S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Harry Potter et la reconstruction du monde magique par Emaxyo

[64 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Alors, effectivement j'ai les idées principales en tête, mais c'est tout. L'histoire n'est pas terminée, je l'écris au fur et à mesure et c'est comme ça que me viennent les idées, pour répondre à une question.

J'espère que ce chapitre vous plaira ! Je vous l'offre pour mes 20ans :p
Chapitre 23 :

Très vite, l'annonce de la demande cordiale des deux prétendants au poste de ministre à rencontrer Harry avait fait le tour de l'école. Chaque fois qu'il empruntait un couloir, des chuchotements précipités déferlaient derrière son dos. Harry était allé directement dans le bureau du professeur Mc Gonagall. Elle était installée derrière son bureau.
- Que puis-je pour vous Mr Potter ?
- Voilà, je dois rencontrer ce soir Kingsley et Ombrage, et j'ai besoin de voir quelques personnes avant, je voulais savoir s'il était possible que je ne me présente pas en cours aujourd'hui ?
- Je suppose, soupira la vieille femme en l'observant. Nous contons tous sur vous, Harry.
- J'aimerais aussi... est-ce que je peux m'entretenir avec le professeur Dumbledore ? demanda Harry en regardant le portrait derrière la directrice qui lui souriait tranquillement.
Mc Gonagall pinça légèrement ses lèvres mais fit un signe positif de tête et disparu dans l'escalier.
- Je me demandais quand tu allais venir me voir Harry, entama l'ancien directeur alors que le jeune homme s'asseyait dans un fauteuil.
- Peut-être que j'aurais dû...
- Oh ce n'est pas ce que je voulais dire, je m'informe régulièrement sur toi, il y a de quoi être fier de toi Harry, je ne suis pas sûr que notre vieille Angleterre mérite tous les efforts que tu fais... enfin un jour elle s'en rendra compte. Que me vaut le plaisir de ta visite ?
Harry lui expliqua en détail la situation et ce qu'il voulait faire le soir même. Les yeux de Dumbledore riaient de malice. Après lui avoir donné les informations dont il avait besoin, Harry sorti d'un pas précipité du bureau. Il avait plusieurs choses à faire, et le temps risquait de lui manquer. Quelques minutes après être passé par son bureau, il montait les marches quatre à quatre vers la volière. Quand il poussa la porte, il remarqua que quelqu'un était assit sur l'un des muret.
- Bonjour M... Drago, dit-il en se dirigeant vers les hiboux à côté de lui.
- Ah, salut Harry, répondit celui-ci, les yeux perdus vers les montagnes. Alors, le ministère ne peut pas se passer de toi ?
- ça m'arrange pas vraiment... dit-il en accrochant une première lettre à la patte d'un volatile.
- Je comprends pas, murmura Drago.
- Pardon ?
- Je comprends pas, reprit-il en regardant Harry dans les yeux, les gens ne tirent aucune leçon de ce qu'ils ont vécu, une nouvelle élection et ils sont prêt à refaire les mêmes erreurs. Je ne comprends même pas pourquoi elle est toujours au ministère, elle me dégoûte.
Harry arrêta son geste et regarda son camarade dans un mélange de surprise et de curiosité.
- C'est pour ça que nous y allons ce soir. Pour réveiller un peu tout le monde et leur faire comprendre. Tu devrais venir avec moi, et quelques amis.
- Impossible.
- Pourquoi ? Maintenant tu n'es plus menacé, ni toi ni ta famille, maintenant tu peux assumer ton caractère et tes idées, dit-il surprit.
- Les choses sont pas si simples Harry. Tu devrais t'en rendre compte. Ce n'est pas parce que tu-sais-qui et la plupart des mangemorts sont tombés que je suis totalement libre. Et puis, tu ferais perdre des voix en t'affichant à côté d'un Malfoy, famille de mangemort comme c'est bien connu...
- Drago, est-ce que tu aurais des choses à me dire... ?
