entrée, et Victor qui est derrière eux. Ils entrent tous dans la cuisine, et, invité à s'assoir, il grimpe sur la chaise qui est devant la fenêtre de la cuisine, et dans la lumière blafarde de cette fin de journée d'octobre, Andromeda a l'impression que la noirceur du Square Grimmaurd a suivi Sirius. Elle oublie cette impression étrange en un instant et cherche sur le visage et le corps de Sirius des traces de sévices. Parce qu'elle se doute que son oncle et sa tante sont capables, dans leur fureur, de frapper Sirius.

« C'est plus supportable à la maison. »

Sirius marmonne, les yeux résolument baissés sur la table de bois. Ted marmonne quelque chose à ses parents et les fait sortir de la cuisine avant de fermer la porte derrière eux. Il s'assied en bout de table, à l'écoute lui aussi du petit garçon.

« Père et mère n'arrêtent pas de me reprocher d'avoir été réparti à Gryffondor, alors que c'est ma plus grande fierté. Ils n'arrêtent pas de répéter à Reg qu'il doit laver l'honneur des Black et entrer à Serpentard, être un bon garçon, pas comme moi. »

Andromeda s'assied aussi, jetant un œil machinal aux biscuits qui poursuivent leur cuisson.

« Tu sais bien comme ils sont, Sirius. Ils savent où tu es ? »

Sirius a un petit sourire en coin.

« Je suis sorti par la fenêtre, et j'ai descendu la gouttière. Après j'ai pris trois bus, je crois. Vous pourrez me ramener en voiture ? »

Ses grands yeux s'illuminent à cette idée. Ted laisse échapper un rire qu'il regrette immédiatement au regard que lui lance Andromeda.

« Est-ce que tes parents savent où tu es, Sirius ? »

Le garçon secoue la tête.

« J'ai pas envie de leur parler. »

Puis il soupire.

« Mais il faudra que j'y retourne. »

Il hume l'odeur des biscuits dans l'air.

« Oh, je peux en avoir s'il-te-plaît, Andy ? J'ai à peine mangé depuis que je suis rentré de Poudlard. Mère pense que me priver de nourriture me fera réfléchir. »

Andromeda sourit tristement.

« Bien sûr que tu peux avoir des biscuits, Sirius. Et tu pourras revenir ici aussi souvent que tu veux. Et on s'écrira. »

Sirius l'écoute avec une grande attention, et ses yeux se remplissent de larmes qu'il réprime rapidement.

Les Black ne pleurent pas.

End Notes:

Un petit câlin pour le petit Sirius ? Il n'a que onze ans, choupi...

N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez. De mémoire, j'ai encore quatre textes écrits pour ce recueil sur Andromeda, et le dernier à écrire.

Ce texte répondait à la proposition de 22h de la nuit du 17/04/21, représentant la photo d'un garçon au bout d'une table, dos à la fenêtre.

A bientôt :)

Première nuit by Sifoell
Author's Notes:

Bonjour,

Voici le troisième chapitre, répondant au thème de 1h (une photo d'un couple au lit) de la nuit du 17/04/21.

Je vous souhaite une bonne lecture :)

 

C'est leur première nuit dans leur premier appartement. Après des mois à vivre chez les Tonks, ils ont eu besoin de prendre leur indépendance. Ted a eu une promotion au service de accidents magiques, et maintenant travaille dans un bureau. Andromeda, quant à elle, a trouvé un emploi dans ce même service, et va nettoyer de toute trace de magie les maisons et appartements sorciers qui retournent sur le marché de l'immobilier moldu. Ce n'est pas un travail dangereux comme peut l'être celui des Briseurs de Sorts, non. Andromeda se contente de vérifier que rien de bizarre ne reste, rien qui puisse en tout cas orienter les Moldus vers cette idée étrange que la magie existe.

