S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Harry Potter et la reconstruction du monde magique par Emaxyo

[64 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Merci à Grizlie et Balerine91 de me suivre, à très vite !
Chapitre 30


Quand il se réveilla à nouveau, on chuchotait toujours autour de lui. Il tenta plusieurs fois d’ouvrir les yeux, mais la lumière vive l’en empêchait. Finalement, au bout de quelques minutes, ils s’accommodèrent enfin. Il était à l’infirmerie. En remarquant cela il soupira, il aurait des explications à donner.

- Harry ! s’exclama Hermione en fondant sur lui.

Le cri de la jeune fille attira l’attention de toutes les personnes présentes dans la pièce, et elles étaient assez nombreuses. Plusieurs lits étaient occupés. Tous les membres de l’AD encore scolarisés étaient présents. Mme Pompresh naviguait d’un lit à l’autre. Quand elle remarqua qu’il se réveillait, l’infirmière de l’école écarta tout le monde d’autorité et se pencha sur lui.

- Vous n’êtes qu’un sombre crétin ! lui asséna-t-elle en l’observant.

- Bonjour… croassa t-il en tentant de se redresser.

- Ne bougez pas ! Vous voulez vous tuer ma parole !

En effet des douleurs atroces le clouèrent au lit. Des brûlures se réveillèrent sur tout son corps, son visage, ses membres. En regardant ses bras, il y vit de grands sillons violacés, virant parfois carrément au noir. Une grimace étira ses traits.

- Oh et n’ayez pas cet air étonné ! Vous en êtes recouverts ! Vous pensez vraiment que se faire écharper par des détraqueurs est sans conséquences ! Je ne sais même pas comment je vais vous rattraper ! Miss Granger ! Aidez-moi donc à le tartiner !

Accompagnant le geste à la parole, l’infirmière tendit un pot à la jeune fille et commença à badigeonner le survivant d’une pommade verdâtre particulièrement malodorante. D’un geste de la baguette, elle isola le lit du reste de la pièce avec des rideaux. Après avoir posé trois fioles sur la table de chevet en lui précisant de les prendre sans discuter, elle les laissa.

- Alors ? demanda Harry qui n’en pouvait plus d’attendre des détails alors que Hermione continuait à lui passer le baume.

- Tu nous as vraiment fait très peur Harry, plus personne ne te voyait dans le nuage, on t’a cru perdu. Et il nous était impossible de partir à ta recherche, ils nous encerclaient en rangs serrés, et ils n’ont plus vraiment l’air de craindre énormément les patronus… Quand tu es tombé… tu es vraiment amoché Harry… Je sais pas comment tu as résisté, il y avait du sang partout…

Il était effectivement couvert de ses grandes plaies aux couleurs inquiétantes, qui ne se refermaient pas, malgré toutes les pommades, remèdes, potions, qu’il avait reçus depuis son arrivée.

- Bref, on t’a mis comme on a pu dans le Magicobus, résuma Hermione sous le regard noir du jeune homme qui voulait qu’elle passe à la suite.

- Ils nous bloquaient de partout. Pourtant le bus peut passer n’importe où, mais là, ils nous retenaient. Il a fallu mettre plein gaz, lâcher un maximum de patronus… ça a été très compliqué. Ils se sont accrochés un moment, mais à force de faire des bonds, on leurs a échappé. On a ramené tous les habitants Harry, ils sont tous sains et saufs. Heureusement que le bus est assez grand… Ils ont été installés au Ballet des balais pendant qu’on t’amenait ici. La directrice est en ce moment en train de discuter avec le ministre pour qu’ils soient pris en charge. Le ministère va avoir pas mal de sortilèges d’oubliette à donner, ils étaient en état de choc.

Harry avait du mal à se concentrer sur la conversation tant son corps lui donnait l’impression de s’engluer dans le matelas. Il parlait du bout des lèvres, en tentant le moins possible de faire de mouvements, s’il ouvrait trop la bouche, les plaies de son visage se rouvraient. Il serrait les dents.

- Alors, tout le monde est rentré ?

- Tout le monde, très secoués mais rentrés, approuva la jeune fille.