Un long silence accueilli sa question. Puis Malfoy se leva et, lorsqu'il posa la main sur la poignée reprit dans un murmure :
- Fais juste attention à toi et tes amis, si tu y vas fort ce soir ils voudront te le faire regretter. Sans un mot de plus, il franchit la porte et s'en alla.
Harry resta tout bête sur place pendant quelques instants avant d'assimiler ce qu'il venait d'entendre. En quelques mots il prévînt par son portrait les membres de se tenir sur leurs gardes, puis il termina ce qu'il était venu faire avant de redescendre.

La journée passa à une vitesse folle. Il s'était arrangé pour que la Gazette, la radio sorcière et le Chicaneur soient présents pour son entretien avec Ombrage.
- Hermione, ça va être l'heure d'y aller, dit Harry alors qu'ils étaient en train de régler les dernières choses.
- J'en ai une boule dans l'estomac depuis ce matin, dit la jeune fille. La revoir elle, tranquillement face à face dans des jolis fauteuils, après tout ce qu'elle a fait... c'est pas croyable.
- Je sais... c'est justement pour ça qu'il faut y aller. Et tu sais ce qu'a dit Malfoy, ils doivent préparer quelque chose, il ne faut surtout pas qu'elle passe.
D'un pas vif, ils sortirent du château. Aux grilles, deux silhouettes, l'une très grande, l'autre très petite, les attendait déjà.
- Hagrid et Kreattur sont déjà là, constata Harry.
- C'est assez angoissant mais en même temps très excitant, Harry, ce qui va se dire ce soir risque de rester dans l'histoire de la magie. On est peut-être en train de provoquer de grands changements dans le monde magique.
- C'est tout le mal que j'espère, dit-il en souriant.
Au loin, Hagrid leur faisait déjà des grands signes, alors qu'une troisième silhouette était en train de les rejoindre.
- Magorian arrive, constata Harry en voyant le chef des centaures de la forêt interdite s'approcher de Hagrid et Kreattur. Parfait. Il ne manque que Gripsec.
- Comment tu as pu convaincre Gripsec et Magorian ?
- En fait, pour les gobelins ça a été assez simple. Ils se sentent tributaires depuis qu'on leur a redonné le total contrôle sur Gringotts, et puis, ils voient Ombrage d'un très mauvais oeil, ils ont peur de perdre à nouveau le contrôle si elle est nommée. Pour ce qui est de Magorian, ça a été plus difficile. Tu sais comment sont les centaures quand il s'agit d'aider des humains... Mais Dumbledore m'a donné quelques conseils, et puis, ils n'ont toujours pas digéré de se faire traiter d'êtres inférieurs lorsqu'ils ont rencontré Ombrage, alors ils ont pas trop envie non plus de la voir gouverner. Bizarrement, elle m'a beaucoup facilité la tâche, dit-il en souriant. J'aurais aimé qu'un loup-garou soit là aussi, mais c'était un peu trop juste d'en rencontrer un alors que je n'en connais pas d'autre que... Enfin c'est déjà un bon début, dit-il alors qu'ils étaient presque à la hauteur des autres.
- Et moi je suis la sang-de-bourbe, conclue Hermione en souriant. J'espère que ça va marcher.
Quand ils arrivèrent, ils remarquèrent tout de suite que Hagrid était déjà le plus angoissé de tous, il n'arrêtait pas de marmonner et de se frotter les mains.
- N'oubliez pas, dit Hermione, vous le faites aussi pour Graup. Comment ça va Kreattur ? demanda t-elle dans la foulée.
L'elfe refusa de la regarder dans les yeux mais marmonna un bref "bien madame", avant de murmurer des paroles incompréhensibles. Son humeur s'était largement améliorée depuis que Harry lui avait montré le médaillon brisée que son ancien maître lui avait demandé de détruire. Kreattur arborait toujours fièrement en évidence l'autre collier, celui que Regulus avait placé dans la caverne.
