S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


L’ombre de Yule par Persis

[9 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Père Noël malgré lui.
Shacklebolt leva le nez du dossier qu’il était en train d’éplucher.

- Bonjour Mr Malfoy, asseyez-vous, dit-il à l’adresse de son visiteur. J’ai lu vos différents rapports, je vois que vous y mettez du vôtre ...
- Merci!
- ... mais je voudrais savoir pourquoi vous êtes-vous introduit chez Mrs Mabel Price en son absence et pourquoi vous l’avez attendue chez elle.
- Je voulais la rencontrer et lui parler. Elle m’avait mis sur la piste pour ma mission et j’ai promis de lui rendre quelques services en échange.
- D’accord, mais Mrs Mabel n’est pas handicapée, ni surchargée de travail au point de ne pas pouvoir faire son ménage. C’est plutôt le genre de personne qui ne se sent chez elle que lorsqu’elle y a laissé trainer quelques affaires. Je ne pense pas d’ailleurs qu’elle ait été vraiment heureuse de votre intervention.
- En effet, confirma froidement Draco. Mais ... je ne pouvais tout de même pas rester sans rien faire, au milieu de tout ce désordre et de cette propreté douteuse! Cette femme aurait grand besoin d’un elfe de maison.

Le ministre se mordit la lèvre inférieure et retint un spasme nerveux tout en levant le dossier qu’il avait en main à hauteur de visage. Malfoy en train de jouer les elfes de maison pour une Moldue, il y avait de quoi s’écrouler de rire.

- Hum ! ... Hum … hum! fit-il dans un accès de toux forcée. Mais en attendant, vous avez éveillé l’attention, si ce n’est la suspicion. Entrer chez quelqu’un sans y être invité, ouvrir les portes par des procédés magiques ... ce n’est guère discret, Mr Malfoy. Que vous eussiez des choses à lui dire, je peux comprendre, mais il suffisait de l’accoster dans la rue.
- J’avais peur de la rater, répondit Draco avec une pointe d’agacement.
- Vous ... vous êtes proposé pour faire son ménage régulièrement ? demanda Kingsley avec une pointe d’ironie.
- Bien sûr que non ! s’exclama le jeune homme exaspéré. Je lui avais proposé de jouer les Pères Noël, mais sa liste de vœux est quasi irréalisable ! Heureusement, elle n’y croit plus trop. Enfin ! Je pense que quelques potions pourraient l’aider.
- Comment allez-vous présenter la chose ? Autant prévenir que guérir. Je sais que les Oubliators sont là mais je préfère éviter de les faire intervenir.
- Rassurez-vous, je n’ai pas l’intention de lui présenter des potions pour ce qu’elles sont. Je suis en train d’y réfléchir.
- Je suis heureux de vous l’entendre dire, Mr Malfoy !
- Mais ... , objecta Draco en fronçant les sourcils, ... je ne suis pas sûr que Mrs Price ne se doute pas de quelque chose parce que ...
- Que voulez-vous dire ? s’enquit le Ministre.
- Elle m’a parlé d’une romancière moldue qui aurait écrit des romans décrivant notre monde.
- Catherine Raoul ! C’est une Cracmol qui a été vivre en France pendant la période sombre de notre histoire. On la laisse tranquille parce qu’elle a changé pas mal de noms de lieux et de personnes, qu’elle a placé les événements en France et qu’aucun Moldu ne prend cette histoire pour argent comptant. Vous l’avez dit : elle a écrit des romans. Et votre Mabel Price n’y voit jamais qu’une occasion de s’évader de son quotidien grisâtre.
- Si vous le dites ...




