S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier c’est possible avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


L'histoire de la magie (en moins ennuyant) par Pattenrond

[2 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

avoir lu le tome 7.
L’Histoire de la magie (en moins ennuyant)

Le petit John souriait, aux anges. Son père avait accepté qu’ils aillent tous les deux au cinéma. Le cinéma était une invention toute nouvelle, inventée cet été, en 2145. On disait cependant que les moldus avaient inventé une invention similaire (du même nom) il y a plus de 200 ans. Et même chez les moldus, les images pouvaient être en 3D.

John, par contre, se disaient que le cinéma moldu ne pouvait égaliser le cinéma sorcier. Il avait peut-être raison, car ce cinéma était d’une telle réalité. Si réel, qu’on l’appelait le voyage dans le temps.

D’ailleurs, chez les sorciers, on ne diffusait que des films éducatifs. Le plus populaire était L’Histoire de la magie et c’est ce film qu’allaient voir John et son père. Rick, le père de John disait sans cesse qu’il était un petit chanceux, car il n’aurait pas à subir les cours ennuyants d’histoire de la magie (eh oui! Ce cher vieux Binns n’était toujours pas mort ou plutôt il enseignait toujours). En effet, à Poudlard (l’école de sorcellerie évidemment), les élèves écoutaient des films. Celui qu’allait voir John et son père, cependant était plus pour se divertir.

Finalement, ce fut au tour de John et de son père d’y aller. Ils entrèrent dans une petite cabine (pour eux deux seulement), et s’installèrent dans les fauteuils. John était tout excité et Rick souriait devant l’air de son bambin. La porte de la cabine se referma et toute la lumière disparut. Puis, soudain, la cabine s’anima et la lumière revint. On pouvait voir un dragon ainsi que des dinosaures au loin. John s’enhardit à le toucher et lorsqu’il constata abasourdis, qu’il y parvenait, le petit fit un bond en arrière. Par contre, le dragon ou l’image (peu importe ce que c’est), ne lui prêta aucune attention. Puis, John entendit une voix. Elle semblait parvenir d’ à côté de lui, cependant, à côté, il n’y avait que son père qui ne parlait pas. De toute manière, ce n’était pas sa voix. Celle-ci disait :

-Beacoup des animaux fantastiques existaient déjà bien avant l’existence des hommes : des dragons, des licornes, des sphinx, des salamandres de feu et même des centaures. Chez les moldus, les chrétiens (une religion) croient que ces animaux disparurent lors du déluge. Les autres animaux connus des moldus, eux, avaient été sauvés par l’arche de Noé. Bien évidemment, nous, sorciers savons que ces animaux existent encore. Plusieurs historiens croient que c’est de ces bêtes magiques que nous provient notre magie.

L’image changea. On voyait maintenant un homme, sale et poilu. Il venait apparemment de la préhistoire.

-Voici un chaman. Il possède des pouvoirs magiques, mais ceux-ci sont peu développés. Beaucoup des chamans possèdent un don de divination et sont respectés de leur peuple. Celui-ci s’appelle Gorgot et est un des premiers à faire une importante découverte.

Gorogot, le chaman se dirigea vers un arbre. Il prit une branche et l’arracha. Ensuite, il y mit une chose qui était très blanche et lumineuse.
-Il vient de créer une baguette magique avec un crin de licorne. Déjà à cette époque, la magie était à peu près héréditaire et le chaman transmit son secret à ses fils et à ses filles qui à leur tour transmit ce secret à leurs enfants. À ce jour, le plus jeune descendant de Gorgot, Phillip Ollivander, continue de fabriquer des baguettes.
Par la suite, peu de choses se produisirent dans le monde de la magie. Certains sorciers ne savaient même pas qu’ils en étaient. D’autres le savaient et avaient un nom redouté ou admiré dans la petite communauté sorcière. Dès lors, il y avait des sorciers partout dans le monde. Un jour, quatre illustres magiciens firent avancer l’état des choses.

Soudain, trois personnes apparurent dans une salle peu éclairée. Ils semblaient attendre quelqu’un ou quelque chose et effectivement, peu après apparut une quatrième personne.

-Tu es en retard, fit remarquer froidement la plus petite des personnes, un homme. Il avait les cheveux noirs à mi-épaule et un visage pâle que son long nez et ses yeux verts faisaient ressortir. Malgré sa petite taille, il avait un maintient impeccable qui le faisait grandir

-Désolé mes amis, fit le nouvel arrivant, mais je me suis attardé dans la ville. Il y a tellement de futurs magiciens. Celui-là était grand et bien bâti. Il ressemble à un chevalier pensa John et effectivement, l’homme portait une épée. Il avait une longue crinière blonde et des yeux bruns.

