S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


L'hiver le jour se lève avec de la brume par Kiwxi

[15 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Disclaimer : Tout est à jo !

Participation au concours de DameLicorne, Couples de Serpentard .
Sa respiration était calme, on aurait pu croire qu'il était en train de dormir. Du moins si on ne remarquait pas que ses yeux n'étaient qu'à moitié clos. Allongé sur le ventre, Sirius attendait patiemment sur son lit à baldaquin. Les autres devaient être en bas, dans le salon à l'attendre. Ils pensaient sûrement qu'il dormait encore, à tort. Il attendait simplement. Car il n'avait le courage de rien. Il était vidé de toute motivation, de toute envie. Il n'était pas même enchanté à l'idée d'aller taquiner sa cousine Tonks, fraîchement arrivée dans la maisonnée pour quelques jours. Malgré tout avec on ne sait quelle force, il réussit tout de même à faire un léger mouvement de poignet, celui au bout duquel se trouvait sa baguette. L'instant suivant une voix s'éleva dans la pièce :


- Jeune Sirius Black, nous sommes aujourd'hui le 15 septembre 1981, et il est 10h13 du matin. Vous vous trouvez actuellement dans votre propre chambre, chez vous, à l'adresse de 18 Oseney Crescent à Londres, Angleterre.


Il aimait bien ce sort de temps et de localisation, même si en soit il ne lui était guère utile en général. Mais nombreuses étaient les choses inutiles que l'on utilise et que l'on apprécie malgré tout. Encore dans un état somme toute assez comateux, Sirius avait toujours les yeux mi-clos et le regard dans le vague. Cela faisait maintenant trois mois que cela avait vraiment empiré. Trois mois qu'il se sentait terriblement seul, sans vraiment comprendre pourquoi maintenant et pas dès le départ. Et cela faisait presque un mois, trois semaines peut-être, qu'il était littéralement désemparé et amorphe. Rien n'y faisait, il avait beau chercher, il ne trouvait pas la solution pour se sortir de cette situation. Car il le fallait bien. Lui-même s'en rendait bien compte, ça le tuait à petit feu. Il n'avait rien montré aux autres, ils n'avaient même pas remarqué un semblant de changement chez lui. Du moins jusqu'à ce matin, il supposait. Aujourd'hui il n'avait plus le courage de rien. Même plus celui de tendre le bras pour boire ce fichu thé.

Les effluves d'agrumes, provenant de ce même breuvage se trouvant à quelques centimètres à peine de son visage, lui arrivaient au nez. La chaleur du liquide provoquait une légère fume au-dessus du petit objet fragile, dont les arabesques l'intriguaient, sans même qu'il ne s'en rende réellement compte. Mais il arrivait qu'apparaisse parfois des images entre ses yeux et la fumée. Le plus souvent, il ne voyait qu'une paire d'yeux rieurs, toujours les mêmes, encadrés de sourcils châtains. Alors non, dans ces moments-là, il ne voyait décidément pas la grâce de la fumée qui s'évaporait de cette tasse. Il en oubliant même l'existence de ce thé russe qu'il avait lui-même préparé il y avait peu de temps.
Mais lorsqu'il nota finalement quelques minutes après, que ces mêmes arabesques n'étaient presque plus visibles, il se redressa et prit de grandes gorgées désormais tout juste tièdes. Ce n'est qu'à ce moment-là qu'il réalisa, qu'en se relevant, son pied s'était cogné dans quelque chose se trouvant inhabituellement sous le lit. Après une ultime gorgée, Sirius posa alors prestement sa tasse sur la table basse et se mit à genoux face au matelas, les mains tâtant le sol.