~oO^Oo~



Le petit coupé au hayon cabossé n’était plus à sa place au parking. Il n’était pas encore 19h00 mais il faisait déjà nuit noire. Pénétrer dans le deux pièces sans être vu fut chose aisée. Dans ce qui servait à la fois de chambre et de salon, un petit arbre de Noël très kitch trônait royalement sur une table basse. Draco jeta un coup d’œil circulaire et n’aperçut nulle part sa grande complice, la chatte Missy. Sa maîtresse qui devait fêter Noël en famille l’avait emmenée avec elle.
Pas de cadeaux sous le sapin, juste quelques éléments de décoration et un peu plus loin une petite crèche naïve.
Draco avait beaucoup à faire en très peu de temps. Il avait même engagé des elfes de maisons errants, sans travail depuis l’adoption de la loi Granger qui les avaient libérés de l’esclavage, pour arriver à tout goupiller en peu de temps. Dans beaucoup de familles de nécessiteux, les cadeaux devaient recevoir quelques sorts de métamorphose sans que les principaux intéressés ne s’en aperçoivent. Le jeune sorcier n’avait pas le don d’ubiquité, il s’était donc adjoint des aides. Mais le petit studio de Mabel, il tenait à s’en charger lui-même. Il se sentit mal à l’aise dans cet espace où toute la décoration chantait Noël sans qu’un seul humain ne la célébrât. Il disposa ses paquets sous l’arbre de Noël et se souvint qu’on l’attendait au manoir Malfoy. Et pourtant, attiré comme un aimant, il prit place sur le fauteuil face à cet étrange appareillage qu’on appelait « ordinateur ». Il dut résister à la furieuse envie de remettre de l’ordre dans le fouillis que l’occupante des lieux avait laissé sur son bureau. Il sortit de la poche intérieure de sa veste le Compendium des appareils moldus de Tom Smith. Le nouveau gouvernement avait fait éditer de nouveaux ouvrages sur les Moldus à l’usage des sorciers, composés par des Sang-Mêlé ou des nés Moldus. Cela avaient l’avantage d’éliminer pas mal de clichés fantaisistes répandus chez les sorciers.

Draco, assez tendu, se risqua à appuyer sur la touche de démarrage. Rien ne se passa. Un peu paniqué, il consulta nerveusement le manuel pour découvrir qu’en pareil cas il fallait d’abord vérifier si l’appareil était branché sur une prise de courant. Apparemment c’était le cas. Draco avait peur d’avoir fait une fausse manœuvre et de devoir faire appel à l’aide du ministère. Les entrailles nouées, il jeta un sort au livre pour trouver directement la page sur la solution qu’il en espérait. « La touche de la multiprise est–elle enclenchée ? » demanda l’ouvrage. Le jeune Malfoy aurait donné n’importe quoi pour savoir ce qu’était une touche de multiprise mais aucune photo, aucun schéma ne lui venait en aide. Après avoir observé le réseau de fils qui s’échappaient de l’appareil et cette chose où aboutissaient plusieurs fiches, il se décida à appuyer un doigt tremblant sur l’une de ces formes rouges marquées d’un I et d’un O qui n’émettaient pas encore de lumière. Il fut surpris de voir le voyant devenir lumineux. Il essaya à nouveau d’enfoncer la touche de démarrage en suant de grosses goutes et un ronronnement soudain qui le fit sursauter confirma que l’ordinateur venait de se mettre en marche. Draco soupira, soulagé. Il n’était pourtant pas au bout de ses peines. L’écran s’était allumé mais le jeune homme ne savait sur quelle icône cliquer pour avoir accès à internet.

Le fils Malfoy consulta à nouveau son Compendium « Chercher le navigateur : Internet Explorer, Mozilla, Netscape, Opera, Safari... » . Il ravala sa salive et cliqua sur l’icône ad hoc. Draco vit la fenêtre s’ouvrir avec soulagement. Il retira ensuite une carte manuscrite d’une de ses poches et lut :

«... Il y a pas mal de sites sur l’univers d’Henri Potier, www.verruverra.org est la référence question informations sur tout évènement en rapport avec cet univers. Au début, j’ai posté mes fanfictions sur leur forum mais j’en suis franchement fort déçue et je l’ai pratiquement déserté. Les administrateurs sont plus préoccupés par la gestion du site que par l’animation. Ils ont délégué leurs pouvoirs à des modérateurs beaucoup trop jeunes. La plupart d’entre eux ont attrapé la grosse tête, s’affublent de titres ridicules et se montrent d’une susceptibilité exacerbée. Si on ne les caresse pas dans le sens du poil, on se fait taper sur les doigts. Ils sont allergiques à toute critique et distribuent les avertissements à tour de bras... »

- C’est quoi, ce charabia ?! murmura Draco, en transpiration. Administrateurs, modérateurs, avertissements ?...

