S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


Nouvelles des Podiums du joli mois d'avril


Bonsoir à toustes !

En ce début de printemps, c'est la nouvelle pousse des sélections nouveau format qui fait sa germination !

Vous pouvez donc voter pour le thème du prochain trimestre de lectures, ici, entre le personnage Hagrid, la catégorie Romance ou le genre Aventure/action, jusqu'au 30 avril !

Egalement jusqu'au 30 avril, vous pouvez lire ici les textes de la Sélection Enfances, puis voter ! Nous vous encourageons fortement à laisser un petit mot après votre lecture, cela motive et encourage toujours, et donne corps à notre volonté de favoriser les échanges autour des textes sélectionnés.

De jolies récompenses sont prévues grâce aux créations graphiques de lilychx ! Rendez-vous au début du joli mois de mai...


De L'Equipe des Podiums le 03/04/2024 00:05


143e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 143e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 12 avril à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. C'est ici pour vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !

 


De L'équipe des nuits le 31/03/2024 15:51


Journées Reviews de mars !


Aux membres d'HPF,

Les prochaines Journées Reviews auront lieu du vendredi 22 au lundi 25 mars. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page jusqu'au jeudi 21 mars.

A bientôt !


De Journées Reviews le 17/03/2024 18:35


142e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 142e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 23 mars à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. C'est ici pour vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !

 


De L'équipe des nuits le 12/03/2024 11:27


Grand Ménage Orange 2024


C'est le retour du Grand Ménage Orange !



A partir du 4 mars 2024, les modératrices d'HPFanfic vont s'atteler à la tâche titanesque suivante : vérifier que les fics publiées depuis 2020 par les membres de l'association (et bénéficiant donc de la validation automatiques) respectent le règlement ! Soit 4 ans de fics à lire, depuis le dernier GMO, ce qui représente un très grand nombre de chapitres, et va donc nous prendre un bon moment.

Si vous voulez nous faire gagner un peu de temps, ou rendre notre travail moins fastidieux, n'hésitez pas à vérifier vos fanfictions (longueur des chapitres suffisante, conformité des résumés, ratings appropriés...) !

Pour en savoir plus sur la façon dont le GMO va se dérouler, rendez-vous ici, nous vous avons concocté une description détaillée de notre fonctionnement.

Souhaitez-nous bonne chance !


De Equipe de modération d'HPFanfiction le 03/03/2024 18:22


Secret d'Etat par Hanabira

[3 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Cette fan-fiction est inspirée de l'attaque qu'il y a eu à Guernica en 1937.
Note de chapitre:

Si certaines scènes sont plutôt niaises (à mon gout) au début, c'est simplement pour faire contraste avec le reste de l'histoire.
-Elsie, dépêche-toi ! S’écria une voix en bas de l’escalier.

La concernée barbota quelque chose d’intelligible avant de sortir d’un pas trainant de la salle de bain et de rejoindre son amie qui l’attendait au rez-de-chaussée. Elles sortirent toutes les deux dehors. Un vent glacial vint balayer les cheveux doré d’Elsie, la faisant frissonner.

-Quelle idée de sortir par ce temps, grogna-t-elle.

-C’est les vacances, il faut sortir au lieu de rester enfermer chez soi comme toi tu le fais. De plus je trouve qu’il ne fait pas si froid que ça, répliqua Annie.

Elles continuèrent leur chemin dans le silence. Elsie observa d’un œil distrait le ciel. Les nuages étaient gris et avançaient très vite. La jeune fille ne se serait pas étonnée qu’on lui prévoit un orage pour cette nuit.

1976, Woodland, petit village britannique dans lequel habitait Elsie, avait une réputation paisible. C’était un peu comme un lieu de vacances pour les britanniques ayant marre de la ville. Elsie, elle, rêvait de quitter cet endroit pour aller vivre à Londres. Quand elle serait plus grande elle irait, elle s’en faisait la promesse.