Il trouva vite un petit objet : un bloc note. Etrangement il avait l'air encore neuf. Il feuilleta rapidement et remarqua d'emblée que toutes les pages étaient noircies d'écritures, et parfois agrémentés de petits dessins. Il était très étonnant de trouver un tel objet typiquement moldu dans un lieu tel que chez lui, sous son lit, dans la maison d'un sang pur. Bien qu'il déteste cette façon de penser, il devait bien avouer malgré tout qu'il n'avait jamais grandi entouré par ce genre d'objets. Contrairement à Lily par exemple.
Or il était sûr et certain de ne l'avoir absolument jamais vu. Comment aurait-il pu posséder quelque chose de typiquement moldu ? Lui-même ne savait ce que c'était uniquement parce qu'il en avait vu à Poudlard autant dans les affaires de Lily, en cours parfois, qu'auprès d'un ou deux de ces anciens camarades d'école, eux aussi d'ascendances moldus. Or il n'avait jamais vu Lily ou les autres avoir celui-ci en leur possession. Certes ils en avaient eu mais pas des comme ça.

Sirius regarda sur la première page s'il y avait un nom, ou tout indice sur l'identité de son propriétaire. Mais rien n'indiquait à qui cela appartenait. Cela commençait tout de suite par des notes, comme des recherches. Mais ce qui l'intriguait surtout c'était qu'il connaissait cette écriture. Mais il n'arrivait pas à la restituer. Sirius se mit donc à le lire, et s'assit sur le bord du lit. Il tourna les pages les unes après les autres, pris dans sa lecture comme celle d'un roman passionnant. Il en oubliait que les autres qui l'attendaient en bas et même ces yeux qui auparavant lui apparaissaient sans cesse devant lui.

Il n'entendit donc pas Peter monter les escaliers, et l'appeler gentiment une fois sur le pas de la porte. Ce n'est que lorsque ce dernier se rapprocha du lit, que Sirius remarqua enfin la présence d'une tierce personne. C'est alors d'un coup sec qu'il referma le calepin qu'il avait entre les doigts et qu'il jeta un regard que le pauvre Peter ne sut interpréter. Mais cela ne dura que quelques secondes, Sirius le regarda avec un sourire éclatant de fourberie, comme de coutume chez lui.


- On descend ? J'ai une faim de loup ! J'en mangerais presque une de ces véracrasses féroces dont nous parlait parfois ce prof de soins aux créatures magiques. Tu sais ce vieux fou qu'on avait eu en quatrième année.


Peter avait bien remarqué que Sirius avait été tellement absorbé par le machin qu'il avait entre les mains, qu'il n'avait remarqué sa présence qu'au dernier moment. Mais timide et comme impressionné par l'autre animagus face à lui, il ne dit rien. Il n'était guère bavard de toute manière. Il laissait les autres parlers et n'intervenait que quand il ne comprenait vraiment pas quelque chose, bien que judicieusement le plus souvent. Malheureusement pour lui, le ton qu'il utilisait était interprété comme de la niaiserie, bien qu'il en jouait à certains moments. Ils descendirent donc rejoindre les autres. Ils passèrent donc la fin de la matinée et le déjeuner tous ensemble.

Mais Sirius passait son temps à se retenir de ne pas s'éclipser pour aller continuer sa lecture du bloc-note, et cela se ressentait sur son comportement sans qu'il ne s'en rende compte. Ce n'est que lorsque James lui fit une réflexion, que l'idée lui effleura l'esprit :


- Dis moi Sirius, qu'y a-t-il donc dans ce calpin pour que tu le garde tout le temps sur toi ? Même pour aller cherche les sucres dans la cuisine tu l'as emporté avec toi. Aurais-tu quelque chose à nous cacher ?


James et Tonks riaient allègrement alors qu'ils taquinaient Sirius en voulant lui prendre l'objet en question. Tout en les fuyants, le jeune Black essayait de se défendre comme il pouvait.


- Ce n'est pas mon précieux calpin James ! Et puis de toute manière c'est un bloc-note, c'est Lily qui en a pleins ! Je l'ai découvert sous mon lit !


Ce n'est qu'à ce moment-là que Remus intervint pour la première fois :


- Tu veux dire qu'il n'est pas à toi ?