Harry et le centaure se regardèrent un long moment dans les yeux sans dire un mot. Tout était clair.
Finalement, Gripsec arriva peu de temps après. Il avait toujours le regard méfiant, mais il faudrait faire avec. Harry savait qu'il n'était pas avec un groupe très unifié, entre un elfe qui détestait les sorciers d'origine moldu, un centaure et un gobelin qui se méfiait des sorciers et un demi géant au bord de la panique, mais réunir tout le monde était déjà historique, il ne fallait pas non plus demander à ce que tout se passe dans une harmonie complète.
- C'est merveilleux, murmurait Hermione en les regardant.
- Alors, nous avons un portoloin, dit Harry, si toutefois Gripsec et Kreattur vous voulez vous rendre au ministère par vos propres moyens, je n'y vois pas d'objection, ajouta t-il en se souvenant que les gobelins se méfiaient de la magie, mais il vaudrait mieux rester grouper.
Finalement, après quelques regards noirs et grognements, tous touchèrent le cercle qui avait été choisi comme portoloin pour montrer l'égalité de tous. Après un tiraillement au niveau du nombril, Harry se retrouva au milieu du hall du ministère, accompagné de sa drôle de troupe. La fontaine centrale avait été enlevée, et pour l'instant, elle n'avait pas été remplacée. De nombreux regards surpris les observèrent. Harry fit tout son possible pour sourire aux sorciers dans le hall. S'ils lançaient des remarques déplacées, jamais Magorian ne resterait. Il était armé de son arc et toisait fièrement du regard les sorciers autour qui trouvèrent judicieux de s'écarter. Quelques uns vinrent cependant saluer Harry et Hermione en ayant la bonne idée de lancer un "bonjour" respectueux aux autres membres du groupe. Quand Katie et Mr Weasley firent cela, Harry eu une terrible envie de les embrasser pour les remercier.
- S'il vous plaît, dit Harry au sorcier à l'accueil, nous devions rencontrer Mme Ombrage.
Le sorcier observa successivement les membres du groupe avant de revenir sur Harry et de regarder son front.
- Le salon au fond du couloir à votre droite, elle vous attend, répondit-il en envoyant un petit papier se perdre parmi d'autres dans les airs. Est-ce que peut être je peux prendre... commença t-il en regardant l'arc du centaure.
- Ce ne sera pas nécessaire, coupa Harry dans un sourire en avançant dans la direction indiquée. Il y avait du bon à avoir une réputation intouchable. En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, la rumeur de la présence du groupe se répandit dans les couloirs, mais apparemment pas assez vite pour atteindre Ombrage.
Après quelques secondes, ils étaient arrivés devant la porte fermée. Harry eut la très bonne idée de passer le premier. En effet, un grand tableau dans le fond du salon montrait une bataille particulièrement sanglante entre gobelins et sorciers triomphants. D'un geste rapide de la baguette, il le décrocha et le fit glisser sous un des canapés.
- Harry Potter ! s'exclama d'abord avec un large sourire de façade Ombrage, avant de se figer puis de pâlir en voyant s'avancer tous les visiteurs.
- Mme Ombrage, dit Harry d'une voix blanche en lui serrant la main et en la regardant dans les yeux. Harry serra également rapidement les mains de Rita Skeeter qu'il avait demandé, de Mr Lovegood, et du sorcier de la radio qui avait déjà sorti un étrange instrument. Tous s'étaient déjà munis de leur plume et ils étaient déjà en direct sur les ondes magiques.
- Puisque l'élection du ministre de la magie concerne directement tout le monde magique, je me suis permit d'inviter quelques personnes, dit-il en souriant. Je vous présente donc Magorian, chef des centaures de la forêt interdite de Poudlard, que vous avez déjà eu le plaisir de rencontrer je crois, ajouta t-il malicieusement dans un regard très entendu. Je vous présente Gripsec, qui nous vient tout droit de Gringotts, Kreattur, mon elfe de maison qui travaille actuellement à Poudlard, Rubeus Hagrid, que vous connaissez déjà, professeur de soin aux créatures magiques, et Hermione Granger, que vous avez eu comme élève il y maintenant trois ans.
