S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d’épine, Ella C, Eejil9 et CacheCoeur, qui remportent la Sélection Femslash !

Vous voulez de l’action ? De l’aventure ? Ce mois de Sélections est fait pour vous ! Le Jury des Aspics vous invite à lire sur ce thème en octobre avec la Sélection Aventure/Action ! Vous avez jusqu'au 31 octobre pour lire les 5 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter par ici.

Et au mois de novembre, partez dans le futur avec la Next-Gen ! Vous avez jusqu’à la fin du mois d'octobre pour nous faire découvrir sur ce thème si vaste vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots. Pour proposer des textes, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news !

Il y a également la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos nuits d’insomnies ! Jusqu’au mois de décembre, venez découvrir 12 histoires incroyables ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De L'équipe des Podiums le 03/10/2022 23:05


Alex Grim' ou une née-moldu à Poudlard par Madelline

[166 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Disclaimer : Tout l'univers d'Harry Potter ( Lieux, objets, personnages...) appartient à l'auteur : Joanna K. Rowling.
Je ne dispose que des personnages de mon invention et je ne suis pas payée pour écrire cette histoire.
Note de chapitre:

Le 1er Chapitre est là ! N'hésitez pas à me laisser une petite rewiews pour que je m'améliore !

On m'a signalé, il y a peu de temps que le collège Eton est un collège uniquement pour les garçons. Pour ne pas modifier l'histoire, je laisserais comme ça. Peut être qu'en 2017, Eton sera ouvert aux filles...
Un bruit de vaisselle cassée. Voilà ce qui m’a réveillée ce matin. Pestant et râlant contre l’auteur de ce bruit, je repousse ma couverture et glisse mes pieds dans mes chaussons.
Nous sommes samedi 1er Juillet 2017 et c’est le 1er jour des vacances. Cette pensée m’emplit de joie et c’est le cœur plus léger que je me dirige vers la salle de bain.
En me contemplant dans le miroir, je cherche quelque chose qui aurait pu changer pendant la nuit.
En effet, dans 2 mois je rentre au collège, mais j’ai toujours le visage d’un enfant. C’est pour ça que chaque matin, je me contemple cherchant dans mes traits l’adolescente qui devrait apparaitre. Mais je suis toujours la même. J’ai de grand yeux verts, des cheveux roux et ternes, des taches de rousseur et une bosse sur le nez.

Détournant les yeux de mon reflet, je me dirige vers les escaliers pour descendre prendre mon petit déjeuner. Dans la cuisine ma famille est déjà attablée. Il y a mon père, ma mère, ma sœur ainée et mon petit frère, à genou sous la table, ramassant les morceaux brisés d’une assiette.

Je m’assois sur une chaise et me sers du chocolat. Personne ne dit mot. C’est toujours comme ça le matin chez moi. Le silence. Toujours le silence. En même temps, cela ne me dérange pas vraiment. Je ne suis pas très bavarde. Un bruit étouffé dans l’entrée nous signale que le courrier est arrivé.

- Alice, chérie, va ramasser le courrier s’il te plait, demande ma mère d’une voix douce.

Ma charmante grande sœur lève les yeux de son magasine pour adolescentes immatures et insupportables et dévisage ma mère comme si celle-ci lui avait demandé la lune. Ne trouvant pas d’arguments pour pouvoir protester, Alice se lève en soupirant ostensiblement et se dirige vers le couloir d’un pas trainant.

- Factures, factures, une lettre pour maman, factures, une carte postale, publicité et une lettre pour Alexandra, énonce t-elle en revenant dans la cuisine.

Elle me lance l’enveloppe qui m’est destinée et je manque de me la recevoir dans l’œil. Qui peut bien m’écrire ? Nous ne sommes qu’au début des vacances, donc je ne peux manquer à aucune de mes amies.
Pourtant, c’est bien mon nom qui est écrit sur le courrier. Il est d’un aspect bien étrange. L’enveloppe est jaunie et craquelée et l’adresse est écrite d’un vert émeraude qui scintille sous les néons de la cuisine. Je m’apprête à décacheter le mystérieux courrier lorsque qu’on frappe à la porte.

