S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d’épine, Ella C, Eejil9 et CacheCoeur, qui remportent la Sélection Femslash !

Vous voulez de l’action ? De l’aventure ? Ce mois de Sélections est fait pour vous ! Le Jury des Aspics vous invite à lire sur ce thème en octobre avec la Sélection Aventure/Action ! Vous avez jusqu'au 31 octobre pour lire les 5 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter par ici.

Et au mois de novembre, partez dans le futur avec la Next-Gen ! Vous avez jusqu’à la fin du mois d'octobre pour nous faire découvrir sur ce thème si vaste vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots. Pour proposer des textes, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news !

Il y a également la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos nuits d’insomnies ! Jusqu’au mois de décembre, venez découvrir 12 histoires incroyables ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De L'équipe des Podiums le 03/10/2022 23:05


Un monde à reconstruire - Aurore par Aneso

[182 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Les lieux, les dates et les personnages appartiennent à la talentueuse et extraordinaire JK Rowling.
Note de chapitre:

Bon, j'me lance. Ça fait un moment que je travailles sur cette fiction, et j'aimerais savoir ce que ça peut donner en publiant.
Ce n'est pas très original comme sujet, mais j'avais envie de réfléchir à ce qui pourrait arriver à nos héros, après la Bataille de Poudlard.

Bonne lecture !
La tête de Nagini tournoyait, remplacée par la Baguette de Sureau dans la lueur de l'aube... La dernière étincelle de vie dans les yeux de Rogue... Le ciel étoilé se reflétant dans les yeux de Dobby... D'autres yeux, rouges, qui murmuraient à Ron ses pires craintes... Ron, penché sur le corps sans vie de son frère... Fred, étendu dans la Grande Salle, près de Remus et Tonks... Un autre corps, blanc et froid comme la glace, les pupilles de serpent à jamais figées vers l'au- delà...

Harry se réveilla en sursaut. Il était en sueur, et il lui fallut quelques secondes pour que les battements de son coeur retrouvent un rythme normal. Il aligna sa respiration sur les ronflements discrets de Ron, ce qui lui permit de retrouver un calme relatif.

Il était étonné d'avoir pu s'endormir. En sortant de sa visite dans le bureau directorial, c'était d'épuisement qu'il s'était effondré, lorsqu'il avait pu rejoindre son lit de la tour de Gryffondor. Après les deux jours qui avaient étés les plus intenses de son existence, son corps et ses nerfs avaient lâché, le plongeant dans un sommeil perturbé et loin d'être aussi réparateur qu'il l'aurait souhaité. Il avait refusé la potion de Sommeil que lui avait proposé Mme Pomfresh, préférant éviter une dépendance à une quelconque substance magique.

La vieille montre de Fabian Prewett qu'il avait laissé son poignet indiquait 3h45 du matin. Harry resta allongé à écouter les bruits familiers qu'il avait connus pendant six années. Au- delà du dortoir, le château était silencieux, retrouvant peu à peu le calme relatif qui lui était habituel.

Conscient qu'il ne serait désormais plus capable de retrouver le sommeil, Harry se leva en silence et enfila les vêtements que les elfes avaient lavés pendant son sommeil. Il passa sans faire de bruit devant le lit où Neville dormait, rêvant sans doute de ses récents exploits. Il descendit l'escalier en colimaçon et rejoignit la salle commune, où il trouva Hermione, assise dans un des fauteuils installés devant la cheminée. Elle eut un sourire timide en voyant Harry ; pour la première fois depuis longtemps, celui-ci avait l'occasion de détailler sa meilleure amie, et il la trouva différente. Ses cheveux n'avaient pas étés coupés depuis une éternité, et son visage portait encore les marques de la bataille. Ses yeux étaient également soulignés de larges cernes, et n'importe qui aurait pu conclure, en la voyant, qu'elle n'avait pas vécu que des choses amusantes.
- Tu n'as pas l'air d'avoir beaucoup plus dormi que moi, on dirait, dit-elle à voix basse.

