S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Semaine d'adaptation ludique


La SAL revient !

Que vous ayez envie de découvrir le forum et ses sites, de braver des défis en équipes, ou de partager votre savoir de fossile de l'asso, vos pokeballs et vous pouvez vous inscrire dès à présent dans le vestibule !


De le 18/10/2021 14:50


Le Grand Ménage Orange 2020


Bonjour à toutes et tous, ici les Schtroumpfettes !

Nous adressons un message à nos adhérents ou anciens adhérents : le Grand Ménage Orange (plus connu sous le nom de GMO) pour la période 2012-2020 vient officiellement de prendre fin ! Ce sont plus de 9800 chapitres qui ont été passés au crible par nos yeux scrutateurs. Vous trouverez plus d'informations ici.
Pour les membres dont le compte aurait été verrouillé ou qui auraient perdu leur validation automatique suite au GMO, veuillez nous envoyer un mail à l'adresse hpf.moderation@gmail.com.

A très vite !

De L'équipe de modération d'HPFanfic le 10/10/2021 10:21


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d'épine, Juliette54, Drachvador, Polock et Uzy qui remportent la toute mignonne (ou moins) Sélection Famille !

Pour novembre 2021, c'est le thème de Deuil qui vous arrachera peut-être quelques larmes. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois d'octobre, voyagez et rêvez dans des Lieux Magiques. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Entrez dans des grottes et des contrées jusque-là inexplorées !


De L'équipe des Podiums le 08/10/2021 13:54


116 ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 116e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 octobre à partir de 20h. Cette nuit sera en collaboration avec l'organisation de la SAL, la semaine d'intégration d'HPF. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 05/10/2021 19:15


115 ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 115e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 18 septembre à partir de 20h. Il s'agira d'une nuit où les musiques serviront aussi d'inspiration ! Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 08/09/2021 19:17


Sélections du mois


Félicitations à Calixto, Asianchoose et Lilimordefaim qui remportent la Sélection sur la plus classe des Serpentard alias Narcissa Malefoy !

Pour octobre 2021, on retourne à Poudlard, on fait les courses sur le Chemin de Traverse, ou on voyage dans des endroits étranges et inquiétants avec le Jury des Aspics consacré aux Lieux Magiques. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de septembre, savourez un bon chocolat à la cannelle avec Molly, ou participez à une "fête" tout en cotillon (ahem) chez les Black avec la sélection famille. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Que votre rentrée soit douce et pleine de beaux projets !

 


De L'équipe des Podiums le 02/09/2021 18:48


Une tour de parchemin par lafaymorgane

[7 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

me voilà avec un OS qui me tient à coeur, vraiment, et qui fourmillait sous mes doigts je n'ai donc pas hésité trop longtemps avant de le soumettre à votre avis éclairé! n'hésitez donc pas à cliquez en bas pour reviewer et me donner votre opinion elle m'intéresse fortement !
en attendant je vous souhaite une bonne lecture !
Il était une fois, la plupart des contes commencent ainsi et il est alors question de princesses, de princes courageux, de dragons et de marraines la bonne fée. Cette histoire n'est certes pas dénuée de magie mais il n'y sera pas question de fin heureuse ni de ils vécurent heureux jusqu'à la fin des temps, loin de là !

Reprenons donc : il était une fois une petite fille . Cette petite fille se sentait différente des autres enfants de son âge et ils sentaient cette différence également, elle était donc mise à l'écart de toute cette société enfantine qui aurait dû constituer la vie normale d'une enfant de six ans . Cette petite fille se plongea alors dans un univers qui lui ne la trahirait jamais et ne serait jamais moqueur ou blessant envers elle : les livres ! Ces chers livres, qu'elle chérissait plus que tout au monde et qui lui ouvraient de nouveaux horizons sans aucune commune mesure avec la réalité si triste et morne dans laquelle elle vivait en compagnie d'une mère aussi étrange que froide . La mère de cette petite fille était en effet seule pour élever une enfant, qui ne lui inspirait que mépris et dédain de son allure maigre et efflanquée jusqu'à son obsession pour la bibliothèque de la maison, bien vite devenu trop maigre pour assouvir sa soif effrénée . L'écrasant de son mépris le plus vif, elle lui offrit cependant un véritable passeport vers un paradis de papier en lui concédant le droit de consulter la bibliothèque municipale.