- Comment voudrais-tu qu'il soit à moi ? Je ne sais même pas comment on se procure un truc pareil !


La réplique de Sirius laissa un silence dans la pièce. Ils étaient tous encore jeunes. Et bien que Voldemort soit assez présent dans le monde sorcier, ils venaient tout juste de sortir de Poudlard et avaient encore un peu de leur innocence. C'est pourquoi ils s'inquiétèrent plus de son contenant que de son origine.

- Et il y a quelque chose de noté dedans ? questionna alors James.

- Que ça ! Toutes les pages sont recouvertes.

- Ca parle de quoi ? intervint innocemment Peter. Il l'avait vu le lire, il savait donc qu'il pourrait leur donner une réponse.

- Je ne sais pas trop ! Ca ressemble à des recherches. Il y a toutes sortes de formules et de dessins parfois.


Il y eut un débat pour savoir ce qu'ils allaient en faire. Sirius se proposa pour continuer à l'étudier durant l'après-midi pendant que les autres partiraient faire les courses pour le prochain Halloween, qui arriverait d'ici quelques semaines. Certains auraient préféré que ce soit Remus qui se charge du bloc-note, mais Sirius avait tellement insisté pour s'en occuper. Peter s'était mis de son côté, se justifiant par le fait que c'était non seulement Sirius qui l'avait découvert, mais aussi car il en avait déjà commencé la lecture. Il fut donc décidé ainsi. Durant plusieurs jours, Sirius essaya de comprendre quelle finalité avait toutes ces recherches, dans quel but elle avait été faite.
Une fois sa première lecture terminée, Sirius essaya de trouver un indice qui indiquerait qui en était donc l'auteur. Il n'arrivait toujours pas à mettre le doigt sur cette écriture et pourtant il l'a reconnaissait, pour l'avoir déjà vu sur des lettres. En une illumination soudaine, il se leva d'un bond et monta en courant jusqu'à sa chambre. Il possédait une malle où il avait notamment gardé de nombreux courriers. Il ne savait comment l'expliquer, mais il pressentait que cette même écriture se trouverait sur l'une de ces lettres. Il en était presque persuadé. Et ce de façon viscérale.
Les lettres s'envolaient les unes après les autres au-dessus de son épaule. Puis au bout de presque une dizaine de lettres qui jonchaient le sol, le mouvement se stoppa, net. Et un soupire se fit entendre. Comment avait-il pu ne pas s'en rappeler ? comment avait-il fait pour ne pas instantanément reconnaître l'écriture de son frère ? Ce même frère mort il y a de cela quelques mois à peine. Trois pour être exact. C'est sa mort qui l'a mis dans cet état de larve. Ce sont pourtant ses yeux plus rieurs que jamais, ceux de son unique frère, que Sirius voit sans cesse devant lui. Alors pourquoi n'avait-il pas reconnu cette écriture ? Il ne le saurait sans doute jamais. Mais une chose était sûre. Il s'en voudrait un temps de cette si bête inattention.

C'est donc sous un autre jour, qu'il relut le calpin qu'il avait dans les mains. Il essayait de resituer chacune des dates qu'il trouvait en haut de certaines pages. La dernière se trouvait être le jour de sa disparition. Cela ne faisait même pas un an qu'il avait commencé ces recherches, puisque la première date correspondait au 21 décembre 1978. Et d'après ce que Regulus lui avait dit une fois, ce fut ce jour précisément où il arrêta de croire en Voldemort, ce jour où il s'en détacha. Ce jour où ce maître qu'avait été le sien avait torturé l'elfe de maison des Black, Kreattur, pour qui Regulus avait beaucoup d'affection. Ce 21 décembre, fut pour Régulus la fin d'une vie où les valeurs d'une pureté du sang, où les sorciers sont supérieurs aux moldus. Toute cette vie, ce monde de haine et de répulsion envers autrui. Tout ça fut terminé pour Regulus. Toutes ces années à y croire, l'éducation de leurs parents, la Quête de pouvoir et domination de celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcé-le-nom, la croyance des mangemorts en un monde peuplé de moldus au service des sorciers. Ce monde se ferma alors à Regulus lorsqu'il avait appris les souffrances qu'avait endurées Kreattur par Voldemort lui-même. Et c'était donc par injustice et vengeance qu'il avait décidé de se battre contre son ancien maître.

