S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d’épine, Ella C, Eejil9 et CacheCoeur, qui remportent la Sélection Femslash !

Vous voulez de l’action ? De l’aventure ? Ce mois de Sélections est fait pour vous ! Le Jury des Aspics vous invite à lire sur ce thème en octobre avec la Sélection Aventure/Action ! Vous avez jusqu'au 31 octobre pour lire les 5 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter par ici.

Et au mois de novembre, partez dans le futur avec la Next-Gen ! Vous avez jusqu’à la fin du mois d'octobre pour nous faire découvrir sur ce thème si vaste vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots. Pour proposer des textes, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news !

Il y a également la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos nuits d’insomnies ! Jusqu’au mois de décembre, venez découvrir 12 histoires incroyables ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De L'équipe des Podiums le 03/10/2022 23:05


Le Noël de Mrs March par Persis

[4 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Vous êtes née avant 1970 ? Vous n'avez pas le corps photoshopé de la dernière starlette à la mode ?
Noël est devenu synonyme de déception et de cadeaux qui ne sont pas ceux que vous espériez ? Vous rêvez d'une nuit d'amour avec le plus ingrat des professeurs de Poudlard ?
Alors cette fic est pour nous.
Elle se réveilla avant lui, mais elle traîna encore un peu au lit, rien que pour le plaisir de le regarder dormir. Ses traits étaient détendus au point qu’il en devenait presque beau. Presque. Il ne fallait pas exagérer, non plus. Elle pouvait trouver du caractère à un nez aquilin, mais pas à des rides contractées à force de tirer la tête.

Enfin, là, il dormait, ses soucis semblaient s’être effacés de la figure ; ses soucis et ses regrets. Le sommeil n’effacerait pas, par contre, les vilaines cicatrices qu’il avait à la gorge et qui ressemblait à des traces de morsure. Un accident, alors qu’il travaillait dans un cirque, avait-il dit. Elle avait bien compris qu’il n’avait pas envie de lui en dire plus et elle avait eu le tact de ne pas y revenir.

Il lui donnait envie de le caresser, mais elle craignait de le réveiller. La magie de cet instant ne se prolongea pas. Elle le vit cligner des yeux, soupirer, s’étirer et relever la tête.

— Bonjour Mr Evans, lui dit-elle. Merry Christmas !
— Merry Christmas, Mrs Marsh ! Qu’est-ce que tu faisais ?
— Je te regardais dormir.
— Ah bon ? s’étonna-t-il.
— Je ne vais pas te dire que tu étais mignon, mais c’est tout comme, dit-elle, taquine et attendrie.
— Quand je serai mignon ..., commença-t-il, la voix ensommeillée.
— ... les poules auront des dents, acheva-t-elle, avec gaieté.
— J’avais une tante qui employait cette expression, marmonna-t-il, en rejetant la couette.

Elle se leva, il s’ébroua et elle l’attendit patiemment. Avec la nuit torride qu’ils venaient de passer tous les deux, quoi de plus normal que de prendre sa douche ensemble. Il était vrai que le concept de douche ne semblait pas très familier à Mr Evans, mais Mrs Marsh lui avait laissé comprendre que ça faisait partie des préliminaires à une rencontre plus approfondie.

Il se demandait si cela faisait partie de la « magie de Noël » que de se livrer, sans vergogne, à des activités propres à des adolescents tourmentés par leurs hormones et qu’il considérait, autrefois, avec le plus grand mépris. Il avait décidé de ne pas se laisser tarauder par ce genre de questions existentielles mais de se laisser vivre. Quel mal y avait-il à se faire du bien, après tout ?

Ils donnaient le plaisir et le recevait l’un de l’autre. L’eau chaude dégoulinant sur leurs formes humaines si ordinaires lavait les sécrétions de leurs exercices sensuels tout en leur prodiguant, à tous deux, un massage tout aussi délassant qu’euphorique. Ils en ressortirent lavés et lessivés.

Mr Evans avait fait un effort pour égayer son noir sempiternel. Il avait mis un gilet gris et une cravate mauve. Mrs Marsh était, comme à son habitude, pétillante de couleurs. Hors de question de ne pas afficher quelque chose d’orange ou, du moins, jaune ou ocre. Elle descendit au salon en se demandant ce que son nouvel amant avait bien prévu pour Noël. Elle avait l’habitude des cadeaux foireux et devait remonter à son enfance pour se souvenir de quelque chose qui lui ait fait vraiment plaisir.

