S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Le Savant Fou - Effraction au Ministère - Deuxième Edition du concours !


Vous aviez aimé le concours du « savant fou » ? Les aurors Scamender et Gaunt sont de retour avec une nouvelle mission pour les cadets en formation!

Votre histoire sera cette fois centrée sur la médicomagie, et plus précisément sur les maladies sorcières et les accidents magiques. En effet, la communauté sorcière est en danger à cause d’un virus qui s’attaque aux noyaux des sorciers, et les forces de l’ordre ont besoin de mains supplémentaires. Etes -vous donc prêt à relever le défi et à rejoindre le bureau des aurors ? »

Les inscriptions seront ouvertes jusqu’au 16 mars 2024 . Une fois que vous serez inscrit, vous devrez choisir votre POV : écrire du côté des médicomages ou des patients.
Venez nous rejoindre au bureau des aurors . Nous avons vraiment besoin de vous ! C'est par ici pour transplaner ! !

A très vite, les cadets !


De Le Savant Fou - Effraction au Ministère ! le 24/02/2024 21:24


Journées Reviews de Février 2024 !


Aux membres d'HPF,

Les prochaines Journées Reviews auront lieu du vendredi 23 au lundi 26 février. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page jusqu'au jeudi 22 février.

A bientôt !


De Equipe des JR le 15/02/2024 22:17


141e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 141e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 23 février à partir de 20h. Venez fêtes avec nous la fête des amoureux. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !



De L'équipe des Nuits le 11/02/2024 10:09


Nuit érotique de février !


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 140e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 16 Fevrier à partir de 20h. A l'occasion de la St-Valentin, il s'agira d'une nuit érotique. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'Equipe des Nuits le 09/02/2024 19:58


JR de Janvier


Aux membres d'HPF,

Les prochaines Journées Reviews auront lieu du vendredi 26 au lundi 29 janvier. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page jusqu'au jeudi 25 janvier.

A bientôt !


De Journées Reviews le 23/01/2024 19:51


139e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 139e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 20 Janviet à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !



De L'équipe des Nuits d'HPF le 09/01/2024 19:07


Intertwined par jukava

[30 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Le potterverse appartient à JKR. (le texte en italique est issu du tome 7). Grand Merci à Super Norya et à Eanna pour leurs relectures attentives.
La respiration heurtée, les yeux écarquillés, Hermione regardait sa main, puis le visage de Harry, puis à nouveau sa main, et encore Harry. Comme si elle n’arrivait pas à croire à ce qu’elle venait de faire. Lui aussi semblait avoir du mal à appréhender ce qui venait de se passer, et sans sa joue qui le lançait douloureusement, il eût presque pu croire qu’il venait de rêver ce qui venait de se passer.

- « Je… Je ne… » balbutia Hermione, visiblement mortifiée. Prenant une brusque inspiration, elle reprit, d’un ton soudain froid et détaché qui fit plus de mal à Harry que la gifle qu’elle venait de lui donner : « Je n’aurais pas dû, je suis navrée. »
- « C’est de ma faute, j’aurais dû te prévenir… » l’excusa-t-il, mais elle le stoppa d’un geste de la main.
- « Ça ne sert à rien. N’essaie pas de faire comme si nous étions amis, Harry. » assena-t-elle avant de tourner les talons pour retourner sous le chapiteau.

Harry s’apprêtait à la retenir quand soudain, il entendit la voix de Ron appeler son nom. Il se retourna aussitôt pour constater que son ami arrivait vers lui à grandes enjambées, un sourire immense plaqué sur les lèvres.
- « Bon sang, Harry ! Si tu savais comme ça me fait plaisir de te voir ! » s’exclama-t-il en le serrant dans ses bras dans une étreinte à lui broyer les os. « Quand Bill m’a dit qu’il t’avait aperçu durant la cérémonie, je ne l’ai pas cru, mais tu es bien là ! » ajouta-t-il, visiblement incrédule mais ravi.
- « Pourtant, il me semblait avoir prévenu Ginny que je viendrais… Et puis ça ne fait que deux ans que je suis parti… » relativisa Harry.
- « Ouais, plutôt deux ans, onze mois et trente jours… » railla gentiment Ron. « Ça a semblé une éternité. » compléta-t-il en le serrant à nouveau dans ses bras. Voyant la mine coupable de son ami et ne connaissant que trop bien son habitude de se blâmer de tout, Ron tenta aussitôt de le rassurer : « Personne ne t’en veut d’être parti. On savait tous que cette opportunité d’aller à l’Académie des Aurors d’Elite aux Etats-Unis était exceptionnelle… » Passant un bras autour des épaules de son ami et le guidant vers le cœur de la fête qui tambourinait à quelques pas de là, Ron ajouta : « Bon, on a tous été un peu déçus – surtout ma mère – que tu ne reviennes pas pour Noël ou les vacances d’été, ou même que tu n’écrives pas plus, mais on a fait avec… »
- « Je suis dés- »
- « Et ne commence pas à t’excuser. Tu es là, c’est ce qui compte. » le coupa Ginny, radieuse dans sa robe de mariée. Elle semblait avoir entendu toute leur conversation, mais balaya tout cela d’un sourire, serrant Harry dans ses bras avec émotion, s’empreignant un instant de la nostalgie douce-amère qui accompagnait toujours un premier amour. « J’avoue que j’ai douté jusqu’au dernier moment. C’est pour cela que je n’ai parlé de ta venue à personne… Tu ne m’en veux pas ? » demanda-t-elle. Harry nia d’un signe de tête et elle s’excusa bientôt, rejoignant son mari pour une énième danse.

