S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

32ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 32e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 18 février à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits en ce mois de Saint-Valentin. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic. A très bientôt !

 


De Les Nuits le 06/02/2023 15:45


128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Harry Potter et la reconstruction du monde magique par Emaxyo

[64 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Merci Kyozan de ton soutien :)
L'été touchait déjà à sa fin. Harry partageait son temps entre l'AD, l'ordre de Merlin qui l'avait occupé un certain temps en raison de sa proposition qu'il devait particulièrement suivre puisqu'étant sienne, et l'école. En effet, en raison des travaux qui devaient absolument se terminer avant la rentrée, les professeurs, préfets et tout le personnel, déjà bien amputé de moitié en raison des elfes à la prison, devait travailler dur afin de terminer de réhabiliter toute l'aile ouest du château, le reste ayant été déjà remit en état. Le ministère avait bien sûr fournit les enchanteurs et artisans pour remonter les murs, mais il fallait surtout recréer et renforcer les protections, ce que seuls les membres de l'école étaient habilités à faire.
Un appel avait été effectué dans tout le pays pour chercher un nouveau bataillon d'elfes complet pour l'école, ils arriveraient la veille de la rentrée. Mc Gonagall avait même contactée ses homologues français pour la dizaine d'elfes encore manquants, si bien que tout se présentait bien de ce point de vue là.
La semaine passée, tous les professeurs, dont Harry et Neville, accompagnés d'un centaure, d'un elfe de maison, d'une sirène du lac et d'un gobelin de Gringotts c'étaient rassemblés au centre de la grande salle afin de renforcer la protection magique autour de l'école et du parc. Face à la menace des détraqueurs, il ne fallait courir aucun risque, et après l'attaque que l'école avait subie, un rajeunissement du bouclier n'était pas un luxe. Une longue série d'incantations les avaient occupés durant tout l'après-midi. Harry s'était un peu perdu face à une telle complexité, mais il y avait de quoi être rassuré. Finalement, lorsqu'ils terminèrent enfin d'appliquer différents sorts, une vibration se fit sentir dans l'air, et une douce sensation de chaleur s'empara de tous. Tout était en place.
Au moins, il avait également apprit autre chose, les gobelins n'étaient pas trop hostiles à son égard, malgré la fuite chaotique de la banque quelques semaines plus tôt. Et heureusement, le petit coffre Square Grimmaurd était désormais presque vidé par les dépenses pour réaménager sa maison, il fallait retourner à la banque bientôt.
Mais quelque chose surtout avait changé, son histoire chaotique avec Ginny. Celle-ci, qui en avait prit marre d'attendre, et de façon justifiée, que Harry reprenne enfin leur histoire, avait préférée s'éloigner de lui. Elle l'avait attendu assez longtemps jusqu'à maintenant, aussi, même si elle venait toujours autant qu'avant, il n'y avait plus aucune ambiguité. Les premiers jours, il s'en était voulu, c'est vrai qu'il l'avait oubliée depuis la chute de Voldemort, il n'avait pas beaucoup de temps à lui accorder, et il s'était rendu à l'évidence qu'il n'en cherchait plus. Finalement c'était mieux ainsi.

Depuis la dernière attaque, les détraqueurs ne s'étaient pas montré. Un sentiment d'attente dans l'angoisse était tombé sur les membres de l'AD, autant soulagés pour l'instant présent qu'inquiets de ce silence anormal étant donné la situation.
Il y avait bien eu quelques témoignages de moldus que les gens prenaient pour fous déclarant avoir connu un froid glacial en plein mois d'aout, avoir vu l'espace de quelques minutes leur piscine ou leur verre d'eau se glacer, avoir ressenti un immense désespoir, mais il n'y avait pas eu d'attaque. Le ministère jetait quelques sortilèges d'oubliette, et passait à autre chose, faute de mieux. D'après l'ordre de Merlin, les négociations n'avaient pas avancé. Plus aucune réponse n'était arrivée depuis le nord de l'écosse. De même, les mangemorts n'avaient pas été revu, si bien que la communauté des sorciers commençait à se dire que c'était sans doute bel et bien terminé. Alors que la méfiance de beaucoup s'endormait confortablement, la veille de la rentrée arriva enfin.
Harry venait de transplaner pour rentrer chez lui, depuis Pré-au-Lard. Cette longue journée était enfin terminée, et tout était prêt à l'école pour accueillir les élèves, et être à la hauteur de l'arrivée des élèves français.
- Pas encore couché ?