La petite femme potelée palissait à vue d'oeil dans sa robe rose pâle. Quelques hochements rigides de tête plus tard, ils étaient tous installés dans les fauteuils, sauf Magorian qui préférait rester debout.
- Bien, reprit Harry, alors allons-y, je crois que vous aviez prévu que l'on discute un peu, nous sommes là pour ça. Harry la regardait avec un air de curiosité sincère et un léger sourire d'encouragement. La vérité, c'est qu'il se délectait de la situation. Il avait été difficile de faire comprendre au centaure qu'il l'amenait non pas pour l'utiliser à ses fins mais bien pour l'équilibre du monde magique dans sa totalité, le résultats valait bien tous ses efforts.
- Comment.... comment ont-ils put entrer au ministère ? demanda t-elle soudain en retrouvant quelques couleurs.
- Par portoloin bien sûr, mais je ne pense pas que le débat du jour porte là dessus. Vous m'avez dit, dit Harry en dépliant la lettre reçue le matin même, que vous vouliez que l'on discute de la sécurité dans notre pays, que tout comme moi, vous partagiez l'envie de vous battre pour un monde libre.
- Oui... je... soudain, elle reprit un peu d'aplomb et regarda seulement Harry. Je souhaite que nous abordions la question des détraqueurs. Il est inadmissible que le ministère actuel laisse des créatures de ce type faire ce qu'ils veulent !
Au mot "créature", une certaine tension s'était installée dans la pièce.
- C'est un grave problème que celui des détraqueurs, je suis d'accord avec vous, dit Harry en voyant un léger espoir se dessiner dans les yeux du crapeau ratatiné. Toutefois, je crois que cette antipathie prononcée envers les détraqueurs est assez... nouvelle chez vous, non ?
- Je vous demande pardon ? dit-elle les yeux ronds.
- Hé bien, si je ne m'abuse, vous aviez l'air de bien vous entendre lorsque vous en avez envoyé deux m'attaquer il y a quelques années dans un quartier moldu.
- Comment...
- Ou quand l'année passée vous les utilisiez, coupa Harry, au ministère alors sous le contrôle de Voldemort, pour interroger d'une manière assez étrange ceux que vous appeliez alors les nés-moldus voleurs de baguette. Vous étiez la directrice de ce service il me semble.
- Comment osez-vous ! s'offusqua t-elle. J'ai déjà répondu de ses fausses accusations, j'étais sous l'emprise de l'imperium, vous-savez-qui lui même m'avait ensorcelée. Je suis une victime aussi.
- Evidement, répondit Harry qui montrait clairement qu'il n'en croyait pas un mot. Passons sur le fait que Voldemort n'est jamais venu directement au ministère et que pour être efficace l'imperium doit être renouvelé très souvent. Admettons que ce soit vrai, coupa Harry en l'arrêtant de la main alors qu'elle allait répliquer, je ne sais pas ce que le monde de la magie en pense, mais si l'on vous croit, vous êtes une sorcière manipulable qui ne résiste pas à ce sort donc. Imaginons maintenant que vous soyez à la tête du pays, je ne me sentirais pas en sécurité en sachant que vous pouvez si facilement devenir un simple pantin... et comme vous le disiez, la sécurité du pays est une priorité.
- Mr Potter ! s'indigna t-elle, vous rendez-vous compte de ce que vous sous-entendez, ce n'est pas digne de vous ! Elle pâlissait à vue d'oeil.
- A moins bien sûr, que vous sachiez résister à l'imperium, ce qui soulèverait d'autres questions, mais là n'est pas le propos du jour n'est-ce pas ? demanda Harry alors que Hermione le regardait admirative. Il l'avait déjà piégé. Les trois journalistes semblaient aux anges, ils avaient déjà leurs gros titres pour demain. Les plumes parcouraient les parchemins à une vitesse folle tandis qu'une photo était prise.
