S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Elle attend par Samantha Black

[5 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Bonjour ou bonsoir,

Je tiens tout d'abord à dire que tout l'univers de Harry Potter appartient à JKR.

Je vous souhaite une bonne lecture (du moins je l'espère^^)

Samantha Black

La jeune femme se regarda dans la glace, une nouvelle fois, vérifiant son maquillage. Elle jeta un coup d'œil à la pendule accrochée au mur de son salon. Vingt et une heure. Il était en retard. Mais ne l'avait-il pas prévenu ?

Ses yeux parcoururent la pièce du regard à la recherche de la moindre imperfection. Stressée, elle se leva pour aller vérifier la table. Elle esquissa un sourire en voyant le chandelier et la rose rouge avec lesquels elle l'avait décorée. Dire qu'il y avait de cela à peine un an, elle aurait juré ne jamais faire ça. Pourtant aujourd'hui tout était différent. Oui, tout était différent depuis qu'elle l'avait rencontré.

Ses lèvres s'étirèrent en un sourire à la pensée de leur rencontre. Un an et demi plus tôt. Elle revoyait son air arrogant et le sourire séducteur qu'il lui avait fait lorsqu'elle était venue prendre sa commande. Elle se rappelait la manière dont elle l'avait remballé d'un seul regard. Elle avait appris plus tard que c'était la raison pour laquelle il s'était intéressé à elle. Lui, le séducteur, n'avait pu accepter le fait qu'il ne lui plaise pas. Il était revenu plusieurs fois à la terrasse du café où elle travaillait. Ils avaient discuté de tout et de rien et s'étaient rapprochés allant de confessions en discussions anodines. Elle avait appris qu'il s'était enfui de chez lui à seize ans. Elle lui avait dit avoir vingt-quatre ans et travailler pour payer ses études. Elle rêvait de devenir avocate. Il avait souri, lui avait avoué être policier et n'avoir que vingt ans.

Elle ne savait à quel moment elle était tombée amoureuse de lui. Peut-être lors de leur premier baiser ou encore de leur première fois. Ou peut-être tout simplement au long de leurs discussions.

Elle ne savait pas non plus à quel moment, il était tombé amoureux d'elle. Lui qui n'était pourtant pas intéressé par le grand amour. Elle savait juste qu'il lui avait avoué avoir des sentiments pour elle quelques mois plus tôt.

Elle se rappelait parfaitement le bond que son cœur avait fait dans sa poitrine en l'entendant prononcer la phrase magique. Il avait paru gêné. Sans doute n'avait-il jamais fait de telle déclaration auparavant. Elle lui avait souri, avait posé ses lèvres sur les siennes en un doux baiser avant de lui dire qu'elle aussi l'aimait. Il avait semblé rassurer. Peut-être n'était-il pas si sûr de lui malgré son apparente arrogante.

Elle effleura la rose des doigts. Les souvenirs du premier dîner chez ses parents lui revenaient. Son père n'avait cessé de lui poser des questions indiscrètes sous son regard impuissant. Pourtant, il s'en était sorti merveilleusement répondant avec une politesse et un calme peu communs. Ce qui avait fait dire à sa mère qu'il était sans doute bien né. Elle lui avait posé la question lorsqu'ils étaient rentrés chez elle. Elle n'eut en réponse qu'un rire tonitruant semblable à un aboiement. Il l'avait embrassée évitant une nouvelle fois ses questions sur sa famille. Il n'aimait pas en parler et ne lui en disait jamais rien. C'était à peine si elle savait qu'il avait un frère cadet. Il lui en avait parlé un soir avouant qu'ils ne s'étaient jamais vraiment entendus. Il avait paru gêné en en s'apercevant de quoi il parlait et avait détourné la conversation à l'aide d'une blague.

Lorsqu'elle y réfléchissait bien, elle savait peu de choses sur sa vie en dehors d'elle. Elle n'avait jamais rencontré ses amis. Ils s'étaient d'ailleurs disputés à ce propos. Elle lui avait demandé s'il avait honte d'elle. Il lui avait répondu qu'il n'avait aucune raison d'avoir honte. Il avait ajouté qu'il ne pouvait pas les présenter pas qu'il ne voulait pas. Puis il l'avait prise dans ses bras voulant sans doute se faire pardonner le fait de la tenir ainsi éloignée de son autre vie.

La jeune femme se dirigea vers le coin cuisine et remarqua que les spaghetti bolognaises étaient déjà froides. Elle devrait les réchauffées lorsqu'il arriverait. Puis, elle alla s'asseoir attendant encore et toujours l'arrivée de l'homme qu'elle aimait.

Ses yeux se posèrent sur la photographie qui ornait le meuble du téléphone. Il la tenait dans ses bras et l'embrassait sur la joue tandis qu'elle souriait à pleines dents. Qu'elle était heureuse depuis qu'ils étaient ensemble ! Elle ne s'était jamais sentie aussi bien avec un homme avant et elle avait l'espoir de faire sa vie avec lui.