- Mais maintenant notre couverture est tombée, tout le monde va savoir ce qu’on fait, non ? demanda t-il malgré tout terriblement soulagé.

- Faisons confiance à Mc Gonagall pour ça, nous verrons bien… Il n’y a que les professeurs de Poudlard qui nous ont vus avec les moldus, on était déjà partis quand les aurors et les médicomages sont arrivés.

- Et pour le Magicobus ?

- Il a été grassement payé et remercié, si tu veux mon avis, ça ne leur fait pas de mal de redorer un peu leur blason. Ils devraient garder ce qu’ils savent pour eux. Tourne-toi, je dois nettoyer ton dos.

Le jeune homme collabora, de mauvaise grâce et avec d’infinies précautions. Quelques instants plus tard, elle le forçait à prendre les potions, et il dormait comme une tombe.


Il était seul. Les rideaux avaient été ouverts autour de son lit, mais plus personne n’était présent. Les lumières étaient éteintes. Pas un son ne filtrait. Ce vide l’angoissait. En quelques instants, des tremblements incontrôlables s’emparèrent de tous ces membres. Un voile s’était abattu sur ses yeux ouverts. Son cœur battait la chamade. Après de longues minutes, il s’entendit appeler à l’aide sans reconnaître sa voix. Il allait s’enfoncer à nouveau.

Soudain des bougies s’allumèrent.

- Qu’est-ce que c’est que tout ce… Oh… Harry… C’était l’infirmière d’une main chaleureuse, elle le ramena.

Des sueurs froides coulaient encore le long de son dos alors que des tremblements secouaient toujours son corps.

- Allez lui chercher ses camarades, l’entendit-elle à peine murmurer.

Les minutes semblèrent durer une éternité, même si en une dizaine de minutes Hermione, Ron et Thibaut étaient là. Il senti leurs mains sur lui, qui l’arrachaient à sa torpeur avant de les voir. Ses yeux pourtant, étaient ouverts et fixes depuis des heures.

- Il lui faudra peut-être des mois… murmurait l’infirmière. Il ne faut plus le laisser seul, j’aurais dû m’en douter…

Il lui fallut de très longues minutes pour reprendre ses esprits, ses amis étaient toujours là, en pyjama, à le regarder, particulièrement préoccupés. Petit-à-petit, il reprenait pied avec la réalité, et sa vue se fit enfin plus nette. Il avait dormi près de 24 heures, d’un sommeil agité. Lorsqu’il remarqua la façon dont on le regardait, le jeune homme rougit derrière ses balafres.

- Bienvenu parmi-nous, sourit Thibaut.

Harry se redressa péniblement pour pouvoir faire face à ses amis.

- Vous allez bien vous ? demanda t-il d’une voix éraillée.

- On s’est pas mal reposé aujourd’hui pour ne pas manquer une autre journée de cours, ça va un peu mieux, répondit Hermione.

- Et toi ? demanda Ron en grimaçant.

- Quand je me regarde j’ai l’impression que je suis en train de pourrir, répondit-il, mi-amusé, mi-sérieux.

La vérité c’est que toutes ses plaies le faisaient terriblement souffrir. Il était écorché vif, et malgré les traitements, elles ne s’étaient toujours pas refermées.

- Drago va vraiment pouvoir m’appeler le balafré maintenant, faut voir le bon côté, ajouta t-il.

- C’est pas drôle Harry ! T’aurais pu y rester !

- D’ailleurs vous savez comment les Serpentards ont su qu’on partait ? continua t-il en ignorant superbement la jeune femme.

- Non, mais ils nous ont dit qu’ils passeraient te voir.

- Tu veux pas qu’on ouvre tes friandises au lieu de trop réfléchir ? demanda Ron, sous les regards exaspérés ou amusés de ces amis.

C’est à ce moment-là qu’il remarqua la petite pile de paquets sur sa table de chevets, apportée par ses élèves, des membres de cours de duel, ou ses amis.

- Servez-vous, moi je serais pas contre quelque chose de plus consistant, je ne sais pas depuis quand j’ai pas mangé mais ça doit faire une éternité.

- En voici de sages paroles ! Approuva Ron appréciateur. Je vais te chercher ça en cuisine.

Un léger silence suivit son départ.

