S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Harry Potter et la Menace Moldue par Ginny78

[8 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Un chapitre plus sombre mais légèrement plus court.
Allongé dans son lit, ou en tout cas dans la seule chose qu'il pouvait qualifier ainsi, il avait mal. Une douleur atroce lui transperçait la tête depuis plusieurs jours, plusieurs années ... Il se leva. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas eu une bonne nuit de sommeil. Autour de lui tout était sombre. Il sortir sa vieille baguette magique de sa poche et éclaira légèrement la pièce. Il avait cru entendre un bruit, mais ce n'était pas possible. Ils n'avaient pas pu le retrouver, pas ici. Il leva sa baguette au dessus de sa tête afin de mieux voir autour de lui. La pièce était minuscule, il avait à peine la place de s'allonger sur le sol pour dormir, et encore il devait plier les jambes. Les vieux murs blancs étaient craquelés de partout et une odeur de moisi infestait les lieux. Sur le sol, quelques bouts de tissus qui lui servaient de couvertures formaient une boule dans un coin de la pièce. Il n'avait comme meuble qu'une antique chaise dont un des pieds était trop court et sur laquelle il ne s'asseyait jamais de peur qu'elle ne se casse. Ses vêtements étaient sales et déchirés, il ne s'était pas changé depuis une éternité. Sa barbe avait bien poussé durant toutes ces années et il avait à présent l'air d'un vieil ermite. Doucement, il s'approcha de la porte en tendant l'oreille. Il n'y avait plus aucun bruit, avait-il rêvé ?
Etait-il en train de devenir fou ? Il repensa à cet enfant, qui était-il vraiment ? Tout était confus dans son esprit, il ne se souvenait plus très bien de la journée précédente. Il avait surement bu.
Tout ce qu'il savait, c'était qu'il était un rescapé, un survivant. Il n'était sûr que d'une chose, il devait le tuer. Pour la venger elle.
Peu à peu ses idées commençaient à se réunir et à former des pensées cohérentes. Il marcha de long en large dans la pièce, malgré le peu d'espace qu'il avait. Une bouteille, il lui fallait une bouteille. C'était la seule chose qui pourrait l'aider à se souvenir. En tout cas, c'est ce dont il essayait de se convaincre. Tout à coup, il entendit à nouveau du bruit. Il prit de l'élan et donna un violent coup de pied dans la vieille porte qui tomba sous le choc. Mais il n'y avait personne, en tout cas pas de sorcier. Quelque chose frôla soudain sa jambe. Il sursauta brusquement et tendit sa baguette. Un rongeur le regardait fixement de ses petits yeux noirs. Ses lèvres formèrent un rictus méprisant.

- Endoloris !

La pauvre bête se tordit de douleur dans les airs, poussant des petits cris perçants. Mais il n'en avait que faire. Il sourit. Ce besoin de faire du mal, cette haine lui rappelait quelqu'un. Quelqu'un qu'il avait perdu. Il poussa un énorme cri de rage.

- Avada Kedavra !

