S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Concours officiel HPFanfic


Les 25 ans de Harry Potter

 

L'équipe de modération HPFanfic vous propose un concours d'écriture afin de célébrer dignement les 25 ans de Harry Potter.

Vous avez jusqu'au 25 août 2022 pour publier votre texte ! Les votes seront lancés dans la foulée.

Laissez-vous tenter par l'aventure en suivant ce lien ! Vous y trouverez les différentes modalités de ce concours.

A bientôt !


De L'équipe de modération d'HPFanfic le 25/06/2022 17:25


Assemblée Générale Ordinaire 2022


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 24 juin 2022, à 22h.

Venez lire et discuter, et voter pour les candidats au conseil d'administration.

Bonne AG !
De Le CA le 17/06/2022 23:08


124ème édition des Nuits


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 124e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 24 juin à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De L'équipe des Nuits le 08/06/2022 18:45


Assemblée Générale 2022


Chers membres d’HPF,

Nous désirons vous informer que l’Assemblée Générale 2022 aura lieu du vendredi 17 juin 22h au vendredi 24 juin 22h sur le forum.

Seuls les adhérents à l’association peuvent voter, mais tous les membres sont encouragés à venir lire et discuter.

Au plaisir de vous y voir !

Le CA
De Les membres du CA le 06/06/2022 18:39


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Juliette54, Tiiki et Bloo, qui remportent la Sélection Drabbles !

Vous pouvez dès à présent commencer vos lectures pour élire en décembre prochain vos Fictions longues préférées. Vous avez 7 mois pour découvrir 12 univers qui ont conquis les lecteurs ! Pour en savoir plus et pour suivre notre planning de lectures, rendez-vous ICI.

En juillet, on compte sur vous pour la Sélection des Animaux Fantastiques ! Avec la sortie du troisième film, c'est de circonstance, non ? Vous pouvez d'ores et déjà proposer vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Et au mois de juin, remontez aux origines de Poudlard. Nous vous proposons six textes qui mettront à l'honneur, individuellement comme collectivement, ses Fondateurs : Godric Gryffondor, Helga Poufsouffle, Rowena Serdaigle, et Salazar Serpentard. Vous avez jusqu'au 30 juin pour lire et voter par ici.



De Equipe des Podiums le 05/06/2022 16:03


123ème édition des Nuits


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 123e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 21 mai à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De L'équipe des Nuits le 13/05/2022 17:22


Antartik et Atlante par Realgya

[831 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Et voilà, j'ai eu trop pitié de vous laisser sur la fin de la dernière fois et je m'en suis trop voulu de mon retard, du coup voici le chapitre suivant, sans queue de poisson à la fin, rassuez-vous ^^ J'ai adoré l'écrire, j'espère que vous adorerez le lire. Bonne lecture !
Hermione éclata en sanglots en voyant Draco disparaître. Non, non… Non ! Il ne pouvait pas être mort, il ne pouvait pas lui avoir fait ça, il ne pouvait pas… Et pourtant c’était le cas. Draco Malfoy, l’arrogant petit Serpentard égoïste, méprisant et méprisable venait de donner sa vie pour sauver la sienne et celle de sa fille, atteinte de la maladie de la mort.

Un fil vint s’enrouler autour de sa cheville et elle le coupa rageusement, découpant en même temps son vêtement et frôlant de peau sa peau. Le vent glacé s’engouffra par l’ouverture mais elle n’y prit pas garde. Il ne fallait pas que le sacrifice de Draco soit vain. Il fallait qu’elle se lève et qu’elle aille se réfugier hors de portée des fils. Pour Harmonie. Harmonie qui venait de perdre son père.

Un soubresaut secoua sa poitrine, et c’est avec peine et difficultés qu’elle se releva sur ses jambes. Autour d’elle, le tourbillon s’était intensifié. Elle ne voyait pas le papillon, elle ne voyait plus le petit abri dans lequel Draco l’avait poussée peu auparavant. Elle ne voyait que du blanc, du blanc et encore du blanc. Une multitude de flocons qui voltigeaient en tous sens, et les fils qui fouettaient l’air et essayaient de se saisir d’elle pour la happer.

Un premier s’agrippa à sa jambe sans qu’elle n’arrive à lui faire lâcher prise. Il était trop épais, son couteau ne parvenait pas à l’entailler. Un deuxième, un troisième, un quatrième… Avec horreur, Hermione se vit lâcher le couteau qui disparut dans la neige à ses pieds. Elle se débattit avec la rage du désespoir sans parvenir à se défaire des liens. Elle tomba à genoux, les fils se resserrèrent, l’étouffèrent. A plusieurs endroits, ils avaient entaillés ses vêtements et sa peau, et de minuscules gouttelettes de sang carmin gouttaient sur la neige.

