S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier c’est possible avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Faux-semblants par Bibi2

[40 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Bonjour à tous, merci d'avoir cliqué sur cette histoire :).

Pour ce début d'année, je vous présente un UA dont l'idée principale m'est venue suite à un des nombreux défis de Saam et Extra lors du concours d'été A vos claviers 2014. La fiche de Julia m'a donné l'envie de la développer un peu plus.

J'espère que vous prendrez autant de plaisir à la lire que j'en ai eu à l'écrire. Il y aura 4 chapitres, un par semaine. Tout est déjà écrit et corrigé donc pas de risque de retard, promis ^^.

Enfin je remercie MissKara et Dark Ella pour leurs conseils et encouragements. Gros bisous les filles !

Encore joyeux Noël Julia Erwelin et bonne lecture !

 

Chapitre 1 – Nouvelle mission

 

Quelle mission pourrie !

Lily était recroquevillée derrière un muret depuis une bonne heure déjà à attendre elle ne savait trop quoi. Il pleuvait à verse, elle était gelée jusqu’aux os et n’avait pour compagnie qu’un sombre imbécile qui faisait l’idiot à côté d’elle. Oui, c’était décidément une mission pourrie !

Respirant une nouvelle fois à fond, Lily s’astreignit au calme. Conditionnant son cerveau pour qu’il occulte tout son en provenance de son insupportable voisin, elle reporta son attention sur la bâtisse située devant elle. Un manoir de pierres blanches miroitait sous les rayons de la pleine lune. Les entrelacs de fer forgé du portail laissaient entrevoir une porte aussi noire que l’ébène. Depuis maintenant une heure, Lily la fixait avec avidité.

Un bruit de feuilles froissées la fit sursauter.

« Bon sang Potter ! siffla-t-elle entre ses dents. Mais qu’est-ce que tu fous ?! On va se faire repérer !

— J’essaie le nouveau tour de Sirius. Je ne comprends pas comment il arrive à faire tenir sa baguette en équilibre sur le bout de son nez. Ça fait une heure que je m’entraîne ! grommela-t-il à voix basse.

— Et moi, ça fait une heure que je scrute les moindres mouvements en provenance du manoir Malfoy! Tu n’as pas l’impression de te tromper de priorités, non ?

— Relax Evans ! On ne sait même pas pourquoi on doit faire le guet alors arrête de me prendre la tête veux-tu », lâcha James en remettant sa baguette sur son nez, la tête penchée en arrière.

 

Lily soupira. Il n’avait pas complètement tort. Mais pourquoi diable Dumbledore voulait-il qu’ils fassent le pied de grue devant chez les Malfoy ? Cela faisait près d’une semaine que les membres de l’Ordre se relayaient pour en rapporter les moindres aller-venues sans que personne ne sache pourquoi. Que pouvait-il bien avoir derrière la tête ?

Soudain un « crac » sonore brisa le silence de la nuit et un juron lui répondit en écho. Tout se passa très vite, les deux mangemorts qui venaient de transplaner se mirent à courir droit sur eux. Lily eut à peine le temps de maudire James qui venait de les faire repérer en s’étalant à nouveau dans l’herbe humide. Elle se leva à toute hâte et se mit à courir aussi vite qu’elle le put en attrapant au passage la manche de ce fichu Potter.

Les jambes ankylosées d’être restée trop longtemps accroupie lui faisaient mal. Un point de côté commençait à poindre tandis qu’elle jetait des sorts à l’aveuglette par-dessus son épaule sans se préoccuper de savoir s’ils atteignaient bien leurs cibles. Lily entendait un souffle régulier à ses côtés.

« Potter je te jure que si on s’en sort je te tue ! » haleta-t-elle complètement hors d’haleine.

Les deux encapuchonnés se rapprochaient de plus en plus. Ses côtes lui faisaient un mal de chien. Pourquoi avait-elle arrêté la course à pied du dimanche matin au juste ? Sa cheville se prit dans une racine et Lily s’écrasa la tête la première dans un tas d’humus.

