S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


R comme Rusard par noix de coco

[7 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Tous les personnages et les lieux sont à JKR, la brillantissime.
Il faisait beau en cette journée de mi-mai. La plupart des élèves de Poudlard étaient sortis dans le parc pour se faire bronzer pour les fans de soleil, réviser pour les plus assidus, ou draguer bien entendu.

On entendait les cris des élèves en train de rire et les bruits de plongeon lorsqu’un courageux osait sauter dans le lac malgré le calamar géant et les autres créatures de l’eau peu ragoûtantes.

Les autres années, Rusard claudiquait dans toutes les directions afin de surveiller la « progéniture » qui avait tendance à faire du grabuge mais cette année là, il s’était fait particulièrement discret. Dans les couloirs il n’y avait plus que Miss Teigne qui miaulait pour avertir son maître et gémissait de frustration car il ne venait plus pour donner aux jeunes turbulents les punitions dont ils raffolaient pourtant. Plusieurs élèves avaient eu des problèmes lorsqu’ils avaient tenté d’aller dans la Forêt Interdite, attaqués férocement par les enfants et les petits-enfants d’Aragog, acromentule préférée de Hagrid qui avait été prévenu par un centaure que des jeunes intrépides risquaient de se faire dévorer s’il n’intervenait pas dans les minutes à suivre.

Cette année là, Rusard s’était caché dans la bibliothèque sous prétexte de surveiller les élèves présents dans la journée. Bien entendu, aucun n’aurait eu la saugrenue idée de faire une bêtise en présence de la bibliothécaire et du concierge. En fait personne ne travaillait car tout le monde avait le regard tourné sur le couple qui discutait derrière le bureau. Depuis quand ils discutaient ? Oh ! Eh bien, depuis qu’elle lui avait avouée qu’elle se sentait attirée par lui. Devinez qui avait heureusement tendu l’oreille ce jour magique. Un petit rouquin un peu fripon nommé Fred, le fils de George Weasley qui avait hérité des dons de son père et de feu son oncle pour écouter aux portes.

C’était en début d’année scolaire, en octobre précisément. La nouvelle s’était répandue aussi vite qu’un feu de paille. En précisément, deux heures, vingt six minutes et cinquante-cinq secondes, quatre dixième la nouvelle était remontée jusqu’aux oreilles de Filius Flitwick, actuel directeur de Poudlard et de son ami de toujours, Albus Dumbledore qui avait bien manqué en recracher son bonbon au citron dans son tableau. Inutile de préciser que le reste du château était au courant : que ce soient les professeurs, les élèves, les fantômes, mais également les elfes, les tableaux et les armures. Peeves et Fred avaient fait du bon travail, tout le monde savait que Madame Pince s’était déclarée à l’affreux Rusard, le cracmol le plus célèbre peut-être pour ses punitions ignobles et sa paranoïa affligeante. Comme si tous les Weasley étaient des petits sauvageons ! Vous croyez qu’ils le sont ? Ah mince, ce n’était pas le bon exemple alors. Bref, revenons à nos moutons.

Argus et Irma étaient donc dans la bibliothèque en train de roucouler car c’est effectivement le bruit que l’on percevait de loin et les élèves s’en donnaient à cœur joie. Les plus téméraires étaient même entrés dans la Réserve de la bibliothèque où ils avaient découverts des livres fort intéressants, certains traitaient de magie noire mais aussi de magie blanche, il y avait un fameux livre portant sur les Horcruxes, livre qui avait failli provoquer la fin du monde magique bien des années auparavant. Mais il y avait aussi toute une collection de livres érotiques. Il y avait le Kama Sutra traditionnel des sorciers mais aussi les tomes édités par Fred Weasley « le Kama Sutra pour les sorciers débutants, les confirmés, les nuls, les incapables, les gay, les lesbiennes et les bisexuels, les cracmols. »
Tout un programme qui réjouissait les plus âgés.

Puisque la bibliothécaire était trop occupée à faire des avances à son homme, les élèves faisaient sortir les livres pour le plus grand bonheur des sixième et septième années qui se faisait plaisir la nuit, au détriment des cours le jour. Les habitués de cette partie réservée aux adultes avaient pu remarquer que les tomes « pour les Cracmols» et « pour les incapables » avaient disparus des rayons et cela faisait bien rire les élèves.

Ce jour là, la bibliothèque était pleine, les élèves s’entassaient autour des tables dans l’espoir de voir les deux amoureux se bécoter enfin. Jamais jusqu’à maintenant ils n’avaient osé franchir ce cap important dans la vie d’un couple, le premier baiser. A un moment, alors que tout le monde désespérait de voir ce que tous attendaient depuis plusieurs jours, Argus se pencha vers sa dulcinée et posa ses lèvres sèches et inexpérimentées sur celles fines, voire même inexistantes de sa compagne.
Celle-ci, surprise, ouvrit grand la bouche, manquant avaler la langue gluante qui tentait de forcer sa bouche et donna un coup de dents assez violent dans ladite langue. Blessé, l’homme vexé se mit à souffler encore plus fort que d’habitude, au point que la rumeur dira bien des années plus tard que c’est le souffle d’un Boutefeu Chinois qui fut ressenti par les témoins. Ceux qui étaient les plus proches virent d’ailleurs plusieurs déjections nasales tomber directement dans l’antre béant et desséché de la vieille harpie.

