S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Programme de juillet des Aspics


Bonsoir à toustes !

Un peu de lecture pour vous accompagner en cette période estivale... Vous avez jusqu'au 31 juillet pour, d'une part, voter pour le thème de la prochaine sélection ici et, d'autre part, lire les textes de la sélection "Romance" du deuxième trimestre 2024, et voter ici !

Les sélections sont l'occasion de moments d'échange, n'hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé sur le forum ou directement en reviews auprès des auteurices !


De L'Equipe des Podiums le 11/07/2024 22:30


Assemblée Générale 2024


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 21 juin 2024, à 19h.

Venez lire, échanger et voter (pour les adhérents) pour l'avenir de l'association.

Bonne AG !
De Conseil d'Administration le 14/06/2024 19:04


Sélection Romance !


Bonsoir à toustes,

Comme vous l'avez peut-être déjà constaté, sur notre page d'accueil s'affichent désormais des textes nous présentant des tranches de vie tout aussi romantiques ou romancées les uns que les autres ! Et oui, c'est la sélection Romance qui occupera le début de l'été, jusqu'au 31 juillet.

Nous vous encourageons vivement à (re)découvrir, lire et commenter cette sélection ! Avec une petite surprise pour les plus assidu.e.s d'entre vous...

Bien sûr, vous pouvez voter, ça se passe ici !


De Jury des Aspics le 12/06/2024 22:31


145e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 145e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 14 juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !


 


De L'équipe des nuits le 12/06/2024 12:33


Maintenance des serveurs


Attention, deux interventions techniques prévues par notre hébergeur peuvent impacter votre utilisation de nos sites les 28 mai et 4 juin, de 20h à minuit ! Pas d'inquiétudes à avoir si vous remarquez des coupures ponctuelles sur ces plages horaires, promis ce ne sont pas de vilains gremlins qui grignotent nos câbles ;)

De Conseil d'Administration le 26/05/2024 18:10


144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


Témoignage d'un passé inavoué par Padfooot

[40 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Ecrit dans le cadre du concours de Dunne.

Corrigé par Omicronn.
Note de chapitre:

La fic devrait se faire en un peu plus de 5 chapitres (je ne sais pas trop encore). A travers les lettres et la manière dont Harry les découvre, j'espère un peu montrer les différents aspects de sa vie future.

James Sirius Potter se retourna dans son lit et grimaça en entendant la latte craquer. Elle allait finir par casser pour de bon, il le savait. Il aurait mieux fait d’écouter ses parents et ne pas sauter sur son lit.

James se remémora le jour où il avait rattrapé les morceaux de bois sous le matelas. Il avait tenté de réparer du mieux qu’il put, une réparation de fortune qu’il avait préférée à l’idée de se faire gronder.

Il pivota à nouveau, mais cette fois-ci, le grincement prononcé de la latte lui fit décrocher un léger sourire. Il irait à Poudlard et il apprendrait à réparer la latte, à lancer ce sortilège que sa mère avait si souvent effectué pour réparer ses bêtises. Il avait reçu sa lettre dans la journée et c’était l’aube d’une nouvelle vie, une vie où il pourrait se débrouiller seul, se montrer aussi brave que son père.

James se retourna une dernière fois et c’est dans cette position qu’il finit par trouver le sommeil, les lèvres étirées dans un sourire.






Cette semaine, Harry Potter, directeur du bureau des Aurors, avait eu beaucoup à faire. Il s’apprêtait maintenant à passer le week end avec sa famille et, particulièrement, avec son fils aîné James. Celui-ci ne tarderait pas à rentrer à Poudlard et, il savait qu’il allait devoir lui expliquer un certain nombre de choses.

Harry n’avait jamais eu le courage de dire à ses enfants les horreurs que ses amis et lui avaient vécues par le passé. Son histoire à Poudlard était un mystère pour sa famille, à tel point qu’il lui arrivait de se demander si c’était bien lui qui avait fait toutes ses choses.

Après la guerre, Harry s’était donné corps et âme à son boulot et à sa famille. Ses collègues avaient accepté le fait qu’il ne voulait plus entendre parler de son ancienne vie et Ginny avait, elle aussi, choisi de laisser à son mari un repos bien mérité.

Cependant, Ginny considérait maintenant que suffisamment d’eau avait coulé sous les ponts et elle ne supportait plus que leurs trois enfants ne connaissent leur père que comme un Auror reconnu et un père de famille absent. La relation entre Harry et Ginny s’était alors légèrement dégradée. Lorsque l’un des enfants posait une question à laquelle elle ne pouvait répondre sans trahir les lourds secrets de son mari, elle ronchonnait et essayait d’adresser un regard noir à son mari sans que les enfants ne le remarquent.

