S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Journées reviews du 3, 4, 5 décembre 2021


Lire, écrire…

PAPA-NOËL : Oh oh oh ! Viens aider les lutins lors de la Journée Reviews de décembre !
MAMAN-NOËL : Elle se déroulera du vendredi 3 au dimanche 5 décembre !
LUTINS : Alors viens nous rejoindre en t'inscrivant ici !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.




De le 24/11/2021 10:54


117ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 117e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 20 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De Équipe des Nuits le 11/11/2021 14:44


Sélections du mois


Félicitations à Taka, Catie et popobo qui remportent l'enchanteresse Sélection Lieux Magiques !

Pour janvier 2022, c'est le thème de Créatures Magiques qui vous arrachera peut-être quelques frissons d'horreur... ou quelques soupirs de Boursoufflets attendris ! Vous pourrez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de novembre, pleurez, criez, lamentez-vous ou peut-être, guérissez en faisant votre Deuil. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Et on se retrouve en décembre pour la Sélection de Noël qui sera tout à fait spéciale (comme l'année dernière en fait) !


De Equipe des Podiums le 08/11/2021 12:08


26ème édition des Nuits Insolites HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 26e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 6 novembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 30/10/2021 19:21


Inscrivez-vous aux Journées Reviews !


Lire, écrire…

La Journée Reviews d’octobre se déroulera du vendredi 22 au dimanche 24 octobre. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.



De Les JR le 19/10/2021 20:31


Semaine d'adaptation ludique


La SAL revient !

Que vous ayez envie de découvrir le forum et ses sites, de braver des défis en équipes, ou de partager votre savoir de fossile de l'asso, vos pokeballs et vous pouvez vous inscrire dès à présent dans le vestibule !


De La SAL le 18/10/2021 14:50


Le royaume des fées par Josy57

[25 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

OS sur la première manifestation de magie chez Luna Lovegood. Merci beaucoup à Eve1993 pour son magnifique travail de beta pour ce texte!

Bonne Lecture =)

Je suis allongée, protégée de la brise tiède et cachée aux yeux du monde. Je profite des quelques heures où le ciel ressemble encore à une pêche aux joues rosissantes. Bientôt il basculera vers le rouge coquelicot, avant de lentement s'assombrir jusqu'à n'être plus qu'une immense tache d'huile, percée de petits trous lumineux.

Les hautes herbes s'emmêlent dans mes cheveux et forment un dôme floral au-dessus de ma tête. On dirait le plafond d'un palais habité par des fées. Les clochettes blanches et jaunes sont des lustres de cristal lumineux et légers et tout en haut, au centre de la coupole, le monde s'ouvre en deux pour découvrir le ciel. Ce ciel qui, de là où je suis, ressemble à un énorme œil bleu fixé sur moi.
Peut-être que c'est elle qui me regarde de tout là-haut ? Je lui souris doucement, je souris parce que je sais que j'ai assez pleuré, et que même si la douleur est encore là, elle n'aurait pas voulu que je sois triste. Alors je la garde bien au chaud dans mon coeur, comme on cache un trésor que nul ne pourra me prendre, et qu'un jour j'emporterai avec moi pour aller la rejoindre.

Mon coeur est un coffre lourd de souvenirs qui brillent comme autant de gallions sous le soleil estival. Mais on ne dépense pas les souvenirs. On peut par contre se les faire dérober, mais alors, on a tout perdu, car sans aucun souvenir, nous n'avons plus de vie, nous ne sommes plus personne.

Un de mes plus beaux souvenirs, qui pourtant me rend triste parfois, un de ceux que je garde pour les jours d'ennui solitaire, c'est celui d'une de nos balades en forêt. J'avais alors huit ans ou peut-être un peu moins ; nous étions parties nous promener toutes les deux vers la fin de l'après midi. Nous avions traversà des champs couverts de bleuets avant de nous enfoncer dans la forêt. Nous nous émerveillions de chaque ruisseau, de chaque chant d'oiseaux, de chaque pierre colorée posée sur le chemin. Ma mère était de ces gens auprès de qui tout semble plus beau, comme si le monde en passant dans ses pupilles était lavé de sa pellicule de fadeur et d'habitude.