Un ricanement retentissant se fit entendre dans la bibliothèque et le cracmol en sortit profondément outré. Il grommela des insultes et promis des punitions à « tous ces jeunes qui se permettent de se moquer des couples ». Fred qui avait mis au point un roulement avec ses amis afin de suivre le vieil acariâtre, sortit à sa suite avec d’autres compères tandis que le reste du petit groupe restait assis bien tranquillement à faire semblant de chercher des renseignements dans les livres de la bibliothèque pour finir un devoir de métamorphose.
Rusard se dirigea vers son bureau étroit et Fred, sortant de sa poche un Œil-à-rallonge, regarda à travers la porte. Il y vit l’homme sortir de son bureau des chaînes et une paire de menottes. Ensuite il se cacha car Rusard ressortait précipitamment de son bureau et se dirigeait vers les appartements de Madame Pince.

Pendant qu’il briquait ses chaînes qui n’avaient jamais eu le temps de rouiller tant il les avait entretenues, la femme sortait de la bibliothèque après avoir mis à la porte tous les élèves assidus. Fred, caché sous une cape d’invisibilité momentanée de son père avec ses amis, attendit que le couple entre dans la pièce pour sortir les Yeux-à-rallonge. Ils collèrent la petite ventouse à leur œil et regardèrent au travers de la porte.

Ils découvrirent leur concierge tant haït en train de déshabiller sa compagne. Si les jeunes s’étaient attendus à un peu de charme, ils s’étaient fourrés leur baguette jusqu’à la rétine car ils virent Rusard ligoter la bibliothécaire à l’aide des chaînes. Ensuite, il la pendouilla comme un cochon que l’on égorge, pattes en l’air, cul en bas. Il s’en approcha avec toute la vicissitude qu’il contenait. Les adolescents qui avaient ajouté à leur panoplie de parfaits petits voyeurs les Oreilles-à-rallonge purent nettement entendre le couple grogner comme des animaux lorsqu’il sortit de sa poche une petite lanière de cuir et qu’il l’abattit sur le dos de la pendue. Les jeunes se regardèrent, vaguement dégoûtés mais ils reprirent leur posture.
Rusard se jeta sur sa proie frémissante et la mordit violemment dans le gras des cuisses, la faisant pousser un petit cri de goret. Ensuite il promena ses sales pattes sur tout le corps tendu et froid qui s’offrait à lui, la faisant frémir et gémir sans la moindre pudeur.

Il fit claquer à nouveau sa lanière dans les airs et la femme se tendit à cause de la peur qui commençait à l’envahir. Elle ne pouvait même pas se rappeler de sa première fois si première fois il y avait eu et elle avait toujours choisit des impuissants, son fantasme, pour se retrouver attachée et pénétrée par des objets impropres à ce genre d’actes. Argus ne semblait pas prêt à la faire jouir alors elle agita son derrière squelettique sous son nez dans l’espoir de le convaincre. Il passa en dessous d’elle et il la lécha.
Les jeunes qui observaient, estomaqués, virent un filament de salive se tendre encore et encore entre le corps et la bouche. Ils avaient l’impression de voir un veracrasse se promener sur sa feuille de laitue. Cela semblait aussi dégoûtant et gluant. Seule Madame Pince semblait apprécier ce genre de caresses puisqu’elle continuait à frétiller et à couiner. L’un des compagnons de surveillance de Fred se dégagea et courut vomir son dégoût un peu plus loin dans un couloir.

Fred regarda ses trois autres amis et deux d’entre eux firent une profonde grimace et sortit à son tour. Les autres continuaient à observer la scène qui se déroulait sous les yeux. Madame Pince entièrement dénudée était particulièrement peu appétissante et voir le concierge lui faire des caresses était particulièrement immonde.

Alors que Rusard déliait sa prisonnière après avoir enlevé son pantalon, quelqu’un se prit les pieds dans leur cape. Stupéfait, les deux jeunes gens levèrent la tête vers le gêneur et poussèrent un long soupir de désespoir lorsqu’ils virent une grande cape noire tourbillonner autour d’eux avec fureur.
Levant un peu plus le regard, ils tombèrent sur le visage du propriétaire de la cape : le professeur Rogue qui paraissait particulièrement mal luné. Avant même qu’il ne se mette à les punir, Fred tendit une Rallonge afin que l’homme puisse lui aussi voir ce qu’ils observaient depuis maintenant une petite demi-heure.

« Qu’est-ce-que vous espérez jeunes gens ? M’amadouer ? »

Fred prit la parole et murmura :

« Non, nous attendons votre punition mais vous devriez voir ce qu’il se passe Professeur dans les appartements de Madame Pince. »

La voix se fit cinglante lorsqu’il répondit que la vie de Madame Pince ne le regardait ab-so-lu-ment pas mais mû par une soudaine envie de voyeurisme, il tendit la main et arracha presque la Rallonge que Fred lui tendait.
Il la vissa sur son œil droit et il découvrit le concierge en train de forniquer sur le sol avec la bibliothécaire. Dégoûté, il rejeta loin devant lui l’objet qui s’était collé à son œil et se frotta les yeux comme si l’image était encore inscrite sur sa rétine.

Il se releva, attrapa chacun des jeunes gens par l’oreille et les emmena jusqu’au bureau du directeur, lequel les remercia pour leur prévoyance et les pria de retourner à leurs dortoirs.

Choqué, Rogue commença par hoqueter,
« Mais Filius, vous les laissez repartir ainsi alors qu’ils espionnaient le personnel ?
-Oh que oui, je devrais même les remercier, il y a plusieurs jours, Albus et moi avions parié qui découvrirait en premier cette scène. Il se trouve que j’ai gagné. Je vous remercie Severus. »


Ledit professeur ressortit de la pièce aussi vite qu’il en était entré et se dit que les directeurs étaient complètement fous de nos jours.
Note de fin de chapitre :

Voilà encore une histoire. j'espère qu'elle vous plaira. Si c'est le cas ou si au contraire, vous ne l'aimez pas, laissez moi une review. Biz' à tous.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.