S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


H comme Harry par noix de coco

[16 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Harry tourna la tête vers ses enfants et toutes leurs familles.
De l’autre côté, à ses côtés, il savait qu’il y avait Ginny, Ginny son épouse, son seul amour.

Ginny, partie tellement tôt, la mort est vraiment sadique. De quel droit avait-elle décidé que son épouse devait les quitter pour rejoindre le monde des disparus ? Il en avait tellement souffert, il avait cru mourir le matin où il l’avait découverte froide dans ses bras. Elle était partie comme ça, silencieusement, paisiblement, sans qu’il ne s’en rende compte. Pendant de longs mois, il s’était accusé de sa mort, pensant à tort que s’il avait eu le sommeil moins lourd, il l’aurait entendue et qu’il aurait pu l’accompagner, vivre ses derniers instants.

Une larme perla au creux de son œil, brouillant sa vue momentanément. Il aperçut plus qu’il ne vit l’un de ses descendants tirer sur la manche de sa mère, la fille de sa Lily. Son arrière petit-fils.

« Maman, je veux monter à côté de Grand Papy. Je veux lui faire un gros bisou.»

Vicky se baissa et regarda avec émotion son petit garçon avant de le prendre dans ses bras. Doucement, elle le posa sur le bord du lit. Harry tourna ses yeux presque éteints vers le jeune garçon. Il tendit sa main fripée pour toucher sa joue lisse et douce de nourrisson. Il l’attira à lui et laissa l’enfant caresser à son tour ses joues creuses de vieillard.
Puis Alvin se pencha sur la joue parcheminée et y colla un énorme baiser retentissant.
Une larme coula sur sa joue lorsqu’il murmura « adieu Papy, fais un bisou à mon tonton James. »

Vicky retint le sanglot qui déchirait sa gorge. Elle reprit son enfant dans ses bras, se pencha sur son grand-père et l’embrassa légèrement sur le front.
« Je te laisse Papy ; Albus et Maman souhaiteraient te voir eux aussi. »

Elle referma la porte derrière elle. Tout le monde, il aurait revu tout le monde avant de partir, avant de fermer les yeux.

Doucement, la porte de chêne brun s’ouvrit dans un agréable grincement. Malgré son âge plus qu’avancé, Harry avait toujours la même ouïe qu’autrefois, seule sa vue avait baissé. Lily, sa petite dernière, grand-mère comblée, entra la première, rapidement suivie par son frère aîné. Albus tenait dans ses bras sa petite fille, le seul enfant Potter qui avait les yeux verts de Lily James Potter. C’était le lègue que Harry avait transmis à son fils, cadeau que Albus avait transmis à Lizbeth, son unique fille. Cadeau qui se transmettrait encore pendant de longues générations. Harry en était sûr.

« Papa » La voix de Lily était un murmure anxieux. « Papa, Scorpius voudrait entrer, est-ce que tu lui donnes ton accord ? »
Harry hocha la tête. Après toutes ses années, il ne regrettait plus le mariage de sa fille avec le fils de Drago Malefoy. Qu’aurait-il pu lui dire ? Ils étaient mariés depuis trente ans sans que leur couple n’ait connu le moindre problème.
Harry se souvenait très bien du jour où il avait découvert sa fille dans les bras de Scorpius, à la fin de leur sixième année sur le quai de la gare. Sa colère avait été terrible, il ne pouvait admettre que deux personnes aussi différentes puissent s’aimer mais, malgré vents et tempêtes, leur couple avait survécu à la colère des deux pères. Et ils avaient eu de beaux enfants. Vicky premièrement, suivie par Andrew, Molly et Yannis. Tous avaient leurs propres familles, nombreuses et heureuses, dispersées de-ci, de-là dans les mondes sorciers de la planète. Harry regrettait de ne pas avoir revu plus souvent tout ce petit monde.