-Tu es pardonné, déclara une des deux femmes, parle-nous plutôt de ton idée, Rowena.
Celle qui avait parlé avait un visage banal avec un air de bonté cependant. Petite blonde aux yeux bruns, elle passait difficilement pour une puissante sorcière.

La dernière, celle qui n’avait pas encore parlé, une belle femme aux cheveux noirs et aux yeux bleus, commença ainsi :

-Voilà, un jour, nous mourrons, c’est un fait. Notre magie, plus puissante que n’importe qui disparaîtra avec notre corps. Elle marqua une pause.

-Où voulez-vous en venir? demanda le petit homme.

-Cher Salazar, continua Serdaigle, où je veux en venir, c’est simple, nous mourrons, alors pourquoi ne pas nous assurer que la magie nous survit. Nous pourrions enseigner à de jeunes sorciers.

John regarda le petit homme et un frisson le parcourut lorsqu’il sut qu’il s’agissait de Serpentard.

-J’aime bien l’idée approuva l’autre femme (ce devait être Pouffsoufle). Cependant, il reste beaucoup de problèmes. Où leur enseignera t-on? Qu’est-ce qu’on va leur enseigner? Et les non-sorciers?

-Je comprends tes interrogations, chère Helga, reprit Serdaigle, cependant une question à la fois. Commençons par le Où?
-Il y a un château abandonné, près d’une forêt. C’est d’ailleurs dans cette forêt que je cueille tous mes ingrédients pour les potions. Ce n’est pas très loin et le château serait facile à restaurer avec de la magie. On pourrait lancer un sort anti-moldus.

-Quant à ce qu’on va leur enseigner, c’est simple, déclara le géant Gryffondor, tout ce qu’on sait : potions, sortilèges, métamorphose, divination, soins aux créatures magiques, astronomie, arithmécie. J’aime l’idée de Serpentard, mais, moi, je propose d’en plus de mettre plusieurs enchantements puissants pour protéger les élèves.

-Bonne idée Godric, dit Serdaigle, il reste cependant un point à éclaircir. À qui?

-Eh bien, il me semble que c’est fort bien démêlé dans ma tête commença Pouffsoufle, j’enseignerai à tous ces élèves, peu importe leurs qualités et leurs défauts.

-Moi, par contre, il est hors de question que j’enseigne à des jeunes sorciers qui n’ont pas des parents sorciers.

-Leurs ascendances ne m’importent pas. Seule compte leur courage, déclara Gryffondor en sortant son épée de son fourreau et en la brandissant bien haut. Il sembla à Rick qu’il avait déjà vu cette épée quelque part.

-Non l’intelligence et la sagesse comptent tout autant, sinon plus, assura Serdaigle fièrement, son diadème sur sa tête.

-Que propose-tu Rowena, toi qui est la plus sage, face à ce problème demanda Gryffondor.

-Hum, réfléchit cette dernière, pourquoi pas… Je sais, faisons quatre maisons différentes. Serpentard accueillera les nobles sangs-purs, Gryffondor les courageux jeunes gens, Pouffsoufle les travaillants et loyaux amis et Serdaigle accueillera les personnes intelligente.

-Bien d’accord admit Gryffondor, chaque maison pourrait avoir ses couleurs et son blason. J’ai déjà le mien annonça t-il en montrant son armure avec dessus un lion doré sur fond rouge.

-Bien. Rencontrons-nous demain à la même heure, au même endroit, je vous montrerai le château déclara Serpentard.

L’image des quatres sorciers les plus puissants de leur époque ainsi que la pièce sombre où ils se trouvaient disparut et le noir revint dans la cabine. La voix recommença à parler.

-Godric Gryffondor, Salazar Serpentard, Rowena Serdaigle et Helga Pouffsoufle furent les premiers à fonder une école de sorcellerie qu’ils appelèrent Poudlard. Par la suite, Gryffondor créa le choixpeau magique, Serpentard se chicana avec les trois autres et fonda une chambre secrète que seul son héritier pourrait ouvrir, enfin cela est une légende. Passons maintenant à la domestification des elfes de maisons. Les elfes étaient déjà des créatures pacifistes et obéissantes. Elles faisaient tout ce que voulait leur chef ou sinon, se punissaient. Les elfes avaient aussi la manie de se cacher dans de grandes maisons. Peu à peu, les sorciers les trouvèrent.

