Réunion houleuse au Département des Mystères by Destrange
Summary:

Identités secrètes, informations classifiées, déductions fort mal venues, protocoles tordus et contexte politique tendu.


Deux choses sont certaines : les réunions du Département des Mystères ne sont pas de tout repos et elles ne ressemblent à aucune autre ;-)


Personnages : Saul Funestar, OC


 



Escalier sans fin de Penrose


dessiné par le graveur Hollandais Maurits Cornelis Escher


Categories: Epoque de Harry Characters: Aucun
Genres: Comédie/Humour
Langue: Français
Warnings: Aucun
Challenges: Aucun
Series: Aucun
Chapters: 3 Completed: Non Word count: 7037 Read: 209 Published: 10/07/2022 Updated: 01/08/2022

1. Réunion interdivision by Destrange

2. Entretien d'embauches by Destrange

3. Gestion de crise by Destrange

Réunion interdivision by Destrange
Author's Notes:

Cela faisait un petit moment que je voulais écrire des bêtises sur le Département des Mystères. (Et accessoirement répondre à une question : mais pourquoi tout était ouvert quand nos héros s'y sont rendus ?)


Cet texte a été écrit pendant la 138ème nuit d'écriture du Forum Francophone de site fanfiction.net


Il fallait le rédiger sur un thème en une heure, mais j'ai écrit sur quatre thèmes pendant plusieurs heures. Pour plus de précisions vous pouvez m'envoyer un message.


Les thèmes en question étaient : chat, grenat, frangin et culte.


Bonne lecture !

La grande salle de réunion du Département des Mystères était peu utilisée. Pourtant aujourd'hui, la direction avait convoqué de nombreuses langues-de-plomb.

 

Saul Funestar détestait particulièrement les réunions, surtout que l'agitation qui régnait ces deux derniers jours n'augurait rien de bon.

 

Comme toujours, la salle était plongée dans la semi-obscurité, sans compter les enchantements d'illusion. Le nombre de personnes présentes était difficile à estimer.

 

Environ un tiers, enfin si le décompte de Funestar était correct, un tiers des personnes avaient le visage visible, ceux qui travaillaient officiellement pour le Département. L'identité des autres restait secrète. Leurs visages, voix et silhouettes étaient dissimulés par des illusions soigneusement tissées.

 

Les huit divisions officiellement reconnues étaient représentées. Le nombre réel pouvait être bien entendu être supérieur. L'ensemble des activités du Département était connu uniquement par trois langues-de-plomb : la directrice Ollivander, bien sûr, son adjoint – à moins que ce soit une adjointe ? Impossible de savoir – et bien évidemment M17, la « Mémoire du Département ».

 

Au fond de lui-même, Saul Funestar soupçonnait la présence de deux divisions supplémentaire, mais il ne le saurait certainement jamais. L'information ne lui était pas utile, ou plutôt ne l'avait pas été sur le moyen terme car l'information était peut-être verrouillée quelque part dans sa mémoire. Qui sait ?

 

Il s'installa au hasard auprès d'une personne qui lui adressa un petit signe de la main. N°16 avait toujours été amicale. Peut-être qu'elle le connaissait en dehors du Département. C'était toujours un plaisir d'échanger avec elle. Saul n'essayait jamais de mémoriser les traits de n°16 car ils étaient magiquement rendus banals. Son caractère n'en était que plus incisif.

 

« Bien merci à toutes et à tous d'être présents. Quelques sujets requièrent une diffusion plus large que la réunion hebdomadaire des chefs de division. N°2 c'est à vous. »

 

Le directeur adjoint, s'éclaircit la voix, ce qui était très particulier compte tenu de l'altération magique qui la déformait, mais on s'y habituait.

 

« Si vous avez suivi l'actualité et notamment celle de la gazette. »

 

Le sorcier (ou la sorcière ?) s'interrompit et renifla sans masquer son mépris.

 

« Vous aurez remarqué un léger désaccord entre la coalition ministérielle et le directeur de Poudlard, reprit n°2. Alertes, désinformation, démentis, mensonges, ils ne nous appartient pas de juger, et pourtant il y aurait beaucoup à dire…

 

— N°2 ? rappela à l'ordre la directrice.

 

— Bien ! Parmi les informations rapportées, erronées ou pas, le Département se doit d'être proactif et se doit d'en vérifier l'exactitude. Il se trouve que le jeune Harry Potter affirme avoir employé un patronus dans une situation de légitime défense.

 

— Un patronus ? Quel âge a le Survivant ? demanda aussitôt le responsable de la division Émotions.

 

— Bientôt 15 ans, c'est jeune mais il y a déjà eu des précédents. Enfin ce n'est pas le sujet. S'il y a bien eu légitime défense dans une banlieue moldue, c'est extrêmement problématique. Qu'en pense la division Civilisations ?

 

— Je laisse la parole à mon adjoint en charge des créatures magiques.

 

— Des détraqueurs en zone moldue, hautement improbable, répondit l'intéressé. Une quelconque illusion ou un morempli serait plus crédible. Le témoignage est-il fiable ?

 

— La garçon va comparaître en audience et cette demande émane de l'avocat de la défense, répondit n°2. Ces deux pistes ont déjà été évoquées par hibou. L'avocat, en l'occurrence Dumbledore, demande si des détraqueurs auraient pu échapper au contrôle du ministère. »

 

Le responsable des créatures magiques se retint de répondre que c'était impossible car rien n'était impossible avec un peu d'imagination et de talent.

 

« A priori, un nombre limité de personnes du Département de la justice aurait pu réaffecter de détraqueurs. Je présume que vous vous demandez plutôt si d'autres personnes, extérieures au ministère, auraient pu passer un accord avec ces créatures ? Voulez-vous que je diligente une enquête ?

 

— Précisément, confirma la directrice. Si des détraqueurs peuvent échapper au contrôle du ministère, nous devons le savoir, particulièrement au regard des autres affirmations récentes du directeur Dumbledore.

 

— Je ferai le nécessaire pour coordonner cette enquête avec le bureau des aurors, intervint M17. Nous avons un agent qui a ses entrées. Son identité vous sera temporairement révélée. Le niveau de priorité de cette enquête est orange, compte tenu du second sujet qui va nous intéresser. »

 

Les deux membres de la division civilisations hochèrent la tête.

 

« Bien second sujet, comme le savez peut-être, le directeur Dumbledore affirme qu'Harry Potter a assisté à la renaissance du dernier seigneur des ténèbres et lui aurait échappé de justesse. »

 

Un brouhaha de protestations s'éleva dans la salle, mais s'éteignit rapidement sous le regard sévère de la directrice.