« Evans ! Qu’est-ce que tu fous ? cria James en revenant sur ses pas pour l’aider à se relever.

— Aïe ! Ma… ma cheville, gémit Lily les larmes aux yeux alors que James la tirait par le bras pour la faire avancer. Je… Je ne peux pas… poser le pied.

— Bon sang ! Tu fais dans le cliché là ! Fais un effort ! On y est presque ! Plus que quelques mètres et on sort de l’enceinte de protection !

— Je ne peux pas je te dis ! » s’énerva Lily.

Le jeune homme marmonna toutes les insanités qui lui vinrent à l’esprit et saisit Lily par la taille pour la balancer sur son épaule.

« Potter ! s’écria-t-elle complètement hystérique. Lâche-moi !

— Au cas où tu n’aurais pas remarqué, je suis en train de te sauver la vie ! »

Il s’était remis à courir comme il le pouvait avec une Lily brinquebalée sur son épaule la tête en bas.

« Potter ! »

James ne prit même pas la peine de répondre, économisant son souffle autant que possible.

« Je vais vomir ! »

James s’arrêta et reposa une Lily grisâtre sur la terre ferme. Les sorts recommençaient à pleuvoir autour d’eux. Il attrapa son bras et transplana.

Le choc fut brutal. C’était trop pour Lily déjà malmenée par les acrobaties forcées sur l’épaule de James. Tremblante de froid, de peur et de colère, elle donna un coup de son pied valide au jeune homme étalé sur elle pour faire bonne mesure.

« C’est quoi au juste ton problème ? explosa-t-elle. C’est trop te demander que de refréner tes pulsions suicidaires quand on est en mission ?

— Je suis désolé ! Voilà c’est dit, ça te va ? grogna James en frottant son tibia endolori. Fais-moi voir ta cheville.

— Rappelle-moi au juste pourquoi Dumbledore ne m’a pas laissée aller seule à cette mission déjà ? grommela Lily pendant qu’il lançait un sort de guérison.

— Pour qu’il y ait quelqu’un pour te protéger au cas où ça tournerait mal, récita James en levant les yeux au ciel.

— A la bonne heure ! Sauf que c’est TOI qui nous a foutu dans la bouse de dragon jusqu’au cou Potter, pas moi !

— Je t’ai dit que j’étais désolé ! On ne va pas en parler cent-sept ans quand même ! »

 

Lily renifla d’un air dédaigneux en resserrant les pans crasseux de sa cape trempée autour d’elle. De tous les membres disponibles ce soir-là, il avait fallu qu’il désigne le seul qui était capable de transformer la douce Lily Evans en tigresse enragée en une fraction de seconde. Evidemment… Potter avait vraiment le don de l’agacer au plus haut point !

Elle se dirigea vers une petite chaumière perdue au beau milieu du champ où ils venaient d’apparaître. Levant son poing devant la porte de chêne massif, elle frappa deux coups longs suivis de trois coups plus rapides. Les gonds se mirent à couiner, laissant la chaleur bienveillante du quartier général de l’Ordre du Phénix envelopper une Lily exténuée.

Un chaudron aux odeurs alléchantes fumait au-dessus de l’âtre. Les flammes projetaient une douce lueur orangée dans la pièce encore calme. La jeune femme envoya valdinguer ses chaussures sur le paillasson avant de s’affaler de tout son long sur le canapé. La chaleur et la sécurité étaient appréciables après une mission aussi désastreuse. Tout en contemplant les gouttes de pluies qui lavaient les carreaux en cette fin juillet, elle laissa ses pensées divaguer. Dire que leur espionnage discret avait tourné au fiasco était un doux euphémisme. Par Merlin, comment faisait-il pour être aussi insupportable ?

 

ooOOoo

 

« Chut Patmol ! Parle moins fort ! Tu vas finir par la réveiller !

— Toi, tu as encore merdé en mission, ricana Sirius. Qu’est-ce qu’il s’est passé cette fois Cornedrue ?

— Rien qui ne te concerne, marmonna-t-il.