Mais doucement, nous avions commencé à comprendre qu'à force de marcher sur les chemins tortueux et verdoyants, nous n'avions plus aucune idée de la route à prendre pour le retour. Tout d'abord je ne m'inquiétai pas, mais furtivement et avec fourberie, la nuit était descendue sur nous. Et l'atmosphère nocturne était bien différente de celle qui avait régné quelques heures plus tôt. Le vent geignait dans les feuillages, et les branches étaient les mains aux doigts crochus de monstres prêts à nous dévorer. Je me serrais de toutes mes forces contre ma mère qui n'avait pas apporté sa baguette, mais cherchait calmement un moyen de rentrer chez nous.

Nous avancions prudemment sur un sentier caillouteux lorsque soudain, mon regard tomba sur deux disques jaunes et lumineux me scrutant dans l'obscurité. J'avais alors poussé un hurlement d'épouvante pendant que la chouette s'enfuyait à tire d'ailes en hululant. Ma mère m'avait prise dans ses bras et je tremblais comme une feuille, les larmes aux yeux, sous le choc de cette frayeur.

« Ce n'était rien ma chérie, ne t'en fais pas, ça va aller, me répétait-elle de sa voix douce.

-Je veux rentrer à la maison, j’aime pas ici, avais-je dit d’une petite voix plaintive.

-On va rentrer ma puce, mais tu devrais justement profiter du temps qu’il nous reste à passer toutes les deux en ces lieux, car bientôt il aura disparu. »


Les larmes me montent aux yeux quand je pense à ce qu’elle m’avait dit ce jour-là. Savait-elle seulement à quel point la suite lui donnerait raison ? En tout cas, ses mots m’apaisèrent quelque peu, et nous nous remîmes en route.

Elle serrait ma petite main moite dans la sienne, me menant sur les chemins peuplés d'ombres inquiétantes. Lorsque je perdais un peu espoir, elle me racontait que si la lune se levait chaque nuit, c’était pour entendre le chant du loup. Ou d’autres histoires dans ce genre. Elle aussi était soucieuse et luttait contre la peur, mais elle savait que son inquiétude m'aurait plongée dans la panique la plus totale.

Nous avions beau avancer, nous tournions toujours en rond dans cette forêt comme dans un cauchemar, et le temps s’étirait jusqu’à devenir pareil à l'imposante voile déchirée d’un navire en perdition.
Je marchais à grande peine tant l’épuisement rendait mes membres lourds, et je voyais bien que la pernicieuse fatigue s’insinuait lentement dans la confiance de ma mère qui courageusement souriait toujours.

Nous étions arrivées dans une clairière, où enfin nous pûmes nous arrêter. Elle s’assit sur une souche, pendant que je m’allongeais dans l’herbe humide et brillante de rosée, au milieu des fleurs pâles, presque lumineuses sous le regard tendre de la lune.

Elle se leva et me secoua avec douceur, comprenant que je ne tarderais pas à m’endormir, elle me redressa puis pointa de son doigt un immense arbre creux de l’autre côté de la clairière.

« Regarde Luna, un arbre à fées !

-Un arbre à fées ? »

Nous nous étions alors approchées du gigantesque tronc, et c'est alors que ma mère me raconta la plus triste, et pourtant la plus belle histoire que je n'aie jamais entendue. Mais je ne serais peut-être pas la même aujourd’hui, si ce soir-là, elle ne me l’avait pas contée.

