S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Semaine d'adaptation ludique


La SAL revient !

Que vous ayez envie de découvrir le forum et ses sites, de braver des défis en équipes, ou de partager votre savoir de fossile de l'asso, vos pokeballs et vous pouvez vous inscrire dès à présent dans le vestibule !


De le 18/10/2021 14:50


Le Grand Ménage Orange 2020


Bonjour à toutes et tous, ici les Schtroumpfettes !

Nous adressons un message à nos adhérents ou anciens adhérents : le Grand Ménage Orange (plus connu sous le nom de GMO) pour la période 2012-2020 vient officiellement de prendre fin ! Ce sont plus de 9800 chapitres qui ont été passés au crible par nos yeux scrutateurs. Vous trouverez plus d'informations ici.
Pour les membres dont le compte aurait été verrouillé ou qui auraient perdu leur validation automatique suite au GMO, veuillez nous envoyer un mail à l'adresse hpf.moderation@gmail.com.

A très vite !

De L'équipe de modération d'HPFanfic le 10/10/2021 10:21


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d'épine, Juliette54, Drachvador, Polock et Uzy qui remportent la toute mignonne (ou moins) Sélection Famille !

Pour novembre 2021, c'est le thème de Deuil qui vous arrachera peut-être quelques larmes. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois d'octobre, voyagez et rêvez dans des Lieux Magiques. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Entrez dans des grottes et des contrées jusque-là inexplorées !


De L'équipe des Podiums le 08/10/2021 13:54


116 ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 116e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 octobre à partir de 20h. Cette nuit sera en collaboration avec l'organisation de la SAL, la semaine d'intégration d'HPF. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 05/10/2021 19:15


115 ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 115e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 18 septembre à partir de 20h. Il s'agira d'une nuit où les musiques serviront aussi d'inspiration ! Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 08/09/2021 19:17


Sélections du mois


Félicitations à Calixto, Asianchoose et Lilimordefaim qui remportent la Sélection sur la plus classe des Serpentard alias Narcissa Malefoy !

Pour octobre 2021, on retourne à Poudlard, on fait les courses sur le Chemin de Traverse, ou on voyage dans des endroits étranges et inquiétants avec le Jury des Aspics consacré aux Lieux Magiques. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de septembre, savourez un bon chocolat à la cannelle avec Molly, ou participez à une "fête" tout en cotillon (ahem) chez les Black avec la sélection famille. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Que votre rentrée soit douce et pleine de beaux projets !

 


De L'équipe des Podiums le 02/09/2021 18:48


Une question de génétique ? par Bibi2

[286 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Bienvenus !

Quelques petites précisions :

- J'ai commencé à écrire avec cette histoire, j'espère que vous serez indulgents ^^.

- Certains lecteurs m'ont dit que la présence du couple Harry/Hermione dans les premiers chapitres leur avait fait peur alors que ce ne sont que des personnages très secondaires. Je remets donc les choses au clair. Je les ai juste utilisés pour rendre plus crédible le caractère de Kate, mais l'histoire se déroule essentiellement en France donc pas d'inquiétude à avoir.

Note de chapitre:

Voici le début d'une fanfiction qui, je le souhaite, vous plaira. Comme pour tout auteur, l'écriture est un plaisir qui se partage. J'espère donc que vous me donnerez votre opinion, qu'elle soit bonne ou mauvaise, afin d'améliorer mon style.

Enjoy et bonne lecture !

 

Chapitre 1 - Une négociation perdue d’avance

 

Les réveils en sursaut n'étaient vraiment pas la tasse de thé de Kate. Elle s'extirpa avec difficultés des draps qu'elle avait réussi à transformer en une véritable camisole de force. Elle jeta un rapide coup d'œil à son réveil.

« Sept heures ! Il n'y a pas idée de se réveiller à des heures pareilles un premier jour de vacances », grommela-t-elle.

Puisqu'elle était levée, inutile de traîner davantage au lit. La jeune fille jeta un regard circulaire à la pièce aux dominantes jaune pâle, baignée par le soleil matinal. Mais où donc avait-elle mis sa robe de chambre ?

