S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Semaine d'adaptation ludique


La SAL revient !

Que vous ayez envie de découvrir le forum et ses sites, de braver des défis en équipes, ou de partager votre savoir de fossile de l'asso, vos pokeballs et vous pouvez vous inscrire dès à présent dans le vestibule !


De le 18/10/2021 14:50


Le Grand Ménage Orange 2020


Bonjour à toutes et tous, ici les Schtroumpfettes !

Nous adressons un message à nos adhérents ou anciens adhérents : le Grand Ménage Orange (plus connu sous le nom de GMO) pour la période 2012-2020 vient officiellement de prendre fin ! Ce sont plus de 9800 chapitres qui ont été passés au crible par nos yeux scrutateurs. Vous trouverez plus d'informations ici.
Pour les membres dont le compte aurait été verrouillé ou qui auraient perdu leur validation automatique suite au GMO, veuillez nous envoyer un mail à l'adresse hpf.moderation@gmail.com.

A très vite !

De L'équipe de modération d'HPFanfic le 10/10/2021 10:21


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d'épine, Juliette54, Drachvador, Polock et Uzy qui remportent la toute mignonne (ou moins) Sélection Famille !

Pour novembre 2021, c'est le thème de Deuil qui vous arrachera peut-être quelques larmes. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois d'octobre, voyagez et rêvez dans des Lieux Magiques. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Entrez dans des grottes et des contrées jusque-là inexplorées !


De L'équipe des Podiums le 08/10/2021 13:54


116 ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 116e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 octobre à partir de 20h. Cette nuit sera en collaboration avec l'organisation de la SAL, la semaine d'intégration d'HPF. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 05/10/2021 19:15


115 ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 115e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 18 septembre à partir de 20h. Il s'agira d'une nuit où les musiques serviront aussi d'inspiration ! Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 08/09/2021 19:17


Sélections du mois


Félicitations à Calixto, Asianchoose et Lilimordefaim qui remportent la Sélection sur la plus classe des Serpentard alias Narcissa Malefoy !

Pour octobre 2021, on retourne à Poudlard, on fait les courses sur le Chemin de Traverse, ou on voyage dans des endroits étranges et inquiétants avec le Jury des Aspics consacré aux Lieux Magiques. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de septembre, savourez un bon chocolat à la cannelle avec Molly, ou participez à une "fête" tout en cotillon (ahem) chez les Black avec la sélection famille. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Que votre rentrée soit douce et pleine de beaux projets !

 


De L'équipe des Podiums le 02/09/2021 18:48


A la fin par Josy57

[11 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Bon, voilà mon nouvel OS, que j'espère que vous apprècierez!(je vais me calmer un peu côté publication, parce que là j'ai vachement de boulot et pendant les vacances de noël, c'est coton...)
Note de chapitre:

Bonne Lecture !
C'était fini, il était mort. Harry avait gagné. Ils avaient tous gagné.
Il regardait autour de lui, prenant conscience du prix qu'avait eu cette victoire. Les proches entouraient les corps de ceux qu'ils avaient perdus. Les Mangemorts survivants avaient déjà été emmenés par les Aurors. Seuls les corps des ennemis vaincus gisaient encore sur le sol.
Il avait voulu éviter de le regarder, mais ses yeux revenaient toujours à lui, alors Harry s'approcha. L’homme gisait, pâle, ses traits encore déformés par le choc. Il ne s’était jamais imaginé vaincu, il avait tout prévu, il touchait au but. Même en voyant le garçon ressurgir, il n’avait pas douté. Il s’était moqué, arrogant et sûr de sa puissance. Mais à présent, il avait fini de rire. Harry avait encore du mal à songer qu'il n'allait pas se relever, qu'il ne tuerait plus jamais personne.
Soudain, il remarqua que la tête du cadavre baignait dans un liquide légèrement trouble et bleuté, semblable aux souvenirs que Rogue lui avait confiés un peu plus tôt. Son esprit ne s'attarda pas sur cette pensée, pourtant la simple évocation de l'homme qu'il avait tant haï le remplissait d’amertume. Il comprenait que reprendre sa vie comme si son passé jonché de morts n’existait pas lui serait impossible. Maintenant que la prophétie était accomplie, maintenant que le survivant avait survécu, maintenant que le chemin devant lui n’était plus tout tracé, qui serait-il ?

