S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Dictatures par Hugo

[16 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Bonjour à tous !
Voici une nouvelle fic longue, d'environ 15 chapitres voire plus sur Pansy Parkinson.
Vous avez sûrement défailli en voyant le genre, vous demandant sûrement où était passé le "Tragédie/Drame" et qu'est-ce que ce vulgaire "Comédie/Humour" faisait donc dans le résumé d'Hugo.
Mais je suis d'humeur joviale pour Noël, et j'avais très envie d'écrire un truc bien sarcastique sur Pansy la plus belle.
J'avoue ne rien faire comme d'habitude, il n'y aura pas de tragique, de sang, de larmes, de jumeaux qui s'entre-tuent, je n'ai même pas terminé cette fic, ça veut dire qu'à tout moment, je peux me dégonfler et aller voir ailleurs pour retomber dans mon addiction pour le tragique.
Cette histoire sera composée d'argent, de complots, d'hypocrisie, de sexe, de tabous et de bien d'autres choses, mettant en scène les Serpentards à un moment capital de leur vie : l'approche de la trentaine.

J'espère que ça vous plaira et que vous ne vous enfuirez pas en courant, ça me ferait mal.
Je tiens à préciser que le rating -16 n'est pas une blague et il y a même possibilité que je le change en -18 si jamais le cours de mon histoire évoluerait.
En attendant, je vous souhaite bonne lecture à tous !

Pansy...
Pansy...Tu m'entends, chérie ?
Viens caresser mes cicatrices. Elles me brûlent et me font mal.
Viens toucher la peau de mon cou. Sens comme elle est rugueuse. Tu aimes ma peau, n'est-ce pas ? Tu aimes quand elle est blanche comme ça et que tu peux faire des trous dedans. Rouges, comme tes dents.
Pansy...
J'ai si mal aux pieds, il faut que je m'allonge... J'ai besoin de calme, renvois-les, s'il te plait. Qu'on soit seules, toi et moi.
Pansy... Si tu savais combien j'ai chaud. C'est de te voir là, immobile. Tu as l'air stupide, et tu ressembles à Astoria sous le grand lustre d'or. Tu t'en souviens ? On se moquait de ses petits airs. Ça ne t’excite pas ? Moi, terriblement. Parce que je pense à ce que l'on s'apprête à faire, dans ces cuisines. La façon dont tu remontes ma robe et puis...
Pansy...
Tu viens caresser mes cuisses ? Elles sont froides sans tes doigts. Viens vers moi, viens sur moi.
Pansy...


« Pansy ?
- OUI ! »

Barrès la regarda avec surprise. Elle remit rapidement de l'ordre dans ses cheveux, rajusta sa robe et elle inspira longuement.

« Excuse-moi, tu disais ?
- Je... Rien. J'ai le dossier Brams. C'est tout. 
- Tu t'es permis de me déranger pour ça ?!
- Je... oui...
- Je te l'avais demandé ?
- Oui...
- Depuis combien de temps tu travailles pour moi ?
- D-deux ans.
- Et bien depuis deux ans, tu aurais du te rendre compte qu'un Oui veut dire un Non, Disponible veut dire Occupée et quand je met la pancarte « En réunion » sur la porte de mon bureau, ça veut dire « se fait les ongles » !
- Je le sais ! Je le sais Pansy mais... !
- Mais quoi ?! Tu as frappé au moins ?!
- O-oui !
- Est-ce que je t'ai répondu ?!
- Ne vous fâchez pas Pansy mais... Oui.... vous m'avez répondu. »

Pansy regarda alors ce misérable qui tenait le dossier Brams serré contre sa poitrine et manqua de défaillir.

« Oh Dieu du ciel...se contenta-t-elle de geindre. Je n'ai quand même pas...
- Hum... Si...
- Oh, et puis zut, donne-moi ça ! lâcha-t-elle finalement en lui arrachant le dossier des bras. File et que je ne te revois plus ! On n’interrompt pas deux âmes transies en train de tisser leur nid d'amour ! »

Barrès partit en courant et Pansy fit claquer l'énorme dossier sur son bureau en verre.

