S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Promenons-nous dans les bois tant que le loup n'y est pas par lilteenmary

[61 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

"Il ne s'agit pas d'atteindre la perfection, mais la totalité." Jung

 

Près de 8 ans après ma dernière publication, je reviens pour enfin partager la fin de cette histoire. Vous trouverez peut-être des incohérences, des changements... Mais après toutes ces années, je suis juste heureuse de pouvoir vous faire découvrir ce que j'ai pu imaginer... Bonne lecture !

 

****

 

 

                        ***  - « Comment pouvez-vous vous comporter ainsi Ginny ?! Ne me demandez pas ces noms, je vous en prie ! Pensez à vos parents… Pensez à vos amis par Merlin ! » L’évocation de mes parents ainsi que de mes « amis » me fait trembler de rage. Je peux lire l’incompréhension et l’horreur dans les yeux du vieux professeur.

 

- « Répondez. »

 

- « Je…je ne connais pas tous les membres de l’ordre. »

 

- « Donnez-moi ces noms. »

 

Je sentais que McGonagall résistait. Le veritaserum s’insinuait dans ses veines dangereusement. Une furieuse envie de la frapper me monte à l’évocation de ma famille et mes amis. Une envie irrésistible de m’abaisser à une violence physique me transperce.

 

- « Je…je… »

 

- « Répondez ! » Criais-je. 

 

- « Albus Dumbledore… » Le nom lui échappe bien que le connaissant et mort. La potion faisait effet. On sentait qu’elle n’était plus en contrôle de ses lèvres.

 

- « Bien ! On commence par les défunts…  Vous allez tout me dire, je peux vous l’assurer, et personne ne saura … le traitre… Personne ne comprendra que vous êtes la cause de l’anéantissement de l’ordre ! »

 

- « L’ordre vous protège, votre famille... »  Sa voix tremble.

 

- « Je n’ai pas de famille ! » Le déchirement explose les veines de mon corps entier. Comment ose-t-elle ?! Comment ose-t-elle évoquer cette famille !!! Ma baguette était pointée sur ces lunettes. Je la sens me démanger dans la main. J’éclate de rire alors que je grave sur son front un éclair.

 

- « Voilà ! Je commence par vous et chacun des membres sera fièrement reconnu comme aidant l’E-L-U ! Elle essaye de contenir ses cris dans un pincement de lèvres. Cette vieille femme sèche et sévère larmoyait devant moi.

 

- « DITES MOI QUI AIDE HARRY !! » Les rugissements la font reculer tant bien que mal sur sa chaise.

 

 

Finalement, elle avait tout avouez. Un oubliette et elle ne saura pas qui l’avait attaquer. L’exercice de ce sortilège pendant des jours et des jours me sert enfin à quelque chose. Mon double rôle doit tenir tant que je n’ai pas mis la main sur ces sales traitres.

 

 

La vieille chouette est étendue par terre, son front ridé est en sang. Le désordre dans la pièce semble satisfaisant, je pars sans l’ombre d’un remord. Qu’elle pourrisse aux milieux de son petit salon autrefois si bien ordonné !

 

Marchant avec contentement dans les couloirs, je me dirige vers la voilière. Je ressens pourtant une pointe de déception, le professeur ne se souviendrait de rien. Et ce masque d’hypocrisie que j’arborais depuis des semaines devrait à nouveau orner mon visage jusqu’à ce que j’obtienne le résultat tant attendu et ma vengeance… Elle avait osé mentionner « ma » famille, ces sales traitres, ceux qui obnubilaient par l’Elu, se pavanaient derrière cette raclure !! Les pensées morbides se bousculent bruyamment dans ma tête… L’envie de faire demi-tour et d’extirper des hurlements à McGonagall me torture. La patience… Je devais attendre, continuer à fournir le plus d’informations à Voldemort sans quoi, ma vengeance reste hors de portée…

Un claquement de langue et je sors un parchemin enchanté de ma poche droite. La liste de tous les noms que j’ai récupérée défile devant mes yeux souriants. A l’exception de quelques uns présents à Poudlard, je n’ai omis personnes.  Le grand Voldemort ne m’empêchera pas de graver ma marque sur ces immondes traitres à mon tour !