La jeune fille fut tirée de ses pensées par Annie qui lui annonçait qu’elles étaient arrivées à destination. Elles se trouvaient dans un parc débordant de verdures. Elsie eut un petit sourire en coin. Cet endroit avait été son terrain de jeu préféré quand elle était toute petite. Cela faisait un moment qu’elle n’y était pas revenue. Elsie était nostalgique de cette époque où elle était si insouciante. Aujourd’hui, son père ne vivait que son travaille, au détriment de sa propre famille, sa mère était malade et il avait à peine de quoi se nourrir dans les placards.

-Hé, Elsie regarde ! Ce ne serait pas Jake ? S’exclama soudainement Annie.

Elsie se mit à rougir de façon incontrôlée. Elle avait toujours aimé Jake depuis qu’elle était toute petite. Elle avait toujours eu du mal à lui parler sans bafouiller et elle se trouvait honteuse de se comportait de cette façon.

-Va le voir !

-Non, je crois que ce n’est p….

Trop tard. Annie venait de la pousser vers le jeune homme qui regardait d’un air absent ses amis jouaient au rugby. Elsie prit son courage à deux mains s’approcha d’une démarche qu’elle crut assurée vers le jeune homme.

-Salut ! Attaqua-t-elle. C-ça v-va ?

-Très bien. Et toi ?

-B-bien, bégaya-t-elle. Tu p-passes de bonnes vacances ?

-Excellentes ! J’aimerai qu’elles ne se finissent jamais.

Elsie émit un petit rire nerveux. Elle n’était pas très à l’aise au contraire de Jake qui n’avait pas l’air de voir dans quel état se trouvait la jeune fille. Il eut un moment de flottement pendant lequel Elsie voulut s’enfuir en courant. Ce fut Jake qui prit les choses en mains :

-C’est la pleine lune ce soir. Ca te dirait d’aller la voir avec moi ? Questionna-t-il en rougissant légèrement.

-Avec plaisir ! Se réjouit Elsie.

Jake lui annonça l’heure et le lieu du rendez-vous et Elsie partit ensuite rejoindre Annie qui la regardait au loin.

-Alors ?

-Je rentre à la maison me préparer, j’ai un rendez-vous avec Jake ! S’écria-t-elle.

Annie lui sauta dans les bras, toute aussi contente qu’elle. La nuit commençait déjà à tomber. Elsie se dépêcha de rentrer chez elle. Sa mère était entrain de mettre la table pour le repas du soir qui se constituerait encore et toujours des petits pois du jardin de la voisine. Quand le dîner fut prêt, Elsie alla chercher son père dans son bureau.

Elsie s’arrêta sur le pas de la porte et regarda tristement son père qui était enseveli sous la paperasse. Elle aurait aimé que les choses se passent différemment pour sa famille, elle se demandait s’ils pouvaient encore tomber plus bas.

-Papa, appela-t-elle. Le repas est prêt.

-Hein ? J’arrive.

La jeune fille rejoignit sa mère à table et commença à manger. Le repas se déroula en silence. Elle était trop euphorique pour entretenir ne serait-ce qu’un semblant de discussion avec sa mère. Son père arriva à la toute fin du dîner, alors qu’elles étaient déjà au dessert. Il s’empressa de s’excuser en disant qu’il n’avait plus eu la notion du temps. Il mangea ses petits pois froids pour faire plaisir à sa femme en affirmant que c’était succulent. Cette scène se répétait chaque soir sans faute. C’était devenu une routine.

-Papa, Maman je sors ce soir.

-Où ça et avec qui? S’inquiéta son père.

-Je vais avec Annie voir la pleine lune.


Ils acquièrent et revinrent à leurs occupations. Elsie monta se préparer. Quand sa montre indiqua qu’il était vingt heures moins le quart, la jeune fille se décida à partir. Elle fit un rapide salut à ses parents avant de se diriger d’un pas joyeux jusqu’au point de rendez-vous.

