Sans Magie by PeTiTnUaGe
Summary: Et si Harry, Ron et Hermione avaient grandi dans un monde moldu ? S'ils étaient juste étudiants au lycée avec leur soucis de tous les jours ?
Edit Modération : Image supprimée car trop grande et mal créditée.

Categories: Univers Alternatifs, Hinny (Harry/Ginny), Romione (Ron/Hermione) Characters: Ginny Weasley, Harry Potter, Hermione Granger, Ron Weasley
Genres: Romance/Amour
Langue: Aucun
Warnings: Lime
Challenges: Aucun
Series: Aucun
Chapters: 38 Completed: Oui Word count: 88215 Read: 75370 Published: 06/05/2007 Updated: 20/06/2007
Chapter 1 by PeTiTnUaGe
Author's Notes:
J'ai commencé cette histoire au mois de février et l'ai posté sur deux autres sites de fanfictions. J'ai découverts HPfanfiction il y a très très peu et je tenais à vous la faire découvrir.
Je tiens à m'excuser par avance des fautes, j'attends toujours des nouvelles de mon beta-reader :p
Bonne lecture !
P.S : J'ai déjà écrit plus de 25 chapitres et je publies un chapitre le mercredi et le samedi sur les autres sites. Je vais tenter de rattraper le retard en essayant d'en publier un par jour ici XD
Chapitre 1

Harry s’étira dans son lit avant d’éteindre la sonnerie stridente de son réveil matin. Une délicieuse odeur de pancakes lui donna le dernier élan pour se lever. Il s’habilla et descendit les marches en tendant la tête vers la cuisine d’où émanait l’odeur du petit déjeuner.
« Bonjour mon chéri. »
« Bonjour maman ! »
Harry renifla le délicieux parfum des pancakes avant d’embrasser sa mère.
« Bien dormi, mon grand ? »
« J’ai eu du mal à m’endormir. »
Elle vida les œufs brouillés dans l’assiette de son fils avant de retourner aux fourneaux.
Harry resta un instant à la dévisager. Sa mère était la plus belle de toutes les mères. Le teint laiteux, les cheveux légèrement roux, des yeux souriants d’un magnifique vert dont il avait hérité. Elle le considérait déjà comme un homme, mais n’hésitait pas à le réprimander lorsqu’il laissait sa chambre dérangée où qu’il restait devant la télévision trop longtemps. Oui, elle avait du caractère quand il fallait, mais une douce aura émanait constamment d’elle, apaisant toutes les personnes présentes. Il avait la même taille qu’elle, peut-être un peu plus grand, du haut de ses 15 ans ; mais elle restait sa « petite maman chéri ». Il rougit légèrement devant ces pensées enfantines. Il tourna la tête vers le salon.
« Papa n’est pas là ? »
« Il est allé chercher ton parrain. »
Harry releva vivement les yeux vers sa mère.
« Il vient ?! »
« Oui, il a prévu de rester une semaine. Il faudra que tu m’aides à préparer la chambre d’ami quand tu rentreras après les cours. Si tu veux inviter tes amis au rep… »
« Merci m’man ! »
Il partit faire sa toilette, attrapa son sac à dos et courut vers l’arrêt de bus. Une splendide voiture passa devant lui. Harry serra les poings en voyant Malefoy qui le narguait avec un sourire triomphant. Le blondinet ouvrit la fenêtre pour l’interpeller.
« Oh ! Potter ! Désolée, mais on ne prend pas les auto-stoppeur, surtout quand c’est de la mauvaise graine ! Ahaha ! »
Il voulut lui répondre, mais l’arrivée du bus l’en empêcha.