La famille Potter vivait depuis le mariage d'Harry et Hermione dans un manoir de pierres blanches situé entre Oxford et Londres. Loin des tumultes des grandes villes, ils profitaient de ce havre de paix pour mener la vie paisible dont Harry avait tant rêvé.

Kate se traîna jusqu'à la salle de bain attenante à sa chambre, la démarche encore chancelante. Elle lança un regard de défi au miroir et poussa un soupir. Ses mauvais rêves avaient laissé des traces : ses yeux étaient bouffis de sommeil et les draps avaient incrusté leurs plis sur sa peau pâle. Ses cheveux ébène cascadaient en de légères anglaises emmêlées par les oreillers. Son visage fin faisait ressortir davantage ses yeux verts émeraude dont l'éclat était éteint par la nuit trop vite avortée. Aucun doute n'était permis, Kate était bien la fille de Harry Potter.

Kate opta pour une petite robe légère parfaite pour ces premiers jours d'été et sortit dans le couloir. Elle traversa la galerie, descendit l'escalier sud et jeta un coup d'œil au cabinet de son père. Personne. Elle rejoignit tranquillement la salle à manger où ses parents prenaient leur petit déjeuner. Hermione triait le courrier du jour tout en faisant léviter la théière vers son bol. Harry fronçait les sourcils en lisant la Gazette à la Une prometteuse : « Le Ministre Potter réussira-t-il à faire passer la réforme sur les conditions de travail des Elfes de maison ? »

« Bonjour ! scanda-t-elle.

— Bonjour ma puce. Tu es bien matinale pour un jour de vacances dis-moi, s'étonna son père. Je suis sûr que ton frère aurait aimé faire la grasse matinée, lui.

— Je ne te le fais pas dire, soupira James en entrant dans la pièce, le regard encore dans le brouillard.

— Comme si je faisais exprès de faire des cauchemars ! s'insurgea Kate.

— Des cauchemars ? Moi aussi ! Je me suis fait bizuter en beauté cette nuit. On m'obligeait à me balader à travers tout le Ministère avec juste la perruque de juge et mon caleçon ! expliqua-t-il en frissonnant de la tête aux pieds. Papa, rassure-moi, c'est interdit ce genre de choses, hein ? s'inquiéta James alors que les trois autres imaginaient déjà le spectacle en ricanant.

— Oui je crois, répondit Harry en essayant de calmer son fou rire dans sa serviette. De toute façon, James, tu commences tout juste dans le service de Droit Magique alors ça m'étonnerait beaucoup qu'on te laisse porter la perruque de sitôt.

— Tu serais mignon avec une perruque, se moqua sa sœur. Ça cacherait tes épis.

— Ouais c'est ça, vas-y moque-toi ! De toute façon mes épis ont résisté à plusieurs générations de tentatives de domptage sans succès. Alors si tu as un problème avec eux, adresse-toi aux gènes de papa !

— Bon, James, Kate ça suffit maintenant ! les réprimanda Hermione. Vous ne pouvez pas attendre que nous soyons vraiment réveillés votre père et moi pour vous chamailler ? Vous avez quel âge ? Tous les matins c'est le même cirque !

— C'est faux, les toasts n'ont pas encore volés, fit négligemment remarquer Harry en touillant son thé sans lever le nez du journal.

— Ne vas pas leur donner de mauvaises idées ! Chéri, James, essayez de ne pas rentrer trop tard ce soir. Pour la fête, ajouta-t-elle en voyant son fils froncer les sourcils en signe d'incompréhension.

— Ah oui c'est vrai ! J'avais oublié que Kitty allait avoir 17 ans ! Alors ça te fait quoi de passer dans le clan des vieux ? Pas trop d'arthrose au réveil ?

— Arrête de m'appeler comme ça ! grogna Kate.

— Qu'est-ce que je disais, conclut James avec un sourire victorieux aux lèvres. Déjà acariâtre !

— Tu vas voir ce qu'elle te dit l'acariâtre ! s'exclama la jeune fille en lui versant son bol de lait froid sur la tête.

— Tu es folle ou quoi ? » cria James en se levant d'un bon tandis que sa mère levait les yeux au ciel. Il semblait qu'elle n'aurait jamais un petit déjeuner tranquille dans cette maison.