 

Ma tête tourne encore une fois, je m’appuie sur le rebord de la fenêtre manquant de tomber à la renverse. J’aperçois alors un hibou au plumage ocre. Une lettre est accrochée à sa patte gauche. L’écriture calligraphiée attise ma curiosité « Ginevra Molly Weasley, Ecole de Sorcellerie, Poudlard, Ecosse, Royaume-Uni ».

 

« Mademoiselle Weasley,

 

Suite à l’utilisation illégale de votre magie, nous vous informons que vous faites l’objet d’un premier avertissement. Nous vous rappelons que selon l’article de restriction de l’usage de la magie chez les sorciers de premier cycle , il vous est interdit de faire usage de votre baguette en dehors de l’école de sorcellerie Poudlard avant votre majorité. La prochaine utilisation en dehors de l’école Poudlard de votre baguette sera sanctionnée par un renvoi définitif et une mise en accusation devant le conseil du Magenmagot.

 

Veuillez agréer, Mademoiselle, l’expression de nos salutations distinguées.

 

Mafalda Hopcrick

Département sur l’usage abusif de la magie chez les jeunes sorciers,

Ministère de la Magie. »

 

Une blague …. Une blague… Ces empafés de mangemorts ne contrôlaient pas le ministère ? Comment exercer la magie en dehors de l’école ? La trace, cette foutue trace !!! Je réfléchis et un sourire se dessine au coin de mes lèvres. Etre provisoirement à la solde de Voldemort pourrait éventuellement m’apporter plus que prévu… Je reprends ma plume et ajoute quelques lignes au parchemin entamé. L’accrochant rapidement, la chouette hulule en réclamant une friandise et je lui réponds en lui tordant une patte.

 

« Tu crois que j’ai ce que je veux moi, envole-toi ». Elle essaie de me mordre mais un sort la foudroie momentanément sur place. Puis se redressant difficilement, elle s’envole dans un hululement d’effroi.

 

 

****

 

***Le baron sanglant était le moyen le plus rapide pour retrouver Cho Chang.  J’avais recherché toutes les solutions possibles. Je ne voyais pas comment éviter des représailles du fantôme. Elle ne pouvait pas agir physiquement dans notre monde mais elle pouvait parler à d’autres et donc révéler la vérité. Il fallait que je la retrouve à tout prix. Weasley serait découverte et les conséquences de son acte lui seraient révélées. Arpentant les couloirs du troisième étage, un certain raffut attira mon attention. Je poussais les élèves sans ménagement pour voir un brancard suivi du professeur Slughorn et de l’infirmière Pomfresh.

- « Ecartez vous !!! Le professeur McGonagall a été attaqué ! » Un élève de 4ème année scandait pendant que des chuchotements, des pleurs et quelques ricanements s’élevaient. « Merlin ! Oh Merlin ». Une jeune serdaigle à côté de moi se vantait d’avoir découvert le professeur à temps. Je lui saisis le bras et l’entraina au détour du couloir et à l’abri des regards.

- « Qu’est-il arrivé ? » Ma voix est dure et pressante. La petite brune me regarde effrayée.

- « On l’a retrouvée dans son bureau sans dessus dessous, inconsciente. » Elle ajoute dans une série de murmures que j’ai du mal à discerner. « Son visage en sang… Un éclair gravé dans la chair sur son front… Rogue a interdit l’accès à l’infirmerie. »

Je fronce les sourcils essayant de comprendre. C’est elle, cela ne peut être qu’elle. Non, non… Cela peut être n’importe quel serpentard… Il n’y en a pas qu’un qui la déteste voire les Carrows. Après tout, elle est directrice de la maison Gryffondor et elle peut aider Potter et sa clique. Réfléchissant, je réalise qu’aucun élève de serpentard n’aurait pu prendre le vieille McGonagall par surprise. C’était une sorcière bien trop puissante pour un élève même de septième année. Et les Carrows l’auraient tué ou fait disparaitre si le Maître l’avait désiré… C’était forcément une personne dont elle ne se méfiait pas pour la laisser s’introduire dans son bureau…