Harry haussa les épaules, et vint s'asseoir sur le canapé. Ils restèrent longuement assis là, en silence, à regarder sans les voir les braises se consumer peu à peu et la lumière du jour s'épanouir de minutes en minutes. Au bout d'un moment, Hermione sortit quelque chose de sous les pans de sa robe : son petit sac en perles. Elle l'ouvrit et sortit plusieurs objets qu'elle disposa sur la table. Harry les reconnut immédiatement : le médaillon ouvert de Salazar Serpentard, le diadème brisé de Rowena Serdaigle, et la coupe tordue d'Helga Poufsouffle. Harry se souvint alors brusquement de la bague des Gaunt glissant de ses doigts dans la Forêt Interdite, et de l'épée de Gryffondor tranchant la tête de Nagini. Hermione se tourna vers lui.

- Alors c'est vraiment vrai ? Tout est terminé ?
- J'aurais plutôt envie de dire que tout ne fait que commencer, répondit Harry. Le monde magique doit se reconstruire... Mais je te confirme que pour Voldemort, c'est bel et bien fini.
- C'est difficile à croire, n'est- ce pas ? dit une voix derrière eux.

Ron sortit de la pénombre. Il n'avait pas l'air en meilleur état que Hermione. Il vint s'installer auprès d'elle en baillant.

- Jamais je n'aurais cru autant apprécier mon lit dans la tour de Gryffondor.

Harry croisa le regard d'Hermione, et aucun des deux ne put s'empêcher de rire, tout comme Ron. Cet instant leur parut bien plus que précieux : ils ne s'étaient pas autorisé à rire depuis une éternité, et ce bref instant d'insouciance leur parût formidable. Lorsqu'ils eurent retrouvé leur calme, et leur souffle, Ron dit alors :

- Et maintenant ? On fait quoi ?

Aucun des deux autres ne fut en mesure de répondre. Après une année passée à surveiller leurs arrières, parler du futur leur paraissait être purement théorique.
Le cours de leurs pensées fut interrompu lorsque le portrait de la grosse dame pivota, laissant apparaître Kingsley Shacklebolt et Minerva McGonagall.

- Ah, je me doutais bien que vous ne dormiriez pas, à cette heure, s'exclama cette dernière. Kingsley voulait absolument vous voir avant de repartir pour Londres.
- Félicitations pour votre nomination, Kingsley, dit alors Hermione.
- Merci, Hermione. Ça ne va pas être simple : tout reste à faire... Enfin bref ! Je voulais vous voir pour vous faire parler de ce que vous avez vécu cette année. Je dois être en mesure de répondre aux journalistes et à la curiosité des autres membres de la communauté magique. Les gens se sont réveillés ce matin en apprenant que Voldemort n'est plus, et doivent se poser des questions. Il y avait bien des rumeurs hier, et peu de personnes sont au courant de ce qu'il s'est passé ici. Cette situation ne va pas durer.

Il s'assit sur un fauteuil et McGonagall prit place près d'un autre.

- Allez- vous enfin nous dire pour quoi nous nous sommes battus ? demanda-t-elle alors.

Ron désigna les objets alignés sur la table.

- Pour ça.

La stupéfaction fut bien lisible sur leurs visages. Alors Harry, Ron et Hermione entreprirent de raconter leur périple, n'omettant aucun détail. Tous les trois savaient qu'il était désormais de leur devoir de témoigner pour que la communauté des sorciers sache jusqu'où pouvait aller la magie noire. Pendant leur récit, Neville les rejoignit, écoutant lui aussi avec attention.

Lorsqu'ils eurent terminé, Harry se sentit comme soulagé d'un grand poids. Il ressentait la même impression que le jour où il avait raconté le retour de Voldemort, après la mort de Cédric, à une époque qui lui paraissait aujourd'hui à des années lumières. Le jour était maintenant complètement levé, et la rumeur des conversations s'entendait déjà au- delà des murs de la salle commune.