— Je vois… Tu ne verras donc pas d’inconvénient à ce que je demande à un témoin objectif ? Evans ! dit Sirius en haussant la voix.

— Mff…, s’étira la jeune fille. Quoooii ? bailla-t-elle.

— Enfoiré !

— Ta mission s’est bien passée ? susurra Sirius.

— Ne m’en parle pas Black ! Pourquoi est-ce que Dumbledore s’obstine à me foutre ce danger ambulant dans les pattes ? s’écria-t-elle en fusillant du regard James qui fuyait vers la cuisine.

— Aucune idée, rit Sirius. Tu n’as qu’à lui demander. »

Lily se redressa d’un bond soudain plus alerte.

« Il est ici ?

— Affirmatif capitaine. D’ailleurs tu devrais bouger tes fesses, la réunion va commencer. » ajouta-t-il en sortant de la pièce.

Sautant sur ses pieds, Lily s’empressa de le suivre. Dumbledore au QG, c’était suffisamment rare pour laisser envisager quelque chose de grave. Tous les membres s’étaient déjà regroupés et tassés autour de la petite table de la chaumière. Elle se glissa entre Dorcas et Marlène, et porta son attention sur le vieil homme qui présidait la réunion.

Bien qu’âgé, Dumbledore semblait dégager une force titanesque. Ses yeux bleus passaient aux rayons X les jeunes gens qui le suivaient aveuglément.

« Bonjour à tous ! Nous sommes réunis aujourd’hui pour faire le point sur les missions de ces dernières semaines. Maugrey, des nouvelles du Ministère ? »

La réunion semblait durer des heures. La fatigue plongea Lily dans une torpeur rassurante. Les comptes rendus s’éternisaient pour se conclure toujours de la même façon : Voldemort était de plus en plus puissant. C’était un fait, les forces du mal étendaient leur manteau sur toute l’Angleterre. Ils n’étaient plus qu’une petite poignée à oser encore se mettre en travers de leur route. Ils se faisaient décimer les uns après les autres. Tout ça pour quoi ? Pour l’illusion de garder son libre arbitre peut-être...

Un coup de coude de Marlène la tira de sa transe.

« Lily, Dumbledore te regarde.

— Je vois que la nuit a été longue pour tout le monde, dit le directeur dans un sourire. Je voudrais tout de même que certains m’accordent encore quelques minutes. Lily, James, suivez-moi à côté. »

Fusillant Potter de ses yeux émeraude, Lily changea de pièce à la suite du vieil homme.

 

ooOOoo

 

 

« Alors ? demanda-t-il d’une voix calme.

— Gé-ni-al ! ironisa Lily.

— Il faut toujours que tu en rajoutes ! s’offusqua James. Soit, j’avoue j’ai fait foirer la mission ! Je plaide coupable ! Ça te va maintenant Evans ou tu préfères une conférence de presse ?

— Quand est-ce que tu vas grandir dans ta petite tête Potter ? En tout cas Professeur, il est hors de question que vous envisagiez de me le remettre sur le dos pour la prochaine mission. Je préfère être seule que mal accompagnée !

— Une vraie drama queen, marmonna James vexé. C’est vrai, ce n’est pas comme si je t’avais sauvé la vie. Mais non voyons, ne me remercie pas !

— Je ne me serais pas tordue la cheville si tu n’avais pas joué au singe savant !

— Silence, coupa calmement Dumbledore. Parfois je me demande comment vous avez fait pour être tous les deux préfets en chef pendant un an sans vous entretuer. Revenons à nos hippogriffes, avez-vous vu des mouvements anormaux chez les Malfoy ?

— Absolument rien. Hormis les deux clowns qui nous ont pris en chasse, que je n’ai pas réussi à identifier.

— En tout cas, tu peux être sûr que, nous, ils nous ont reconnus. Même pas capable de venir m’aider sans crier mon nom…

— On va faire comme si j’étais pris de surdité aigüe et que je n’avais pas entendu le sarcasme de ta dernière remarque. Professeur, allez-vous enfin nous dire pourquoi est-ce qu’on doit surveiller les Malfoy ? Ce ne sont pas les pires dans le genre perturbés du ciboulot. Il faudrait plutôt garder les Lestrange dans notre angle de tir, vous ne croyez pas ?