- Je trouvais ça dommage qu'après des journées pareilles, tu n'es qu'à aller te coucher sans voir personne, répondit Thibaut, installé dans la cuisine, la baguette à la main. Et puis, je risque de mal dormir cette nuit alors bon...
- Ah, c'est vrai, ta première rentrée ici. J'étais pas très rassuré je me souviens, et si j'avais su tout ce qui m'attendait... murmura t-il en s'installant pour manger un morceau.
- Faut dire que toi aussi...
- Oui bon... maugréa Harry, tu faisais quoi avec ta baguette ?
- Bo, je revoyais quelques petites choses que vous m'avez apprit cet été, très efficace, en quelques semaines j'ai assimilé vraiment beaucoup de trucs utiles.
- Oui tu es plutôt rapide, ça va te faciliter un peu la tâche en cours de DFCM, ou ça nous permettra de t'apprendre des trucs moins évident, il va y avoir des groupes de niveau pour que tout le monde progresse sans être largué ou freiné. Je suis sûr que Julie va nous apprendre plein de choses.
- Pas toi si tu suis les mêmes cours que nous.
- Tu me surestimes pas mal Thib, articula Harry entre deux bouchées de tarte à la citrouille. On devrait monter, dit-il en terminant sa part, demain ça va être un peu long.
- Merci, d'avoir attendu, murmura Harry alors qu'ils arrivaient vers sa chambre.
- Euh, Harry... ?
- Qu'est ce qu'il y a ?
- ça t'ennuie si je reste un peu avec toi ?
- Non non, répondit le jeune homme un peu étonné. Et puis il y a encore l'autre lit dans ma chambre si tu veux.
- Non, c'est juste, un peu... mais toi mets toi au lit.
Ils discutèrent un peu, puis s'endormirent sans même s'en rendre compte, Thibaut était finalement dans le deuxième lit.
Au milieu de la nuit, Harry fut réveillé en sursaut par des cris et des gémissements. Il lui fallu quelques instants avant de relâcher ses doigts crispés sur sa baguette pour se rendre compte que c'était Thibaut, sans doute en lutte à un cauchemar. Il se leva dans un grognement, mais sans aucune rancune, après tout, il était bien placé pour comprendre que les nuits délicates étaient tout sauf simple à gérer. Le jeune homme avait des sueurs froides et remuait la tête, son visage se crispait. Voilà pourquoi il n'avait pas envie de rester seul la nuit, pensa Harry.
- Thib, murmura t-il en lui prenant la main, c'est Harry.
De son autre main, il se résolu à lui secouer un peu l'épaule, pour le sortir de ce mauvais rêve. Rien n'y faisait. Il n'y avait qu'une chose à faire, tenter de le rassurer, puisqu'il ne semblait pouvoir revenir par une intervention extérieure. Il commençait à s'inquiéter. Il s'assit dans son lit, à côté de lui, le berçant légèrement en l'entourant de ses bras, en murmurant quelques mots. Il fallut un certain temps avant qu'il se calme, mais alors que Harry allait retourner se coucher, Thibaut resserra la main du jeune homme qui le tenait toujours. Il devait se résoudre à rester là cette nuit. Devant cette détresse, personne ne lui aurait refusé ça, et puis, si Harry avait eu une présence rassurante à ses côtés quand il rêvait, peut-être que les choses auraient été plus simples.
Quand il se réveilla quelques heures plus tard, sous les coups de ce maudit réveille frappeur que Hermione avait brillamment installé la veille sans qu'il le sache, Thibaut ouvrait les yeux, très étonné de se retrouver si proche du jeune homme.
- Désolé, bredouilla Harry en s'asseyant, et en lâchant brusquement la main de Thib, mais cette nuit tu as... et quand j'ai voulu me recoucher... enfin bref...
- Oh... d'accord je vois, dit Thibaut en rougissant, désolé... je voulais pas t'imposer ça, mais j'espérais que ça arriverait pas tu vois...
- Tu fais ça depuis combien de temps ?
- Une semaine, mais je me souviens pas de grand chose en me réveillant...
- Si tu veux en parler un peu hésite pas, dit Harry en quittant à regret la chaleur de la couette, et la présence du jeune homme à côté de lui, qui l'avait peut être rassuré dans son sommeil à lui aussi.
- Merci en tout cas Harry.
- ... Allez, dépêchons nous si tu veux pas subir les foudres de Hermione, conclu Harry gêné en prenant ses affaires avant de s'enfermer dans la salle de bain.