Intrigué et presque appelé par les miroitements du liquide mystérieux, Harry se dirigea vers les cachots, où il trouverait facilement une éprouvette ou une fiole à ingrédient. La bataille ne s’étant pas étendue au sous-sol du château, les couloirs étaient étonnamment calmes et ordonnés. Semblables en tout point à ce qu’ils avaient été chaque fois qu’Harry les avait empruntés pour se rendre en cours. Tant avait changé depuis.
Quand il eut trouvé ce qu’il cherchait, il revint à la grande salle. Son pas était un peu plus pressé qu’il ne l’aurait souhaité. Sans vouloir se l’avouer, il craignait qu’on emporte le corps avant qu’il puisse lui jeter un dernier regard, imprimer dans sa tête l’image du sorcier, source de tant de peur depuis son enfance, déchu, inerte et malgré ses traits monstrueux, finalement mortel, désespérément humain.
Il fut soulagé en voyant qu’il était toujours là et il fit glisser le liquide inconnu dans la fiole qu’il avait récupérée. Il contempla longtemps cet ennemi mortel avec lequel il avait partagé sa conscience toute sa vie. Au final, les souvenirs explorés avec Dumbledore en plus des visions qui faisaient brûler sa cicatrice, tout cela lui avait donné une certaine connaissance du mage noir, il y avait eu entre eux la plus sordide des intimités. Et ce lien-là, il était à jamais rompu.

Harry se détourna enfin et, comme pour fuir la tristesse et la perte qui accablaient les lieux, il quitta précipitamment les lieux. Il gravit à toute vitesse les escaliers qui pour une fois, comme si eux aussi étaient en deuil, restèrent calmement à leur place. Il arriva en face de la porte du bureau du directeur et répéta "Dumbledore" dans un souffle, avant de grimper les marches et de pénétrer dans la pièce.

- Eh bien Harry, tu ne fêtes pas ta victoire ? demanda le vieux sorcier de derrière son cadre, l'air enjoué, ses yeux bleus brillant de fierté en regardant le garçon.

Harry, essoufflé, leva le flacon en guise de réponse.

- Mais qu'avons-nous là ! Des souvenirs ? A qui appartiennent-ils ?

- Vous êtes sûr que c’est de ça qu’il s’agit ?

- Bien sûr, pourquoi ?

- On m'a toujours dit que les souvenirs pouvaient être offerts, mais jamais pris ou abandonnés.

- Effectivement, mais je ne vois pas ce qui...

-Monsieur, j'ai trouvé ses souvenirs près du corps de Voldemort.

Le portrait écarquilla les yeux derrière ses lunettes en demi-lune, sembla réfléchir quelques instants, puis reprit la parole :

- Harry tu as diablement de la chance ! Si je n'étais pas mort, je serais très tenté de découvrir avec toi ce que ces souvenirs cachent !

- Mais Monsieur, Voldemort n'a certainement pas souhaité qu'on découvre ses pensées, alors pourquoi les ai-je trouvées ?

- C'est là que tu as de la chance, Harry. Il arrive, - très rarement, mais cela arrive- que lors d'une mort brutale, le cortex cérébral du sorcier touché relâche la dernière pensée qu'a eu ce sorcier avant de mourir, et tous les souvenirs qui sont liés à cette pensée.

- Vous voulez dire que cette fiole contient ce à quoi Voldemort a pensé tout à la fin ? Monsieur, je ne suis pas sûr d’avoir envie de replonger dans son esprit.

- Je comprends tout à fait, tu y as passé assez de temps, et c’est un choix qui te revient, Harry. Mais on ne sait jamais ce que l’inconnu peut nous réserver !

Harry sentait un mélange de crainte et de curiosité s’agiter en lui. S’il devait revoir tous les actes barbares, tous les meurtres et les séances de torture auxquels Voldemort s’était livré, il s’en passerait. Mais une part de lui ne pouvait s’empêcher de penser que si un phénomène si rare s’était produit, cela devait vouloir dire quelque chose, c’était pour qu’il trouve ces souvenirs et qu’il découvre ce qu’ils avaient à lui apprendre. Il lança un dernier regard dubitatif au tableau, puis se dirigea vers le bureau, sur lequel la pensine trônait encore. Ce fut lesté par l’inquiétude et l’excitation que Harry plongea dans les souvenirs que Voldemort lui avait laissés sans le savoir.