 

« Faute de corps, le décès de Tom Jedusor n'a pu être confirmé lors de sa chute il y a treize ans. Seulement, il y a trois ans, Dumbledore a apporté des éléments perturbants qui accréditeraient de la survie de Jedusor sous une forme affaiblie, privée de corps.

 

— En admettant que ce soit vrai, comment un gamin de 15 ans aurait pu échapper à un mage aussi effroyable ? interrogea Funestar abasourdi.

 

— D'après Dumbledore, les baguettes de Potter et Jedusor sont liées et auraient refusé de s'affronter, expliqua la directrice Ollivander. Je compte interroger mon beau-père à ce sujet. Mais en cas de résurrection effective du mage noir, il ne s'agirait là que d'un détail.

 

— À prouver ! s'exclama une femme aux traits dissimulés. Ce n'est pas parce que la populace voue un culte à ce gamin qu'il ne peut pas raconter de balivernes.

 

— Il suffit ! s'exclama N°2. Nous devons envisager le pire. Au mieux ce sera une fausse alerte. Tom Jedusor aurait survécu à la mort et reconstruit un corps. Ce n'est qu'une hypothèse. Les recherches sur l'immortalité sont verrouillées par la division Éthique. Est-ce que la division en question autorise la levée temporaire du secret pour une cellule temporaire dédiée à la question ?

 

— La balance bénéfice-risque vous donne raison n°2, répondit le responsable de la division Éthique.

 

— Avez-vous des restrictions particulières vis-à-vis de telles informations ? interrogea le responsable de la division Émotions.

 

Au regard du sujet, les agents désignés devront prononcer plusieurs serments les empêchant d'employer ces informations, indiqua Éthique d'une voix menaçante. Par ailleurs, la mémoire du Département devra verrouiller leurs souvenirs. La formulation exacte des serments sera communiquée à la direction pour validation.

 

— Parfait, termina la directrice. La cellule sera créée à partir d'agents venant de plusieurs divisions, en fonction des compétences et des pistes d'immortalité qui ressortiront. La liste sera créée ultérieurement avec un niveau de secret et de priorité noire. »

 

De nombreuses silhouettes s'agitèrent, mais personne n'osa contester la décision de la directrice. Il fallait juste espérer que le gamin était bien un affabulateur, mais la plupart des agents étaient réellement inquiets. Saul Funestar avait plutôt tendance à croire Dumbledore que Fudge, mais il ne l'aurait jamais reconnu à haute voix. N°16 lui serra discrètement la main. Apparemment, elle non plus n'était pas tranquille.

 

« Sujet suivant, la parole est donnée à la division Destin, enchaîna n°2. Victoria ? »

 

Victoria Fawley était une petite sorcière toute voûtée. Celle-ci passait ses réunions à rêvasser comme toute devineresse. Funestar remarqua pourtant qu'elle était exceptionnellement réveillée et attentive.

 

« L'oracle des prophéties s'est réveillé, bégaya Victoria Fawley. Une personne se rendra dans quelques mois au Département des Mystères pour prendre connaissance de la prophétie. »

 

Des murmures se répandirent aussitôt dans toute la salle. Un tel évènement n'était pas arrivé depuis plus d'une décennie.

 

« Savez-vous quand ? Et de qui il s'agit ? demanda le responsable de la division émotions.

 

— L'identité n'est jamais connue d'avance, néanmoins seules 15 % environ des prophéties concernent des sorciers actuellement vivants. Nous saurons l'identité, mais uniquement après la visite. Les calculs sont en cours pour affiner la date de la venue, répondit Fawley. Pour le moment, nous savons que la visite se produira entre le mois de mai et celui d'octobre de l'année à venir. Cela devrait se préciser et s'affiner de plus en plus.

 

— Comme vous le savez peut-être le protocole est très strict à ce sujet, rappela n°2. Le Département ne peut s'opposer à la visite de la personne concernée. Par tradition et par respect, le Département devrait être vide et les portes qui donnent accès à la salle des prophéties doivent rester ouvertes.

 

— Je ne veux pas un chat dans le Département lorsque le moment sera venu, ordonna la directrice.

 

— Il est donc souhaitable que les opérations ne pouvant être interrompues soient anticipées pour ne pas requérir de présence lors de la visite, intervint la mémoire du Département. Je songe notamment aux observations astronomiques. Si nécessaire, vous vous coordonnerez avec des observatoires extérieurs au Département. Et bien entendu, la Division du Temps devra être vigilante pour ne pas réapparaître au mauvais moment ou provoquer une quelconque distorsion de la réalité lors de la visite. »

 

Saul Funestar serra les dents. En effet, la salle du temps était bien protégée, mais se situait sur l'un des chemins directs pour se rendre à la salle des prophéties.

 

« Quelles salles pourront être verrouillées ? s'inquiéta la division des Émotions.

 

— Presque toutes, la liste sera transmise à chaque division. La division Destin informera de l'avancée de ses calculs au fur et à mesure qu'ils se préciseront.

 

— Quelque chose à ajouter S73 ? interrogea émotions en se tournant vers son subordonné.

 

— Non… je… c'est perturbant parce que j'ai l'impression d'avoir deviné l'identité de n°40 et si c'est le cas…

 

— Vous n'avez rien de mieux à faire pendant une réunion interdivisions ? réprimanda Émotions avec fureur.

 

— Désolé, mais apparemment c'est mon frangin et…

 

— Vous avez entièrement raison, interrompit Éthique. Vous êtes bien frères, mais votre discrétion naturelle nous a conduit à verrouiller cette information de part et d'autre par sécurité. Malgré cela, c'est la quatrième fois que vous le comprenez cette année. Votre propension à vouloir identifier vos collègues est agaçante.

 

— Eh bien S73 est sympathique, intervint n°40. Je comprends mieux pourquoi maintenant. Est-ce que c'est vraiment nécessaire de… »

 

Deux sortilèges touchèrent les frères qui se rassirent sans un mot. Le chef de la division Esprit rangea sa baguette.

 

La directrice le remercia d'un regard pour le verrouillage des souvenirs. Cela leur garantirait la paix quelque temps.

 

« Où en étions-nous ? interrogea le responsable de la division Esprit. Aux salles à verrouiller ? Dans le cas où une salle ne pourrait être verrouillée, avons-nous l'autorisation de déplacer le maximum d'artefacts et de documentation vers les pièces qui seront effectivement verrouillées ?

