S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Harry Potter et la reconstruction du monde magique par Emaxyo

[64 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Et voilà la suite ! merci à ballerine91 pour son intérêt pour ma fic, bonne lecture à tous :)
Chapitre 30 :


Harry ne prit que le temps d’enfiler une cape par-dessus son pyjama. En quelques instants, il avait réveillé son dortoir et Ron, Thibaut et Neville se hâtaient à leur tour.
- Préviens les autres, murmura Harry à son portrait, un village moldu est attaqué, on se donne rendez-vous au plus vite devant Le ballet des balais pour transplaner ensemble. Que ceux de Poudlard me retrouvent devant la statue de la sorcière borgne, on transplanera dans le passage pour rejoindre les autres.

A toute allure, les garçons dévalaient les escaliers du dortoir, alors que dans la salle commune Ginny et Hermione arrivaient à leur tour.

- Prêtes ? demanda t-il aux jeunes filles.

- Dépêchons Harry je ne veux pas revoir les mêmes scènes que sur l’île attaquée il y a quelques semaines.

Quelques minutes plus tard ils avaient atteint le point de rendez-vous. Denis, un peu en retard les avaient rejoint, à bout de souffle, tandis que Luna et Zacharias arrivaient. Alors qu’ils s’apprêtaient à emprunter le passage, une voix, du bout du couloir, les appela :

- Attendez-nous !

Harry se retourna, et sa surprise fut totale lorsqu’il vit que Drago, Thomas et Samuel arrivaient en courant, à peine mieux habillés qu’eux.

- On vient avec vous, dit Drago en arrivant, entre deux souffles.

- Mais qui vous a prévenu ? demanda Harry incrédule.

- Harry on verra ça plus tard on n’a pas le temps, le coupa Hermione en avançant dans le passage, s’ils veulent venir qu’ils viennent.

Après quelques secondes de flottement, ils partirent donc tous ensemble par le passage humide. Dès qu’ils le purent, après quelques minutes de marche, ils transplanaient.

Devant la taverne, George, Lavande, Padma, Parvati, Cho, Lee, Seamus, Angelina, Justin, Anthony, Hannah et Ernie étaient arrivés. Ils n’étaient pas au complet, mais il faudrait faire avec. Harry transmit pour les retardataires la destination. Un instant plus tard, la rue était déserte.




Un vent glacial les prenaient à la gorge. Ils étaient arrivés tous ensemble au bord du village. Comme s’ils avaient plongés dans un bain glacé, ils suffoquèrent un instant avant de s’habituer à la température. Harry sentait le froid lui piquer le visage. Devant eux, le petit village était plongé dans une obscurité oppressante. Les quelques réverbères étaient éteints, et aucune lumière ne filtrait des maisons. Avec cette nuit à couper au couteau, ils allaient avoir du mal à se repérer.

- Attendez ! S’exclama Ron alors que tous s’apprêtaient à avancer presque à l’aveugle.

En un geste, il sortit le déluminateur de sa poche. Plusieurs fois, il fit craquer le briquet magique. Aussitôt, des boules lumineuses sortirent du petit objet en argent et partirent en direction du centre du village. Les silhouettes sombres des maisons, qu’ils distinguaient difficilement dans la nuit se révélèrent, au rythme des lampadaires qui s’allumaient partout.

Une vague de soulagement s’empara du groupe, il était toujours rassurant de voir à quoi s’attendre. Harry leva les yeux, au-dessus de lui, le ciel était noir, aucune chance de voir la moindre étoile. Le nuage noir avait dû atteindre le village. Le silence était pesant. Le groupe avançait, prudemment. Alors qu’ils dépassaient les premières maisons et s’engageaient dans une ruelle, ils les entendirent. Des souffles rauques, inhumains, qui sifflaient dans le vent froid. Il était impossible de savoir d’où venait le bruit, transporté par le vent. Les sorciers avançaient toujours, sans un bruit, la peur au ventre. Le village était désert, on aurait pu le croire abandonné. Enfin, après un léger détour, ils arrivèrent sur la place centrale du village. Eclairée par la lumière orange des réverbères, elle en aurait presque paru chaleureuse. Harry sentait ses doigts s’engourdir, crispés sur sa baguette.

Ils semblaient agir comme des requins, qui tournent autour de leur proie avant de l’attaquer. Les souffles rauques étaient toujours plus forts, plus proches, et une odeur de pourriture s’infiltrait dans les ruelles. Instinctivement, le groupe s’était resserré en une masse compacte, seul, au centre de la place. L’angoisse s’emparait d’eux.

