S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Programme de juillet des Aspics


Bonsoir à toustes !

Un peu de lecture pour vous accompagner en cette période estivale... Vous avez jusqu'au 31 juillet pour, d'une part, voter pour le thème de la prochaine sélection ici et, d'autre part, lire les textes de la sélection "Romance" du deuxième trimestre 2024, et voter ici !

Les sélections sont l'occasion de moments d'échange, n'hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé sur le forum ou directement en reviews auprès des auteurices !


De L'Equipe des Podiums le 11/07/2024 22:30


Assemblée Générale 2024


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 21 juin 2024, à 19h.

Venez lire, échanger et voter (pour les adhérents) pour l'avenir de l'association.

Bonne AG !
De Conseil d'Administration le 14/06/2024 19:04


Sélection Romance !


Bonsoir à toustes,

Comme vous l'avez peut-être déjà constaté, sur notre page d'accueil s'affichent désormais des textes nous présentant des tranches de vie tout aussi romantiques ou romancées les uns que les autres ! Et oui, c'est la sélection Romance qui occupera le début de l'été, jusqu'au 31 juillet.

Nous vous encourageons vivement à (re)découvrir, lire et commenter cette sélection ! Avec une petite surprise pour les plus assidu.e.s d'entre vous...

Bien sûr, vous pouvez voter, ça se passe ici !


De Jury des Aspics le 12/06/2024 22:31


145e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 145e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 14 juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !


 


De L'équipe des nuits le 12/06/2024 12:33


Maintenance des serveurs


Attention, deux interventions techniques prévues par notre hébergeur peuvent impacter votre utilisation de nos sites les 28 mai et 4 juin, de 20h à minuit ! Pas d'inquiétudes à avoir si vous remarquez des coupures ponctuelles sur ces plages horaires, promis ce ne sont pas de vilains gremlins qui grignotent nos câbles ;)

De Conseil d'Administration le 26/05/2024 18:10


144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


Le lundi au soleil par Violety

[16 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Voici le 13e anniversaire de Ginny Weasley vu par un membre de son fan-club ! Le titre vient de la chanson de Claude François, même s'il n'a rien à voir, ou presque, avec les paroles ^^
Merci à Ginnyw pour ses conseils précieux ! Bonne lecture !
Un nuage. Deux nuages. Trois nuages. Quatre nuages.
Ils sont blancs et cotonneux, on dirait des oreillers. Comme ceux qu’ils utilisaient pour les batailles de polochons.
Elle sourit malgré elle.

Un petit vent doux, les nuages reculent et la chaleur du soleil vient caresser son visage. Encore plus de taches de rousseur d’ici dix minutes sans doute. Elle passe la main dans ses cheveux. Ils ont poussé. Ils se sont un peu éclaircis au soleil, il a fait beau tout le mois de juillet.


Elle se retourne sur le ventre et pose la joue contre l’herbe à peine sèche de la rosée du matin. Elle regarde devant elle les insectes vaquer à leurs occupations sans se soucier d’elle. Un gnome la dépasse en courant ; sans doute a-t-il eu peur des cheveux roux.

L’herbe est haute. Elle n’est plus dans le jardin. Elle a même dépassé la colline, celle du pré où les garçons jouent au Quidditch. Elle regarde le balai à côté d’elle. Elle a pris celui de Charlie, c’est le meilleur. Ses frères ne sont toujours pas au courant qu’elle vole souvent sur leurs balais. Charlie s’en doute, peut-être. Son père sait, elle en est certaine, elle voit bien ses sourires quand elle rentre. Ce matin, elle a pris le balai et a volé, bas pour qu’on ne la voit pas, jusqu’au bout du jardin. Tellement au bout, donc, qu’elle sait à peine où elle est. De loin elle voit les collines derrière laquelle se trouve la maison étrange des Lovegood. Elle aime bien cette maison. Parfois, Mrs Lovegood l’invitait à gouter avec Luna quand elles étaient petites. C’était la seule fille de la région. Elle ne voit plus beaucoup Luna, mais elle l’apprécie, même si elle sait que les gens la trouvent bizarre.




Elle se retourne sur le dos en soupirant, le visage à nouveau contre le soleil. Qu’est-ce que ça fait du bien ! Elle ne compte plus les nuages, mais elle essaye de deviner à quoi ils ressemblent. Il y en a un en forme de chat ; une montre, comme celle que porte son père ; une fourchette –elle sent son ventre lui signifier qu’elle a faim. Tiens, celui-ci ressemble à Coq. Ou un Boursouf. Quoique, dans ce sens-là, ça pourrait être un Vif d’Or…

Un Vif d’Or. Plus que deux semaines et c’est la Coupe du Monde. Ça fait tellement longtemps qu’elle attend ça. La dernière fois, son père n’avait pas eu de billets. Alors, enfin elle va pouvoir assister un grand, un vrai match de Quidditch. Non pas que ceux de Poudlard soient mauvais, au contraire, elle aimerait tant faire partie de l’équipe de Gryffondor ! Mais là… C’est du haut niveau ! Et elle a hâte de découvrir le stade et le camping.