- Dépêchez vous un peu ! ne cessait de dire Hermione alors qu'ils traversaient la gare au pas de course, je vous rappelle que je suis préfète en chef, et que je dois arriver avant tout le monde, tout comme toi Harry, étant donné ton statu ! Je suis sûre que Neville est déjà là lui. On va encore perdre un temps fou pour ne pas se faire remarquer en passant !
- ça va Herm, bougonna Ron.
Mais il y avait des moments où il ne fallait pas tenter de dire ce genre de choses à la jeune fille, et ils étaient précisément dans un de ceux là. Aussi une réponse cinglante s'annonçait sur ses lèvres, qui aurait surgit et mordu tout le groupe si un coup d'épaule ne l'avait pas complètement déstabilisée. Drago Malfoy venait de surgir et de passer en un coup de vent pour aller vers la voix 9 3/4
Personne n'eut le temps ni la présence d'esprit de répondre, tant sa venue avait été rapide et inattendue.

Quelques minutes plus tard ils étaient devant le train, sur le quai. Harry et Hermione abandonnèrent les autres qui avaient la difficile tâche de trouver un compartiment tranquille qui ne verrait pas des hordes d'élèves curieux observer à travers les vitres.
Plusieurs aurors étaient présents sur le quai discrètement. Des membres de l'AD étaient arrivés également depuis une dizaine de minutes, à la demande de Harry, au cas où...
Mais finalement, une demi heure plus tard, le train partait. Julie Duchong et deux aurors avaient été nommés à la sécurité du train, en plus des membres de l'AD encore scolarisés sur lesquels tout le monde comptait de façon tout à fait officieuse, et non dite, puisque normalement, le groupe était dissolu.
Harry et Hermione étaient retournés dans leur compartiment, occupé par Neville, Thibaut, Luna, Ginny et Ron, chargeant les préfets de 6ème année de s'occuper de surveiller les élèves, au plus grand plaisir d'Hermione, ravie de pouvoir déléguer cette tâche.
Alors que midi approchait, un silence anormal commença à s'insinuer dans les wagons, quelque chose de pesant et lourd de sens. Un changement commença à se faire sentir dans l'atmosphère, quelque chose de si léger d'abord, qu'on y fait pas vraiment attention, qui vous enroule de loin d'abord, et se resserre quand vous en prenez conscience.
Thibaut fut le premier à le sentir.
- Harry, murmura t-il en commençant à trembler, il se passe quelque chose. Il pâlissait à vu d'oeil.
- Moi aussi je le sens, répondit-il alors qu'une angoisse commençait à naître en lui. Un frisson dû à une petite baisse de température parcouru le compartiment. Ok, dit Harry en se levant. Hermione, va à l'avant, et renvoie tous ceux qui sortent dans leur compartiment. Le train ne doit pas s'arrêter. Ron, Neville, Luna, à l'arrière, Ginny, accompagne Hermione. Je préviens tout le monde par les portraits, Thibaut et moi on patrouille dans le milieu du train. Lancez vos patronus patrouiller les couloirs et visiter les compartiments. Et ne laissez personne en sortir , ce serait plus gérable. On y va !
Harry attendit un instant avant de sortir à son tour, le temps de transmettre les informations aux portraits. Puis il sortit à la suite de Thibaut, et des patronus qui commençaient à parcourir le train à vive allure, alors que l'angoisse commençait à emprisonner les esprits de tous.
Des images apparaissaient dans son esprit, des lumières vertes, Cédric, George, et tellement d'autres, qui tombent, le regard vide. Il se laissait emporté, là, debout, sans bouger au milieu du couloir.
- Harry !
Des bras venaient de lui secouer les épaules, puis il trouva des yeux inquiets en face de lui.
- Hé Harry ! On a besoin de toi, j'ai besoin de toi, lui asséna Thibaut sans le lâcher.
D'un seul coup, tout revint à lui.