« Nid d'amour ? Réfléchit-elle tout haut. J'ai quand même pas dit ça ? »

Avec une mine désespérée, Pansy rajusta sa culotte qu'elle avait rabaissé, prit le dossier, passa devant le bureau de ses secrétaires et distribua ses ordres :

« Francky, un café, nuage de lait, deux sucres, une touillette, Léonie, dossier Brams à remplir pour demain matin sans faute, Caroline, ma robe chez le tailleur dans vingt-minutes, Hannah, les dossiers de candidature, épluche-les et trie-les, envoie moi les cinq meilleurs sur mon bureau, je veux pouvoir les étudier demain matin à la première heure. »

Pansy s'apprêta à sortir, Francky arriva à ce moment-là pour déposer le café dans sa main et lui ouvrir la porte de verre. Mais juste avant, la patronne se retourna vers Hannah qui s'était déjà penchée vers les tiroirs de son bureau :

« Hannah...Retire ce que je t'ai dit ! Fiche-les en l'air ! »

Elle claqua des talons, avala une gorgée de son café et s'élança dans les escaliers, débarrassée du dossier Brams jusqu'à demain.
Pas question de rester au boulot après ce qui venait de se passer. Pas que Barrès soit du genre à aller cafter qu'elle s'éclatait toute seule dans son bureau mais il valait mieux se faire toute petite. Et puis, il faut dire qu'elle ne tenait pas en place.

Alors qu'elle arrivait dans les zones de transplanage, un patronus en forme de fouine éclata juste devant elle et lui annonça qu'on l'attendait au bureau B0458 du Ministère de la Magie, Section Créatures Magiques.
Pansy souffla, vida son café, se jura de virer Francky pour cette horreur et se hâta de transplaner chez ce raté de Drago Malefoy.

Celui-ci l'accueillit dans son minuscule bureau, apparemment très sûr de lui.

« Malefoy, salua-t-elle froidement.
- Ma chère Pansy... Quel plaisir de te revoir !
- On s'est vu au bal de charité de Millicent.
- C'est à des années-lumières.
- On y a vu ta femme, d'ailleurs. Elle avait l'air de s'y faire chier.
- Vraiment ? Ce que fait ma femme m'importe peu, tu le sais.
- Qu'est-ce que tu veux ?
- Une cigarette ? »

Elle avait encore le goût du café au lait dans sa gorge, c'est donc volontiers qu'elle accepta et qu'elle se l'alluma, dédaignant la baguette tendue de son hôte.

« Comment marche les affaires ? Demanda-t-il à nouveau.
- Francky fait des cafés absolument déguelasses.
- Embêtant.
- Un bon café est indispensable. Cette petite ne tiendra pas une semaine.
- Tu parles comme si tu étais vieille. »

Pansy ricana alors.

« Le temps de Poudlard est bien loin de nous, mon chou. Nous n'avons pas eu l'occasion de faire comme Francky et ses petites copines. Nous n'avons pas pu faire nos preuves pour obtenir le boulot de nos rêves...
- Je te sens nostalgique. Cognac ?
- Martini. Mais sans toi et ce soir. »

Pansy aspira une bouffée de sa cigarette et poursuivit :

« J'ai presque trente ans. J'ai pris la tête de la section botanique de Sorcière Hebdo parce que j'ai menacé Gibbs, l'ancien patron, de dévoiler qu'il engageait des prostituées pour passer ses week-end. Ce n'est tout de même pas une vie...
- Ton don pour le complot me fascinera toujours.
- Pourquoi voulais-tu me voir ?
- Figure-toi que Gibbs n'est visiblement pas le seul à avoir ses secrets.
- Tu espères m’impressionner ? Je suis la plus grosse colporteuse de ragots que l'Angleterre n'ait jamais porté sur sa terre, que veux-tu m'apprendre ?
- Pénélope Deauclaire se prostitue et elle était elle aussi au service de Gibbs.
- Déjà au courant. J'avais une photo d'eux, prise dans le bureau-même où je m'assoie tous les jours désormais.
- Sacrée Deauclaire.
- Ensuite ?
- Kingsley est gay.
- Tu joues à quoi, là ?! »