La jeune femme s’arrêta en les remarquant et fixa son regard dessus, comme hypnotisée. Ces gouttes de sang sur le blanc immaculé lui firent penser au conte pour enfants Blanche-Neige que lui récitait sa mère, et qu’elle-même récitait à Harmonie, le soir. Harmonie… elle ne pouvait pas l’abandonner, elle lui avait promis de revenir la chercher.

Une bourrasque la poussa violemment et elle tomba à genoux. Les fils commencèrent à la traîner dans la neige, bien qu’Hermione recommence à se débattra de plus belle. Elle avait le souffle court, elle était épuisée, elle avait mal, et pas seulement dans son corps, mais aussi dans son cœur.

Soudain les fils s’immobilisèrent, le vent s’arrêta, les flocons restèrent en suspens, immobiles. Le silence se fit, terrifiant comparé au vacarme d’auparavant. Et puis une explosion retentit. Immense, multicolore. Les flocons s’écrasèrent au sol, des rais de toutes les lumières éclairèrent la neige, la tempête tomba, les fils s’enflammèrent pour disparaître, ne laissant sur Hermione que des traces et cicatrices d’un rouge marqué prouvant que sa peau était encore à vif.

La jeune femme se retourna en quête de l’explosion. C’est là qu’elle le vit. Le papillon avait disparu, laissant place à un corps, allongé dans la neige, nu, rouge. Il avait dû commencer à être attaqué par les acides du papillon avant d’en être libéré. Ainsi, il avait réussi.

- Draco…

Hermione se leva péniblement, fit quelques pas dans sa direction, trébucha, tomba, se releva.

- Draco… Draco…

Répétant le prénom comme une automate, elle s’avança jusqu’au corps, n’écoutant plus les supplications de son corps pour qu’elle s’arrête, se repose. Son cerveau était resté bloqué sur la présence du garçon, silhouette inanimée sur le tapis blanc.

Au bout d’un temps qui lui paru infini, elle arriva à côté de lui et se laissa tomber. Immobile, son visage était paisible, détendu. Hermione approcha une main timide, le secoua. Aucune réaction. Son cœur avait cessé de battre. Elle se pencha, se pencha encore, présentant sa joue au visage du garçon… et ne sentit aucun souffle venir l’effleurer. Tout son être sembla se déchirer.

- Draco ! Je te déteste !

De rage, elle abattit ses poings dans la neige.

- Tu m’entends, je te déteste ! Je te déteste !

Les larmes dévalaient ses joues sans discontinuités, ses cheveux lui tombaient sur le visage, s’imprégnant de la pluie salée. Hermione se jeta sur le corps du jeune homme, haïssant l’être qui l’abandonnée. Elle se redressa un peu, contempla son visage à travers sa vision brouillée. Ses lèvres percutèrent maladroitement les siennes. Elle était brûlante, brûlante de fièvre, brûlante de maladie. Si Harmonie était délivrée de la maladie de la mort, à présent Hermione avait celle de l’amour. Son corps était en ébullition malgré la température plus que basse. Ses mains fébriles qui griffaient le torse du jeune homme n’obéissaient plus à aucun ordre de son cerveau. Elle implosait de l’intérieur, elle se faisait dévorée par un feu ardent et inatteignable.

Elle voulait raisonner mais en était incapable. Peut-être qu’Harmonie l’attendait, qu’il fallait aller la chercher, la rassurer. Mais Hermione était incapable de penser à cela. S’il était encore vivant, elle aurait pu transplaner à Ste Mangouste où partout ailleurs dans un hôpital magique du monde. Mais c’était fini, c’était trop tard. Il était mort, mort… Ne plus y penser, d’accord, mais penser à quoi ? Que s’il le fallait, il était mort avant d’avoir pu libérer la magie, et que donc toute leur quête avait été en vain ? Qu’Harmonie était toujours malade ? Qu’en plus de cela le dôme de glace allait fondre ? Il aurait fallu qu’elle vérifie ; elle avait sa baguette sur elle. Mais elle en était incapable.

C’était comme un puits sans fond dont on ne peut remonter les parois. Un abysse d’obscurité et de peine. Si Harry avait été là, peut-être aurait-il pu la remonter. Si Harmonie était là, elle aurait joué son rôle de mère et réconforter sa fille. Mais aucun des deux n’étaient là, elle était seule avec son chagrin. Seule avec sa peine, seule avec la mort.