Andromeda range le dernier carton, Ted ferme le dernier placard. Ils ont fini. Ils sont installés. Ils se sourient tous les deux, puis s'attrapent les mains, puis les lèvres, et Ted l'emporte dans ses bras vers le lit qu'Andromeda vient de faire. Ils sont jeunes, mariés et amoureux. Ils sont pour la première fois dans un appartement à eux. Ils ont la vie et la nuit devant eux. Demain c'est dimanche, toute une journée à s'aimer.

Ted dépose délicatement Andromeda sur le lit qu'il ne prend pas la peine de défaire, de toute façon, il ne peut pas, les mains de sa femme se sont nouées dans son cou et elle efface son sourire de baisers, et exhale un soupir quand elle sent sa main défaire maladroitement les boutons de sa chemise, effleurant ses seins. Ted vient couvrir son corps du sien, et dans un grand geste pour ôter son pull, entraîne la lampe de chevet flambant neuve vers le sol où elle éclate. Andromeda le regarde alors, dans cette semi-pénombre, un air amusé sur le visage. Ted a toujours été maladroit, et Andromeda tend sa main vers sa baguette qui est sur la table de nuit, mais la main de Ted l'en empêche.

« Occupe-toi de ton mari. »

« Je voudrai m'occuper de ma lampe. »

Il fronce les sourcils.

« Tu t'en occuperas demain matin. »

« Et je soignerai tes pieds nus quand tu marcheras dedans. »

Nouveau froncement de sourcil. Il libère la main. Sans regarder, elle attrape sa baguette, le dévorant de ses yeux, et fait un moulinet de son poignet en lançant un reparo. Ted lance un coup d'oeil et roule ses yeux dans ses orbites.

« J'ai réussi ? »

« Bien sûr. »

Il fait semblant de bouder, son expression enfantine révélée par la lumière qui vient de se rallumer. Ted fait le geste d'attraper la lampe pour la remettre sur la table de nuit.

« Laisse-la où elle est, tu vas la refaire tomber. »

Il se renfrogne pour la bonne mesure, et Andromeda se redresse pour effacer la mine boudeuse de son mari d'un baiser. La voix grave, elle lui susurre à l'oreille.

« Occupe-toi de ta femme. »

Et ce sourire benêt revient sur ses lèvres. Ce sourire qu'il n'adresse qu'à Andromeda quand elle fait fondre son cœur.

 

Hésitation by Sifoell
Author's Notes:

Hello,

Voici le quatrième des sept textes que j'ai consacré à Andromeda lors de la nuit du 17/04/21.

Ce texte répond au thème de 21h, qui donne le titre au chapitre, à savoir l'hésitation, et une photo de lampions. Nous sommes à la fin des années 1970.

Je vous souhaite une bonne lecture !

 

Andromeda tourne en rond, Andromeda tempête, Andromeda est au bord de l'épuisement. Et ce n'est pas parce que Nymphadora marche et que ses petites mains touchent à tout, et qu'elle se cogne partout. Ce n'est pas parce que Ted a eu une promotion et rentre plus tard du travail.

Non, ce qui la met dans tous ses états, c'est que les noces de Narcissa et ce Lucius Malefoy, ont été annoncées absolument partout dans les journaux, et qu'elle ne sera pas là.

Andromeda a toujours profondément aimé ses sœurs, même Bellatrix. Mais Narcissa, la douce et délicate Narcissa a toujours emporté son cœur, son affection. Dernière des trois sœurs, elle a toujours joui de ce statut de fille préférée, de petite dernière à protéger. Les trois sœurs étaient inséparables avant qu'Andromeda ne se rende compte que sur les photos, elle était toujours un peu à l'écart, et qu'elle s'éloignait quand ils parlaient des nés-moldus et des cracmols, quand ils devisaient politique, et que Bella avait cette lueur inquiétante dans le regard. Andromeda les quittait avant même que de penser à le faire.

Et quand Ted rentre du travail, ce soir-là, c'est pour trouver sa femme dans un état d'agitation qu'elle n'arrive plus à gérer. Avant même qu'il ne lui demande comment s'est passé sa journée, elle s'effondre en pleurs.

