S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier c’est possible avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


L'autre et l'indicible par Saam

[7 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Voilà un petit two-shot dont le deuxième chapitre arrivera bientôt normalement (enfin je l'espère XD). J'espère que vous aimerez =) Bonne lecture !
Il y a le jour qui tombe et les rideaux à la fenêtre qui s'envolent. Quelques fleurs de tissus tentent de fuir par la fenêtre et sont ramenées, inévitablement, par un vent contraire. De temps à autres un battant tape contre le mur dans un bruit sourd. La vitre n'est pas bien fixé dans son joint qui s’émiette et elle vibre sous le choc, bruisse d'un bruit de verre qui ne veut que s'éparpiller. Les papillons de nuit prennent possession du plafond. Un ciel ne leur suffit plus et ils réclament les recoins et fissures d'une chambre silencieuse. Un vent chaud et moite s'engouffre par la fenêtre et secoue quelques feuilles volantes sur le bureau. L'air est lourd des pluies à venir. Le ciel est bas, nuageux, l'orage éclatera bientôt. Immobile sur son lit, Scorpius attend le premier éclair. Il devine l'éboulement de lumières dans le ciel, la cascade de pluie dans la gouttière, les bruits sourds qui viennent du ciel résonnent déjà à ses oreilles. Il frissonne dans sa chemise blanche et passe une main tremblante sur son front. Une fine pellicule de sueur le recouvre depuis son premier cauchemar.

Il repousse le drap d'un bras tremblant et se lève. Il fait quelques pas dans la pièce et lorsque les mouvements de son propre corps lui deviennent trop pénibles, il se poste à la fenêtre. Londres terne et endeuillée déploie ses avenues à perte de vue. Il plisse les yeux et aperçoit au loin un des bâtiments qui s'est écroulé dans l'attentat de la semaine dernière. Il n'en reste plus qu'un gigantesque monticules de pierres. Certaines ébréchées, d'autres fendues, la plupart réduites en miettes. Ce n'est pas le seul immeuble à s'être effondré sous le choc. Les moldus ne le voient pas, ne le savent même pas, mais il n'y a pas que leur monde qui a été touché. L'explosion dans le centre de Londres a eut lieu si près du Chemin de traverse que le choc s'est propagé côté sorcier. L'ancienne boutique d'Ollivanders est tombée comme un château de cartes. Certains disent que c'était à prévoir, il devait après tout y avoir de la magie noire dans les ombres de l’escalier depuis que le légendaire fabricant de baguettes y avait été enlevé. L'endroit était réputé maudit et puis, il tombait en ruines. Plus personne n'y mettait les pieds. Il avait fallu un malheureux hasard pour que ce jour là, un groupe de six jeunes hommes se trouvent justement dans l'ancienne boutique, le nez en l'air à guetter les fantômes du passé.

Ils n'avaient rien vu venir. Ils discutaient tranquillement en inspectant l'endroit. Leurs mains traînaient et glissaient sur les murs, accrochant des toiles d'araignées, ramassant des échardes qui se fichaient au bout de leur doigts. Le plancher grinçait sous leurs pieds et les faisait sourire nerveusement. L'endroit était vraiment étrange et ils avaient tous un peu de mal à croire qu'ils étaient là, alors que enfants, l'endroit les effrayait. A chaque craquement ils cherchaient le regard d'un autre et murmuraient tout bas : « Cet endroit est hanté, je vous le dis, moi, cet endroit est hanté ». Ils riaient de leur propres peurs et puis bombaient le torse. Finalement l'un d'eux avait demandé : « Tu es sûr Joshua que c'est cette boutique là que tu veux récupérer ? ». Tous avaient hoché la tête frénétiquement puis renchérit. Le dénommé Joshua s'était esclaffé. « Oui, parfaitement sûr ! L'emplacement est idéal ! ». Les autres avaient soupiré. Joshua avait vraiment de drôles d'idées. L'un d'eux avait voulu dire quelque chose mais l'explosion avait soufflé les mots hors dans sa bouche. En quelques secondes ils avaient tous été projetés en l'air. Quelques secondes encore plus tard, leurs corps retombaient lourdement dans la poussière.

Ils étaient juste là, au mauvais endroit au mauvais moment, victimes collatérales d'un attentat qui venait du monde voisin. Ca n'aurait jamais du arriver et pourtant... C'était peut-être vrai finalement, que l'endroit était hanté.

Le premier grondement de tonnerre sort Scorpius de ses pensées.. La pluie commence à tomber à verse, elle dévale des escaliers imaginaires et s'écrase sur les trottoirs. C'est la première pluie depuis l'attentat. Le jeune homme songe que ça lavera le sang dans les gravats. Il imagine les torrents d'eau déferler dans le caniveau du chemin de Traverse, emportant dans la boue et les débris son propre sang dilué et celui de ses amis. Il ferme les yeux. L'image dans sa tête est tenace. Il voit presque les sillons rougeâtres sur les pavés gris.