- Vous devez bien reconnaître Mr Potter, souligna t-elle aigrement, que la crise avec les détraqueurs est importantes, 17 morts en une attaque !
- Croyez bien que j'en suis le premier affecté. Je me suis rendu dans le village, répondit Harry, la voix de plus en plus triste, et jamais de telles attaques ne devraient avoir lieu, surtout sur des personnes absolument pas concernées par les questions qui concernent le monde magique. Alors, dites nous, quelle est selon vous la meilleure solution Dolores Ombrage ?
- Hé bien, commença t-elle en se reprenant un peu et en se redressant sur son siège, il faut envisager une solution radicale. Les détraqueurs sont une menace pour la communauté sorcière, et en tant que menace nous devons y mettre un terme, et je peux vous assurer que ce sera ma priorité.
- Mais ne croyez-vous pas, reprit Harry, que, comme par le passé, je crois d'ailleurs que vous le savez mieux que quiconque, les détraqueurs soient utilisés par des sorciers ? A chaque attaque, les moldus et sorciers assassinés l'ont été par la main de sorciers, ne l'oublions pas. Je pense que tout le monde dans cette salle sera d'accord avec moi pour dire qu'il n'est pas judicieux de remettre à chaque problème la responsabilité sur d'autres que sur des sorciers. Mais bien sûr, loin de moi l'idée de défendre les agissements des détraqueurs, mais soulignons qu'ils ne sont pas seuls.
A ces mots, le groupe que Harry avait amené se détendit un peu et approuva de la tête.
- Bien sûr, tous les coupables doivent être appréhendés, reprit Ombrage en se crispant. Elle transpirait à grosse goutte et était visiblement très mal à l'aise. Toujours est t-il qu'ils ne l'ont pas été sous le ministère de Kingsley qui fait preuve d'un laxisme inacceptable.
- Je pense ne pas me tromper en disant que Mr Kingsley, en tant qu'ancien chef des aurors connaît parfaitement la situation et les moyens à mettre en place. La situation s'avère délicate mais je lui fais confiance. N'oublions pas que lui, au lieu d'agir sous imperium (ou non) au ministère, agissait avec l'ordre du phoenix pour déstabiliser Voldemort.
- Arrêtons de parler de choses passées Monsieur Potter, nous sommes là pour parler d'avenir, reprit Ombrage qui cette fois avait le teint rouge écarlate qui lui donnait l'impression d'avoir le visage plus gonflé encore.
- Vous avez raison, j'ai tendance à m'égarer, s'excusa Harry dans un sourire. Et c'est pour cette raison que je ne suis pas venu seul, pour qu'on parle ensemble de l'avenir, et de ce que vous nous proposez.
- Bien, alors je...
- Mais si vous nous parliez, la coupa Harry, du statu que vous proposez pour les sorciers provenant de parents moldus ? Voyez-vous, mon amie Hermione en serait très intéressée.
Hermione qui n'avait jusqu'alors fait qu'écouter prit immédiatement la perche qu'on lui tendait.
- Merci Harry. Mme Ombrage, bien sûr ne reparlons pas du passé, mais avec le retour de Voldemort il y a peu, il faut reconnaître que l'ordre des choses a été bouleversé. Quel point de vue comptez-vous défendre ? Je suppose que vous n'allez pas poursuivre dans la voix de cette dernière année puisque c'était contre votre volonté, dit-elle en enfonçant le clou.
- Bien sûr que non ma chère, dit-elle mielleusement. Pour ma part je considère les san.... nés mol... les enfants de parents moldus comme des sorciers égaux aux autres. Je compte d'ailleurs lancer une grande enquête pour connaître par quel phénomène des gens... tel que vous obtiennent leur pouvoir, dans un but purement scientifique.
- Je ne suis pas sûr que ce soit le meilleur signe de progrès pour une égalité de statu, répondit froidement Hermione.