Il poussa un long soupir et reprit sa lecture : « Maintenant, je suis le plus souvent sur www.hpfandom.org. Les fondateurs sont jeunes mais ça ne les empêche pas de faire preuve de maturité, de tact et d’à propos. C’est une équipe très sympathique, je poste toutes mes fics là-bas. J’écris sous le pseudonyme d’Althea. »

Enfin l’information qu’il cherchait ! Trouver le site, encoder le nom d’auteur et déboucher sur la page de ses fanfictions fut un vrai parcours du combattant pour ce pauvre Draco complètement dépassé par la technologie moldue. Il connut encore pas mal de crampes abdominales et de sueurs froides avant de parvenir à imprimer le corpus entier de son hôtesse. Sa bouche se dessécha et ses mains devinrent moites quand l’imprimante se trouva à cours de papier et c’est après avoir frisé trois fois l’évanouissement qu’il parvint au bout de ses peines. Il ne lui resta plus qu’à multiplier le reste de papier vierge et d’encre d’imprimante pour faire oublier qu’il en avait abondamment abusé avant de rejoindre ses parents pour la veillée de Noël.

Narcissa fit la moue parce que Draco arrivait plus tard que prévu et elle ne put s’empêcher de lâcher de temps à autre quelques réflexions piquantes sur les obligations que le Ministère imposait à son fils. Lucius affichait un sourire figé et parlait haut et fort comme pour se convaincre lui-même que tout allait bien dans le meilleur des mondes. Et pourtant, ces allusions aux fréquentations féminines de son fils et ses sorties sur la joie d’être grand-père étaient un peu trop fréquentes pour ne pas plomber l’atmosphère. C’est avec soulagement que Draco vit la soirée s’achever et rejoignit sa chambre. Il avait le cafard.



~oO^Oo~



À la grande surprise de ses parents, Jonathan Bones reçut du Père Noël un joli camion avec remorque et sa sœur Emily une poupée mannequin de marque avec sa panoplie de princesse. Papa Bones découvrit dans ses paquets avec la veste matelassée que sa femme aurait bien été en peine de lui offrir ainsi qu'une liste d’emplois vacants correspondants à ses compétences et à ses attentes. Maman Bones n’avait plus qu’à s’émerveiller devant une paire de bottines toute neuves et à sa taille, ainsi qu’une liste d’employeurs cherchant une secrétaire.
Mrs Johnson sentit les larmes lui couler sur le visage quand elle vit ses petits chéris s’extasier devant les jouets tant désirés mais auxquels sa bourse n’avait pas accès et qu’un mystérieux lutin avait déposés sous le sapin. Le Père Noël avait aussi prévu de quoi vêtir et chausser ses chérubins. Elle ouvrit à son tour fébrilement son paquet et y trouva des provisions pour tenir un siège durant trois mois, ainsi qu’un pull en shetland et trois panties de laine, parmi les petits bricolages que lui avaient préparés ses enfants. Il en fut ainsi cette veille de Noël dans un grand nombre de familles de Kilbury, si bien qu’il ne resta plus au Révérend Akins qu’à revoir son sermon pour proclamer le miracle.

Lorsque Mabel Price rentra chez elle le soir du 25, elle s’aperçut qu’un cambrioleur lui avait rendu visite, à ce détail près que les cambrioleurs emportent habituellement les objets alors que le sien lui en avaient apporté.



~oO^Oo~



Le célèbre trio débarqua au Chaudron baveur. Ginny, retenue par une session d’entrainement intensif de Quidditch n’était pas du nombre. Harry, Ron et Hermione prirent place autour d’une table et commandèrent les consommations. Les jeunes sorciers se retrouvaient régulièrement au Chaudron Baveur pour y passer un moment de détente bien mérité après une journée de labeur de la plus grande banalité. Ils étaient en train de savourer leur bièraubeurre quand le leader du groupe, la lèvre blanche de mousse s’exclama :

- Qu’est-ce qu’il fiche ici tout seul ?