- Alice, tu peux aller ouvrir la porte ? demande mon père sans lever les yeux de son journal.

Poussant un cri de rage et de frustration, ma sœur se lève et se dirige, en claquant ses talons sur le sol, vers la porte d’entrée.
Je l’entends qui discute avec un homme.
Elle proteste, et je l’entends qui tente de fermer la porte. Surpris par la réaction d’Alice, mon père se dirige vers la porte en mettant en avant sa carrure impressionnante. Il faut dire qu’il est assez imposant : il est très grand, musclé et a un visage ferme qui effraye beaucoup lorsque qu’il force son regard.
Ce qu’il fait à longueur de journée d’ailleurs. C’est son travail : il est principal dans un lycée et en plus de gérer les stocks de gommes pour l’année scolaire, il terrifie les élèves récalcitrants au règlement. Il revient quelques minutes après, l’air surpris et méfiant. Ma sœur, elle, à retrouvé son habituel renfermement et s’est replongée à corps perdu dans son magasine. Mais derrière eux se trouve un homme à l’aspect étrange. Il a un visage rond et lunaire et est habillé très bizarrement avec une cape et un chapeau pointu. Il tourne son regard vers moi et je baisse les yeux. Il me fait froid dans le dos.

- Mr Londubat, que voici, à quelque chose à nous dire à propos d’Alexandra, dit mon père d’un ton sévère.

Et voilà. Quelque chose va encore me tomber dessus. Il faut dire qu’il y a plein de choses bizarres qui m’arrivent. Depuis que je suis jeune, tout le monde pense que je suis étrange, bizarre, voire folle.
Par exemple, une fois j’ai effacé entièrement mon mauvais bulletin scolaire. Il y a deux ans, pour une quelconque raison, ma maitresse, Miss Redford me criait dessus et elle s’est soudain retrouvée avec une extinction de la voix pour deux semaines. Je n’explique pas non plus, pourquoi un jour Marjorie Taylor s’est retrouvée avec les cheveux en feu, ou que je me sois retrouvée tout en haut d’un arbre, alors que l’escalade me terrifie. Ou la fois où Alice s’est retrouvée en sous vêtements dans la cuisine.

Selon mes parents, ce ne sont que des coïncidences fâcheuses, pour le reste de la famille je suis « perturbée ». Bref, ce Londubat doit être un voisin, et son chat s’est retrouvé coloré en bleu, ou alors est devenu pyromane. Et on va encore m’accuser.

- Donc, commença Londubat, je suis le professeur Neville Londubat et je travaille dans un collège, disons particulier, il s’appelle Poudlard. Et Alexandra est une enfant qui a des dons qui nous intéressent. Nous voudrions lui apprendre à les utiliser convenablement. A Poudlard, elle recevra une excellente éducation. Et c’est mieux pour elle de partir là-bas.

- Excusez-moi, Mr Londubat, mais Alexandra à déjà un collège, elle ira à Eton. C’est un excellent établissement, précise papa. Et puis, quand à ses dons, d’ailleurs je ne vois pas du tout de quoi vous voulez parler, ils seront très bien développés à Eton. Mais merci d’avoir pensé à elle.

- J’ai du mal me faire comprendre, Mr Grimstone, repris Londubat. C’est pourquoi je vais vous expliquez quelque chose, et je vous demanderez de ne pas m’interrompre, même si ce que vous entendez vous semble étrange, voir irréel. Vous poserez vos questions à la fin s’il vous plait. Êtes-vous d’accord ?

Mes parents se consultèrent brièvement du regard et acquiescèrent.

