S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


Nouvelles des Podiums du joli mois d'avril


Bonsoir à toustes !

En ce début de printemps, c'est la nouvelle pousse des sélections nouveau format qui fait sa germination !

Vous pouvez donc voter pour le thème du prochain trimestre de lectures, ici, entre le personnage Hagrid, la catégorie Romance ou le genre Aventure/action, jusqu'au 30 avril !

Egalement jusqu'au 30 avril, vous pouvez lire ici les textes de la Sélection Enfances, puis voter ! Nous vous encourageons fortement à laisser un petit mot après votre lecture, cela motive et encourage toujours, et donne corps à notre volonté de favoriser les échanges autour des textes sélectionnés.

De jolies récompenses sont prévues grâce aux créations graphiques de lilychx ! Rendez-vous au début du joli mois de mai...


De L'Equipe des Podiums le 03/04/2024 00:05


143e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 143e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 12 avril à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. C'est ici pour vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !

 


De L'équipe des nuits le 31/03/2024 15:51


Journées Reviews de mars !


Aux membres d'HPF,

Les prochaines Journées Reviews auront lieu du vendredi 22 au lundi 25 mars. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page jusqu'au jeudi 21 mars.

A bientôt !


De Journées Reviews le 17/03/2024 18:35


142e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 142e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 23 mars à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. C'est ici pour vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !

 


De L'équipe des nuits le 12/03/2024 11:27


Grand Ménage Orange 2024


C'est le retour du Grand Ménage Orange !



A partir du 4 mars 2024, les modératrices d'HPFanfic vont s'atteler à la tâche titanesque suivante : vérifier que les fics publiées depuis 2020 par les membres de l'association (et bénéficiant donc de la validation automatiques) respectent le règlement ! Soit 4 ans de fics à lire, depuis le dernier GMO, ce qui représente un très grand nombre de chapitres, et va donc nous prendre un bon moment.

Si vous voulez nous faire gagner un peu de temps, ou rendre notre travail moins fastidieux, n'hésitez pas à vérifier vos fanfictions (longueur des chapitres suffisante, conformité des résumés, ratings appropriés...) !

Pour en savoir plus sur la façon dont le GMO va se dérouler, rendez-vous ici, nous vous avons concocté une description détaillée de notre fonctionnement.

Souhaitez-nous bonne chance !


De Equipe de modération d'HPFanfiction le 03/03/2024 18:22


A wish for something more. par salamandre

[23 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Personnages et cadre appartiennent à JKR.
Note de chapitre:

