Friends or foe ? by FayeNott
Summary:

Harry, Hermione et Ron débutent leur sixième année. Comme il en est coutume pour nos trois sorciers, cette année-ci semble aussi compliquée que les autres... Seulement, tête de serpent qui croupit misérablement dans sa sombre antre n'y est pour rien... Non, la responsable n'est autre que ce que Dumbledore considère depuis toujours comme étant sa plus puissante arme: l'amour.
Ce mot est peut-être la clé des regards inexpressifs, dénués de mépris et de fierté que le prince des Serpentards adresse à Harry ?
Ou encore, la raison qui pousse Hermione à monter chaque soir au sommet de la tour d'astronomie pour espérer y retrouver la jeune femme effacée qu'est devenue Pansy Parkinson ?


Categories: Romance (Slash) Characters: Drago Malefoy, Harry Potter, Hermione Granger, Pansy Parkinson
Genres: Femslash/Yuri, Romance/Amour, Slash/Yaoi
Langue: Français
Warnings: Lemon soft, Lime
Challenges: Aucun
Series: Aucun
Chapters: 6 Completed: Non Word count: 13216 Read: 3863 Published: 14/10/2014 Updated: 17/11/2014
Story Notes:

Fiction mettant en scène des homosexuels ! Homophobes s'abstenir.
Ma fiction ne prends pas en comte les tomes 6 et 7 ! [Fiction posté également sur d'autres sites de fanfictions.]

Chapitre 1 - Friend or foe ? by FayeNott
Author's Notes:
Ceci est le premier chapitre de cette fiction, alors soyez indulgent et ne me blâmez pas pour le manque de détails et de description ! Les choses devraient assez vite se mettrent en route ;)
Hermione Granger craquait. Elle sortit de la grande salle en gardant une expression neutre, mais une fois hors du champ de vision des élèves dînant de la grande salle, elle laissa les larmes trop longtemps retenues dévaler ses joues. Pourquoi pleurait-elle ? Pour rien. Ou plutôt pour tout.

A cause de Ron Weasley qui ne comprenait jamais rien.
A cause de Harry Potter qui n'était plus le même ces derniers temps.
A cause de sa pile de devoirs.
A cause du divorce de ses parents.
A cause du manque d'une présence à ses côtés, une épaule sur qui s'appuyer, des bras dans lesquels se réconforter.
Elle couru jusqu'à l’escalier qui menait à la tour d'Astronomie, voulant se recueillir seule avec les étoiles. Avec le vent d'Octobre. Avec la sombre nuit. Et avec-elle-même.
La sixième année gravit rapidement les marches des escaliers quatre à quatre et arriva enfin au sommet de la tour. Elle ouvrit la lourde porte de bois qui grinça lugubrement.

- Qui est là ? Demanda une voix qu'elle ne parvint pas à reconnaître.

Hermione, d'abord surprise, s'avança vers la source de cette voix et reconnut Pansy Parkinson adossée contre le mur, les genoux ramenés contre sa poitrine.

- C'est Hermione... Désolé... Je ne pensais pas qu'il y aurait quelqu'un à cette heure-ci... Bafouilla la Gryffondor en effaçant les larmes qui coulaient sur ses joues d'un revers de main.

Un silence s'installa entre les deux jeunes femmes.

- Je vais m'en aller... Reprit Hermione en faisant demi-tour.

Elle ne voulait pas risquer une dispute entre elles, se sentant bien trop mal et fatiguée pour avoir la force de répliquer.

- Tu peux rester... Ca m'est bien égal... Reprit la Serpentarde en dardant sur elle son regard.

Hermione hésita puis se ravisa finalement. Elle n'avait jamais vraiment prit le temps de faire connaissance avec la jolie brune, bien que cela faisait six années qu'elles partageaient la même école ainsi que les mêmes cours. Elle était d'ailleurs assez discrète en cours. Hermione se demanda si elle ne l'avait jamais entendue participer ...
Avec hésitation, elle s'installa contre le mur, à quelques centimètres de Pansy.

-Pourquoi n'es-tu pas dans la grande salle avec tout le monde ? Demanda la serpentarde en tournant son visage vers elle.
- Je pourrai te retourner la même question. Répondit Hermione en ramenant elle aussi ses jambes contre sa poitrine en quête d'une source de chaleur.
- J'aime la solitude, et puis les Serpentards ne sont pas les personnes les plus attentives et les plus compréhensives, hormis Draco... Mais parfois j'aime me recueillir seule, ça m'aide à organiser mes pensées, à me retrouver.

Elle s'arrêta quelques secondes et ricana.

- Je ne vois même pas pourquoi je te raconte tout ça... Tu dois me prendre pour une folle... Ajouta-t-il en ricanant nerveusement.
- J'aime aussi la solitude. Avant, j'aimais me confier à mes amis mais Ron m'insupporte et Harry est ... Différent. Dit-elle pour seule réponse, se confiant à son tours pour installer une sorte de climat amical.
- Ron t'insupporte ? Je croyais pourtant qu'il était ton petit copain...
- Ron, mon petit copain ? Certainement pas... Il est trop immature et de toute manière il ne s'intéresse qu'à Lavande Brown. Répondit Hermione en prononçant le nom de la Gryffondor avec mépris.