- Il s'agit simplement d'accroître nos connaissances de la magie, une élève telle que vous ne vas pas aller à l'encontre du progrès.
- Loin de moi cette idée, s'il ne s'agit pas d'un prétexte pour autre chose... seriez-vous prête à vous engager ici même de la création d'un conseil d'éthique chargé de contrôler ce genre de recherche, Dolores ? Demanda la jeune fille en insistant lourdement sur le prénom.
- C'est parfaitement superflu et inutile. Pour qui me prenez-vous jeune fille ? Vous pensez peut-être qu'on peut mettre en doute l'authenticité de mes paroles ? Ce n'est certainement pas une élève à peine sortie de l'école qui va me faire la leçon ! conclu t-elle en haussant le ton. D'ailleurs, poursuivit-elle, une lumière dans les yeux, je compte m'occuper de la question de l'éducation.
- Effectivement la dernière fois ça vous a plutôt réussi, lâcha Harry. Quelle pédagogie ! Peut-être pourriez-vous nous expliquer votre sens de l'apprentissage. Je crois me souvenir que vous avez des méthodes assez originales. Je me souviens pour ma part, continua t-il en regardant les journalistes, que notre ancienne professeur de défense contre les forces du mal donnait des punitions plutôt... sanglantes à tous ceux qui remettaient en cause sa parole et voulaient pratiquer la magie. Je garde encore cette cicatrice, montra Harry alors qu'une photo était prise de sa main, pour avoir annoncé le retour de Voldemort, "je ne dois pas dire de mensonges", vous voyez ?
- Vous n'avez aucune preuve de ce que vous avancez Potter ! rugit la femme qui bondissait sur son fauteuil.
- Certes, c'est ma paroles, enfin, celle de tous mes camarades aussi, contre la votre, et comment remettre en cause la votre ?
Les jointures des mains de la sorcière étaient blanches à force de serrer les poings.
- Mais passons à autre chose, reprit Harry, je crois remarquer que vous n'êtes pas très à l'aise avec ce sujet. On a tous nos bêtes noires ! Je crois que Rubeus Hagrid avait une question à vous poser, et en tant que prétendante au poste de ministre, il faut bien sûr être à l'écoute de tous.
Ombrage lança un regard vénéneux à Harry et regarda le demi géant d'un air dégoûté.
- Voilà... Madame... euh...
Hermione lui donna un léger coup de coude d'encouragement.
- Mon demi frère est un géant voyez-vous, je voulais savoir si vous pensiez revoir le statu des géants dans un avenir proche pour qu'ils ne soient pas systématiquement chassés.
- Heureusement qu'ils ne sont pas accepté sur le territoire ! Enfin c'est une blague ! Qu'est-ce que c'est que ce simulacre d'entretien ! dit-elle en regardant partout autour d'elle pour chercher un appuie quelconque.
- Voilà qui est très éclairant quand on sait que pour le cas de Graup, le demi frère en question, a été un des plus vifs combattant à la bataille de Poudlard pour nous défendre tous. Mais puisque c'est un géant, le reste ne compte pas, n'est-ce pas ? demanda Harry. Même question à propos des loups garou, enchaîna Harry sans lui laisser le temps de répondre. Vous comptez légiférer pour leur offrir une vie meilleure et mieux acceptée ?
- Ils sont bien trop dangereux pour côtoyer d'autres sorciers !
- Remarquez, je veux bien croire qu'ils le soient pour vous, répliqua Hermione, en entendant ça, je serais tentée de vous mordre !
- C'est une menace jeune fille ? demanda Ombrage en haussant le ton.
- Bien sûr que non, coupa Harry. Hermione est une personne très calme, vous avez dû mal entendre. A moins qu'elle ait des pulsions charnelles à votre égard, qui sait ! Toujours est-il qu'un loup garou s'est battu à nos côtés, à t-il mordu la moindre personne pour autant ? Bien sûr que non ! Le ministère devrait envoyer chaque mois une potion à chaque loup garou du pays, qu'en pensez-vous ?