Accompagné de Ron, Harry pénétra enfin sous le chapiteau autour duquel il avait hésité jusqu’alors, ne se sentant plus vraiment à sa place au sein de ces célébrations, n’osant pas vraiment se joindre à la fête. Mais Ron n’était pas d’humeur à laisser Harry oublier qu’il avait toujours été considéré comme un membre de la famille Weasley à part entière. Et après avoir été serré dans les bras de tous les membres de la famille un par un – il était même persuadé que Mrs Weasley lui avait fêlé une côte – il fallait bien reconnaître que Harry se sentait presque à nouveau à sa place parmi eux. Il passa la soirée à renouer avec nombre d’anciens camarades et sympathisa rapidement avec Wayne, le mari de Ginny qu’il se souvenait avoir croisé à Poudlard. Mais alors qu’il aurait dû se sentir si bien, Harry ne pouvait empêcher son esprit de revenir encore et toujours vers Hermione.

Un instant, alors qu’il s’approchait d’elle, il avait cru qu’elle l’accueillerait comme elle l’avait toujours fait : à bras ouverts et avec cet immense sourire qui faisait pétiller ses yeux sombres, mais il n’avait vu que douleur dans son regard. Aussitôt elle s’était détournée de lui, et quand il avait voulu tendre la main vers elle, la frôlant à peine du bout des doigts, Hermione lui avait décoché une gifle cinglante dont il pensait se souvenir longtemps.
Ils avaient toujours été si proches pourtant, pourquoi lui en voulait-elle alors que Ron semblait si prompt à vouloir lui faire reprendre place dans leurs vies, presque comme s’il n’était jamais parti ?
Harry soupira. Il se leurrait, il le savait. Il était parti pour ne pas les voir. Pour ne pas avoir sous les yeux en permanence le spectacle du bonheur que partageaient Ron et Hermione et qui lui rappelait, comme une brûlure les mensonges qu’il avait proférés.
« Elle est comme une sœur pour moi. Je l’aime à la manière d’une sœur et je pense qu’elle ressent la même chose de son côté. C’est comme ça depuis toujours, je croyais que tu le savais. »
Comment avait-il osé mentir ainsi ? Mentir à Ron ? Se mentir à lui-même ? Il se dégoûtait rien qu’en y repensant. Evidemment que non, Hermione n’était pas sa sœur. On ne rêve pas de serrer sa sœur dans ses bras et l’embrasser jusqu’à perdre le souffle. On ne rêve pas de lui faire tout un tas d’autres choses qui faisaient rougir Harry dès qu’il posait les yeux sur elle à l’époque où ils s’étaient retrouvés sans Ron, durant la chasse aux Horcruxes. Et pourtant, il l’avait affirmé à Ron. Par lâcheté. Simplement pour ne pas perdre ses amis, par peur d’entrer dans un conflit qui aurait pu lui coûter à la fois Ron et Hermione…
Alors il était parti, il avait saisi la première offre qu’on lui proposait. Il savait que c’était une belle opportunité, que le corps des Aurors d’Elite n’avait pas pour habitude d’aller chercher des candidats et que c’était un honneur qui lui était fait, mais il n’avait vu là qu’une échappatoire. Il avait accepté, avait réuni dans sa malle les quelques biens qu’il possédait et, seulement quelques jours après avoir reçu la proposition, avait pris un Portoloin pour les Etats-Unis. Il n’avait pas vraiment pris le temps de dire au revoir à qui que ce soit, Molly avait bien essayé de le persuader de faire un dîner en son honneur la veille de son départ, mais il avait refusé. Après tout, il n’était censé partir que quelques mois, un an tout au plus, et puis les Portoloins existaient, il pouvait revenir quand il voulait…
Mensonges, mensonges et encore mensonges… A son arrivée à Arlington, il s’était empressé de s’immerger dans son entraînement, oubliant tout ce qui avait fait sa vie jusque-là, oubliant presque jusqu’à l’existence de sa vie en Angleterre. Au début, Hermione lui avait écrit souvent, excusant son absence de réponse d’une lettre à l’autre, lui disant qu’elle comprenait qu’il soit si occupé. Puis, peu à peu, les courriers s’étaient espacés et finalement avaient cessé, sans que jamais Harry prenne le temps d’y répondre, sans même qu’il ait la décence d’ouvrir les derniers. Il s’était contenté de griffonner de petits mots à Ron ou Ginny, à Neville aussi de temps à autre, quelques phrases jetées à la va-vite sur un bout de parchemin, pour dire que tout allait bien, qu’il était débordé, et qu’il espérait que tout se passait bien pour eux.
Une fois, une seule, il avait failli tout plaquer et rentrer en Angleterre : lorsque Ginny lui avait appris dans une de ses lettres, presque par inadvertance, que Ron et Hermione avaient rompu. Il avait eu envie de se précipiter vers elle, d’essuyer les larmes que sans l’ombre d’un doute elle était en train de verser. Mais la réalité l’avait soudain rattrapé et il s’était senti ridicule. Ridicule de croire encore et d’espérer qu’Hermione puisse le voir autrement que comme une sorte d’ennuyeux petit frère, de ceux qui attirent les problèmes et appellent toujours leurs grandes sœurs à l’aide.
Il avait eu envie de lui écrire. Pour lui dire qu’il pensait à elle, qu’elle lui manquait, pour lui raconter les tous et les riens de sa vie à l’Académie, mais il avait soudain réalisé que près d’un an s’était écoulé depuis son départ, et que cela faisait des semaines que les lettres d’Hermione avaient cessé, qu’ils les avaient enfouies au fond de sa malle pour ne plus les voir, ne plus penser. Alors il décida de la laisser tranquille, préférant sombrer dans l’oubli, d’arrêter de se torturer de faux espoirs.