- Il existe tout un monde, inconnu de beaucoup de personnes. Un monde magique. Il faut que vous sachiez que toutes vos légendes, sur les vampires, les fantômes et les sorciers sont vraies. De nos jours, il y a beaucoup de sorciers qui vivent en parallèle avec vous, les gens sans pouvoirs magiques. Ils ont leurs écoles, leurs boutiques. Les gens sans pouvoirs magiques sont appelés des moldus. Les sorciers doivent se cacher aux yeux des moldus, car ceux-ci n’accepterais pas l’existence de la magie. Donc je disais, les sorciers vivent entre eux, se marient et ont des enfants qui eux aussi reçoivent des dons. Il à fallu que ces enfants apprennent à contrôler leur magie. C’est pourquoi, une école a été crée. Elle s’appelle, comme je vous le disais, Poudlard. Les jeunes sorciers sont envoyés là-bas et apprennent à se servir de la magie. Néanmoins, on ne sait pas comment, il n’y a pas que les enfants de sorciers qui sont magiques.
Parfois, dans des familles de moldus, il y a un enfant qui est un sorcier. Il a autant de pouvoirs magique qu’un sorcier normal et doit lui aussi apprendre à s’en servir. C’est là que je viens à mon but. Alexandra est une sorcière et doit aller à Poudlard.

Un grand silence s’était abattu sur la pièce. Mon frère avait émergé de sous la table et ma sœur avait laissé tombé son magasine. Mes parents avaient l’air ahuri.
Je devais moi aussi avoir l’air déconnectée. Moi, une sorcière. C’est impossible. La magie n’existe pas, il n’y a que les gens normaux. Franchement, je ne me vois pas un chapeau pointu sur la tête, le visage couvert de verrues, ajouter des rats dans une marmite en riant comme une démente, projetant de tuer une princesse et son prince charmant.
Ce type était dingue. Un échappé d’un asile psychiatrique. C’était la seule solution logique. Il était fou. Et son école était une école pour les fous, voilà tout.
Je n’étais pas une sorcière. J’étais juste Alexandra Grimstone, une gamine de 11 ans qui se préoccupait de ses devoirs de maths.
Ce fut mon père qui se ressaisit le premier. Il se leva de sa chaise et la fureur qu’exprimait son visage le rendait plus effrayant encore. Il se tourna vers Mr Londubat qui n’eut l’air nullement impressionné.

- Vous allez bien m’écoutez espèce de barjo ! Vous allez sortir de ma maison et ne plus jamais chercher à nous revoir, ma famille et moi ! Maintenant, si vous vous approchez de ma fille je vous jure que vous aurez des problèmes ! Allez, sortez de chez moi !

Mais Londubat ne bougea pas. Il se contenta de plonger la main dans sa poche et en sortit une fine baguette de bois.

- Laissez moi au moins vous prouvez que je dis la vérité, dit-il.
- Il n’en n’est pas question ! Sortez ou j’appelle la police ! Rugit mon père.

Londubat tapota le bol de mon frère à l’aide de sa baguette de bois. Tout d’abord rien ne se passa, mais d’un coup le bol se mit à chanter un air d’opéra.
En regardant de plus près, j’aperçus des bras et des jambes, et même une bouche. Alice poussa un cri et recula sa chaise le plus loin possible du bol, comme si elle avait peur que celui-ci l’attaque.
Arthur, mon petit frère, regarda le bol d’un air amusé et se mit à battre le rythme avec la paume de sa main.
Mon père était livide, il ouvrait et fermait la bouche, mais aucun son n’en sortait. Cela ne pouvait pas être vrai. Il avait du remplacer le bol quand nous regardions ailleurs, ou alors c’était une illusion, ou il était magicien, genre le grand Londubani.

- Vous… Vous connaissez un certain Justin Finch-Fletchey ?

C’était ma mère qui avait parlé, elle avait le temps pâle et la voix aigue, mais je ne compris pas ce que venait faire ce Justin Finch-Fletchey dans cette histoire. Mon père avait les yeux fixés sur elle.