Son cœur se serra douloureusement dans sa poitrine et malgré l’obscurité, tous purent voir son visage blanchir soudainement. Ses mains se crispèrent sur les draps et la couverture blanche.
C’est à ce moment là que Scorpius entra. En silence, il s’approcha de son beau-père et lui serra longuement la main. Les paroles étaient inutiles. Tout avait déjà été dit. Ils savaient que c’était les dernières heures, les dernières minutes avant que la Faucheuse ne passe.
Scorpius, passa une main dans le dos de son épouse et il l’attira à lui pour lui murmurer qu’il était temps pour eux de sortir afin de laisser leurs places à ses vieux amis.
« Embrasse Maman, James et la famille Weasley. Je vais dire à Hermione et Ron d’entrer. »

Epuisé, Harry ne put qu’approuver d’un long regard humide.

Quelques minutes plus tard, c’est un très vieux couple qui pénétra dans la petite chambre sombre. Hermione, tout en s’appuyant sur sa canne sans laquelle elle ne pouvait plus se déplacer, alla entrouvrir les rideaux noirs de la fenêtre. La lumière vive et crue entra violemment dans la pièce et Harry ferma les yeux un instant. Il ne pouvait plus sortir depuis que la maladie rongeait sa rétine et la lumière était toujours une véritable souffrance désormais ; triste pour un homme qui avait tant aimé voler dans le vent, les yeux dans le soleil.

Ron agita sa baguette et fit apparaître deux sièges en rotin sur lesquels ils s’assirent ensuite.
Hermione prit la parole. Sa voix, autrefois si sûre d’elle était devenue celle d’une femme puis celle d’une petite vieille. C’est avec sa voix chevrotante d’émotion qu’elle osa dire ce que tout le monde savait.
« -Tu vas nous quitter toi aussi, Harry ?
-Hélas Hermione, c’est la vie mais ça fait déjà vingt longues années que j’attends le moment où je vais pouvoir retrouver ma Ginny et tous ceux que l’on a vu partir. Vos parents, les miens, les membres de nos familles, nos amis. Il faudra bien qu’on les retrouve un jour et ce jour est venu pour moi. Il n’y a qu’une chose que j’aurais aimé savoir avant de quitter notre monde. Je suis sûr que vous aussi, vous vous la posez, n’est-ce pas Hermione ? Tu n’as pas changé et je sais que ça fourmille encore de questions sous tes cheveux blanchis par les années. »

Hermione passa une main dans ses cheveux et caressa machinalement son crâne.

« Oui, je sais de quoi tu parles Harry. Ron et moi en parlions il y a quelques heures.
- C’est vrai, mais jusqu’à maintenant personne n’a eu de réponse cohérente à nous fournir.
- Nous allons mourir sans savoir pourquoi nous aurons été de vieux centenaires. Regardons-nous, je vais mourir à cent dix-sept ans. Vous allez encore vivre quelques années mais si on fait bien attention, tous nos proches auront vécu longtemps. Vos enfants, Rose et Hugo approchent des cent ans, mes enfants également. Neville et Luna sont centenaires également, tout comme la grande majorité de ceux qui ont combattus Voldemort. Qui est capable de nous l’expliquer ? »

Le silence s’installe mais Ron le coupa bien vite.
« Tu oublies Ginny, Harry. Ca fait vingt ans qu’elle est partie.
- Je sais Ron, je ne l’oublie pas mais je crois qu’elle est morte à cause de son coeur, sinon, elle aurait vécu aussi longtemps que nous. »
Hermione s’immisça entre eux et leur rappela que leur amie avait tout de même eu le temps de fêter ses quatre-vingt dix-sept ans. Un age somme toute, plus que respectable.

Harry ferma les yeux tandis que la douleur revenait encore dans sa poitrine, comprimant ses poumons. Sa vue se troubla, lui laissant croire son instant venu mais aussi vite que le mal était revenu, aussi vite il repartit.

Hermione se leva aussi vite qu’elle le put et se pencha sur leur ami.
Gardant les paupières fermées, Harry murmura doucement sa dernière supplique.

« Hermione, demande à l’un de mes petits enfants son balai. Je voudrais monter une dernière fois avant de partir. »

La vieille femme hoqueta qu’il était inconscient mais Ron se leva et alla chercher un balai.
« Laisse-le Hermione, c’est ainsi que Harry veut partir, pas dans un lit de mort, entre des draps de soie. »


Ensuite, Vicky et son mari s’occupèrent d’amener leur grand-père dans le jardin du Terrier où tout le monde s’était retrouvé.
Harry fit un effort pour se tenir droit et ne pas vaciller. Vicky plaça le balai entre les jambes du vieil homme.