La fillette dévora alors littéralement tous les êtres de papier, sur lesquels elle pouvait poser ses mains avides . Petit à petit, elle s'enfermait dans ce qu'elle-même nommait sa tour de parchemin.
Cette tour, si fragile, lui offrait une échappatoire à l'indifférence glacée de sa seule famille et à la cruauté face à une différence, qu'ils ne concevaient pas, des autres enfants . Elle s'évadait dès que ses doigts effleuraient le papier, emportée alors par le récit et le vivant si intensément qu'elle en devenait l'actrice, tour à tour princesse et dragon du récit ! Perdue dans les méandres de son imagination, elle en oubliait le temps et la réalité, qu'elle fuyait dès que l'occasion s'en présentait . Elle passait donc de plus en plus de temps dans son univers fait de feuilles et d'encre, lisant inlassablement des histoires qu'elle revivait alors dans ses songes ou dès que la réalité se faisait trop dure . Elle s'évadait de la vie réelle et elle se rêvait princesse d'un royaume en péril, sa tour se métamorphosait en un donjon qui la retenait prisonnière d'un dragon terrifiant ! Et c'est alors qu'intervenait son sauveur, un prince parfait qui la tirait des griffes de son gardien au péril de sa vie, il l'emmenait ensuite vers d'autres contrées où la vie est tellement plus douce et où enfin on la verrait sous son apparence véritable .

Un jour, il lui arriva une chose merveilleuse elle se découvrit des pouvoirs magiques. Elle eut alors l'impression d'entamer une nouvelle vie, une nouvelle ère s'offrait à elle ! Une nouvelle demeure aussi, Poudlard un château comme ceux de ses songes. Elle n'en croyait pas sa chance et si elle avait douté de sa bonne étoile, elle était alors persuadée de son existence, c'était grâce à elle qu'elle avait pu quitter sa mère et son univers gelé. Elle s'épanouissait et comme un phénix elle renaissait des cendres de sa tour de parchemin désormais inutile . Mais tout cela lui semblait bien trop beau pour que cela soit vrai ou que cela dure bien longtemps . Elle ne se trompait guère, bien vite la sensation qu'elle avait de faire enfin partie d'une famille s'estompa sous les injures d'autres élèves de Poudlard, elle n'était qu'une née moldue, une inférieure ! De la sale engeance selon certains élèves plus vindicatifs que les autres, une fois encore elle était différente et elle croyait entrapercevoir dans ces élèves les fantômes des gamins de son quartier .

Son seul refuge devint la bibliothèque où elle se noyait dans des flots de livres et de parchemins inédits et donc terriblement attrayants. Elle s'isola d'autant plus et s'enferma à nouveau dans sa tour faite de parchemin, d'encre et de vieux cuir. Elle rêvait sans cesse, et ne reprenait que très rarement pied dans la réalité, à quoi bon ? Cela n'était que pour être rabaissée et humiliée !
La petite fille grandissait et se transformait peu à peu en jeune fille, mais cela ne changeait rien, elle était toujours aussi seule et rien ne lui plaisait davantage que de rentrer dans son repaire et de sentir les effluves des parchemins, nul bruit autre que celui du froissement des pages ne lui était plus agréable, et que dire de la sensation des pages sur ses doigts, de la perspective de découvrir un autre univers qui était là juste à portée de ses doigts . Sa tour de parchemin était à nouveau là, plus présente et plus haute que jamais; c'était le seul lieu où elle se sentait en sécurité, chez elle : c'était son havre de paix, la seule place dont elle était la reine incontestée. Elle ne rêvait plus de princesses ni de dragons, mais d'un amour fou et passionnel où elle était enfin telle qu'elle voulait être : fine, élancée, belle et mystérieuse et non le rat de bibliothèque à la silhouette disgracieuse, cible privilégiée de toutes les moqueries et unanimement considérée comme inintéressante. Ses fantasmagories étaient peuplées de déclarations enflammées, de transformation miraculeuse du vilain canard en cygne majestueux, de sombres machinations, d'aventures terriblement dangereuses, d'ennemis aussi puissants que sensibles à son esprit et à sa grâce et bien entendu de fins heureuses .