La corps de la souris atteignit le sol tout doucement. Il passa quelques instants à l'observer, son visage était figé. Il l'avait tué. Et à présent, il avait quelqu'un d'autre à tuer. Tout était clair dans son esprit à présent. Il savait ce qu'il lui restait à faire. Mais il ne pouvait pas transplaner, sinon ils le localiseraient tout de suite. Il devrait donc y aller à pied, mais même à pied, il pourraient le reconnaître. Il fallait qu'il se déguise, qu'il masque son identité. Mais la métamorphose n'était pas son fort, en fait il n'était pas très doué en magie. Il n'avait jamais vraiment cherché à étudier. Tout ce qu'il avait appris à faire, c'était faire souffrir les gens. Il avait une idée, il ne lui manquait plus aucun élément. Son plan était prêt, et il ne trouverait le repos que lorsqu'il l'aurait mené à bien.
Il sortit de son appartement miteux. L'immeuble était désert, et même si quelqu'un venait, il s'en serait débarassé sans aucun remord.
Il traversa un couloir mal éclairé. La moquette était couverte de poussière et de cadavres de rats morts. Il vivait dans cet environnement depuis bien trop longtemps. Mais il allait y remédier, c'était ce qu'elle aurait voulu.
Il descendit les escaliers tranquillement, il n'était pas pressé. Sa proie ne pouvait lui échapper. Il ne sortait pas beaucoup de sa cachette. Seulement pour voler de la nourriture en réalité. Il avait passé les 19 dernières années de sa vie à rester caché et à remuer de sombres pensées. A présent tout ça était derrière lui.
Il arriva finalement en bas de l'immeuble. Arrivé dans le hall il s'arrêta quelques instants pour inspecter les lieux. Les vieilles boîtes aux lettres tombaient lamentablement sur le sol. Il détourna les yeux, cette vie précaire n'était pas normale pour une personne de son rang et de son sang. Il posa un regard dédaigneux sur son abri de fortune et sortit à grands pas des lieux.
Arrivé à l'extérieur il n'avait plus droit à l'erreur, un seul faux pas et ils le retrouveraient. Il remonta le col de sa vieille veste le plus haut possible afin de cacher son visage. De toute manière, la rue était déserte. Il n'y avait personne à l'horizon. Tant mieux, cela signifiait qu'ils ne savaient pas où il était. Il traversa la rue à grands enjambées et trouva enfin ce qu'il cherchait. Il pénétra dans la ruelle sombre qu'il avait repéré l'autre jour. La magasin moldu était là. Son enseigne lumineuse clignotait faiblement dans l'obscurité du petit matin. Certaines lettres étaient éteintes et d'autres pendaient misérablement. Il n'y prêta aucun attention et entra. Un moldu aux cheveux grisonnants leva la tête de son magazine et le regarda avec espoir. Il ne devait pas avoir beaucoup de clientèle. La boutique était dans un état épouvantable, presque pire que l'immeuble où il avait vécu. Il s'approcha d'un présentoir et observa avec attention les produits. Il lui fallait quelque chose pour cacher son visage tout en restant assez discret. Il prit d'épaisses lunettes de soleil et les posa sur son nez. Le moldu visiblement heureux d'avoir un client s'approcha de lui avec un grand sourire.

- Elles vous vont à merveille ! s'écria-t-il. Vous voulez que je vous montre autre chose ?

- Je ne t'ai rien demandé sale moldu. Il leva la baguette et l'observa d'un regard froid. Le visage du vieil homme prit une expression étrange. Entre la peur et l'étonnement. Il continua de le fixer quelques instants et détourna son regard. Il devrait le tuer de toute manière, mais pas tout de suite. Il pourrait avoir besoin de lui.

- Va me chercher un long manteau, avec un col, ordonna-t-il, et ammène aussi un de ces trucs que vous utilisez pour vous couper la barbe.

Le vieux vendeur le regarda étonné. Il n'était pas sûr d'avoir bien compris. Mais vu le regard assassin que l'étrange client jetait sur lui, il préféra obéir sans poser de question. Il retourna derrière son comptoir et ouvrit une porte qui était légèrement entrebaillée. Il chercha rapidement dans son minuscule dépôt. Il hésita un instant à appeler la police, mais il avait appris depuis le temps qu'ils arrivaient toujours trop tard. Il trouva enfin ce que le client lui avait demandé: un long manteau noir couvert de poussière et de toiles d'araignée trainait sur une grosse boîte en carton. Il vérifia que le col était assez grand et se mit en quête d'un rasoir. Il était certain d'en avoir un quelque part. Il souleva d'autres cartons, faisant tomber d'antiques cadres photo. Il découvrit enfin le rasoir qu'il avait commandé il y avait au moins deux ans de cela. Il tâcha de le prendre sans faire tomber la vieille pile d'habits qui se trouvait au-dessus. Enfin, après toutes ces aventures il remonta dans son magasin.

- J'ai tout ce que vous m'avez demandé monsieur, informa-t-il en essayant de sourire.

Sans rien dire, l'étrange homme lui prit le manteau et le rasoir des mains.

- Ce sera tout ? Voyons ça doit faire environ ... Le sortilège de la mort le coupa en pleine phrase, sans qu'il ne put jamais calculer l'argent qu'il aurait du recevoir.