Il avait tout caché à ses enfants, impliquant ses amis et toute la famille Weasley dans ce mensonge bien ficelé. Au début, ils avaient compris son attitude mais aujourd’hui, comme Ginny, ils lui en voulaient de ne pas être honnête.

Harry avait souvent eu droit à des remarques comme quoi il ne pouvait cacher indéfiniment son passé à ses enfants. L’aîné allait bientôt rentrer à Poudlard et s’il ne l’apprenait pas par lui, les relations que Harry entretenait avec James risquaient de se détériorer elles aussi.

Jusqu’à maintenant, taire la vérité n’avait pas été chose trop difficile puisque les enfants n’avaient que peu de contact avec le monde extérieur : Mrs Weasley et Ginny s’occupaient de leur éducation, comme il se doit dans le monde des sorciers, et les passages au Chemin de Traverse étaient relativement rares au grand plaisir de Harry qui ne supportait toujours pas la célébrité.

C’était tâche ardue que de changer de sujet ou de ne raconter que le strict minium, mais les jeunes Potter semblaient s’être accommodés à ce manque d’informations. Ils étaient pourtant avides de toutes les histoires possibles sur Poudlard mais Harry se contentait de raconter ce qu’il y avait de moins passionnant : les cours, Hermione qui faisait gagner des points à la maison Gryffondor, les balades dans le parc, les créatures magiques que Hagrid leur montrait…

Ils ne savaient même pas que Harry avait joué dans l’équipe de Gryffondor. Lorsque James avait voulu monter sur un balai pour ses dix ans, Harry s’était effacé pour laisser Ginny s’en occuper. Elle était joueuse de Quidditch professionnelle et était donc bien mieux placée pour cela.

Que de mensonges et de non-dits… Harry s’en rendait compte, évidemment : il n’avait jamais été honnête envers ses enfants. Bientôt, cela allait devoir changer et James en serait le premier averti mais Harry, d’habitude si courageux, appréhendait ce moment.






« James, réveille-toi ! »

Le jeune garçon émergea du sommeil profond dans lequel il avait sombré. Il sortit rejoindre sa mère, intrigué d’être ainsi réveillé.

Il la retrouva au grenier dans lequel ils avaient récemment rangé les jouets que sa petite sœur n’utilisait plus. Ils commencèrent la matinée en essayant les robes de sorcier que Ginny avait commandées sur le Chemin de Traverse. Ginny marqua à l’aide de sa baguette les quelques retouches qu’il faudrait effectuer lorsqu’ils iraient acheter les livres et autres fournitures.

James demanda s’il pourrait porter un écusson aux couleurs de Gryffondor, ce qui mena à une longue discussion sur les différentes maisons et sur l’architecture du château. Cependant, Ginny passa sous silence où se situaient les entrées des Salles Communes de peur que son fils ne ressemble trop aux jumeaux ou à son grand père du même nom et qu’il ne tente de s’introduire dans chacune d’entre elles. Après tout, il découvrirait bien assez tôt les secrets que recelait Poudlard…

Le déjeuner fut rythmé par les questions des trois jeunes Potter. Ils les avaient déjà posées des dizaines de fois, au moins, mais ils se plaisaient toujours à entendre les réponses romancées de leur mère car, bien qu’elle n’avait pas le droit de détailler la vie de Harry et donc la sienne, elle ne se dérangeait pas pour décrire autant que possible le reste.

Ensuite, Ginny et James remontèrent au grenier et elle le guida vers les deux grandes malles qu’il avait maintes fois essayé d’ouvrir, sans résultats. D’un coup de baguette magique, les loquets des malles se défirent dans un claquement sonore.

Celle de droite contenait les affaires de Ginny et elle commença alors à lui montrer certains souvenirs de Poudlard qu’elle avait conservés toutes ces années. Elle passa un long moment à regarder ses robes de Poudlard, avec dans le regard un mélange de nostalgie et d’autres sentiments que James ne comprenait pas.

« Je n’ai pas ouvert ce coffre depuis la fin de ma scolarité, tenta-t-elle d’expliquer. »

Ginny étreignit son fils et lui assura que sa vie à Poudlard serait fantastique et inoubliable. Elle continua à montrer à James des livres, des posters et autres souvenirs puis le laissa fouiller à son aise pour aller s’occuper de Lily et d’Albus.

James ne tarda pas à aller fouiller dans la malle de son père. Il y trouva un vieux manuel d’entretien pour balai ainsi que les produits nécessaires. Cela devait appartenir à sa mère puisque son père ne faisait pas de Quidditch.

Il continua ses recherches et découvrit un vieux morceau de parchemin vide qu’il mit de côté, se promettant de le regarder de plus près. Un tissu aux milles reflets attira ensuite son attention, il tira mais celui-ci était bloqué sous les livres entassés. Soulevant les lourds opus d’une main, il extirpa le tissu d’un coup sec.