 

— Dans la mesure du possible oui. Du moment que cela reste à l'intérieur de la même division et uniquement sous des protections de sécurité de niveau égal ou supérieur. »

 

Esprit inclina la tête avec satisfaction.

 

« Les points capitaux ayant été abordés, nous pouvons passer aux affaires courantes impliquant plusieurs services., poursuivit n°2. Le Département des oubliators nous a contactés pour concevoir une variation du sortilège d'amnésie s'adaptant aux enfants, et si possible qui puisse être lancé pendant le sommeil des enfants.

 

— Une mission intéressante, intervint la division Univers. La mission sera nécessairement menée par la division Esprit.

 

— En effet, reconnut esprit. Cependant les missions précédentes pour les oubliators impliquaient naturellement la surveillance du monde moldu relevant de la division Civilisations.

 

— La responsable de la section moldue contactera directement la division Esprit pour comprendre ce qu'elle peut apporter à l'opération, affirma aussitôt Civilisations. Elle n'est malheureusement pas présente en raison des missions liées à sa couverture.

 

— En cas de besoin, intervint S73. Vous pouvez sûrement contacter Magda Evermonde du Comité des inventions et excuses à l'usage des Moldus. Elle est très bien.

 

— S73, voulut l'interrompre la mémoire du Département. Ça ira nous avons déjà...

 

— Même si elle un peu occupée en ce moment les trois hippogriffes qui se sont échappés et qui ont survolé Bristol hier. Et… ohh ? Attendez, ne me dites pas que Magda est justement notre responsable en charge des Moldue. Ce serait donc sa couverture ?

 

— Vos déductions sont prodigieusement agaçantes, le réprimanda n°2.

 

— Vous voulez dire que j'ai déjà compris d'autres choses au-delà de mon accréditation ? » réalisa S73 en se mettant à rire.

 

Il redevint en sérieux en voyant la moitié de la salle le fusiller du regard et que l'autre moitié riait sous cape beaucoup trop discrètement pour qu'il le remarque.

 

« Cette information étant classifiée niveau K2, tous les agents présents non habilités doivent procéder immédiatement à une altération de cette intervention, grommela la mémoire du Département ».

 

La moitié des agents présents soupirèrent en sortant leurs baguettes. Chacun d'entre eux se jeta le sortilège d'amnésie sélective. Le protocole, c'est le protocole.

 

Pour terminer avec cette mission requise par les oubliators, reprit Esprit. Combien de gamins moldus pour nous fournir la division Civilisation dans les prochaines semaines ?

 

« Aucun ! s'exclama le responsable de la division Éthique. Madame la directrice, cette mission n'est pas assez urgente pour requérir ce genre de dérogation, n'est-ce pas ?

 

— En effet, esprit, il faudra concevoir le sortilège par le circuit classique, sans utiliser les raccourcis que vous affectionnez tant.

 

— Ça valait le coup d'essayer, grommela le concerné. Quelque chose à ajouter sur cette mission ?

 

— Non, affaire suivante, reprit la directrice. Civilisations, je suis en regret de vous informer que le recrutement de la jeune métamorphomage a échoué. Je sais que vous vouliez l'embaucher pour poursuivre les précédents travaux abandonnés après l'accident de feue Rita Black, mais…

 

— Que s'est-il passé ?

 

— Elle est maladroite et à tendance à défier l'autorité. Sa personnalité n'est pas pas vraiment compatible avec des fonctions au Département des Mystères. Sa mémoire a été modifiée à la fin de l'entretien.

 

— C'est bien dommage.

 

— Denier sujet, annonça n°2. Une urgence a été traitée sans attendre la validation de la présente réunion. En effet, un des sites surveillés pour activité de magie noire s'est réveillé ce week-end. Il s'agit d'une propriété dont la localisation est tenue secrète. Niveau d'habitation K5, s'empressa t-il de préciser en voyant plusieurs langues-de-plomb ouvrir la bouche. Une obscure propriété qu'Emeric le Mauvais avait offert à sa… hum concubine. Le manoir a été rasé en représailles après sa défaite, mais les entrailles des fortifications suintent la magie noire... et de temps à autre une créature en surgit. Nous avons été avertis par des sortilèges similaires à ceux qui entourent le Voile. L'équipe d'astreinte a réagi avec efficacité et la menace est éliminée.

 

— De quoi s'agissait-il ? demanda S73.

 

— Niveau d'habitation K5, répéta n°2.

 

— Sur la localisation uniquement, comme tous les lieux sous surveillance classique.

 

— Il a raison, déclara la directrice. Peu importe, il s'agissait d'un rongeur qui est entré dans les fondations et qui semble avoir subi des métamorphoses, notamment de magnifiques yeux grenant à en croire le rapport d'intervention. La créature est devenue agressive et nous présumons que ses morsures étaient devenues ensorcelées.

 

— Un animal de compagnie plaisant, commenta éthique. Qu'en avez-vous fait ? Détruit sur place ?

 

— Non, il est actuellement en cours d'analyse, répondit n°2.

 

— A quelles fins ? demanda aussitôt éthique.

 

— Aucune expérimentation prévue si c'est le sens de votre question, répondit une petite silhouette plongée dans l'ombre. Les analyses pourraient donner des indices sur le type d'enchantement présent dans les fondations pour les désactiver. Le lieu est assez proche d'une zone moldue, voyez-vous ?

 

— Tout à fait, répliqua éthique. Dans les cas où ces analyses déboucheraient sur de potentielles applications, le Département de l'éthique devra être consulté.

 

— Requête approuvée, conclut la directrice. Est-ce qu'une division souhaite faire remonter des informations aux autres ? Sinon nous pouvons lever la séance. »

End Notes:

Au cas où vous poseriez la question, voici la liste des divisions citées dans ce texte :


- division des émotions, qui gère notamment la salle de l'amour


- division de l'esprit, qui gère la salle des cerveaux


- division du temps, où travaille Saul Funestar


- division univers


- division du destin, qui gère la salle de la mort et celle des prophéties


- division des civilisations qui travaille sur l'Histoire de la Magie, les Moldus, les créatures magiques et les animaux


- division de l'éthique que j'ai emprunté à la fic incroyable The Prince of Slytherin en cours d'écriture par The Sinister Man sur fanfiction.net


Une huitième division officielle (celle des Enchantements) interviendra dans les chapitres suivants. Quant à celles dont Funestar soupçonne l'existence, j'ai déjà de petites idées et vous ? x)


À bientôt pour une suite ! :)

Entretien d'embauches by Destrange
Author's Notes:

Hello !