Les deux autres se retournèrent et aperçurent une forme noire avachie, seule à une des tables. Il n’était pas rare que nos amis croisassent le fils Malfoy dans la fameuse taverne mais d’habitude, ils trouvaient Draco en conversation animée avec des anciens de Serpentard : Goyle, Zabini, Flint ... Cette fois-ci le jeune homme avait le dos voûté et les deux coudes sur la tablette.
Harry haussa légèrement le menton pour mieux observer son ancien adversaire. Tom, le patron s’était approché du fils Malfoy. Le vieux bonhomme se pencha vers son client et entama une discussion animée. Les trois amis étaient trop éloignés pour entendre ce qui se disait, mais à en juger au ton de sa voix, à sa mine et à ses gestes, le tenancier semblait bien faire la morale au jeune sorcier qui paraissait avoir bu plus que de raison. De son côté Draco se montrait agacé par les remontrances de son interlocuteur.

- Il est plein ! s’écria Ron, amusé par la perspective.
- Chut ! gronda Hermione.
- Il est bi-tu, chuchota son ami.
- Oui ! Ça va ! fit Harry, on a compris.

Draco finit par régler la note, se lever et quitter sa table. Sa démarche était mal assurée, il avait l’œil humide et l’air hagard. En prenant le chemin de la sortie, il passa près de l’endroit où était attablé le trio. Il les salua d’un geste vague de la main, en essayant de marcher le plus droit possible.

- Salut, Malfoy, le héla Harry. Tu retournes chez toi ?
- Quekza peut t’faire ? répondit Draco, maussade.
- Tu retournes comment ?
- En balai.
- Ah non ! Pas question !
- Ouais, mais non, on n’est pas en service ! protesta Ron entre ses dents.
- C’est pas toi qui va m’en m’empêcher, bafouilla Malfoy.
- Ben si, justement. Tu n’es pas en état de conduire. Allez ! Viens t’asseoir deux secondes, avant que je n’appelle la brigade de prévention.

Draco ouvrit des yeux grands comme des soucoupes et resta bouche bée. Harry en profita pour l’agripper par le bras et l’attira vers une chaise tandis que Ron poussait un bruyant soupir d’exaspération. Le sorcier éméché se laissa choir lourdement sur le siège et planta ses deux coudes sur la tablette en s’affalant misérablement alors que Ron et Hermione faisaient prudemment glisser leur verre sur le côté.

- Tu tiens à peine debout, reprit Harry, si je te laisse monter sur un balai, on aura de la purée de sorcier à donner à manger aux dragons, ce soir.

Malfoy haussa les épaules.

- Tu sais quoi ? continua le jeune Auror. Prends une chambre ici, va cuver ce que tu as bu et rentre chez toi demain.
- Moi, dormir au Ch’dron Baffeur ? Za va pas, non ?
- Bon ben, prend la poudre de cheminette, alors !
- ... Et la chevillette cherra !
- C’est ça ! ponctua Harry conciliant.

Ron et Hermione échangèrent des regards ahuris. Jamais les deux anciens de Gryffondor n’auraient pu s’imaginer voir un jour leur meilleur ennemi complètement bourré.

- J’vais ... J’vais ... transplaner, décréta Draco.
- Et moi, je vais suivre pour ramasser les morceaux désartibulés, enchaina Harry. Non, non, soyons sérieux : tu restes dormir ici, ou tu te fais reconduire.

En guise de réponse, Draco émit un petit rot tout en retenue. Hermione et Ron détournèrent la tête pour pouffer à leur aise.

- Dis donc, ce sont les félicitations du Ministre que tu as fêtées, pour être dans ce joyeux état ? demanda Harry avec une pointe d’ironie.
- Qu’ezgue j’en ai à faire des fécilit... des fécélit... bredouilla Draco
- ... les félicitations ...
- ... du mimistre. J’en ... j’en ... rien à cirer !
- Heureux de le savoir, répondit Harry, bon prince.