« Oui, je crois bien que les prémices d'une démence sénile me guettent, rit Kate en le narguant. Sérieusement, tu veux savoir ce que ça me fait d'être majeure ? Je compte bien revendiquer une idée que j'avoue avoir en tête depuis deux ans », lâcha la principale intéressée d'un air dégagé en regardant son frère essayer d'éponger ses vêtements avec sa serviette de table puisque sa baguette était restée dans sa chambre.

« Quel genre d'idée ? s'inquiétèrent en cœur ses parents que la Gazette et le courrier n'intéressaient plus du tout.

— Tes idées n'augurent jamais rien de bon, marmonna James toujours furieux.

— Vous savez bien que c'est ma dernière année d'études.

— Oui…, répondirent ses parents déjà sur la réserve.

— Voilà, je voudrais passer cette année à Beaubâtons. »

C'était dit. La bombe venait de s'abattre avec fracas sur la table du petit déjeuner des Potter. Il était à peine sept heures trente et c'était le branle-bas de combat. Son père et son frère étaient comme stupéfixés sur leurs chaises. Mais c'était sans compter sur sa mère. La célèbre Hermione Potter, ex-Granger, se leva d'un bond et commença à hurler à en faire trembler les larges baies vitrées.

« Ça ne va pas la tête ? Je te rappelle que je suis la directrice de Poudlard et toi tu voudrais quitter mon école pour étudier ailleurs ! Comment veux-tu que je justifie le fait que ma propre fille fuit notre enseignement ? C'est pire qu'un Avada dans le dos ! Est-ce que tu te rends compte ? Mais qu'est-ce qui te déplaît tant dans cette école enfin Kate ? Pourquoi est-ce que tu veux partir ? »

Harry réussit à calmer sa femme d'un regard avant de se tourner vers sa fille. Le regard de James passait successivement de ses parents à sa sœur comme s'il suivait un match de tennis particulièrement ardu.

« Ta mère t'a posé une question jeune fille.

— Je n'en peux plus d'être votre fille ! s'emporta Kate. Je n'en peux plus d'être la fille du Survivant, du Ministre de la Magie, de la Directrice de Poudlard et d'une ancienne héroïne de guerre, énuméra Kate en levant un doigt à chacun de ces titres illustres. C'est comme si ma voie était déjà toute tracée, comme si ma vie entière était programmée dans mes cellules. Ma seule véritable amie, c'est Emily, et uniquement parce qu'elle est fille de moldus et qu'elle se fiche complètement de tout ça. Les autres ne me lancent que regards dégoûtés et insultes à longueur de temps ! J'aimerais simplement vivre une année loin de tout ça, n'être qu'une élève comme les autres ! Vous pouvez comprendre ça, non ? Et puis, Beaubâtons ce n'est pas si loin. Maman, avec Fleur tu nous fais parler français depuis qu'on est tout petits James et moi. S'il vous plaît !

— Ma puce, tu sais bien qu'en France et partout ailleurs dans le monde notre famille est très célèbre. Tu n'aurais pas plus de répit qu'ici.

— Pas si je prends un nom d'emprunt.

— Certes, lui accorda son père.

— Kate, comment veux-tu que j'explique ton départ à mes collègues ?

— Tu n'as qu'à dire que tu m'as proposé de passer une année à l'étranger pour améliorer mon français et découvrir une autre méthode d'enseignement. Faire un double cursus n'est pas évident mais je suis sûre que bien motivée je peux y arriver. Je passerai mes ASPICS par correspondance. Allez, dites oui !

— C'est vrai qu'avoir un double diplôme c'est un gros plus sur un CV surtout si tu veux travailler dans les relations internationales plus tard », glissa son frère en feignant une concentration extrême sur la façon dont il mettait de la marmelade sur son toast.

« Je croyais que tu voulais devenir Auror ? s'étonna Hermione. Comme ton père.

— Oui, mais parler couramment français et bien connaître une culture étrangère est un indéniable coup de pouce pour une carrière. Papa a souvent eu affaire aux Aurors français, non ?

— C'est vrai. Bon écoute Kate, je sais combien tu es têtue et que quand tu as décidé quelque chose tu ne lâches pas l'affaire, mais il faut que j'y aille. Ta mère et moi avons besoin d'en reparler calmement, nous te donnerons notre réponse plus tard. Allez, James, tu m'accompagnes ?