Les ombres prirent peu à peu forme, et dessinèrent les contours d'une bibliothèque. Puis, l'image se fit nette et Harry, en se retournant se retrouva face à face avec le mage noir. Son cœur bondit et se serra. Il se tenait là, bien vivant, ce même air de danger planant autour de lui. Mais cela devait être longtemps auparavant car son faciès n'était pas encore reptilien. Néanmoins, ses pupilles rouges et cruelles, elles, brillaient déjà de cet éclat atroce et terrifiant.

- Entre.

Il venait de s'adresser à une personne qui attendait derrière la porte. Il avait parlé de cette voix douce et glaciale que Harry connaissait bien. Son pouls battait à une allure folle. Voir Voldemort se mouvoir, parler, vivre, mais incapable de le voir avait quelque chose d'inquiétant.

La porte s'ouvrit, et Harry fixa son regard sur la mince silhouette qui se glissa alors à l'intérieur. Une jeune fille aux yeux sombres qui ne devait avoir que quelques années de plus que Harry. Mais comme lui, la vie semblait l'avoir fait mûrir prématurément. Il fouilla dans sa mémoire pour tenter de se souvenir de la dernière fois qu’il avait vu une femme aussi belle. Bien sûr Ginny était belle, mais d’une beauté solaire, riante. L’inconnue, elle, était d’une beauté de glace, inquiétante et sublime. Harry sentit l’amertume percer au fond de lui, aussi belle qu’elle puisse être, il n’en restait pas moins qu’elle était très certainement une Mangemort. Elle regardait Voldemort avec une déférence qui ne trompait pas.

- Cygnus m’a averti que tu souhaitais t’entretenir avec moi. Puis-je connaître la raison de cette demande ?

Cygnus ? Harry était certain d’avoir déjà vu ce nom quelque part, mais il était parfaitement incapable de se souvenir où.

- Depuis que je suis enfant, vous me dites qu’un jour je rejoindrai vos rangs. Je viens de recevoir les résultats de mes Aspics, j’ai fini ma scolarité, je souhaiterais donc à présent vous offrir mes services. Enfin, si votre proposition tient toujours, Maître.

Ainsi donc, elle venait à peine de quitter Poudlard ! Harry fut surpris d’apprendre qu’elle était destinée depuis l’enfance à devenir un Mangemort, le mage noir recrutait-il toujours ses serviteurs ainsi, ou était-elle un cas unique ? Voldemort fixait la jeune fille avec une intensité étrange, presque avec convoitise. Harry lui-même se surpris à baisser les yeux, pourtant, elle, elle maintenait ce regard, une lueur de fascination dans le sien.

- Bien sûr que ma proposition tient toujours Bellatrix, compter une sorcière de ton rang et de ton talent à mes côtés est une joie, tu le sais bien.

Harry se retourna brusquement vers la jeune fille. Elle ? Bellatrix ? Il ne pouvait y croire. Pourtant, maintenant qu’il y réfléchissait, c’était évident, Cygnus ! Le père des sœurs Black, l’oncle de Sirius, sur la tapisserie ! Et puis Harry c’était toujours dit qu’avant Azkaban, elle avait dû être très belle, mais malgré tout, il était comme foudroyé de surprise. Il la détailla attentivement, les mêmes lèvres légèrement boudeuses, les mêmes cheveux brun sombre, les mêmes yeux noirs. Seulement, elle semblait normale, pas innocente, mais pas cruelle non plus. Elle n’avait rien d’une enfant sage, il y avait déjà cette intensité particulière qui émanait d’elle. Mais que derrière ce front pur se cache l’esprit dérangé de la sorcière qui avait ôté la vie à Sirius, à Dobby, à Tonks et à tant d’autres, cela semblait absolument impensable. Pourtant tout au fond de son regard, Harry discernait les premières étincelles du brasier fanatique qui brûlerait sa raison sur l’autel de son amour pour cet homme.



