S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Promenons-nous dans les bois tant que le loup n'y est pas par lilteenmary

[61 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Bonjour, je suis désolée (encore une fois !) de ce délai... Je ne fais plus de promesses parce que je n'arrive jamais à les respecter :-$

J'espère que ce chapitre vous plaira ! 

 

****

 

 

                        ***  Une source de lumière éblouissante et je me tourne vers Malefoy affichant un air désespéré. Probablement choqué par la vision déroutante du sang gouttant de mes manches, il claque la porte en me faisant signe de le suivre. Je peux entendre Queudver, ce misérable rat à la solde de Voldemort qui couine à côté de moi. J’essuie le fin poignard en argent pour le remettre dans ma botte. Ce petit accessoire, cadeau de Lord Voldemort, s’est révélé fort utile en l’absence de magie.

Je regarde une dernière fois mon ancien ami. Les yeux fermés ruisselants de larmes, il se recroqueville sur lui-même. Son front est désormais orné d’une balafre en forme d’éclair. Je sors sur cette vision pathétique du légendaire courage des Gryffondors.

 

Mes doigts sont poisseux, je ne pense qu’à Harry. Dean, Harry… Harry, Dean… Quelle différence? Tous sont des pleutres, des traîtres, des lâches... Ce misérable ne m’a rien révélé d’utile…

 

- «  Ne me regarde pas comme ça Malefoy… Si tu ne veux pas participer, parce que cela te dégoûte, c’est ton problème ! »

 

- « Je me doutais bien que tu n’occupais pas tes journées à faire de la couture avec les elfes de maison Weasley MAIS je pensais qu’après notre dernière conversation… Je… »

 

- « Quoi ?? Qu’est-ce que tu pensais ?? »

 

- « Je… Je ne sais pas… » Il se frotte le visage de ses deux mains.

 

- « Même sans magie, je fais ce que j’ai à faire pour LES retrouver ! Et je pensais justement que tu ne te mettrais plus sur mon chemin !! »

 

- « Je ne me mets pas sur ton chemin… Et d’ailleurs je vais t’aider à retrouver l’usage de la magie, ne serait-ce que pour que tu cesses ces tortures répugnantes à la façon d’une moldue. C’est pour cette raison que je suis descendu jusqu’ici. » Il renifle avec mépris. « Le Seigneur des ténèbres l’a ordonné. »

 

Je passe sur la remarque des moldus. Qu’est ce que j’en ai à faire franchement ? Rien ne compte à part me venger, avec ou sans baguette… Même si la baguette me serait bien utile, ne serait-ce que pour sortir de ce repère de mangemorts qu’il peut qualifier de maison.

- « Toi ? Que peux-tu bien faire pour moi ? »

 

- « T’épouser. »

 

Ahurie par sa réponse, j’ouvre la bouche sans qu’aucun son n’en sorte. En envoyant ma missive à Voldemort, je me suis attendue à plusieurs possibilités plus ou moins pénibles. Celle-ci n’en a jamais fait partie.

Trop déroutée par cette réponse incongrue, je le vois me pousser dans les escaliers, jusqu’à l’étage. Il m’enferme dans la salle-de-bain. Je ne réagis pas mais il parle vaguement à travers la porte de me rendre présentable. Agacée de l’entendre me donné des ordres, je lui fracasse la porte sur le visage.

 

- « Explique-toi Malefoy ! » Après une insulte ravalée, il me regarde les sourcils froncés.

 

- « Tu deviens automatiquement majeur en te mariant. Plus de trace, plus de contrôle du ministère. » Simple, concis.

 

Pourtant, je me méfie de la simplicité.

- «  Qu’est ce que ça implique d’autres ? »

 

- « Tu entres dans notre famille par un rituel, les liens du sang avec les Weasleys seront rompus… Je n’en sais pas plus. »

 

- « Qu’est ce que ça implique d’autre ? »

 

- « Rien de plus… Tu restes toujours une servante du Seigneur des Ténèbres. »

 

- « Et pour toi ? »

 

- « Je suis les ordres du Maître… Je protège ma mère, ma famille… Rien ne contrarie tes plans de venger la tienne… »

 

- « Rien d’autre ? Tu es sûre ? » Je grince sans le lâcher du regard.