Pansy était au courant de toutes ces bêtises et Drago le savait. Elle se mit bien face à lui et le toisa. La trentaine, plutôt mignon, il avait toujours cet air espiègle, à moitié dévasté par la tragédie qu'avait dû subir sa famille.
Il se leva de son bureau, écrasa sa cigarette, vida son verre. Il avait l'air très sûr de lui, chose que Pansy n'avait jamais remarqué, surtout pas quand il se tenait face à elle.

« J'ai un secret... Un secret tellement excitant que je meurs d'envie de te le révéler.
- Ça m'étonnerais...
- Tu doutes toujours ? Laisse-moi donc te le dire, que je rigole. Ça concerne une personne que tu connais très bien... »

Pansy se mit soudain à paniquer. Non... Pas cette personne-là quand même ? Pas celle avec qui elle... Non, elle ne voulait même pas y penser. Pourvu que ce ne soit pas ce secret-là !

« Un tressaillement ? Suggéra Drago en la voyant se raidir.
- Oui, mais d'ennui. Abrège Malefoy, j'ai un dîner important ce soir.
- Figure-toi que, pendant que tu faisais du social avec Millicent au bal de charité, j'ai discuté avec Nott de Zabini. »

Dans un premier temps elle fut soulagée de comprendre que ce que s'apprêtait à lui révéler Malefoy ne concernait pas La Personne A Ne Pas Découvrir.
Dans un second temps, elle se rendit compte que ce secret-ci était encore pire que le précédent.
Elle laissa sa cigarette se consumer, défiant Malefoy du regard.

« Qu'est-ce que tu attend ? Le provoqua-t-elle. Tu as peur de finir ta phrase ? Peur de finir comme mon cher et tendre Blaise ?
- Tu sais que tu risques gros, là.
- Bien entendu.
- Je pourrais absolument tout dévoiler à la presse et à Kingsley. »

Il sembla frissonner et fit faire à sa tête un tour sur son cou, histoire de faire glisser le plaisir qui se propageait dans tout son corps.

« Te voir dans une telle situation, c'est... Ah ! Jouissif... Je meurs d'envie de poser ce verre de cognac vide sur l'étagère et de te prendre sauvagement sur mon bureau, là tout de suite. Qu'est-ce que tu en penses ? »

Pansy écrasa son mégot dans le cendrier et rejeta ses cheveux en arrière.

« Tu me fais presque aussi envie que ton patronus de fouine. Ciao Malefoy. »

Furieuse, elle quitta le cagibi B0458 et s'élança dans les couloirs du Ministère. Il l'avait fait venir jusqu'ici pour lui annoncer cette connerie ! C'était bien du Malefoy tout craché, ça. Elle devait s'attendre à ce qu'il la fasse chanter. Elle allait sans doute recevoir de gentilles lettres la rappelant à l'ordre et se verrait conviée plusieurs fois par semaine dans son bureau pour acheter son silence en échange de gâteries coquines.
Oh oui, Pansy bouillonnait de colère et de rage. S'être fait piégée par un Malefoy, ce n'était vraiment pas glorieux.

En chemin, elle tamponna Lavande Brown dont les dossiers qu'elle tenait contre elle s'envolèrent comme des nuages de fumée.

« Hé ! râla cette dernière en levant les bras au ciel.
- Y a un problème ?! Lui hurla Pansy, encore plus furieuse de cette rencontre.
- Bien sûr que oui, tu viens de...
- Je m'en contre-fiche, Brown ! Hors de ma vue ! »

Elle quitta Lavande telle une boule de bowling filant sur la piste et tamponna un vieux sorcier en entrant dans l’ascenseur.

