Tout vient à point by Caroliloonette
Summary:


Lee a toujours été le parrain idéal pour Fred surtout lors des moments plus difficiles, comme cet été 2013 quand Fred s'inquiète de ne jamais pouvoir entrer à Poudlard.

 

anncapictures sur Pixabay


Fic-cadeau pour Kiwxi écrite dans le cadre de l'Echange de Noël 2021


Categories: Après Poudlard Characters: Alicia Spinnet, Angelina Johnson, Fred II Weasley, George Weasley, Lee Jordan, Roxanne Weasley
Genres: Aucun
Langue: Français
Warnings: Aucun
Challenges: Aucun
Series: La famille c'est sacré ! , Echange de Noël 2021
Chapters: 2 Completed: Non Word count: 6214 Read: 338 Published: 02/01/2022 Updated: 15/01/2022

1. Chapitre 1 by Caroliloonette

2. Chapitre 2 by Caroliloonette

Chapitre 1 by Caroliloonette

 

Jeudi 1er août 2013

 

Confortablement installé dans le salon de ses amis Angelina et George, Lee feuilletait tranquillement la Gazette du Sorcier du jour. Il tournait les pages du journal un peu machinalement car il ne trouvait pas beaucoup d'informations passionnantes. Comme toutes les éditions depuis le début de la semaine, une double-page était consacrée au débat autour de la volonté d'interdire les jeunes sorciers et sorcières de pratiquer la magie avant la fin de leur enseignement à Poudlard. Cela faisait plusieurs mois que ce débat faisait les gros titres de la presse sorcière. Olivia Bailey la figure de proue à l'origine de cette proposition était redoutable et avait su au fil des mois rallier de nouvelles personnes à sa cause. Leur argument principal était que les jeunes d'aujourd'hui étaient moins responsables que ceux d'avant. Cette rengaine du « c'était mieux avant » avait le don d'irriter Lee. On leur reprochait leur insouciance, mais pouvait-on réellement les blâmer de ne pas avoir connu la guerre et des temps plus sombres. Pouvait-on réellement les blâmer alors que c'était les générations précédentes qui les avaient élevés ainsi, les protégeant, les épargnant de la pression, de la crainte et des sombres temps qu'eux-mêmes avaient connus. Lee n'était pas certain que c'était une bonne façon d'aborder la question.

 

C'était une belle journée d'été, Lee ne travaillait pas, alors il comptait bien en profiter. Il espérait que son filleul aurait envie de passer du temps dehors, pour le moment il ne s'était pas montré au rez-de-chaussée. La maison était silencieuse. George avait rejoint sa boutique sur le Chemin de Traverse avant le lever du soleil. Le matin même ils devaient recevoir une grosse livraison qui viendrait réapprovisionner les stocks afin d'éviter la pénurie lorsque tous les futurs élèves de Poudlard viendraient faire leurs emplettes. Angelina quant à elle travaillait au Ministère de la Magie pour le département des jeux et sports magiques, Lee l'avait croisée quand il était apparu dans leur cheminée vers 8h30. Il était désormais presque 10h et aucun bruit ne lui parvenait du premier étage. Décrétant qu'il n'apprendrait rien de plus de ce journal, il le replia et le déposa sur la table basse du salon et quitta le douillet fauteuil pour rejoindre la cuisine. D'un coup de baguette il fit léviter la bouilloire, la remplit d'eau et la mit à chauffer. Il choisit un thé à la bergamote. Il aimait bien cette saveur et la prenait à chaque fois qu'il venait chez ses amis, cependant il ne pensait jamais à en acheter pour chez lui. C'était un thé qu'il buvait uniquement chez ses amis. Il savourait sa tasse de thé lorsque la plus jeune de la famille Johnson-Weasley arriva toute guillerette dans la cuisine.

 

- Bonjour Lee !

- Bonjour Roxy ! Qu'est-ce qui te met de si bonne humeur de bon matin ?

- Aujourd'hui je passe la journée avec Priya, ça fait longtemps que je ne l'ai pas vue, je suis trop contente.

- Mais je croyais que vous vous étiez vues en début de semaine ?

- Hum, en effet, sourit Lee. Ça fait au moins une éternité.

 


Lee savait que Priya était la meilleure amie de Roxanne depuis qu'elles étaient toutes petites. Priya était la fille d'une des jumelles Patil qui étaient de la même année que Ron, Harry et Hermione. Les deux fillettes s'étaient rencontrées dans le square voisin. Leur première rencontre ne s'était pas faite sans difficulté puisque Priya en jouant avait écrasé le pied de Roxanne. Cette dernière avait beaucoup pleuré sur le coup. Finalement les deux fillettes s'étaient reparlé par le biais de leurs parents respectifs et ne s'étaient plus jamais quittées.

 

- Qu'est-ce que tu veux pour ton petit déjeuner ?