— Pourvu qu'il prenne bien la nouvelle, souffla-t-elle en caressant son ventre tendrement.

Elle jeta un coup d'œil à la pendule. Vingt et une heure trente. Il avait plus d'une heure de retard mais elle ne désespérait pas. Peut-être avait-il eu un souci au travail qui l'avait empêché d'être à l'heure.

Elle attendit, attendit, attendit jusqu'à ce que le sommeil l'emporte vers une heure du matin.

Le lendemain, la jeune femme se réveilla sur le canapé. Elle se redressa, jeta des coups d'œil inquiets espérant sans doute le voir. Lorsqu'elle se rendit compte qu'il n'était pas là un mauvais pressentiment l'envahit aussitôt. Elle se précipita dans sa salle de bain pour se changer rapidement, attrapa ses clefs de voiture, verrouilla sa porte avant de descendre les escaliers de l'immeuble d'un pas rapide.

Elle se rendit rapidement dans la rue où il habitait et fronça les sourcils en voyant des gens habillés de manière étrange s'embrasser dans la rue. L'un d'eux vint même vers elle, lui fit un sourire bienveillant et déclara :

— Vous devriez faire la fête vous aussi les Moldus ! Il est mort après tout !

Elle le regarda comme s'il était fou, s'excusa et se dirigea en trottinant vers l'immeuble où il habitait. Elle tapa le code et monta les escaliers jusqu'au deuxième étage. Elle s'arrêta devant le numéro quatre, leva le poing et frappa.

— Sirius ! C'est Rebecca ! Ouvre-moi ! lança-t-elle.

Des pas se firent entendre à l'intérieur. La jeune femme fut soulagée. Soulagement qui disparut dès que la porte s'ouvrit et qu'elle se retrouva en face d'un homme qui lui était inconnu. Il la détailla des pieds à la tête.

— Qui êtes-vous ? demanda-t-il d'une voix polaire.

— La petite amie de Sirius ! Il est là ?

— Non, répondit-il tout aussi froidement.

— Vous savez où il est ? interrogea-t-elle de plus en plus inquiète. On avait rendez-vous, il n'est pas venu, tenta-t-elle de se justifier.

— Là où il doit être, répliqua l'autre.

— C'est-à-dire ? Je ne comprends pas !

— Vous êtes une Moldue, ou quoi ? s'agaça-t-il.

— Une quoi ? questionna-t-elle sans comprendre.

— Vous en êtes vraiment une… s'étonna-t-il. J'y crois pas ! Le salaud ! ajouta-t-il dans un murmure.

Rebecca le regardait sans comprendre. Qu'est-ce que c'était d'abord être une Moldue ? Etait-ce une insulte ? Et pourquoi avoir injurié Sirius ? Que se passait-il ?

— Sirius ne reviendra pas, lâcha-t-il finalement. Il… Il est parti.
— Parti ! Où ça ?

— On ne sait pas, avoua l’autre.

— Alors comment pouvez-vous savoir qu’il ne reviendra pas ?

— Sirius n’était pas quelqu’un de bien. Il… On s’est tous laissés avoir. Il… C’était un escroc.

— Un escroc ?

— Il… Il a disparu avec l’argent qu’il avait soutiré à ma sœur.

— Votre sœur ? questionna la jeune femme perdue.

— Je suis désolée, souffla-t-il.

— Ce… Au… Au revoir, bredouilla-t-elle.

La jeune femme dévala les escaliers retenant tant bien que mal ses larmes. D’une main tremblante, elle réussit à ouvrit la portière de sa voiture et à se glisser dans l’habitacle. Elle avait le souffle court, la poitrine serrée.

Sirius n’était pas comme ça. L’autre avait menti. C’était… C’était impossible ! Il ne pouvait pas… Rebecca prit une grande aspiration et alluma le contact. Sirius allait revenir. C’était certain ! Il fallait juste qu’elle attende un peu.

Un mois.

Deux mois.

Six mois

La sage-femme posa le nourrisson sur le ventre de Rebecca. La jeune femme fatiguée contempla son enfant avec curiosité. Une petite fille lui avait dit la sage-femme. Une petite Esther.

Un an.

Deux ans.

Trois ans.

Quatre ans.

Rebecca sortit du tribunal au bras de son mari. Ce dernier portait la petite Esther de son bras droite. Rebecca esquissa un sourire en voyant sa fille dans les bras de son père. Son père, il l’était désormais officiellement. Après avoir été pendant quatre années Esther Goldstein, son enfant devenait Esther Weiss.

Rebecca ne put s’empêcher de remarquer l’ironie de la situation. Le père biologique de sa fille s’appelait Black tandis que celui qui l’élèverait se nommait Weiss*. La vie était faite de situations étranges.

Note de fin de chapitre :

*Weiss est de l'allemand et signifie en Français "blanc".

Alors que pensez-vous de ce petit OS ?
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.