Je chasse la mioche d’un geste de la main, et elle s’enfuit sans demander son reste. Un sentiment d’angoisse s’insinue au plus profond de mes entrailles. Non, non… Je me répète inlassablement qu’il n’y a aucune raison pour qu’elle commence à s’attaquer aux alliés de Potter. Pourtant je la revoie jetant le sortilège impardonnable sur Loufoca dans un état de rage incontrôlable. L’angoisse m’étouffe, mon souffle devient court. Qu’elle est stupide !!! Quel genre de couverture peut-elle avoir si elle s’attaque ouvertement au professeur ! Le fantôme de Chang s’oblitère complètement, alors que celui de la petite rouquine m’accable de plus en plus. Si elle continue dans cette voie, je ne donne pas cher de sa peau, immunisée aux tortures ou pas. Le Seigneur des ténèbres ne donne pas de seconde chance, le Seigneur des ténèbres ne tolère pas, le Seigneur des ténèbres ne pardonne pas…

 

Les décorations de Noël sont succinctes cette année… L’ambiance est toujours plus sombre au château depuis que Severus Rogue en est le directeur. Je contourne un des rares sapins illuminés pour entrer dans la grande salle et m’asseoir déjeuné. J’explique à Crabbe que je dois m’absenter de plusieurs cours, cet empoté me regarde ahuri. Exaspéré, je lui fais comprendre de prévenir le professeur de mon absence bien que n’ayant pas à me justifier, les cours ne sont toujours pas optionnels même pour un mangemort. Quelle ironie ? Ce statut que j’avais si longtemps convoité ne me permettait même pas de m’absenter en toute quiétude.  Me sortant de ces regrets amers, Crabbe me tire la manche pour me retourner alors que je commence à partir. Après lui avoir lancé un regard dégouté, je tape sa main du bout de ma baguette. Ce geste n’échappe pas à Goyle qui m’envoie un regard mauvais. Raclant ma gorge, Crabbe se recule humblement et me demande si je sais qui a attaqué la vieille McGonagall.

- « En quoi cela te concerne, tu devrais être heureux, tu n’auras pas à essayer de métamorphoser ta chaise en chien aujourd’hui ! Enfin si tu en étais capable… » Les ricanements de mes voisins de table le rend furieux. L’humilier un peu ne peut que le remettre à sa place. Les deux gorilles avaient longtemps été un avantage non négligent mais je sentais que mon emprise sur eux se déliait aussi vite que la gloire des Malefoys.

Enervé en quittant la table des serpentards, je monte discrètement jusqu’à la tour est. Le baron sanglant n’est jamais très loin de la salle commune des serdaigles. Il discute avec la dame grise, lorsque je l’aperçois. Je rebrousse chemin, le fantôme de Serdaigle ne se montrera peut être pas aussi discret. Pour la deuxième fois de la journée, je maudis cet aparté. Et je redescends lentement les escaliers qui une fois de plus n’en font qu’à leur tête et me dirigent vers un couloir du second étage. « Mimi » ! Je me tape la main sur le front. Mais quel imbécile ! Mimi geignarde peut m’aider, elle l’a toujours fait. Je cours frénétiquement jusqu’à la porte et la pousse non sans m’être assuré de l’absence de témoins gênants. Mimi doit connaitre la cachette de Cho Chang… Mimi sait plus de choses qu’on ne lui accorde. Et je sais qu’elle ne me trahira pas. Elle ne l’a pas fait jusqu’à présent.

- « Mimi ! » Je l’appelle à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’elle se montre.  Ressentant comme une onde d’eau glaciale me traversant le corps, je distingue le petit fantôme à lunettes qui se poste devant moi, la mine furieuse.

- « Je croyais que tu m’avais oubliée ! C’est vrai ça, qui se soucierait de venir rendre visite à Mimi ! » Elle commence à émettre un cri aigu et finalement renifle plusieurs fois n’essayant pas de ravaler ses larmes transparentes.

- « Je suis désolée Mimi… Je suis venue car je sais que tu es la seule à pouvoir m’aider comme à chaque fois… »

Elle me regarde méfiante et je sens que ses pleurs diminuent.

- « Tu as besoin de moi ? »

- « Oui une fois de plus, j’ai besoin de toi… » Il n’y a qu’à un fantôme que je pourrais avouer avoir besoin d’aide. Mais Mimi n’était pas n’importe qui … Mimi m’avait vu dans la pire des postures et ne m’avait jamais trahi, jamais moqué. Elle avait une partie de ma confiance pour cela.