- Heu, qu'est-ce que tu me proposes ? répondit la jeune fille.

 

D'un délicat coup de baguette Lee ouvrit le frigo pour en observer son contenu.

 

- Alors, je peux te proposer des œufs brouillés...

- Avec du bacon grillé, ajouta la plus jeune en désignant le paquet de charcuterie.

- Oui, je peux faire ça et il reste même de quoi te faire quelques toasts bien chauds si tu veux ?

- Parfait, je vais me régaler ! s'exclama la jeune fille.

 

Lee se mit en action et quelques minutes plus tard il déposa une assiette bien garnie devant Roxanne.

 

- Bon appétit !

- Merci Lee !

 

Roxanne savourait les dernières bouchées de son assiette lorsque son frère pénétra à son tour dans la pièce en traînant des pieds.

 

- Bonjour Freddy !

-'jour !

- Réveil difficile ?

- Mouais, marmonna-t-il en s'asseyant le regard rivé sur la table.

 

Roxanne se leva de table et disparu à l'étage pour terminer de se préparer. Un silence pesant envahit la cuisine.

 

- Tu souhaites manger quelque chose Freddy ?

 

Le jeune homme finit par relever péniblement la tête, comme si cette dernière pesait une tonne, d'un regard circulaire il scruta les aliments qui se trouvaient sur la table.

 

- Je veux bien des tartines s'il-te-plaît Lee.

- La confiture d'abricot est toujours ta préférée ?

 

Fred hocha la tête pour confirmer. Lee tartinait les tranches de pain grillé lorsque Roxanne réapparut vêtue d'un short en jean, d'un tee-shirt bleu, ses cheveux mi-longs tirés en une queue de cheval.

 

- Lee, tu restes manger avec nous ce soir ? questionna-t-elle en enfilant ses baskets.

- Ta mère ne m'a pas vraiment laissé le choix.

- Oui, elle sait se montrer très convaincante et papa a décidé de cuisiner ton plat préféré.

- C'est ce que j'ai cru comprendre.

- On voulait être sûr que tu resterais, rigola-t-elle.

 

La jeune fille se hissa sur la pointe des pieds pour déposer un baiser sur sa joue.

 

- A ce soir Lee !

- Amuse-toi bien !

- Oh pour ça il ne devrait pas y avoir de problème. A ce soir Fred !

- Salut, répondit froidement le garçon.

 

Lee perçut de la tristesse dans les yeux de Roxanne lorsqu'elle quitta la maison. Il eut un pincement au cœur en repensant à la complicité qui unissait les deux enfants un an auparavant. Une fois les tartines terminées il les envoya devant Fred qui s'empressa de les savourer.

 

- Tu vas finir par me le dire ? demanda Lee.

- Te dire quoi ?

- Ce qui tourmente ton esprit comme ça.

 

Fred attrapa une nouvelle tartine de pain, l'inspecta sous toutes les coutures avant de décider par quel bout la manger.

 

- Y'a rien Lee.

- Oui c'est sûr que c'est habituel pour toi de te montrer froid avec ta sœur et de tirer une tronche de trois mètres de longs, ironisa-t-il.

- Elle a essayé de m'aider pour que la magie se déclenche en moi, mais ça n'a strictement rien fait.

- Et c'est ça qui te contrarie ? Enfin je veux dire pour la magie je comprends que ça te contrarie mais sur le fait que ta sœur essaie de t'aider.

 

Fred fit une petite moue avec sa bouche, il paraissait gêné d'un coup.

 

- Il s'est passé autre chose, c'est ça ?

- Je me suis énervé, je lui ai dit qu'elle était nulle et...

- Et quoi ?

- Et qu'elle sera bien contente d'être débarrassée de moi quand elle sera à Poudlard. Et elle, elle a fini par me dire que si la magie ne s'est pas déclarée en moi c'est parce que je passe trop de temps avec des enfants moldus. Je ne voulais pas la croire mais j'y ai pensé toute la nuit et ça m'a empêché de dormir. Tu crois que c'est possible Lee ?

- Mais non Fred, ce n'est pas possible. Regarde il y a des nés-moldus qui sont sorciers et leurs pouvoirs se manifestent un jour même s'il n'y a pas de magie autour d'eux.

- C'est vrai tu as raison, je n'avais pas pensé à ça. Et Roxanne, tu crois qu'elle m'en veut ?

- Je crois que pour elle c'est oublié, mais ton « salut » froid de ce matin lui a fait de la peine.

- C'est vrai que je n'ai pas été sympa, mais je me suis souvenu qu'elle allait voir son amie qui vient d'une famille de sorciers. Elle elle a des amis sorciers et moi des amis moldus, j'ai trouvé ça injuste du coup, surtout avec ce qu'elle m'a raconté hier soir.

 

- Je te l'ai dit cette explication n'est pas possible.