Sa tour de parchemin devenait château, mais elle ne s'apercevait pas qu'autour de si fragile édifice rôdaient des individus obscurs et manipulateurs .
Enfermée dans son univers onirique, elle se laissa captiver par les paroles lénifiantes et si prometteuses d'un sombre jeune homme, qui lui promit monts et merveilles . Elle s'abandonna en toute confiance et naïveté, la jeune fille fantasque devint femme . Elle crut à nouveau que le bonheur lui appartenait enfin, qu'elle possédait cette félicité comme elle croyait avoir obtenu le cœur de cet homme, mystérieux ange aux allures de démon. Mais elle se fourvoyait une fois encore, le bonheur est un compagnon infidèle et capricieux, il reprend souvent ses offrandes. L'homme se révéla finalement être bien plus un démon qu'un ange, et si elle l'avait distrait et amusé quelques temps ce ne fut très vite plus le cas, et sans aucune pitié avec même une jouissance perverse il l'abandonna en lui broyant méthodiquement ce cœur, dont elle lui avait confié la garde.

Le château de parchemin qu'elle avait cru ancré dans le véritable monde s'écroula brusquement sur elle, achevant de détruire son cœur lacéré. Elle crut mourir de douleur face à l'abandon de celui dans lequel elle avait placé toutes ses espérances, tout son amour. Puis avec un automatisme glaçant elle se tourna vers le seul repère de sa vie, les livres, elle demeura alors dans la bibliothèque de Poudlard, sa seule confidente et le seul témoin de son amertume. Une amertume qui la poussa à se vouer corps et âme à ses très chers livres, ses fidèles compagnons, les seuls qui ne l'abandonneraient jamais. Mais ils avaient perdu de leur pouvoir d'évasion et brisée elle ne parvenait plus qu'à esquisser les bases de sa tour de parchemin qui l'avait tant de fois préservée de la folie. Les années passaient et sa vie défilait morne et terne sans qu'elle ne parvienne à retrouver son refuge parmi les manuscrits qui voyageaient entre ses mains de plus en plus fébriles et fiévreuses, la folie la lorgnait de son regard d'oiseau de proie et elle le sentait sans cesse dans son dos attendant qu'elle bascule complétement dans une démence sans autre issue que la mort. Elle se débattait à grands renforts de manuscrits toujours plus épais et volumineux, jusqu'au jour où miraculeusement sa tour de parchemin reprit consistance dans son esprit affaibli .

Mais cette tour tant désirée n'était plus la même, elle était bien loin de la blancheur et de la magnificence de la tour de papier de ses souvenirs. En effet, désormais les seuls livres qui permettaient à cette âme affolée de se ressourcer étaient si dramatiques et tragiques, que sa tour en était altérée et se dressait, là dans ses échappées, comme un monstre terrifiant, noir et dévasté. Malgré tout elle était là et c'est ce qui importait, la femme en fit à nouveau son refuge dont elle sortait uniquement pour défendre ses chers livres . De princesse emprisonnée elle était devenue dragon . Un dragon menaçant et redoutable, qui redevenait la jeune fille mélancolique une fois la nuit tombée et que le soleil emmenait avec lui aigreur et amertume. Ne restait alors que la tristesse et la trahison douloureusement ressentie chaque nuit comme la première. Inlassablement elle se questionnait sur sa malchance chronique, le bonheur la fuyait-il ? Et sa bonne étoile, qu'attendait-elle donc pour se manifester ? Pourquoi n'avait-elle pas droit à une vie heureuse et simple comme certaines de ses anciennes camarades qui, bien qu'ayant été des plus cruelles avec elle, étaient désormais épouses et mères de nombreux bambins galopant en tous sens ?