Une image apparut (ou plutôt une scène se produisit sous le nez de John et Rick). C’était un elfe avec de grosses oreilles et une taie d’oreiller pour seul vêtement.

-Voici Trixi, une des premières elfes à avoir été embobiné dans un contrat pour elle et ses enfants. Nous sommes encore dans l’antiquité, sous les romains. Son maître, lui, est Ignatus Carcamus, celui à avoir fait les droits et devoirs des elfes domestiqués.

Un homme apparu dans la pièce. Il était vêtu d’une tunique à la façon des romains.

-Trixie, je m’en vais au bureau. Prépare le dîner pour mon retour.

-oui, maître, dit la petite créature, obéissante

L’homme sortit de la pièce et transplana. Il était maintenant dans un hall bondé avec des statues représentant un sorcier, une sorcière, un centaure et un gobelin. John reconnut le hall du ministère. Il était étonné, il ne savait pas que c’était aussi vieux. Il remarqua aussi que la statue de l’elfe manquait. Il se dit qu’elle n’avait pas été construite encore.

L’homme se dirigea vers les escaliers (l’ascenseur n’avait pas encore été inventé) et descendit vers ce qu’il semblait être son bureau. Lorsqu’il y fut, il écrit un billet. Il le plia en avion, l’ensorcela et le billet s’envola. Le sorcier s’assit et attendit. Peu après, un autre sorcier arriva et Ignatus Carcamus se leva pour l’accueillir.

-Ah! Cesarus, entre, je t’en pris dit-il au nouveau venu.

-Cher Ignatus, tu m’as fait venir pour discuter de ton projet sur les elfes.

-Oui, Je crois que tout sorcier a droit à un elfe de maison. D’ailleurs, ça ne dérange pas du tout ces créatures. Elles sont obéissantes et se punissent sans qu’on leur demande si elles font quelque chose de mal.

-J’ai cru entendre que tu avais rédigé une charte, qu’attends-tu de moi?

-Voilà, effectivement, j’ai rédigé une charte appelée Les droits et devoirs de l’elfe domestiqué. En gros, ça dit que l’elfe doit faire ce que son maître dit, ne pas dévoiler les secrets du maître, ne pas dire des méchancetés sur le maître. Si l’elfe ne fait pas tout ça, il est en mesure de se punir lui-même et si le maître donne une pièce de vêtement à l’elfe, celui-ci est libre. Maintenant, ce que j’attends de vous, c’est fort simple, je ne peux pas faire entrer cette loi par ma seule autorité. J’ai besoin de vous.

-Et si je refuse demanda le dénommé Cesarus.

-Pourquoi refuseriez-vous, vous avez tout à gagner dans une loi comme celle-ci.

-Je doute que ce soit très humain pour les elfes, non?

-Je vous dis que mon elfe Trixie est fort heureuse de son sort. Si vous ne me croyez pas, faites en l’expérience vous-même.

Cesarus réfléchit un instant, puis accepta d’en faire l’expérience. Les deux hommes se saluèrent et disparurent de la cabine. La voix reprit.

-Cesarus accepta de faire passer cette loi qui dura encore plusieurs siècles. Maintenant, nous allons voir l’histoire d’un des plus illustres sorciers, Merlin.

Un vieil homme apparut, il avait une longue barbe blanche. Il parlait à un jeune homme d’une douzaine d’années environ. John présuma que c’était le mage Merlin et le jeune roi Arthur.

-Répondez-moi messire, comment avez-vous eu cette épée?

Le ton de Merlin disait que c’était lui le maître, même si le jeune homme avait droit de vie ou de mort sur lui.

-Je ne sais pas exactement ce qui s’est passé, mais je l’ai tirée de la pierre. On m’a dit de l’appelé Excalibur.

-Qui ON ?

-Je ne sais pas, dans ma tête, comme une intuition.

Merlin réfléchissait. John fut surpris d’entendre la voix du mage. Pourtant le vieil homme ne bougeait pas ses lèvres. John comprit qu’il ne parlait pas, mais qu’il réfléchissait.