Elle souffle sur une mèche de cheveux qui lui cache les yeux.

Harry va arriver un peu avant la Finale. Elle ne lui a pas beaucoup reparlé depuis la première année… Depuis le jour où il l’a libérée de la Chambre des Secrets en fait. Elle ne sait pas trop comment elle va réagir quand il sera là. Elle est toujours amoureuse de lui. Elle ne dit plus rien devant les jumeaux, parce qu’ils se moquent d’elle. Mais elle en a parlé à Charlie depuis qu’il est arrivé. Elle lui a expliqué qu’à chaque fois qu’elle le voyait elle ne pouvait pas s’empêcher de rougir, elle a l’impression qu’il guette ses moindres mouvements alors elle fait tout tomber, et elle n’ose rien dire parce qu’elle pense qu’elle va avoir l’air bête. Elle a avoué que c’était surement dans sa tête, c’est plutôt elle qui aimerait qu’il s’intéresse à elle. Mais pourtant elle n’est pas timide en vrai, alors pourquoi lui ?

Il lui a alors dit qu’il espérait qu’il était assez bien pour elle. Elle a dit que oui, et que c’était le meilleur ami de Ron, et qu’il l’avait sauvée. Charlie a fait mine de réfléchir, et a convenu qu’il devait être quelqu’un de bien. Puis il a ajouté qu’il avait hâte de rencontrer son futur beau-frère, et elle a senti ses oreilles rougir, comme Ron lorsqu’il est en colère. Alors son frère lui a ébouriffé les cheveux et l’a rassurée en disant qu’il rigolait. Elle est contente que Charlie soit là. Elle adore tous ses frères, mais elle a l’impression que c’est le seul qui a compris qu’elle n’était plus la petite fille qu’ils prenaient sur leur dos à tour de rôle en balade.



Elle se retourne à nouveau. Décidemment, elle n’arrive pas à trouver la bonne position. Elle se retourne sur le ventre à nouveau et pose son menton dans ses mains. Droit devant elle, si elle continue le chemin-qui-n’en-est-plus-un, il y a la rivière. Ils y vont souvent en été pour pêcher ou jouer. Ils y allaient. Elle sourit toujours, mais c’est un sourire figé. Toutes ces choses qu’ils faisaient l’été et qu’ils ne font plus maintenant...

Parfois elle aimerait bien que tout soit comme les étés d’avant, quand ils faisaient des batailles de polochon, comptaient les nuages ou jouaient dans la rivière. Mais il parait qu’un jour il faut grandir, que certains s’en vont, et que sans s’en rendre compte on a douze ans et on est à Poudlard depuis un an.
Treize.


Elle se retourne à nouveau –c’est décidé, elle préfère sur le dos, au moins elle sent le soleil sur son visage.
Aujourd’hui elle n’a plus douze ans, elle a treize ans.

Elle s’est réveillée tôt ce matin, elle était très contente. Elle est descendue dans la cuisine en courant, sans se soucier de réveiller les autres ou non. Sa mère faisait la cuisine, Percy buvait son café en lisant la Gazette, et Bill discutait avec son père. Les quatre Weasley restant dormaient encore –ça au moins, ça ne change pas. Sa mère lui a dit bonjour sans se retourner, les autres ont marmonné un vague salut du matin, et sont tous retournés à leurs occupations. Elle est restée interdite un long moment devant la table, jusqu’à ce qu’elle se fasse pousser par les jumeaux qui arrivaient eux aussi. Très vite la cuisine s’est complètement remplie et ils étaient neuf à table.

Et elle qui adore quand ils sont neuf et bruyants, elle a simplement bu son jus de citrouille sans rien dire, puis elle est remontée. Elle a eu un petit espoir –peut-être qu’ils l’attendaient tous dans la cuisine, prêts à crier « surprise ! »- mais quand elle est redescendue il n’y avait personne. Alors elle a juste pris le balai de Charlie dans le placard et a volé jusqu’ici.
Que les garçons oublient, passe encore. Mais son père… Et sa mère ! Elle qui s’attendait à un superbe gâteau au chocolat « à la Molly »…


Elle ne sourit plus du tout. Elle est étendue les bras en croix dans l’herbe et laisse le soleil –tellement haut qu’il commence à descendre- chauffer son visage. Elle fait comme la Belle au bois dormant, dans le livre que Ron avait trouvé au bord de la route près du village, elle attend son prince charmant, même si elle doit attendre cent ans. Peut-être que quand elle aura cent treize ans on se souviendra de son anniversaire.

Elle a treize ans quand même, ce n’est pas rien ! A treize ans elle peut… Elle peut aller à Pré-au-Lard, déjà. Et puis… Elle peut étudier les créatures magiques. Et sinon ?
Bon, d’accord, on ne peut pas faire beaucoup plus de choses qu’à douze ans. Mais quand même, c’est son anniversaire.