Un silence s'installa entre les deux jeunes femmes.

- Et toi, avec Draco ? Reprit timidement la Gryffondor pour poursuivre un semblant de conversation.
- Comment ça ? Redemanda la brune en fronçant les sourcils, n'ayant pas saisie l'allusion.
- Eh bien, ça se passe bien entre vous deux... ? Dit Hermione mal-à-l'aise en voyant la réaction de la brune, pensant avoir rompu le contact.
- Parce que tu crois que je suis avec lui ?! S'étrangla pratiquement Pansy.
- Eh bien je croyais... Mais d'après ta réaction il semblerait que non... Reprit-elle en lui souriant.

Pansy lui rendit son sourire et répondit:
- Non... Nous sommes juste de très bon amis. Et de tout manière Draco est ... Enfin, il est trop fier et hautain.

Un long silence prit place entre les deux jeunes femmes et cette fois-ci, aucune ne voulu rompre l'instant de calme que seul le soufflement du vent troublait.

Ce fut finalement Pansy qui se leva la première.

- Ce fut un plaisir de bavarder avec toi, Granger. Dit-elle seulement avant de disparaître dans les dédales du sombre escalier. La porte se ferma en bruyant claquement.

- Ce fut aussi un plaisir, Parkinson. Finit-elle par lâcher, le regard nu de toutes émotions.

Le fait d'avoir eut une conversation normale avec cette Serpentarde la troublait, la laissait hagarde. Cette jeune femme qui était accrochée au bras de Draco Malfoy, minaudant et pouffant à chacune de ses remarques, méprisant plus que tout les Gryffondors n'était pas la jeune femme à qui elle venait de parler. Il s'agissait d'une femme effacée, triste, morne et lasse. Un peu comme elle. Peut-être était-ce là l'unique raison de cette conversation. Un peu de réconfort avec une fille subissant les mêmes questionnements, ressentant les mêmes sentiments.
Toujours est-il que cette conversation l'avait ôtée d'un poids, soulagée.

Elle se leva difficilement (le froid ayant engourdit ses membres) et redescendit les marches de la tour d'astronomie et regagna sa salle commune. Le repas de la grande salle venait de se cloturer puisque le couloir était remplit d'étudiants regagnant leur salle commune. Hermione s'engouffra dans le trou camouflé derrière le portrait et s'installa sur le divan au rambourement confortable faisant face à la cheminé.

Ses yeux inexpressifs s'étaient accrochés aux mouvements des flammes tandis que ses pensées s'étaient retournées vers sa récente conversation. Pour une raison qu'elle ignorait, elle n'arrivait pas à se sortir cette conversation, et encore moins le regard que la Serpentarde avait dardé sur elle. Un regard amical, sympathique et morose. Ses pensées l'absorbait tellement qu'elle ne remarqua même pas que son meilleur ami, le bien connu survivant s'installa à ses côtés. Elle se repassait en boucle tous les échecs de sa vie, la lettre que sa mère lui avait envoyée, lui annonçant la rupture du couple de ses parents et d'autres choses, encore plus futiles et stupides qui s'étaient cependant amoncelés et avait finit par étouffer la gryffondor.

- Hermione ? Dit-il doucement en voyant le regard effacé de la jolie châtaine.
- Oui ? Répondit-elle sans même accorder un regard au brun.
- Je vois bien que tu ne vas pas bien... Que se passe-t-il ? Reprit Harry en se penchant vers elle.

Un silence servit à Harry de réponse. Hermione quitta enfin des yeux les bûches embrasés et tourna ses prunelles noisettes embuées de larmes vers son meilleur ami.

- Je suis lasse de ma vie, Harry ... Répondit-elle avant de fondre en larme et de se blottir dans les bras de son ami surpris mais qui finit par resserrer son étreinte autour d'elle.

A l'opposé du château, la même scène se déroulait entre Pansy et Draco. Mais cette fois-ci, les rôles étaient inversés. C'était le blond qui s'était blottit contre sa meilleure ami, cachés dans la chambre de préfet de ce dernier, et pleurait de tout son soûl.

- Draco... Je ne supporte pas de te voir pleurer... Arrête s'il te plait... L'implorait la brune en déposant sur sa joue un doux baiser.
- Je ne supporte plus ces disputes avec lui...
- Ne te rends pas malade pour lui... Draco, sors-le toi de la tête...

Draco se redressa et fixa sa meilleure amie de ses yeux ombragés.

- Je ne peux pas... J'aimerai, mais je n'y arrive pas. Chaque jour, je ne peux m'empêcher de le détailler scrupuleusement du regard et le voir proche de Granger me rends malade... Potter m'obsède. Et je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour qu'il m'appartienne.
End Notes:
Ne me blâmez pas pour ce premier chapitre que je qualifierais de lent...
Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=31565