— J’ai des informations d’une importance capitale à vous révéler. Bien entendu ceci ne doit pas sortir de cette pièce. Sommes-nous bien d’accord ? »

Lily et James hochèrent la tête en fronçant les sourcils. C’était donc si grave ?

« Comme vous le savez, je connais Tom depuis son enfance. Je pense être le plus à même de cerner sa personnalité et d’anticiper ses réactions. Depuis quelques années, des bruits sont parvenus jusqu’à mes oreilles comme quoi les bonnes familles sang-pur mettaient un point d’orgue à vanter les mérites de leurs filles auprès de leur Lord. Je ne me suis pas inquiété tout d’abord mais il y a quelques mois de cela, Keina, la cadette des Malfoy a disparu. Ou plutôt, plus personne dans la bonne société ne l’a vue.

— A quoi c’est dû selon vous ? Vous croyez qu’elle a été tuée pour avoir déplu à Voldemort ? demanda James.

— Non. Je crois plutôt que Tom a fait un pas dans sa quête de grandeur.

— Je ne vous suis pas. Que voulez-vous dire ? s’étonna Lily, un peu perdue.

— Tom cherche à agrandir son emprise, à créer une arme puissante qui lui sera entièrement dévouée. »

Dumbledore marqua un temps d’arrêt en fronçant les sourcils, un air inquiet sur le visage.

« Je crois que Lord Voldemort a choisi Keina Malfoy comme mère pour son futur enfant, lâcha-t-il finalement.

— QUOI ? s’écrièrent James et Lily.

— Mais Voldemort est incapable d’aimer qui que ce soit !

— Je le sais. Mais il y a longtemps que les familles sang-pur ont oublié de prendre l’amour en compte lors de leurs mariages.

— C’est vrai, confirma James. Mes parents m’ont toujours mis en garde à ce propos.

— Et vous pensez que la disparition de Keina a quelque chose à voir avec une grossesse, comprit Lily.

— Je suis même persuadé que Lady Keina Jedusor est sur le point d’accoucher, confirma Dumbledore.

— Qu’allez-vous faire Albus ? s’inquiéta Lily d’une voix blanche. Cet enfant aura de grands pouvoirs, d’autant plus si son père l’endoctrine dès la naissance.

— Voilà pourquoi je fais surveiller le manoir Malfoy où Keina doit certainement être cachée. Je veux connaître les moindres mouvements suspects qui nous aiderons à connaître la naissance du bébé. »

Le silence était pesant dans la pièce.

« Rien de ceci ne doit s’ébruiter. Je vous demanderais la plus grande discrétion. Même vis-à-vis des autres membres de l’Ordre. Personne ne doit être au courant, je dis bien personne. C’est bien clair ?

— Limpide.

— Vous serez tous les deux en charge de me prévenir si Keina est transférée à Sainte-Mangouste.

— Mais…

— Il n’y a pas de « mais » Lily. Il est hors de question que Tom ait des soupçons à cause de vos chamailleries dignes de gamins de cinq ans. Me suis-je bien fait comprendre ? »

Ils baissèrent tous les deux la tête, soudain fascinés par leurs chaussures crottées.

 

ooOOoo

 

« Je suis gelée !

— Arrête de te plaindre Evans…

— Mais j’ai froid !

— Moi aussi ! Est-ce que tu m’entends m’apitoyer ? Non. Donc tais-toi.

— Pauvre petit quand même…

— Tu penses au bébé ?

— Qui d’autre ? Bien sûr que je pense au bébé ! Avec un père pareil comment veux-tu qu’il ait une vie normale ?

— Aucune chance, tu as raison. »

En silence ils reportèrent leurs regards sur le portail des Malfoy.

« Potter ? chuchota Lily

— Quoi encore ?

— Je peux te poser une question ?

— Comme si je pouvais t’en empêcher…

— C’est vrai ce que tu as dit hier soir ?