Entraîné par le mouvement de la cape, un petit paquet s’était retrouvé sur le sol du grenier. Curieux, James défit le nœud qui retenait les parchemins entre eux et découvrit plusieurs lettres. Chacune d’elles était marquée d’un numéro écrit à l’encre verte et allant de un à six. Curieux, James prit la première et la déplia.



« Cher Harry,

Je crois que les adultes commencent les lettres comme cela. Je ne sais pas, je n’en ai jamais écrites. »



James s’arrêta, partagé entre la curiosité et la gêne de lire la correspondance de son père.

James fouilla rapidement dans la malle à la recherche d’un objet que tout sorcier se devait d’avoir pour sa dix-septième année. Il ne tarda pas à tomber sur une vieille montre qui, non seulement avait vécu longtemps, mais semblait aussi avoir été mal entretenue. Il y avait de la boue sur les rebords du cadran légèrement rayé et le bracelet semblait avoir été l’objet de plusieurs Reparo.

Il se demanda pourquoi son père, d’habitude si attentionné, avait pu faire preuve d’autant de négligence mais il ne s’attarda pas sur la question et se contenta de regarder l’heure. Son père n’allait plus tarder à rentrer maintenant.






Harry rentra à temps pour manger et croisa Ginny et ses deux plus jeunes enfants dans la cuisine. Après avoir embrassé Albus et Lily et, suivant le conseil de sa femme, Harry monta rejoindre son fils aîné au grenier. Il le trouva assis, le dos contre la malle de Ginny, un magazine de Quidditch dans les mains.

« Alors James, tu as hâte de rentrer à Poudlard ? »

Le petit garçon affirma distraitement puis, trop impatient, demanda à son père.

« Papa, tu regardes ta malle avec moi ?

— Tu m’attendais ? s’étonna son père.

— Non, avoua-t-il. J’ai commencé à regarder mais… Je ne voulais pas… Enfin, ce sont tes affaires. »

Harry réfléchit rapidement. Il n’avait pas ouvert la malle depuis tellement longtemps… Pouvait-elle contenir des choses en lien avec Voldemort ? Quelque chose qui aurait empêché son fils si téméraire de fouiller dans ce coffre qu’il avait toujours rêvé d’ouvrir ? Il en doutait.

« Il n’y a rien que tu ne puisses regarder ou lire, ne t’en fais pas. »

James regarda son père lui adresser un sourire confiant et le petit garçon tendit son bras, montrant le paquet de lettres.

« Même ça ? »

Les yeux de Harry s’arrondirent d’étonnement tandis que son cœur commençait à battre à un rythme beaucoup plus soutenu. Il avait oublié ces lettres, il les avait écrites pour ne jamais les relire et aujourd’hui, son fils les tenait fermement dans sa petite main frêle. Il était joueur et parfois même bagarreur mais il avait l’innocence qu’ont les jeunes enfants et, surtout, il était inconscient de toutes les horreurs que le monde recueillait.

Ces lettres contenaient sûrement trop de détails de la vie de Harry. Il se surprit à soudain haïr le seul professeur de primaire qu’il ait un tant soit peu apprécié. Il avait demandé à chaque élève d’écrire une lettre à son futur soi dans le but d’être relue des années plus tard.

Harry n’avait jamais réellement songé à les relire un jour. Elles étaient son passé et il n’avait jamais voulu revivre les moments sombres de sa vie. Pourtant, les écrire avait été un défoulement bienvenu. Son cousin Dudley n’avait pas supporté d’en écrire et c’est sa mère, Pétunia, qui avait fait le devoir à sa place. Harry, lui, y avait pris goût et en avait écrit six, sept si on comptait la lettre factice qu’il avait adressée à son professeur et qui avait fini à la poubelle. Pétunia avait, en effet, insisté pour l’écrire avec Harry afin de s’assurer que ce dernier ne raconterait pas les détails de sa vie minable à Privet Drive.

Les six autres étaient véridiques, elles avaient été une échappatoire à l’enfer qu’il avait vécu, personne ne les avaient lues et il les avait conservées en attente du jour où il serait prêt. Et prêt, il ne l’était pas.

Pourtant il n’avait pas le choix maintenant que James les avait ressorties.

« Les as-tu lues ? s’enquit Harry d’une voix plus forte qu’il ne l’aurait souhaité.

— Non, répondit le garçon en baissant les yeux. Je n’ai lu que la première phrase et je t’ai attendu. »

Un lourd silence s’abattit entre le père et le fils puis James releva la tête et défia son père du regard. Il savait qu’il lui cachait quelque chose, il l’avait toujours pressenti. Aujourd’hui, il voulait comprendre.

Note de fin de chapitre :

Qu'avez-vous pensé du premier chapitre ?
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.