- Oui je sais mais sur le coup je n'arrivais pas à penser à autre chose. A ton avis c'est plus facile d'être un sorcier dans une famille de moldus ou alors un cracmol dans une famille de sorciers ?

- Je ne sais pas trop Fred, c'est une très bonne question. Les moldus ne connaissent pas le monde des sorciers alors que les sorciers peuvent connaître plus facilement le monde des moldus car il n'est pas caché.

- Et j'avais une autre question mais en fait je ne sais pas trop si j'ai envie d'entendre la réponse.

- Tu m'intrigues-là ! Tu en as trop dit ou pas assez.

- J'me demandais, si tu... si tu m'... situmaimerastoujourssijesuiscracmol ?

- Si je t'aimerais toujours si tu es cracmol, c'est bien ça ta question ?

 

Fred hocha la tête puis riva ses yeux sur son parrain, guettant avec attention sa réponse.

 

- Mais bien sûr mon chéri, comment peux-tu croire que cela changerait quelque chose pour moi.

 

Lee s'approcha de son filleul et le serra chaudement dans ses bras, il sentit ses épaules se relâcher un peu. Il prit conscience à quel point cette histoire mettait sous pression le jeune garçon. Les deux enfants Johnson-Weasley avaient moins d'un an d'écart. L'aîné Fred était né le 21 septembre 2002 tandis que la cadette s'était montrée le 28 août 2003. Ils avaient rapidement compris qu'ils effectueraient leur entrée à Poudlard la même année et cela les enchantaient au plus haut point. Une forte complicité unissait les deux enfants depuis leur plus jeune âge. Puis Roxanne avait réalisé un premier sortilège et quelque chose s'était un peu délité entre eux. Ce n'était pas vraiment palpable, mais Lee l'avait rapidement senti. Roxanne avait déjà sa place à Poudlard et Fred avait peur de ne jamais avoir la sienne. La question des pouvoirs magiques, de Poudlard étaient rapidement devenus des discussions sujettes à tension au sein de cette famille. Puis les sujets à tension s'étaient métamorphosé en sujets tabous.

 

Le jeune Fred avait toujours pu trouver une oreille attentive auprès de son parrain. Lee savait que cette situation était compliquée à vivre pour lui. S'il avait pu il n'aurait pas hésité à se transformer en la version masculine de cette marraine de conte de fée moldu qui réalise le rêve de sa filleule grâce à sa baguette magique. La baguette de Lee ne lui serait malheureusement d'aucune utilité face au désarroi de Fred. Depuis que les pouvoirs de Roxanne s'étaient déclarés, Lee se montrait encore plus attentif à son filleul qu'il ne l'était déjà avant. Ils se voyaient au moins une fois par semaine pour le plus grand bonheur du jeune garçon. Et cela faisait aussi un bien fou à Lee car il s'évadait ainsi de son travail et des tensions qui y régnaient.

 

Lee était psychomage à l’hôpital Sainte-Mangouste depuis huit ans. Il adorait ses collègues, il avait un très bon contact avec ses patients. Lors de sa prise de poste, il avait été accueilli par Maggie Walker, la psychomage-en-cheffe. Elle l'avait épaulé et soutenu durant ses premières années. Il vouait une grande admiration pour cette femme. Il aimait sa façon de travailler, ce calme qu'elle gardait même face à des patients irrespectueux et colériques. Elle était partie à la retraite l'année passée et cela se passait beaucoup moins bien avec son successeur, Tim Hayes. Lee et lui ne partageaient pas du tout les mêmes valeurs et la même vision de leur travail. Lee pensait avant tout au bien-être des patients quand son chef parlait rentabilité. De nouveaux outils de contrôle avaient émergé peu à peu. Il fallait faire des rapports encore plus qu'avant pour tout et pour rien, justifier tout ce qui était fait. Parfois Lee se demandait si un jour on ne leur demanderait pas de justifier leur pause toilettes. Cette lourdeur administrative était pesante. Lee passait moins de temps avec ses patients et cela le contrariait beaucoup. Mais lorsqu'il prenait plus de temps avec eux il prenait du retard sur l'administratif et sortait tard le soir de Sainte-Mangouste.

 

Il était à ce moment de sa vie où il se posait beaucoup de questions sur son travail. Continuait-il toujours à s'y épanouir ? Il essayait de trouver un équilibre pour pas que son travail devienne trop néfaste pour son moral.

 

Fred et Lee passèrent une bonne partie de la journée au square à profiter de cette belle journée ensoleillée. Fred était content de s'amuser avec ses amis. Cela faisait du bien à Lee de se retrouver au milieu d'un square avec des enfants dont le seul mot d'ordre était de s'amuser le plus possible.