— A propos de quoi ?

— De tes parents et des mariages sang-pur.

— Oh… Mes parents sont des sang-purs, je suis un sang-pur, ils m’ont donc mis en garde contre les pratiques des sang-purs. Mais je n’ai pas dit qu’ils les cautionnaient ! Jamais mes parents ne m’ont fait miroiter un mariage arrangé. Ils ne sont pas comme ceux de Sirius.

— Pourquoi t’en ont-ils parlé alors ? s’étonna Lily.

— Pour me mettre en garde. Vois-tu, certaines jeunes filles pourraient voir ma situation familiale suffisamment avantageuse pour se permettre de me berner en prétendant m’aimer pour moi alors qu’elles ne convoitent que ma fortune.

— Tu as déjà eu des propositions ?

— De fiançailles ? Oui, plusieurs. Enfin, ce sont mes parents qui les ont reçues pour être exact. Je me suis toujours arrangé pour ne pas être présent à ces moments-là, ria James.

— Et tu n’as jamais été tenté de dire « oui » ?

— Si ça avait été toi Lily-jolie je n’aurais pas hésité », murmura-t-il en la regardant dans les yeux, un sourire charmeur au coin des lèvres.

Lily leva les yeux au ciel.

« Je pensais que ça t’était passé.

— Quoi donc ?

— Me donner des surnoms débiles.

— Simple instinct de survie. Ce n’est pas parce que tu me l’as interdit l’an dernier que j’ai perdu l’habitude… »

James fut coupé par une Lily qui lui appuya fortement sur la tête pour le faire se baisser derrière le muret où ils se tenaient tapis.

« Chut ! ordonna-t-elle un doigt sur la bouche. Il y a du mouvement. Oui, je crois que c’est elle.

— Keina ? Attend, je jette un coup d’œil. »

James risqua un œil vers le manoir. Un homme portait dans ses bras une jeune femme qui poussait des petits cris plaintifs. La lune argentée se reflétait dans ses longs cheveux blonds. Son visage, très pâle, était défiguré par des grimaces de douleur. Aucun doute n’était plus permis, il s’agissait bien de Keina Malfoy désormais Jedusor. Et elle s’apprêtait visiblement à donner la vie.

« C’est elle, souffla James. Vite ! Il faut prévenir Dumbledore ! »

Il tendit la main à Lily pour l’aider à se relever et ils se mirent à courir silencieusement jusqu’à l’air de transplanage.

 

ooOOoo

 

« Bon sang Evans arrête ça ! grogna James. Tu sais que ton stress est ultra communicatif ?

— Pourquoi est-ce qu’on n’a pas de nouvelle ? s’inquiéta Lily en rongeant l’ongle de son pouce droit. Tu crois que Dumbledore a tenté quelque chose sans nous ?

— Vu l’heure, certainement. Maintenant arrête de faire les cent pas et pose tes fesses ! Ça m’énerve !»

Lily obtempéra. Le cliquetis régulier de l’horloge du QG de l’Ordre résonnait avec force dans la cuisine. Etait-ce bien Keina qu’ils avaient vue devant le manoir des Malfoy ? Et si Dumbledore s’était trompé ?

Tic

Tac

Tic

Tac

« Par Merlin, c’est une véritable torture psychologique ! s’écria Lily en se levant d’un bond faisant sursauter James. POURQUOI est-ce qu’on n’a pas de nouvelle ? »

Comme s’il l’avait entendue, Fumseck apparut dans un éclair orangé, une lettre dans ses serres.

« Eh bien voilà ! Tu vois qu’il était inutile de s’énerver ! la sermonna James et récupérant la lettre alors que Fumseck disparaissait.

— Qu’est-ce qu’il dit ? s’inquiéta Lily en tournant autour de James comme un oiseau de proie. Alors ?

— Trente seconde Lily-jolie ! J’essaie de… Eh ! Mais rend-moi cette lettre ! s’offusqua le jeune homme. J’étais en train de l’ouvrir !

