S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


A little Pocket of Sunshine par LoufocaBlack

[4 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Voilà voilà, une petite Song-fic, avec les paroles de "Pocket Full of Sunshine" de Natasha Bedingfield, que j'ai rédigée pour l'anniversaire de Sow-Fic, le 18 décembre. :)

J'espèrerais vous faire comprendre un peu comment Rogue est pour moi, et pour le reste : ENJ0Y !
Note de chapitre:

Petite précision : les paroles correspondent au texte, mais pas la chanson, qui est plutôt heureuse, je ne vous conseille pas de l'écouter en même temps :/ Je me suis juste imposée la contrainte d'utiliser les paroles ^^
Bonne Lecture ! ENJ0Y !
Oh Sunshine,

Ils crient. Encore. Je serrais de plus en plus fort mon oreiller contre moi, comme si cela arrêterait, un jour, si je serrais assez fort.

Accusations, terribles, vexantes, blessantes.

Mensonges, coups, cris.

Ils recommencent, comme hier, comme avant-hier et le jour d'avant, et tout les jours depuis que j'existe. Depuis que moi, Severus Rogue, fils de Tobias Rogue et de Eileen Prince, est né.

Depuis que ma mère a annoncé le jour de son mariage, qu'elle était une sorcière. De plus en plus depuis qu'il se trouve que je suis un monstre, comme ma mère. Toujours plus, quand j'ai reçu ma lettre de délivrance, la lettre qui m'accueillait, moi, sang-mêlé, bâtard, à entrer dans la prestigieuse école de Sorcellerie.

Ma mère m'aime, à sa manière.

Mon père me hait, et hait tout ce qui a un rapport plus ou moins éloigné avec la Magie. Il hait ma mère aussi, c'est pourquoi il la fait souffrir.

Et ma mère pourrait se défendre, elle, le Monstre, la sorcière, mais elle ne le fait pas.

Je lui ai demandé, un jour, pourquoi. Pourquoi elle ne fait pas du pâté de gobelin de Papa, de ce Tobias Rogue qui m'a laissé son nom, ce fardeau.

Elle m'a répondu que je comprendrais plus tard. Que c'était par amour. Que c'était incompréhensible.

Ses lèvres, fines, saignaient encore, ce jour là. Elles tremblaient, et je fixais, stupidement, le filet de sang qui en coulait, sur son menton pointu dont j'ai hérité.

J'ai juré que moi, je ne frapperais jamais une femme. J'avais 11 ans. Mon père en avait 35. J'avais compris, lui non. Je me sentais supérieur à lui, encore plus que d'habitude.

A peine quelques minutes plus tard, mon père entrait dans ma chambre, me gifla, tira ma mère par les cheveux, et la traîna jusqu'au salon.

Il recommençait. Encore. Ma joue me brûlait, je serrais les dents.

Je fermais les yeux. Cette fois, je n'en avais cure. Je ne penserais pas à la douleur.

Parce que j'avais trouvé à quoi penser, quand les livres de potions étaient dans le salon, avec mes parents, et que mon hibou était parti en chasse. Je pensais à elle. A nous. A nous, à Poudlard.

J'avais rencontré la fille. Cette jolie rousse, qui n'habitait pas loin. Ses cheveux flamboyants volaient dans les airs quand elle jouait sur ce truc moldu, cette "baalenssoir".

Oh, ils criaient forts, encore. Mais cette fois...  I got a pocket, got a pocket full of sunshine.

Elle avait de belles dents blanches, qui se découvraient lorsqu'elle riait. Elle s'envolait, gracieusement, comme le rayon de soleil qu'elle était. Ses pieds atterrissaient avec douceur sur le gazon, sa soeur, désapprobatrice et jalouse, l'avait grondée. J'avais assisté, médusé, à son premier acte de magie. Je n'avais pas pu m'empêcher. Je lui ai dit. Elle était partie, vexée.

J'étais triste. Je l'avais fait fuir, avec ma chemise empruntée, ma veste noire trop grande, mais qui ressemblait le plus possible à une cape, qui me faisait le plus ressembler au monstre que j'étais, au sorcier que je voulais être.

I got a love that knows that it's all mine. C'est ce que ma mère disait. Elle parlait de cet autre homme fictif, à mon père, pour le rendre jaloux, qui trouvait là un nouveau prétexte pour la frapper, pour me frapper. Do what you want, but you never gonna break me, sticks and stone are never gonna shake me. Parce que maintenant, je suis immunisé, depuis qu'elle m'a de nouveau parlé, si curieuse, si jolie avec ses taches de rousseur sur sa peau trop blanche, qui rougissait très vite, lorsqu'elle jouait trop longtemps sur la baalenssoir, au soleil. Pourtant, ses cheveux étaient jolis, au soleil.

Hier, je lui ai montré mon endroit, c'est la première à y rentrer à part moi. C'est au bord de la rivière, en-dessous d'un arbre immense, vieux comme Albus Dumbledore, au moins, où il y a toujours beaucoup de moustiques. Mais les moustiques ne me touchent pas, je leur ordonne de s'en aller. Ils ne la toucheront pas non plus, d'ailleurs, parce qu'elle est comme moi.