Hermione pleurait doucement contre l’épaule de Ron. Tous les autres membres de la famille avaient la gorge nouée, les larmes aux yeux, ou sanglotaient plus ou moins discrètement dans les mouchoirs.
Harry repensa à Hagrid, ses mouchoirs grands comme des nappes, son émotion constante, son amitié.
Il n’avait pas eu le temps d’aller le voir le jour où un mangemort pas encore capturé l’avait torturé puis tué. Cela faisait plusieurs semaines qu’il avait prévu d’aller voir son ami et sa femme, Madame Maxime qui venait d’accoucher d’un petit Harry, demi géant lui aussi. Finalement il l’avait revu, mais mort et froid sur leur immense lit.
Il chassa de son esprit cette horrible pensée pour ce concentrer sur ses derniers instants.

Grâce à un sort d’immobilisation, Harry fût maintenu puis sa petite-fille se recula.

Harry ouvrit lentement les yeux, leur laissant le temps de s’habituer à la violence de la lumière extérieure. Puis il attrapa une petite bourse pendue à son cou et en tira une petite boule dorée. Son Vif-d’Or.

Il entrouvrit sa main, laissant à l’objet magique la place suffisante pour dégager ses ailes froissées par le temps. La petite chose gigota et attira la lumière sur lui. Lentement, Harry ouvrit sa main et il le libéra.
Le Vif-d’or s’envola immédiatement et virevolta autour de son propriétaire.

Harry donna un coup sur le sol et il s’envola. Le vent sifflait doucement dans ses oreilles, jouant dans ses cheveux qu’il avait toujours autant ébouriffés, l’englobant et le portant.

Harry tira sur le manche et il monta un peu plus haut encore. Le Vif-d’Or était toujours là, tournoyant autour de lui. Comme dans une dernière danse. Il se pencha sur le manche de bois verni et fila encore plus vite.

Il se revit pour la première fois sur un balai. C’était lorsqu’il avait volé pour rattraper le Rapeltout de Neville. Il avait adoré ce moment, totalement libéré, uniquement concentré sur l’objet de son ami.

Il fila encore un peu plus vite. D’en bas, ses amis ne le voyaient presque plus, ils l’apercevaient et ils se sentaient heureux pour lui. Cela faisait tellement longtemps qu’il n’avait pas pu voler.

Le Vif-d’or remonta un peu plus encore et Harry poussa son balai vers le haut. Il franchit l’épaisseur humide et froide des premiers nuages. Le froid le gagna rapidement et, à regret, Harry redescendit un peu plus bas.

Il vola sur plusieurs centaines de mètres, observant une dernière fois ces collines, le Terrier. Regarda une dernière fois sa famille réunie tout en bas. Huma une dernière fois l’air frais et parfumé de ce mois de mai.

C’est là qu’il la sentit, la douleur, plus dure, plus méchante. Son cœur se serra, le faisant suffoquer. Il cherchait un air qui ne rentrait plus dans ses poumons.

Mais malgré ça, il se sentait bien. Apaisé…
Il regarda autour de lui et il la vit, elle, son ange.
Sa Ginny.
Elle tendit les bras vers lui…
Et puis, ses yeux se fermèrent, tandis qu’un dernier souffle s’échappait de ses poumons.

Le balai entama lui-même sa chute vertigineuse lorsqu’il sentit le poids du corps inerte sur lui. Hermione, d’un mouvement souple du poignet ralenti sa course folle et posa le balai sur l’herbe fraîchement coupée.



Edition du Soir de la Gazette :
« Harry, le Survivant. Celui qui a vaincu Voldemort n’est plus. Il s’en est allé ce soir, après une course effrénée dans le vent sur un vieux Nimbus 2000.

C’est toute une nation qui s’associe à sa famille et à ses amis pour présenter ses condoléances et les soutenir dans leur souffrance.

Personne, jusqu'à maintenant, n'a été capable d'expliquer cette extraordinaire longévité... »
Note de fin de chapitre :

Voilà, j'espère que la fin de notre héro ne vous a pas déçu.
Dans l'attente d'une ou deux reviews pour me donner votre avis.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.