Hey, ce sera court, mais intense.
Sirius Black. Le sauvage, l'indépendant, le ténébreux Sirius Black. Quelques ASPIC plus ou moins brillamment validés. Il n'avait jamais pris goût aux études, avait rapidement bouquiné quelques ouvrages, retenu deux, trois savants sermons de Rémus, bref, un bagage un peu faible, un élève sans cervelle et sans rigueur. Mais un élève dangereux. Arrogant, de ces gamins qu'on n'aurait su déstabiliser avec des regards de grande personne ou des menaces de fonds de cachot. Doué, terriblement doué, d'une agilité et d'une souplesse alarmantes, la baguette facile et maniée sans raideur. Il avait naturellement des dispositions flagrantes en défense contre les forces du mal et en métamorphose. Dans le sang. On le savait un poursuiveur talentueux et un sportif aguerri. C'était de famille. Comme tout un Sang Pur, comme tout un Black, il attirait les gens et les gens le craignaient, l'admiraient, l'encensaient de pompeux éloges. Oh, pourvu, pourvu qu'on soit apprécié de Black. Sirius, comme son père et son frère, était un solitaire refoulé, perpétuellement en colère, qui prenait sa revanche sur le monde entier, sur les femmes, sur les faibles, sur les autres. Un Black en somme. Mais un Black à Gryffindor.
Un pari du Sorting hat? Un risque, un espoir, de sauver le petit rebelle? Sirius avait-il, à onze ans, déjà déçu sa mère et sa lignée? Quelle précocité... Non, Sirius a fait rêver la magie blanche de Poudlard, la magie saine du vieux chapeau rapiécé, à quelques heures seulement de la fatidique répartition, qui le destinait comme sa race à la prestigieuse et pernicieuse maison de Slytherin. Dans le train, dans le train où l'improbable, l'indécent, l'inespéré échange s'était produit. L'introverti et studieux Rémus Lupin, tout réservé aux torpeurs calmes de Ravenclaw, l'impétueux et tapageur James Potter, aux frasques et aux sourires que réclamait Gryffindor, le petit Peter Pettigrow, lâche comme un serpent, mais sans sournoiserie encore, et Sirius, un futur prince parmi les Pure Blood. Et puis un retard, un seul wagon, et des heures de trajet. Voilà. Déclic, dérapage, débandade et maraudeurs. Je vous la fais en accéléré. Mettons que ces quatre là se sont trouvés par hasard incarner l'espoir d'une génération, et que Dumbledore, déjà actif, dans la fleur de l'âge si vous voyez ce que je veux dire, fit le nécessaire pour que le quatuor soit l'exutoire, la réconciliation, et la bouée de sauvetage des uns et des autres. Sirius fut moins sombre. Sirius rencontra l'injustice et en souffrit, connut l'amertume et en grandit. Il fut plus humain.
Bon, les jours heureux, c'est l'affaire d'autres pages; avec Poudlard, et les Potter, Sirius a connu une période de tendresse, d'apaisement. Il a passé ses OWLs de justesse, grâce à Lupin, Evans, et la bienveillance de quelques professeurs qui voyaient chez le renégat un rescapé. Les NEWTs furent une autre affaire. Plus académique. Admettons-le, brisons la légende, il a bûché. Bachoté. Ça n'a pas donné grand chose, mais la pratique l'a sauvé. La théorie l'emmerdait, à tort ou à raison, il était pragmatique et un peu artiste, ado tardif et secret, et savait déjà quelle carrière embrasser. Rémus voulait enseigner, très peu pour lui. Peter, le wannabe Auror, reporter à ses heures, le touche à tout, n'inspira pas grandement Sirius, avec lequel il avait le moins d'affinité, la générosité d'un Black, même chez les reconvertis, poussant rarement jusqu'à la charité. Lily et James, les Aurors accomplis, c'était tentant, mais un peu laborieux. Et puis Sirius était définitivement très, très indiscipliné. Non: l'héritier Black fut aventurier. Pendant les trois années qui précédèrent l'avènement de la guerre, notre anti-héros héroïque a couru le monde entier, fouillé les terres, rencontré les peuples, brassé les mers, goûté les peaux. Un conquérant, un brillant polyglotte, pas très diplomate, mais irrésistiblement attirant, un voyageur mal rasé et séduisant, un nom célèbre partout pour des cœurs brisés et des exploits savoureux qui faisaient déjà rêver les enfants... Sirius Black, le richissime tributaire de la fortune des Black, qui amassait encore des trésors fabuleux, à coups de pioche dans des déserts ensorcelés, le pourfendeur de dragons, et autres fantasmes... De quoi faire délirer la gente Moldue dans une ultra production Hollywoodienne. Un beau gosse indomptable et un brin bestial à l'assaut des terres inconnues... Et au palmarès vint s'ajouter celui de héros de guerre, membre de l'Ordre, homme de main du grand Albus Dumbledore, intime des Potter, Aurors réputés, respectés, impeccables sous toute couture, bonne famille, American dream et blabla... Womanizer, ladykiller, arrache cœur, cruel, impitoyable et noble Dom Juan, légende que tout cela. Sirius Black se foutait royalement des états d'âme de la presse ou de la fille du Ministre, il aimait le fric, le luxe, le Quiddich, le danger et ses amis. Et les femmes. Un peu trop, jamais assez. S'il parlait peu, c'est parce qu'il pensait peu, et non pour entretenir un délicieux mystère. S'il ne souriait pas, c'est parce que les flash le dérangeaient, et puis d'ailleurs, on s'arrachait les rares clichés dudit tombeur. S'il était beau, c'est parce qu'il était Maraudeur. S'il était fort, c'est parce qu'il n'était pas en reste d'action. S'il était bestial (un brin!), c'est parce qu'il était Animagus. Et s'il était si désirable c'est parce qu'il avait hérité du légendaire sex appeal des Black. Plus une petite touche perso qui conjuguait tout le précité.
Après la période de gloire, l'apothéose, vient évidemment le scandale, la calomnie, la honte, l'oubli, l'anonymat, dans l'ordre. Une trahison, un coup monté, un bouc émissaire, et treize ans de taule. Bon, après, les choses s'arrangent avec une évasion à dos d'hyppogriphe, et la réintégration au sein de l'Ordre. La réhabilitation du héros parjuré, les témoignages d'une décennie de cauchemar entre les murs d'Azkaban, les larmes dans les chaumières, et le mythe est relancé. Sirius est désormais soit un peu abruti et ne s'est pas encore refait à la lumière du jour, soit plus profond, et plus taciturne, et la souffrance a creusé quelques rides sensuelles sur sa peau gourmande. Ni une, ni deux, il a repris l'exercice, une carrure, et le voilà quadragénaire sexy pour le bonheur de ces dames. Mais un peu cloîtré dans les six cents mètres carrés de feu sa Maman, QG de l'ordre et cætera.

Figurez-vous un peu un mètre quatre vingt onze de sex appeal tout étalé sur un divan, un regard d'un érotisme brûlant dissimulé derrière des lunettes intello à bord épais, plongé avec passion et sérieux dans le quatrième volume de L'Histoire de Poudlard. Oui, il y a quelque chose qui sonne faux. C'est le titre de l'œuvre. (Je vous épargne de chercher trois heures ce qui cloche, c'est pas évident pour tout le monde.) L'Histoire de Poudlard, c'est l'anthologie du rasoir nec plus ultra de toute la littérature. Alors un Casanova déguisé en intellectuel, pourquoi pas, on lui arrache son bouquin, ses lunettes, et le reste, si reste il y a... Mais Sirius Black ne désire pas être dérangé. Sirius Black ne fait pas semblant d'être plongé dans sa lecture. Sirius Black FICHE L'Histoire de Poudlard. Autrement dit, Hermione Granger, sors de ce corps.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.