- Excuse moi.
- SPERO PATRONUM ! cria t-il en faisant apparaître un grand cerf qui lui redonna toute suite un sentiment de chaleur.
Peu après, un lion apparut dans un éclair d'argent derrière lui, partant à l'opposé du cerf, afin de couvrir à deux plus d'espace.
- Joli patronus !
- J'arrivais pas à le faire apparaître pour t'aider, en te voyant comme ça...
- Allez dépêchons. Toi, ça va aller ?
- Maintenant oui.
- On passe dans tous les compartiments, pour rassurer et voir si ça va. Commence par l'autre bout, on fera le wagon suivant après. Et dis leur de rester dedans, dit-il en voyant quelques élèves ouvrir les portes. Ah ! Et ferme les rideaux, ajouta t-il en voyant des ombres passer près des fenêtres. Pas la peine de paniquer un peu plus tout le monde.
Quand Harry ouvrit le premier compartiment, il comprit que la tâche ne serait pas simple. Malgré la dizaine de patronus qui parcourait le train désormais, les effets des détraqueurs atteignaient les élèves. Il trouva notamment un groupe de premières années tétanisés auprès de qui il dû rester quelques minutes en distribuant une quantité de chocolat qu'il ne supposait même pas avoir dans ses poches.
Quand il referma la porte, ce qu'il voyait devant les vitres lui glaça le sang. La quantité d'ombres empêchait toute lumière de filtrer, le froid devenait mordant, et malgré les patronus, étant donné la quantité des créatures, le désespoir minait tout le monde.
Il ouvrit très vite le compartiment suivant.
- Toi, dit-il en s'adressant à un cinquième année un peu pâle. Est-ce que tu te sens capable de transmettre un message ?
- Oui, répondit celui-ci, mais pas seul.
- Ok, l'un de vous l'accompagne. Vite, les pressa t-il.
Alors qu'une jeune fille se levait, il griffonna sur un parchemin qu'il leur transmit les directives pour les deux derniers wagons, les quitter.
- Comment vous vous appelez ? leur demanda t-il avant qu'ils ne partent.
- Sarah et Jules.
- Ok, alors Sarah et Jules je compte sur vous, on se voit tout à l'heure, faites vite.
La situation allait être difficile. Thibaut était déjà parti dans le wagon suivant. Alors qu'il allait partir lui aussi, une porte s'ouvrit, laissant passer un serpentard qu'il connaissait bien. Celui-ci lui tournait le dos et semblait murmurer quelque chose. Aussitôt, des dizaines de petites boules de flammes bleues apparurent devant lui, éclairant le wagon bien trop sombre, et dégageant une forte chaleur par leur nombre. D'un geste de baguette, elles partirent se disperser dans le train. Tout se passait très vite. Des soupirs de soulagement semblaient les accueillir. Harry également senti une différence, la lumière et la chaleur apportait un certain espoir.
- Malfoy ?? demanda Harry abasourdi.
- Quoi Potter, t'as un problème ? demanda t-il en lançant vers les autres wagons une nouvelle série de boules de feu.
- Tu fais quoi ? dit-il d'une voix blanche.
- Ce que je peux. Et je suis sûr que dans ce merdier, t'as assez de choses à faire que discuter, alors fait ce que t'as à faire et je fais pareil.
Il faudrait qu'il voit ça après, il avait effectivement autre chose à faire que de s'étonner de Malfoy. Alors qu'il se retournait pour repartir, il l'entendit murmurer "spero patronum". Peut après, un aigle argenté le précédait dans le train.
Voyant cela, il n'hésita pas, toute force était la bienvenue, la situation était trop intenable pour faire le difficile.
- Malfoy, lui dit-il en le regardant, ça craint. On est seuls, on doit tenir jusqu'à la gare, là la protection de l'école nous sauvera. Avant il faut tenir. On évacue l'arrière pour mieux protéger les élèves.
Il reparti sans laisser le temps de répondre au serpentard.