- Oui, dit finalement Londubat, sans doute un peu surpris. Oui, je le connais. Nous étions à l’école ensemble.
- Qui est ce Fich-Fletcher ? demanda papa d’une voix blanche.
- Un ami… Quand j’étais petite… Il devait aller au collège avec moi… Puis il à reçu cette lettre. Et il est parti. Il revenait pendant les vacances, et il était bizarre… Lui aussi… Il est allé dans cette école, Poudlard. Maintenant il est médecin à Londres. Lui aussi faisait des choses… étranges. Comme Alexandra.
- Et, c’était… un, un… sorcier ? demanda Alice qui ouvrait la bouche pour la première fois.
- Je ne sais pas, répondit maman en enfouissant la tête dans ses mains. Il disait juste qu’il avait des dons particuliers…
- Justin était un sorcier, comme moi, et comme Alexandra aujourd’hui. Il à étudié à Poufsouffle. C’est qu’il vous disait ? demanda Londubat.

Ma mère hocha la tête. Elle était si pâle qu’elle donnait l’impression de pouvoir défaillir à chaque seconde. Mon père s’était rassis et se massait les tempes.
Arthur continuait de jouer avec le bol, sans prêter attention aux événements autour. Alice avait les yeux fixés sur moi, et me regarder avec intensité. Moi-même je ne me sentais pas bien. Comme ça ma mère connaissait des sorciers. Et elle avait l’air de penser que j’étais comme eux. Que j’étais un monstre qui change les bols en chanteurs. Je voulu protester, dire à Londubat qu’il se trompait, lui dire de partir, ou simplement éclater en sanglots.
Mais aucun son ne sortait de ma gorge, quand à mes larmes, elles ne voulaient pas venir.

- Elisabeth… Je pourrais te parler ? Dans la cuisine, précisa mon père. Il avait perdu sa belle assurance, et semblait pétri de doutes.
Quand à vous, ajouta t-il à l’adresse de Londubat, vous ne bougez pas d’ici… On revient…

Londubat acquiesça, tandis que mes parents nous laissaient face à ce dingue. Alice repoussa sa chaise d’un geste brusque et se précipita dans l’escalier. Arthur lui s’était lancé dans l’accompagnement du bol, qui continuait sa mélodie. Londubat se pencha vers moi, un sourire bienveillant aux lèvres.

- Donc tu es Alexandra ? demanda t-il gentiment.
- Oui, répondis-je au bout d’un moment. Mais vous devez vous tromper, je ne suis pas une… comme vous.
- Ah bon ? répliqua Londubat, d’un air amusé. Donc tu n’as jamais rien fait de magique ?
- Non. Jamais. La magie, ça n’existe pas.
- C’est ce que tu penses ? Tu n’as jamais fait des choses bizarres ? Tu ne t’es jamais sentie… différente ?

Je me plongeai dans mes pensées. Il avait fait mouche.
J’avais toujours été bizarre, différente. Mais je n’avais jamais cherché à savoir pourquoi. Si j’étais une… sorcière, cela voudrais dire que je n’étais pas bizarre, mais juste que je n’appartenais pas au bon monde ? Dans cette école, les autres seraient comme moi ? Ou plutôt, est ce que je serais comme les autres ? Et puis, apprendre à faire de la magie, c’est mieux que les maths ! Un frisson d’excitation me parcourut, si j’étais une sorcière, je pourrais faire des trucs géniaux !

Ma joie du se lire sur mon visage, car le professeur Londubat me sourit lorsque que je levais les yeux vers lui.
Dans la cuisine, des éclats de voix retentissaient. Mes parents devaient se disputer. Puis j’entendis la porte s’ouvrir, et je les vis arriver dans le salon. Ma mère avait les yeux rouges, elle avait donc pleuré. Mon père lui avait l’air moins méfiant que tout à l’heure.