 

La soirée s'était très bien déroulée. Fred et Roxanne avaient pu discuter et apaiser leur relation. Chacun s'était excusé pour les mots qui avaient dépassé leur pensée. Le repas s'était passé dans la joie et la bonne humeur. Puis lorsque les bâillements des deux plus jeunes se firent très rapprochés, l'heure du coucher fut déclarée.George monta avec les deux petits monstres pour leur lire une histoire et les border dans leur lit tandis qu'Angelina proposa à Lee de s'installer dans le salon. Elle le rejoignit quelques minutes plus tard, munie de chopes remplies de Bièraubeurre. Elle lui en donna une, en garda une pour elle et glissa la dernière vers le fauteuil qu'occuperait bientôt George. Elle s'installa sur le canapé à côté de Lee.

 

- Lee, est-ce que tout va bien ? s'intéressa-t-elle.

- Je...heu...oui.

- Tu sembles préoccupé dernièrement. On trouve que tu as changé.

- On ?

- Oui, George et moi. Enfin je suppose qu'il ne t'a rien dit, il n'est pas très à l'aise avec tout ça, alors il est dans l'évitement. Tu nous le dirais si quelque chose n'allait pas ?

- C'est vrai que ça ne va pas en s'arrangeant côté travail.

- Ah zut, ton chef vous mène toujours la vie dure ?

- J'essaie de ne pas me laisser submerger par tout ça, mais ce n'est pas toujours facile, en plus en ce moment Lindsay travaille sur un gros dossier, elle part tôt et rentre tard. On se croise à peine. Tout ça cumulé c'est vrai que ce n'est pas top.

- J'en ai entendu parler de ce fameux dossier. J'ai croisé Lindsay en début de semaine dernière et elle paraissait en effet crouler sous le travail. Elle ne m'a même pas vue.

- Normalement ce sera bouclé à la fin de l'été, donc on se verra un peu plus et les choses rentreront dans l'ordre.

- Oui tu as raison, même si je n'aime pas y penser, la fin de l'été va venir vite.

 

Lee prit une gorgée de bièraubeurre, la fraîcheur de la boisson lui fit du bien. Ses yeux se posèrent sur une photo de Fred et Roxanne qui devaient dater de l'hiver précédent. On voyait les deux enfants s'amuser dans la neige, ils riaient aux éclats et la complicité entre eux crevait les yeux.

 

- J'espère qu'ils ne perdront jamais cette complicité, fit remarquer Angelina qui regardait dans la même direction que son ami.

- Même s'ils ont des hauts et des bas, ils finissent toujours par se réconcilier.

-Je voulais te remercier pour tout ce que tu fais pour Fred. Il n'aurait pas pu espérer un meilleur parrain.

-Avec plaisir, tu sais que je l'adore ce gosse ! Mais en ce moment ce n'est pas facile. Enfin tu le sais aussi bien que moi, tu vis au quotidien avec lui. J'ai toujours peur de lui dire quelque chose qu'il ne faut pas.

- Je ne te cache pas que c'est difficile à gérer au quotidien, ça l'obsède complètement et en même temps je comprends. J'aimerais lui dire qu'il n'y a pas que Poudlard dans la vie. D'un côté je me dis qu'il faut envisager cette éventualité et de l'autre je me trouve horrible.

- C'est ton côté réaliste qui s'exprime. Le plus important c'est d'être présent pour lui.

 

George les rejoignit, ils discutèrent un long moment de tout et de rien, refaisaient le monde à leur manière. C'était une belle façon de conclure une belle journée d'été. Lorsqu'il franchit la cheminée pour rentrer chez lui, Lee se fit la réflexion que la vie pouvait être simple parfois et ça lui fit beaucoup de bien.

 

Chapitre 2 by Caroliloonette

 

Jeudi 31 octobre 2013

 

- Mais enfin, tu le sais très bien chéri que je passe tous les 1er novembre avec ma mère.

- Pour le jour de la Toussaint je l'ai bien en tête, mais je ne savais pas que tu incluais également la veille au soir.

- Normalement non mais cette année ma mère m'a demandé de venir avant. Elle trouve qu'elle ne m'a pas beaucoup vue cette année.

- Je ne t'ai pas beaucoup vue non plus, murmura Lee.

- Je sais Lee, mais on vit ensemble alors je t'ai forcément plus vu qu'elle.

- Je ne savais pas qu'un concours était ouvert à ce sujet.

- Ce n'est pas ce que je voulais dire, ne déforme pas mes propos s'il-te-plait.

 

Lee et Lindsay faisaient la vaisselle lorsque cette dernière avait annoncé qu'elle n'irait pas le soir même chez Angelina et George. La perspective de cette soirée avait enchanté Lee dés qu'Angelina lui en avait parlé en septembre dernier. Il savait que Lindsay serait libérée de sa surcharge de travail, ce serait donc l'occasion pour eux de recommencer à faire des sorties en couple. Lee était contrarié qu'elle annule au dernier moment. Lee était encore plus contrarié car la perspective de passer une bonne soirée avec leurs amis s'éloignait. Le ton commençait à monter entre eux, Lee n'aimait pas ça. Il n'avait jamais aimé les situations conflictuelles. Et surtout il n'avait pas envie de se prendre la tête pour ce qu'il considérait être des broutilles.