On lui rendit son baiser, et c’est à ce moment-là qu’Hermione comprit qu’elle devenait folle. Elle s’était tant laissée aller à le pleurer que son esprit lui recréait l’illusion qu’il était encore là. Elle le savait, mais elle s’y abandonna. Après elle souffrirait, après elle se rendrait compte qu’elle avait embrassé un mort, après la dure réalité la frapperait : elle, seule, avec un macchabée. Après elle endosserait ses responsabilités de mère. Après, après, après… elle n’avait qu’une vingtaine d’année, celui qu’elle aimait venait de mourir pour la sauver, et elle ne pouvait rien faire d’autre que pleurer et délirer, elle pourtant si rationnelle d’ordinaire. Perdue, elle s’était perdue, égarée… Mais il y a une chose qui était désormais certaine, c’est que oui, elle l’aimait. Et elle s’en rendait compte maintenant qu’il était mort, qu’il n’était plus.

Alors quand les lèvres illusoires devinrent avides et que des bras imaginaires se refermèrent sur elle, elle perdit toute raison. Finirait-elle en asile, ou à l’hôpital, dans le même cas que Mr et Mrs Longdubat ? Peut-être, peut-être pas… Elle n’en savait rien, et elle s’en fichait. Elle voulait juste goûter à sa peau, rester blottie dans son étreinte, et l’embrasser pour l’éternité. Elle ne respirait plus à cause de leurs lèvres scellées, et elle s’en fichait. Qu’elle meure n’avait aucune…

Hermione rouvrit les yeux, se redressa brutalement, s’arracha à l’étreinte et recula sur les fesses du macchabée. Non, il ne fallait pas qu’elle meure. Il ne le voulait, il ne l’aurait pas voulu. Harmonie, Harmonie… Elle ne devait pas abandonner Harmonie. Sous ses yeux effrayés le corps de Draco se redressa, ses yeux plongèrent dans les siens.

- Moi j’aimais bien quand tu m’embrassais, râla sa voix, boudeuse.

La jeune femme fit non de la tête. Elle ne devait pas céder à la folie, elle devait se ressaisir. Elle était une Gryffondor, elle était courageuse, et elle avait déjà vu la mort. Harmonie, Harmonie, elle ne pouvait pas abandonner Harmonie.

Alors elle voulut se lever, sur ses jambes flageolantes, et retomba comme une masse s’affaisser dans la neige. Le Draco de sa folie s’avança vers elle, et elle sortit sa baguette pour la pointer sur lui. Une expression de totale surprise passa sur le visage de ce dernier.

- Granger, je peux savoir ce qui te prend tout d’un coup ? demanda-t-il. Vu mon état de fatigue, je suis totalement inoffensif, je ne pense pas que tu ais besoin de me menacer de ta baguette. Par contre, si tu pouvais métamorphoser n’importe quoi en coupe comme tu sais si bien le faire pour me servir à boire, ça m’arrangerait. Et puis ça me prouverait que j’ai réussi.

Le fait qu’il l’ait appelée « Granger » sortit soudain Hermione de sa torpeur. Elle le dévisagea attentivement alors qu’il s’asseyait en tailleur.

- Draco ? demanda-t-elle d’une voix tremblante. C’est vraiment toi, tu es vivant ?

- Depuis quand est-ce que les morts parlent ? railla-t-il en lui lançant un coup d’œil dédaigneux.

Le cœur d’Hermione explosa. Elle se jeta à son cou, se serra contre lui, pleura de nouveau en s’agrippant désespérément à sa nuque.

- Tu es vivant, tu es vivant… répéta-t-elle entre deux sanglots. Tu avais dit que…

- Qu’un simple papillon ne pouvait pas me tuer, la coupa-t-il.

- Non, répliqua Hermione avec véhémence. Que celui qui relâcherait la totalité de la magie de ce monde après qu’elle ait habité son corps en mourrait de fatigue.

- Ah mais ça c’était dans le cas où le pauvre et fragile petit être que tu es ait à le faire, jeta Draco avec mépris. Je ne suis pas à classer dans la même catégorie.

Hermione ne trouva pas la force de s’offusquer. Pendue au cou du jeune homme, elle se serra un peu plus contre lui, et sentit quelque chose de très bizarre durcir sous elle.

- Sans vouloir te froisser, lâcha Draco en prenant un masque impassible. Je sais bien que tu es couverte et que tu ne t’en rends pas compte, mais nous sommes au pôle Sud, et il fait extrêmement froid. Mais vraiment extrêmement. Or ce serait bête que je me transforme en glaçon maintenant. Donc si tu voulais bien me lâcher pour que je puisse attraper ma baguette qui aurait dû théoriquement résister aux acides du papillon et qui doit être quelque part sous la neige près de nous, ça m’arrangerait. Ainsi je pourrai allumer un feu, chose que dans l’extrême bêtise qui est celle des Gryffondors tu n’as toujours pas pensé à faire, et surtout me couvrir.

La jeune femme se rappela soudain qu’il était entièrement dévêtu ; elle rougit.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.