 

Finalement il explose et m’arrose de postillons. Enfin la vérité…

- « Qu’est ce que tu t’imagines au juste ??? Que je saute de joie d’être marié à l’âge de 17 ans ? Je ne sais pas ce qui se passera ensuite, je n’en sais rien. Tout ce que je sais c’est qu’il faut que j’obéisse. Et toi aussi si tu veux vivre  pour mener à bien ton « petit projet » ! »

 

Je réfléchis à toute vitesse. Etre liée aux Malefoys, est-ce une bonne idée ? Puis doucement, la perspective de récupérer l’usage de ma baguette sans être suivie à la trace me séduit. Encore plus palpitant, l’idée de voir « mes anciens amis » brûlant d’horreur à me savoir introduite dans cette famille. Les visages d’Harry, de cette garce, de tous ceux qui m’ont abandonnée ! Je serai à tout jamais détachée d’eux, de toute cette famille de traîtres qui a préféré l’Elu, le responsable de la mort de mes frè… de mes …., de ces horreurs… Même en pensées, je ne peux me confronter à ce que j’ai perdu avant le coma, avant la trahison, avant la haine…

 

Malefoy semble attendre ma réponse, anxieux.

- « Très bien. Il ne s’agit que d’une formalité après tout. Un rituel et je serai libre. Où est Voldemort ? »

 

Il me bâillonne la bouche, posant un doigt sur ses lèvres, le visage livide.

- « Ne prononce pas ce nom ! Tu entends, ne le PRONONCE PAS !!! »

 

Je le frappe dans les côtes pour qu’il me relâche. Il resserre sa prise et me pousse d’un coup sec contre la porte. Je sens la poignée s’insinuer dans mon dos. Il peut lire dans mes yeux furieux que je n’apprécie pas ses ordres et encore moins cette entrave.

 

- « Ne prononce plus jamais ce nom ! Il y a un tabou  pour repérer les partisans de Potter ! Maintenant rends toi présentable, ma mère t’attend pour préparer la cérémonie. »

 

Il défait sa prise et je m’essuie la bouche, sans me rendre compte que mes mains sont toujours poisseuses du sang de Dean.

 

 

****

 

 

*** Les deux sœurs se toisent avec énervement.

 

- « Cissy, ce serait positif pour notre famille. Grâce à ton mari, nous sommes en disgrâce. » Mère regarde Bellatrix avec colère.

 

- « Bella, s’il te plait, sors. Je veux parler à mon fils, seul à seul. »

 

- « Pourquoi Drago ? Pourquoi ? Ce sont des traîtres à leur sang !! »

 

Traître à son sang ? Oui mais cela n’avait plus la même signification. Elle est traîtresse au sang des Weasleys, des siens et non plus au sang sorcier. Je comprends au-delà de ses mots ce qu’elle cherche à me soutirer : la véritable raison de ma passivité je suppose.

- « Elle est favorite du Seigneur des Ténèbres. »

 

- « Ne me mens pas, regarde moi ! »

 

- « Je le fais pour Vous protéger ! » Un silence s’abat lourdement. La tristesse dans son regard me fait regretter l’honnêteté de ma réponse. 

 

- « Je le fais également pour la protéger… »

 

- « De quoi ? Tu viens de dire qu’elle est la favorite du Seigneur des ténèbres. »

 

- « … D’elle-même ! » Lâchais-je.

 

Elle me regarde pendant de longues secondes. Du bout des lèvres, je l’entends me murmurer.

 

- « Tu l’aimes ? »

 

Je me tourne pour sortir. Mais elle me retient dans un geste doux mais ferme.

 

- « Et elle ? »

 

Je la repousse puis sors de la pièce. Je ne pouvais pas parler à ma mère, à personne. Je ne pouvais même pas me le dire à moi-même.