- Vous vous droguez Monsieur Potter ?
- Je vous demande pardon ?
- C'est pas important... murmura t-elle aigre.
- Bien ! Pensez-vous légiférer également pour interdire l'usage violent de la baguette contre les êtres qui n'en ont pas, comme les centaures par exemple ?
Magorian profita de cet instant pour frapper des sabots sur le sol en regardant bien ombrage dans les yeux. Elle était livide.
- Je... je n'avais pas... Potter je n'avais pas prévu du tout cela. Il n'en est pas question. Nous devons affirmer notre supériorité envers les autres créatures ! Ce ne sont que des hybrides, reprit-elle fermement en détournant les yeux.
- Je suis heureux de voir que je suis plus intelligent que cette femme, intervint le dit centaure d'une voix grave. Si elle n'a pas comprit que c'est avec de tels propos qu'elle risque de provoquer des guerres, on ne peut rien pour elle.
- Si vous ne comprenez pas que nous devons apprendre à vivre tous ensemble pour ne plus connaître de massacres, vous êtes nées à la mauvaise époque, dit Hermione. Les elfes de maisons, dit-elle en montrant Kreattur, les centaures, tous se sont battus avec nous pour lutter contre Voldemort, sans eux, nous ne l'aurions sans doute pas vaincu. Gripsec nous a aidé, Graup nous a aidé, un loup garou nous a aidé, et c'est comme ça que vous les remerciez ? Vous cherchez les guerres Mme Ombrage, fulminait Hermione. Le conflit avec les détraqueurs ne vous suffit donc pas ? Vous voulez qu'ils soient rejoint par d'autres pour mettre à feu et a sang le pays ? Nous nous en avons marre de voir des morts, j'espère juste que c'est votre cas aussi.
- Comment osez-vous ! dit-elle en se levant. Je refuse d'en entendre d'avantage ! Je me présente pour le bien être des sorciers, pour leur sécurité et pour leur pérénité dans un monde où on ne leur laisse plus la place de vivre ! sa voix était brusquement montée dans les aigues.
- Nous y sommes donc, répondit Harry, vous sous-entendez que les moldus sont gênants pour les sorciers ? Que les autres habitants du monde magique le sont aussi ? Je crois que nous allons nous arrêter là Ombrage. Je voulais vous parler du droit des gobelins et des elfes de maison et de beaucoup de choses encore, mais vous n'avez pas l'air de vous en soucier. J'attends Mr Kingsley qui devrait bientôt arriver. Je vous demande de sortir, termina t-il fermement en se levant à son tour.
- Si vous croyez que je vais rester dans la même pièce que tous ces.... mais elle ne termina pas sa phrase. En rugissant elle sortit en claquant la porte.
- Un scandale !! l'entendit-on crier derrière la porte.
Dans la pièce, tous étaient dans un état de frustration avancé. Harry, toujours debout, les regarda. Heureusement qu'elle était partie, Magorian ne se serait pas retenu beaucoup plus longtemps.

Kingsley eu la bonne idée d'attendre une dizaine de minutes avant d'arriver. Quant aux journalistes, ils ne se risquèrent pas à poser de questions. On entendit le sorcier de la radio annoncer une page de réclame après débat animé mais très révélateur, c'était tout.
- Bonjour Harry, j'ai entendu dire que tu avais eu la bonne idée d'amener quelques connaissances, dit le ministre par intérim en arrivant.
Le débat s'annonçait plus calme. Il s'avéra que cette fois, ils purent discuter pendant plus d'une heure, et même s'il y eut des désaccord, Kingsley s'engagea sur plusieurs points. Il organiserait des débats avec les autres êtres du monde magique pour redéfinir avec eux leur statu et leurs libertés, ainsi que les garanties pour que tous vivent ensemble dans le respect mutuel. Les questions tel que l'usage de la baguette restaient en suspens, mais les débats étaient ouverts, et c'était déjà un début. Tous semblaient plus ou moins satisfaits quand ils quittèrent le ministère sous les chuchotements.