 

- Excuse-moi, c'était bête de ma part de dire ça. J'aurais plutôt dû te dire que tu m'as énormément manqué ces derniers mois et passer cette soirée avec toi chez mes amis ça me faisait vraiment plaisir.

- Je sais Lee, moi aussi ça me faisait plaisir. Mais je suis trop nulle, quand il s'agit de ma mère je suis incapable de dire non.

 

Lindsay se mit à pleurer. Le cœur de Lee se serra, il n'aimait pas la voir dans cet état-là. Il s'approcha d'elle pour la prendre dans ses bras. La jeune femme enfouit sa tête dans son cou.

 

- Pleure pas ma chérie, la consola-t-il en lui caressant délicatement le dos. Je sais que cette période n'est jamais facile pour ta mère et toi. On va trouver une solution !

 

Le père de Lindsay était décédé dix ans auparavant à la fin du mois d'octobre. Depuis tous les 1er novembre mère et fille se retrouvaient pour honorer la mémoire de leur défunt mari et père. C'était un moment qui leur appartenait à elles. Lee avait participé une fois, au début de leur relation, mais il ne s'était pas vraiment senti à l'aise. Alors le jeune couple en avait rediscuté et s'était accordé pour garder ce temps privilégié entre mère et fille et prévoir d'autres moments pour que Lee et la mère de Lindsay apprennent à se connaître.

 

- Et si ça me fait du bien de pleurer ?

- Euh dans ce cas d'accord, mais évite de me mettre de la morve partout sur mon tee-shirt.

- T'es bête, rigola Lindsay en relevant la tête. Tu me fais rire du coup j'en mets encore plus partout ! Un vrai carnage.

 

Lee relâcha son étreinte, il attrapa sa baguette glissée dans la poche arrière de son jean et lança un sort pour nettoyer le nez de Lindsay. Elle le remercia en déposant un délicat baiser sur ses lèvres.

 

- Pour ce soir, je vais venir avec toi, après le repas j'irai directement chez ma mère. Je vais l'avertir que je ne dînerai pas avec elle.

- Je t'aime mon amour, je savais qu'on finirait par trouver une solution.

 

Lorsqu'ils atterrirent dans la cheminée d'Angelina et George vers 19h, Lee fut très surpris de découvrir une ancienne camarade de Poudlard au milieu de leur salon.

 

- A...li...cia ? s'étonna Lee.

 

La jeune femme à la peau couleur caramel et aux longs cheveux bruns se tourna pour lui faire face et lui adresser un grand sourire.

 

- Ne soit pas vexant Lee, je vais finir par croire que j'ai plus vieillie que vous autres.

 

Lindsay rigola à cette remarque et se présenta à la jeune femme.

 

- Désolée, il n'est pas toujours très délicat dans ses remarques.

- Ah je suis rassurée alors, il n'a pas tant changé que ça, en conclut Alicia.

- Je ne vois pas du tout à quoi tu fais référence Alicia, se plaignit-il en partant à sa poursuite dans la maison de ses amis.

 

Alicia ne l'écoutait déjà plus elle était en pleine conversation avec Lindsay. Les deux femmes se dirigeaient vers la cuisine où ils retrouvèrent Angelina et George qui terminaient de préparer le repas. Quand il salua son meilleur ami Lee lui demanda s'il comprenait à quoi faisait référence Alicia en évoquant la non-délicatesse de ses remarques.

 

- Bah franchement ne cherche pas trop, on parle d'Alicia, elle a dû dire ça pour t'embêter.

- Tu as sans doute raison.

- Elle est revenue depuis longtemps ?

- Elle a débarqué aujourd'hui en fin d'après-midi.

- Vous ne saviez pas qu'elle viendrait ?

- Roxy était dans la confidence depuis un moment. Quand elle était allée chez elle en juillet à New York, elle lui avait parlé de son idée de faire une surprise à Angie pour son anniversaire. Elles en ont pas mal discuté ensuite dans les lettres qu'elles s’échangeaient. Histoire de peaufiner leur surprise. Roxanne lui a parlé de cette soirée, elle s'était dit que ce serait une bonne idée qu'Alicia soit présente aussi. Elle m'a même fait croire que Charlie serait présent pour que je cuisine pour que je cuisine pour le bon nombre de personnes.

- Elle est vraiment très intelligente cette enfant, elle doit tenir ça de sa mère, rigola Lee.

- Tu dis ça parce qu'on n'a rien vu venir avec Angie alors qu'avec Fred on finissait toujours par se faire démasquer par nos parents ?