Ron était assis à côté de sa sœur, les jumeaux derrières eux. Harry sourit en s’approchant d’eux. En dehors de sa mère, Ginny était une des rares personnes qui pouvait l’apaiser. Il la connaissait depuis qu’elle était toute petite et il avait toujours eu le béguin pour elle, sans jamais oser l’approcher. Elle était la petite sœur de son meilleur ami, Ronald et elle avait bon nombre de petits copains, mais jamais de relation sérieuse. Harry soupira et se reprit. Ron lui fit signe de s’approcher. Ils s’étaient connus au jardin d’enfants, et leur amitié fut scellée par un partage de chocolat en forme de grenouille. Ils étaient devenus inséparables depuis. Toujours dans la même classe, toujours fourrés chez l’un ou chez l’autre, toujours à chercher des plans foireux pour se débarrasser de ce maudit Malefoy. La famille Weasley habitait à 5 minutes à pied de la maison Potter ; autant dire qu’ils habitaient côte à côte. Harry serra la main des garçons et salua timidement Ginny qui lui répondit par un sourire radieux. Ron laissa la place à son ami qui hésita puis s’assit. Fred et George se relevèrent pour commencer à le taquiner.
« Alors, Harry ? C’est qui la petite blonde avec qui tu discutais hier ? »
« Hein ? Ah, Lavande… »
Ron eut un rire amer.
« Me dit pas qu’elle te cours après maintenant ? »
« Oh non… Elle voulait m’inviter à une réception que donnait ses parents pour je sais plus quoi. »
« Ah, ça. Encore une de ces soirées comme les aime l’autre fouine. »
« Peut-être mais elle semblait intéressée, Potter. Hein Fred ? »
« Assurément ! »
Ginny tourna la tête vers la fenêtre, préférant ignorer la discussion. Ne voulant pas la mettre à part et préférant esquiver les commentaires, Harry intervint :
« Hey, Ginny, si tu veux venir visiter le lycée un de ces quatre, histoire de voir comment ça se passe, tout ça… »
La jeune fille tourna le regard vers le garçon, légèrement surprise.
« Hein ? Ah, volontiers ! Oh ! Je vais louper mon arrêt ! »
Elle se leva en se faufilant devant Harry quand le bus freina brusquement, la faisant s’asseoir sur lui.
« Oh ! Désolée ! »
Elle se leva, rouge comme une pivoine et descendit du bus.
« A ce soir !! »
Ses frères la saluèrent avant de se tourner vers Harry, le regard meurtrier… Voilà une des raisons pour laquelle Harry n’osait vraiment pas s’approcher de Ginny. Mais qu’importe ! Elle s’était assise sur ses genoux et ça ne l’avait pas déplu. S’ils étaient ensembles, il l’a prendrait aussi souvent qu’il le voudrait, sur ses genoux. Avec le bus bondé, ce serait une bonne excuse après tout et… Ron poussa Harry du coude pour reprendre sa place. Le brun se décala et lança un regard par la fenêtre. La journée avait bien commencé, si on oubliait l’intervention de Malefoy, bien entendu.

Les deux amis continuaient à discuter en arrivant devant leur salle de cours. Les élèves de leur classe se tenaient là et Ron tourna brusquement le regard vers une petite brunette, discrète. Il ne se rappelait pas l’avoir vu avant, sans doute une nouvelle élève. Il donna un coup de coude à Harry qui regarda dans la même direction.
« Une nouvelle ? »
« Sans doute… Plutôt mignonne, non ? »
Harry n’en revenait pas de la réaction de son ami. Ils en avaient parlé au début d’année : Ron voulait avoir une petite amie, mais ne sachant vraiment pas comment s’y prendre, il avait confié à Harry qu’il avait mis au point une technique d’approche. Et vu le sourire en coin de son ami et le regard sombre, Harry s’inquiéta.
« Tu sais Ron, si tu vas la voir en la regardant comme un pervers, je doute que cela fonctionne… »
Mais le rouquin ne l’écoutait déjà plus et s’approcha d’elle.
« Salut. »
Elle tourna vivement le regard vers lui en fronçant les sourcils. Son attitude avait totalement changé et elle semblait plus sûre d’elle.
« Oui ? »
« Tu es nouvelle ? »
« Qu’est-ce que ça peut te faire ? »
Ron haussa les sourcils, décidément, cette fille avait un sacré caractère. Il sourit.