Des élèves commençaient à remonter rapidement les wagons, regardant avec horreur ce qu'il se passait dehors.
- Dépêchez vous, entendait-on plus loin. Ron poussait les élèves sans ménagement.
Harry se dirigea très vite vers l'avant du train, il fallait parler au haut parleur pour que tout le train l'entende.
- Plus tard, répondait-il à tous ceux qui lui demandaient ce qu'il se passait quand il arrivait.
Lorsqu'il arriva enfin, croisant les aurors et Julie, eux aussi en train de diriger leurs patronus, qu'ils avaient envoyer sur le toit des wagons, pour repousser tous ceux qui s'approchaient trop, il prit directement le micro.
- Ok alors, on procède ainsi, nous évacuons les 3 derniers wagons, les élèves doivent entrer et se répartir dans les compartiments, et s'asseoir à terre si besoin. Tous les élèves, et seulement eux, sachant faire apparaître un patronus, vous sortez dans les couloirs. Gardez les portes des compartiments ouverts. Gardez les rideaux des vitres fermés, et restez prêt des boules de feu. Drago Malfoy est avec nous ne le gênez pas. Et gardez votre calme tout se passera bien. Les autorités sont informées, nous vous tenons au courant.
Les patronus commençaient à épuiser leurs propriétaires. Le train filait à pleine vitesse.
A la fenêtre, Harry vit passer un aigle et un paon qui volaient autour du train, fonçant sur les détraqueurs comme des requins sur un banc de poisson se reformant sitôt passé. D'un geste, Harry envoya son cerf sur le toit, entendant des chocs qui apparaissaient sur celui-ci. Ils commençaient à se poser sur le train. La loutre d'Hermione s'envola elle aussi vers l'extérieur. Quand les 5 derniers wagons furent évacués, et les 10 autres aux compartiments pleins au possible, il s'avéra qu'ils étaient seulement trois par wagon à être capable de faire apparaître la seule défense possible. Tous étaient très pâles, tremblants.
- Hermione, dit-il en la voyant, le conducteur ?
- Les deux aurors s'en chargent.
- Bien. Si tu croise la vendeuse, dis lui de distribuer les chocolats, je réglerai la note si il faut. Fais attention, lui murmura t-il enfin en la regardant dans les yeux.
- Et toi, surveille Thibaut aussi, il avait déjà pas l'air en forme, répondit-elle préoccupée. Mais on tiendra. On le doit.
D'un seul coup, Harry senti ses jambes faiblir.
- Qu'est-ce qu'il y a Harry ?
- Mon patronus... Je vais dans le fond, murmura t-il en s'éloignant très vite, préoccupé, alors qu'il faisait apparaître un nouveau cerf, l'envoyant à nouveau sur les toits. Il demandait à une personne sur deux qu'il croisait d'en faire de même. C'était un combat inégal.
- Ah ! Thibaut, dit-il en le trouvant enfin, particulièrement pâle, si bien que Malfoy avait l'air d'avoir prit un coup de soleil à côté.
- Tu me suis, on va tenir l'arrière. Les détraqueurs vont envahir les derniers wagons, il n'y a plus de patronus dedans. On doit les empêcher d'entrer dans les autres wagons. Tiens, dit-il en lui tendant un morceau de chocolat gros comme son poing, et en en prenant un morceau lui aussi. Une légère douceur l'envahit à nouveau, c'était mieux que rien.
Alors qu'ils arrivaient devant la porte séparant les wagons occupés de ceux vidés, Harry constata que les boules de flammes étaient toujours là. D'un geste, il les redirigea afin d'en attribuer une par personne dans les couloirs.
- ça va aller ?
- Ce sera mieux quand on sera arrivé, mais avec toi je suppose que ça ira.
- J'espère, murmura le survivant plus pour lui.
Un choc fit trembler le wagon. Les vitres du compartiment vide devant eux volèrent en éclat. Une dizaine entrait brusquement.
- Ton lion, vite, murmura Harry en serrant le bras de Thibaut.
A une vitesse folle, le lion parcouru le wagon et arriva devant eux, diffusant au passage un souffle de soulagement autour de lui.
- On est pas en mesure de les attaquer. Tout l'arrière un train a été vérifié il ne reste personne ?
- Personne, j'ai fermé toutes les portes moi même.
- Ok, si on arrive pas à tes retenir de passer ici, on détache les wagons. Mais pas avant, ça les occupe, ça en fait autant de moins autour des autres.
- Ils vont se concentrer ici, dit Malfoy en arrivant. Ils vont vous affaiblir en se relayant pour vous épuiser vous et vos patronus. Écoutez, ils sont au dessus de nous aussi. Ils veulent ce passage, et à la longue ils l'auront.
- Mon cerf arrive.
- J'ai appelé mon aigle, il vole autour lui aussi, mais c'est comme éloigner un essaim de mouches.
- Pourquoi les patronus ne sont pas pas plus efficaces ! Ils devraient fuir.
- Ils font un roulement, je les ai observé. Ils se relaient tout autour du train. Eux aussi s'épuisent, expliqua Malfoy calmement. Ils sont des centaines.
Harry sorti son petit tableau et attendit que son personnage revienne dedans.