- Tu nous as quand même sauvé la mise, on y serait tous passé, reconnu Hermione. Mais tu aurais dû revenir avant de faiblir autant Harry… La jeune fille avait les larmes aux yeux. A côté, Thibaut n’en menait pas large non plus, une main sur l’épaule du convalescent.

- Qu’est-ce qu’ils t’ont fait… tu… Elle ne continua pas.

- Je vais bien, ça va passer Hermione…

Dans les faits, lui aussi était inquiet, et n’avait cru jamais revenir. Il n’osait même pas regarder son corps.

- J’imagine que Duchong ne doit pas être ravie de se taper tous mes cours, s’amusa t-il pour détendre un peu l’atmosphère.

- Je pense qu’elle viendra elle-même te maudire dans la journée, Mc Gonagall aussi d’ailleurs.

- Je dormirai peut-être pour l’une des deux, dit-il dans un sourire.

Ron revînt en même temps que Mme Pompresh. Il avait ramené le petit déjeuner pour tout le monde ainsi qu’une solide ration de purée, des saucisses, des tranches de jambon, du poulet roti, de quoi faire un festin.

- Je ne comptais pas rattraper tous mes repas en une fois tu sais.

- On ne sait jamais, ça ne peut que te faire du bien !

Sans plus de ménagement il le servit, apporta une grande carafe d’eau, et le laissa manger sous le regard scrutateur de l’infirmière de l’école.

- N’en abusez pas trop non plus, une indigestion serait plutôt malvenue dans votre état, finit-elle par dire.

Ron prit cette remarque pour un affront personnel, alors qu’il resservait son ami, la bouche pleine de confiture. Il ronchonna un instant mais préféra se taire quand Hermione lui donna un coup de coude assez insistant.

Vers 9h du matin, ils le quittèrent pour reprendre les cours. Harry se sentait le cœur un peu plus léger. Hermione lui avait apporté quelques livres pour l’occuper. Dans la matinée, Mc Gonagall était venue lui rendre visite, et l’avait vertement remit en place.

- A quoi pensiez-vous ? Je ne remets pas en cause votre courage ni votre action, mais il vous suffisait de nous prévenir !

- On était un peu pressé, répliqua t-il acide.

- Et on voit où ça vous a mené… Harry, vous n’avez pas à supporter seul le poids du monde, ajouta t-elle plus doucement.

- Il aurait pu y avoir des morts, mais il n’y en a pas, il y a de quoi être satisfait.

- Je ne le nie pas, et ne doutez pas que tout le monde vous en remercie, mais tout de même, arrêtez d’être une tête brûlée pareille ! Vous n’imaginez pas les sornettes que j’ai dû dire à Kingsley pour vous couvrir, c’est un ami ! Vous me devez des explications !

Ne se sentant pas le courage de lui mentir, Harry lui raconta le minimum. Il avait appris l’attaque, avait contacté des amis, et ils s’étaient lancés dans la bataille.

- On essaye d’être attentifs à ce qu’il se passe, et on se tient au courant, résuma t-il de façon évasive.

- Promettez-moi de ne pas foncer tête baissée et de me prévenir quand vous en aurez besoin. Je ne tiens pas à voir une partie de mes élèves dans votre état la prochaine fois.

Du bout des lèvres, le survivant acquiesçât, avant que la directrice ne referme la porte et que ses pas ne s’éloignent dans le couloir. La journée s’annonçait longue.




Drago l’avait regardé de façon trop insistante en arrivant, avant de détourner le regard très vite. Harry lui-même n’avait pas voulu se voir dans un miroir. Mais à chaque nouvelle visite, c’était la même scène, de la pitié, ou de la frayeur dans leurs yeux, devant son état. Voilà trois jours qu’il était enfermé à l’infirmerie, et la seule nouveauté qu’il avait relevé était l’arrivée de démangeaisons presque incontrôlables au niveau de ses plaies suintantes.

- Au moins t’as l’air d’avoir un peu moins mal, remarqua le Serpentard en s’asseyant sur la chaise à côté du lit.

- Je fais aller, mais franchement, ça devient invivable de rester enfermé ici, se plaignit-il.