On lui offrait, généralement, des choses et des bidules dont elle ne savait que faire, des accessoires bleus, une couleur qu’elle exécrait, ou de gigantissimes serviettes de bain auxquelles elle préférait les peignoirs éponge depuis de très longues années. Elle avait fini par se faire une raison. Noël était une déception depuis une trentaine d’années. Personne ne devinait plus ses désirs d’enfant depuis longtemps. Lee lui avait offert une fabuleuse nuit d’amour, c’était déjà en soi un très beau cadeau, elle qui n’était ni jeune, ni jolie et qui n’espérait plus grand-chose de la vie.

Elle le prenait pour un gars qui avait fait carrière sur les planches des cabarets, des scènes de spectacle. Elle ne comprenait pas trop pourquoi, il avait arrêté sa carrière si tôt ; après tout, il ne devait pas avoir une cinquantaine d’années tout au plus, peut-être même moins.

Il se chargea spontanément du thé et elle s’occupa des pancakes, des toasts et de la marmelade. Elle ne comprit pas très bien comment il avait fait aussi vite pour dresser la table, mais en soi, ça aussi, c’était un beau cadeau de Noël.

— Maud, dit-il en déposant la théière sur la table, après la nuit ... très agréable que nous venons de passer, je voulais tout de même te rappeler que ... que ça ne nous engage à rien et qu’il est hors de question de parler de sentiments autres que ... de connivence ? On peut appeler ça comme ça.
— Franchement Lee, tu commences à me faire peur. Je finis par me demander si tu ne me le répètes pas toutes les cinq minutes pour te persuader toi-même qu’il n’y a rien d’autre entre nous que d’une connivence, comme tu dis. Il me semble avoir été la première à te dire que je voulais bien d’un homme dans ma vie ou dans mon lit mais pas en permanence sous mon toit.
— C’est bien ainsi que je l’entends, dit-il en souriant.
— Mets-toi bien dans la tête que la fonction « faire confiance totalement à quelqu’un qu’on ne connaît que depuis peu » est en panne chez moi depuis belle lurette.
— Oui, j’ai compris, répondit-il, rassuré. Et pourtant, même si je suis totalement incapable de tomber amoureux, je sais que je peux te faire totalement confiance.
— Vil charmeur.
— Comme je sais que tu vas abréger le breakfast parce que tu te demandes ce qui se trouve sous le sapin.
— Pas difficile pour quelqu’un de ta profession.
— Ma profession ? ! demanda-t-il, méfiant.
— Ben oui ! Le grand, le magnifique, l’unique SEVERUS SNAPE ! C’est bien ton nom d’artiste ? Regardez-moi dans les yeux, mesdames et messieurs ! Hypnotiseur, mentaliste, télépathe ... Je ne sais pas comment tu appelles ça ou comment tu te faisais appeler. Je parie que mon regard, mes mimiques, mes attitudes corporelles sont un livre ouvert dans lequel tu peux lire tout ce que je pense.
— A peu de choses près, admit-il, en lui servant une tasse. Et oublie mon nom d’artiste.
— Comme je n’ai pas ton talent de devin, tu peux me dire si tu préfères la marmelade à l’orange ou au citron ?
— Je n’ai pas de préférence.

Une fois qu’ils eurent mangé et bu, ils se dirigèrent tous les deux vers le salon.

— Honneur à la maîtresse de maison, décréta Mr Evans en lui présentant une suite de paquets au pied du sapin.

Elle en prit un, au hasard, et le déballa. Elle découvrit un pull-tunique en jacquard, dans des tons qu’elle appréciait.

— C’est tout juste ce qu’il me fallait, s’exclama-t-elle ravie. Comment as-tu deviné ?
— Il suffit d’être un peu observateur, répondit-il.
— Oh ! Merci, merci, merci ! J’ai cherché après ce modèle, un peu partout, je n’ai jamais trouvé ce qu’il fallait. Je me demande bien où tu as été le dénicher.
— Ça, c’est un secret.