- Je te savais pas aussi narcissique Potter, constata t-il dans un rictus.
- La ferme Malfoy. Finalement c'était presque rassurant d'entendre ses petites remarques.
- Des balais sont partis de Londres dès que tu nous as contacté, pour l'instant ils sont une vingtaine en route, il faut tenir en attendant. Nous prévenons l'école, mais eux ne pourront rien faire. Le ministère est en train d'être informé.
- C'est trop long et pas assez, lâcha Malfoy qui était encore à côté.
En effet, les râles de l'autre côté de la porte se faisaient plus nombreux et plus forts, les longues capes noires approchaient doucement, mais approchaient.
- On peut pas faire mieux Malfoy. Il faudra bientôt larguer les wagons.
- Non. Avant on va gagner du temps, il faut leur mettre le feu. D'abord au dernier. Si on fait ça, un grand feu, sa lumière et sa chaleur va les obliger à se concentrer dessus. On va être soulagé quelques temps.
- Tu peux mettre le feu d'ici ? demanda Harry.
- Non. Pas si on veut que ce soit un feu qui puisse leur résister. On doit aller là-bas.
- Bon on a pas le choix. J'y vais avec toi. Thibaut, tu les empêche de passer ici. Un certain nombre va nous suivre toute façon, tu auras moins de pression. Neville ! cria t-il au jeune homme un peu plus loin, vient là. Aide Thibaut à les empêcher de venir, à tout prix, et attendez notre retour.
- C'est parti, lança t-il à Malfoy en le regardant dans les yeux, et envoyant à toute allure son cerf s'engouffrer dans le wagon. Si on s'en sort, on saura que c'est grâce à toi Malfoy.
- Pitié Potter, raya celui-ci.
Harry ouvrit la porte d'un geste et s'engouffra à la suite de son patronus, peu sûr de lui. Ils n'avaient pas le choix. Partout autour ils sentaient leur présence, qui se focalisait sur eux.
Malgré la petite boule de feu bleue, et le patronus, affaiblit, un froid mordant une certaine obscurité régnait dans les couloirs. Ils couraient presque pour atteindre le 5ème et dernier wagon. Ils étaient cernés. Derrière eux, les détraqueurs reprenaient leur place. C'était du suicide.
- Ils nous suivent.
Dans les wagons occupés, la pression avait un peu diminuée, redonnant espoir à leurs occupants, faisant briller un peu plus les patronus. Mais personne ne savait à quel prix.
- Faut qu'on aille plus vite on va se retrouver coincé, le pressa Harry.
- Qu'est ce qu'il y a Potter, on a peur de jouer au héros ? ironisa t-il, pas plus rassuré mais trop fier pour le reconnaître. Sa voix tremblante attestait bien sûr du contraire, mais Harry le remerciait silencieusement de l'effort qu'il faisait pour ne rien en laisser paraître.
- Tant pis on va mettre le feu à l'avant dernier, on peut pas faire mieux, ajouta t-il. Toute façon il se propagera. Et assez vite, prévint-il.
Il ouvrit la porte et s'arrêta.
- Reste derrière, je tiens pas à avoir des problèmes parce que tu t'es brûlé comme un imbécile.
D'un geste rapide et précis, Malfoy fit apparaître d'abord une petite flamme verte, qui se mit à grossir constamment.
- Ils se concentrent pour l'éteindre, murmura t-il, ça va me bouffer faudra m'aider à partir.
Toujours très concentré, Harry l'observa porter sa deuxième main sur sa baguette et donner une nouvelle puissance à la flamme qui d'un coup envahit tout un mur du couloir.
- Encore, murmurait-il en tremblant, luttant contre la force des détraqueurs autour.
Harry savait qu'il ne pouvait pas l'aider. Les flammes qu'il faisait apparaître en temps normal auraient été éteintes dans un simple souffle par les créatures.
- Malfoy faut qu'on parte, cria t-il dans l'urgence en voyant des ombres s'approcher dangereusement derrière eux.
- Une seconde encore...
- On y va maintenant ! asséna le survivant en le tirant par le bras, et en dirigeant le cerf devant eux.
Sans plus de ménagement, il le prit, et voyant la faiblesse qu'avait provoqué l'effort, le soutint tout en accélérant la cadence. Ils étaient entourés de toute part. Le feu derrière eux grondait et se mit à crépiter violemment, éclairent d'une lueur anormale et verte tout l'arrière du train.
- Malfoy appelle ton aigle, on va pas assez vite.
- Pas pu le maintenir, bredouilla t-il...
- Ok, on va faire avec.
Le cerf argenté tenait le coup, chassant encore et toujours les capes noires qui partaient par les fenêtres brisées.
- Plus que deux wagons et on y est, dit Harry autant pour le serpentard que pour lui.
Alors qu'ils devaient ralentir un peu en raison du nombre de détraqueurs devant eux, menaçant, les encerclant de peur et d'impuissance, une explosion derrière eux manifesta sa présence dans un souffle qui vint les pousser brusquement vers l'avant.
Les détraqueurs se reculèrent sous la force du souffle, il fallait en profiter. Harry, supportant une grande partie du poids de son ancien ennemi, fonça. Il ouvrit la porte, il ne restait plus qu'un wagon.