Cette fois Ron s’était caché la figure dans la main pour rire à son aise. Entre temps, Hermione avait passé discrètement commande à un serveur qu’elle avait fait venir d’un geste de la main. Sans doute avait-elle demandé de l’eau de Déssoulvite, pensa Harry. C’était un breuvage particulièrement infect mais qui avait l’avantage de hâter le dégrisement.

- Pourtant, tu t’en es sorti avec honneur, continua Harry avec sérieux. Personne ne se doutait que tu allais mettre tant de zèle à la tâche.
- C’est ça ! C’est ça ! répliqua Draco blasé dans un profond désenchantement.
- Je ne te dis pas ça pour te passer la pommade, répondit Harry.

Draco se contenta d’hausser les épaules. Il tritura une liasse de papier en rouleau qu’il tenait entre ses mains depuis un bout de temps. Une carte postale s’en échappa et tomba sur le sol. Ron se pencha pour la ramasser et lut à mi-voix : ‘Cher Mr Malfoy, merci pour les gentils présents que ...
- Rend moi ça, Whisky ! beugla Draco en lui arrachant la carte.
- Il a peur que ses parents apprennent qu’il a une copine moldue, ricana Ron avant d’hurler ... OUAÏE ! Non, mais ça va pas ?

Hermione venait de lui décocher un coup de coude dans les côtes et une œillade réprobatrice. Draco ouvrit la bouche pour répliquer mais il se contenta de distiller des effluves éthyliques dans l’atmosphère puisque Harry lui coupa la parole avant qu’il n’ait pu articuler le premier mot.

- Allez, Ron, ne dis pas n’importe quoi ! Mabel Price a l’âge d’être sa mère.

Draco contempla l’écriture de sa correspondante avec un air tristounet.

- Mabel Price ...marmonna-t-il ... Mabel Price ... elle , elle ... Elle dit du bien de moi !
- Alors, là, je comprends pourquoi il a bu, chuchota Ron. Une Moldue qui dit du bien d’un Malfoy, ça lui fiche la honte !
- Elle s’est doutée que c’était toi pour les cadeaux de Noël ? demanda Harry, conciliant.
- Ouais, mais non, mais c’est pas ça... C’est les trucs, là, qu’elle écrit sur Saturne Felony ... enfin c’est moi, quoi !
- Hein ? s’exclama Ron avec une grimace qui ne le montrait pas sous son meilleur jour.
- C’est le nom que Catherine Raoul lui a donné dans ses romans, crut bon d’expliquer Hermione avec son air d’encyclopédie parlante. Catherine Raoul est une Cracmol exilée en France qui a écrit nos aventures en changeant les noms des lieux et des personnes. Ses romans ont un grand succès près des jeunes Moldus et les moins jeunes aussi, d’ailleurs. On est en train d’en faire des films, d’ailleurs. Et puis les fans des aventures d’Henri Potier écrivent aussi pour leur plaisir des histoires sur nous, enfin sur les personnages qui nous représente. Et ils les publient sur Internet.
- Et moi, poursuivit Draco avec une bouche pâteuse, je suis allé sur Tinternet lire les aventures que les Moldus écrivent ...
- Il est allé sur Ninternet ?! s’exclama Ron, incrédule.
- Sur IN-TER-NET, corrigea Hermione.
- Et même que je me suis même servi tout seul du dinateur, précisa le jeune Malfoy.
- OR-dinateur !
- Eh bien, eh bien ! fit gentiment Harry.

Draco se mit à glousser et à rire tout seul.

- T’sais c’qu’i’ r’content sur nous, les Moldus ? ... Hi !hi ! hi ! Ils racontent que Granger et moi ... Ah ! ah ! ah ! ...
- Non mais ça va pas ? ! s’indigna Ron.
- ... Si hi! Hi! Hi! … qu’elle est super canon, et que nous deux, nous .... ou bien , elle et Snape ... Hi !hi ! hi ! ...Chaudasse ... Hi !hi ! hi !
- Oui, bon ! On a compris, Malfoy, interrompit Harry.
- Ou bien ... pire ... ils s’imaginent qu’on est gays tous les deux, qu’on tombe amoureux l’un de l’autre... Waf ! Ah ! ah ! ah ! ...