Elle l’embrassa, aux anges. Ses yeux brillaient comme ceux d’un enfant.

— C’est à ton tour, maintenant, dit-elle. D’habitude, je devine assez facilement ce que les gens désirent mais avec toi ... je t’avoue que j’ai eu du mal. J’espère que mes petits présents te plairont.
— C’est l’intention qui compte, dit-il.

C’est ce qu’on dit, quand on est déçu du cadeau, se dit-elle. Elle le laissa choisir son petit présent, parmi les paquets préparés. Severus, alias Lee, ne s’attendait pas à ce qu’une Moldue devinât ce qui pouvait plaire à un sorcier. Elle y aurait mis tout son cœur, c’était déjà ça de pris. Ce ne serait pas un cadeau convenu et de convenance. Il avait dû plusieurs fois se raisonner pour ne pas céder à la tentation de la legilimancie.

Le petit paquet comprenaient une dizaine de sachets en papier, avec un quelques mots de latin indiquant leur contenu. De la camomille officinale, de l’armoise, de l’asphodèle, des graines de citrouilles, de dictame de Crète, d’ellébore, des racines de gingembre, ... un joli échantillonnage de graines, racines et sommités de fleurs et de plantes, parfois fort rares.

— Voilà, bredouilla-t-elle, il m’a semblé que tu aimais les plantes et la nature. Tout est bio.
— Ton sixième sens ne t’a pas trompée, s’exclama-t-il en l’embrassant. C’est tout ce qu’il me fallait pour mes posss ... préparations ! Ça va m’être très utile. Je pourrai même faire des semis avec les graines et employer le reste.
— Mon sixième sens m’a surtout dit de téléphoner à Sir Archibald avant de passer ma commande. J’hésitais un peu pour le choix des plantes.
— Ah ça, Sir Archibald ! fit Severus en souriant.

Un sorcier de petit envergure mais un bon allié sur cette île, pensa-t-il.

— Mais il y a des choses que j’ai choisies sans son aide, précisa-t-elle.
— Bon, c’est à toi à prendre un paquet.

Elle se servit dans les cadeaux préparés pour elle. Cette fois, elle trouva des collants colorés, chauds et solides.

— Mais c’est merveilleux, dit-elle en passant les deux mains dans la culotte du collant pour en éprouver la largeur. C’est tout à fait ma taille, ils ne me risquent pas de me descendre sur les cuisses pendant la journée. Je vais avoir bien chaud avec ça.
— C’est difficile de choisir pour une dame.
— C’est tout à fait ce qu’il fallait, tu ne pouvais pas mieux tomber. Allez, il y a encore quelques paquets qui t’attendent.
— Je vais choisir celui-ci, dit-il en tendant la main vers un petit colis à l’emballage rayé noir et blanc.

Le paquet était assez lourd. Il y découvrit un mortier et un pilon en granit.

— ... C’est Sir Archibald qui t’a soufflé cette bonne idée ? murmura-t-il, en examinant l’objet.
— Non. Il semble que tu m’as dit que tu faisais des mélanges d’épices pour la cuisine et que tu en broyais toi-même, parfois.
— C’est vrai. J’ai un mortier en cuivre, mais il ne convient pas pour tous les ... toutes les épices ! Celui-ci me sera d’une grande utilité. Merci, Maud.

Mrs March soupira d’aise. Cette année, c’était vraiment Noël. Pour une fois, elle n’était pas la seule à trouver le cadeau qui plaisait. C’était à son tour de recevoir ce qu’elle désirait. Au pull et aux collants, vinrent s’ajouter une bouteille de sa liqueur favorite et des pâtes de fruits. Severus vit sa garde-robe s’enrichir d’une paire de mitaines, d’un chandail et de trois paires de chaussettes de laine, le tout noir avec quelques lignes grises et mauves sur les bords.

Ils étaient tout aussi heureux de leurs présents que d’avoir pu rencontrer les désirs de l’autre. Severus caressa doucement la joue de Maud. Jamais elle ne lui ferait oublier Lily, mais elle était aimable et sincère. C’était une bonne compagnie sur cette île anglo-normande où il se faisait oublier du reste du monde sorcier. A part Sir Archibald, personne n’était au courant de son secret. Ce n’était pas tout de survivre. Il fallait vivre à présent.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.