Je me doutais que je récidiverais, d'où le nouveau recueil ! Ce texte a été écrit à partir du thème « coercition » donnée lors de la 140ème nuit du Forum Francophone sur fanfiction.net


C'est un forum d'écriture en ligne où nous écrivons pendant une heure sur un thème. Comme souvent, j'ai largement explosé l'heure d'écriture O:)


Pour plus de précisions ou pour participer à ce jeu d'écriture vous pouvez m'envoyer un message.


Sans plus attendre : bonne lecture !

Drago Malefoy et Blaise Zabini fraichement diplômés de Poudlard (avec chacun six ASPIC en poche!) sortirent de l'ascenseur ministériel au niveau neuf. Ils échangèrent un regard pour s'encourager mutuellement et s'approchèrent de la porte noire qui marquait l'entrée du Département des mystères.


Exceptionnellement le couloir n'était pas vide. Trois chaises étaient disposées le long du mur juste avant la porte noir et lisse.


Zabini consulta sa montre à gousset. « Nous avons cinq minutes d'avance » annonça-t-il.


Malefoy hocha la tête et prit place en inspirant profondément pour modérer son stress. Son ami paraissait moins nerveux et prit place à ses côtés.


Les deux étudiants sursautèrent quand la grille de l'ascenseur s'ouvrit bruyamment pour laisser passer Arthur Weasley. L'adulte rassembla fébrilement ses dossiers et salua chaleureusement les Serpentard. Drago le salua de mauvais grâce, Blaise avec un peu plus de respect.


« Je viens voir les collègues des mystères pour expertiser une amulette ensorcelée, expliqua Mr Weasley avec bienveillance. Et vous ?


— Nous venons pour un entretien d'embauche, répondit Zabini mal à l'aise devant cette politesse inattendue.


— Le Département des mystères est fascinant, reconnut l'adulte. Mais les conditions de travail ne sont pas des plus satisfaisantes.


— Le manque de reconnaissance n'est pas un souci, répliqua Blaise sur la défensive. Bien au contraire. Nombre de laboratoires ont refusé d'examiner nos candidatures juste en lisant nos noms.


— Tu es Drago Malefoy n'est-ce pas ? » demanda doucement Arthur Weasley en désignant la chevelure blonde presque blanche du Serpentard.


Malefoy hocha sèchement la tête.


« Blaise Zabini, se présenta le second en voyant l'adulte se tourner vers lui avec un regard interrogateur.


— Les employeurs vous associent immédiatement aux disciples de Voldemort, réalisa Mr Weasley en faisant sursauter les deux Serpentard.


— Les charges ont été abandonnées par le Magenmagot, répliqua Zabini. Mais la société ne tient pas spécialement à nous faciliter la réinsertion. Beaucoup de langues-de-plomb travaillent anonymement. Et nous avons le niveau, s'empressa-t-il de préciser.


— Ils sont en retard, fit remarquer Malefoy sans dissimuler son agacement.


— C'est normal si vous avez rendez-vous avez la division du Temps. Ils ne vivent que dans le passé ou l'avenir, plaisanta Mr Weasley. Enfin si les chaises sont là, c'est qu'ils vont vous accueillir. Quelles divisions voulez-vous rejoindre ?


— D'après nos informations, la langues-de-plomb juniors commencent souvent à la division des Enchantements, répondit Blaise. J'espère pouvoir évoluer vers la division Univers. Je suis passionné d'astronomie.


— Et vous Drago ?


— Je voulais travailler en recherche appliquée à la médicomagie. J'espère que le Département pourra me faire travailler sur des remèdes.


— De beaux projets, félicita l'adulte. J'espère qu'ils vous offriront une opportunité.


— Ils sont vraiment en retard, s'étonna Blaise. C'est très étrange. A quelle heure est votre rendez-vous Mr Weasley ?


— A 9 heures.


— Et à quelle heure êtes-vous arrivé ? demanda Blaise pris d'un doute.


— A peu près à l'heure me semble-t-il.


— Vous n'êtes pas réellement Arthur Weasley, n'est-ce pas ? interrogea suspicieusement Malefoy.


— L'entretien a déjà commencé, poursuivit Zabini en étudiant le visage de son interlocuteur.


— En effet, répondit l'adulte avec un sourire calculateur qui ressemblait très peu à la bienveillance habituelle d'Arthur Weasley.


— C'était pour tester si nous sommes suffisamment sur nos gardes ? interrogea Malefoy froidement.


— Entre autres choses. »


Les deux Serpentard restèrent silencieux, attendant la suite.


« Une première approche pour tester vos capacités de raisonnement et votre prudence. Il faut être très attentifs aux personnes avec qui vous parlez et notamment s'assurer que vos interlocuteurs sont bien ceux qu'ils prétendent être. Être très attentif est la première étape pour se prémunir de la coercition. J'ai remarqué un détail intéressant que vous n'avez pas cité dans vos candidatures. Vous avez déjà pratiqué les arts mentaux et même si vous n'avez pas le niveau pour remarquer que je vous sondais. »


Les deux étudiants frissonnèrent.


« Et donc ? Est-ce que nous avons compris assez vite ? Demanda Blaise avec nervosité.


— Assez pour continuer, confirma le langue-de-plomb. Suivez-moi. »


Mr « Weasley » se leva et ouvrit la porte noire du Département des mystères. Il fit entrer les deux gens dans la pièce circulaire et referma la porte.


La salle se mit à pivoter lentement, ce qui désarçonna les deux visiteurs.


« Par ici » invita l'adulte en désignant une porte dès que la salle cessa de tourner.


Le langue-de-plomb les mena le long d'un couloir ignora plusieurs portes et ouvrit finalement celle d'un petit bureau.


« La suite de l'évaluation sera menée par la division Éthique, expliqua le chercheur.


— Vous travaillez pour quelle division ? demanda aussitôt Blaise. Celle de l'Esprit ?


— Oh non, répondit le langue-de-plomb en souriant. Bon courage pour la suite » dit-il avant de quitter la pièce.


Alors qu'il sortait, une autre porte s'ouvrit et laissa passer une petite silhouette aux traits brouillés par magie.