— Heu…

— Quoi encore ? s'impatienta Harry.

— Ne te vexe pas papa, mais pour mon premier jour je préférerais éviter d'arriver en même temps que mon père qui se trouve être le Ministre de la Magie. Je ne veux pas de traitement de faveur, vois-tu ?

— Je vois… Ah les gosses ! Tous des ingrats, soupira-t-il en embrassant sa femme.

— Et puis, maintenant il faut que je me change », ajouta James en lançant un regard meurtrier à sa sœur hilare.

 

ooOOoo

 

Après le départ de son père puis de son frère, Kate remonta dans sa chambre. Elle se jeta de tout son long sur son lit à baldaquin et réfléchit. Tout ne s'était pas vraiment passé comme prévu. Cette négociation elle se l'était tant de fois imaginée en rêve, tant de fois elle avait espéré que ses parents comprennent. Son père surtout. Cependant la réalité prend bien souvent un autre visage. Elle voulait plus que tout prendre du recul, vivre une nouvelle expérience loin de cette notoriété qu'elle n'avait pas désirée.

Kate n'avait jamais été une fille ordinaire. A bien y réfléchir, elle ne se souvenait pas avoir été normale un jour. Etre une Potter c'était être reconnue dans la rue alors qu'on ne savait pas encore marcher, c'était recevoir des lettres de menaces en guise de cartes d'anniversaire, c'était ne plus savoir qui étaient réellement ses amis. Bien sûr elle avait eu une enfance dorée, elle ne pouvait pas se plaindre ! Mais parfois, elle rêvait d'une autre vie, d'un autre nom.

Il y avait eu des attentats, des attaques, toutes de plus en plus fréquentes au fur et à mesure que son père se rapprochait du poste de Ministre. Un jour qu'ils déjeunaient en famille chez les Granger, des extrémistes les avaient assaillis. Kate avait alors quatorze ans. Elle s'était sentie dépassée, pétrifiée par le danger, incapable de lancer le moindre sort. Que pouvait-elle faire ? Lancer un Rictumsempra à des sorciers qui utilisaient des sortilèges impardonnables ? La bonne blague !

Depuis cet évènement, James et Kate Potter suivaient à chaques vacances une formation avancée de duel dans le jardin familial. Elle y avait connu ses plus grandes joies mais aussi ses pires humiliations. Cela devait rester secret, un secret que seuls les conseillers du Ministre connaissaient.

C'était à partir de ce moment-là que l'idée de passer une année à l'étranger sous une autre identité avait commencé à germer dans son esprit. La France bien sûr l'avait tout de suite attirée. Sa mère avait tenu à ce que ses enfants parlent au moins une langue étrangère dès leur plus jeune âge. C'est naturellement que son choix s'était porté sur le français.

« Miss, Madame voudrait que vous descendiez pour l'aider à préparer la fête de ce soir », dit une petite elfe en faisant sursauter Kate alors plongée dans ses pensées. Après l'avoir remerciée de l'avoir prévenue, la jeune fille partie en courant dans le couloir. Si seulement sa mère pouvait avoir changé d'avis !

 

ooOOoo

 

« C'est quand même impossible de devoir attendre à chaque fois au portail de montrer patte blanche pour pouvoir entrer chez vous ! grogna Ginny le soir venu en entrant dans le hall d'entrée.

— Tu te plains à chaque fois, gloussa Kate.

— C'est donc que c'est vrai ! se renfrogna sa tante. Oserais-tu critiquer ta marraine préférée ? lui sourit Ginny.

— Hermione ! Comment vas-tu ? la salua Neville. C'est vrai que c'est assez humiliant d'attendre que votre elfe daigne nous ouvrir à chaque fois, mais bon vous devez avoir vos raisons…

— Tu sais bien que nous avons dû protéger la propriété de toute intrusion intempestive, dit Hermione pour ce qu'il lui semblait être la millième fois.

— Oui oui bien sûr je sais tout ça, s'empressa de confirmer Neville. Mais bon…

— Pour moi la sécurité et le bien-être de ma famille passera toujours avant le confort de mes invités, lâcha une voix grave venant du salon.