Le décor se dissipa pour en offrir un nouveau au regard de Harry. Un salon sombre, uniquement éclairé par les dernières braises d'un feu mourant. Un homme vêtu de noir fixait le bois rougeoyant d'un regard tout aussi sanglant. Il semblait réfléchir, exultant de rage. Elle, elle se tenait à quelques pas derrière lui, le contemplant avec quelque chose d'étrange au fond des yeux, quelque chose qu'Harry pensa être de la peur.
Il estima que la scène se déroulait certainement trois ou quatre ans après la précédente, car Bellatrix n'avait pas beaucoup changé, sa beauté trouble était la même, mais les dernières reliques d'adolescence avaient définitivement disparues. Il comprendrait un peu plus tard qu'en réalité, une dizaine d'années s'étaient écoulées.

Une tension malsaine régnait dans la pièce, Harry sentait l'angoisse monter en lui au fur et à mesure que le temps passait. Bellatrix continuait de fixer le dos de son maître, n'osant apparemment lui parler. Harry était mal à l’aise et commençait déjà à regretter cette excursion dans la mémoire du mage noir.
Soudain, Voldemort se retourna et empoigna brutalement Bellatrix par les épaules, les serrant comme pour les broyer. Leurs visages n'étaient maintenant qu'à quelques centimètres, et le mage noir plongeait ses yeux pleins de colère dans ceux, affolés mais emplis de défi de Bellatrix. La violence de Voldemort surpris Harry lui-même, le souffle coupé par l'intensité de l'affrontement des regards. Il ne savait pas ce qui plongeait Voldemort dans une telle colère, ni ce qui poussait Bellatrix à lui tenir tête.

- Que faudrait-il que je te dise pour que tu me fasses confiance ? Tu me crois faible ! Tu crois qu’il peut me vaincre ?

Bellatrix se taisait, regardant son maître avec inquiétude, alors que celui-ci semblait à deux doigts de la frapper.

- Je ne comprends pas Bella, pourquoi veux-tu t'opposer à moi ?

La menace de trahison fit sortir la sorcière de son mutisme. Harry s'attendait déjà à ce qu'elle se confonde en excuses, il la savait prête à tout pour lui plaire. Sa réponse le surprit donc.

- Maître, je ne vous demande pas d'y renoncer, simplement laissez-moi venir avec vous, je vous en supplie !

- Pourquoi toi, Bellatrix ? Tu te crois plus puissante que je le suis ?

- Moi ou quelqu'un d'autre ! Je ne doute pas et ne douterai jamais de vous. Simplement, si une prophétie parle de cet enfant, c'est qu'il est dangereux, peut-être pas par lui-même, peut être réside-t-il en lui une force capable de vous détruire !

Dès qu’elle eut prononcé cette dernière phrase, elle sut qu’elle était allée trop loin. Suggérer une telle chose ne ferait que mettre Voldemort dans une rage noir. Mais elle semblait prête à courir le risque. Harry comprit alors que ce qu'il avait toujours pris pour du pur fanatisme n'en était pas, Harry avait perçu la peur réelle dans sa voix, une peur qui n'était pas pour elle. L’enfant dont ils parlaient, c’était lui, bien sûr, et à cet instant, Bellatrix tentait désespérément de protéger celui qu'elle aimait.

Voldemort, bouillonnant de colère, se tourna une nouvelle fois vers les dernières lueurs de l'âtre.

- Bellatrix, j'irai seul. Il le faut.

Son ton était sans appel, c'était une décision, elle n'y pouvait rien. Harry sentit l'inquiétude croître dans le regard de Bellatrix. Voldemort lui fit à nouveau face, puis il prit le beau visage de la jeune femme entre ses mains et souffla :

- Je te fais la promesse de revenir, quoi qu’il arrive. Je te le jure, tu entends ?

Puis il s'éloigna d'elle, prit sa cape et sortit, la laissant seule, dans la pièce plongée dans l'obscurité, près du feu éteint.


Harry sentit l'amertume, la pitié et la haine monter en lui, il détestait Bellatrix, et pourtant Voldemort était capable de lui faire prendre en pitié celle qui avait tué son parrain. Il se montrait doux, puis violent avec elle, il lui faisait des promesses, et l'abandonnait. Au fond, c'était lui qui avait poussé Bellatrix jusqu'à la folie, il était aussi responsable des crimes de la sorcière que de ceux perpétrés de ses mains.