-Excalibur, j’ai déjà entendu ça dans une de mes prédictions. Qu’est-ce que c’était déjà? Ah oui! La personne menée par Excalibur saura faire fuir les ennemis avec les chevaliers de la Table Ronde. Par contre, son royaume sera grandement menacé par deux personnes qu’ils croient dignes de confiance. La magicienne n’est pas un danger à exclure.
Mais qui était donc les deux personne indignes de confiance. Merlin se doutait que la magicienne était Morgane, sa cousine, mais les deux traîtres. Et si, ce n’étaient pas des traîtres, mais deux incapables qui ne savaient pas ce qu’ils faisaient. Merlin se résigna. Chacune de ses prédictions s’étaient révélées juste. Néanmoins, il ne pouvait se résoudre à abandonner le jeune prince.

-Qui vivra verra, dit-il pour rassurer le jeune roi.

La scène finit là.

-Maintenant, reprit la mystérieuse voix, allons explorer la sorcellerie du Moyen Âge. Dans ce monde très religieux, sorcellerie était égale à Diable et tout ce qui était sorcier était à torturer, puis à brûler. Ce que les moldus ne savaient pas, c’était qu’un sorcier pouvait fort bien survivre à un brasier en lançant un sort de chatouillis sur les flemmes.

Une image apparut, c’était un homme et il s’aventurait dans des ruelles jusqu’à une place publique où apparemment aurait lieu une exécution. Un brasier était allumé et on conduisait une femme aux cheveux rouges dessus. John remarqua qu’il n’y avait aucune trace de peur sur le visage de la sorcière qui semblait en fait se retenir pour ne pas rire.

Un homme apparut sur scène et annonça la sentence de la femme.

-La sorcière Joan Bynam sera brûlée vive.

La foule manifesta bruyamment son accord. L’homme que Rick et John avaient suivi dans le dédale des rues ne dit rien, mais sourit. Maintenant que John regardait plus attentivement, il n’était pas habillé exactement pareille comme les autres.

-Joan Bynam aimait tellement se faire brûler, qu’elle s’est fait arrêter 43 fois sous différents noms et costumes. Celle-ci est sa première fois.

Deux hommes qui portaient chacun une torche apparurent. Ils mirent le feu sur le bûcher où se tenait la sorcière. Celle-ci était toujours impassible. John la vit remuer les lèvres, mais il fallait être un observateur averti pour l’avoir vu. Le feu commença à atteindre ses pieds et elle baissa la tête. La foule, elle, continuait à crier. John remarqua que de violents spasmes secouait la sorcière. Les moldus devaient croire que c’était l’effet de la terreur, mais ce devait être le rire.

Soudain, l’autre sorcier, s’en alla. John et son père durent le suivre. Puis, à côté de lui, apparut une autre sorcière, celle qu’on brûlait là-bas.

-Bravo, Joan, belle prestation la félicita le sorcier
-Merci Henry, vers la fin, j’ai dû créer un double et transplaner. Ils n’ont pas remarqué que riais à perdre haleine.
-Moi, j’ai remarqué que tu étais secoué de violents spasmes, mais tu sais, ça aurait pu être la terreur.
-Ce n’est pas la dernière fois que je me fais brûler, déclara Joan, ces moldus peuvent être si idiots.

Puis, ce fut la fin de cette scène.

-Assistons maintenant à une des révoltes les plus meurtrières de Grande-Bretagne. Une révolte de gobelins, menée par Bogro Au Gros-Pif. Pour plus de facilités à la compréhension, toutes les paroles en gobelbabil ont été traduites en anglais.

Un gobelin apparut. Il était sur une estrade et parlait à une assemblée de gobelins, hommes, femmes et enfants. John trouva que comparer aux autres, le gobelin sur l’estrade avait un gros nez. Il supposa donc qu’il devait s’agir de Bogro Au Gros-Pif. Celui-ci commença à parler.

-Chers frères, chères sœurs. Depuis la nuit des temps, nous sommes persécutés par ces sorciers. Ceux-ci nous volent les objets que nous fabriquons de nos propres mains et ne reconnaissent même pas leurs crimes. De plus, ils refusent toujours que nous utilisions des baguettes magiques. Comme s’ils nous étaient supérieurs et que seuls eux pouvaient faire de la magie avec une baguette ! Nous, gobelins, devont faire quelque chose. Qu’attendons-nous mes frères? Attendons-nous de devenir des gobelins de maisons, comme nos cousins les elfes.

À ces mots, plusieurs gobelins de l’assistance répondirent NON en cœur.

