S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Les joues humides par Eni-gwada

[3 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Bon, un petit texte qui m'est venu comme ça... J'ai eu envie d'écrire sur Cho pour la première fois de ma vie, et j'espère lui avoir rendu hommage. Ah oui, la citation du résumé est de Jacques Bénigne Bossuet.
Merci à Bevy et lilimordefaim pour leurs précieux conseils !
Cho frissonne. Elle s'avance, referme la baie vitrée derrière elle et regarde les étoiles s'allumer. Son souffle ralentit, la boule au creux de son estomac se desserre et la moiteur de ses paumes disparaît. Cho a toujours aimé la nuit, et n'en a jamais eu peur comme les autres enfants. La nuit, c'est protecteur. C'est apaisant. Ça vous enveloppe dans son châle piqueté d'argent, et ça fait descendre un voile sombre devant vos yeux. Ça fait disparaître les chagrins du jour, et tout apparaît alors bien plus futile, bien moins compliqué et bien moins grave.

Oui, Cho n'a jamais eu à se plaindre de la nuit. Et c'est pourquoi aujourd'hui elle se laisse prendre par surprise. Elle ne comprend pas, mais soudain ce qu'elle a fui quelques instants la rattrape. Les yeux de Sean sont là, devant elle, ils l'enveloppent et la mangent tout entière. Cho titube, fait deux pas et se raccroche à la barrière. Déjà, tout recommence. Sa respiration s'accélère, ses entrailles se nouent et ses paumes sont moites à nouveau.

Hébétée, Cho ne peut que regarder le monde à travers ses cils. Le cyprès éclairé par la lune, là-bas, et les nénuphars agités par le vent. Les lanternes qui éclairent le chemin en gravier, et les grilles qui se dressent menaçantes. Les yeux de Cho glissent sur tout cela, mais son esprit est ailleurs. Il tourne en boucle et répète inlassablement les mêmes phrases. Je n'y suis pas arrivée. Ça ne s'arrêtera jamais. Je ne peux même pas le laisser. Ou l'oublier. Je n'y suis pas arrivée. Je n'y suis pas arrivée. Je n'y suis pas arrivée.

Un grand battement d'ailes la fait sursauter. Cho lève la tête. Elle regarde la lune. Je ne dois pas paniquer. C'est sa prière. C'est ce qu'elle doit faire. Alors, la jeune femme crispe les doigts sur la rambarde en fer forgé du petit balcon. Elle se concentre. Elle discipline son esprit et elle le force à s'apaiser. Ses ongles griffent la peinture, produisant un son crissant tout à fait désagréable. Cho sourit. Elle contemple ses doigts, ses doigts si longs et si graciles qu'on dirait quelques fois des araignées.
C'est la première chose que Sean a aimé chez elle. Ses mains. Tu as des mains de pianiste, faisait-il émerveillé en la regardant écrire. Elle riait. Elle ne voyait pas ce qu'il y avait d'extraordinaire dans ces phalanges tellement souples, qu'elles forment presque un angle droit quand elle utilise son couteau. Et pourtant, elle ne pouvait retenir un petit sourire en coin lorsque ses doigts effleuraient la pomme d'Adam ici, un endroit plus sensible là, et que les gémissements de Sean n'en finissaient plus de couler de sa bouche entrouverte.

Cho frissonne violemment. Rien n'y fait – peu importent les souvenirs heureux qu'elle ne cesse d'invoquer, les yeux sont toujours là. Voilés et remplis de fantômes. Ses genoux tremblent et sa poigne devient plus faible sur la rambarde. Elle sait qu'il est là, à quelques mètres, effondré sur le sofa bleu du salon. Elle sait qu'il est recroquevillé, que ses mains serrent convulsivement ses chevilles et qu'un cri silencieux lui déchire la gorge. Elle sait que le plus gros de la crise est passé, que dans quelques instants il sombrera dans un sommeil profond et agité. Elle sait tout cela, et elle a envie de pleurer.

Elle se sent mieux, d'habitude, quand elle pleure. Elle ne voit plus rien, et le monde est comme brouillé. Ça la protège, ça aussi – c'est comme la nuit. Elle a l'impression de redevenir une petite fille, et que des bras vont forcément s'enrouler autour d'elle, l'enfouir dans une étreinte protectrice et l'aider à oublier. Mais aujourd'hui, elle n'a plus le droit de pleurer. Elle n'a plus le droit de se raccrocher à l'illusion que tout ira bien après, plus tard. Elle n'a plus le droit d'espérer cette étreinte, parce que c'est elle qui va la donner. C'est elle qui doit enrouler ses bras autour de Sean, c'est elle qui doit le réconforter et le faire oublier. C'est elle qui doit protéger.

Cho ne pleure pas. Elle fouille dans ses poches à la recherche d'une cigarette, mais elle n'en trouve pas. C'est vrai. Elle lui a promis d'arrêter. Alors elle pose simplement son front sur ses mains jointes, et ses longs cheveux se referment autour d'elle comme les ailes d'un corbeau. Elle sent ses forces lui revenir. Elle accueille la détermination sans un regard de reproche, sans lui demander les raisons de son départ, et elle ouvre les bras à son courage. Elle y arrivera. Elle est têtue, Cho. Elle sait qu'elle y arrivera.

Sa mère lui a dit il y a quelques semaines qu'elle portait malheur à ceux qu'elle aime. Regarde le petit Diggory, il est mort. Et le grand Harry Potter – il s'est fait attaquer au Ministère par Tu-Sais-Qui l'année où tu es sortie avec lui. A présent, ton Sean est devenu fou – tu as attiré l'oeil du mal sur ce pauvre garçon ! Cho n'a rien répondu. Elle a juste souri. Encore une tasse de thé, maman ?

Sean n'est pas fou. Il est simplement rongé par son passé. Il se revoit chaque nuit lever sa baguette, et il les regarde tomber. Encore et encore. Il les voit tomber, et le fil qui le retenait est coupé. Il se précipite vers eux. Il est trop tard. Ils sont morts.

Cho est convaincue que ce n'est pas elle qui lui met la tête sous l'eau. Elle est celle qui l'aide à remonter à la surface. Elle est celle qui est là, chaque matin, et qui veille à ce qu'il ait une vie normale. Elle est celle qui est là, chaque soir, et qui le serre contre son sein quand il se réveille en hurlant. Elle est celle qui lui permet de se raccrocher à la vie. C'est ce qu'il a murmuré, hier. Il le lui a dit, la tête posée sur son ventre et sa bouche contre ses doigts.
Cho y croit. Elle croit en lui et en elle. En eux. Ils s'en sortiront.

Alors Cho s'étire. Elle se redresse. Elle offre son visage à la lune, et elle se laisse envahir par une force tranquille, implacable telle une marée montante. Les pans de sa robe claquent au vent. Elle s'accorde quelques instants. Elle décide. Elle choisit. Elle n'aura plus les joues humides. Et elle séchera celles de Sean.
Note de fin de chapitre :

Voilà, j'écrirai certainement d'autres textes sur Sean, ou sur PSean et Cho. J'ai vraiment envie de les exploiter ces deux-là, et j'ai des idées qui me démangent les doigts...

Quoi qu'il en soit, merci d'avoir lu !
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.