- Exactement ! Tu sais combien de temps elle va rester ?

- Écoute je ne sais pas ce qu'elle a derrière la tête, tu la connais elle a toujours mille et une idée à la minute. Je ne sais pas non plus combien de temps elle compte rester. De toute manière, c'est fort probable qu'elle ne le sache pas elle-même la connaissant. Ce que je sais c'est que ça fait très plaisir à ma femme et c'est le principal.

- Tu as raison c'est le principal et Angie mérite d'être entourée par les gens qu'elle aime pour son anniversaire. Et Roxy doit être contente de pouvoir passer un peu plus de temps avec sa marraine. Je sais qu'elle lui manque et qu'elle aimerait la voir plus souvent.

- Ça elle ne le dit qu'à toi ! Je n'ai pas le droit à de telles confidences de sa part.

 

 

Un vacarme digne d'un troupeau d'éléphant retentit dans les escaliers et quelques minutes plus tard Fred et Roxanne les rejoignirent dans la cuisine. Fred se jeta au cou de son parrain tandis que Roxanne échangeait avec Lindsay et sa marraine. George annonça qu'ils pouvaient tous passer dans le salon pour prendre l'apéritif. Angelina et Lindsay parlèrent du Ministère, George évoqua les très bonnes recettes de sa boutique de farces et attrapes depuis cet été.

 

- Et tu n'as pas ouvert ta boutique le jour d'Halloween ? questionna Lee.

- Si, mais je n'ai pas travaillé !

- Et c'est une grande première ! précisa Angelina. Et d'ailleurs félicitations mon chéri, je ne t'en pensais pas capable, mais tu m'as prouvé que j'avais tord.

 

Elle leva son verre, rapidement imitée par le reste des convives.

 

- Et la boutique est encore debout ? demanda Alicia.

- Tout c'est très bien passé visiblement.

 

Ils passèrent à table et la conversation se centra sur la vie d'Alicia aux Etats-Unis. Roxanne y participa aussi vivement en relatant ses souvenirs estivaux de New York et ses hauts gratte-ciel qui l'avaient impressionnée.

 

- Dwayne ne souhaitait pas t'accompagner ? questionna Angelina.

- Non j'étais limitée niveau bagages.

- Et après ça parle de la subtilité de mes remarques !

- Oui bon je sais, ça peut choquer mais j'ai mes raisons. Dwayne et moi c'est de l'histoire ancienne. J'ai été son faire-valoir durant des années, sa petite-amie étrangère. Foutaises ! On parle la même langue qu'eux en terme d'étranger on a vu plus exotique, enfin bon visiblement ça lui suffisait. Et surtout ça lui a permis d'obtenir un poste bien placé au MACUSA.

- Mais toi tu as supporté tout ça ? s'étonna sa meilleure amie.

- Disons que je pensais qu'il m'aimait alors au départ je me suis dit que je pouvais bien faire quelques sacrifices et me présenter à son bras dans des tonnes de cocktails pour serrer la pince à je ne sais qui d'important pour l'avancée de sa carrière. Et comme moi je l'aimais je n'étais pas totalement lucide je suppose, c'est sûrement pour ça que j'ai mis autant de temps à ouvrir les yeux sur lui. Mais bon, je les ai bien ouverts et je peux vous dire qu'en fait c'est juste un gros co...

- … tututut ! J'te rappelle qu'il y a des enfants à cette table ! intervint George.

- Oui, pardon, je ne suis pas vraiment habituée.

- T'inquiète pas papa, on le connaît le mot avec Roxy !

- C'est rassurant en effet, rigola Lee.

 

Tout le monde se mit à rire autour de la table. George envoya les deux enfants chercher la suite du repas dans la cuisine. Fred rapporta un rôti de bœuf mariné aux herbes fraîches puis cuit à point tandis que Roxanne déposa sur la table une poêlée composée de patates douces, marrons, abricots agrémentée d'amandes effilées grillées. George se chargea de découper de généreuses tranches de viande. Ils se régalèrent mais gardèrent une place pour le gâteau au chocolat à trois étages préparé avec amour et soigneusement décoré par les deux plus jeunes. Angelina souffla ses trente-six bougies avec difficulté car ces dernières ne cessèrent de se rallumer ce qui fit bien rire ses enfants qui lancèrent un clin d’œil amusé à leur père. L'ouverture des cadeaux prit finalement moins de temps car eux au moins ne se remballaient pas tout seuls.

 

Puis Lee et Alicia retournèrent s'installer sur le canapé dans le salon, pendant qu'Angelina accompagnait Lindsay pour qu'elle récupère son manteau et que George et les enfants débarrassaient la table du dîner.

 

- Et du coup tu reviens pour de bon en Angleterre ?

- Enfin Lee, ça ne se fait pas de demander, lui fit remarquer Lindsay qui revenait vers eux pour les saluer.