« C'est un saule, et s'il est dans cet état, c'est qu'un jour, un groupe d'enfants est parti jouer à cache-cache dans cette forêt. Il s'est soudain mis à pleuvoir, de plus en plus fort, alors ils sont tous rentrés chez eux, oubliant une petite fille, cachée derrière cet arbre. Elle a attendu longtemps, n'osant pas sortir de sa cachette, espérant qu'on la trouve. Mais brutalement l'orage a éclaté, et la foudre a frappé droit sur ce saule. La légende dit que lorsque l'arbre a pris feu et s'est ouvert en deux, il a voulu sauver la petite fille de la mort. Aujourd'hui leurs deux âmes ne font qu'une, et le saule est devenu le repère de fées, qui viennent jouer avec l'âme de l'enfant. Mais tous les soirs d'orages, dans cette forêt, on l'entend pleurer pendant que le vent chante sa triste complainte.»

J'avais les larmes aux yeux et pour une raison qui m'était alors inconnue, elle aussi. Il y eut un étrange silence avant qu'elle n'ajoute d'une voix tremblante :

« La petite fille s'appelait Luna, et c'était ma meilleure amie à l'époque...».

Elle m'avait alors pris dans ses bras, et nous avions pleuré toutes deux en silence. A cet instant j'avais imaginé la culpabilité qui l'avait poursuivie depuis l'enfance, j'avais senti toute l'ampleur du poids qu'elle avait porté sur ses épaules. Connaissant ma mère, en me donnant ce prénom, elle n’avait pas voulu faire de moi un substitut, mais plutôt prouver à ce fantôme, qu’elle ne l’oubliait pas.

"Pourquoi je ne peux pas les voir, les fées ? avais-je demandé après un moment.

-Avance, mets-toi tout près de l'arbre, ferme les yeux, et imagine les très fort, et alors, peut-être, si tu leur plais, elles apparaîtront pour toi."

J'avais suivi ses instructions, mais rien ne s'était produit, j'avais serré les paupières très fort, mais rien n'avait changé quand je les rouvrais. Un peu déçue, je m'étais retournée vers elle, pour lui dire :

"Mais maman, c'est impossible !

-Uniquement si tu le décides."

J'avais appris à comprendre le langage de ma mère, à décrypter ses sourires, à voir le sens derrière sa manière de pencher la tête et de jouer avec ses mèches. Je m'étais alors avancée un peu plus encore, j'avais fermé mes paupières sur le monde et posé mes deux mains contre l'écorce rugueuse et pleine d'aspérités, semblables à des plaies jamais cicatrisées. Je m'étais concentré jusqu'à sentir la vie derrière la peau dure du saule, et soudain, j'avais eu une étrange impression, comme si, à travers l'épaisseur du bois, quelqu'un d'autre avait posé ses mains, pour sentir la chaleur des miennes. C'était comme si, les yeux fermés, je pouvais ouvrir plus grand mon cœur, et voir la petite fille qui souriait à nouveau, comme heureuse qu'on l'ait enfin découverte.

Soudain, j'avais senti que j'étais comme une partie de l'arbre, comme si sa sève coulait en moi, et y déversait la vie. J'avais eu un peu peur, puis j'avais vu la lumière, éblouissante et douce. Et lorsque j'avais rouvert mes paupières, la lueur bleutée était tout autour de moi, fragmentée, flottante, merveilleuse. Et ma mère souriait, souriait si fort derrière ses larmes. Cela ne ressemblait pas vraiment à des fées, plutôt à des étoiles, perdues à mi-chemin entre ciel et terre.

Le temps a passé depuis, cela fait bien longtemps maintenant que mon père nous a retrouvées et ramenées à la maison, bien longtemps que je n'ai revu ma mère. Mais pour moi, la forme la plus pure de la magie est restée celle-là, la lumière nageant autour de nous, et autour de cet arbre, la lumière éclairant la nuit. La magie qui pour la première fois était née dans mes mains, jaillissant de mon âme et éclaboussant toute la clairière.
C'est d'ailleurs là que mon cœur est resté, quelque part sous l'écorce, au royaume des fées.
Note de fin de chapitre :

Merci d'avoir lu!
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.