« Cissy va se marier, et je ne serai pas là. »

La grande carcasse de Ted se rapproche d'elle et l'enferme dans ses bras. Elle n'arrive plus à respirer. Elle n'arrive plus à respirer. Il la berce de droite à gauche, tout doucement, et sa voix fait vibrer ses os.

« Elle n'était pas là non plus pour ton mariage, Andy, et tout s'est très bien passé. »

Andromeda s'apaise dans l'étreinte de son mari.

« Mais c'est ma petite sœur et je l'aime. »

Ted a envie de lui dire que peut-être Narcissa Black n'a pas envie de l'amour d'Andromeda Tonks. Mais Ted ne dit rien et laisse respirer sa femme.Cela lui arrive, de temps en temps, de penser à cette famille à qui elle a renoncé avec regret.

« J'ai envie de lui montrer que je pense à elle. »

Et bercée dans l'étreinte de son mari, dans la familière odeur de laine et de vetiver, les pensées d'Andromeda dérivent vers Narcissa et ces temps où elles étaient jeunes et plus insouciantes. Pas encore totalement polluées par les bigots de leur famille. Narcissa a toujours aimé ce qui brille. Toujours.

Andromeda s'extirpe des bras de son mari et va sortir du tiroir du buffet du parchemin. Sous les yeux intrigués de Ted, elle le découpe avec une paire de ciseaux, le plie de multiples fois et le découpe encore. Elle lève alors les yeux de nouveau rassurés vers son mari et déplie ce qu'elle a dans ses doigts, ce qui forme une espèce de petite lanterne de parchemin. Elle introduit sa baguette dans le bas et murmure lumos. Et leur salon se décore de losanges lumineux.

Andromeda sourit, sourit vraiment, puis récupère sa baguette, replie le parchemin.

« Je vais lui envoyer une lettre. Elle saura que cela vient de moi. »

 

 

End Notes:

Et voilà ! Plus que trois textes (si je n'oublie pas de les poster), et le recueil sera clos. J'espère que la lecture vous a été agréable, j'aime beaucoup écrire sur Andromeda, et à quel point cela a du être difficile d'être une des déchus des Black. Coeur sur elle.

Insipide by Sifoell
Author's Notes:

Hello,

Voici le cinquième texte de ce recueil qui en comptera sept (il est terminé).

Ce texte répond à la contrainte de 23h de la nuit d'écriture HPF du 17/04/21 (insipide et photo d'une foule recouverte de pigments lors d'une fête indienne).

 

Ted avait toujours de ces expressions, et de ces idées. Celui qui se faisait appeler Voldemort et commençait à terroriser toute la société sorcière prenait de plus en plus de pouvoir, s'infiltrant au Ministère, auprès des sorciers puissants, et critiquant de plus en plus les Nés-Moldus, les Cracmols, mettant en danger le secret magique et les Moldus. Andromeda n'était pas à la fête, elle savait Narcissa mariée à Lucius Malefoy et se doutait que cet arriviste était dans les petits papiers de celui qui se faisait appeler le Seigneur des Ténèbres. Et Bellatrix... Bellatrix avait toujours été la plus emportée des trois sœurs Black. Bellatrix qui l'avait plusieurs fois appelée insipide, parce que les joues naturellement roses d'Andromeda et ses yeux marrons dégageaient une chaleur qui ne devait pas convenir à Bellatrix Black épouse Lestrange. Andromeda n'avait jamais aimé Rodolphus Lestrange, qui n'était qu'un autre avatar de sorcier issu de vieille famille de sang-pur. Il paraît que sa famille venait de France, et visiblement là-bas aussi les vieilles familles se racornissaient autour de la pureté du sang.

Souvent, Andromeda n'arrivait pas à respirer.

Mais cette fois-ci, Ted a confié leur fille Nymphadora à ses parents, a pris la main de sa femme, et l'a poussée dans un taxi, direction East Ham, le quartier indien de Londres, dans lequel Andromeda n'a jamais mis les pieds. Avec son habituel sourire charmeur, Ted lui a juste dit.