- Et bien, murmura le professeur McGonagall. Je suis sidérée par autant de bravoure et de détermination.
- En effet, renchérit Kingsley. Je crois que vous pouvez être fière de vos élèves, Minerva.
- Je le suis, Shacklebolt, répondit-elle, des trémolos dans la voix

Harry était ennuyé de voir son professeur aussi troublée, alors qu'il l'avait toujours connue forte et déterminée. Il préféra d'ailleurs se dire que cet instant de faiblesse était lié à la fatigue et aux événements récents. Kingsley reprit alors :

- La communauté magique vous doit une fière chandelle, à tous les trois.
- Nous n'avons pas été les seuls, dans cette aventure. Dumbledore en est à l'origine. Et puis c'est Rogue qui a permis qu'un tel dénouement puisse se faire.
- C'est bien ce qu'il m'avait semblé comprendre quand vous parliez à Voldemort, dit McGonagall. Moi qui l'ai considéré comme un traître...
- Ce n'était pas un traître, coupa Harry. Il a loyalement servi l'Ordre du Phénix et Dumbledore depuis le jour où Voldemort à tué l'amour de sa vie : ma mère, Lily Potter.

La stupeur et l'incompréhension se lisaient sur les visages de McGonagall et Kingsley.

- Pour se libérer du chagrin et du remords qui le rongeaient, Rogue a juré de tout faire pour que malgré tout, la mort de ma mère n'ait pas été vaine. Il a promis de me protéger, et a joué un double rôle auprès de Voldemort. J'aimerais que sa mémoire soit réhabilitée, pour que tous sachent combien il a été courageux. 
- Mais, l'interrompit Neville, je croyais que Rogue avait tué Dumbledore. C'est ce que tu as raconté !
- Et c'était la vérité. Mais cet assassinat a été soigneusement planifié par Dumbledore. Parce que lorsque Dumbledore a enfilé la bague, le maléfice qui y avait été enfermé a été libéré, touchant Dumbledore de plein fouet. Dans tous les cas, il était condamné, rongé par un mal incurable. Rogue n'a fait qu'abréger ses souffrances, en lui évitant une longue et douloureuse agonie.

Harry ne se souvenait que trop bien de l'expression de supplication qu'avait eue Dumbledore en voyant Rogue arriver au sommet de la tour d'astronomie. Il en saisissait maintenant tous le sens, alors que jusqu'ici, Harry n'avait pris ce geste que comme l'ultime marque de confiance de Dumbledore envers un homme qui ne la méritait pas.
Kingsley se leva alors, interrompant les souvenirs de Harry.

- Bien. Je vous remercie pour votre récit, et pour les faits qu'il relate. Je dois malheureusement y aller : je devrais être au Ministère depuis déjà une demi-heure ! J'espère d'ailleurs vous y voir bientôt !

Il les salua et quitta la salle commune. 

Harry se tourna vers la nouvelle directrice de Poudlard, et désigna les anciens Horcruxes.

- Je crois que ces objets reviennent de plein droit à l'école. Cela vous dérangerait-il qu'ils rejoignent l'épée de Gryffondor ?
- Bien au contraire. Ils seront conservés dans le bureau directorial.

Elle agita sa baguette et les objets disparurent.

- Je vais moi aussi y aller. Je dois voir quels sont les bénévoles qui veulent bien aider à la reconstruction. Il va falloir coordonner les activités ! Je vous verrais plus tard. Prenez votre temps, je crois que vous en avez suffisamment fait !
- Nous vous rejoindrons tout à l'heure, professeur, promit Hermione.

La directrice les salua d'un signe de la tête et s'engouffra par le trou du portrait de la grosse dame. Neville se leva à son tour.

- Je crois que je vais aller voir comment je peux me rendre utile.
- Tu l'as déjà amplement fait, Neville ! dit Harry. Je n'ai pas eu l'occasion de te féliciter. Un vrai Gryffondor!
- Ce n'était rien Harry, juste une promesse à tenir. Tu avais raison : ces choses là paraissent tellement plus cool quand on ne les a pas directement vécues.

Il quitta la pièce. Harry se souvint alors de la Baguette de Sureau, qui reposait encore dans sa bourse en peau de Moke. Il s'en saisit et dit :

- Il faut aussi que je me débarrasse de ça. Un petit tour sous la cape, ça vous tente ?