Brusquement rappelé à la réalité par Neville qui s’assit à ses côtés, Harry s’ébroua. Trois ans à tenter de l’oublier, à tout faire pour étouffer les sentiments qu’il avait pour elle, et il avait suffi qu’il l’aperçoive pour qu’à nouveau son cœur s’embrase. Quel idiot il était d’avoir voulu revenir, d’avoir cru que le temps aurait apaisé ses sentiments.

- « Tu n’as pas encore parlé à Hermione… » dit Neville d’un ton qui ne tenait ni tout à fait de la question, ni tout à fait de l’affirmation, attisant aussitôt la curiosité de Harry.
- « Je l’ai vue, mais on ne peut pas vraiment dire qu’elle m’ait laissé le temps de parler. » répondit Harry avec franchise. Devant l’air visiblement intrigué de son ami, il ajouta : « Je suis allée vers elle, et quand elle m’a reconnu, elle m’a… » Il s’éclaircit la gorge, un peu gêné. « Elle m’a giflé. »
Harry s’attendait à ce que Neville questionne la santé mentale d’Hermione, à ce qu’il soit choqué de son comportement, à ce qu’il pose une tempête de questions, mais certainement pas à ce qu’il éclate de rire.
- « Elle t’a giflé ? » répéta-t-il, incrédule, entre deux éclats de rires qu’il peinait à contenir. « Merlin, elle est vraiment- » Mais il s’interrompit lui-même, réalisant visiblement soudain qu’il allait trop parler. « Et évidemment depuis, je suppose que tu n’as pas réussi à la recroiser ? »
- « J’ai été plutôt accaparé par les Weasley, j’avoue. » répondit Harry, les sourcils froncés, ne comprenant ni l’hilarité de Neville, ni le sens de ses questions. « Pourquoi me poses-tu ces questions à propos d’Hermione ? »
- « Parce que ça fait une heure qu’elle est au bar, en train de se saouler et qu’elle vient d’éclater en sanglots. » Aussitôt, Harry fut debout, les yeux rivés vers le bar, cherchant visiblement Hermione. « Hannah l’a emmenée faire un tour dehors pour prendre l’air et se ressaisir… » Harry se tourna vers Neville, le fixant intensément, les sourcils froncés. Il savait bien que son retour semblait avoir perturbé Hermione, mais ce n’était son genre de boire de l’alcool, et encore moins les quantités qui la rendraient ivre… Enfin, ce n’était pas son genre il y a trois ans… Harry sentit la main de Neville se poser dans son dos et lui donner une poussée ferme et franche : « Elles sont dans le verger. Dépêche-toi avant qu’Hannah ne se mette en tête qu’il vaut mieux raccompagner Hermione chez elle… »
Note de fin de chapitre :

Une petite review pour me dire ce que vous en avez pensé ?
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.