- Ils sont au-dessus, murmura soudain Harry alors qu’un bruit de cape attira son attention. En un geste de sa baguette, le jeune homme lança haut dans le ciel une pluie d’étincelles rouges. Quelques instants durant, une masse énorme de capes se révélèrent à eux. Ils étaient nombreux, se mouvant dans les airs, comme des corbeaux au-dessus d’un charnier.

- Pas de regrets ? demanda Harry aux trois Serpentards qui pâlissaient à vue d’œil.

S’il y eût une réponse il ne l’entendit pas. Le temps semblait défiler au ralenti, tandis qu’une légère brume envahissait les rues. Petit à petit, le survivant sentait son esprit s’engourdir. Une à une, les lumières que Ron avaient rallumées grésillèrent, puis s’éteignirent. Personne n’osait bouger.

- SPERO PATRONUM ! cria Hermione en faisant apparaître une loutre argentée devant le groupe.

L’atmosphère se détendit légèrement sur la place.

- Allez, continua la jeune fille en prenant les choses en mains. Ce n’est pas en restant dans notre coin qu’on va être utile, on se disperse par groupes, ils sont peut-être déjà dans des maisons. Si vous êtes en danger, faites jaillir de grandes étincelles dans le ciel, pour appeler des renforts.

L’intervention de la jeune fille eu l’effet d’un éléctrochoc. Comme s’ils se réveillaient d’une longue léthargie, les membres de l’AD s’activèrent d’un seul coup, reprenant un peu vie, retrouvant une lueur dans les yeux. Très vite, plusieurs patronus fusèrent sur la place, partant dans toutes les directions, suivis par des groupes de cinq ou six sorciers.

Harry, était accompagné par Ron, Hermione, Thibaut et Drago, les seuls connaissant ses aptitudes particulières, qu’il aurait sans doute à utiliser. Précédés de leurs patronus, il avait été convenu par tous qu’ils étaient chargés de garder sûr le point de ralliement, ils devaient tenir la place du village. En un geste, Harry sortit de sa poche son balai, qu’il avait réduit. D’un coup de baguette, il lui rendit sa taille habituelle.

- ça devrait nous aider, dit-il en se justifiant, si on a besoin d’un coup de pouce.

Désormais, les patronus éclairaient le village, d’une lueur blanche argentée. On pouvait voir depuis la places les endroits où ils étaient postés, la lumière éclairant la brume, jusqu’au-dessus des maisons, comme des sentinelles.

Les râles, qui s’étaient fait plus lointains avec l’apparition des premiers patronus revenaient avec force. Soudain, des bruits de capes clapaient partout au-dessus d’eux. Ils étaient envahis.

- Ils ne doivent pas nous isoler ! cria Harry pour lutter contre les bourrasques. En un mouvement de baguette, il envoya son cerf de l’autre côté de la place, ou les créatures commençaient à se poser. Si elles arrivaient à s’installer, elles couperaient toute retraite à leurs camarades, c’était inenvisageable.

Les détraqueurs reculèrent pour regagner l’ombre, mais ne partaient pas. Le froid était toujours de plus en plus mordant, et s’engouffrait sous leurs capes. Tous les cinq, du centre de la place, envoyaient leurs patronus, concentrés, pour maintenir désert le centre du village.

- On ne les fera pas fuir comme ça, soupira Drago, les deux mains sur sa baguette, les traits figés par la concentration.

- Il a raison, renchérit Hermione, on dirait qu’ils s’habituent aux patronus. Il faut évacuer les moldus.

- Mais comment tu veux faire, ils ne peuvent pas transplaner, prendre la poudre de cheminette ou quoi, et les moyens de transports moldus ne sont pas sûrs face à eux… ! s’exaspérait Harry.

Un silence fût la seule réponse qu’il reçut. Ils étaient en mauvaise posture, les visages étaient soucieux. Les créatures, aux capes noires, aux mains décharnées, ne cessaient de s’avancer puis de repartir, elles cherchaient simplement à les épuiser. L’odeur de pourriture devenait intenable, comme si de la chair décharnée se décomposait, dans une eau croupie.

Des tremblements nerveux s’emparaient des membres des jeunes sorciers. Ils étaient au pied du mur. Au moins, tant qu’ils étaient là, les détraqueurs ne semblaient pas se soucier d’entrer dans les maisons.

