S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Parce qu'elle a ployé par Eni-gwada

[15 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Voici donc ma participation au concours de kiwxi. Dans ce texte, je vois Maugrey âgé d'environ vingt-huit ans (sa date de naissance n'a de toute façon pas été précisée par JKR.
Merci à Hugo pour m'avoir corrigée et un peu rassurée sur ce texte !
Il manque quelque chose. Il manque forcément quelque chose. Il manque quelque chose, n'est-ce pas ? C'est la seule raison pour laquelle il ne trouve pas.

Maugrey serre les dents. Il appuie trop fort sur la plume et elle s'écrase, éclaboussant d'encre le parchemin.

Des semaines qu'il cherche, qu'il dresse des listes de noms, qu'il les raye, qu'il recommence, qu'il scrute chacune des lettres qu'il a tracées en espérant qu'elles vont bouger sur le parchemin et lui désigner le traître. Non. Il ne s'attend pas vraiment à ce qu'elles mettent à bouger comme par magie. Il accomplira sa mission parce que la solution qu'il aura trouvée sera logique. Parce que les rouages de son cerveau se seront enfin mis à fonctionner correctement, et que le nom de celui qui trahit l'Ordre jour après jour lui apparaîtra comme une évidence.

Il sait qu'il peut y arriver. Il est l'un des meilleurs Aurors de sa génération, et il a toujours eu un sixième sens pour ce genre de choses – prévoir les embuscades et deviner les feintes. Si aujourd'hui il n'a pas encore trouvé, c'est parce qu'il lui manque un élément. Une toute petite, une minuscule pièce du puzzle.

Dumbledore ne lui a pas tout dit. Il l'a simplement regardé par-dessus ses lunettes en demi-lune, et il a posé la main sur son épaule. Trouvez le traître. Maugrey a hoché la tête, parce qu'il y avait cette main sur son épaule et les yeux bleus qui le fixaient.

Il aurait dû demander, à l'époque. Il aurait dû poser cette question qui lui brûle les lèvres.

Pourquoi eux ? Pourquoi les Potter ? Qu'ont-ils de si important ?

Ils viennent d'avoir un enfant. Et alors ? Caradoc avait deux fils. On ne l'a pas protégé, et on ne l'a pas caché dans une maison sous sortilège de Fidélitas.

Maugrey essaie de trouver le traître. Ce n'est pas par affection pour les Potter. Ils sont plus jeunes que lui, et il ne leur a pas souvent parlé. Ils avaient l'air gentils; ils avaient l'air banal. Pourquoi eux ? Pourquoi pas Marlène, ou Dorcas ?
Non. C'est parce qu'il aime ça – traquer quelqu'un, sentir son esprit tourner à toute vitesse, examiner les solutions et les rejeter, avoir le coeur qui s'emballe à l'approche du bon raisonnement ou du résultat. C'est froid, comme manière de voir les choses. Il se sent distant, et il ne s'implique pas. Ça lui plait. Il ne s'en plaint pas.

Maugrey fait apparaître une nouvelle plume et pose ses mains sur le parchemin. Ça pourrait être ça, n'est-ce pas ? La raison pour laquelle il n'arrive pas à avancer.

Il doit changer de méthode. Dans cette affaire, il doit se pencher sur l'humain. Il doit être humain. Pourquoi les Potter ? Que leur veut le traître ? Le traître, pas Voldemort ! Et s'il y avait une dimension personnelle ? S'il y avait des sentiments ? De la rage, de la jalousie, de la rancoeur ?

Qui ? Qui leur en veut ? Qui est assez habile pour discuter aimablement avec eux et leur sourire gentiment ? Qui est assez habile pour avoir le coeur qui se serre et s'enflamme en leur présence, pour retenir l'envie de hurler, de les déchirer, pour empêcher ses mains de trembler ?
Qui ?

Un bruissement de plumes, et un hibou moyen-duc vient se poser sur la table. Maugrey détache le lettre, il déchiffre l'écriture et il sent son pouls s'apaiser. C'est une lettre de Fawkes. N'oublie pas la bouteille d'hydromel aux épices ! C'est certainement ce qu'elle lui dit. C'est sa manière à elle de s'assurer qu'il n'a pas oublié le rendez-vous.

Maugrey sourit. Elle n'a pas de souci à se faire – ça fait trois jours qu'il y pense. Peut-être qu'il y a plusieurs raisons pour lesquelles il n'a pas encore découvert le nom du traître, après tout.

Maugrey s'apprête à décacheter la lettre quand des bruits sourds font trembler la porte d'entrée. Il fronce les sourcils. Ce soir, il a lancé un sortilège de Repousse-moldu sur la porte – des bonbons ou des bêtises ? Il y a déjà bien assez de bêtises dont il doit s'occuper.

Emmeline Vance se tient sur le seuil, et sa tête est couronnée par le halo du soleil levant. Elle remarque la baguette pointée sur elle et grimace légèrement, avant de prendre un air plus grave.