Brown. Il ne manquait plus que ça ! Cette fin de journée était décidément abominable. Non seulement, Barrès la surprenait en train de s'adonner à une activité peu catholique – dans son bureau qui plus est – Malefoy détenait un de ses plus lourds secrets et menacer de le révéler au monde entier mais en plus, cette imbécile de blondasse lui reprochait d'être maladroite ! Le monde ne tournait pas rond. Elle sentait même qu'il lui échappait un instant, et ça la mis dans un état de panique tel qu'elle se tourna immédiatement vers un assistant plutôt jeune qui se tenait à ses côtés dans la cabine d'ascenseur :

« Vous ! aboya-t-elle. Votre passe, baguette et chaussette gauche ! Immédiatement ! »

Face à une telle furie – et parce qu'il venait de faire une énorme bêtise au service des Créatures Magiques une heure plus tôt – l'assistant se hâta de lui donner absolument tout ce qu'elle avait demandé, chaussette gauche incluse.
Ils débarquèrent ainsi dans l'Atrium, elle triomphante, faisant voltiger le vêtement avec sa baguette et lui, pied nu.

« Excellent. Je vois sur votre passe que vous travaillez pour Granger...
- Pour Miss Weasley, en vérité.
- Qu'importe le nom qu'elle porte ! Rugit Pansy. Cette pimbêche s'est mariée avec le dernier des bouffons. Empaquetez cette chaussette nauséabonde avec un joli ruban et envoyez-lui de ma part.
- Mais, Miss...
- Mais ? Mais ? Est-ce que vous avez une bonne raison de me contredire ?
- Il s'agit de ma chaussette et de ma supérieure, je ne peux pas...
- Et je suis la directrice de Sorcière Hebdo, jeune homme, je suis capable de déterrer vos plus profonds secrets et les révéler à la terre entière ! Vos tendances gays, zoophiles ou masochistes, votre réserve d'herbe sous votre matelas, vos pornos à quatre, peu m'importe mais si vous n'envoyez pas ce paquet à Granger avant ce soir, vous n'oserez plus jamais sortir le nez de chez vous ! »

L'assistant se hâta d'acquiescer et partit en courant et boitillant.
Pansy était satisfaite. Elle venait de passer ses nerfs sur un pauvre gnome et se sentait d'attaque pour la soirée.
Alors qu'elle réajustait son élégant manteau sur sa jolie robe moulante et mettait un peu d'ordre dans ses cheveux, quelqu'un à sa gauche applaudit avec une lenteur maîtrisée.
Elle se retourna alors et poussa un soupir de lassitude en voyant qui osait se moquer d'elle ainsi :

« Nott. J'aurais du m'y attendre.
- Tu ne l'as pas raté, ce petit.
- Il faut bien que je m'entraîne si je ne veux pas perdre la main.
- Tu es terrible, Parkinson. »

Il lui sourit, lui présenta son bras qu'elle accepta volontiers et tous deux se dirigèrent vers les cheminées.

« Alors, tu as un projet pour la soirée ?
- Figure-toi que j'ai dit à Malefoy que j'avais un dîner.
- Mensonges ?
- Ehontés qui plus est. Je vais me retrouver à lire des comédies romantiques avec Gracy sur les genoux, sûrement en m'empiffrant de glace à la cacahuète...
- C'est une manière de m'inviter au restaurant ?
- Ton don d'analyse me surprendra toujours. Passe me prendre à vingt heures pétante, ne sois pas en retard et évite les cravates, je ne sors pas avec un fonctionnaire de bureau.»

Amusé, Théodore hocha la tête et la laissa filer.
Pansy rentra enfin chez elle, épuisée.
Note de fin de chapitre :

Voilà le premier chapitre !
Merci d'avoir lu.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.