- Ce n'est pas grave Lindsay, je sais pourquoi il demande ça. La dernière fois que je suis rentrée il y a cinq ans j'avais dit que je rentrais pour de bon mais finalement l'avenir en a décidé autrement et je suis repartie. Enfin je ne vais pas te retarder avec mes histoires, tu étais sur le point de partir je crois.

 

Les deux jeunes femmes se saluèrent. Puis Lindsay se tourna vers Lee et l'embrassa tendrement en lui murmurant qu'elle avait hâte d'être au lendemain soir pour le retrouver. Elle disparut après avoir jeté la poudre de cheminette. Alicia et Lee se retrouvèrent de nouveau seuls, Angelina devait être restée avec son mari et ses enfants dans la cuisine pour terminer le rangement.

 

- Pour répondre à ta question Lee, parce qu'après tout tu as demandé. En toute honnêteté je ne sais pas du tout combien de temps je vais rester. Je ne sais pas si je suis prête à me poser définitivement quelque part. Je ne sais pas si j'en ai envier en fait. C'est grave ?

- Non, j'pense pas, on n'est pas obligé de se poser définitivement quelque part. Il y a des personnes qui ne se posent jamais et ça ne les empêche pas d'être heureuses. J'demandais juste histoire de faire la conversation.

- Tu me trouves inintéressante au point de te sentir obligé de me parler de sujets aussi palpitants que la pluie et le beau temps ?

- Mais ce n'est pas ça, tu déformes ce que je dis là. En fait ce n'était pas vraiment pour moi que je demandais mais pour Angelina et Roxanne, parce que je sais que tu leur manques. Et puis aussi, ça fait tellement longtemps que l'on ne s'est pas vu, que je ne sais pas trop de quoi te parler.

- Bah je ne sais pas on pourrait parler de Quidditch, ce serait un bon début. Tu es fan de quelle équipe maintenant ?

- A vrai dire je ne suis plus trop le championnat.

- Quoi ??? Mais qu'est-ce qui s'est passé ? Ce n'est pas possible ! Ça ne peut pas être toi Lee ! Tu sais tu étais tellement passionné quand on était à Poudlard que je m'étais dit que tu en ferais ton métier. Commentateur officiel de la saison de Quidditch du championnat britannique ça sonnait un peu comme le travail de rêve pour toi.

- Il faut croire que mes rêves ont changé. J'ai complètement abandonné mon mégaphone.

- Tu ne l'as plus ?

- Si il doit être quelque part chez moi dans un des cartons que je n'ai pas déballé.

- Et que tu ne déballeras jamais ? C'est ça ?

 

Lee haussa les épaules en guise de réponse.

 

- Ça ne te manque pas ? L'ambiance du stade ? Les beaux buts, les belles passes ?

- Je ne me pose pas la question à vrai dire.

- Ça, ça veut dire que ça te manque ! Enfin ce n'est pas moi la psychomage.

- Et c'est tant mieux pour la santé mentale du monde sorcier.

- Et les belles joueuses, elles ne te manquent pas ? ajouta Alicia en rigolant.

- Non mais pour qui te me fait passer toi !

- Ce n'est pas moi qui ait crié dans mon mégaphone qu'Angelina était magnifique mais nulle parce qu'elle ne voulait pas sortir avec moi devant toute l'école.

- Je n'ai pas tout à fait dit ça. J'étais jeune et un peu con, on va dire, commenta Lee en rougissant en repensant à ce souvenir. Il n'y a vraiment que toi pour me rappeler cet épisode de ma vie.

- Oh pour ça tu pourras toujours compter sur moi, car je n'ai pas oublié moi. Je ne sais pas comment McGonagall a fait pour ne pas faire une crise cardiaque en entendant les commentaires que tu faisais. Ton tout premier match elle s'était mise loin de toi, mais je crois qu'elle a rapidement compris son erreur, tous les suivants elle se collait à toi pour t'arracher le mégaphone si tu dérapais.

- Tu peux dire « quand tu dérapais », sourit Lee.

- Oui c'est vrai. Je crois que tu t'amusais bien à l'époque.

 

Angelina et George revinrent avec des infusions et une assiette de petits gâteaux. Alicia prit l'un des biscuits et regarda sa forme avec étonnement.

 

- Ce sont Fred et Roxane qui les ont fait. Fred adore les dinosaures, c'est un iguanodon que tu as pris là, précisa Angelina à son amie.

- Si tu le dis !

- Oh moi je répète simplement ce que Freddy m'a dit, je n'y connais vraiment rien alors je suis bien obligée de le croire. Tu ne le tiens pas dans le bon sens !

- Ça lui vient de toi cette passion pour les dinosaures ? demanda Alicia en se tournant vers Lee.