— Harry ! s'exclama Hermione soulagée. Tu as pu te libérer ?

— Je ne leur ai pas trop laissé le choix à vrai dire… Chérie, combien de fois va-t-il falloir que je te répète que JE suis le Ministre de la Magie ? demanda Harry amusé. Donc quand je décide que je veux assister à l'anniversaire de ma fille j'en prends les moyens.

— C'est aussi ce que tu avais dit pour le Nouvel An », lui rappela sa femme, sceptique.

Harry rougit sous les rires de Kate et des Londubat.

Kate se souvenait encore très bien du soir du trente et un décembre dernier où son père avait dû quitter précipitamment la table du repas familial parce qu'un groupuscule révolutionnaire avait décidé de mettre à sac le Chemin de Traverse. Son nouvel assistant n'avait rien trouvé de mieux que de rester coincé dans les toilettes du bureau alors qu'il était de garde. Les Aurors, n'arrivant à joindre personne, avaient contacté directement Harry chez lui puisqu'après tout, il était leur ancien patron. La jeune fille ne se rappelait pas avoir entendu sa mère autant crier que ce soir-là.

« Si nous passions dans la salle de bal ? proposa Hermione.

— Sais-tu si Ron et Luna sont rentrés de voyage ? demanda Ginny.

— Oui, normalement ils seront là. Ils ont réussi à avoir un portoloin reliant Helsinki à Londres… »

Kate décrocha de la conversation. Elle connaissait par cœur le périple de son oncle en Finlande à la recherche du Ronflack Cornu qui n'était, selon elle, pas plus prêt d'être découvert que sa tante Luna de devenir sensée. Ses parents étaient tous deux enfants uniques mais ayant passé tous leurs étés avec les Weasley ils avaient fini par faire partie de la famille. Kate, comme tous ses cousins, adorait sa « Mamie Molly » et son « Papi Arthur ». Les fêtes familiales étaient mouvementées et il arrivait souvent à Harry de se demander à haute voix comment diable il arrivait à diriger un pays alors que dans sa propre famille il se faisait manipuler par les frères Weasley tel un novice.

« Alors, vous avez décidé pour la rentrée ? finit par couper Kate que la conversation sur le fjords ennuyait passablement.

— Toi quand tu veux quelque chose…, marmonna son père.

— Pour la rentrée ? Ginny fronça les sourcils en regardant alternativement Harry et Hermione qui étaient visiblement mal à l'aise.

— Kate veut passer sa dernière année d'études à Beaubâtons, expliqua Harry.

— Ce n'est pas une mauvaise idée, reconnut Ginny sous les yeux ronds du couple et le grand sourire de sa filleule.

— Hein ? Tu la laisserais partir seule à l'étranger à 17 ans à peine ? Mais tu as perdu la tête ?

— Harry, tu viens de le dire, elle va être majeure ce soir. Il serait temps de couper le cordon ! Elle ne sera pas toute seule, elle sera dans une école avec pleins de gens de son âge. Et puis franchement, vu ce que m'a raconté Neville, l'ambiance dans sa classe est vraiment malsaine. Pourquoi ne la laissez-vous pas prendre l'air une année avant de la jeter dans la fosse aux lions ? Harry tu peux comprendre, toi, que la jalousie des gens leur fait souvent faire plus de mal que de bien. Une fois ses ASPICS en poche, Kate n'aura aucun moment de répit parce que c'est une Potter. Alors oui, je la laisserais partir « seule » à l'étranger à 17 ans à peine.

— Merci Tatie, souffla la jeune fille.

— Hum… On va réfléchir encore un jour ou deux avec ta mère d'accord ?

— D'accord », sourit Kate pendant que Ginny lui faisait un clin d'œil.

 

ooOOoo

 

Les regroupements familiaux chez les Potter se passaient toujours dans une ambiance bon enfant. L'anniversaire de Kate ne dérogea pas à la règle. Hors d'haleine d'avoir autant ri, elle sortit sur le balcon afin de se rafraîchir et surtout de remettre un peu d'ordre dans ses idées. Fleur l'avait rassurée dans son choix. Bien sûr Beaubâtons et Poudlard étaient différents mais pour sa tante il ne faisait aucun doute que la jeune fille s'y plairait.