« Tu sais, froncer les sourcils donne des rides, si tu veux pas avoir la tronche d’une vieille de 40 ans quand t’en auras 20, tu ferais mieux de sourire un peu plus. »
« QUOI ?! Non mais pour qui tu te prends ?! Tu crois que je vais répondre à quelqu’un qui me regarde comme un psychopathe ?! »
Ron parut vexé, et encore plus lorsqu’il tourna la tête vers Harry qui pouffait de rire dans son coin. Il se tourna de nouveau vers elle.
« Oh ! Ca va hein ! J’étais juste venu pour savoir qui tu étais… »
« La politesse veut qu’on se présente d’abord ! »
« Mon nom est Ronald Weasley ! Et l’oublie pas ! »
« Hermione Granger. Et de toute façon, qu’est-ce que ça peut te faire que je l’oublie ?! »
Les oreilles de Ron rougirent. Il grinça des dents et repartie en direction de son ami qui se tenait les côtes en riant. Neuville s’approcha d’eux.
« Oh ! Salut vous deux ! Dis, Ron, tu la connais la nouvelle ? »
Au regard d’assassin que lui lança le rouquin, Neuville préféra changer de sujet.
Sentant soudain une aura glacée derrière eux, les trois garçons se tournèrent pour faire face à leur professeur de Physique-Chimie. Le professeur Rogue ne semblait pas les apprécier et n’hésitait pas à leur rajouter bon nombre d’heures de colle et d’exercices supplémentaires.
« Quand la cloche sonne, on se doit de se tenir devant la salle de cours, calmement. Dois-je vous ajouter des heures de retenues en plus le samedi ? »
Ron allait répliquer et Harry lui colla vivement la main à la bouche.
« Désolé, monsieur ! »
Ils se rangèrent immédiatement dans les rangs sans rien dire. Rogue leur lança un regard perplexe et s’avança de nouveau vers eux.
« J’espère que vous ne préparez rien de mauvais. Monsieur Londubat, évitez de casser les tubes en pyrex cette fois avec vos mauvais mélanges. »
« Ou… Oui, monsieur ! »
Rogue tapa dans ses mains et les élèves rentrèrent, s’installant à leur place respectives. La nouvelle était restée aux cotés du professeur qui s’éclaircit la voix, cherchant l’attention de ses élèves.
« Nous accueillons aujourd’hui une nouvelle élève : Miss Granger. Je vous prierais donc d’être sympathiques avec elle. »
Mais au regard dédaigneux qu’il lançait à la jeune fille, les élèves doutèrent de la sincérité des paroles de leur professeur de Chimie.
« Bien, il ne reste qu’une place avec le groupe du fond. Désolé de devoir vous mettre avec des cancres, Miss Granger. Nous reverrons plus tard pour une réorganisation de la classe. »
Elle salua timidement les élèves en s’avança vers la table d’Harry et Ron. Au plus elle avançait, au plus elle se renfrognait. Elle s’installa à côté du brun, le plus loin possible de Ron, qui, pour la taquiner, lui tira le tabouret pour l’aider à s’asseoir, comme un parfait gentleman. Elle allait répliquer vivement, rouge de colère.
« Mr. Weasley ! Cessez vos singeries et autres parades nuptiales ! Nous ne sommes pas en Sciences Naturelles et il est donc inutile de nous montrer les préliminaires des mammifères avant leur reproduction ! »
Au regard noir que lui lança Hermione, Ron su qu’il était allé beaucoup trop loin. Mais il s’en foutait : il aimait la titiller sans savoir vraiment pourquoi. Harry soupira en préparant les solutions pour leur exercice du jour.
Les deux heures de cours se passèrent sans autres incidents, excepté peut être le fait qu’Hermione ait volontairement tenté de brûler le pull de Ron avec le bec benzène.
La cloche retentie et Harry agrippa Ron par le poignet.
