S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d’épine, Ella C, Eejil9 et CacheCoeur, qui remportent la Sélection Femslash !

Vous voulez de l’action ? De l’aventure ? Ce mois de Sélections est fait pour vous ! Le Jury des Aspics vous invite à lire sur ce thème en octobre avec la Sélection Aventure/Action ! Vous avez jusqu'au 31 octobre pour lire les 5 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter par ici.

Et au mois de novembre, partez dans le futur avec la Next-Gen ! Vous avez jusqu’à la fin du mois d'octobre pour nous faire découvrir sur ce thème si vaste vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots. Pour proposer des textes, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news !

Il y a également la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos nuits d’insomnies ! Jusqu’au mois de décembre, venez découvrir 12 histoires incroyables ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De L'équipe des Podiums le 03/10/2022 23:05


Aubépine et Crin de Licorne par Eliah

[33 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Mai 1998.
********

Harry s’est enfin décidé : il ne peut de toute évidence plus repousser l’échéance, il faut que ça soit fait.

Il n’a pas quitté Poudlard depuis dix jours. Depuis qu’il a vaincu Voldemort… Pourtant, il en a reçu, des invitations. Notamment de la part de Mrs Weasley dont les missives envoyées par hibou sont toujours entachées par les larmes de tristesse provoquées par la disparition de Fred.

Il se sent bien à Poudlard : les élèves sont depuis longtemps rentrés chez eux, le château est presque vide, si ce ne sont les professeurs et les Elfes de Maison, tous occupés par les réparations matérielles des dégâts causés par la bataille.

Au moins, Harry peut respirer, aller prendre l’air quand il le veut, sans avoir à se retourner sans cesse, à l’affût du moindre danger…

Jusque là, Harry a réussi à se trouver des excuses pour ne pas retourner au Terrier, mais il sait qu’il n’y échappera pas éternellement. Tôt ou tard, il devra quitter l’école de magie et affronter le monde qui l’attend de pied ferme, une fois de plus

Mais à cet instant, la décision qu’il a à prendre n’a rien à voir avec son retour dans la Communauté.

Une semaine après la bataille, en retournant dans son dortoir de la tour Gryffondor, il a remarqué qu’un Elfe avait fait le ménage : tout était impeccable et les quelques affaires que Harry y avait laissées étaient toutes bien ordonnées sur son lit. Il a souri bêtement en voyant son jean et ses robes de sorciers fraîchement repassées, et qui sentaient bon la lessive. Il ne s’était pas rendu compte durant tous ces mois ayant précédé la chute de Voldemort qu’il n’y avait rien de plus confortant que des habits propres (à part peut-être un matelas bien moelleux et des couvertures qui vous tiennent au chaud.)

Sa table de chevet était également ordonnée : la pile de vieux journaux avait disparu, et la quantité de messages qu’il recevait tous les jours par hibou de la part des sorciers aux quatre coins du pays avait été placée dans une grande boîte au bout de son lit, là où il avait eu l’habitude de ranger sa malle.

Il ne restait plus, sur cette table de chevet, que deux objets que les Elfes n’avaient pas touché, pour la bonne raison que les lois le leur interdisaient : c’étaient deux baguettes magiques.

Caressant le bois de chacune, Harry s’est assis sur son lit, se perdant dans ses pensées.

La première était la Baguette de Sureau, celle qui avait appartenu à l’aîné des frères Peverell, dont Harry avait gagné l’allégeance. Quant à la deuxième, elle avait appartenu à Draco Malfoy. Il se rappela, non sans frissonner d’horreur à cause des cauchemars qu’il faisait depuis, de son passage au manoir de la famille, au cours duquel il avait pris de force la baguette de son plus vieil ennemi…

Puis il sortit de la poche intérieure de sa cape une troisième baguette : celle-ci était la sienne depuis le début, depuis qu’elle l’avait choisi, lui, chez Ollivander, il y avait presque sept ans de cela. Chaque fois qu’il caressait le bois de houx, il ressentait une sorte de paix intérieure à l’idée de voir sa baguette à nouveau intacte.

Il avait trois baguettes en main. Les émotions qu’il éprouvait à cet instant étaient d’une telle intensité qu’il en avait la chair de poule : quelques mois auparavant, il s’était retrouvé sans baguette, et à cet instant, il n’en avait pas une, mais trois.

Mais, alors que n’importe qui se serait senti puissant, voire invincible, avec ces trois baguettes en sa possession, Harry, lui, se sentait vulnérable. Une cible parfaite.

Il ne devait pas perdre l’allégeance de la Baguette de Sureau. Ni celle des autres, car cela reviendrait au même, finalement.

Posséder trois baguettes, c’était trois fois plus de risques de perdre cette allégeance. Et il ne pouvait pas se permettre ce genre de risque. Pour cela, il devait n’en garder qu’une.

Il avait déjà décidé du sort de la Baguette de Sureau : elle devait retourner auprès de Dumbledore, bien qu’Harry n’était pas vraiment prêt à se rendre sur la tombe du défunt directeur de Poudlard. L’image de la tombe blanche pillée par Voldemort hantait également ses rêves depuis longtemps.

Ce fut Hermione qui, au cours d’une visite pour laquelle elle était accompagnée de Ron, poussa Harry à agir plutôt que de retarder l’épreuve une énième fois.

Ils se sont ainsi rendus tous les trois sur la tombe de Dumbledore et ont remis, dans un silence des plus révérencieux, la Baguette de Sureau entre les doigts croisés sur le torse du vieil homme.