« Kate ? Tu viens ? On va porter un toast, l'interpella son frère.

— J'arrive ! »

Elle entendait au loin le son des cloches et affichait un sourire rayonnant en entrant dans la salle de bal. Soudain, son regard se fit fixe, elle s'arrêta à mi-chemin entre le balcon et son père qui lui tendait une coupe de champagne. Tout devint noir autour d'elle.

Comme gelée, Kate semblait ailleurs, le regard dans le vide. Sa robe commença à onduler délicatement. Les invités virent, abasourdis, de l'eau ruisseler de son décolleté au bas de sa robe. Peu à peu les gouttes se mêlèrent à l'étoffe pour se transformer en torrent. Le tissu en quelques secondes n'existait plus, c'était comme si Kate portait une robe faite d'eau qui trempait le parquet. Telle une statue de sel, elle ne semblait se rendre compte de rien.

Une puissante rafale de vent ouvrit à la volée les baies vitrées, sortant de leur torpeur les invités. La tempête faisait rage dehors alors qu'une minute plus tôt le ciel était des plus cléments. C'était incompréhensible !

« Harry ! hurla Hermione à son mari pour couvrir le mugissement du vent. Qu'est-ce qu'il se passe ? Kate ? »

Hermione se rapprocha de sa fille et voulut la toucher quand son époux lui attrapa fermement la main. Il avait sorti sa baguette et ne quittait pas Kate des yeux.

« Ne la touche pas. Je ne sais pas ce qu'il se passe, alors surtout ne la touche pas ! »

Sa femme hocha la tête montrant qu'elle avait compris. Le vent continuait à se déchaîner dans la salle. Ron et Charlie essayaient avec force de fermer les grandes fenêtres, en vain. La robe d'eau se répandait toujours dans la salle, mouillant les chaussures et le bas des robes des invités complètement paniqués.

Une tornade commença à entourer Kate des pieds à la tête, pour finir par la cacher aux yeux de tous. Puis, aussi soudainement que cela avait commencé, le vent cessa, l'eau stagna, et Kate gisait inconsciente au milieu de la pièce dans sa robe de soie bleue, trempée.

 

ooOOoo

 

Un grand silence emplit la pièce. Personne n'osait bouger. Les regards passaient du corps de Kate à Harry, tous semblaient attendre qu'il réagisse. Après ce qui parut une éternité à l'assemblée, l'ancien Auror s'avança prudemment et se mit à marmonner tout un tas de sortilèges pour en savoir plus sur ce qui demeurait un mystère pour lui.

Une fois tous les sorts de magie noire vérifiés, et puisque que le danger semblait écarté, il se précipita sur le corps de sa fille. Elle était glacée mais paraissait encore respirer. Il appela sa femme ainsi qu'Audrey sa belle-sœur, Médicomage à Sainte-Mangouste.

« J'ai un pouls mais il est faible, chuchota Audrey. Il faut la monter dans sa chambre pour que je l'examine.

— Je t'accompagne », lui répondit Hermione la gorge nouée.

Elle jeta un sort de lévitation à sa fille et toutes deux suivirent le corps en silence.

Au milieu de cette atmosphère pesante, Harry était toujours à genou dans l'eau. Tout s'était passé tellement vite ! Ginny vint l'aider à se relever et entreprit avec sa mère de remettre de l'ordre dans la pièce. Comprenant que personne ne voulait s'appesantir sur ce qui venait de se passer, Harry demanda à Ursy de préparer du thé bien fort et d'amener le plateau dans la bibliothèque.

Tous s'installèrent dans les fauteuils moelleux devant la grande cheminée rougeoyante dans un silence oppressant. Ils attendaient Hermione et Audrey. Quand ces dernières passèrent le seuil de la porte, Harry et James se crispèrent.

« Alors ?

— Elle va bien, elle dort. »

Un soupir de soulagement emplit la pièce.

« Bon sang, que s'est-il passé Harry ? s'exclama Hermione.

— Je n'en ai aucune idée.

— Quand même ça ne peut pas être une coïncidence que ce soit arrivé à cette heure-là » grogna James.

Tous le regardèrent avec des yeux ronds.