- En même temps tu donnes l’impression de tomber en morceaux… ça ne donne pas envie de te croiser dans un couloir la nuit, railla t-il. Pompresh a trouvé comment en venir à bout ?

- Elle est allé à St Mangouste tout à l’heure, elle doit ramener quelque chose de plus efficace, j’ai dû tester tous ces cataplasmes…

- T’es increvable hein…

- Comment vous avez su ? demanda finalement Harry au bout d’un moment.

- Il y a quelqu’un qui veille toujours sur toi et sur ce que tu fais. Tu sais bien qu’il a toujours eu un œil sur tout ce qui se passe dans Poudlard. Dumbledore, enfin son portait.

- Tu veux dire que tu discutes régulièrement avec lui ? Reconnais que ça paraît un peu étrange.

- Depuis le début de l’année oui, il est venu me trouver quand j’en ai eu besoin, ce vieux fou tient toujours les ficelles de cette école, reconnu le blond dans une grimace.

Harry fût surprit dans un premier temps, mais il fallait reconnaître qu’il n’y avait rien d’étonnant. Dumbledore était le roi des manigances, son portrait devait avoir son réseau lui aussi, quoi de mieux qu’un portrait pour en espionner d’autres. Finalement, il y avait dans cette histoire quelque chose de terriblement rassurant.


Il dormait mal la nuit. Chaque fois il luttait à nouveau contre eux, contre leur poison qui s’était infiltré dans ses veines, dans sa chair, contre ce voile sur ses yeux, et ces mains décharnées. La potion qu’il prenait chaque soir pour un sommeil sans rêve n’y changeait rien, chaque matin, des cernes sombres marquaient son visage. Mme Pompresh avait ramené de nouvelles potions de St Mangouste, bien plus puissantes. Elle les avait manipulées avec d’infinies précautions, avant de le faire boire ou de les appliquer sur ses blessures. Mais son acharnement finissait par payer. Lentement, la cicatrisation se faisait, les griffures, les balafres séchaient. Au bout d’une interminable semaine à rattraper ses cours avec Hermione, il pût sortir, et accepta enfin de se regarder dans un miroir. Une grande lassitude s’empara de lui. Le regard triste, il observait son reflet. De grands traits sombres, tantôt fins, tantôt épais, dessinaient de grandes déchirures sur sa peau. Aucune partie n’était épargnée. Plusieurs de ces cicatrices traversaient ainsi son visage. D’après l’infirmière, elles disparaîtraient en quelques semaines, mais en attendant, il risquait d’être dévisagé dans les couloirs.

Le professeur Slughorn lui avait préparé un petit stock de potions pour lui permettre d’éloigner ses démons, mais ce n’était que provisoire, il n’était pas bon d’en consommer trop longtemps. Le lendemain, il reprenait les cours. Ses amis étaient venus le chercher avant le repas du soir.

Comme prévu, son entrée dans la grande salle ne passa pas inaperçu. L’histoire avait bien sûr fait le tour de l’école, malgré cela, un silence l’accueilli lorsqu’il en franchit les portes, tous les yeux braqués sur lui. Petit à petit, les murmures emplirent la salle, inutile de préciser quel devait en être le sujet. Les regards étaient inquiets, parfois effarés. Harry comprit un instant ce que devait ressentir Maugrey quand on l’observait, et bénit le ciel de ne connaître ses cicatrices que provisoirement.

Il était bon de revenir à la table des Gryffondors. Ron, qui avait prit pour mission de ne pas voir dépérir son ami, remplit machinalement son assiette avant que Harry n’ait le temps de s’assoir et avec tout ce qui lui passait sous la main. Son regard ne laissait la place à aucune réplique, alors amusé, il s’installa. Il était plutôt inattendu de voir un grand gaillard être encore plus attentionné que sa mère.

- Ah au fait Harry, on t’a pas dit, commença Hermione le plus naturellement du monde, mais hier on est allé faire un repérage autour du manoir où vit Ombrage.

- Vous avez quoi ?!! s’exclama t-il en avalant de travers.

- Tu ne croyais quand même pas qu’on allait retarder une visite pareille, et puis tu n’étais pas en état de venir, alors on a préféré ne pas t’inquiéter, continua t-elle, d’une voix égale.