« Bonjour jeunes gens. Je suis l'adjoint de la division Éthique et je suis en charge du recrutement de nouveaux talents. Voici deux dossiers qui contiennent un certain nombre de mises en situation, des problèmes à résoudre, ce genre de choses. Les deux dossiers sont différents. Je vous laisse le temps qu'il vous faudra. A la fin je récupérerai vos souvenirs pour analyser vos réussites respectives. Des questions ? »


Les deux Serpentard hochèrent négativement de la tête et se saisirent des dossiers que leur tendait le langue-de-plomb.


« Soyez créatifs » encouragea-t-il avant de quitter la pièce à son tour.


Malefoy et Zabini s'installèrent sur les tables et ouvrirent leurs dossiers.


Au début, ils restèrent silencieux de peur d'être écoutés, mais on ne leur avait pas interdit de communiquer.


« Ils m'ont mis un dilemme moral à résoudre, lança Malefoy


— De quel genre ?


— Deux malades, mais une seule potion curative. Il y a une jeune chercheuse prometteuse et une talentueuse et expérimentée, mais sur le déclin. Laquelle sauvez-vous et pourquoi ?


— Eh bien bon courage, ricana Blaise. Moi j'ai le résumé d'une publication de métamorphose appliquée, expliqua-t-il. Déduisez les risques associés à la diffusion de cette application. Recommanderiez-vous d'en censurer une partie pour prévenir des dérives ? Si oui, quelle partie ? En relation avec quel secteur professionnel ? »


Malefoy eut un sifflement admiratif.


« J'imagine que le but est d'évaluer ta culture en magie, ton imagination et ta capacité à réfléchir. Malin !


— Je ne penses pas qu'il sera dupe si tu essaies de les complimenter pour le moment où il examinera tes souvenirs, ricana Zabini.


— Il ? Je croyais que c'était une femme ?


— Possible. »


Les deux Serpentard se replongèrent dans leur dossiers respectifs pendant un moment.


« Ah j'ai un dilemme moral aussi, annonça Blaise. Tu veux savoir ?


— Vas-y


— Il s'agit d'expérimenter un traitement à base d'une nouvelle potion. La théorie arythmantique et les résultats sur les gnomes sont prometteurs, mais les effets secondaires peuvent être risqués pour les sorciers. Que préconisez-vous ?


— Je suis sûr que le Département des mystères attendent que tu l'envoie à ta mère pour qu'elle teste le traitement un nouveau mari, ironisa Drago.


— J'aime ton humour Drago.


— Merci j'aime mon humour également.


— Bref je pense que je vais mettre d'ajouter des tests sur les elfes avant de passer aux sorciers. Et que le protocole statistique en double aveugle a intérêt à être béton.


— Ça se tient » répondit le blond.


Celui-ci replongea dans ses propres exercices et failli s'étouffer en découvrant le test suivant.


« Tout va bien ? s'enquit Blaise.


— On peut dire ça, grimaça Malefoy. Je dois t'interroger et obtenir ton aide pour résoudre une question mais en m'assurant que tu ne comprennes pas l'application finale de mon sujet de recherche.


— Un peu comme si un langue-de-plomb devait demander prudemment de l'aide à un chercheur extérieur au département.


— Précisément.


— Moi j'utiliserais un sortilège d'amnésie.


— Il y a marqué ni confundo, ni amnésie, ni Impérium, ni Legilimencie, ni corruption financière possible. J'imagine qu'un mage assez qualifié pour faire de la recherche peu s'apercevoir que sa mémoire est altérée et y remédier en préparant les bonnes potions.


— J'ai l'impression que le niveau des exercices augmente, remarqua Zabini. Mais si en plus nous devons nous manipuler l'un l'autre. Cela devient de plus en plus intéressant !


— Il y en a peut-être déjà eu depuis l'arrivée du faux Arthur Weasley, rétorqua Malefoy. Voire même avant. »


les deux Serpentard échangèrent des regards éloquents.


« Peut-être bien, confirma Blaise.


— D'ailleurs tu te souviens de la fois où nous avons repêché Pansy que les Gryffondor avait jeté dans l'armoire à disparaître ?


— C'était Montague, corrigea aussitôt Blaise. Et tu te souviens pendant le cours de potions en troisième année quand j'ai lancé un morceau de foie de salamandre ? C'était dans le chaudron de Londubat ou celui Potter ?


— C'est moi qui l'ai lancé dans celui de Londubat, répondit Drago.


— Ouf ! Nous sommes bien nous. »


Les deux Serpentard dialoguèrent pour tenter de résoudre l'énigme posée à Drago en tenant compte des instructions. Malefoy prit des risques et comme Zabini était malin, il comprit l'application au grand dam de son collègue.


Quand la situation opposée arriva quelques temps plus tard, Malefoy coopéra de mauvaise grâce aux questions de Blaise. Mais celui-ci, trop prudent, refusa de prendre des risques et renonça à mener l'exercice à terme.


Ils replongèrent dans leur dossiers chacun de leur côté jusqu'à ce qu'une élégante langue-de-plomb leur apporte des sandwichs, une carafe et des verres. Ils la remercièrent en souriant, sans oublier de lever leurs barrières d'occlumencie. Celle-ci leur jeta un regard approbateur et les laissa se sustenter.


Quelques minutes plus tard, il devint évident que la chercheuse les avait piégés à l'aide d'un philtre d'amour. Blaise et Drago savaient que le philtre d'amour était régulièrement employé par les aurors pour s'entrainer à résister à l'Impérium. Ils durent prendre sur eux et poursuivre l'examen malgré la présence entêtante de la langue-de-plomb dans leur esprit.


La potion réveilla au passage de la jalousie entre les deux Serpentard, ce qui était un effet secondaire inévitable de la potion. Ils continuèrent à travailler péniblement sur leurs dossiers malgré des capacités mentales amoindries. Plusieurs exercices restèrent sans réponses.


Les deux étudiants terminèrent leur dossier avec soulagement. L'adjoint de la division Éthique (ou l'adjointe?) vint les chercher alors qu'ils rebouchaient leurs encriers et nettoyaient leurs plumes. Il leur offrit l'antidote, récupéra leurs parchemins et leur souvenirs et leur promit une réponse par hiboux sous quinze jours avant de les raccompagner jusqu'à la sortie.


Quelques temps plus tard, Blaise et Drago échangèrent par hiboux et les deux déplorèrent de ne pas avoir été retenus.

End Notes:

Et en même temps ? Si l'un des Serpentard a été retenu ? Compte-tenu de la culture du secret au Département des mystères, pourrait-il avoir menti à l'autre ? J'en suis persuadé ;-)


Et que pensez-vous de « Mr Weasley » ? est-ce que l'imitation est crédible ? Ou plus tordu encore ? Est-ce que le Service des détournements de l'artisanat moldu est une couverture ?