"Ils sont morts, Maugrey. Les Potter. Tu-Sais-Qui les a attaqués, il les a tués, la maison est détruite. Ils sont morts tous les deux."

Maugrey se fige. C'est fini. Il a échoué.

Cette fois, il n'a pas été capable de deviner les feintes. Le traître a été plus rapide que lui, et les Potter sont morts. Il n'a pas envie de pleurer. Il n'a pas envie de hurler. Il se sent froid, et vide, comme après chaque mort, chaque perte, chaque nouveau martyr. Il n'y a qu'une chose qu'il a envie de savoir.

"Qui ?"

Emmeline lève un sourcil. Bien sûr, elle ne comprend pas. Qui ? Ce n'est pas la question. Qu'importe ce qui, quand deux sorciers sont morts ?

Il lui importe à lui, Maugrey. Il veut savoir pourquoi il n'a pas deviné. Il veut comprendre, il veut pouvoir se dire que quelque chose manquait, que ce quelque chose ne dépendait pas de lui, et que s'il l'avait eu en sa possession il aurait trouvé ce traître, il l'aurait balancé contre le mur, il lui aurait enfoncé sa baguette dans la gorge et il se serait délecté de la peur dans ses yeux. Qui pensait pouvoir le tromper ?

"Qui les a trahi ?"

Emmeline baisse les yeux, elle se détourne, elle a honte. Elle l'aimait bien, ce traître.

"On raconte que c'est Sirius Black."

Maugrey s'appuie contre le chambranle de la porte. Sirius Black ? Le meilleur ami des Potter ? C'est inhumain. De la rage, de la jalousie, de la rancoeur ? Un Black. Un Mangemort. Ce n'est pas si difficile à concevoir. De la tromperie, de la fourberie, de la magie noire ? Sûrement. Certainement. C'est humain. Il y avait le sang des Black dans ses veines. Il aurait dû deviner.

"Tu n'as pas compris, hein ?"

Maugrey lève la tête. Il plonge dans les yeux d'Emmeline.

Ils sont secs, et on dirait même qu'ils pétillent. Non, Maugrey ne comprend pas. Il se souvient encore des larmes d'Emmeline qui glissaient dans son cou alors qu'il lui tapotait le dos maladroitement. Elles ont glissé, les larmes d'Emmeline, quand elle est venue lui annoncer la mort des McKinnon, de Cameron et de Dorcas.

Ce matin, il n'y a que son menton qui tremblote un peu. Ses joues sont rosies et un sourire flotte sur ses lèvres – ses yeux sont secs !

"Il est mort, Maugrey," dit-elle en posant une main sur son poignet. "Il est parti. Il a été vaincu par un bébé, et le monde sorcier est libéré."

Elle s'arrête et cette fois le sourire s'installe franchement sur ses lèvres.

"C'est fini ! Il n'y a plus de Tu-Sais-Qui, plus de Seigneur des Ténèbres, plus de Mage noir ! C'est fini, bien fini ! Tu te rends compte, Maugrey ? C'est fini !"

Non, il ne se rend pas compte. Il reste planté là, les bras ballants, et il ne réagit pas quand elle se jette un instant à son cou. Il cligne des yeux, et elle a transplané. Il est seul avec son coeur qui tambourine dans sa poitrine.

C'est fini ? Qu'est-ce qui est fini ? Il n'y a plus de Voldemort, plus de batailles, plus d'embuscades ?

Tout ne peut pas changer en une seule nuit. C'est son monde, n'est-ce pas ? Un monde de peur, de pleurs et de rage. Et alors ? C'était son monde. Il n'a rien connu d'autre. Il ne se sent pas bien. Les murs tournent autour de lui, et il a l'impression de vaciller – que le sol se dérobe sous ses pieds.

Ses yeux se posent sur la lettre de Fawkes. Est-ce qu'elle est déjà au courant ? Oui, sûrement. Mais contrairement à lui, elle doit déjà avoir saisi l'ampleur de ce que tout ça signifie. Voldemort a disparu. Ils sont libres. Il n'y aura plus de batailles, plus d'embuscades. Plus besoin d'être constamment sur ses gardes.

C'est ce qu'il est, en ce moment. Sur ses gardes. Il n'arrive pas à lâcher prise, parce qu'il n'a jamais su.

Qu'a dit Emmeline exactement ? Que Voldemort avait été vaincu, et par un bébé ? C'est impossible. Ce n'est pas logique. Et si elle s'était trompée ? Si tout ça n'était qu'une vaste rumeur, ou un gigantesque complot ?

Maugrey allume la radio d'un sortilège informulé. Il ne comprend rien, d'abord, parce que deux ou trois sorciers parlent à toute vitesse et ne cessent de se couper la parole dans une savante cacophonie.
Et puis, il y a les mots. Ils viennent se glisser dans son oreille, et ils se frayent un chemin jusqu'à son cerveau. Potter. Assassinés. Voldemort. Défait.