-Alors, frères, fabriquons des armes et partons leurs faire avaler leurs stupides baguettes à ces satanés sorciers hautains. Mais, il faut faire attention. Nous ne devons pas faire comme les dernières fois où nous avons lamentablement échoué. Non, nous devons réussir, l’échec est interdit. On pourrait demander l’aide à des amis centaures, géants, vampires, loups-garous ou même elfes. Mes frères, que ceux qui sont avec moi, crient leurs accords.

-OUI, cria la foule entière.

-Parfait, demain, nous enverrons des délégations.

-Effectivement, dit la voix lorsque les gobelins eurent disparus, Bogro Au Gros-Pif a réussi à réunir des géants, des loups-garous et des vampires. Ce fut cette idée qui a été meurtrière pour les sorciers. De plus, nous nous sommes rendu compte que les géants pouvaient être très dangereux et nous les avons exterminés de la Grande-Bretagne. Quant aux loups-garous et aux vampires, leurs cas n’a pas été aggravés étant déjà persécutés. Les gobelins, aussi, ont souffert, ils ont été tués par dizaine de milliers. Cette révolte fut néfaste des deux bords. Maintenant, regardons l’épisode des sorcières de Salem.


À l’écran, on vit trois jeunes filles. Elles marchaient en rigolant et en gloussant. Soudain, elles s’arrêtèrent devant une auberge qui s’appelait Aux trois baguettes.

-Vous avez vu, dit une des jeunes filles, une rousse.
-Non, répondirent les deux autres.

John, lui, n’avait vu qu’un mûr s’ouvrire. …tait-t-il possible que ces trois jeunes filles n’étaient pas des sorcières.

La jeune rousse courut vers le mûr qui s’était ouvert il y a peu.

-Ce mûr, il s’est ouvert.

-HA HA HA, rit une blonde un peu grosse, ce que tu peux inventer des affaires, Laura

-Je ne plaisante pas Mary, c’est vrai.

-Et si, on attendait ici, et on vérifiait dit la dernière fillette, toute menue.

-D’accord, accepta Laura

-Peut-être, mais nous allons attendre longtemps, dit Mary.

-Peut-être pas et puis, cachons-nous ici.

Les trois fillettes se cachèrent derrière un muret et attendirent. Elle n’eurent pas à attendre longtemps, comme le prévoyait Mary. En effet, sous leurs yeux ébahis, quelques minutes plus tard, le mûr s’écarta pour faire passer deux hommes qui discutaient.

-Mais, voyons Pete, tu ne peux pas aller vendre ce balais.

-Et pourquoi pas?

-Eh bien, que feras-tu pour jouer au Quidditch, maintenant.

-Mon cher, Nicholas, c’est fort simple, je vais m’acheter un nouveau balais

-Et notre équipe, hein, qu’est-ce qu’elle fera si son attrapeur n’est plus capable d’attraper le vif d’or? On va perdre contre Phoenix.

-Mais non. Et arrête de te plaindre, aussi non, je te jette un sort dit-il en sortant sa baguette magique.

Ensuite, les deux sorciers entrèrent dans l’auberge.

-Oh non! murmura Mary, des sorciers.

-Moi, je dis qu’il y en a d’autres dans cette auberge. On est jeudi, jour de la sabbat dit la petite menue en s’élançant vers la fenêtre de l’auberge.

-Attends Jessica dirent les deux autres en allant elles aussi voir.

John et Rick regardèrent dans la fenêtre. Il y avait un bouffon qui racontait des aventures imagées, le propriétaire qui faisait parvenir leurs commandes aux sorciers (magiquement), un mage à la longue barbe qui flattait sa chouette. Rien d’exceptionnel pour John et Rick, par contre les trois fillettes étaient estomaquées.

-Venez, dit la plus replète. Je ne veux rien avoir à faire avec la sorcellerie.

Les trois petites filles s’en allèrent tandis que l’image disparaissait.

-Le dimanche suivant, les deux sorciers qui parlaient de quidditch, Pete Brown et Nicholas White ainsi que tous les autres sorciers furent accusés de sorcellerie et furent pendu. Ils purent s’échapper à la mort en pratiquant la magie, mais la nouvelle fit boule de neige. La suspicion régnait à Salem et les sorciers ne furent pas les seuls pendus. Maintenant, allons faire un tour à Poudlard.

On y vit un sorcier allongé, visiblement mort. Un glaçon parcourut John tandis qu’il reconnaissait le sorcier, Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. Le visage comme un masque et les yeux de serpent. À l’autre bout, un homme se tenait, cheveux noirs en bataille, yeux vert enflammé et une fine cicatrice en forme d’éclair sur le front, Harry Potter évidemment.