— Tu n’es pas assez rapide. C’est Dumbledore, nota-t-elle en décachetant l’enveloppe.

— On s’en était douté, marmonna James encore vexé.

— Il veut qu’on aille le retrouver dans son bureau.

— A Poudlard ?

— Oui à Poudlard gros bêta ! Où veux-tu que ce soit ? Fais fonctionner le peu de cellules grises qui occupent ce qui devrait être un cerveau !

— Mon cerveau est parfaitement compétent ! s’indigna James. Il veut juste ne pas trop briller pour ne pas éblouir les gens qui m’entourent. On appelle ça de la modestie, Lily-chérie.

— Ça explique tout, ironisa la jeune femme. Bon, la lumière, bouge-toi un peu, il faut qu’on y aille. »

 

ooOOoo

 

« Vous êtes sérieux Professeur ?

— Tout à fait sérieux.

— Potter, pince-moi ! Aïe ! Pas si fort !

— Mais tu m’as demandé de…

— Peu importe, coupa-t-elle.  Enfin Dumbledore, est-ce que vous vous rendez compte de ce que vous me demandez ? explosa-t-elle. 

— Nous demandez, Lily ! Je te rappelle que je suis dans la même galère que toi ! s’indigna James.

— Bon Potter mets-là en veilleuse cinq minutes veux-tu ? Professeur, on ne peut pas adopter un petit garçon tous les deux pour la simple raison qu’il nous ressemble, c’est absurde ! »

Dumbledore sembla amusé par sa réaction. Amusé ? Il voulait gâcher sa vie et, lui, ça le faisait rire ? Sapristi, élever un enfant avec James Potter à même pas vingt ans, on aurait vraiment tout entendu !

« Je comprends ta colère, Lily », commença le Directeur.    

Sérieux ? Elle ne croyait pas, non. Partir en mission de quelques heures avec ce prétentieux de Potter passait encore, mais vivre avec lui ? Sa « colère » était encore trop douce, il n’avait pas dû comprendre. À son âge Dumbledore n’avait plus toute sa tête, le pauvre.   

« Ce petit garçon s’appelle Harry et ressemble déjà beaucoup à son père. »

Ils étaient bien avancés avec ça…     

« Tom a transmis ses cheveux noir de jais à son fils, poursuivit le vieil homme d’une voix triste. La ressemblance est si troublante que je ne vois pas d’autre solution. Pour le sauver de la folie de son père, il faut que deux personnes de l’Ordre se fassent passer pour ses parents. De préférence qui lui ressemblent physiquement. »      

Qu’est-ce qu’elle disait, il avait perdu la boule. Elle était rousse, Lily, pas brune !  

« Ça j’ai bien compris, merci ! Je vous rappelle juste comme ça au passage qu’à moins de lui teindre les cheveux, il n’y a aucune raison que mon hypothétique fils soit brun un jour, expliqua-t-elle lassée de toute cette discussion.       

— Eh ! Je ne vais pas l’élever tout seul ce gosse quand même ! s’insurgea James.  

— Trouve-toi une copine qui supporte ton égo surdimensionné, je ne vois que ça. 

— Il a les yeux vert émeraude, continua le directeur le visage figé.

— Bah voilà ! Maintenant tu sais pourquoi je ne peux pas l’élever tout seul ce petit gars.   

— Vous vous foutez de nous Professeur ?    

— Pas le moins du monde, je suis on ne peut plus sérieux.  

— Vous voulez qu’on vive tous les deux sous le même toit vingt-quatre heures sur vingt-quatre ?», demanda-t-elle stupéfaite en désignant tour à tour James puis elle-même. « Vous êtes au courant que je ne peux pas le supporter ?                       

— Eh ! A t’entendre on dirait que tu dois vivre avec une acromentule ! s’insurgea James. 

— J’aurais préféré… À côté de toi, les sept plaies d’Egypte, c’est du gâteau !         

— De toute façon, c’est comme ça ! coupa Dumbledore. Considérez la protection de Harry comme votre nouvelle mission. Si jamais il venait aux oreilles des Mangemorts qu’il paraît impossible que vous ayez eu un fils ensemble… »           

James et Lily grimacèrent de concert.