« Tu verras, fais-moi confiance, Andy. »

Andromeda suivrait Ted jusqu'au bout du monde. Et elle a cru y arriver quand elle a vu les rues inconnues de East Ham remplies d'une foule d'Indiens, de fleurs, de décorations de toutes les couleurs. L'air transporte des odeurs d'épices, de nourriture indienne, de fleurs, dans un mélange qui aurait pu sembler écoeurant mais qui est vraiment vivifiant pour Andromeda. La noirceur des Black la poursuit où qu'elle aille, elle n'arrive pas à s'en défaire. Les remarques de ses parents, de ses sœurs, la manière dont son oncle et sa tante semble traiter Sirius. Tout cela la poursuit. Mais seul Ted arrive à repousser cette noirceur, cette colère qui la hante malgré elle.

Sa main dans celle de Ted, elle se laisse mener dans ce quartier qu'il semble connaître. C'est cela, l'avantage d'avoir épousé un Né Moldu, il peut lui faire découvrir tant de belles choses qu'une sorcière venant d'une famille conservatrice n'est pas supposée connaître. Un sourire immense se dessine sur les lèvres de Ted, qui entraîne derrière sa haute silhouette Andromeda, qui n'a pas assez d'yeux pour tout saisir. Et d'un coup, la musique s'affole, les doigts se promènent à toute vitesse sur les tambours, elle entend des chants, les gens dansent et c'est une explosion de couleurs qui fait hurler de rire Ted et Andy. Il la prend dans ses bras, entame une danse maladroite, et ils rient, en recevant de la poussière de toutes les couleurs qui vient les recouvrir. Et ils s'embrassent, et ils sont heureux. Et les Black n'ont plus d'importance, ni cette guerre qui s'annonce.

Il n'y a plus qu'eux d'eux, et leur rire que la musique rend inaudible, et toutes ces couleurs qui repoussent le sombre, repoussent la douleur, repoussent l'insipide.

Bella peut se taire.

 

 

End Notes:

Et plus que deux textes et ce recueil sera fini !!!

N'hésitez pas à laisser un petit mot ou des étoiles ;)

A bientôt :)

Embarrassant by Sifoell
Author's Notes:

Bonjour,

Ce texte répond au thème de minuit de la nuit du 17/04/21, à savoir : embarrassant, et la photo d'un homme masqué.

Je vous souhaite une bonne lecture !

 

Andromeda attend patiemment dans le couloir que Ted sorte de son bureau. Ils ont un rencard tous les deux ce soir, ils se font un restaurant une fois par mois, et ils alternent pour le choix de ce restaurant. Une fois Andromeda, une fois Edward. Et depuis qu'ils sont allés à East Ham pour la fête indienne, Andromeda rêve de découvrir la cuisine indienne. Mais Ted prend son temps, cela fait déjà une quinzaine de minutes qu'il aurait du sortir. Alors, le Sorcière Hebdo largement ouvert devant elle, elle lit, sa jambe balançant montrant son agacement. Andromeda n'a jamais été patiente, et ça, c'est une caractéristique des Black. L'impatience, le feu. Il couve toujours à la surface chez Andromeda.

Des voix d'hommes et des bruits de pas se font entendre à l'autre bout du couloir, Andromeda jette un œil rapidement, mais ne les reconnaît pas, alors elle se cache derrière son journal et poursuit sa lecture.

Comment tenir sa maison quand on n'a pas d'elfe de maison ? Oh, veracrasse, que ce journal est chiant. Mais elle tient bon, il y a souvent quelques bons conseils cachés dans un gros paquet d'inepties.

Le timbre de la voix d'un des hommes lui rappelle quelque chose, mais c'est la voix traînante et le claquement de la canne sur le sol qui la font se tendre imperceptiblement. Mais son pied continue son balancement, et ses doigts serrent un peu plus le journal. Le couloir est sombre, et elle n'a pas fait attention à la chevelure blonde, mais maintenant elle en est sûre, Lucius Malefoy s'avance vers elle. Ses oreilles s'aiguisent et elle essaie d'écouter ce qu'il dit. Andromeda sait sa sœur enceinte, peut-être parviendra-t-elle à glaner quelques informations sur Narcissa. C'est tout ce qu'elle a, maintenant, des miettes de nouvelles sur sa famille. Et elle est bien obligée de s'en contenter.