Pourquoi, pourquoi, pourquoi ? C'était comme une ritournelle dans sa tête, alors pour ne plus l'entendre elle se réfugiait dans sa tour de parchemin si sombre et si désolée, où elle pouvait sans embuches ni faux espoirs construire une vie rêvée . Une vie avec ce bel ange, qui resterait éternellement un ange dans son esprit ! Une existence où rayonnante dans une robe blanche elle accepterait de porter son nom et de devenir sa femme, puis la mère de ses enfants . Elle leur aurait lu des contes devant une cheminée, leur aurait légué son imagination mais ils auraient été brillants et ensorceleurs comme leur père . Elle aurait aimé en avoir deux, un garçon et une fille : l'équilibre, l'harmonie ; tout aurait été si parfait ! Elle quittait alors à regret sa tour de tous les possibles quand le jour revenait, rapportant avec lui son lot de regrets et de cynisme froid et désabusé . Elle redevenait alors le dragon que tous connaissaient et se jurait de ne plus retourner dans cette tour qu'elle avait rebâtie laborieusement car elle sentait que le retour était chaque matin plus difficile et déchirant . Elle commençait à craindre de ne pas vouloir en partir un jour et d'y rester pour se repaître éternellement de ces chimères patiemment élaborées . Mais chaque nuit elle renonçait à combattre son besoin irrépressible d'ouvrir à nouveau la porte de la tour pour caresser du doigt un beau rêve. Elle s'étiolait petit à petit devenant plus revêche de jour en jour et plus dépendante de ces nuits où elle grappillait quelques prétendus moments de félicité au grand dam pensait-elle de la fatalité . La fatalité... Tout comme le bonheur, c'est une maîtresse lunatique et pour cette femme, que le temps avait changé en femme d'âge mûr comme le disent élégamment les poètes, elle fut intraitable . La fatalité n'en avait pas fini avec elle quoique qu'elle pût en penser !

Les temps étaient sombres, elle ne s'en était pas aperçu, pour elle ils l'avaient toujours été, et de nombreuses batailles éclataient autour de Poudlard qui avait été jusque là miraculeusement préservé. Cependant la guerre y fit un soir brutalement irruption, cela grondait depuis longtemps et avait finalement explosé, peu lui importait après tout vivre ou mourir : quelle différence pour elle qui vivait d'un substitut de vie ?

Mais si elle avait su … La fatalité n'en avait effectivement pas terminé avec elle, les combats faisant rage dans le château provoquèrent d'importants dégâts ! La terreur régnait et les sorciers morts étaient innombrables, elle ne se battait que pour une chose : sa bibliothèque, temple du savoir et de toutes ses rêveries devait rester intacte et inviolée . Elle n'était cependant pas de taille face aux envahisseurs, qui ne furent arrêtés qu'un bref instant par sa présence et ne semblant même pas la voir tant elle était insignifiante ne la tuèrent même pas . Il eût mieux valu qu'ils le fassent pourtant, car par la suite lorsque les premiers livres s'enflammèrent ce fut comme si on brûlait sa chair, sa peau ! Elle hurla jusqu'à en briser sa voix ; spectatrice impuissante de ce carnage de ce qui représentait toute sa vie, toute son âme ; et qui partait en fumée. Elle sentait sa raison flamber en même temps que ses chers manuscrits, elle tenta de les sauver mais elle était prisonnière de cette vision cauchemardesque et ne parvenait pas à réagir de manière sensée : ses livres se calcinaient sous ses yeux ! Plus rien n'existait, en elle les derniers de lambeaux de sa raison implosèrent en même temps que les étagères s'effondraient les unes sur les autres . Sa folie toute puissante la privant de tous ses moyens, l'empêcha de s'enfuir face à ce cataclysme et elle demeura parmi ses manuscrits dans cette salle embrasée au mépris des risques . Sa tour de parchemin venait de s'effondrer définitivement dans une gerbe d'étincelles et il n'en restait qu'un brasier fumant, peu importait le reste, seul le fait que son dernier refuge venait de tomber comptait. Sa tour toute blanche et majestueuse au commencement, puis son donjon solide et rassurant , son château de contes de fées et enfin cette dernière tour reconstruite sur les ruines du château d'autrefois : plus rien ne restait, tout avait été annihilé …

Bien longtemps après que la bataille de Poudlard soit terminée, on trouva dans les décombres du château, dans un lieu qui avait été autrefois la bibliothèque, le squelette calciné d'une femme recroquevillée autour d'un ultime ouvrage sur les pages duquel on pouvait deviner le début d'un conte. On aurait pu croire que la victime dans un dernier soubresaut avait voulu lire encore une fois avant que la mort ne l'emporte...
Note de fin de chapitre :

alors ? j'aimerais énormément connaitre votre verdict :D merci d'avance à ceux qui prendront le temps de me le communiquer !
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.