A sa droite, plus loin dans le village, Harry vit surgir au-dessus des maisons des étincelles bleues. Un groupe était en mauvaise posture.

- Vas-y Harry, avec ton balai tu y seras vite, on tiendra. Hermione ne lui laissait visiblement pas le choix.

Montant sur son balai, le survivant essaya le plus longtemps possible de garder son cerf actif, mais il finit par s’évanouir dans la nuit. Très nerveux, Harry décolla, en espérant ne pas arriver trop tard auprès de ses amis. La sensation de froid fut d’abord accentuée en vol, fendant les airs, il la ressentait d’autant plus. En s’élevant, il put également se rendre compte plus précisément de la situation dans le village. Partout ils se faisaient dépasser par le nombre et la ténacité inhabituelle des détraqueurs. Mais il n’avait pas le temps de réfléchir.

Harry tentait de se concentrer. Il fallait absolument qu’il réveille le phénix qui sommeillait en lui. Dans les airs, les détraqueurs s’étaient lancés à sa poursuite, l’empêchant d’atterrir et de porter secours aux autres membres. Partout, les capes, le râle, et les voix résonnant dans sa tête. Au sol, les zones lumineuses perdaient en intensité.

- Allez me lâche pas maintenant… murmura Harry en essayant de sentir le point de chaleur en lui.

Comme s’il n’attendait que ça, Harry sentit enfin la chaleur l’envahir.


En un instant, tous ces amis au sol purent observer un point rouge et or apparaître dans le ciel, et grandir, s’étendre, jusqu’à illuminer le village d’une coloration presque boréale. A cette vue, les cœurs se réchauffèrent, les traits se firent moins tendus, et les patronus brillèrent à nouveau, comme des joyaux dans la nuit noire.

Harry pu enfin survoler la zone d’où les étincelles avaient été lancées, les détraqueurs le fuyant comme la peste. Au sol, ses camarades semblaient secoués, mais tous étaient debout, apparemment ils venaient d’éviter le pire. Traçant de grands cercles au-dessus du village, le jeune homme retenait au maximum les créatures, en sachant bien qu’il ne pourrait le faire indéfiniment. Il s’épuisait vite.

La pression avait cependant diminuée pour ces camarades, leur permettant de se reprendre un peu. Soudain, la voix de Hermione, largement amplifiée, fendit les airs et parcouru tout le village.

- NOUS EVACUONS LE VILLAGE ! JE REPETE NOUS EVACUONS, VIDEZ LES MAISONS DE LEURS OCCUPANTS ET RENDEZ-VOUS TOUS SUR LA PLACE !!

La jeune fille avait dû trouver un moyen pour évacuer les moldus. En attendant, Harry devait tenir. Comme si les moldus eux-mêmes avaient attendu derrière leurs porte qu’on les libère, ils sortirent pour la plupart d’eux-mêmes, tremblants de peur et de froid, le teins livide, sans doute en proie à leurs pires cauchemars.

Malgré les indications des sorciers, les habitants étaient en proie à la panique. Des cris, des pleurs, ils couraient, tombaient, l’évacuation était loin d’être sereine. Depuis combien de temps étaient-ils harcelés par leurs peurs et leurs pires souvenirs ? pensa Harry.

Partout des patronus partaient à la rencontre de groupes de moldus quittant leurs maisons. Sur son balai, Harry fendait l’air, déchirant l’obscurité, désarçonnant les détraqueurs, qui se regroupaient plus haut, plus loin, avant leur nouvel assaut. Il fallait aller plus vite, il ne tiendrait pas longtemps.

Sur la place, il pouvait voir que la plus grande des confusions régnait. Les gens arrivaient par dizaine, mais rien ne semblait les attendre. Une peur panique s’emparait de tous. Soudain, Harry vit apparaître dans une grande déflagration éblouissante un véhicule qu’il connaissait bien. Hermione venait d’appeler le Magicobus, qui venait d’apparaître. Une bouffée de soulagement s’empara de lui, c’était sans doute la meilleure façon qu’ils avaient pour évacuer au plus vite des moldus. Comme d’habitude, il bénissait la présence d’esprit de son amie. La petite foule entrait déjà dans le bus violet à double étage, se bousculant parfois franchement. Mais lui qui avait une vue d’ensemble voyait bien que tout le monde n’était pas encore là. Des patronus éclairaient encore des parties plus lointaines du village, les membres de l’AD ouvraient les maisons une à une pour vérifier que personne ne s’y trouvait encore. Chaque maison visitée avait désormais une croix gravée sur sa porte d’entrée.