Hermione et Ron acquiescèrent avec vigueur. Harry se doutait que comme lui, l'inactivité allait leur peser, et le manque d'occupation les forcer à cogiter, chose qu'ils préféreraient éviter. Harry se dépêcha d'aller chercher sa cape dans le dortoir, et les étendit sur eux trois avant de sortir de la salle commune. Ils durent faire particulièrement attention, car l'époque où ils pouvaient tenir aisément à trois sous la cape était révolue. Par chance, les couloirs étaient quasiment déserts, les personnes qui avaient dormi au château se trouvant dans la Grande Salle pour le petit-déjeuner. 
Ils sortirent ainsi sous un soleil rayonnant, et rejoignirent la tombe de Dumbledore, éclatante sous les rayons du soleil. Harry saisit la baguette de Sureau, et la déposa sans cérémonie sur la stèle de marbre blanc. Les flammes blanches qu'ils avaient vu entourer Dumbledore un an plus tôt s'élevèrent et firent disparaître la baguette.

- Et voilà, elle est à sa bonne place, dit Hermione.

Ils restèrent un moment à observer le parc. Les traces de la bataille étaient bien visibles. À de nombreux endroits, la terre avait été retournée sous les pas de dizaines de sorciers, sorcières, centaures et géants. L'herbe restante était par endroits auréolée de rouge, et le sabot abandonné gisait là, tel un rescapé du radeau de la Méduse.

- Je crois qu'il serait temps que nous nous montrions, où les gens vont croire que Harry a succombé à ses blessures.
- Alors allons- y avant de provoquer le scandale du siècle, déclara l'intéressé.

Ils retraversèrent le parc, et sortirent à contrecoeur du couvert de la cape en arrivant dans le hall. Ils se dirigèrent ensuite vers la Grande Salle qui résonnait des conversations matinales. Les corps des victimes avaient étés transférés dans leurs familles respectives, et la salle avait retrouvé son usage initial. 

Lorsque Harry, Ron et Hermione apparurent à l'entrée, un silence de plomb tomba, jusqu'à ce que les professeurs Chourave, Flitwick et McGonagall se lèvent et applaudissent. La directrice semblait avoir raconté leur périple à ses collègues. Bientôt les applaudissements de l'équipe enseignante furent rejoints par ceux de l'intégralité des personnes présentes dans la salle. Harry vit les joues d'Hermione prendre une teinte rosée, et les oreilles de Ron devenir écarlates. 

Tous deux n'avaient jusqu'ici étés que les témoins de la célébrité de Harry, et ils devaient désormais s'habituer à être les acteurs de leur propre notoriété.

Les trois amis traversèrent la Grande Salle et s'installèrent près de Neville et Luna, assis à la table de Gryffondor. Harry se surprit à avoir faim, et mangea avec appétit. Il essaya tant bien que mal d'ignorer les regards qu'il sentait sur son dos. Il se tourna alors vers Luna.

- Au fait, Luna, je n'ai pas eu l'occasion de te remercier pour ta diversion d'hier.
- Oh, ce n'est rien, Harry. Je suis sûre que tu aurais fait pareil pour moi.

Harry réalisa qu'elle disait vrai. Il regarda les quatre personnes assises autour de lui, et se rendit compte qu'ils étaient ses plus fidèles amis, qui l'avaient toujours soutenu, même lorsqu'il avait été l'Indésirable n°1. Enfin... Il manquait quelqu'un dans ce groupe, qui avait une valeur différente aux yeux de Harry. Ginny... Depuis qu'il lui avait demandé de quitter quelques instants la Salle sur Demande, Harry n'avait pas eu l'occasion de lui parler de nouveau, et il réalisa que c'était désormais ce dont il avait besoin. Il espérait que cette envie était réciproque, et qu'il aurait bientôt l'occasion de pourvoir serrer la jeune fille dans ses bras.
Cependant, il n'eut pas le temps de s'appesantir sur ses réflexions. Déjà, autour de lui, les gens se levaient et allaient prendre les directives auprès de l'équipe enseignante pour commencer la réparation des dégâts causés par les combats. 

Harry, Ron et Hermione se levèrent également, et furent hélés par la directrice.

- Vous trois, restez là, il faut que je vous demande quelque chose. Laissez- moi juste le temps de finir la répartition des tâches.