C'est à ce moment là qu'ils sont arrivés. Enfin. Harry regarda par une fenêtre en avançant, le regard attiré par une lumière argentée, bientôt suivie d'autres. Les membres de l'AD arrivaient.
- Les renforts ! cria Harry en traversant en courant le dernier wagon, alors que le cerf, plein d'une nouvelle source d'espoir se mit à briller de tous ces feux.
Ils allaient s'en sortir.

Quand ils poussèrent la dernière porte, Thibaut se jeta littéralement sur eux.
- Vous avez été vraiment long, bredouilla t-il. Mais maintenant on va s'en sortir. Dès que vous êtes partis, on a tous été un peu soulagés de la pression des détraqueurs, ça a redonné le sourire à quelques uns. Et maintenant regarde les balais sont arrivés !
- Dans dix minutes, tu détaches les wagons Thibaut.

Quelques minutes plus tard, Harry était un peu plus vers l'avant du train.
- On arrive à l'école dans une demi heure, sourit Hermione. C'est encore long mais on va y arriver. Qu'est-ce qu'il a ? demanda t-elle en montrant Malfoy.
- Je t'expliquerai plus tard, dit-il en l'asseyant dans un endroit un peu plus sécurisé que vers l'arrière.
- ça va aller Malfoy ?
- Fous moi la paix Potter !
- Je prends ça pour un oui.