Harry se sentait cependant épuisé. Les deux entrevues l'avaient complètement vidé. Il répondit quand même à quelques questions avant de partir, sur le chemin entre le salon et le hall du ministère.
- Vous soutenez donc Mr Kingsley Harry Potter ?
- ça me semblais clair, répondit Harry. Je pense qu'il est actuellement le plus qualifié pour moderniser le pays dans une période aussi cruciale. J'espère qu'il tiendra ses engagements, j'ai en tout cas confiance en lui. Ombrage ne ferait que nous ramener au moins cent ans en arrière avec tous les conflits qui en résulteraient. Nous avons assez de problèmes avec les détraqueurs vous ne croyez pas ?
- Mr Potter, pensez-vous vous lancer dans la politique après votre sortie de Poudlard ? demanda Skeeter.
- Je crois que je m'en lasserais trop vite, je préfère taper du poing sur la table quand ça me semble judicieux.
- Arrivez-vous à vous reconstruire vous-même après tant d'épreuves ?
- Je vais bien merci !
Dans un virvoltement de capes, ils avaient disparu. Ils étaient à nouveau devant l'école.
Quand il entra. Malfoy l'attendait dans le hall.
- J'ai écouté ce qu'il s'est passé à la radio, comme toute l'école, souligna t-il. On peut se parler en privé ?
- Euh, oui bien sûr. On se rejoint dans la salle commune, lança t-il à Hermione, un peu inquiet.
Ils marchèrent en silence jusqu'à la tour d'astronomie.
- Pourquoi ici ? demanda Harry alors qu'ils arrivaient au sommet, dans l'obscurité naissante.
- Parce que c'est ici que j'ai compris à quel point tout ça me ressemblais pas. C'est un endroit important. Et tu étais là.
- Oui, dit Harry en se remémorant les tristes événements de la nuit de la mort de Dumbledore.
- Harry, elle va vouloir se venger. Je crois que tu n'as pas compris qui est vraiment cette femme. Tu viens sans doute de révéler aux yeux de tous une partie d'elle qui va l'empêcher d'accéder au ministère. Mais elle ne s'arrêtera pas là pour autant. Cette femme est aussi dangereuse par ses idées que par son inconscience. Elle croit contrôler certaines choses qui lui échappent. Elle a réveillé une colère très ancienne, et elle ne se rend pas encore compte qu'elle ne contrôle plus rien.
- Drago, explique moi clairement, dit Harry en sentant le sérieux terrible des paroles de son camarade.
- Si je fais ça, je ne pourrais plus rentrer chez moi Harry. Ca me coûte déjà beaucoup trop de te dire ça. Je risque gros.
- Je pourrais t'aider, te loger même. On est plus des gamins, je connais beaucoup de personnes qui sont prêtes à protéger quelqu'un si je leur demande.
- Je suis un Malfoy, te berces pas d'illusions. J'apprends l'occlumentie, au cas où, mais je suis pas très bon je crois.
- Je l'ai jamais été non plus... Drago, si ce que tu sais peut éviter des catastrophes, tu dois m'en parler, même si pour ça, tu dois te cacher un certain temps.
- Parce que tu crois quoi ! s'exclama t-il soudain. Que je suis fier d'être né du mauvais côté, de connaître des choses qui me dégoutent, d'avoir vu des choses si horribles que ce que toi tu as connu l'année dernière te paraîtrais presque agréables ! Fais juste attention à elle, elle n'est pas seule.

Le lendemain, Harry faisait les gros titres, mais pas seulement, les 6 qui étaient allé au ministère étaient en photo en première page, alors qu'on voyait Ombrage en proie à une crise d'hystérie à la sortie de la rencontre. Mais Harry ne pensait déjà plus à l'élection, c'est seulement Ombrage et Drago, qui occupaient toutes ses pensées.
Note de fin de chapitre :

Alors ? verdict ? :s
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.