Le verre de whisky Pur-Feu semble être apparu dans sa main comme par magie. Maugrey le regarde, et il agite le liquide ambré. Il ne boit pas, d'habitude. Un Auror peut être appelé sur le terrain à n'importe quel moment, et il s'est toujours assuré d'être en plein possession de ses moyens si cela venait à arriver. Maugrey sait que l'alcool brûle l'estomac. Il fait s'accélérer les battements de son coeur, et il fait naître la colère, la peur, l'angoisse, et la passion. Il est une vague, qui emporte et ravage tout ce qui se trouve sur son passage.

Il a besoin de boire. Il faut qu'il boive. Maintenant.

C'est d'un trait que Maugrey vide le verre. Il veut que quelque chose s'agite dans ses entrailles, remue et l'enflamme. Il ne veut plus se sentir froid, et vide, il ne veut plus rien savoir. Il veut tout envoyer balader, il veut enflammer les parchemins, là-bas, avec les noms des traîtres, et il veut donner un coup de pied dans le bureau, il veut hurler, hurler jusqu'à ce que sa gorge se déchire et qu'il ne puisse même plus murmurer. Il veut rire, aussi – parce que c'est fini, bien fini.

Il ne fait rien de tout ça. Il fait apparaître un deuxième verre, et cette fois il en savoure chaque gorgée. Il attend. Est-ce qu'il pourrait pleurer ? Pour les Potter, pour Marlène, Dorcas, Cameron et tous ceux qui sont morts. Et pour ce bébé, ce tout petit garçon qui a vaincu Voldemort et qui a perdu ses parents. C'est triste, n'est-ce pas ? C'est affligeant. Désespérant.
Mais Maugrey ne pleure pas. Il n'y a rien dans son coeur qui remue pour le bébé. Même avec l'alcool, il n'y arrive pas. Tant pis. C'est parce qu'il ne le connaît pas.

Il se laisse tomber dans son fauteuil et regarde par la fenêtre. Le ciel s'est obscurci, mais des éclairs de lumière rouge apparaissent à l'horizon. Maugrey plisse les yeux. C'est bien un dragon qu'il vient de voir, non ? Il fait apparaître un troisième verre et l'observe, pensif. Les feux d'artifice magiques sont une infraction au Code du secret, et plusieurs moldus ont certainement déjà dû les remarquer.

Maugrey hausse les épaules. Eh bien, ils n'auront qu'à se dire que leur imagination leur joue des tours et que les éclairs ont des reflets et des formes étranges. Il ne va tout de même pas aller arrêter de pauvres sorciers qui célèbrent l'avènement d'un nouveau monde !

C'est l'alcool. En temps normal, il aurait déjà transplané près de ces sorciers et leur aurait flanqué une amende.

Vive l'alcool, alors ! Maugrey sourit. Il se sent léger. Il est libre. Fawkes est libre. Il n'y a plus de raisons de s'inquiéter quand elle part en mission, quand elle rate un de leurs rendez-vous et qu'elle n'envoie pas de Patronus. Parce que – Godric, il vient de s'en rendre compte ! – il a eu peur pour elle, il a tremblé, et il a eu envie de la protéger, de se mettre devant elle et de lui épargner chaque sortilège. Ça ne lui plairait pas, hein ? Elle se mettrait à grogner, à ronchonner, et puis elle lui exploserait à la figure et se mettrait à crier qu'elle n'est pas une petite chose fragile. C'est vrai, bien sûr. Elle est la femme la plus forte qu'il ait jamais rencontré. Il l'admire. Il l'aime, presque. Il ne le lui avouera pour rien au monde.

Le troisième verre est levé, et les coups font trembler une nouvelle fois la porte.

Maugrey se lève, il se retrouve face à Sturgis Podmore. Silence. Sturgis le regarde, il sursaute, et il enlève le bonnet de fête ridicule qui s'accroche à ses cheveux. Il parle, mais c'est à toute vitesse et les mots se bousculent sur sa langue.

Maugrey attend. Il y a l'alcool dans ses veines, et il ne comprend pas immédiatement. Parce qu'il attend. Il attend la bonne nouvelle. La vraie, parce que c'est fini, bien fini, et que Sturgis s'est trompé. Il a menti.

"C'est Fawkes, Maugrey. Les Mangemorts l'ont attaquée."
Note de fin de chapitre :

Eheh, ma première fin sadique :mgreen: J'ai hésité à la retoucher, mais finalement j'ai préféré rester sur une fin plutôt ouverte... Au départ, je voulais faire un three-shot mais je me suis rendue compte que j'avais eu les yeux plus gros que le ventre ^^ Du coup, une fois le concours terminé, je pense revenir sur cette fic et finir d'esquisser la vision que j'ai de Maugrey.
Voilà, merci d'avoir lu et n'oubliez pas d'aller lire les autres participations au concours, il y en a de très bonnes !
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.