Puis, il vit ses plus proches amis, Ronald Weasley et Hermione Granger ainsi que sa future femme, Ginnevra Weasley lui sauter dessus. Ensuite, ce fut une famille de roux qui l’entoura, puis tous les sorciers qui semblaient être de son bord. Pendant ce temps, des silhouettes encapuchonnées s’enfuyaient, des mangemorts sans doute. Quelques personnes allèrent les capturer, dont Harry Potter.

L’image changea quelque peu. On voyait toujours le célèbre sorcier avec la cicatrice en forme d’éclair et ses amis. Maintenant, il y avait aussi un sorcier au crâne rasé et une boucle d’oreille.

-Kingsley Shacklebolt, ancien Premier ministre de la magie, chuchota son père.

Harry Potter s’avança. Il regarda les sorciers et commença son discours.

-Bonjour chers sorciers. Je ne suis pas venu vous dire que je suis un héros, même si j’ai beaucoup souffert. Non, si j’ai accepté de faire ce discours, c’est pour vous parler des autres gens qui m’ont aidés. Je dois tout d’abord parler de mes amis Ron Wealey et Hermione Granger qui m’ont suivi tout au long du voyage que j’ai entrepris au péril de leur vie. Plus que leur présence, je leur doit aussi le fait de m’avoir supporté alors que ce n’était pas toujours facile.
…videmment, je dois aussi féliciter tous ceux qui n’ont pas manqué de courage et sont venus repousser les mangemorts de Voldemort (léger tressaillement dans le public). Il y l’ordre du Phénix, dont je mentionne, outre notre Premier ministre Kingsley Shacklebolt, Arthur, Molly, Bill, Charly et Percy Weasley, Dedalus Diggle, Rebeus Hagrid, Elphias Doge, Gideon Prewett et Abelforth Dumbledore. Ensuite, je ne dois pas oublier l’Armée de Dumbledore : Georges Weasley, Angelina Johnson, Alicia Spinett, Katie Bell, Dean Thomas, Seamus Finnigan, Lavande Brown, Parvatie et Padma Patil, Cho Chang, Ernie MacMillan, Justin Finch-Fletchey, Hannah Abbot, Michael Corner, Anthony Goldstein, Susan Bones et Terry Boot. Spéciale félécitations à Ginny Weasley, Neville Londubat et Luna Lovegood ainsi que tous les proffesseurs de Poudlard pour avoir organisé la résistance à Poudlard et avoir mené la vie dure aux Carrow pendant mon absence.
Maintenant, parlons des gens qui n’ont pas survécu, ils sont morts en aidant les générations futures. Tout d’abord, toutes les personnes assassinées par Voldemort ou ses sbires. Je pourrais mentionner mes parents, Sirius Black, Cédric Diggory, Albus Dumbledore, Alastor Maugrey et plusieurs autres. Parlons ensuite de Remus et Nymphadora Lupin. Remus a été tué par Antonin Dolohov et Nymphadora par Bellatrix Lestrange. Ensuite, il y a Colin Crivey qui n’était pas supposé se battre en raison de son trop jeune âge. Mentionnons aussi Fred Weasley. Finalement, je dois vous parler d’une personne que tout le monde a cru coupable, mais qui ne l’est pas. Severus Rogue a aidé le monde des sorciers à se débarrasser de Voldemort. Le professeur Dumbledore lui a toujours fait confiance et Rogue a continué à lui obéir après sa mort. C’est tout ce que j’ai à dire pour aujourd’hui.

Son image disparut. John pensa aux jeux qu’ils faisaient avec ses amis. Lui, John incarnait toujours le grand Harry Potter.

-Ce sera tout pour aujourd’hui, mesdames et messieurs, merci d’avoir assisté au film Les plus grands évènements du monde sorcier.

John et Rick sortirent de la salle.

-Comment as-tu trouvé ton arrière-arrière-grand-père, demanda Rick Je voulais que tu vois à quel point c’était un grand homme.

Son fils John Potter lui sourit.

-Et tu as les mêmes yeux que lui à part de ça. Quand j’était petit, j’aimais beaucoup écouté mon arrière grand-mère Ginny me raconter tout ce qu’il avait fait.
Note de fin de chapitre :

J'ai pas pu m'en empêcher pour la fin.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.