Arrachant Harry à sa réflexion, le décor se dissipa à nouveau. Il ferma les yeux, devinant que lorsqu'il les rouvrirait, il aurait fait un bond de près de 15 ans. Une pièce inconnue se composa devant Harry. Une pièce où deux hommes se tenaient, l'un marchant nerveusement, l'autre effrayé et ne disant rien, jusqu'à ce que, mis au supplice par le silence, il ose un "Maître ?" hésitant.

- Tais-toi ! Le garçon m'a échappé cette fois, mais ça n'a aucune importance. Ce soir, j’ai recouvré ma force, je dois maintenant retrouver mes plus fidèles, et alors, il ne pourra rien contre moi.

Harry devina que le soir en question était celui où il avait échappé de peu à la mort qui par contre, avait frappé Cédric. Combien de personne avaient péri ainsi, voulant se dresser entre lui et le Seigneur des Ténèbres ?

Le silence s'installa à nouveau pour un bref instant.

- Qu'est-il advenu de Bellatrix ?

Le mangemort sembla un peu surpris que la première question du Maître fut pour elle, et plus embarrassé encore par la réponse qu’il avait à faire.

- Eh bien, il se trouve que...

- Parle franc et ne tente pas de me cacher ta traîtrise ou celle des autres, je la devine déjà !

Effrayé par la réprimande du Maître, il se mis à balbutier à toute vitesse :

- Elle a été une des seules à continuer à vous chercher après... enfin vous voyez. Je sais qu’on l’a envoyée à Azkaban, mais depuis je ne sais ce qu’elle est devenue.

- Tu veux dire que tu ne peux me garantir de la retrouver en vie ? Elle seule m’est restée fidèle. J’irai la chercher, qu’elle soit morte ou vive.

Le Mangemort avait perçu le reproche dans la voix du maître et ne dit plus rien, de peur de déchaîner contre lui la colère que le mage noir retenait avec difficulté.




La pièce se troubla lentement, jusqu’à ce qu’une nouvelle apparaisse. Quand Harry la vit, un long frisson le parcourut. Il connaissait cette pièce pour y avoir vécu certains des instants les plus angoissants de sa vie. Le salon des Malfoy. Voldemort se tenait seul au centre de la pièce fixant la porte avec une nuance d’anxiété dans le regard que Harry ne lui avait jamais vu.
Puis, lentement, la poignée tourna, et une silhouette se dessina dans l’embrasure. Harry crut à une apparition, une créature irréelle : un cadavre se tenait face à lui et à Voldemort. Un cadavre que le mage noir scrutait sans comprendre.
Le corps fit quelques pas hésitants et tremblants, puis releva la tête vers Voldemort. Harry fut frappé d’horreur et s’il avait pu détacher son regard de l’apparition saisissante, il se serait aperçu que sa surprise n’était rien à côté de celle de Voldemort. Harry se souvenait la magnifique jeune fille, il se souvenait la démente qui avait assassiné Sirius. Mais aucune ne convenait à la femme qui se tenait face à lui. La jeune fille était belle et avait l’air assez raisonnable, presque gentille. La furie était déjà détruite, mais on ne voyait plus sa faiblesse. La créature, elle, était si maigre que chacun de ses os saillait de son corps comme s’il souhaitait le quitter. Elle était fragile, tremblante, saccagée. Tout en elle n’était que ruines, ruines de son infinie beauté, ruines de cette pureté étrange qui avait été sienne. Tout était mort. Seul son regard vivait, brûlant d’un feu vacillant et furieux, illuminant d’une lueur triste et malsaine son visage osseux.

Harry se sentit révolté qu’on ait pu détruire tant de grâce, qu’on puisse faire tant de mal à quelqu’un. Car elle souffrait. Elle souffrait tant que Harry se demanda comment elle avait pu choisir cette souffrance...
Il se retourna vers Voldemort… lui, c’était sa faute ! Mais alors que la haine de Harry contre son ennemi se réveillait, le visage de ce dernier le surpris tant qu’il oublia sa colère. Il n’avait jamais vu le mage noir exprimer autre chose que la haine ou la satisfaction. Mais la tristesse et la consternation qu’on lisait en lui à cet instant étaient tout autres.