Quelques jours se sont écoulées depuis que la Baguette de Sureau était en sécurité, mais celle de Draco Malfoy est toujours posée sur la table de chevet, attendant que son nouveau propriétaire prenne une décision. Il a longuement hésité avant de le faire. Après tout, il est le maître de cette baguette, il a gagné son allégeance. Mais il ne peut pas se permettre de garder la baguette d’aubépine. Il préfère s’en séparer volontairement avant que les conséquences ne le rattrapent.

Le problème est : comment s’en séparer ? Ce n’est pas aussi évident que pour la baguette de Sureau, en fin de compte… Pourrait-il la confier à quelqu’un ? Hermione, peut-être ? Après tout, elle n’a toujours pas pu s’en procurer une autre, car Ollivander n’a pas encore rouvert sa boutique : la reconstruction, toujours et encore, qui prend du temps. Même si réparer un comptoir, refaire une vitrine, cela sera toujours moins long qu’atténuer les souffrances de la Communauté…

« C’est exactement ça. Pour Hermione, ça n’est qu’une question de temps. »

Il y a d’autres sorciers pour qui le temps ne viendra peut-être jamais.

D’autres sorciers qui ne pourront peut-être plus jamais venir sur le Chemin de Traverse afin d’acheter une nouvelle baguette, pour remplacer celle qu’ils ont perdue.

La situation en serait presque triste, si Harry n’éprouvait pas toute cette rancœur envers son ennemi. Il a tenté de faire fi de ces anciennes querelles, se persuadant que les Malfoy ont joué leur rôle dans la victoire, même s’ils n’ont cherché que leur propre intérêt. Mais il n’y a rien à faire. Harry ne l’admettra jamais, surtout pas à Hermione : il est entêté. Et une vieille mule pareille, ça ne change pas d’avis, surtout quand on risque sa peau dans un Feudeymon !

Pourtant, c’est la solution la plus sûre : se défaire en toute connaissance de cause de l’allégeance de la baguette, pour que le sortilège sur celle-ci soit rompu. Il a déjà utilisé cette sorte de magie, l’année passée, lorsqu’il a volontairement quitté la maison de son oncle et de sa tante. Il est persuadé que cela marchera à nouveau.

Harry a longuement hésité avant de le faire, mais à présent il est déterminé.

Il aimerait avoir la confirmation d’Hermione pour s’assurer que la décision qu’il prend est la bonne, et qu’elle ne comporte pas de faille. Mais il doute que son amie approuve son choix…

Le lendemain, il se réveille aux aurores, s’habille rapidement, et sort du château sans prendre de petit-déjeuner, ni jeter un regard par-dessus son épaule, courant jusqu’à la volière, comme s’il a peur de changer d’avis.

Lorsqu’il atteint la dernière marche de la tour, il est étonné de n’y trouver aucun hibou. Avec un pincement au cœur, il repense à Hedwige. Puis il secoue la tête, comme pour reprendre ses esprits, et descend.

Il reste posté devant la grille d’entrée de longues minutes, se demandant vaguement s’il est devenu fou : à force de s’obliger à rester reclus dans le seul endroit qu’il considère comme sa maison, il redoute ce qu’il y a dehors…

Puis il met enfin un pied devant l‘autre. Les sortilèges de protection qui entourent le parc le chatouillent lorsqu‘il passe au travers, et il s’élance sur le chemin qui mène à Pré-au-Lard.

La route n’est pas vraiment désagréable, mais le silence y est pesant, au contraire de celui dont il jouit dans le château. Puis, au moment où il se demande s’il n’aurait pas dû emprunter le passage secret qui conduit tout droit chez Zonko, il réalise qu’il est arrivé au village. La poste n’est plus très loin.

Les quelques passants matinaux se retournent en le voyant arriver, et Harry se maudit d’avoir oublié sa cape d’invisibilité. Il presse le pas et court presque en arrivant à sa destination.

Refermant sèchement la porte derrière lui, il prent à peine le temps de considérer la tête de l’employé au guichet, qui fait de gros yeux comme si un dragon venait juste de rentrer dans son bureau de poste.

Non, tout compte fait, un dragon serait un client plus plausible.

Harry murmure un sortilège de réclusion afin de verrouiller la porte, et s’avance vers l’employé, qui n’a toujours pas refermé la bouche.

Il sort de sa poche l’objet qu’il a emballé à l’aide de vieux exemplaires de la Gazette du Sorcier, sur lesquels il inscrit une adresse avec une Plume à Papote qui traîne sur le comptoir.

Il n’a pas pris la peine d’y joindre une note. D’ailleurs, que pourrait-il bien écrire ? Toute tentative serait ridicule, de toute évidence !

Puis il tend son paquet à l’employé qui ressemble désormais à un Lutin de Cornouailles Stupéfixé. Et tandis que celui-ci lutte pour attacher le paquet à la patte d’un hibou au bec démesurément long, une pensée traverse l’esprit de Harry, ce qui le fait sourire : il se demande vaguement la tête que pourra bien faire son destinataire lorsqu’il découvrira ce qu’il lui envoie… Peut-être que, fou de rage, il y mettra le feu.

Au pire des cas, cela n’aura coûté à Harry que douze Mornilles…

Il dépose l’argent sur le comptoir et se retourne, pour découvrir, à peine surpris, que les villageois se sont agglutinés devant la seule fenêtre donnant sur la rue. Le sortilège placé sur la porte a l’air de fonctionner, du moins pour le moment.

Harry fait volte-face et s’adresse à l’employé terrifié :

« Is there a back door ? » *

Note de fin de chapitre :

* Phrase de George Clooney dans la pub Nespresso.
Absolument indispensable en version originale (What Else ? ^^) parce que ça n’a pas le même effet sur moi que le « Y a-t-il une sortie de secours ? »…
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.