« Laisse la un peu, Ron. »
« Non mais tu crois que je vais la laisser faire ! Elle n’aura pas le dernier mot ! »
Harry secoua la tête. Ron n’avait jamais été dans un tel état auparavant, et vu les éclairs que lançaient ses yeux azur, Harry choisis de ne pas s’en mêler. Il se dirigea vers les toilettes des hommes, face au miroir. Il souleva machinalement sa frange et regarda la cicatrice en forme d’éclair en souriant. Fred et Georges l’avaient mis au défi de grimper au plus grand arbre du parc. Il devait avoir 6 ans et arrivé au sommet, la dernière branche s’était cassée. Il avait eu une sacrée chance de s’en tirer avec une cicatrice au front… Et une bonne fessée de son père.
Il but une gorgée et se tourna vers l’entrée où l’attendait un Ron dépité.
« Qu’est-ce qu’il t’arrive encore ? »
« Je l’ai fait pleurer. »
« Hein ? Qui ça ? »
« La nouvelle. Je crois que je suis allé un peu trop loin. Mais sache qu’elle l’avait mérité ! »
« Ah oui et qu’est-ce qu’elle t’a dit ? »
Ron baissa le regard, rougissant honteusement.
« Elle m’a traité de… Poil de carotte. »
« Quel gamin. Tu t’es excusé au moins ? »
Ron haussa les épaules.
« ‘Chais pas où elle est partie. »
Tout le reste de la journée, Hermione les ignora totalement, bien qu’Harry ne sache pas pourquoi il était embarqué dans cette histoire.
La sonnerie annonçant la fin des cours retentit et Harry courut chez lui aux côtés de Ron.
« T’es sûr que ça dérangera pas ? »
« Ma mère l’a proposé. Tu appelleras ta mère de chez moi. »
« Ok. »
Ils sautèrent par-dessus le portail et rentrèrent. Dans le salon, sagement installé, Sirius discutait avec Lily et James. Les deux garçons les saluèrent et Harry s’installa à côté de son parrain pendant que sa mère allait préparer le repas. Il était tellement heureux de le voir. Ils parlèrent longuement du dernier voyage de son parrain quand la sonnerie d’entrée retentie. James alla ouvrir et salua Lupin qui sourit timidement.
« Qu’est-ce qu’il y a, vieux ? »
Sirius arriva à son tour. Lupin semblait très gêné.
« J’ai… J’ai amené quelqu’un. »
Une jeune femme aux cheveux roses entra à sa suite.
« Nymphy ! »
« Sirius ! »
Les deux cousins s’étreignirent. Rémus se frotta nerveusement la tête et Sirius se tourna vers lui.
« Dis, tu m’as caché que tu fréquentais ma cousine… T’es pas un peu vieux pour elle ? »
Tonks marcha volontairement sur le pied de son cousin, le faisant taire pour ne pas chercher à mettre son ami dans l’embarras.
Le repas se déroula dans la bonne humeur. Sirius leur fit le récit de ses derniers voyages en Asie, Nymphadora tenait la main de Rémus qui lui lançait de regard amoureux, Lily riait aux mimiques de Sirius pendant que James la sermonnait, jaloux et Ron qui plaisantait avec Harry sur « l’autre fouine ».
La soirée se termina plus calmement : Ron disputant une partie d’échec avec Sirius, Lily assise entre son mari et son fils, la tête appuyé contre l’épaule d’Harry, écoutant la rencontre des deux jeunes amoureux.
Ron resta à dormir et les deux garçons discutèrent.
« Dis, Harry. T’es amoureux, toi ? »
« Hein ? Et de qui ?! »
Harry remercia l’obscurité de la chambre pour camoufler ses joues rouges.
« Nan parce que… Je me demandais comment ça… Oh et puis zut. »
« Tu t’en veux pour la nouvelle ? »
« Pourquoi tu me parles d’elles ?! Qu’est-ce qu’elle a à voir avec tout ça ?! Elle te plait aussi ?! Enfin je veux dire, elle t’intéresse ?! »
Harry pouffa de rire et Ron s’enfouit au fond de ses couvertures en jurant.
« J’irais m’excuser demain… »
« Hein ? »
« Nan, rien. B’nuit Harry. »
« Ouais, bonne nuit Ron. »
Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=8000