Take me away, le train m'emmène, loin de mes parents, de ma mère, qui a  caché son visage aux autres personnes, et de mon père. Ma mère me dit qu'il vaudrait mieux que je reste à Poudlard pendant les vacances de Noël, et de Pâques. Elle me dit qu'elle me reverra en juillet. Elle me dit qu'elle ne veut pas recevoir de lettres, qu'elle ne répondra pas.
Son regard est lointain, quelque part entre la réalité et son monde, le monde dans lequel elle entre, quand elle vide sa bouteille d'une couleur orangée, celle où il y a marqué "Whisky Pur Feu" en lettre capitales.

A secret place, ce sont les couloirs de Poudlard maintenant, et la Bibliothèque, là où je peux lui parler, sans être dérangé. Là où ces abrutis de camarades ne viennent jamais, les imbéciles. Là où je ne suis plus seul, parce qu'elle est là, et qu'elle me parle de ses soucis, tout ces soucis. Elle a peur, elle a deux amies, qui lui en veulent de me parler.

Elle a peur, de mes camarades, qui la bousculent, pour le simple motif de son impureté de sang. Je n'ose pas lui dire qu'elle n'est pas une vraie sorcière, selon eux. Moi, je ne sais qu'en penser.

Elle m'a parlé de son "Petit Prince", son livre préféré d'enfance, l'autre jour. Pourquoi elle avait abordé le sujet, juste après celui sur la pureté de sang, je n'en savais rien. Dans ma tête a germé quelque chose, un futur surnom, peut être. Ma mère s'appelait "Prince". Je suis de sang-mêlé.

A sweet escape, quand j'arrive à la bibliothèque et quand je la vois, plongée dans le travail scolaire, sa seule manière de réussir. Jour après jour, je la vois, son visage perdre ses rondeurs, son corps de petite fille en gagner.

Take me away, pas cette fois, c'est elle qui part, pour Noël, chez ses parents, avec sa soeur qui la hait. J'aurais tellement aimé qu'elle reste à Poudlard. Je reste seul, je pense à elle.

Take me away, le train repart, on quitte Poudlard, je partage un compartiment avec elle, ses yeux sont tristes de quitter Poudlard, mais heureux de revoir ses parents. Elle est la joie incarnée, quand elle descend du train, m'embrasse sur la joue, rougit, et part rejoindre ses parents.

-"On se reverra Sev' ! A plus tard !"

Oui, on se verra, je m'arrangerais pour ça.

Ma mère m'attend, sur le quai, ses yeux rougis, son petit nez que je n'ai pas hérité semble cassé. Je tombe à cause d'un croche patte de l'autre imbécile en allant la rejoindre. Il ose me regarder avec mépris, moi, le Prince de Sang-Mêlé.

Je me vengerais. Je me vengerais.

Take me away, to better days, je veux te revoir, cela fait maintenant deux semaines que j'attends, sur ta baalenssoir. Quand enfin je te vois, j'ai l'impression que tu as pris dix centimètres depuis que je t'ai quittée. Je te propose de revenir à notre endroit, l'endroit sous l'arbre aux moustiques.

Les ans passent. Les ans passent, et je te perds. Je te vois grandir, je suis le témoin privilégié de ta transformation. Tu es une femme maintenant, ou presque. J'ai besoin de toi, pour me cacher de tes imbéciles d'amis. C'est moi la victime maintenant, et non plus toi. Tu es déjà suffisamment forte.

Take me away to a hiding place, pour empêcher tes imbéciles d'amis de m'atteindre encore une fois. Je me vengerais de ces humiliations. Je serais plus fort qu'eux, un jour, et je leur ferais endurer tout ce que j'ai enduré, pendant ces cinq ans.

Tu t'éloignes. Tu t'éloignes, et je prépare ma vengeance. Il me l'a promis, lui, le recruteur pour les rangs du Lord. Il me l'a promis que je pourrais me venger. Alors je fais ce qu'il me dit, je fais tout pour lui plaire. Je le manipule, le caresse dans le sens du poil, l'amadoue. Je suis fier, fier de savoir si bien manipuler quelqu'un d'aussi mauvais, d'aussi fou.

Je pense comme lui, parce que ces idées me permettront de me venger. Dans ma tête, c'est clair. Il y a eux, les impurs, les traîtres, les imbéciles, les moldus, et il y a toi, qui est autre.

Jamais je n'aurais songé à te traiter de... ça. Je ne voulais pas. J'étais si absorbé dans ma litanie d'insultes envers eux, eux, pas toi, qu'une des pires insultes est sortie.

Tu es partie, je t'ai vraiment perdue, maintenant. Et j'ai mal, maintenant que tu es partie.

I had a pocket, had a pocket full of sunshine, tu me rendais heureux, mon rayon de soleil.

Et maintenant ? Suis-je réellement condamné à être aussi malheureux que mes parents ? Est-ce réellement ce qui m'attends ? 