 

 

****

 

***- « Vous n’entrez pas dans notre famille par choix. »

 

- « Si, j’ai le choix, et cela m’arrange Madame Malefoy. Ne vous inquiétez pas, votre précieux fils ne court pas de danger tant qu’il joue son rôle. »

 

- « C’est donc cela, un moyen à une fin »

 

- « Glorieuse la fin si Merlin veut » La pensée d’Harry suppliant à mes genoux me fait rire. Narcissa Malefoy me regarde longuement, puis m’interpelle alors que je me retourne pour insérer ma baguette dans le pli de ma robe.

 

- « Ils ont raison à votre propos. » Son murmure me déplait et me ravit à la fois. L’orgueilleuse Madame Malefoy n’est qu’une servante aujourd’hui comme tous les adeptes de Voldemort, et ils ne sont rien… Absolument rien…

 

- « Et sur quoi peuvent-ils avoir raison ? »

 

- « Aucune importance. »

 

- « Drago Malefoy n’a rien à craindre de moi. Je n’ai aucune raison de le blesser. »

 

- « Aujourd’hui peut-être. » Son air pincé m’agace passablement.

 

- « Alors vous pouvez vous détendre pour aujourd’hui. Et puis il m’offre la possibilité d’entrer dans une autre famille… Je ne l’oublierai pas. »

 

- « Il vous a offert bien plus. »

 

Quelle arrogance dans la bouche de cette « grande dame » ! Elle semble se vanter de me comprendre dans cette attitude de dédain. Elle ne comprend pas qu’elle n’est rien, elle comme les autres ne sont absolument rien. Son manoir, sa famille, vestiges d’une quelconque puissance, supériorité inexistante. Le seul pouvoir que je reconnais est celui de la haine, celui de la vengeance. Et c’est grâce à ce pouvoir que je peux marcher, avancer. Que peut-elle prétendre m’apporter de plus que son fils ?

 

- « N’oubliez pas que je ne suis plus la petite Ginny Weasley, celle que votre famille peut mépriser. Je la méprise aussi, je la dédaigne aussi. Néanmoins après la cérémonie, je serai Ginevra Malefoy. »

 

- « Je crois comprendre parfaitement Ginevra. » Je tique en l’entendant prononcer mon prénom.

 

- « Peu importe ce que vous croyez voir ou comprendre, vous n’êtes rien Madame Malefoy, rien. »

 

- « Je suis une mère. Je ne serai jamais rien. » Puis elle ajoute. «  Vous le comprendrez peut-être un jour. »

 

Je m’apprête à la suivre dans sa chambre afin d’enfiler la tenue de rigueur. Malefoy s’approche, je vois à sa tête qu’il a écouté notre conversation.

 

- « J’espère que tu ne menaçais pas ma mère … »

 

- « Non Malefoy, toi et ta mère pouvaient vous vanter de ne pas avoir à me craindre tant que vous n’êtes pas contre moi. Je te l’ai promis. Je tiendrai ma parole. »

 

- « Je veux te croire… »  Malgré ses mots, je le sens soulagé. Je n’oublie pas qu’il est encore un ami, ou du moins un atout utile.

 

Un silence s’abat. Le rituel se tiendra dans quelques heures. Finalement il se décide à parler et m’interroge en souriant.

- « Ginevra ?» Dans cette question, je décèle un aveu. Il m’a bel et bien espionnée une fois de plus. Exaspérée, je souffle avant de lui répondre avec évidence.

 

- « Je ne serai plus Weasley et tu ne peux décidément pas m’appeler Malefoy. » Son petit sourire est moqueur. Je saisis bien l’ironie de la situation, je ne suis plus Weasley, je ne serai pas plus Malefoy. Je suis Ginevra, je suis seulement Ginevra. Et cela me suffit amplement.

 

 

****

 

*** Les paroles de mon ancien professeur de potions résonnent aussi claires que l’eau qui ruisselait dans le lavabo. Je ne veux pas sa mort, je ne peux pas en supporter l’idée. La démence des derniers mois se cognent en moi à une vitesse fulgurante. Je n’arrive pas à respirer, je suis transi par cette peur, suant de tous les pores de ma peau. Je craque, je craque sous le ridicule de la situation. Meurtrier d’enfant, mangemort, aujourd’hui je dois me marier à peine arrivé à la majorité. Comment peut-on en arriver là ? Comment survivre un jour de plus ?