- « Je suis tellement heureuse de te revoir Drago ! » s’exclame le fantôme en effleurant son épaule. « Tu m’as manquée et lorsque je repense à ma mort, je suis tellement seule, tellement !!! » Elle continue son chemin en me tournant le dos puis s’approche pour me donner un sourire. Je pouvais comprendre ce sentiment de solitude et c’est pour cette raison qu’elle me souriait. 

- «  Que veux-tu ? » Claque-t-elle, fermant son visage et se montrant plus hautaine.

- « Je veux savoir où se cache le nouveau fantôme de Poudlard, la jeune asiatique Cho Chang et ce que tu sais de ses allers et venues. » Inutile de tergiverser, j’avais perdu assez de temps.

- « Pourquoi ? Tu trouves sa compagnie plus agréable que la mienne. C’est pour cette raison que tu ne viens plus me voir ! » Rugit-elle. «  Voilà Mimi est encore abandonnée pour une autre, Mimi n’est peut être pas aussi intéressante de cette … CHANG !!! » Elle avait vociféré le dernier mot en plongeant son bras dans mon torse. A nouveau, la sensation de froideur m’envahit.

- « Non Mimi, je veux la trouver pour la faire taire. Et j’espère que c’est la dernière fois que j’aurais à faire à elle ! » J’avais accentué le dégout dans ma voix sans pour autant être dénué de sincérité. Mimi semble rassurée car elle descend doucement d’un mètre ou deux afin de se retrouver à ma hauteur.

- « Tu préfères ma compagnie ! Non ! Ne rajoute rien ! » Son doigt était dangereusement près de mes lèvres et suivant son ordre, j’attends la suite. « Ce « fantôme » est d’un ennui … ! Elle veut hanter une jeune élève visiblement mais personne ne veut l’écouter. Depuis elle se cache et rode dans les couloirs la nuit. Je l’ai vu plusieurs fois près de son ancienne salle commune et en compagnie de la dame grise. Quelle prétentieuse celle-là d’ailleurs !!! Je suppose qu’elle veut lui enseigner le comportement d’un fantôme. Non mais cela ne m’étonne pas qu’elle soit à Serdaigle, vraiment ! »

Mimi continue à clamer haut et fort les nombreux défauts de la Dame grise et la raison pour laquelle, elle est meilleure morte que le fantôme. Perdu dans mes pensées, je me demande si Cho n’arrivant pas à convaincre les fantômes de l’aider, ne se tournerait pas vers d’anciens camarades. Après tout, elle était à Serdaigle.

- « … Et puis elle est si autoritaire… Elle ne parle jamais aux élèves car elle est peureuse. Mais par contre il faut qu’elle fasse sa loi auprès des autres fantômes ! Bien entendu le baron sanglant prend toujours son parti ! Il fait tellement peur celui-là !!! »

- « Euh Mimi… Tu pourrais m’indiquer le chemin pour trouver Chang ? Je ne pense pas qu’elle soit avec la Dame grise pour l’instant car je l’ai vu discuter avec le Baron sanglant justement il y a quelques minutes… »

- « Ah ! Elle l’a laissée seule ! Tu vois bien ce que je te disais, elle n’est pas très maligne pour le fantôme de Serdaigle, Chang rumine depuis des jours et des jours. Elle est probablement en train de parler à un vivant. Ce qui est strictement interdit dans la première année de ta mort. Soi disant passant !!! »

Mimi n’a pas le temps de finir son apologie sur la Dame grise que je claque la porte. Je cours plus vite que possible pour atteindre la tour Serdaigle. A peine arrivé, j’aperçois enfin le fantôme derrière la statue de Rowena. Mon sang ne fait qu’un tour lorsque je vois l’uniforme d’une élève dépassé du pan de mur. Subrepticement, je m’approche pour écouter : ce que je craignais est entrain de se produire. Chang chuchote à ce qui semble être son ancienne camarade. Les bribes de conversation ne font pas de doute quant à la nature de la discussion. Sans attendre, je me déplace derrière la statue, et ne voyant personne au alentour je m’écris : « Stupéfix ! ». Le corps s’affale quelques mètres plus loin, les cheveux blonds de la jeune fille lui cachent le visage. Une vague de froid glacial me gèle les entrailles.

****

 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.