Voldemort fit un pas vers Bellatrix, et comme une poupée de chiffon, elle s’effondra à ses pieds. Harry ne savait pas si elle pleurait de joie ou si elle remerciait les cieux d'avoir retrouvé celui qu'elle avait tant attendu. Ce fut alors que Voldemort releva Bellatrix, et, laissant Harry foudroyé de stupeur, l'entoura de ses bras. Elle s'accrocha à lui de tout le restant de cette force titanesque qui lui avait permis de survivre quatorze ans au sein même de la mort, se serrant contre son corps jusqu'à y disparaître presque totalement. Le regard du mage noir derrière la chevelure de Bellatrix brillait de tout ce qu'il ne disait pas, et qu'il avouait par le geste qu'il venait d'avoir. De la peur qu'il semblait avoir eu de ne pas la revoir, de la haine qu'il avait pour ceux qui l'avait détruite. Ses yeux qui hurlaient un seul mot : vengeance.




Lorsque le décor disparut à nouveau, Harry ne savait plus que penser, qui était vraiment Voldemort ? Qu'est ce qui le liait à Bellatrix ? Mais il fut presque immédiatement arraché à ses pensées par l'action rapide sous ses yeux. Le combat qui avait eu lieu dans le ministère venait de prendre fin, et il eut juste le temps de voir Voldemort attraper le poignet de Bellatrix et transplaner avec elle. Il avait toujours détesté la sensation d'étouffement que lui donnait la transplanation. Pourtant, il ne ressentit rien, il vit simplement le décor coulisser lentement sous ses yeux, et se retrouva à nouveau dans le salon des Malfoy.

Voldemort lâcha le bras de Bellatrix, puis fit quelques pas. Elle n'eut qu'un tort. Elle ne prononça qu'une syllabe de trop. "Maît...".
Le bras de Voldemort s'envola, frappa Bellatrix en plein visage, l'envoyant brutalement contre le mur, au pied duquel elle s'effondra, un filet de sang coulant de sa tempe. Harry en avait le souffle coupé. Il s'attendait à ce que le mage noir quitte la pièce et la laisse. Mais il se retourna vers elle, le regard brillant de colère.

- Tu me déçois, Bellatrix, je regrette de ne pas t'avoir laissée mourir là-bas, tu m'aurais certainement été plus utile ! serina-t’il, cruel. Je me demande pourquoi je t'ai ramenée. J'aurais dû te laisser avec les autres. Les Aurors t'auraient raccompagnée là où tu mérites d'être et mon problème serait réglé !

De son côté, Harry regretta d’avoir douté quelques instants plus tôt. Il se laissait happé par les scènes dont il était témoin et oubliait trop vite ce qu’il savait de Voldemort : c’était un monstre, absolument incapable d’aimer. Il ne se montrait doux avec Bellatrix que pour lui faire plus mal ensuite, dans le seul but qu’elle lui appartienne totalement. Et il avait réussi.
Harry regardait le corps immobile de celle qui n’osait plus bouger, agité seulement d’un infime tremblement, blessé plus profondément par les mots que par le coup. Le salon s’obscurcit lentement et la scène changea.


A présent, Harry se trouvait derrière un des canapés, et voyait plusieurs corps endormis les uns contre les autres, sur les différents fauteuils ou à même le sol. Harry aperçut un discret mouvement qui lui apprit que l’homme derrière lequel il se trouvait, lui, ne dormait pas. Il contourna le sofa et vit Voldemort, assit les yeux grands ouverts tournés vers la femme assoupie contre son épaule. Harry était prêt à parier qu’elle ne s’était pas volontairement endormi ainsi, elle aurait eu trop peur de sa colère. Pourtant, il ne semblait en ressentir aucune, il avait même l’air de la contempler.« Comme on contemplerait son œuvre, c’est ce qu’elle est pour lui » songea Harry.

Le mage noir caressa du bout de ses doigts le visage de celle qui avait été si belle autrefois, la réveillant par le contact froid de sa peau sur la sienne. Elle ouvrit des yeux étonnés de le sentir si proche d’elle.

- Bella, j’ai à te parler. A propos de demain. C’est important.

Il semblait à la fois très confiant et un peu soucieux, comme gêné par un détail.