 

Les images incessantes de sang et de corps mutilés perturbent ma vue. La petite rouquine m’a offert une certitude. Elle est capable de tant d’horreurs… Le sang sur ses mains, son regard sans pitié, sans remord, sans dégoût…

Essayant tant bien que mal d’avaler une gorgée d’eau, la nausée monte en moi. Pris de compulsions, je vomis toutes mes trippes dans le lavabo, incapable d’atténuer les élans de mon estomac.

Finalement vidé, je me laisse tomber dans un dernier soubresaut, gémissant de douleur, de peur… Je me sens comme noyé dans ce marasme, dans cet enfer…

 

J’entraperçois le costume noir posé avec soin sur mon lit que Mère a choisi. Je dois protéger ma mère, je ne peux pas la perdre. Petit à petit des images de la petite rouquine blafarde sur le banc de la grande salle de Poudlard me traversent l’esprit. Je dois la protéger, elle aussi. Malgré les horreurs dont elle a fait preuve, je dois la protéger… Je comprends enfin pourquoi, je l’accepte…

Je ne peux pas me montrer lâche… Je ne peux plus…

 

Ensorceleuse, elle ne désire plus que la souffrance d’un amour perdu. Son honnêteté, sa vertu ont disparu aussi vite que cet amour pourtant si fort pour lui, pour l’élu. Comment comprendre la manière dont on peut changer à ce point en si peu de temps ? Comment comprendre ce sort horrible, cette soif vengeresse qu’elle a pu s’infliger à elle-même ? Cette haine réprimée qui ne cherche qu’à exploser ? Je ne l’ai connu qu’aujourd’hui vindicative et haineuse. Pourtant jamais je n’ai pu me préoccuper autant d’elle avant. Je suis comme absorbé dans un tourbillon de cheveux rouge sang…

Brisée, jamais je ne pourrai la ramener. Que puis-je faire ? Nulle réponse ne me parviendra du ciel. Oh Merlin, une âme de plus semble mourir, une âme de plus non pas de la main du Seigneur des ténèbres. Elle s’est arrachée son âme, Il ne peut plus rien lui prendre. La petite rouquine est une mangemorte. Elle n’est plus Ginny Weasley, elle ne souhaite plus porter ce nom. Ginevra, je l’appellerai Ginevra et puisqu’elle le veut, elle deviendra Ginevra Malefoy. Aujourd’hui, je ne peux plus lui dire non, Mère l’a vu, Mère l’a compris. Nous serons une famille puisque elle ne fait plus partie de la sienne. Ginevra, je serai un cavalier noir, celui qui la conduira jusqu’à la mort car c’est son unique désir à présent. Elle n’est pas seule, je la suis, je la protégerai : c’est ainsi que Merlin en a décidé.

 

Animé par cette dernière pensée, je me relève et fait face à ce destin. Je ne peux plus me poser de questions, je dois avancer, je dois y aller. Dans les limbes, je suis enfin cette petite voix qui me dit de ne pas résister, de continuer à marcher… Enfin un répit, enfin une décision que j’accepte.

Attachant mes boutons de manchette, je me surprends à penser à mon père et celui de Ginevra, leur affrontement dans Fleury & Botts dès années auparavant… Que se passerait-il s’ils étaient présents aujourd’hui ?  S’ils étaient témoins de la folie des sorciers, témoins de cette mascarade dans le Manoir de l’ancienne et noble famille Malefoy ?

 

Elle s’avance dans une robe argentée, telle Iseult la blanche. Elle est la jeune fille rousse couronnée de fleurs d’hiver comme cette peinture de Poudlard. Pourquoi faut-il prétendre et s’habiller pour l’occasion ? Elle ne semble pas dérangée. Passive, indifférente, comme une formalité. Le mage prononce un discours que je n’entends pas, des formules mystérieuses dans une langue inconnue. Les traits crispés de Mère me font comprendre l’irréversibilité du sortilège, tel un serment inviolable.

La fin… Je n’attends que la fin pour pouvoir m’enfermer à nouveau dans ma chambre et retirer ce costume, reflet de cette farce, qui me serre la gorge.

 

Note de fin de chapitre :

Qui avait deviné ?? :-D

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.