En fait je lis toujours la fic « The prince of Slytherin ». Dans cette fic, le département des Mystères apparaît de temps à autre. Nous savons qu'un proche de Harry travaille secrètement pour le Département et je pense que c'est Mr Weasley… À voir ! Sa passion de collectionner des objets moldus serait une manière de se décrédibiliser et détourner l'attention de ses capacités. Je sais, je sais, je pars loin ^^


La fic en question est en anglais, elle n'est pas encore terminée et les chapitres arrivent au compte-goutte, mais elle en vaut le détour. C'est une histoire qui semble cliché au premier abord : un frère jumeau pris pour le Survivant, mais Harry est intelligent et les mangemorts le sont encore plus…


Si vous voulez essayer : « Harry Potter and the Prince of Slytherin » by The Sinister Man


À bientôt !

Gestion de crise by Destrange
Author's Notes:

Si vous vous demandiez à quoi ressemble la gestion de crise au Département des Mystères alors vous allez être servis...


Cet OS a été écrit pendant la 141ème nuit d'écriture du Forum Francophone du site fanfiction.net


Il fallait rédiger sur un thème « douleur » pendant une heure (et comme d'habitude j'ai très très largement débordé ^^). Pour plus de précisions vous pouvez m'envoyer un message.


Bonne lecture !

Le langue-de-plomb désigné par le code M17 soupira d'agacement en examinant la prose illisible dont il devait prendre connaissance. Celui qu'on surnommait affectueusement la Mémoire du Département se devait de consulter régulièrement l'avancée de tous projets menés par le Département des Mystères.


Tous les agents du Département étaient doués dans leurs domaines d'expertise respectifs, mais hélas pas toujours dans leur expression littéraire. La division des Enchantements n'était par exemple pas réputée pour la fluidité de ses rapports d'analyse. Étrangement ceux de la division du Destin étaient toujours poétiques. Le rapport à la Mort était toujours source d'une perturbante clairvoyance sur la perception de la vie et cela s'en ressentait jusque dans la tournure des phrases.


M17 s'accorda une pause dans sa lecture et détailla une fois de plus la salle des carillons. Cette salle était moins propice au travail analytique que son bureau, mais en tant que gradé, M17 assurait régulièrement la permanence de cette salle particulière. Les 726 carillons étaient chacune des alarmes prêtes à informer le Département des Mystères de phénomènes variés, magiques ou non magiques, réguliers ou exceptionnels. À vrai dire certaines cloches n'avaient jamais tinté et M17 priait pour que les pires ne se réveillent jamais.


Bien qu'indispensables, les permanences de la salle des carillons étaient contraignantes. À chaque fois qu'il y travaillait, M17 devait partitionner son esprit en quatre identités disjointes et les maintenir était énergivore.


La salle était publique donc la Mémoire du Département devait dissimuler ses traits, sa voix, sa taille, sa démarche et même une partie de sa personnalité. Simultanément, il devait rester attentif à la salle, aux petites cloches et aux possibles entrées. Par précaution, ses boucliers occlumentiques étaient partiellement levés. Enfin M17 tentait laborieusement d'avancer sur ses obligations de synthèse des informations.


Depuis plusieurs années, le langue-de-plomb militait pour confier cette tâche uniquement à la division Esprit et à la division Renseignements. Ces deux divisions étaient formées et habituées à partitionner et maintenir plusieurs identités simultanées. Mais la direction refusait encore et toujours.


Les deux divisions étaient effectivement plus expérimentées dans le domaine mental, mais la division Renseignements n'était pas officielle. L'affectation d'une telle mission risquait de mettre en lumière les capacités de ces agents et potentiellement leurs activités d'espionnage et de contre-espionnage. Or cette division se devait de rester aussi secrète que possible, surtout en temps de guerre. D'ailleurs, le Département n'avait pas jugé nécessaire d'informer le nouveau ministre de l'existence d'une telle division. En effet, l'allégeance de Pius Thickness étant toujours incertaine et la directrice Ollivanders avait pris ses précautions pour limiter les dérives de son département.


Quant à la division Esprit, M17 savait que ses effectifs ne permettaient pas d'assurer en continu la permanence de la salle. La question était donc réglée.


La Mémoire du Département allait replonger douloureusement dans le rapport quand une cloche tinta doucement. Le langue-de-plomb sursauta et appliqua immédiatement le protocole. Il rassembla immédiatement ses propres documents et les enferma dans le coffre prévu à cet effet une fois les quatre niveaux de verrouillage requis par la sensibilité des documents, il reporta son attention sur les carillons.


La Mémoire du Département se leva et parcourut la salle à la recherche de la cloche qui continuait de sonner doucement.


« Pourvu que ce ne soit pas trop grave » songea-t-il en triturant nerveusement ce qui devait être une barbe derrière ses traits brouillés par magie.


Le langue-de-plomb scrutait une à une les cloches. Elles étaient toutes différentes, des petites des grandes, certaines en cuivre, d'autres en fonte, celle-ci en or. Quelques-unes remontaient à la création même du département, d'autre étaient plus récentes.


Il trouva finalement la cloche qui s'était réveillée. Il s'agissait d'une petite cloche en argent. Les grincements indiquèrent tout de suite à M17 que la cloche sonnait rarement. Celui-ci nettoya la poussière d'un coup de baguette magique et poussa un gémissement.


C'était grave, très grave !


En un instant, il calcula que la cloche n'avait pas sonné depuis 304 ans.


En y réfléchissant bien, un tel événement était inévitable, mais M17 sut immédiatement qu'il ne pourrait pas gérer cette crise seul.


Malgré l'heure tardive, il invoqua son patronus et l'adressa immédiatement à la directrice et au directeur adjoint du Département des Mystères puis un par un à tous les chefs de division.


Un autre langue-de-plomb fit irruption dans la salle et proposa immédiatement son aide.


« Division des Enchanteurs, n'est-ce pas ? interrogea aussitôt M17.


— Tout à fait, mais pourquoi vous…


— Prépare l'ouverture des portails d'intervention extérieure. Immédiatement !


— Bien monsieur, obéit aussitôt le chercheur en détalant vers la sortie.


La Mémoire du Département respira profondément et porta sa baguette à sa gorge.


« Sonorus, murmura-t-il.