L'épuisante résistance dura encore quelques dizaines de minutes, aidée par les membres de l'AD, qui harcelaient de toute part l'essaim sombre. Puis d'un seul coup, plus rien. La lumière revint, éblouissant les yeux, la chaleur aussi. Dehors, tout s'était volatilisé.
Sans plus d'adversaire, les patronus s'évaporèrent également, et sous le choc et l'énergie fournie par cette soudaine rupture et le combat, les sorciers qui les avaient produit s'évanouirent, tombant presque à l'unisson. Ils étaient arrivé dans la zone protégée de Poudlard.

Harry ne mit que quelques minutes à se réveiller. Et bien que faible, il se releva doucement, aidé par les élèves qui étaient restés dans les compartiments, et qui aidaient à présent tous les combattants. Le train venait de s'immobiliser. Sur le quai, Pompresh et les professeurs semblaient au bord de l'hystérie. Mais tous étaient vivants.
Les membres de l'AD n'étaient pas restés. Il ne fallait pas qu'on sache qui les avait aidé, et ils le savaient bien. Aussi dès qu'ils avaient vu que le train entrait dans la zone protégée, ils s'étaient rassemblés au sol le temps de se reposer un temps, avant de repartir, dans le plus total anonymat.

Après une distribution géante de chocolat, il s'avéra que tout le monde, bien que très fatigué, était en mesure de suivre malgré tout la cérémonie de répartition. Alors bien qu'inquiet, Hagrid conduisit sur le lac les premières années, et les élèves français.
- On se voit tout à l'heure, dit Harry à Thibaut, alors qu'il partait vers une calèche.


Sans surprise, Thibaut venait d'être envoyé chez les Gryffondors. La grande salle arborait des visages encore très pâles.
- Etant donné les évènements, expliqua Mc Gonagall, je vous laisse manger et reprendre quelques forces avant de vous dire quelques mots.
- Jamais vu quelqu'un parler aussi bien ! approuva Ron sous les sourires de ses amis.
Harry lançait régulièrement des regards à Malfoy. Pourquoi s'était-il tant impliqué pour des gens qui le méprisaient ?

- Bien, reprit leur professeur de métamorphose. Tout d'abord, comme vous avez remarqué, nous accueillons des élèves français cette année. Fort heureusement pour eux, ils ne sont pas venu par le train. J'espère que vous serez tous à la hauteur de leur présence, et de la chance que nous avons tous de retirer de nombreuses choses bénéfiques de cette année. Pour ce qui est de Rusard, vous verrez sur sa porte, ne nous étendons pas vous n'avez besoin que d'une chose c'est vous reposer. Par ailleurs, la forêt interdite est toujours interdite aux élèves. Venons en maintenant à ce qu'il s'est passé aujourd'hui. Vous avez tous subit une terrible épreuve, et sans la présence de camarades entraînés et courageux, je n'ose imaginer ce qu'il serait arrivé. De tout coeur, je tiens, et tous les professeurs également, à les remercier chaleureusement du combat qu'ils ont mené, qui a évité toute victime sérieuse. Deux d'entre eux seront d'ailleurs professeurs assistants, Neville Londubat pour le cours de botanique, et Harry Potter pour celui de DCFM, matière dont le titulaire est cette année Julie Duchong, que vous avez vu à l'oeuvre dans le train pour vous défendre. Par ailleurs cette année, un club de duel est ouvert, pour plus d'informations, adressez vous à elle. Pour l'heure, je vous demande de tous aller dormir, vous n'aurez pas cours demain matin, il faut vous reposer. Harry Potter, Hermione Granger et Drago Malfoy, je vous demanderais de venir dans mon bureau toute suite.

En sortant du bureau de la directrice, ils partirent très vite dormir. Elle avait voulu connaître les détails, et après un récit qu'ils firent à tour de rôle, ne mentionnant pas qui leur avait porté secours, ils étaient sortis, accompagné de Melle Duchong.
Malfoy avait lâché un vague "salut" à l'attention de Harry. Il faudrait qu'ils discutent, un autre jour.

Quand il arriva dans le dortoir, Thibaut, Neville et Ron dormaient déjà. Le sommeil le gagna très vite lui aussi.
Note de fin de chapitre :

Voilà, j'espère que cette entrée dans l'école va vous plaire, j'attends vos avis, positif ou négatifs, n'hésitez pas :)
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.