S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Cadeaux spéciaux par Misti

[20 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Participation au projet Ginny is B.I.T.C.H.Y.
Note de chapitre:

Bonne lecture !
Molly Weasley prit sa fille dans ses bras. Celle-ci était ravie : déjà, elle voyait le monde de plus haut, et toute la maisonnée semblait faire attention à elle aujourd'hui. C'était un jour spécial, mais elle ne cherchait même pas à comprendre pourquoi. Sa mère, la calant contre son opulente poitrine, marcha à grands pas vers la cuisine. En arrivant en vue de la table, elle poussa un cri qui fit sursauter Ginny.

- Le gâteau !

En effet, le gâteau imposant qui reposait sur la table depuis la veille était à moitié dévoré. Molly devint toute rouge – Ginny trouvait cela très amusant – et cria :

- Fred ! George ! Venez ici immédiatement !

Comme on peut s'y attendre, les deux petits garçons n'obéirent pas, et Ginny et sa mère entendirent juste des rires provenant d'un étage supérieur, puis la voix d'un des jumeaux, allez savoir lequel :

- C'est pas nous, c'est Ron !

L'intéressé qui jouait sagement dans un coin leva la tête sans comprendre de quoi on l'accusait et en voyant le regard scrutateur de sa mère posé sur lui, il leva ses petites mains en signe d'ignorance et s'exclama précipitamment :

- J'ai rien fait !

Molly Weasley soupira, renonçant à punir celui qui avait grignoté la moitié du gâteau. Le midi, on fêterait l'anniversaire de sa petite dernière, et il était dix heures. Elle n'avait pas les ingrédients nécessaires à la fabrication d'un autre gâteau, donc elle décida d'aller en acheter rapidement. Ballotant Ginny qui commençait à avoir envie d'être posée sur le sol – être portée, un peu ça va, mais on s'ennuie vite –, Molly attrapa par la manche Bill qui descendait les escaliers en courant.

- Bill, surveille ta sœur le temps que j'aille faire quelques courses.
- Pourquoi tu ne l'emmènes pas avec toi ?
- Elle m'encombrerait, et aujourd'hui c'est son anniversaire, tu peux bien faire une bonne action !
- Mais Maman, j'ai plein de choses à faire, geint le jeune garçon aux cheveux légèrement trop longs. Et puis pourquoi c'est toujours moi ?
- Ne discute pas ! fit sèchement sa mère. Tu es l'aîné, c'est normal d'avoir plus de responsabilités, et ton père est occupé.

Ginny suivait l'échange sans comprendre ce qu'il se passait, sinon qu'on parlait d'elle. Soudain, sa mère la posa sur le sol. Ginny, surprise par ce brusque changement de situation – elle quittait la chaleur et l'assurance maternelle – garda son équilibre de ses pieds encore maladroits et regarda sa mère se préparer à partir avec appréhension.

- Maman ! Tu vas où ?
- Je vais faire quelques courses, sois sage ma chérie ! répondit Molly en transplanant.

Mais la chérie en question ne voulait pas que sa mère parte, dès qu'elle était loin d'elle, elle se sentait perdue et vulnérable. Elle leva ses yeux chocolats vers son grand frère qui poussa un soupir éloquent et s'affala avec l'élégance et la grâce d'un hippopotame sur la chaise la plus proche, semblant porter toute la misère du monde. Il jeta un œil furtif vers sa montre ; les aiguilles annonçaient dix heures et quart. La perspective de surveiller sa petite sœur était loin d'enchanter le jeune Bill qui avait mieux à faire. Il observa le petit bout de femme qui commençait à s'ennuyer.

Deux ans déjà. Deux ans de cris, de pleurs, de saletés, de réveils matinaux. Certes elle était aussi attendrissante, adorable, drôle, joyeuse, vive, taquine, têtue, déterminée, mais Bill ne retenait que le côté négatif d'une petite fille, à savoir toutes les petites filles. Car oui, il trouvait sa petite sœur si insupportable qu'il s'était promis de ne jamais avoir d'enfant. Soit elle lui brisait les tympans, soit elle l'ennuyait profondément, comme présentement.

Bill tapota sa poche dans laquelle une grosse Chocogrenouille patientait sagement, bien emballée. Il avait une terrible envie de l'engloutir mais résistait tant bien que mal car il la réservait pour sa petite sœur.