« Les dernières lois en faveur des Nés-Moldus sont absolument intolérables. C'est que j'expliquais récemment au Ministre, mais des traîtres à leur sang murmurent à son oreille. »

Le ton est badin, mais le sang d'Andromeda se fige dans ses veines. Elle connait ces discours, elle sait que les Malefoy ne valent pas mieux que les Black, que leur conservatisme est bien ancré dans leurs idées.

« Oh, mais ne serait-ce pas ma belle-soeur, que fais-tu ici, Bellatrix ? »

Avec un sourire en coin, Andromeda abat le journal sur ses genoux et regarde l'air interloqué de Lucius qui balaie ses cheveux, mauvaise couleur, sa silhouette, un tantinet trop grande, son visage, un peu moins anguleux.

« Oh, bonjour Lucius. Je vais très bien, et Narcissa ? »

Les yeux d'Andromeda ne quittent pas ceux de Lucius alors que l'homme à côté piétine sur place, visiblement gêné. La porte du bureau s'ouvre, et le sourire qu'Andromeda devine sur les lèvres de Ted se fane alors que son regard passe de l'un à l'autre. Lucius jette à peine une oeillade à Ted avant d'arborer une expression dégoûtée.

« Elle va très bien, Andromeda. »

Puis il repart avec l'autre sorcier et Andromeda s'esclaffe. Son rire poursuit Lucius jusqu'au bout du couloir.

 

End Notes:

J'espère que cela vous a plu, plus qu'un texte et le recueil sera clos.

A bientôt !

Pourpre by Sifoell
Author's Notes:

Hello,

Et voici le dernier texte de ce recueil consacré à Andromeda Tonks née Black, et qui m'a été inspiré par la nuit du 17/04/21.

Voici donc le thème de 2h : Pourpre (ainsi qu'en partie des panneaux de direction orientant vers possible et impossible).

Je vous souhaite une bonne lecture !

 

5 juin 1981.

 

Alors que la bouilloire chantonne sur le feu, Andromeda sert le petit déjeuner. On est vendredi, Dora, toute de rose chevelue, a déjà préparé son cartable pour aller à l'école primaire sorcière. Ted est parti au travail, et Andromeda va déposer Dora avant de rejoindre le fleuriste sorcier du Chemin de Traverse. Elle a toujours aimé les fleurs, et leur maison est maintenant envahie de plantes sorcières et non magiques, qui profitent de ses soins.

Un bruit retentit à la fenêtre, le hibou postal qui leur apporte le journal tous les matins a une petite tendance à envoyer bouler les plantes sur le rebord de la fenêtre, et parfois, Andromeda a suffisamment de réflexes pour les ôter avant que le hibou n'arrive. Mais là, elle n'y a pas pensé. Soupirant, elle ouvre la fenêtre, paie le hibou qui râle, les plumes ébouriffées, et repart à tire d'elles.

« C'est quoi les nouvelles du jour, maman ? »

Andromeda sourit, verse l'eau bouillante dans la théière, beurre quelques tartines, ouvre le pot de confiture, puis s'installe et déplie le journal. Les nouvelles ne sont généralement pas réjouissantes, en ces temps incertains. Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom sévit sur toute l'Angleterre, et les sorciers ont peur. Si les Moldus savaient, ils auraient peur aussi. Devant l'insistance de Ted et Dromeda, Jackie et Victor, les parents de Ted, vivent depuis plusieurs mois chez des amis à qui ils ont raconté que leur maison était en rénovation. Alors, Ted et Dromeda ont installé des échafaudages et une bâche sur le toit des Tonks, pour faire comme si.