I got a love that knows that it's all mine, un amour à sens unique, un amour qui ne marchera pas. Parce que tu me hais, toi aussi. Tout le monde me hait. Je croyais pourtant que tu étais différente. Apparemment non. Je sais que c'est ma faute. Mais attend que je me venge d'eux, qui m'ont fait dire ce qu'il ne fallait pas. Tu dois revenir, le soleil revient toujours après la nuit, non ?

Wish that you could, j'espère vraiment qu'un jour, tu me verras comme je suis. Que tu me verras comme je te vois moi. Je m'en veux, j'ai manqué à mon serment, je t'ai frappée avec ces mots. Je t'ai frappée, mon rayon de soleil. Je me vengerais.

Ma mère s'est tuée, tu le sais ça ? Elle s'est coupée sur l'avant bras, là où désormais tranche ma marque. La marque du Lord, sur le Prince. Oui, j'ai rejoint son rang, que voulais-tu que je fasse d'autre ?

Je t'ai perdu, après tout. Ton image me hante. But you ain't gonna own me. Tu ne m'empêcheras pas de monter en grade, non. Je ne vais pas me faire contrôler par ton fantôme. Do anything you can to control me, tu ne réussiras pas. Je n'ai pas l'amour, j'aurais le pouvoir. Je me venge. Je te l'avais dit, je me vengerais. Je me vengerais de tout. Je réussirais là où tant ont échoués. Je cache tout, je deviens occlumens, tu ne me reconnaîtrais plus désormais. Mais qui es-tu pour moi ? Une simple histoire d'enfance, je m'en convaincs. Tu n'es rien. Je le jure que tu n'es rien. Rien.

Et j'ai appris. Tu étais en danger. Il voulait te tuer. Ma vengeance n'allait pas jusque là. Ton mari, oui. Ton enfant, oui.

Mais pas toi. Mon seul rayon de soleil. Non.

J'ai fait ce que j'ai pu, je te jure. Sauras-tu jamais jusqu'où j'ai été pour toi ? Jusqu'où j'ai été, pour un peu de Soleil ? J'ai menti, j'ai trahi, j'ai renié mes principes.

J'ai collaboré, oui, collaboré, avec ce vieux fou de Dumbledore.

J'ai tout fait pour te sauver, pour sauver finalement toute ta famille. Pour sauver ce maudit imbécile que tu as épousé, pour sauver son enfant, le tien aussi, un peu.

Et j'ai échoué.

There's a place that I go. Notre endroit n'a pas changé, tu sais. Les moustiques y sont toujours aussi nombreux, et l'arbre est toujours aussi vieux.

That nobody knows, surtout pas, personne. Quand j'y suis, je suis seul. Je pense, serre les dents, sent encore ton odeur, en me concentrant.

Where the rivers flow, and I call it home La rivière coule doucement, la brise souffle gentiment. Je me rappelle comment cette même brise envoyait valser quelques cheveux autour de ta petite tête rousse. Je me sens entier, ici. Je sens encore que tu es là. Je sens encore que je t'aime, mon rayon de Soleil. Je me sens comme... à la maison.

And there's no more lies, mon masque tombe, ici. Je peux oublier tout mensonge, tout faux-semblant, toute hypocrisie. Je sais que tu me vois de là où tu es. Je sais que tu me hais. Je sais que ça fait mal. Je sais. J'ai l'impression d'être un imbécile, ici. Je sais que j'ai loupé ma vie, maintenant. Maintenant, je comprends ce que tu as voulu me dire ce jour-là, sur mes fréquentations. Comment as-tu deviné, racontes-moi. Comment as-tu su ce que je deviendrais ? Comment as-tu su que je perdrais ma rose, ma raison de vivre, moi, le petit Prince ? Comment as-tu su que mon histoire ne se terminerait pas bien ?

And darkness is light, je sais, j'espère, que tu me pardonneras, je sais que pour toi, il n'y a pas d'obscurité. Tu éclaires le monde par ta simple présence. Mon petit rayon de soleil. Je sais qu'avec toi, je ne serais jamais seul.

And nobody cries, non, personne ne pleure. Il n'y a que moi, pour gâcher l'ambiance, avec ma tristesse. Après tout, qui est-ce qu'il reste pour te pleurer ? Un loup-garou, et moi. Moi qui pourtant ne voulait pas. Moi qui m'emmêle.

There's only butterflies, que des papillons, qui volent entre les moustiques. Tu sais bien, ces papillons blancs que tu trouvais si beaux. Ces papillons qui dansaient pour toi. Ce papillon qui se pose sur ma main.

J'ai envie de l'écraser, d'écraser le souvenir. D'écraser ta présence. Mais je ne peux pas. Tu m'as trop marqué pour cela.

Lily Evans.

-"Spero Patronum." murmurais-je tout bas.

Ta lumière apparaît de nouveau, tu ne m'as jamais quitté. The sun's on my side. Je ne serais jamais seul. Lily. Je t'aime, je crois. 

I smile up to the sky, I know I'll be alright.

Maintenant, tout ira bien, Lily. J'ai compris mes fautes. Ne m'abandonne pas.
Note de fin de chapitre :

Voili voilou, faites moi savoir ce que vous en pensez ! :)
Gros Bisous !
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.