-Ne t’éloigne pas trop de moi pendant la bataille, je ne souhaiterais pas avoir à fêter notre victoire sans toi.

A cet seconde exacte, Harry songea aux deux corps gisant à quelques mètres l’un de l’autre. Endormis pour l'éternité. Il vit les yeux de Bellatrix briller. Et une fois encore ce sentiment détestable qu’il ressentait depuis qu’il avait plongé dans les souvenirs de Voldemort l’assaillit. Il n’aurait jamais dû. Il ne voulait pas ressentir d’empathie pour elle, il ne voulait de toutes ces questions qui envahissaient sa tête.


Une fois encore la pièce disparue, cette fois pour laisser place à la grande salle, emplie de combattants, de corps et de déflagrations. Harry songea avec étonnement que cette scène avait eu lieu seulement quelques heures auparavant. Tout cela lui semblait déjà si loin. Il savait qu’il était présent dans la pièce, mais sous la cape d’invisibilité, caché aux yeux du monde et aux siens.

Il vit Mrs Weasley s’approcher à grands pas de Bellatrix, il vit la sorcière aux longs cheveux sombres rire, les yeux exorbités, dansant parmi les sortilèges de son assaillante, se moquant d’elle et de sa famille. Mais du coin de l’œil, elle suivait le combat de son maître contre McGonagall, Kingsley Shacklebot et Slughorn. Il savait déjà ce qui allait se produire, il savait que le dernier rire de Bellatrix se figerait à jamais dans sa gorge, que son corps inerte retomberait, qu’il l’abandonnerait une fois encore.

Le trait de lumière verte la frappa en pleine poitrine. Un choc, la surprise, la fin, déjà. Elle s’écroula, mais juste avant qu’elle ne s’écrase sur le sol, un cri dont Harry n’avait pas compris toute la violence la première fois, son cri, retentit. Suivit une déflagration de rage pure qui projeta les trois opposants du mage noir contre un mur et qui les auraient sans doute tués si le sacrifice d’Harry ne les avait pas protégés. Le Seigneur des Ténèbres tourna sa baguette vers Molly Weasley, qui n’aurait aucune chance face à lui. Mais le Harry du passé surgit alors de sous sa cape, privant Voldemort de la vengeance qu’il souhaitait apporter à la mort de sa plus proche, sa plus fidèle disciple.

Harry sentit un grand vide au fond de lui, ce cri était un hurlement de haine, bien sûr, mais pas seulement, on sentait la peine au fond de sa voix. Elle non plus, le mage noir n’avait jamais imaginé la perdre. Harry se souvint de ce que lui avait un jour dit Dumbledore :

« Tu sais Harry, personne ne naît mauvais, on le devient. Voldemort n’a jamais connu l’amour, ni même l’affection. Avant même d’exister, il a été rejeté, puis abandonné. Qui ne serait pas devenu un monstre à sa place ? »

Oui, il était devenu un monstre, et avait employé sa vie à détruire. Et pourtant celle qu’il avait le plus détruit, était celle à qui il était le moins indifférent. « Pour lui l’amour est une forme de destruction, bien plus que la haine. »


Il regretta à nouveau d'avoir trouvé ces souvenirs, ils contenaient trop de douleur, trop de doute, d'incompréhension. Trop de vérité. Tout au long de sa quête, il s’était habitué à ce qu’on lui cache tant de chose. Parce que c’était plus simple, parce qu’il était trop jeune. Cela l’avait rendu furieux mais à présent qu’il n’y avait personne pour se tenir entre lui et la réalité, il s’apercevait qu’il n’y avait personne non plus pour lui montrer la voie.

Le reste du combat, Harry l’avait à peine regarder. C’était si étrange de se voir ainsi, projeter en dehors de son corps et de se revoir combattant, triomphant, mais portant le poids de tant de pertes, de tant de deuils. La scène s’obscurcissait à nouveau et Harry savait à présent que c’était la fin, que bientôt il rouvrirait ses yeux et se tiendrait dans le bureau du directeur, seul. Plus seul qu’il ne l’avait jamais été, sans mentor, sans guide, sans ennemi et donc sans but, mais surtout, sans plus la moindre certitude.
Note de fin de chapitre :

En espérant que vous avez aimé !
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.