Les bénévoles furent répartis dans différents groupes de travail. Le professeur Chourave et Neville prirent la tête du groupe chargé de remettre le parc en état, tandis que la majeure partie des autres se divisaient le travail pour la réparation du château. Une équipe de Médicomages était arrivée dans la nuit pour aider Mme Pomfresh à soigner les blessés. Rusard prit la tête du groupe chargé de répertorier et de restaurer les tableaux endommagés, tandis que les fantômes avaient étés mis à contribution pour déterminer quels étaient les endroits les plus urgents à réparer et assurer la communication entre les groupes de travail. Même Mimi Geignarde avait daigné sortir de ses toilettes, mais ce ne fut que pour un cours instant : elle disparut dès que Peeves commença à lui jeter de la nourriture à la figure.

Lorsque les équipes eurent été formées, la Grande Salle se vida progressivement. McGonagall se tourna alors vers eux.

- Il faut que nous parlions d'un détail ennuyeux. Suivez- moi.

Elle les conduisit hors de la Grande Salle et s'arrêta devant la porte fermée d'une salle de classe. D'un coup de baguette, elle déverrouilla la serrure et pénétra dans la salle, suivie des trois amis. Harry s'était attendu à ce qu'elle voulait leur montrer, mais il eut quand même un choc en voyant le cadavre de Voldemort. Hermione frissonna et se rapprocha instinctivement de Ron, qui paraissait mal à l'aise.

- Qu'est-ce que nous devons faire de lui ? demanda McGonagall. Il faut nous débarrasser du corps, mais où ?
- En l'enfermant dans la Chambre des Secrets ? proposa Ron.
- Même si je l'avais voulu, - et ce n'est pas le cas-, dit Harry, je ne le pourrais pas. Je crois que le Fourchelang ne fait plus partie de mes langues étrangères. Et je ne veux pas que la Chambre devienne un autre mythe, en dissimulant le cadavre de l'héritier de Serpentard.
- Et si on répondait ses cendres dans les montagnes ?

McGonagall grimaça :

- Mauvaise idée. Personnellement, j'aurais l'impression de répandre le Mal.
- Dans ce cas, je ne vois qu'une solution, dit Harry. Le Feudeymon dans la Salle sur Demande.
- Il y a un Feudeymon à Poudlard ?! s'exclama la directrice.
- Oui, c'est Vincent Crabbe qui l'a créé, et il en est mort, précisa Ron. Tu as raison Harry. Le feu va le détruire complètement, et il ne sera plus qu'un tas de cendres parmi les cendres.
- Je suis d'accord, renchérit Hermione. Par contre, une fois que ce sera terminé, il faudrait trouver le moyen de l'arrêter.
- Je pense que le professeur Flitwick sera en mesure de le faire. Je crois également qu'il ne faut pas retarder l'échéance, mais il ne faut pas que les autres puissent apercevoir le corps.

Harry sortit alors la cape d'invisibilité et l'étendit sur le corps de son ennemi. Il buta alors sur quelque chose dans les replis de la robe, et découvrit la baguette d'if, au coeur jumeau de celle de Harry. Il revit alors la connexion qui s'était établie entre les baguettes jumelles , qui lui avait sauvé la vie.

- La baguette brûlera avec celui qui l'a utilisée.

Les trois autres acquiescèrent et Harry, d'un coup de baguette, fit léviter le cadavre. Après avoir bien vérifié que nul ne pourrait le voir, ils sortirent en l'encadrant, pour éviter les soupçons. Ils parcoururent les couloirs et les escaliers parmi les bénévoles qui leurs adressaient de grands signes en les voyant. Enfin, ils s'arrêtèrent devant le tableau de Barnabas le Follet, et Hermione se chargea de faire le nécessaire pour que la salle apparaisse. La porte désormais familière apparut au bout du troisième passage, pour le plus grand étonnement du professeur McGonagall. Harry, soulagé de constater que la magie de la salle n'avait pas été endommagée, ôta la cape du corps et s'adressa à Ron.

- Quand je te le dirait, tu ouvriras la porte et j'y mettrais le corps. Tu refermeras aussi vite que possible. Il faudrait également veiller à ce que personne n'arrive, dit-il en se tournant vers les deux femmes.

Hermione et McGonagall avancèrent jusqu'aux deux extrémités du couloir.

- Quand vous voulez, Potter, lança McGonagall.
- Ron, à trois : un, deux, trois !