Les femmes les enfants ont le même trésor
De feuilles vertes de printemps et de lait pur
Et de durée
Dans leurs yeux purs


La jeune fille eut un léger frisson de peur quant elle entendit un sort de grondement, un bruit assez gênant qui ressemblait à un moteur. Elle n’y fit plus vraiment attention, et arriva à la lisière de la ville. Elle ne vit pas Jake. Elle devait certainement être en avance. Son pied buta contre quelque chose. Elle baissa les yeux pour voir ce que c’était.

Elsie poussa un cri d’effroi. C’était le corps de Jake. Qui baignait dans son sang, les yeux inertes, mort. Elle était paralysée, que c’était-il passé ?

Lentement et en tremblant, Elsie se baissa pour examiner le corps. Il était recouvert de morsures. Des loups…. Pourtant dans cette région du pays il n’y avait pas vraiment de loups. Et aucuns, de sa mémoire, n’avaient attaqué les humains aussi violement ! Jake aurait pu se défendre contre eux. Elle n’arrivait pas à croire que Jake était mort !

Le grondement d’un orage se fit entendre au lointain. Elsie se releva d’un bon. Elle devait aller prévenir les autorités de cette mort et que le village se protège des loups. Elle abandonna à contre cœur le corps du jeune homme pour courir vers le village. Mais malheureusement elle n’arriva jamais au poste de police.

Des cris, des hurlements raisonnaient de part en part de la ville. Des éclairs verts jaillissaient de partout, des rires diaboliques résonnaient dans les rues. C’était l’apocalypse.

Les femmes les enfants ont le même trésor
Dans les yeux
Les hommes le défendent comme ils peuvent


Un éclair blanc déchira le ciel, l’éclaircissant un instant. La jeune fille se mit à courir travers les rues. Elle avait peur, de ce qu’il se passait. Peur pour sa famille, pour Annie et elle. Les maisons brûlaient, les flammes de l’enfer s’élevaient dans le ciel. Tout se passait trop rapidement. Elle vivait un cauchemar! Des sueurs froides lui coulèrent le long de sa colonne vertébrale quand elle vit la voisine à terre, criant à la mort. Elle se tortillait dans tous les sens, son hurlement était insupportable. Elsie avait envie de s’arracher les oreilles. Une femme à la chevelure corbeau et bouclée se tenait au dessus de la voisine, elle semblait prendre beaucoup de plaisir à voir la vieille femme souffrir. Elle était tellement occupée à pousser un rire démoniaque qu’elle ne vit pas Elsie se passer derrière elle pour atteindre sa maison. La jeune fille rentra dans la cuisine et ne vit personne. Elle alla ensuite voir dans le bureau, dans les chambres, mais la maison était vide de toute habitation. Ils Devaient sûrement avoir quitté le village. Elsie devait aller chez Annie, elle était peu être en danger. Pourquoi ne s’enfuirait-elle pas ? Elle ne voulait pas se résoudre à les abandonné. Il y avait une chance de survivre dans cet enfer si incompréhensible. Oui, une chance.

Elsie courut de nouveau sur le pavé maintenant inondé de sang. Elle ignorait les cris d’horreur, les pleurs, rires, les supplices et les éclairs verts, rouge, bleus. Elle ignorait tout. Elle ne voulait rien voir. Elle voulait rester innocente, ne pas connaitre l’horreur de l’humanité. Voir ce que ce dont les hommes étaient capable. Elsie vit enfin la maison d’Annie se dressait au bout de la rue.

Cette bâtisse avait toujours était très accueillante, elle était rose, avec un jardin très fleuri et des petits nains à l’entrée.

Aujourd’hui elle faisait un grand contraste avec la scène apocalyptique qui se jouait tout autour. Elsie rentra dans la maison. Il faisait noir, la lumière était éteinte. Elle l’alluma. La jeune fille éclata subitement en pleurs. A ses pieds se trouvait le corps de son père. Il avait les yeux dans le vide et il était plu pâle que jamais. De grosses coupures sanglantes recouvraient son corps. Elsie ne sentait plus son cœur battre. Il était mort. Tout comme sa mère qui se trouvait elle aussi allongée un peu plus loin sur le carrelage blanc maintenant rougeâtre.