Andromeda parcourt les nouvelles rapidement. Des rumeurs, des disparitions, des morts suspectes. Elle ne veut pas parler de ces nouvelles à Nymphadora qui est trop jeune. Andromeda souhaite qu'elle garde un peu de son innocence, et redoute sa rentrée prochaine à Poudlard, dans une situation pareille. Mais les yeux de la jeune femme tombent sur un immense article qui prend une page et dit que Lucius Malefoy et son épouse Narcissa viennent d'avoir un fils, qui s'appelle Drago. La main d'Andromeda vient couvrir sa bouche et étouffer son cri de surprise. Elle savait Narcissa enceinte. Bien que les deux sœurs n'aient jamais été très proches, Andromeda se souvient de l'affection qui les liait. Dans un souffle, elle murmure.

« Ton cousin Drago est né. C'est le fils de Narcissa. »

Nymphadora sourit, et tend la tête vers le journal où une photo montre Lucius et Narcissa, étroitement enlacés mais encore empreints de cette sobriété. Les Black ne montrent pas leur affection en public. Dans les bras de Narcissa, un linge duquel s'échappe un petit visage chiffonné et une mèche de cheveux blonds presque blancs. Sur une autre photo, il y a un gros plan du visage du bébé, et en le regardant, Nymphadora fait la moue.

« Il est pas très beau. »

« Les tout petits ne sont jamais beaux. »

Sa fille la regarde avec un air indigné.

« Mais tu étais le plus beau bébé du monde. »

 

 

6 juin 1981.

 

Drago dormant contre son sein, Narcissa somnole. Lucius est déjà reparti auprès du Seigneur des Ténèbres, et Narcissa n'aime pas trop les risques qu'il prend.

Quelques coups discrets sont frappés à la porte, et Dobby entre. Les narines de Narcissa se pincent. Ne peut-on donc pas la laisser tranquille ?

« Maîtresse, un livreur est venu avec une plante pour fêter l'arrivée du jeune Maître. »

« Et bien, qu'attends-tu, fais-le entrer ! »

Narcissa ne supporte que difficilement ses elfes de maison. S'il ne tenait qu'à elle, ils seraient invisibles et non doués de parole. Le jeune sorcier boutonneux entre, les bras encombrés d'une plante énorme aux délicates fleurs pourpres. Andromeda polifolia. Le visage impassible, Narcissa désigne du nez la console qui est contre le mur, sous le portrait roupillant d'Abraxas Malefoy, qui est mort il y a deux ans.

« Déposez ça ici, je m'en occuperai. »

Le sorcier s'empresse de poser la plante sur la console, et s'en va sans demander son reste.

« Va-t-en, aussi, Dobby. »

Dobby esquisse plusieurs courbettes avant de disparaître dans un CRAC sonore qui réveille Drago. Instinctivement, les bras de Narcissa se referment délicatement autour de lui. Son fils. Leur fils. Sa plus belle réussite. Elle n'en aura pas d'autres, elle le sait. Elle est d'une constitution trop fragile, et une autre grossesse la mènerait aux portes de la mort.

Narcissa couve la plante d'un regard attendri.

Un cadeau d'Andromeda pour saluer la naissance de Drago.

Puis son visage redevient un masque neutre.

Narcissa ne lui enverra pas de carte de remerciement, mais elle chérira cette plante. C'est la seule chose qu'elle s'autorisera à faire.

 

End Notes:

Ce recueil était une des premières fois où je me suis dit lors d'une nuit, montre en main, ben tiens, je vais me tenter une histoire longue (il y en aura un deuxième, mais faudra être patient, et il ne sera pas sur les Black... Quoique, à quelques générations prêt !).

J'ai vraiment apprécié écrire sur Andromeda, essayer d'imaginer comment le fait d'être sortie de sa famille, fait qu'elle reste quand même une Black, imaginer ses relations avec Narcissa, Sirius.

Et on va dire aussi que je prépare le terrain pour Drago au pays des moldus qui est pour le moment en pause (smiley qui sifflote).

Je vous remercie pour vos lectures et n'hésitez pas à laisser un message, ils font plaisir (l'intention), et j'y réponds avec entrain et tout et tout.

A bientôt !

Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=38137