- Oh non, répondit-il en attrapant un biscuit à son tour. Il est allé au muséum d'histoire naturelle de Londres avec son ami Marcus et ses parents et ils ont adoré la partie sur l'histoire des dinosaures. Et je crois que depuis il a développé une véritable passion pour tout ça, il cherche des informations dans les livres sur les fossiles, l'extinction des dinosaures. Et visiblement ça lui donne des idées culinaires aussi.

- J'ai tout de même échappé au gâteau dinosaure pour mon anniversaire !

- S'il avait été aussi succulent que celui de ce soir, ça ne m'aurait pas dérangée qu'il ait une forme de dinosaure, précisa Alicia.

 

Fred et Roxanne se disputaient dans la cuisine. Fred disait que ce n'était pas à lui de ranger les verres mais à sa sœur car lui avait déjà ranger toutes les assiettes.

 

- Mon amour, je ne sais pas si c'était l'idée du siècle de les laisser tous les deux pour terminer le rangement, s'inquiéta Angelina.

 

Un bruit de vaisselle cassée retentit au même moment, comme pour confirmer ses craintes. Les quatre adultes se levèrent précipitamment pour rejoindre les deux plus jeunes dans la cuisine. Les deux enfants se regardaient en silence, se tenant entre le plan de travail et le placard, les yeux embués de larmes, des bris de verre éparpillés sur le sol entre eux. Puis brusquement Roxanne lâcha les fourchettes qu'elle tenait et se précipita sur son frère pour le serrer dans ses bras.

 

- Oh Freddy ! Je le savais que tu ne me laisserais jamais aller toute seule à Poudlard ! pleura-t-elle de joie. C'est le plus beau jour de ma vie !

- Je suis désolé pour les verres de mamie Awa maman, je sais que tu y tenais, répondit le garçon en tournant la tête vers sa mère.

- Ce n'est pas grave, répondit cette dernière en s'avançant vers ses enfants. Avec votre père on verra s'il y a quelque chose à faire pour les réparer et si ce n'est pas possible ce n'est vraiment pas grave, ce ne sont que des verres. Ça ne nous empêchera pas de penser à mamie autrement, on n'a d'ailleurs jamais eu besoin de ces verres pour cela. Je suis si heureuse pour toi mon Freddy.

 

Elle enlaça ses enfants à son tour, bientôt rejointe par George qui compléta cet énorme câlin familial.

 

- Mais du coup, est-ce que vous pouvez nous expliquer comment ça s'est passé ? questionna Lee qui s'approchait des Weasley en évitant les morceaux de verre avec Alicia.

- Je lui ai dit que c'était à elle de ranger les verres, commença Fred.

- Oui, ça on l'a bien entendu, précisa son père.

- Et il m'a menacée en me montrant du doigt...

- Et quand j'ai balancé mon doigt vers la droite en direction du placard les verres ont foncé dessus et se sont brisés sur la porte en bois.

- Bah comme ça il n'y avait plus de problème de rangement au moins, fit remarquer Roxanne.

 

Ils rigolèrent tous en entendant la remarque de la jeune fille.

 

- Vous pouvez retourner dans le salon, avec Angelina on va s'occuper des morceaux de verre, précisa George.

 

Il prépara deux chocolats chauds qu'il envoya de sa baguette sur la table du salon pour ses enfants. Ces derniers ne se firent pas prier et s'installèrent dans un même fauteuil pour déguster leur boisson en trempant des biscuits dinosaures dedans. Ils discutèrent sous le regard attendri de leur parrain et marraine.

 

- Roxy, tout à l'heure tu as dit que c'était le plus beau jour de ta vie, mais je pense que le plus beau jour de ta vie c'est le jour où tu as su que tu irais à Poudlard.

- J'ai cru ça aussi au début, répondit-elle en reposant son mug sur la table basse. Mais comme je ne savais pas si tu y serais toi aussi, je ne savais plus trop si j'avais toujours envie d'y aller. M'imaginer à Poudlard sans toi Freddy, ça me faisait trop mal au cœur. Je m'étais même renseignée auprès de tante Fleur pour aller à Beauxbâtons.

- Je suis désolé, je ne pensais pas que tu étais si mal à cause de moi.

- Mais tu rigoles, ce n'est pas de ta faute ! C'est la vie qui nous a défié peut-être. Mais regarde, on est là tous les deux, le 1er septembre prochain on montera dans le Poudlard Express. On s'en est sorti au final.

 

Lee sortit un mouchoir de sa poche pour le tendre à Alicia qui avait une larme qui perlait le long de sa joue droite. Elle le remercia en effleurant le dos de sa main du bout des doigts. Les deux enfants lancés dans leur conversation n'avaient rien remarqué. Ils parlaient désormais du château de Poudlard, de la forêt interdite, des cours et professeurs qu'ils auraient. Ils discutaient avec animation, leur corps confortablement calé dans un fauteuil du salon mais leur tête voguant un peu plus au nord, quelque part en Écosse.

 

Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=38411