D’un geste de la main, il nous invita à passer au salon. Mes parents s’assirent dans le canapé, face à la cheminée, Londubat s’assit sur un fauteuil et moi je me laissai tomber sur le tapis moelleux.

- Mr Londubat, dit mon père d’une voix grave, nous avons décidé ma femme et moi, de vous faire confiance. Si vous dites que ma fille est une… sorcière. Nous vous croyons. Néanmoins, je veux vérifier chacun de vos propos et je veux être sure qu’elle ne sera pas en danger dans cette… école.

Londubat eut un sourire et repris la parole.

- Puisque ce point est éclairci, je vais vous expliquer le monde magique, en résumé évidemment. Les sorciers sont contraints de se cacher aux yeux des moldus, comme vous. C’est pourquoi, personne ne devra savoir qu’Alexandra est une sorcière. Il en va de la sécurité du monde magique, et de la sienne évidemment.
Le collège Poudlard se situe dans un endroit caché aux yeux des moldus et des sorciers qui n’y étudient pas. En effet, chaque pays défends jalousement ses secrets magique. Le seul indice que je peux vous donner c’est que le château se trouve en Ecosse. Là-bas, les jeunes sorciers et sorcières apprennent l’art de la magie, des potions et du vol. Oui, nous volons sur des balais. Passons.
Donc, le monde de la magie est dirigé par le Ministère de la Magie. Il contrôle tout : des animaux magiques en passant par les objets moldus. Alexandra appartient à ce monde magique et doit apprendre à s’y débrouiller.
Pour l’école, elle aura besoin de fournitures scolaires. Pour cette année, je vous accompagnerais les acheter. Mais l’année prochaine, vous devrais le faire seuls. Normalement, Alexandra étudiera à Poudlard durant 7 ans. Après ça, elle sera diplômée et pourra commencer une carrière magique. Avez-vous des questions ?

Il avait dit ça sans reprendre son souffle, et haletait maintenant, les joues rouges.

- Oui, j’en ai une, dit mon père. Combien ça va nous couter ?
- Ah, oui. L’argent. L’argent sorcier est différent du votre. Nous avons les gallions, les noises et les mornilles. Vous pourrez changer votre argent moldu en argent sorcier. Cela vous coutera le même prix que si vous envoyez votre fille dans un collège moldu.

Mon père parut satisfait et ma mère avait séché ses larmes. Moi-même, je devais avoir un sourire béat. Ce monde que je découvrais m’emplissait de joie. Une sorcière !

- Mr et Mrs Grimstone, reprit Londubat. Je dois partir. J’ai d’autres enfants de moldus à prévenir et…
- Attendez, le coupais-je, il y a d’autres enfants magiques qui ont des parents normaux ?
- Evidemment, tu n’es pas la seule. Donc je disais, il faut préparer la rentrée d’Alexandra. Pourriez-vous me rejoindre demain à cette adresse ? Nous ferons les courses de rentrée pour votre fille. En attendant, pensez à ce que je vous ait dit et laisser Alexandra déballer sa lettre. Au fait, il demande une réponse mais je vais l’envoyer pour vous. Vous êtes donc d’accord pour qu’elle étudie à Poudlard ?

Mes parents se consultèrent du regard. Ce fut mon père qui exprima leur crainte.

- Nous n’avons toujours pas la confirmation de ce que vous dites. Imaginez que notre fille se fasse enlevée, ou d’autres choses horribles comme celle-ci…
- Demain, répondit Londubat, je vous emmènerais au Ministère de la Magie. Là-bas, vous aurez des preuves sur ce que j’avance. Vous donnerez votre réponse à ce moment là. Ce compromis vous convient t-il ?
- Très bien, dit papa en se levant pour serrer la main de Londubat. Nous nous voyons demain. Juste une chose, avant de partir… Pouvez vous nous débarrasser du bol lyrique ?
Note de fin de chapitre :

Une rewiews pour me dire ce que vous en pensez ?
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.