« … alors la vie de cet enfant, et les vôtres, seront en danger ! expliqua Dumbledore imperturbable. Voldemort est prêt à tout pour récupérer son fils. Comprenez bien qu’il va falloir non seulement vous cacher mais aussi jouer à la famille modèle.

— Avec lui ?  

— Avec James, confirma Dumbledore.        

— Je vois qu’on n’a pas le choix de toute façon…, soupira-t-elle.

— A la bonne heure ! On va enfin pouvoir passer aux choses sérieuses ! soupira Albus. Vous vous doutez bien qu’il est hors de question de vous laisser errer comme deux inconscients en Angleterre avec un nourrisson plus recherché qu’Al Capone en son temps.

— C’est qui celui-là ? s’intéressa James.  A l'cape on ? Moi aussi je porte une cape, je ne vois pas le problème.

— Al Capone imbécile ! siffla Lily. C’est italien.

— Pff, ces moldus… Ils ne peuvent jamais rien faire comme tout le monde.

— Et c’est le sorcier qui dit ça ?!

— Parfaitement !

— Professeur, ça ne va pas être possible là. Je vais le faire mijoter aux petits oignons d’ici peu à ce rythme! Au fait Potter, tu sais cuisiner j’espère ? » demanda-t-elle suspicieuse en passant du coq à l’âne sans aucun complexe.

« Les enfants, vous parlerez logistique plus tard », coupa-t-il alors que James rougissait jusqu’aux oreilles sous le regard noir de la rousse. «Il se trouve que la maison de famille des Dumbledore est inoccupée depuis des années. Elle est située au beau milieu d’un village où les sorciers côtoient les moldus dans le plus grand respect. C’est très calme, Tom n’aura jamais idée d’aller vous y chercher. »

Il marqua une courte pause. Lily jouait nerveusement avec le pli de sa robe tandis que James le fixait comme s’il attendait que le directeur lui crie : « Surprise ! C’était une blague !». Albus hésita quelques secondes. Ils n’étaient pas franchement prêts pour devenir parents. Pour être franc, ils étaient même très loin de l’être. Faisait-il le bon choix ?

«  Pour plus de sécurité, vous devrez éviter de sortir. Toutes les informations venant de l’extérieur vous seront transmises par moi, et moi uniquement. Entendu ?   

— Sirius…, commença James.

— Moi uniquement, répéta Dumbledore. Du moins jusqu’à ce que les choses se règlent.

— C’est-à-dire ? s’inquiéta Lily.

— Avec un peu de ménage elle sera comme neuve, continua le directeur sans prendre la peine de lui répondre.

— Elle vous a posé une question. Jusqu’à quand est-ce qu’on va jouer les baby-sitters de luxe ?

— Autant que je le juge nécessaire. Ce n’est pas un simple match de Quidditch, James, le sermonna le vieux sage. Des vies sont en jeu, il faut que vous en ayez conscience. Il n’y a aucune place pour les enfantillages dans cette mission. Vous emménagerez dès ce soir. Vos affaires ont été transférées.

— Mais… Je devais voir mes parents ce soir, balbutia Lily. Il y a une éternité que je ne suis pas rentrée !

— Un hibou leur a été envoyé.

— Ils vont s’inquiéter !

— Nous verrons cela plus tard. Il faut parer au plus pressé. »

D’un coup de baguette il fit apparaître un sac qu’il tendit à James.

« Tout ce qu’il vous faut est dedans. Je vous laisse partir devant, je vous rejoindrai avec le petit bonhomme d’ici une heure », ajouta-t-il en leur tendant un portoloin qui commençait à dégager la traditionnelle lueur bleutée.

James et Lily échangèrent un regard, et se ruèrent d’un même mouvement sur la plume illuminée.

 

Note de fin de chapitre :

C'est UA, donc forcément c'est bizarre ^^.

Qu'en avez-vous pensé ? Une petite review pour me donner votre avis ?

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.