À l'attention de tout le Département des Mystères. Un carillon s'est réveillé avec un niveau de priorité noir. Ceci n'est pas un exercice. La direction est en route. En prévision d'une probable intervention extérieure, veuillez vous préparer à déclencher le protocole Delta et en prévision d'un éventuel verrouillage du Département veuillez préparer le protocole Oméga. La destination et les ordres définitifs seront confirmés ou infirmés par la direction. »


M17 coupa le sortilège, réorganisa les boucliers occlumentiques et quitta la salle des carillons. Il prit soin de la verrouiller. Puis il se rendit aux cheminées pour accueillir les chefs de division et la direction.


« Merlin, faites que ce ne soit pas aussi grave que dans mes pires cauchemars » implora-t-il en songea à sa propre fille qui devait être sur place.


Le responsable de la division de l'Esprit se rua sur la Mémoire. « Quelle cloche ? interrogea-t-il aussitôt.


— Bureau de la direction, riposta sèchement M17 en jetant un coup d'œil aux langues-de-plomb qui accompagnaient Esprit.


— Bien, grogna-t-il agacé.


— Funestar apportez-nous cinq retourneurs de temps par précaution. »


Le jeune mage de la Division du Temps bondit en direction de ses ateliers temporels.


En chemin, M17 et Esprit interceptèrent Victoria Fawley la responsable de la division Destin. De nombreuses cheminées s'illuminèrent notamment sur N°2 et la responsable de la division des Enchantements.


Ils croisèrent plusieurs langues-de-plomb déjà en tenue d'intervention qui se rassemblaient vers les portails où s'activaient d'autres collègues des Enchantements.


Saul Funestar revint en courant juste avant que la hiérarchie s'enferme dans le bureau directorial.


« Explications, exigea aussitôt la directrice Ollivanders sans s'embarrasser de politesse.


— Poudlard est attaquée et appelle à l'aide » répondit M7 sans s'émouvoir.


La Mémoire du Département ignora les jurons de ses collègues et poursuivit.


« Le contrat passé en 1204 avec Poudlard prévoit que le Département des Mystères est dans l'obligation de secourir l'école de Sorcellerie en cas d'assaut. C'est l'une des contreparties à l'exclusion de plusieurs disciplines ésotériques du programme scolaire.


— Utilisons les retourneurs de temps immédiatement, ordonna la Directrice des Mystères. Un seul tour devrait nous permettre de nous organiser. J'avais déjà quitté le bureau donc il n'y aura personne. »


Tous obéirent sans discuter.


« L'école est aux mains de Severus Rogue, commença aussitôt N°2. En cas d'attaque, il sollicitera plutôt le Seigneur des Ténèbres. Pourquoi appeler les Mystères ?


— La clause d'intervention peut être activée par le directeur, mais aussi par son adjoint, n'est-ce pas ? interrogea la directrice Ollivanders à l'attention de M17.


— Ainsi que par les directeurs des maisons. En 1694, c'était la directrice de Serdaigle de l'époque, qui en fuyant, avait requis notre intervention pour reconquérir l'école tombée aux mains de…


— Peu importe les détails passés, s'exclama Civilisations. Si ce n'est pas Rogue, cela ne peut qu'être des autres enseignants pour protéger les étudiants.


— Avons quelqu'un sur place ou à Pré-au-Lard pour diagnostiquer ? » interrogea Émotions.


La directrice se tourna vers son adjoint qui plongea aussitôt en transe.


« Il faut secourir les étudiants, mais si c'est Rogue qui nous a sollicités, quelle est notre marge de manœuvre ? reprit-elle.


— Le contrat prévoie seulement un soutien pour assurer la protection des apprentis, des connaissances et assurer la continuité de l'enseignement ou à défaut de le restaurer. La partie connaissance en elle-même est déjà assurée par les copies régulières des ouvrages de la bibliothèque. Reste les étudiants. À court terme nous dev… je veux dire pouvons les protéger ou les évacuer.


— Nous pouvons ou nous devons ? Que dit le contrat ? demanda Éthique. La nuance est importante pour savoir notre marge d'adaptabilité.


— Nous pouvons, précisa M17. Les moyens et le niveau d'intervention ne sont pas contractualisés. En revanche, mon objectivité est sujette à caution étant donné qu'un de mes enfants est actuellement scolarisé à Poudlard.


— Vous êtes plusieurs dans ce cas, coupa la directrice Ollivanders. Rien que dans cette pièce. En tant que langues-de-plomb, j'attends de vous une maîtrise professionnelle totale et objective.


— Nous avons quelqu'un là-bas, s'exclama N°2. C'est l'adjoint de la division Civilisations.


— Il est aussi membre de l'Ordre du Phénix, enfin ce qu'il en reste, rappela M17. Tout comme Minerva McGonagall.


— Ce chien de Roockwood est à Poudlard aussi, murmura le chef de la division Renseignements. Je peux essayer de récupérer quelques informations dans son esprit via la porte dérobée que nous avons arrangée.


— Vous avez accès à Roockwood ? s'indigna le responsable de la division Univers.


— Nous avons hésité à l'exécuter à distance, de toute évidence, nous avons bien fait d'éviter.


— C'est trop dangereux de fouiller dans sa tête si le Seigneur des Ténèbres est à ses côtés, protesta Esprit. Prenez plutôt le contrôle d'un de vos espions chez les mangemorts, et si nécessaire, détruisez sa personnalité après coup.


— Je proteste, s'exclama Éthique. Sur Roockwood, aucun souci, mais pas sur les autres.


— N°2 ? intervint M17. Est-ce que vous parvenez à entrer en contact avec l'adjoint des Civilisations ?


— Pas vraiment, les protections de Poudlard interfèrent avec nos liens. J'ai l'impression qu'il a déjà combattu récemment et ses boucliers occlumentiques sont levés et verrouillés.


— C'est bon, s'exclama Renseignements. J'ai pris possession d'un de nos agents. C'est un subalterne parmi les mangemorts, mais il des informations. Le Seigneur des Ténèbres a mené un premier assaut sur Poudlard parce que Potter s'y est réfugié. Apparemment McGonagall et les autres professeurs se sont débarrassés de Rogue et des Carrow.


— Donc l'Ordre tente de tenir Poudlard réalisa la directrice Ollivanders légèrement soulagée. Est-ce que votre agent sait si les étudiants sont évacués ?


— Il en a affronté plusieurs. Uniquement des années supérieures. Apparemment il n'a pas remarqué de gamins. L'agent signale que le Seigneur des Ténèbres semble inquiet au sujet de Potter. Pour le moment ils sont en trêve, le Seigneur des Ténèbres a proposé un duel à Potter et ils l'attendent tous dans la forêt interdite.