Jamais Sirius n'avait réussis à connaître son plan. Car son frère en avait un. Il l'avait toujours su. A cette flamme nouvelle qui avait brillé dans les yeux de son cadet, à ce nouveau visage qu'il revêtait. Mais maintenant il pouvait aisément supposer que dans ce carnet était entreposé toutes les annotations et autres calculs que son frère avait dû faire pour ses recherches, pour son plan. Et rien que ça c'était une grande nouvelle, un grand pas dans la compréhension de ces lignes qui jusque-là étaient vides de sens pour Sirius. Cela lui montrait surtout à quel point Regulus était pointilleux et méthodique dans sa façon de se battre contre Voldemort. A quel point il était décidé à le détruire. Car il était bien question de ça dans ces notes. Le mot revenait souvent. Quelque chose devait être détruite.

Et ce bloc-note pouvait être utile à l'Ordre. Énormément, bien qu'il n'était pas encore très clair. Sirius décida donc qu'à la prochaine réunion qui se faisait la semaine suivante, à la vieille d'Halloween, il parlerait de sa découverte. En attendant il se devait de comprendre un peu plus ce qu'était précisément les recherches de son frère. Mais une autre chose l'intriguait tout autant. Comment Regulus avait-il pu se fournir un tel objet ? Comment un sorcier pur sang, éduqué par une famille obnubilée par la pureté du sang, aurait-il pu en connaître même l'existence d'un objet tel que ce bloc-note ? C'est aussi la question qui se posa lors de cette réunion de l'Ordre du Phoenix. Comment et pourquoi un objet moldu ?


- Je crains que seuls des suppositions ne pourront jamais répondre à ces deux questions, médita Dumbledore. Par contre ce qu'il est important de savoir c'est en quoi consiste précisément ces recherches. Cela vous dérange-t-il Sirius de me le prêter quelque temps, afin que j'y jette un œil ?

- Non allez-y. Je n'y comprenais rien de toute manière à tous ces runes et algorithmes.


Un sourire de la part du directeur accueilli la réponse du dernier fils Black. Au bout de quelques temps, il s'avéra que, d'après Albus, c'était tout bonnement des méthodes diverses et variées pour détruire Voldemort. Mais pas plus de détails ne furent évoqués, trop d'informations manquaient pour les aider plus que ça, semblerait-il. Et jamais Sirius ne revit l'ancien bloc-notes de son frère. Car à peine quelques jours après cette annonce d'Albus, James et Lily furent tués, et Sirius fût emprisonné à Azkaban. Ce jour-là, Albus Dumbledore étudiait à nouveau le carnet de l'ancien jeune serpentard. Et ce ne fut qu'à cet instant qu'il remarqua la présence d'un message codé. Une simple phrase clamant que ces notes devaient revenir obligatoirement de droit à une certaine Emma Elliott, si jamais il arrivait quelques malheurs à son propriétaire. Le directeur fit donc des recherches sur la jeune femme. Rapidement il s'avéra qu'elle fut à Poudlard et qu'elle était de la même année que Regulus. Mais aussi que ces deux-là étaient, dans le plus grand secret absolu, très proches. Bien plus que les parents du garçon n'auraient acceptés, car en effet Emma était de sang-mêlé, et de Poufsouffle de surcroit. Quant à Sirius, il n'en apprendrait sûrement jamais rien, alors qu'il était désormais condamné à vie à la prison.
Note de fin de chapitre :

Bon c'est un peu tiré par les cheveux tout ça x) j'espère que vous avez quand même apprécié votre lecture. N'hésitez pas a donner votre avis par review.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.