******

Le jeune Charlie chahutait dans les collines avec les gamins des environs quand sa mère était partie. N'y faisait guère attention – enfance insouciante – il voltigeait à quelques mètres du sol sur un vieux balai quand il aperçut son grand frère Bill approcher, tirant par la main la petite Ginny aux pas très incertains. Le nouveau venu lança à son frère qui avait posé pied à terre, le front dégoulinant de sueur :

- Hé Charlie, tu veux bien me surveiller Ginny cinq minutes ?
- D'accord, mais dépêche-toi, répondit le petit garçon qui rangeait rapidement une figurine de dragon dans sa poche, qu'il avait récemment achetée pour quelques Noises.

Bill partit d'un pas nonchalant, sifflotant, les mains dans les poches, et bien sûr, ne revint pas. Une astuce vieille comme le monde mais qui portait toujours ses fruits avec son petit frère. Ce dernier ne tenta même pas de retenir les lâches qui lui lancèrent un traitre : « Bon je dois y aller, à la prochaine Charlie ! » et se retrouva bien embêté avec une petite chose rousse à robe verte dans les bras. Petite, certes, mais lourde aussi.

Charlie adorait sa petite sœur mais n'avait aucune expérience avec les bébés. Ginny commençait à s'agiter. Elle voulait qu'on la pose sur l'herbe ; la manière dont son grand frère la tenait était bien inconfortable. Alors le petit roux se dit : « Je vais faire comme Maman. ». Sans même penser à la poser sur le sol – elle avait deux ans après tout – Charlie contorsionna ses bras pour la mettre dans une meilleure position.

******

Lorsque Arthur Weasley entendit les pleurs déchirants de son unique fille, il posa précipitamment sa baguette sur la table en bois massif de la cuisine et courut à l'extérieur pour atteindre Charlie tenant une Ginny hurlante... à l'envers. Le père de famille s'emporta – pas bien méchamment, il en était incapable – contre son fils en lui arrachant sa petite sœur des bras dont le sang montait à la tête.

- Tu es fou ? Un jour comme celui-ci en plus !
- Mais c'est Bill qui... tenta vainement de protester Charlie.

Mais son père était déjà parti à grand pas vers leur demeure biscornue. Il posa Ginny - qui en avait assez d'être trimballée ici et là - sur le seuil, à côté de Percy assis sur le banc longeant la maison, qui était aussi sage que les images du livre qu'il était en train de feuilleter. Sans se soucier de l'âge peu avancé de son fils, Arthur jeta un « Garde un œil sur ta sœur Percy ! » et retourna à sa précédente et passionnante besogne : l'observation minutieuse d'un canard en plastique.

******

- Les-con-tes-de-Bee-dle-le-Bar-de-en-i-ma-ges, prononça Percy en détachant bien chaque syllabe.

Le petit garçon savait à peine lire et avait encore quelques difficultés mais s'efforçait chaque jour de les faire disparaître. Alors qu'il se lançait dans l'observation d'un sublime dessin mouvant représentant un chaudron sautant sur son unique pied, son attention fut reportée sur sa petite sœur Ginny qu'on venait de déposer devant lui, en larmes.

Percy qui était un « grand » garda un œil responsable sur la petite tête rousse assise dans l'herbe. Il détailla ses joues rosies par l'agitation, ses pommettes mouillées par les larmes, ses petits pieds... Il n'y avait pas à dire, c'était une belle petite fille. Percy admirait le caractère de feu de sa sœur.

Cette dernière se demandait pourquoi il l'observait et le vit revenir à son livre. Voyant que plus personne ne s'occupait d'elle, elle chercha une activité susceptible de la distraire. Se levant avec difficulté, la petite rousse se lança à la chasse d'un gnome de jardin qui venait de sortir d'un trou. Vive comme l'éclair, elle l'attrapa tout en maculant sa petite robe verte et surtout neuve de terre et vint rapporter son butin à son grand frère.

- Regarde Percy, un nain !
- C'est un gnome, Ginny, lui répondit-il sagement. Par Merlin, tu es toute sale !

Ginny n'avait pas l'air de trouver ça très grave, même qu'elle n'en avait rien à faire, au contraire de Percy. Paniqué – en effet, sa mère serait furieuse – il lui prit la main – terreuse – et l'emmena à l'intérieur pour la laver, quémandant l'aide deux deux fripons qui semblaient préparer un mauvais coup.

- Fred, George, qu'est-ce que vous faites ?
- Le cadeau d'anniversaire de Ginny !
- Aujourd'hui ? Venez plutôt m'aider à la nettoyer, sa robe est toute sale et Maman ne sera pas contente, elle l'avait achetée pour l'occasion.

******

Fred et George finirent par laver Ginny à grande eau. À très grande eau, même. Ginny trouvait cela très amusant, Ron se joignit à eux et le tout dégénéra en bataille d'eau à l'intérieur de la maison. Arthur qui essayait d'emballer son cadeau sans baguette, à la moldue, feint de ne pas s'en apercevoir, mais Percy comprit rapidement qu'il avait eu tord de laisser les jumeaux seuls avec leur petite sœur.