Elle hésite à se lever et aller jusqu’à la rivière, mais elle a la flemme. Elle essaye d’oublier ses mauvaises pensées et reste allongée là, elle est bien. Elle va s’endormir…



Elle sent des mains la secouer.
« Ginny ! Ginny ! Réveille-toi ! »
Elle ouvre les yeux. Ce n’est pas son prince charmant, c’est Ron. Il ressemble étrangement au petit-Ron, sa tête penché au-dessus de la sienne, comme ça. Il s’assoit à côté d’elle et elle tourne la tête vers lui. Le soleil provoque de jolis reflets dans les cheveux un peu trop longs de son frère ; il fait sans doute la même chose dans les siens.
« Ben alors, petite sœur, tu fais quoi ? Tu joues à la Belle au bois dormant ? »

Elle sourit et ses yeux brillent. Il s’en souvient lui aussi. Il lui fait un petit sourire timide. Il s’allonge à côté d’elle et soupire doucement.
« Je comprends pourquoi tu as passé ta matinée comme ça.
- On est bien, hein ?
- Oui… »
Un silence s’installe, un silence confortable, que Ron rompt en levant la main :
« Regarde, Gin, il s’écrie, celui-ci, on dirait un Vif d’Or ! »

Il parle du nuage qui passe au-dessus d’eux. Elle tourne un peu la tête. Peut-être, un peu vers la droite, comme ça… Oui, elle le voit elle aussi le Vif d’Or. Elle sourit de plus belle.

« Ron, ça va être chouette, hein ? Le match.
- Oui, ça va être chouette, Ginny. »
C’est lui qui tourne la tête et lui sourit, cette fois.
Il saute sur ses pieds et lui tend la main « Allez, viens, on rentre. »
Etonnement, elle se lève.


Ils courent vers la maison en se tenant par la main, et le vent s’engouffre dans ses cheveux, et elle se sent bien. Petit Ron et petite Gin, comme disait Percy.
Ils s’arrêtent, un peu essoufflés, dans la petite cour. Il la regarde et lui demande doucement :
« T’es pas fâchée ?
- Si.
- C’est pas grave. »
Elle ouvre la porte et comme elle s’y attend, les sept autres Weasley l’attendent dans la cuisine autour d’un gros gâteau au chocolat en forme de balai.

« Joyeux anniversaire, petite sœur » lui souffle Ron, et son sourire s’agrandit.



Plus tard, elle rejoint Charlie qui dégnome tranquillement le jardin.
« Je ne sais pas comment tu peux avoir l’envie et le courage de faire ça. Maman va être contente, elle qui se plaint que nous ne l’aidons pas assez…
- Je sais, j’étais pareil à votre âge. »
Ginny hausse un sourcil : il ne va pas faire le coup du grand frère sage parmi les sages quand même ?
« Ne le prends pas comme ça, Gin, je veux dire que maintenant, ça ne me dérange plus. C’est reposant même. Les petites choses simples, comme ça, dégnomer, parfois ça fait du bien quand on doit s’occuper de choses tellement plus grandes.
- Tu parles des dragons, n’est-ce pas ?
- Oui. C’est grand un dragon, et même si j’adore mon travail, parfois j’aime bien faire une chose aussi simple que dégnomer le jardin. Je me sens rajeunir, ajoute-t-il avec un clin d’œil.
- Je vois ce que tu veux dire. Mais si, c’est vrai ! s’écrie-t-elle devant son sourire mi-amusé mi-railleur.
- Je te crois, je te crois petite sœur. C’est pas toujours facile les anniversaires. Surtout quand tout le monde fait semblant d’avoir oublié.
- Dis, tu crois qu’on pourrait retourner à la rivière tous ensemble ? » demande-t-elle d’une petite voix –et à nouveau, elle est la petite fille qui demande à son grand frère entré à l’école de jouer quand même avec elle.
Il la regarde en souriant, et elle se souvient qu’elle adore ce sourire.
« Bien sûr qu’on peut aller à la rivière. Demain, même ! Il faut juste sortir Percy de ses chaudrons et Georges et Fred de leur chambre. »

Elle rit.

« Mais avant tout tu vas retourner là où tu étais tout à l’heure et me rapporter mon balai… »
Elle rougit furieusement, avant de redresser le menton et de soutenir son regard. Elle ne le sait pas, mais elle ressemble beaucoup à sa mère à ce moment –c’est peut-être pour ça que Charlie renonce à se moquer d’elle.
« Allez, vas-y Gin, c’est pas bien long, tu seras très vite revenue. Tu sais où le ranger ensuite… » ajoute-t-il avec un clin d’œil.


Alors Ginny lui sourit à son tour, et court vers le fond du jardin, sous les derniers rayons de soleil de ce lundi 11 août.
Aujourd’hui, Ginny a treize ans.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.