La porte s'ouvrit, laissant sortir une intense bouffée de chaleur. Harry ne s'attarda pas et, d'un coup de baguette, le corps de Voldemort fut englouti par les flammes. Ron referma la porte qui disparut petit à petit.

- Et voilà, dit Ron. Il brûle dans les flammes de l'Enfer. 

Même la directrice ne put retenir un éclat de rire.  Lorsqu'ils eurent retrouvé leur calme, elle dit alors :

- Bien ! Jeunes gens, je crois que ce que nous venons de faire devrait rester entre nous.- Nous sommes d'accord sur ce point, répondit Hermione.

Harry pensa alors à un autre corps :

- Professeur, il y a quelqu'un qui n'a pas eu les distinctions qu'il mérite. Je parle de Severus Rogue.
- Effectivement. Je vais m'arranger pour qu'il puisse reposer à Poudlard. Vous savez sans doute où se trouve le corps ?
- Nous allons nous en occuper, répondit Hermione. 

Le petit groupe rejoignit le hall, et McGonagall les laissa pour organiser les funérailles. Harry, Hermione et Ron sortirent une nouvelle fois dans le parc, et se dirigèrent vers le Salue Cogneur. En faisant bien attention à ne pas être vus, ils utilisèrent une branche pour immobiliser l'arbre, et s'engouffrèrent dans le passage. Il semblait à Harry que la dernière fois qu'ils avaient emprunté le souterrain remontait à une éternité. Bientôt, la pente se fit plus raide, et ils débouchèrent dans la cabane Hurlante, toujours aussi lugubre. Le corps de Rogue n'avait pas bougé. Hermione s'en approcha et fit disparaître le sang qui maculait le visage et les vêtements du maître des potions. Harry fit ensuite apparaître une civière où ils déposèrent le corps.

- C'est vraiment bizarre qu'il ne t'ai jamais rien dit, chuchota Ron.
- C'est ma mère qu'il aimait. Je ressemblais trop à son pire ennemi pour qu'il puisse faire abstraction de sa haine.

Ron haussa les épaules et s'engouffra le premier dans le passage. Harry fit bouger la civière, et prit la suite d'Hermione. Leur progression fut plus lente qu'à l'aller, et quand ils débouchèrent sur de l'autre côté, ils furent surpris par la chaleur et la luminosité ambiante. En rejoignant le château, ils croisèrent plusieurs personnes qui les regardèrent passer, stupéfaits de constater celui qui était étendu sur la civière. Mme Bibine les attendait dans le hall.

- Minerva m'a tout expliqué. Nous allons le mettre dans une salle pour l'instant. Il sera inhumé après le déjeuner. 

Les trois amis déposèrent le corps où elle leur indiquèrent, et verrouillèrent soigneusement en ressortant. Ils regagnèrent le hall, où ils virent Hagrid, occupé à fixer, avec quelques autres personnes, les sabliers des quatre Maisons. Lorsqu'il les vit, il lâcha le sablier de Poufsouffle qui ne se brisa pas grâce à un excellent réflexe de Dean Thomas, qui l'arrêta d'un coup de baguette.

- Oups ! s'exclama Hagrid. Désolé, garçon. Harry ! Ça va ? Et vous deux ?!
- Ça va bien, merci. Et vous, Hagrid ?
- On fait aller, mais je n'arrive pas à retrouver Crockdur. J'ai peur qu'il lui soit arrivé quelque chose... Mais bon ! Oh, Harry, si tu savais comme je suis fier de toi. Tes parents auraient étés du même avais que, moi, s'ils avaient été là !
- Je ne pense pas qu'ils auraient eu à être fiers de moi, dans ce cas. Mais merci quand même Hagrid.
- De rien. Tu sais, j'ai vraiment cru qu'il t'avait tué, dans la forêt. 
- Je n'avais pas d'autre choix. Mais...

Harry s'interrompit brusquement en voyant celle qui venait de passer les portes du château. Le visage meurtri, marqué par les combats et le chagrin, Ginny Weasley s'avança dans le hall du château désormais désert.
Note de fin de chapitre :

N'hésitez pas à me donner votre avis. Je verrais à ce moment-là si ça vaut la peine de poursuivre la publication !
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.