C'est alors que Molly arriva, chargée de grands sacs. Elle informa son mari :

- Tante Muriel ne pourra pas venir.
- Quel dommage, répondit celui-ci, un immense sourire aux lèvres démentant son propos.

Quand Molly vit Ginny riant, trempée et la robe irrécupérable, elle s'énerva :

- Qu'avez-vous encore fait ? Je ne peux pas vous laisser Ginny une heure ou deux sans que vous ne fassiez des bêtises ! Personne ne peut s'en occuper convenablement ici ?

Les jumeaux s'enfuirent en riant et leur mère les rappela :

- Fred et George, revenez ici tout de suite !

Penauds, ils revinrent sur leurs pas alors que Ron demandait à sa mère d'une voix innocente :

- Maman, pourquoi tu dis toujours Fred et George et jamais George et Fred ? Tu préfères Fred ?

La maman en question s'apprêtait à lui expliquer qu'elle aimait autant tous ses enfants, mais son mari la devança :

- Tu poses trop de questions, Ron. C'est juste une question de prononciation, ajouta-t-il en ébouriffant les cheveux de son fils encore perplexe.

******

Peu après, Molly ordonna à sa fille sèche et propre de monter dans sa chambre. Celle-ci obéit en se doutant qu'il se tramait quelque chose. Lorsqu'elle redescendit, ce fut pour trouver la famille lui chanter un tonitruant « Joyeux anniversaire ». Un sourire grand jusqu'aux oreilles, elle se cacha derrière sa maman, intimidée d'être le centre de tant d'attention, et demanda :

- C'est quoi un anniversaire Maman ?
- Voyons Ginny, c'est le jour où tu es née.
- Et hier ce sera mon anniversaire ?

Ginny n'avait pas encore une très bonne notion du temps.

- Tu veux dire demain ? Non, plus tard, beaucoup plus tard.

On fit souffler les bougies du nouveau gâteau à la petite fille, « aidée » par ses frères, puis on lui posa un premier cadeau sur les genoux. Elle déchira le papier de ses petites mains fébriles et découvrit un... livre « Les contes de Beedle le Barde en image » ? Tout le monde excepté Ron (qui lorgnait le gâteau) et Ginny (qui n'avait pas compris où était le problème) tourna un regard interrogateur vers Percy Weasley qui haussa les épaules.

- Ben quoi ?
- Tu ne peux pas offrir à Ginny un objet qui t'appartient déjà, Percy !

Apparemment, Percy n'était pas au courant, mais c'est l'intention qui compte. Ginny déchira ensuite d'autres paquets, contenant des habits, des jouets, cadeaux de ses parents et de sa famille, puis vint le tour d'une figurine de dragon (vivante bien sûr). Charlie s'excusa d'un air qui voulait sûrement die : « Tout le monde aime les figurines de dragon, non ? ». Elle découvrit ensuite une Chocogrenouille. Molly s'exclama :

- Enfin, elle est trop jeune pour manger ç...

Mais n'eut pas le temps de continuer car Ginny venait de s'improviser une petite collation chocolatée. Elle découvrit ensuite un dessin représentant le Chemin de Traverse (enfin, ça y ressemblait) signé « Fred et George » d'une écriture plus que chaotique. Personne ne s'étonna du côté « un cadeau pour deux », étrangement. Ginny ouvrit enfin son dernier présent, de la part de son père : un canard en plastique. Ce dernier, tout content, s'exclama :

- C'est un ami qui me l'a refilé, il l'a acheté chez les Moldus. Ça vaut cher ce truc là.
- Et à quoi ça sert ? demanda Molly.
- Euh... à vrai dire, je n'en sais rien, mais...

Molly n'écouta pas la suite car Ginny venait de morde Charlie qui tentait de récupérer sa figurine. La mère de famille sépara les deux fauteurs en pensant que Ginny ne se laissera pas marcher sur les pieds quand elle sera grande, et Ron qui en avait assez d'attendre l'heure de la dégustation lança le rituel :

- C'est quand qu'on mange ?
- Attends un peu Ron, c'est l'anniversaire de Ginny !

On dut forcer la petite Ginny à passer à table ; elle était ravie d'avoir tant de cadeaux et pressée de jouer avec eux. C'est Ron qui conclut, renchéri par toute la famille :

- Joyeux niversaire Ginny !
Note de fin de chapitre :

Merci d'avoir lu !

Demain, Extraaterrestre vous présentera les trois ans de notre petite Ginny.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.