Il retourne s’asseoir sur son lit, les jambes ballantes. Il passe la main sous l'oreiller et en sort la Gazette de la veille pliée en deux. Il pose le journal sur ses genoux. Une photo mouvante prend toute la page de la une. Il caresse du bout des doigts les ombres sur le papier. La silhouette là, sur le brancard, entourée de bandages et d'une armée de médicomages, c'est lui. La légende indique qu'il est le seul à être sorti vivant des décombres. Il froisse le journal, en fait une boule de ses deux mains et la jette contre le mur. Elle rebondit et vient s'écraser à ses pieds, ultime insolence. Il se laisse tomber dans le lit. Le sommier grince sous son poids. C'est sinistre. Il pose son regard sur le plafond où les papillons de nuit passent d'une fissure à l'autre comme cherchant une échappatoire. Il s'assoupit, immobile entre ses draps blancs.

Il entend un bruit dans le couloir et se redresse. Quelqu'un marche à petits pas juste derrière le mur. Un instant plus tard quelques coups sont frappés à la porte, il n'a pas le temps répondre que déjà elle s’entrebâille sur la silhouette de Rose. Doucement elle referme dans son dos. Puis, elle fait un pas dans la chambre et se tourne vers lui. Il sourit en voyant ses cheveux ébouriffés et sa mine froissée. Elle marche d'un pas sûr dans sa direction, sans sourire et sans dire un mot. Il voit son tee-shirt se tendre sur son ventre au rythme de sa respiration. Ses pieds nus effleurent le plancher. Lorsqu'elle est assez proche de lui il tend le bras et l'attrape par la taille. Elle se hisse sur le lit et se cale contre son torse.

« Rose ? »

Elle ne répond pas tout de suite et il n'ose pas déranger son recueillement. Il attend et finalement au bout de quelques secondes, elle esquisse une réponse. A sa façon. Elle pose ses lèvres sur son cou, remonte le long de sa mâchoires et l'embrasse enfin. Elle s'écarte et il se touche les lèvres du bout des doigts.

« Rose ? »

Scorpius tourne le visage pour mieux la voir. Les grands yeux bleus de Rose se dérobent. Il se redresse, attrape son menton et l'oblige à le regarder. Rose penche la tête.

« Je n'arrive pas à te laisser seul. » souffle-t-elle.

Il hoche la tête gravement et laisse tomber sa main. Rose se trémousse et s'assoit en tailleurs face à lui. Elle le dévisage, inquiète et fébrile à la fois. Un léger courant d'air passe entre eux et soulève quelque mèches de cheveux roux. Scorpius les regarde onduler et se reposer sur la peau laiteuse de la jeune fille. Il retient sa main qui voudrait les chasser et prendre leur place, caresser cette épaule ronde, remonter cette nuque et tenir fermement ce visage entre ses mains.

« J'ai trop peur... » murmure la jeune fille.

Il hoche la tête encore une fois. Il ne sait pas quoi dire, avec Rose c'est souvent comme ça, indicible. Il se contente d'attraper sa main et de la serrer dans la sienne. Rose prend une grande inspiration et l’incite à s'allonger à ses côtés. Il obtempère et ils se mettent l'un en face de l'autre, les jambes et le souffle mêlés. Elle ne cille presque pas. Il ne la quitte pas des yeux. Leurs mains se joignent à leur tour. Ils ne forment plus qu'un enchevêtrement de membres et de couleurs. Ils s'accrochent l'un à l'autre comme s'ils avaient trop peur qu'un coup de vent vienne les séparer.

Dehors l'orage gronde encore.

Lorsqu'il se réveille, Rose est contre lui, bien trop nue pour que ce soit innocent. Elle respire lentement et chaque inspiration fait frémir ses cils. Scorpius se frotte les yeux et les pose sur le dos dénudé de Rose. Le ciel qui change fait onduler de nouvelles couleurs sur la peau claire de la jeune fille. C'est joli. On dirait... On dirait qu'elle n'est pas réelle. Que c'est un rêve.

Il se le dit souvent, que sa relation avec Rose n'existe pas. Pourtant, souvent le matin il se réveille et elle est là. Il le sait avant d'ouvrir les yeux. Il y a leur peau coller comme s'ils ne faisaient qu'un et puis une odeur douce dans l'air, une odeur de savon, ça ne manque jamais. Il n'arrive jamais très bien à se souvenir comment ils sont arrivés là. Tout est floue dans sa mémoire et pourtant, il croit se rappeler que ça a commencé quand ils ont tout les deux emménager ici, ensembles, amis et colocataires, un peu apeurés, enfermés dans des murs blancs qui semblaient bouger la nuit. C'était sûrement comme ça que Rose s'était retrouvée dans son lit la première fois, terrifiée, les yeux écarquillées devant des cauchemars éveillés. C'était sûrement pour ça que ses bras s'étaient refermés sur elle la première fois.

Rose bouge contre lui. Elle se réveille tout à fait et ouvre les yeux. Leur bouche sont toutes proches, prêtes à pendre possession de l'autre. Elle cligne des yeux plusieurs fois, se pince les lèvres et Scorpius devine que ça ne va pas lui plaire.

« Scorp', tu n'as jamais pensé qu'il était temps qu'on arrête d'être des enfants ? »
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.