Du coup, Draco s’affala sur la table, le dos secoué par des spasmes d’hilarité. Ron porta un index à la tempe et lui fit faire quelques tours sur lui-même.

- Ils ne manquent pas d’imagination, concéda Harry mal à l’aise.
- Moi et Granger ... Ah ! ah ! ah ! ... Potter et moi ... Ah ! ah ! ah ! ...

Les trois jeunes gens détournèrent le regard, un peu gênés.

- Elle écrit des histoires comme ça, ta Mabel ? demanda Ron indigné.
- Nooooooooooon, répondit Draco qui avait du mal à se remettre de son fou rire. Elle ... elle ... elle dit que ...

Draco était prêt de passer du rire aux larmes. Harry lui passa le verre que le serveur avait apporté sur ces entrefaites. Le jeune Malfoy y trempa les lèvres et recracha la gorgée avec une mine dégoutée en aspergeant ses compagnons de table.

- Beurk !

Les trois jeunes gens se saisirent de mouchoir et de serviettes pour éponger les traces de cette douche peu ragoutante tout en faisant la grimace.

- C’est dégoutant ! ... z’êtes tous que des dégoutants ! meugla Malfoy en s’affalant à nouveau sur la table.
- Oh ! ... tu peux parler, toi ! s’écria Hermione en essuyant ses vêtements... Harry, essaie de le lui faire avaler quand même !
- Et comment ? Je ne vais tout de même pas lui pincer le nez pour le lui mettre de force dans la bouche !
- Un p’tit imperium, peut-être ? suggéra Ron, excédé.
- Ne dis pas n’importe quoi, le rabroua Harry.

Il prit le verre d’une main et de l’autre, saisit Draco par l’épaule pour le forcer à se redresser.

- Allez ! Fais un effort pour avaler ça, intima-t-il. Je sais que ce n’est pas bon, mais si tu veux rentrer chez toi en tenant debout, il faudra bien en prendre un peu.
- Je prfr’ être soul ! marmonna Draco. Au moins, j’pense pas ! Sauf à Mabel qu’elle a écrit sur moi.
- Qu’est-ce qu’elle a écrit sur toi, ta Mabel ? demanda Ron intrigué.

Draco fit un gros effort pour se tenir droit. Il prit la liasse de papier et feuilleta le document, puis, arrivé à une page qui lui semblait intéressante, il se racla la gorge et lut :

Plus jamais Saturne Felony n’avait regretté son choix. C’était loin d’être facile tous les jours, mais il ne se sentait plus seul, il savait qu’il avançait dans la bonne direction. Les relations avec les autres sorciers de son âge s’étaient améliorées et pas seulement avec les disciples de son mentor. Petit à petit, il comprenait que la solidarité ne fonctionnait pas que dans un seul sens. S’il voulait se faire des amis, il devait se montrer un ami pour les autres. Ses nouveaux compagnons lui en avaient appris beaucoup sur la façon de se comporter entre soi.
Draco jeta un regard mal assuré à la cantonade puis il grimaça, devint écarlate et se coucha à nouveau sur la table. Harry posa une main compatissante sur son épaule secouée par les sanglots, mais le jeune Malfoy se dégagea d’un geste vif.

- Je suis tout nu ! brailla-t-il. Elle m’a déshabillé devant tout le monde.
- Qu’est-ce qu’il ramage ? demanda Ron, intrigué.
- Il veut dire qu’elle le voit sans artifice, explicita Hermione.
- Artifice ou pas, mon vieux, intervint Harry, il serait plus que temps que tu rentres chez toi. Tu as de la poudre de cheminette ? Je crois que c’est encore le moyen le plus sûr.

En insistant beaucoup, les trois amis parvinrent à faire avaler une ou deux gorgées de Déssoulvite au sorcier éméché. Ils le conduisirent jusqu’à la cheminée du Chaudron Baveur, l’y poussèrent et l’entendirent s’écrier en jetant la fameuse poudre :

- Mabel Price !

Harry, pantois, regarda ses compagnons. Le souvenir de l’arrivée de la tribu Weasley dans le salon des Dursley par une cheminée qui n’était pas destinée à la recevoir ressurgit du fond de sa mémoire.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.