— Espérons que le gamin ne cède pas au chantage !


— Par Merlin, les géants, les loups-garous, les détraqueurs et même des Accromentules sont de la partie.


— Bien ! conclut la directrice. Maintenant nous avons suffisamment d'informations. Il est tant de préparer nos objectifs d'intervention et la manière nous allons nous même donner l'assaut. Est-ce qu'il est possible de coordonner avec l'adjoint des Civilisations ?


— Non, s'excusa N°2. Je ne perçois qu'un voile infranchissable de douleur et de tristesse dans son esprit. Impossible de communiquer. Il est trop fermé et la magie de Poudlard n'aide pas.


— Nous agirons sans lui, décida Ollivanders. Avons des moyens d'entrer à Poudlard qui sont prévus par le contrat ?


— Nous avons une porte d'entrée prévue via le portail d'intervention dirigé vers les Hébrides. Par ailleurs, Poudlard a un contrat avec Ste-Mangouste qui prévoie la possibilité de construire des portoloins à destination de l'hôpital. Mais c'est à sens unique. Impossible de rentrer à Poudlard par là. Par contre ce serait parfait pour évacuer les étudiants.


— Que devons-nous prévoir au sujet de Harry Potter ? demanda doucement la responsable de la division Destin.


— Avez-vous des informations utiles à nous communiquer à son sujet Victoria ?


— Le contenu de la prophétie est formel. L'enfant a le pouvoir de défaire le mage noir, mais rien n'indique qu'il doit s'y prendre seul.


— Dumbledore affirmait entraîner et préparer Potter, mais un gamin ne pourra jamais vaincre un sorcier de cette stature, objecta Esprit.


— Peu importe, coupa la directrice. Il faudra extrader le jeune Potter si vous le localisez. La cellule dédiée à la recherche sur l'immortalité va rester ici et se préparera à travailler avec Potter. Nous avions quelques pistes, notamment celles transmises à Dumbledore ces dernières années et celles qu'ils nous a apportées.


— J'imagine que si nous devons extrader Potter, il faudra peut-être retarder le Seigneur des Ténèbres ? demanda Civilisations.


— C'est probable, confirma durement la directrice. C'est précisément la raison pour laquelle la cellule immortalité reste au Département. N°2 et M17 vous resterez également ici pour assurer la continuité du Département au cas où j'échouerais.


— Vous partez vous même au combat ? s'interrogea Éthique.


— Il y a bien longtemps que l'Angleterre magique a oublié de quoi nous sommes capables, répliqua-t-elle fermement. Il est temps de le leur rappeler. M17 ? Votre patronus indiquait la préparation du protocole Delta ?


— Exact, cinq équipes composées au minimum d'enchanteurs, de maîtres des arts mentaux et d'espions, mais il faudra peut-être procéder à des ajustements.


— C'est ce que nous allons décider tout de suite. Je vous propose de laisser une équipe pour sceller le département des Mystères, deux équipes envoyées directement à Poudlard pour évacuer les étudiants et chercher Potter et enfin deux équipes chargées de faire diversion pour laisser celles de Poudlard agir.


— Quelle cible voulez-vous viser pour détourner l'attention ? s'enquit Éthique.


— Pré-au-Lard ! Car en donnant l'impression de vouloir entrer à Poudlard, les mangemorts devraient comprendre trop tard que nous serons déjà dans le château.


— Pré-au-Lard est aux mains des mangemorts et des rafleurs depuis des mois, objecta Univers.


— Exactement et pour faire diversion, nous allons devoir faire des dégâts parmi leurs sentinelles. À moins que la division de l'Éthique n'aient des objections ?


— Absolument aucune, répliqua le chef de la division en question. Si nécessaire, je suis prêt à mener l'une des deux équipes.


— Je vous préfère à Poudlard, notamment pour gérer d'éventuels enfants de mangemorts. Vous l'infiltrerez avec le chef de la division Renseignements.


— Compris, répondirent les deux langues-de-plomb concernées.


— N°2 et M17 vous appliquez le protocole Delta et vous verrouillez le Département des Mystères jusqu'à nouvel ordre. »


Ceux-ci hochèrent la tête.


« Esprit et moi donnons l'assaut sur Pré-au-Lard et puis nous irons à la rencontre des mangemorts. Univers vous restez ici, mais vous déploierez vos enchantements de visualisation sur l'Écosse pour nous guider.


Civilisations vous venez à Pré-au-lard où vous affecterez et coordonnerez vos agents pour maîtrisez les créatures en présence.


Fawley vous restez ici à la tête de la cellule sur l'immortalité.


Enchantements et Temps, vos agents seront répartis dans les équipes d'interventions, mais vous restez au Ministère pour rallier et coordonner les Aurors, les Oubliators, la police magique et la régulation des créatures magiques.


Émotions votre couverture habituelle vous permettra de perturber le cabinet ministériel. Si possible sans violence. »


La directrice dévisagea tous ses subordonnés avant de poursuivre durement.


« Pour tous les combattants, la priorité sera d'évacuer les étudiants vers Ste-Mangouste et de localiser Potter. En cas d'Impérium manifeste, vos entraves doivent être difficilement réversibles pour ne pas être pris à revers par la suite. Vis-à-vis des mangemorts, nous serons en territoire ennemi et nous ne pouvons nous permettre d'être sentimentaux. Des questions ? »

End Notes:

Eh bien je n'aimerais pas me trouver sur le passage du Département des Mystères…


Donc voici quelques renforts qui sont arrivés pour la dernière partie de la bataille finale.


Et si vous vous demandiez qui a alerté les Mystères, il s'agissait d'Horace Slughorn


pour rappel voici la liste des huit divisions officielle :


- division des émotions, qui gère notamment la salle de l'amour


- division de l'esprit, qui gère la salle des cerveaux


- division du temps, où travaille Saul Funestar


- division univers


- division du destin, qui gère la salle de la mort et celle des prophéties


- division des civilisations qui travaille sur l'Histoire de la Magie, les Moldus, les créatures magiques et les animaux


- division de l'éthique que j'ai emprunté à la fic incroyable The Prince of Slytherin en cours d'écriture par The Sinister Man


- division des Enchantements


Et pour une division officieuse a été citée :


- la division des renseignements en charge de l'espionnage et du contre-espionnage


Et peut-être y en a-t-il d'autres ? Très bonne question !

Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=38575