Les femmes les enfants ont les mêmes roses rouges
Dans les yeux
Chacun montre son sang


Si ses parents étaient morts c’était de sa faute. Si elle ne leur avait pas menti en disant qu’elle allait chez Annie, ils ne seraient jamais venu ici, et peut-être, peut-être qu’ils seraient sains et saufs.

Oui ils pouvaient tomber plus bas, Ils étaient tombés plus bas, la mort avait été le fond du gouffre.

Elsie entendit un bruit étrange venant de la cour de derrière. La jeune fille prit son courage à deux mains, elle prit un couteau et sortit dehors.

La peur et le courage de vivre et de mourir
La mort si difficile et si facile


Ce qu’elle vit la pétrifia. Un loup. Un immense loup se trouvait dans le jardin. Il était penché sur quelque chose. Elsie n’eut aucun mal à reconnaitre l’épaisse chevelure rousse d’Annie. La jeune fille eut haut-le-cœur. Le loup était entrain de la mordre, de la dévorer et Annie ne faisait rien, elle semblait comme dans un état second. Elle ne criait même plus. Elsie s’approcha tout de même à petits pas. Elle se retrouva derrière lui sans qu’il l’ait remarqué. Elsie prit une grande inspiration, se donna de l’élan et planta le couteau dans le flan de l’animal. Elle l’enfonça profondément. Sous la surprise, le loup la bouche barbouillée de sang, fit un bon en arrière en gémissant de douleur. Elsie se pencha sur le corps de son amie et commença à la secouer.

-Réveille-toi Annie ! Il faut partir, vite !

Elsie pleurait tout en disant ces mots. Annie ne bougeait plus, elle était inerte. Toutefois son pouls battait encore. Il était faible mais il battait. Cependant sa peau devenait pâle, comme quelqu’un de mort. Elsie se résigna à relâcher le corps quelques secondes plus tard. Le loup n’allait pas tarder à se remettre à sa poursuite. Elsie se remit à courir, elle ne savait pas où elle allait. Elle n’arrivait plus à réfléchir, son cerveau était bloqué. Elle avait subi un trop gros choc émotionnel. Un rayon vert lui passa juste au dessus de sa tête. La respiration d’Elsie se bloqua si brusquement qu’elle en eut mal. Elle avait l’impression d’être passée à côté de la mort. Elle regarda autour d’elle. On aurait dit que la fin du monde était arrivée. Un homme en feu courait dans tout les sens en criant tellement fort que sa voix se cassait. Des hommes et des femmes encapuchonnés avec de longues robes noires et tenant des bouts de bois semaient le chao. Elsie avait tout sauf envie de se frotter à eux.

Ils persévèrent ils exagèrent ils ne sont pas de notre monde


Elsie se mit à courir vers l’Est, elle devait quitter Woodland au plus vite. Plus rien ne la retenait ici, tous mourraient, il n’y avait plus aucuns échappatoires. Elsie se mit à cavaler vers la sortie du village. Un éclair rouge l’atteint à la jambe. Une vive douleur lui irradia le corps. Le sang se mit à couler mais Elsie n’en fit rien. Elle devait quitter cet enfer quoi qu’il arrive.


Elle ne sut combien de temps elle marcha, courut, boita à travers les plaines verts, les arbres. Mais quand elle n’entendit plus ces cris d’horreurs qui la hanteraient jusqu’à la fin de sa vie, elle se retourna pour voir son petit village. Un dernier éclair jaillit et une tête de mort avec un serpent apparut dans le ciel. Il se mit à pleuvoir.

1976. Le monde s’ombrait dans les pénombres.
Note de fin de chapitre :

Le poème (la victoire de Guernica) est de Paul Eluard. Je ne sais pas si ça valait la peine de mettre cette fan-fiction en -12, mais c'était juste par mesure de précaution. Désolé s'il reste des fautes d’orthographe, j’essayerai de m'améliorer la prochaine fois.

Merci d'avoir lu, et j'espère que vous me laisserez un review pour donner votre avis! :)
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.