Il enleva sa veste rapiécée et enfila le manteau. Il était assez confortable et le col couvrait parfaitement le bas de son visage. Il tâcha ensuite d'utiliser la machine que le moldu lui avait remis. Parvenant à le mettre en marche, il comprit sans trop de problème le système. Il se rasa rapidement sans aucun soin. La colère grandissait petit à petit en lui, et ce besoin de tuer aussi.
Il quitta le magasin sans regarder derrière lui. Il y avait peu de chances que quelqu'un vienne trouver le corps du vieil homme, ce quartier était désert et la ruelle encore plus. La découverte du corps prendrait des jours, peut-être des semaines. Vérifiant que le col était bien placé, il avança dans la ruelle tout en inspectant soigneusement les lieux, mais il n'y avait personne. De toute manière, il tuerait quiconque se placerait sur son chemin, quiconque aurait l'audace d'essayer de l'empêcher d'atteindre son but. Désormais, plus rien ne pouvait l'arrêter. Il avait déjà échoué une fois, mais il ne referait pas la même erreur. Il ne ferait plus confiance à personne à présent. Il pouvait uniquement compter sur lui-même.
L'endroit où il devait se rendre n'était pas très loin, bien qu'il ne pouvait utiliser la magie. Peu importe, il utiliserait les transports moldus si nécessaires. Sortant de la ruelle, il examina la rue. Il savait à quoi ressemblait ce qu'il cherchait. Une voiture traversa soudain la rue. Il sa plaqua brusquement contre un mur. Mais ce n'était rien, elle continua d'avancer jusqu'à tourner à gauche au carrefour suivant. Il décida de suivre le même chemin. Après une vingtaine de minutes de marche il arriva enfin à sa destination. Le métro. Les moldus n'avaient de cesse d'inventer des machines plus étranges les unes que les autres. Il descendit rapidement les marches et arriva sur le quai. Il attendit quelques instants avant que son train n'arrive. Quelques voyageurs à l'air maussade sortirent. Il entra en les bousculant sans leur prêter la moindre attention. Il alla s'asseoir sur un des sièges et laissa tomber sa tête contre la vitre. Le train aussi était en mauvais état, de nombreuses inscriptions avaient été écrites sur les banquettes et les vitres.
Il avait encore de la route jusqu'à son point d'arrivée. Epuisé, il finit par s'endormir, mais ses rêves étaient cauchemardesques, il ne cessait de revoir en boucle les évènements qui étaient arrivés quelques années auparavant. Il remua dans son sommeil et finalement se réveilla en sursaut. Où était-il ? Ah oui, tout lui revenait. Il regarda le nom de la garde à laquelle il était. La suivante était celle où il descendait. Il se leva et alla se placer en face des portes. Cette fois, une foule immense de moldus se précipitèrent à l'intérieur du wagon, le poussant, le tirant. Excédé, il se retint avec difficulté de tous les tuer d'un seul coup. Il ne pouvait se permettre d'attirer l'attention sur lui, en tout cas pour l'instant.
Il parvient à sortir du wagon et sans plus regarder autour de lui quitta la gare. Il savait qu'il habitait tout près d'ici. Il pleuvait à présent sur Londres. De grandes rafales de vent secouaient les abres et fouettaient son visage avec force. Malgré le vent il continua à avancer, décidé. Il tourna à droite, puis à gauche. Allant un peu au hasard de ses pas. Et après de longues recherches, il trouva enfin la maison. Il s'arrêta et se cacha derrière une benne à ordures. L'odeur n'était pas très agréable, mais il avait l'habitude. Il attendit dans le froid des heures, il savait qu'il devrait sortir à un moment ou un autre. Et finalement, lorsqu'il commençait à perdre espoir, il sortit enfin. Un homme aux cheveux en bataille et une jolie femme rousse. Il les suivit du regard tandis qu'ils discutaient gaiement. Et lentement, il avança derrière eux, évitant de se faire remarquer. Il ne devait pas agir tout de suite. Il devait simplement l'espionner pour l'instant et rester discret.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.