Il fallut apparemment le renfort de plusieurs membres pour convaincre une petite grand-mère de quitter sa maison, elle qui préférait tout risquer plutôt que de laisser ses souvenirs derrière elle. Mais les détraqueurs revenaient. George la souleva du sol et l’emmenait déjà en courant, la détresse était partout.

Harry était épuisé. Sa vitesse avait ralenti, et son aura perdait de sa splendeur. Les détraqueurs, qui attendaient ce signal, le harcelèrent à nouveau. Comme des ombres de la nuit, ils surgissaient, passaient au ras de son balai, tentant de le désarçonner. Il ne tiendrait pas. Des mains décharnées tentaient de l’écorcher vif au passage, des mains qui se brûlaient à son contact, mais qui revenaient, toujours plus nombreuses, s’accrochant à lui, à sa cape. Chaque contact était comme une plongée dans une eau glacée, réveillant les vieilles blessures, réactivant un souvenir douloureux, un visage, une souffrance. Harry sombrait à mesure que la lumière qu’il représentait dans le ciel faiblissait. Le froid, les ténèbres, le désespoir, il ne parvenait plus à lutter. Il était seul dans la tempête, et d’ici quelques secondes, il ne serait plus visible, déjà sa vision diminuait.


Soudain, un éclair traversa son champ de vision. Un éclair argenté. Harry releva la tête, au bord de l’évanouissement il maintenait tant bien que mal sa trajectoire. Si quelqu’un pouvait le voir, il verrait que son balai descendait dangereusement.

C’était un aigle. Un aigle fendait les airs autour de lui, tentant de lui frayer un chemin vers le sol. Au passage, le patronus lui cria, avec la voix de Drago « Il ne manque plus que toi ». Telle une lanterne, l’aigle luttait avec lui pour lui montrer le chemin parmi l’obscurité. Il n’aurait jamais pensé que les détraqueurs l’avaient éloigné à ce point, il perdait tous ces repères. Il s’accrocha donc à la lumière argentée, alors que d’autres patronus se frayaient un chemin jusqu’à lui pour le protéger. Lentement, Harry s’arracha aux lambeaux de ténèbres autour de lui, mu par une force nouvelle, il se pencha au maximum sur son balai et accéléra. Il ne fallu que quelques secondes pour qu’il brise le dernier cercle de détraqueurs. Une lumière vive l’aveugla alors. Tous les patronus de ses amis luttaient avec la force du désespoir sur la place, autour du bus, pour le diriger comme des phares dans la tempête. Une île face à l’océan.

Au pied du bus, Harry s’écrasa à toute vitesse sur son balai. Si Hermione, qui le vit arriver, amorti sa chute, il n’en fut pas conscient. En quelques secondes, des bras le saisirent. Il fut soulevé, et jeté dans le bus sans ménagement. L’urgence était totale. A demi conscient, il entendait des bribes de conversations :

- Mais fonce par Merlin ! Stan !!

Une agitation incroyable régnait dans le bus. Tout le monde parlait, criait, si bien qu’il était assez difficile de comprendre ce qu’il pouvait se passer. Harry ouvrait les yeux, par moments. Le bus tanguait comme jamais. Des chocs se faisaient sentir régulièrement. De temps en temps, des éclairs argentés éclairaient d’une lueur aveuglante le Magicobus, avant de s’éteindre aussi vite. Quelques secondes plus tard, une déflagration terrible secoua le bus, faisant tomber le jeune homme du siège où il avait été installé. A Nouveau on le releva, éveillant en lui quantité de douleurs qu’il n’avait jusqu’alors pas senti. Dans l’allée, quelqu’un le frôla en courant.

- Il faut plus de monde à l’arrière ! entendit-il crier.

Mais il était incapable de bouger, trop éprouvé par sa longue lutte aérienne. Il se souvînt qu’à un moment, quelqu’un l’appela, mais la voix lui paraissait étrangement faible.



Quand il ouvrit les yeux à nouveau, le calme s’était enfin installé.

- Il est terriblement pâle, et tu as vu toutes les… chuchotait quelqu’un, avant de s’interrompre rapidement.

- Rendors toi Harry, murmura Thibaut, on va arriver à Pré-au-Lard, tout va bien.

Il n’en demandait pas plus. Quelques secondes plus tard, il sombrait dans l’inconscience.
Note de fin de chapitre :

un petit avis ? =)
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.