A côté, Ron et Thibaut n’en menaient pas large et s’étaient soudain faits plus silencieux, les yeux baissés sur leurs assiettes.

- Vous auriez pu au moins m’en parler ! s’indigna t-il plus bas en regardant autour d’eux à la recherche d’éventuelles oreilles indiscrètes.

- Ne me fais pas ce coup-là, répliqua t-elle implacable, tu n’aurais jamais accepté de ne pas venir, on était tous d’accord, dit-elle en cherchant les regards fuyants des garçons qui se défilaient. Et on s’en est très bien sorti, Drago, Thomas et Samuel sont vraiment fiables. On a fait un bon repérage, j’ai pu tracer un plan des alentours du manoir, et on a pu observer quelques personnes qui s’y rendaient, ainsi que notre crapaud en chef.

- Et alors la prochaine étape ?

- Il faudra qu’on en décide tous ensemble, on ne peut pas organiser ça à la légère, mais en même temps il ne faut pas trop attendre, on ne peut pas courir le risque de les perdre s’ils changent de repère.

Il jeta un œil à la table des Serpentards, ou les trois adolescents semblaient avoir devinés la raison de l’agitation à l’autre bout de la salle, et se faisaient très discrets.

Comme à son habitude, Harry ronchonna dans sa barbe. S’il n’aimait pas une chose, c’était bien avoir l’impression de rester en arrière sans rien savoir. Il comptait bien avoir un compte rendu détaillé de leur expédition après le repas.


Depuis la table des professeurs, Hagrid le regardait tristement. Il était en grande conversation avec le professeur Flitwick, et tous deux avaient la mine grave. Harry tenta un sourire en sa direction et le salua de la tête. Mais la main que leva le demi-géant en sa direction manquait de gaité, il était inquiet pour lui. L’humeur du professeur de soin aux créatures magiques était assez représentative de toute la table des professeurs. L’aventure avait quelque peu affecté l’ambiance légère de l’école. Mais Harry sentait germer une petite idée dans son esprit pour remédier à ça.


Après le repas, les Gryffondors trouvèrent refuge dans le bureau de Harry. Aussitôt, la conversation se fit très animée suite à la visite du siège de Ombrage.

- Cette fois-ci, on prévient le ministère. On ne fera rien de plus que les aurors et Mc Gonagall ne nous couvrira pas une fois de plus, attaqua Hermione. Sans compter que tu n’es pas en état pour mener une attaque.

- Et s’il y a des fuites au ministère et qu’ils s’échappent avant l’attaque ? demanda Ron.

- Kingsley est quelqu’un de confiance, il saura prévenir qui il faut et écarter ceux dont il doute.

- D’autant plus que si le ministère est prévenu au dernier moment, il y a peu de risques, approuva Thibaut.

Harry regarda tour à tour ses amis, terriblement pensif. Ils avaient raison, ils avaient beau être une bonne équipe, ils n’apporteraient rien de plus que des aurors. Il se balançait sur sa chaise en faisant jouer sa plume entre ses doigts.

- C’est le mieux à faire, mais l’occasion est trop belle, on ne doit prendre aucun risque. S’ils s’échappent ils seront encore plus méfiants et on risque de ne pas retrouver leur trace.

- On pourrait être quelques personnes sur place pour appliquer un sort anti-transplanage, proposa Hermione.

- Et bloquer la cheminée, c’est bien Ernie qui travaille au département des transports ? demanda Thibaut.

- Comme ça ils seraient bloqués, et même s’ils étaient prévenus de l’extérieur ils ne pourraient pas s’échapper. Les aurors pourront leur tomber dessus.

- C’est sûr qu’on n’aura pas d’autres informations aussi précises, Drago et les autres seront écarté si Ombrage s’en sort.

- Bon, le samedi soir est le soir où ils sont les plus nombreux, c’est le meilleur moment pour un bon coup de filets. On préviendra le ministère en début de soirée, termina Harry.


C’est avec soulagement qu’il quitta son bureau pour retrouver son lit dans son dortoir, et qu’il s’endormit à côté de Thibaut, après avoir avalé sa potion.
Note de fin de chapitre :

J'espère que vous m'en voudrez pas trop de martyriser un peu notre héros national ^^
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.