« Bah oui ! A vingt-trois heures pile Kate fait des trucs bizarres. Vous qui connaissez plein de choses étranges, vous ne connaîtriez pas des histoires où les gens font des trucs bizarres à partir de leurs dix-sept ans ? questionna-t-il.

— A ses dix-sept ans ? Mais bien sûr ! Tout ce qui vient de se passer s'est déclenché au onzième coup d'horloge, à vingt-trois heures pile, quand Kate a eu officiellement 17 ans ! comprit Hermione.

— C'est bien joli tout ça mais ça ne résout pas le problème du pourquoi, fit remarquer Ginny. Vous avez aussi dévasté votre salon le jour de vos dix-sept ans, vous ? Parce que pour ma part je n'ai jamais entendu parler d'une histoire pareille !

— Moi non plus, reconnurent en chœur Harry et Hermione.

— Kate a toujours eu une grande force magique depuis toute petite, peut-être que ce trop-plein d'émotions lui a fait perdre le contrôle ? » suggéra Hermione.

La moue de Ginny et des autres en disait long sur ce qu'ils pensaient de cette théorie. Tout cela était décidément bizarre…

« Bien, ça suffit pour ce soir, lança Harry. Il est temps d'aller nous reposer. Laissons cette histoire de côté pour le moment. Nous en saurons peut-être un peu plus demain quand Kate sera réveillée. »

Sur ce, tous se levèrent et souhaitèrent une bonne nuit aux Potter tandis qu'Ursy les raccompagnait au portail.

 

ooOOoo

 

L'aube pointait le bout de son nez et les premiers rayons du soleil venaient chatouiller les joues de Kate. La jeune fille ouvrit les yeux. Oh ce mal de tête ! Qu'est-ce qu'elle faisait là ? La dernière chose dont elle se souvenait c'était son frère qui venait la chercher pour porter un toast, et maintenant elle se réveillait dans son lit. C'était étrange… Elle se redressa sur un coude et de nouveau sa tête tinta. Elle grogna. Décidément le lendemain de soirée serait difficile. Kate ne se souvenait pourtant pas avoir bu une seule goutte d'alcool.

Elle se leva et descendit en robe de chambre, la tête dans le brouillard. Elle avait à peine posé un pied dans la salle à manger qu'une espèce de gorille ébouriffé lui sauta dessus.

« Tu es vivante, Merlin merci ! Tu vas bien ? Non bien sûr que non ! Mais ça ira mieux hein ? Qu'…

— James laisse ta sœur respirer ! le rappela à l'ordre Hermione avant de se lever et d'embrasser sa fille à son tour.

— On a l'impression que vous voyez une revenante. Qu'est-ce qui vous arrive ? grogna la jeune fille en se servant du thé brûlant.

— Tu ne te rappelles rien à propos d'hier soir ? lui demanda son père.

— Si, jusqu'à ce que James vienne me chercher sur le balcon. Pourquoi ? Je devrais ? »

Ses parents et son frère lui racontèrent tout, ne taisant pas leur angoisse. Kate était abasourdie, comment avait-elle bien pu faire tout ça ? Et sans s'en rendre contre de surcroît ! Mais Merlin, pourquoi est-ce que c'était toujours sur elle que ça tombait ? James ne pouvait-il pas prendre sa part dans leur héritage tordu ?

Elle demanda à son père ce qui avait bien pu se passer. Il lui répondit que pour la énième fois il n'en savait rien.

« Chéri, je crois qu'il faut vraiment que tu ailles te renseigner là où tu sais. Peut-être auront-ils entendu parler d'une affaire similaire, suggéra Hermione.

— Oui, nous n'avons plus le choix je le crains, soupira Harry. J'irai demain.

— Où ?

— Je te le dirai demain Kate, si ça a été concluant.

— C'est un lieu secret ?

— Tu ne perds pas le Nord toi ! Tu sauras en temps voulu jeune fille. En attendant, finis ton petit-déjeuner. »

La discussion était close et Kate le savait. De quoi son père pouvait-il bien parler ?

Note de fin de chapitre :

Oui, de quoi Harry peut-il bien parler ? Des hypothèses ? Qu'en avez-vous pensé ? Je sais, ce n'est qu'un début mais une opinion est toujours la bienvenue ^^.

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.